Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique historique à l’épreuve

 | 
Gaston Braive
, 
Jean-Marie Cauchies

Avant-propos

Gaston Braive et Jean-Marie Cauchies

Texte intégral

1Liber discipulorum, liber amicorum... L’un et l’autre, car autant qu’un simple livre d'amitié, le présent volume se veut aussi un ensemble de textes rédigés par des disciples. Disciples, non pas dans le sens contraignant d’adhérents « à la doctrine, à la manière d’être d’un penseur, d’un savant, d’un artiste ou d’une école », mais disciples en toute liberté de l’esprit critique ; disciples aussi dans le vieux sens médiéval et estudiantin du terme « sc(h)olares », familier à ce monde universitaire des XIIe-XVe siècles qu’affectionne et fréquente chaque jour Jacques Paquet dans des recherches dont la ténacité n’a d’égale que la minutie.

2Vingt-six disciples se sont donc réunis pour mettre à l’épreuve la critique historique, celle-là même que Jacques Paquet inculqua à des générations d’étudiants, d’abord à l’Université de Lovanium, ensuite, depuis 1961, à la Faculté Saint-Louis, devenue entre-temps « les Facultés universitaires Saint-Louis ».

3Ces disciples – et tant d’autres qui n’ont pu participer au présent volume – gardent tous conscience de l’apport fondamental pour leur formation des heures, stimulantes, empreintes à la fois de rigueur et d’humour, vécues en candidatures en compagnie de leur « maître ». Car qui dit « disciple » dit « maître », et Jacques Paquet en est un, incontestablement. Un maître dans sa manière d’aborder tout travail scientifique auquel il apporte sa contribution, et plus particulièrement dans ce domaine privilégié qu’est pour lui l’histoire des universités, un maître aussi dans sa manière de former des étudiants, les marquant au point que les références à l’impact de sa pensée et de ses cours ne se comptent plus dans les préambules de mémoires de licence ou de thèses de doctorat, un maître enfin, par sa personnalité, volontaire, constructive et souriante, dotée d’un sens profond du rôle et de la place du magistère académique.

4Ces deux cent cinquante pages, qui couvrent bien des horizons de l’histoire, égrènent, au long des temps, des réflexions méthodologiques à propos de sujets dont la diversité est le signe de l’épanouissement d’une formation de candidature à laquelle Jacques Paquet et l’institution qu’il a servie et à la renommée de laquelle il a remarquablement contribué, se sont voués en s’y spécialisant. Seules ont été sollicitées et retenues des contributions d’anciens étudiants de Jacques Paquet ayant obtenu, au terme de leurs études universitaires, un grade au moins égal ou supérieur à la grande distinction. Que ce choix soit le garant supplémentaire de la qualité d’un florilège, reflet de l’apport formatif de celui qu’il veut honorer !

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540