Version classiqueVersion mobile

Malaise à l’école

 | 
Raymond Quivy
, 
Danielle Ruquoy
, 
Luc Van Campenhoudt

I. De l'indiscipline des élèves au malaise des enseignants

1. Les perceptions de l’indiscipline

Texte intégral

1Dans cette première partie, notre objectif est de montrer comment le phénomène d’indiscipline est appréhendé par ceux qui le vivent. Notre intention n’est pas de rechercher la représentation la plus communément admise ni d’identifier, à ce propos, une sorte « d’état d’esprit » qui caractériserait l’école André Legrand. Nous avons été plutôt soucieux de rendre compte de la diversité des points de vue que nous avons rencontrés et, cela, à travers une sélection d’extraits d’entretiens retenus pour leur valeur illustrative. À quelles situations concrètes se réfèrent les personnes interrogées quand elles parlent de l'indiscipline des élèves ? Quelles explications donnent-elles du phénomène ? Pourquoi la recherche de solutions apparaît elle aussi problématique ? Nous traiterons successivement de ces trois questions.

1. Les faits d’indiscipline

L’indiscipline en classe

  • 1 Dans les extraits qui vont suivre, on a laissé les belgicismes et les expressions locales, même pa (...)

2Les comportements d’indiscipline surviennent en grande partie en classe pendant les cours. L’enseignant souhaite imposer ses exigences et y rallier les élèves, mais il n’y parvient pas toujours. Dans certaines classes, les bavardages vont bon train, les chahuts sont fréquents. L’ambiance de travail n’est instaurée qu’au prix d’efforts sans cesse renouvelés. Vis-à-vis de l’un ou l’autre élève, la cause semble perdue d’avance. L’enseignant doit alors se résigner ou poser le problème de l’élève au niveau du conseil de classe1.

  • 2 Régent(e) = enseignant(e) dans le cycle inférieur du Secondaire en Belgique.

« Il y en a qui perturbent la classe et ça fait boule de neige. Ce qui se passe, c’est qu'ils ne suivent pas le cours, gesticulent bruyamment, papotent, arrivent en retard, et cela crée un malaise dans la classe. Cela stimule le laisser-aller des autres qui décrochent aussi alors qu'ils avaient toutes leurs chances de faire une bonne année. J’ai un cas maintenant. J’ai essayé par le dialogue, etc. Mais cela n’a rien donné comme résultat. Finalement, je l’ai exclu du cours mais j'en suis malade. Je suis très mal à l’aise vis-à-vis de ces problèmes-là. (Christine, régente)2 »

3Les élèves décrivent également des situations où le professeur est totalement privé d’autorité face à leurs comportements.

« Chahuter, ce n’est pas bavarder. Bavarder, c’est parler à voix plus ou moins basse à son voisin. Chahuter, c’est faire comme si le prof n’existait pas. On continue à parler entre nous, comme si le prof n'était pas là. On n’écoute pas ce qu’il dit. Parfois, cela va plus loin, on fait plein de bruit, alors il y a des profs qui sortent pour se calmer. » (Un élève, cycle inférieur du Rénové)

4Les jeux, des plus amusants aux plus agressifs, transforment la classe en champ de bataille. Soit que les élèves s’opposent entre eux...

« Il y a une classe où ça ne marche pas. Ils s’en foutent. Ça me rend malade. Ils se tapent dessus sans arrêt. Il y a une agressivité qui existe entre eux mais qui n’est pas dirigée contre moi. Si j’écris au tableau, il se passe quelque chose : on fait des croche-pieds, on prend la cassette de l’autre, on crache dans son dos, on met son anorak dans la gouttière ou d’autres choses. Les garçons bougent plus que les filles. Ils renversent des choses, font plus de bruit, se frappent et en viennent plus vite au corps à corps. Tout cela a des effets d’entraînement global et c’est l’escalade. On jette des objets, je donne un avertissement, ça continue. J’en exclus un pour qu’il se calme. À sa rentrée en classe, il est nerveux, il se plaint : “C’est pas juste, il y en a d’autres qui ont aussi jeté des choses... et c’est moi, seul, qui suis puni”. Les autres élèves de la classe font leurs commentaires, une discussion générale s’en suit et c’est l’escalade du bruit. » (Bernadette, régente)

5... soit que les professeurs en soient la cible.

« Ils font des sales coups aux profs : des farces, des boules puantes, un pot de colle au plafond qui lui tombe sur la tête, un compas qui traverse la classe et qui arrive à quelques centimètres de la jambe du professeur. » (Un élève, cycle inférieur du Rénové)

6Les professeurs sont parfois déroutés par le langage virulent qu’adoptent les élèves pour s’adresser à eux.

« Les élèves de Professionnel, elles ont changé. Il y a des personnalités qui sont agressives dans leur façon de parler. D’ailleurs, je leur ai dit aux quatrièmes : “Je n’ai pas l’habitude d’être agressée”. Elles me répondent : “Nous, c’est tout le temps comme cela qu’on parle”. Quand je leur dis de me parler plus doucement, elles me regardent comme un phénomène. » (Brigitte, régente)

7Indifférents aux points ou aux sanctions, de nombreux élèves oublient leurs cahiers, n’effectuent pas leurs travaux, ne font pas signer leurs bulletins et ne veulent rien faire.

« L’indiscipline, c’est le problème des travaux non remis et de la négligence dans le travail scolaire. Les négligences deviennent de plus en plus larges. Ainsi, par exemple, cinquante pour cent des élèves ne feraient pas leur travail dans un certain nombre de classes. L’indiscipline, c’est aussi le fait de se retrouver avec cinquante pourcent de la classe qui n’a pas de documents de travail. Et c’est parfois vrai aussi à l’examen ; ils n’ont pas ce qu’il faut. Que faire alors ? Il n’est pas normal que ce soit les professeurs qui aillent faire des photocopies pour compenser des oublis. C’est le problème de la démotivation, du désintérêt. » (Marie-Claire, régente)
« Les garçons... les retenues, ils s’en fichent complètement. Ils ne font pas leurs devoirs. Les punitions, ils oublient de les faire. » (Une élève, cycle inférieur du Rénové).

8D’autres élèves, plus discrets, préfèrent ne pas manifester ouvertement leur désintérêt. Ils se soustraient à l’écoute du cours en prenant soin de ne pas se faire remarquer. En esprit, ils s’absentent du cours en confiant à leur voisin leurs projets pour le week-end, en écrivant à un copain, en préparant l’interrogation du lendemain, en dessinant sur les bancs.

« On peut parler avec le voisin. Mais l’ennui, c’est que cela dérange le professeur. On doit rester calme et en silence. On ne peut pas rigoler, raconter ce qu’on a fait hier soir. Cela ne va pas. On reste bien gentiment assis et on fait quelque chose qui ne dérange pas le cours sinon on risque de finir le cours dehors. J’aime autant rester assis, donc je fais des petits dessins sur le banc. » (Un élève, sixième année du Général)
« Quand cela ne m’intéresse pas, je n’aime pas prendre note. À la fin du cours, je prends la feuille d’une copine. Si on ne s’intéresse pas au cours, c’est peut-être qu’on ne voit pas ce qu’il y a d intéressant, qu’on ne le comprend pas. Par conséquent, je ne vois pas ce qu’on peut prendre comme notes. Dans certains cours, c’est généralisé, la plupart font tout autre chose que suivre le cours. » (Un élève, sixième année du Général)

L’indiscipline dans l’école

9Les problèmes d’indiscipline se rencontrent également en dehors des cours, dans l’école en général. De nombreux adultes, professeurs ou administratifs, se disent incommodés par le bruit qui règne dans les couloirs et par les difficultés de circulation qu’on y rencontre.

« Si vous voulez aller chercher une boisson ou arriver à la salle des professeurs au moment de la récréation, vous devez raser les murs et, au tournant, vous avancez très doucement avant de vous aventurer. Remonter un couloir à contre-courant est devenu un véritable exploit sportif, surtout si on est petit. Si un élève vous bouscule, il ne s’excuse pas. » (Brigitte, régente)
« Pendant les heures de fourche, les élèves de cinquième et de sixième peuvent aller bavarder dans un local mais pas dans le couloir. Or, elles restent dans le couloir. Alors, je dois intervenir. Le problème au fond, c’est le non-respect de consignes élémentaires qui facilitent la vie des gens. Je suis sensible au bruit. Je crie de quitter le couloir. Elles me font des grimaces. Je leur cours derrière en criant, elles se sauvent. » (Françoise, documentaliste)

10Les sensations d’énervement et de fatigue font place au sentiment d’inquiétude quand les élèves deviennent agressifs ou commettent des actes de violence.

  • 3 Licencié(e) = enseignant(e) dans le cycle supérieur du Secondaire en Belgique.

« Dans les couloirs, ça se manifeste comme ceci. Si vous êtes connue, les élèves vous respectent et se garent. Mais, si vous n'êtes pas connue, alors garez-vous, vous êtes un numéro comme les autres, c’est l’indifférence, la bousculade, les bagarres, les coups. J’ai été victime de ces violences. » (Liliane, régente)
« La présence des garçons a augmenté l’agressivité et la violence. Les bagarres entre élèves, les coups de parapluie, ou les coups de pied et d’autres choses encore entraînent des blessures qui occasionnent trois ou quatre hospitalisations par an. » (Philippe, licencié)3
« Il y avait une fille qui avait une superbe veste de cuir. Une autre fille disait toujours “Ça me rend jalouse de te voir avec cette veste. La prochaine fois que tu viens à l’école avec, je te la fous en l’air”. Elle a donné deux coups de cutter dans sa veste en cuir. Elle a été foutue à la porte de l’école. » (Une élève, cinquième Professionnelle)

11Enseignants et administratifs déplorent aussi l’état de désordre et de malpropreté dans lequel les élèves abandonnent leurs locaux.

« Si vous passez dans les classes à 4h30, on se demande si ce sont encore des locaux. Les tables, les chaises, tout est en désordre. L’autodiscipline d’un groupe, je n’y crois pas. On ne veut pas se faire passer comme frotte-manche, on a peur des autres, du qu’en-dira-t-on. On quitte le local, on ne remet pas sa table en ordre, ni sa chaise, on ne va pas ramasser les papiers près de soi. » (Monique, secrétaire)

12Plus grave encore : le vandalisme.

« On reparle beaucoup du vandalisme sous forme de petits dessins pornographiques sur les bancs et les murs, ou sous forme de casse : fauteuils, casiers, cadenas sont détériorés. » (Philippe, licencié) « Les élèves, c’est vrai qu’elles sont indisciplinées. On casse les chaises, on monte sur les appuis de fenêtre, on détruit systématiquement tout ce qu’on met pour améliorer l’école. Cette année, j’ai acheté pour deux cent cinquante mille francs de casiers individuels. J’ai peut-être encore une valeur de cent mille francs qui me reste, tellement c’est détruit. On force les serrures, les portes. C’est malheureux, on essaie de faire un effort pour que les élèves vivent dans un milieu agréable, où chacun a ses affaires, et tout est détruit. » (Monique, secrétaire)

13L’indiscipline, c’est encore le fait que les élèves méconnaissent certaines règles ou préfèrent agir comme si elles n’existaient pas.

« On essaie de leur expliquer pourquoi il faut être calme, pourquoi il ne faut pas manger dans la salle de documentation, à cause des tâches. Tout est indiqué dans le règlement : les horaires de photocopies à respecter, le reclassement des livres, etc. Mais ils ne lisent pas le règlement. Et même s’ils le lisent, s’organiser, prévoir, pour eux, c’est difficile. Ils savent qu’ils ne peuvent pas faire des photocopies à certaines heures et pourtant, il y en a toujours qui se présentent parce qu’ils n’ont pas prévu et ils en ont besoin tout de suite pour leur cours. » (Françoise, documentaliste)
« On fume n’importe où, on s’embrasse dans les corridors. » (Monique, secrétaire)

14Globalement si un certain nombre de faits d'indiscipline relatés —les bavardages répétés, les négligences scolaires, etc. — concernent le déroulement des cours, on peut cependant observer que des problèmes d'ordre général, tels que le bruit dans les couloirs, la dégradation du matériel, etc. prennent une large place dans les discours.

2. Les interprétations de l’indiscipline

15Après avoir pris connaissance de ce que les uns et les autres perçoivent comme étant les problèmes de discipline à l'école André Legrand, voyons maintenant les explications qui en sont spontanément données d'une part dans le milieu des enseignants et administratifs et d'autre part dans le milieu des élèves.

a) Les interprétations des enseignants et des administratifs

Des élèves indociles et démotivés

16Les enseignants ressentent avec acuité le divorce entre le style de vie spontanément adopté par les jeunes et les normes du système scolaire. Leur discours sur la mentalité des jeunes d’aujourd’hui révèle un conflit de valeurs : les uns défendent les valeurs traditionnelles...

« Je suis étonnée de voir à quel point ça se dégrade et à quelle vitesse, au fil des années et surtout ces cinq-dix dernières années. Il faut aller à contre-courant. Le courant est vers la facilité, le désordre, le laisse raller, le retard, l’à-peu-près. C’est l’image de notre société actuelle. » (Liliane, régente)
« Il y a beaucoup plus de cas difficiles qu’avant, pas seulement en Professionnel mais ailleurs aussi et les difficultés s’étendent. Avant, on avait des premières et deuxièmes années très calmes, très gentilles. On disait : “Attention à l’adolescence, en troisième, quatrième”. Maintenant, on a des problèmes en deuxième, facilement. Mais d’après mes collègues, en première, ce n’est pas évident non plus. » (Brigitte, régente)
« Si je vais dans les locaux sur le temps de midi, je rencontrerai chaque fois des élèves qui mangent dans les locaux. Les élèves ignorent-elles le règlement interdisant d’être dans les locaux et de manger dans les locaux ? Ou font-elles semblant de l’ignorer ? Quand je dis “Qu’est-ce que vous faites là ?”, elles répondent : “On mange. Pourquoi ? On ne fait rien de mal”. L’éducation qu’on m’a donnée a quand même réussi à me créer une personnalité qui m’empêche d’accepter tout mais qui m’oblige à respecter certaines règles. L’élève actuel est révolté d’office. » (Monique, secrétaire)

17...d’autres préfèrent les valeurs « actuelles ».

« Avant, le Traditionnel se caractérisait par l’uniformité. L’élève ou l'adulte qui faisait un écart était récupéré par le système, par la pression morale ou la répression. Maintenant avec le Rénové, c’est plus libre, il y a plus d’expression, de créativité. C’est bien car dans ma jeunesse, c’était plutôt fasciste. Un livre oublié, c’était un test raté. On était des robots. » (Andrée, régente)
« Beaucoup aimeraient que les règles soient bien respectées dans les couloirs, aux intercours, etc. Ce serait beaucoup plus facile, mais on ne parvient pas à l’imposer. Quand j’ai fait mes humanités ici, on acceptait sans rien dire. Les jeunes de maintenant n’acceptent plus de devoir faire quelque chose sans savoir pourquoi. » (Nadine, régente)

18Aux yeux des enseignants, les jeunes ne se plient pas facilement à des exigences qui leur sont imposées de l’extérieur et ils manœuvrent habilement pour arriver à leurs fins : conscients des divergences de vues entre les adultes, ils parviennent à exploiter la tolérance des uns et l’incohérence des autres. Dans ce contexte, les enseignants affirment qu’ils doivent redoubler d’attention et de perspicacité.

« Je constate qu’ils adaptent leurs comportements au professeur. Avec les uns, on ne bouge pas, mais avec d’autres oui. Ils savent ce qu’ils peuvent faire. » (Anne, licenciée)
« L’intérêt du professeur ne correspond pas à celui des élèves. Le premier veut faire passer de la matière, le second cherche à en faire le moins possible. Les stratégies s’opposent. Si le professeur paraît fatigué, l’élève le voit et exploite la faille. D’où, la discipline est une relation à gérer et c’est difficile. Il faut être en possession de tous ses moyens physiques pour être sûr de soi. « (Béatrice, licenciée)

19Certains adultes dédramatisent la situation en attribuant les réactions de révolte et d’insoumission des élèves à des données psychologiques liées au jeune âge.

« Moi, j'ai besoin de concentration, d’un grand calme, d’énormément d’attention, mais les élèves vous harcèlent de questions qui peuvent attendre : “Madame, est-ce que je peux ouvrir la fenêtre ?’’etc. C’est affolant quand on est dans une explication qui demande beaucoup d’attention, ce n’est pas du tout malicieux, c’est inconscient. » (Andrée, régente)
« En deuxième année, il y en a qui se révoltent en bloc, c’est une question d’âge : 12-14 ans. » (Nadine, régente)

20En recherchant l’explication des comportements déviants dans la personne même de l’élève, une part des adultes pense au caractère de l'enfant tel qu’il a été façonné par son milieu familial ou aux effets sur l’enfant de situations perturbantes : le manque d’affection, la violence des relations familiales ou la séparation des parents.

« Il y a le contexte extérieur qui joue. Si l’enfant n’est pas motivé à l’extérieur par la famille, nous pouvons tout essayer, c’est inutile. L’indiscipline est la manifestation extérieure de quelque chose de plus profond : une instabilité face à tout, aux contraintes de la société, de la classe. Il existe une insatisfaction par rapport à un système où ils n’ont pas suffisamment de repères pour dire “Si je fais cela, je reste dans la norme et si je fais ceci, je n’y suis plus”. Ils passent facilement le cap et ne peuvent plus revenir en arrière car ils sont pris à partie, dérangent. On s’en méfie. » (Christine, régente)
« Les enfants sont très souvent chargés de problèmes familiaux qui n’existaient pas avant. Tiraillés entre un papa et une maman, ils passent un week-end chez l’un, puis chez l’autre. Un jour, ils viennent dire : “J’ai un nouveau père” et quinze jours après : “Il n’est plus là”. » (Marie-Paule, régente)
« Nos enfants de Professionnel, j'ai l’impression qu’à la maison, pour être entendues, elles doivent crier. Le père crie, la mère crie, elles ne voient pas pourquoi elles ne pourraient pas parler fort ici. « (Brigitte, régente)
« J’ai trouvé une vidéo sur la violence ordinaire et j’ai commencé à travailler ce sujet avec eux. Ils ont été impressionnés par la violence. Mais après, quelques-uns m’ont dit : “Oh, des baffes, on en reçoit tous les jours”. » (Bernadette, régente)

21Par contre, pour quelques enseignants, c’est l’absence de motivation des élèves par rapport aux contenus transmis dans les cours et surtout par rapport aux méthodes d’enseignement qui est à l’origine de l’indiscipline des élèves.

« Les garçons sont plus violents dans une école de filles, car ils ont des cours de cuisine, de couture. D’où pas de motivation ! Ils se révoltent contre tout : la discipline, les professeurs, le règlement et contre tout ce qu’on veut leur imposer. » (Nadine, régente)
« Au départ, j’avais une classe plus difficile que les autres, donc, j’avais un problème de discipline important. Je suis arrivée en cours d’année et j’ai subi un refus des élèves. J’étais considérée comme une remplaçante. J’ai alors recherché des moyens de discipline pour canaliser les élèves. J’ai eu des contacts avec les surveillants éducateurs pour leur demander les moyens de parade qui existent. Ils m’ont répondu qu’il n’y en avait pas. Le seul moyen était celui des retenues ou des mises à la porte. Mais on reste responsable de l'élève et donc, je n’osais pas utiliser ce moyen-là. Je m’en suis sortie en faisant un cours intéressant. Je me suis rendu compte que la bonne voie était celle de la motivation. » (Lucie, licenciée)

L’organisation du temps et le cadre spatial

22La plupart des adultes interrogés voient dans les conditions de vie à l’école l’origine principale d’états de tension et de nervosité qui s’extériorisent sous forme d’agressivité et d’indiscipline, en fin de journée ou en fin de trimestre quand la fatigue s’accroît, ou dans les cours où le professeur est moins sévère. Il a été tout particulièrement question des contraintes horaires. Élaborées surtout en fonction des programmes à enseigner, ces contraintes compromettent la qualité des relations informelles entre professeurs et élèves.

« Le contact entre les professeurs et les élèves est la condition majeure pour résoudre beaucoup de problèmes. Mais il est impossible de parler avec un élève à la fin d’un cours car le changement de classe doit obligatoirement être rapide pour l’un comme pour l’autre. A la récréation, les élèves n’ont pas envie de parler avec leur professeur. Et à midi, il reste peu de temps car vingt minutes pour manger et discuter dans le bruit, c’est peu. Dans certains cours comme ceux de religion ou de sciences sociales, on peut parler mais c’est trop limité. Pour les matières “ex cathedra”, le programme est surchargé et beaucoup de matières à voir réduisent le contact. Bien sûr, il y a le rôle de la titulaire qui peut compenser. C’est même prévu pour favoriser ce contact avec l’élève mais souvent, on joue à l’assistante sociale. » (Philippe, licencié)

23Pour certains, la journée de l’élève est trop exclusivement centrée sur l’apprentissage. Les programmes seraient trop chargés, ce qui créerait des frustrations sur d’autres plans, relatifs à la vie personnelle de l’élève, à ses besoins d’épanouissement affectif et de détente.

« Un groupe de quelques professeurs, qui s’appelait “vie à l’école”, a réfléchi sur le problème de la discipline. Il avait constaté que les enfants manquaient de détente. Il a essayé de leur faire voir l’école sous un autre œil, de leur montrer que l’école et les professeurs, ce n’est pas automatiquement autorité-assis-crayon-travail, que l’école pouvait aussi être un lieu de détente et d’épanouissement. Le groupe voulait une heure au cours de laquelle les élèves auraient pu faire ce qu’ils voulaient. On a fait appel à de bonnes volontés. Finalement, c’est devenu trop lourd et on a demandé à la direction que cette activité soit organisée par l’école. Surprise par cette demande, la direction a suspendu les opérations et a tout reporté à l’an prochain. Nous sommes gagnés par la lassitude. C’est toujours les mêmes qui bougent et on n’est pas encouragé. » (Christine, régente)
« La pression se relâche durant les cours plus relax, ceux de religion ou de sciences sociales ou aux cours donnés par de jeunes professeurs, surtout quand ces cours suivent des branches sérieuses qui ne permettent pas à la pression de s’évacuer. » (Philippe, licencié) « Les exigences aux points de vue des contenus et de la discipline sont de plus en plus grandes. Maintenant, c’est plus théorique, on accorde plus d’importance aux connaissances. Les contrôles de connaissance ont augmenté. Quand je vois ce qu’ils ont maintenant par rapport à ce que l’on avait. De mon temps, au début du Rénové, c’était beaucoup plus relax. » (Marie-Françoise, secrétaire)

24Non seulement, les exigences horaires constituent un obstacle à la détente et aux relations entre les personnes mais elles peuvent aussi expliquer le désordre dans les locaux, ainsi que les bousculades et le bruit dans les couloirs.

« On ne sait pas manger en dix minutes. On ne sait pas ranger un réfectoire convenablement en dix minutes. On laissera des crasses à terre. On sera indiscipliné, on se bousculera pour arriver plus vite. C’est l’engrenage ! » (Marie-Paule, régente)

« Bruits, chamailleries doivent se faire à l’extérieur. Mais pendant les récréations, les enfants restent à l’intérieur parce que le temps est trop court. En effet, si on compte un quart d’heure de récréation moins dix minutes de déplacement, cela ne permet pas de s’aérer. » (Christine, régente)

25La vie scolaire s’inscrit dans un cadre temporel donné et induit un certain rapport à l’espace. Les élèves doivent fréquemment passer d’un local à un autre. Ils courent, oublient leurs cahiers et sont surexcités. Ils sont peu respectueux de l’état des lieux car ils se désintéressent de locaux où ils ne sont jamais chez eux.

« Les changements de locaux ont pour effet d’exciter les élèves. Ils arrivent excités au cours et il faut dix minutes pour faire le calme, cinq minutes pour déballer le matériel. » (Anne, licenciée)
« Dans le Rénové, il y a beaucoup de déplacements de classe à classe. Cela perturbe. Les élèves ne sont jamais dans une ambiance de concentration. Ils doivent toujours courir d’un local à l’autre. Il y a du bruit et, en outre, ils oublient leurs affaires dans la classe où ils sont habituellement. Alors, ils sont privés de leurs affaires, de leurs livres et ils sont pénalisés dans le cours. S’ils viennent rechercher ce qu’ils ont oublié, ils se font rabrouer par le professeur qui occupe la classe. » (Andrée, régente)
« Les élèves n’ont aucun local à eux. Alors c’est la détérioration des locaux. Ils ne sont pas du tout concernés. Les élèves de deuxième, ils ont douze ans, ils aiment décorer leur classe, mais les troisièmes et les quatrièmes qui viennent dans leur classe griffonnent leurs dessins et posters. Et de ce fait, c’est fini l’envie d’apporter des choses qu’on aime bien pour mettre au mur. » (Bernadette, régente)

26Ayant connu une forte expansion depuis plus d’une dizaine d’années, l'école ne dispose plus de l’espace suffisant. Les conditions de vie s’en ressentent, tant dans certains cours qui se donnent dans des locaux trop petits que lors des moments de détente pour lesquels il n’existe pas assez d’espace disponible.

« Il y a aussi l’espace insuffisant pour le nombre d’élèves à accueillir. Quand vingt-cinq élèves parlent dans un local prévu pour douze, ce n’est plus supportable. » (Anne, licenciée)
« La population de l’école est passée de six cent cinquante en 1976 à mille cinquante en 1986. Le bâtiment est devenu trop exigu à cause du nombre d’élèves. » (Marie-Françoise, secrétaire)
« Il y a trois ans, j’ai essayé de faire quelque chose pour les troisièmes à midi. On avait un local pour se détendre mais c’est devenu une salle d’étude tout de suite. Madame X ne veut pas de désordre, pas de bruit dans son couloir. C’est ultra strict là-bas. Alors j’ai laissé tomber. » (Bernadette, régente)

Un système de décision bureaucratique

27La direction est critiquée parce qu’elle est peu présente sur le terrain, là où elle pourrait, par son autorité, exiger des élèves une plus grande discipline et soutenir les professeurs dans leurs efforts.

« On a l’impression que la direction n’a pas le temps de s’occuper des problèmes de discipline des élèves. Sauf si vous allez à la direction avec un élève à problèmes et que les surveillants-éducateurs n’ont pas de solution, alors ils prennent le problème en charge. Je n’entends jamais un élève dire : “Attention, le directeur est là”. Personne ne se sent responsable de personne. Aux intercours, quand je passe d’une classe à l’autre, tout le long du parcours, je fais rentrer les élèves dans leur classe. Si tous faisaient cela calmement, cela changerait tout. En outre, si de temps en temps, la direction avait la possibilité de se manifester par un coup de semonce... Je ne les critique pas. C’est un sale boulot et ils ont beaucoup de problèmes à régler mais ils ne se rendent pas compte de ce qui se passe dans les couloirs. La présence de la direction influencerait les élèves. Ils se diraient qu’il n’y a pas que les éducateurs qui font respecter le règlement mais aussi les professeurs et la direction. » (Christine, régente)
« Une présence active de la direction dans les couloirs ferait beaucoup de bien. Fût-ce passer, circuler, contrôler... On a tous besoin de se sentir contrôlés. Le contrôle devrait se faire de façon plus authentique de la part des chefs et non par des pions en tant qu’éducateurs. Il faut que ponctuellement on sache que nous avons un directeur et une directrice. Les sanctions s’oublient vite. Une présence, un sourire, une personnalité, ça fait plus d'effet. » (Liliane, régente)

28La direction semble avoir préféré établir un système de règles censé assurer le bon fonctionnement de l’école. Mais, de l’avis de certains enseignants, la multiplication des règles a eu pour effet de déresponsabiliser les élèves qui ont pris le parti de tenter d’y échapper plutôt que de s’interroger sur leur raison d'être.

« Le règlement ne fait pas assez ressortir ce qui est essentiel. Il porte sur des choses comme les jupes, les portes, les sorties, la cartes, etc. Ce n’est pas l’essentiel. » (Nadine, régente)
« Les portes et les règles de fermeture, tout le monde trouve cela aberrant. Cela n’empêche rien. Les règles aberrantes font rire tout le monde et on n’a pas envie de les respecter. » (Jacqueline, licenciée)

29En outre, l’abondance de règles nécessite un personnel suffisant pour en assurer l’application ainsi qu’une bonne coordination entre les différents responsables. Ayant perçu que la façon de contrôler et de sanctionner dépendait des charges de travail des surveillants et des conflits d’appréciation de personne à personne ou de catégorie à catégorie dans le personnel, les élèves usent de stratégies pour fragiliser le système et tirer profit de ses points faibles.

« Deux élèves ayant commis la même erreur pourront encourir des sanctions différentes parce qu’on a voulu s’adapter à leur personnalité. Cela crée l’injustice. (...) Parfois, c’est entre les surveillants éducateurs et les professeurs que c’est incohérent. Par exemple, pour les cartes de retard. Les élèves arrivant en retard ne sont sanctionnés par une carte de retard que lorsqu’il fait bon dehors, parce que les jours d’intempérie ou de grève qui mettent les bus en retard, il y aurait foule, trop de cartes à distribuer, trop à faire pour les surveillants éducateurs. Au départ, les professeurs ne le savent pas, donc on en arrive à cette situation où, d’une part, le professeur exige de l’élève en retard qu’il ait sa carte de retard et l’envoie chez le surveillant éducateur alors que celui-ci, d’autre part, a décidé de ne pas en distribuer parce qu’il fait trop froid dehors. Cela ne va pas. Les professeurs finissent par ne plus s’occuper des retards. Quand un surveilllant-éducateur donne une sanction, le professeur ne soutient pas la sanction et inversement. Les élèves le sentent et l’exploitent. Prenons l’exemple des cartes de sortie. Elles sont contrôlées irrégulièrement, par coups de sonde, parce que ce ne serait pas possible autrement, ça prendrait trop de temps. Alors, les sanctions sont fortes, exagérées. Les élèves qui se font prendre ressentent ces sanctions comme injustes et s’en plaignent aux professeurs et à leur titulaire. » (Lucie, licenciée)

L’attitude et l’indiscipline des enseignants

30Pour certains, l’importance des problèmes de discipline s’explique par le comportement des enseignants. L’attitude de ces derniers fait l’objet de points de vue largement controversés, comme nous aurons l’occasion de le voir ultérieurement. Ainsi, l’idée selon laquelle les enseignants font preuve d’une trop grande tolérance vis-à-vis des élèves indisciplinés n’est pas partagée par tous. Si certains reprochent aux autres de ne pas assez intervenir pour rappeler les élèves à l’ordre, d’autres sont partisans d’une moindre sévérité.

« Il y a deux sortes de professeurs : les uns veulent serrer la vis, les autres sont plus tolérants et découragent les premiers. Moi aussi, j’ai arrêté de leur faire la leçon. Je voyais les filles qui fumaient dans le parc. C’est interdit. J’ouvrais la fenêtre et je criais mais les professeurs, eux, passaient à côté et ne disaient rien. Alors, de quoi j’ai l’air ! » (Françoise, documentaliste)
« Les femmes d’ouvrage mettent en grand au tableau “Prière de mettre à certaines heures, certains jours, les chaises sur les tables” parce que ça leur fait gagner du temps. Quand elles reviennent, ce n'est pas fait et elles peuvent le faire elles-mêmes. Les élèves sont partis, le professeur n’a rien dit. » (Marie-Paule, régente)
« Je tolère cinq minutes de retard comme quelque chose de normal. Je signale rarement les élèves absents, je refuse cet esprit de suspicion. La confiance est quelque chose d’important. » (Jacqueline, licenciée)

31Les infractions au règlement commises par les professeurs eux-mêmes sont jugées plus sévèrement. On leur reproche notamment d’être souvent en retard et de ne pas pouvoir prendre leur classe en main à l'heure prévue.

« Le problème d’indiscipline aux intercours, c’est celui des professeurs en retard. Pendant ce temps, les élèves sont sans surveillance ; ils chahutent. Les professeurs consciencieux en ont marre de faire la police à la place des autres. Ils se démoralisent. » (Béatrice, licenciée)
« Il y a les professeurs qui laissent entrer sauvagement les élèves ou qui attendent qu’ils s’installent et que le calme revienne en faisant la causette dans le couloir avec un autre collègue. Et cela se produit tout le temps, tout le temps. Nous avons créé ce qui se passe. Je dis nous car moi aussi, il m’arrive de papoter dans les couloirs ou à la salle des profs avant d’aller prendre ma classe. » (Christine, régente) « Si un professeur est en retard, on a les élèves qui chahutent. Il y a un problème de ponctualité. Il y en a un qui arrive en retard puis un autre et “puisque on ne dit rien aux collègues, pourquoi est-ce que moi, j’arriverais à temps ?”. On sait qu’on ne sera quand même pas appelé à la direction. “Pourquoi je dois toujours tout faire normalement, se dit le professeur, si j’arrive à 8h30, ce n’est pas un drame”. » (Geneviève, secrétaire)
« Suite au travail de groupe sur la discipline, on a obtenu des rangs dans la cour pour les premières et les deuxièmes années mais ce n’était pas une solution. Cela a eu pour effet, bien sûr, le silence dans les rangs jusqu’au moment de l’entrée en classe. Mais cela a aussi eu pour effet que, lorsque les professeurs étaient en retard, les surveillants ne pouvaient pas maintenir le silence dans un groupe comportant de nombreux élèves. En outre, cela mettait en évidence les retards des enseignants. » (Marie-Claire, régente)

32Certains considèrent que la déviance des professeurs provoque celle des élèves par le mauvais exemple qui est ainsi donné.

« Comment les élèves peuvent-ils vous accorder du crédit si vous n’êtes pas régulier et qu’au lieu de prendre votre classe à 8h25, vous commencez à 8h35 ? Si vous vous fâchez sur des élèves en retard ou que vous les envoyez chez l’éducateur, ils peuvent très bien vous répondre “Mais vous n’êtes jamais à l’heure non plus”. » (Christine, régente)
« Il y a deux ans, des élèves s’asseyaient tout le temps sur un gros tuyau de radiateur qui passe dans le corridor. À force de s’asseoir, le tuyau s’est plié. L’eau qui passe dans le radiateur est très chaude. Tout d'abord, les élèves pourraient être brûlées très gravement et avec des milliers de tonnes de mètres cube d’eau, ce serait la catastrophe, l’inondation. Si je vois une élève assise sur un tuyau, je lui explique. Quand on va cinq mètres plus loin et qu’on voit qu’un professeur le fait, l’élève se dit : “Pourquoi le dit-on à nous, le professeur le fait, donc on peut le faire”. Il y a aussi l’exemple à montrer. Si on dit aux élèves : “On ne met pas les pieds sur les chaises” et que les professeurs le font ! Cela fait un cours plus décontracté mais il faut voir à quel point cela ne dérange pas les autres. Si on met ses pieds sur les chaises, la suivante va avoir sa robe sale. » (Monique, secrétaire)
« Dans la salle de projection, on ne peut pas manger mais quand les professeurs viennent eux-mêmes avec leur petit café ! Parfois j’explique mais parfois j’explose et je crie sur eux, même devant les élèves. » (Françoise, documentaliste)

33Ainsi, dans le milieu des enseignants er des administratifs, la tentation est grande pour les enseignants et le personnel administratif de considérer que le système fonctionne mal pour des raisons qui incombent aux autres niveaux hiérarchiques, soit aux élèves, soit à la direction. Dans certains discours, on voit apparaître une image essentiellement négative des élèves. On dit qu’ils ou qu’elles sont désinvoltes, font preuve d’habileté et d’audace pour déjouer l'autorité, et se désintéressent des matières enseignées. On y voit l’influence possible du milieu familial. Dans d’autres discours, il est surtout question de la direction qui se retranche derrière les règles pour résoudre les problèmes et qui ne se rend pas assez compte de l’impact limité d’un règlement imposé. L’école est aussi critiquée dans son mode d’organisation. Les horaires trop contraignants et l’espace trop restreint créent des conditions de vie perturbantes. Mais la question la plus délicate tient à l’évaluation de la responsabilité des enseignants. On critique les autres, leur laxisme, leur laisser-aller professionnel. Mais le plus souvent, on ne se met pas en question soi-même.

b) Les interprétations des élèves

34Au travers de quatre interviews de groupe, nous avons pu recueillir les avis de huit élèves de première et deuxième années du Rénové, de huit élèves de deuxième, troisième et quatrième du Professionnel, de cinq élèves de sixième du Général et de trois élèves d’une classe de cinquième du Professionnel. Ce qui fait un total de vingt-quatre élèves. A travers les propos retenus, nous verrons comment les élèves perçoivent l’école et y développent des stratégies en fonction de leur rationalité et de leurs intérêts spécifiques.

Les professeurs qu’on chahute et les autres

35Pourquoi certains cours sont-ils écoutés avec intérêt tandis que d’autres sont chahutés ? Les élèves interrogés estiment que c’est le rôle du professeur de rendre son cours attrayant. L’attitude qu’ils adoptent est celle du précepteur : on leur propose un produit qu’ils acceptent ou refusent. On voit d’emblée la différenciation des rôles entre enseignants et enseignés : les élèves ne se sentent pas responsables de l’échec de la relation pédagogique puisqu’ils n’ont pas le sentiment de la produire. En examinant de plus près leurs discours, on s’aperçoit qu’ils prennent en compte trois dimensions de l’action pédagogique : l’exercice d’une autorité du professeur sur l’élève, la transmission d’une matière à l’élève et l’établissement d’une relation entre le professeur et l’élève.

36L’exercice de l'autorité apparaît comme une dimension centrale de la relation professeur-élève. Les élèves tendent à considérer qu’ils ne fourniront un travail scolaire que s’ils y sont contraints pour réussir et ils ne resteront calmes que si le professeur fait preuve de fermeté.

« Si un professeur ne buse jamais personne, on travaillera moins. Si un professeur ne demande rien comme travail, on ne fera rien. On ne va pas travailler pour le plaisir de travailler. On travaille pour les points. C’est cela qui est un peu dommage. On n'étudie pas pour connaître, on étudie pour les points, pour arriver à réussir son examen et à passer chaque année. » (Un élève, sixième année du Général)
« Il y a des professeurs qui, rien qu’en se taisant et en attendant que toute la classe s’assoie, obtiennent le silence, rien que par le fait de rester très secs devant tout le monde. Mais il y en a d’autres qui, même en criant très fort “Tout le monde doit se taire” n’arrivent à rien. » (Un élève, sixième année du Général)
« Madame X, c’est un professeur qui n’est pas OK parce qu’elle ne dit jamais rien, laisse tout faire. C’est une nouvelle, on ne l’accepte pas. Elle donne son cours indépendamment de ce qui se passe côté élèves, elle pique des crises qui alternent avec des périodes de laisser tout-faire. » (Un élève, cycle inférieur du Rénové)

37L’autorité pédagogique prend des formes différentes selon les sections. En Professionnel, les élèves sont moins motivés par les points. Ils sont également moins sensibles aux menaces disciplinaires. L’exclusion du cours ou de l’école n’est que le prolongement du processus de relégation qu’ils subissent déjà. L’école est d’autant moins valorisée que l’avenir professionnel leur apparaît sombre. Pour les élèves du Rénové et tout spécialement des sections fortes, la réussite scolaire représente un enjeu qui risque, au contraire, d’être d’autant plus investi que s’accroît l’inquiétude pour l’avenir. Chez eux, la pression exercée par les points et les matières pèse davantage.

« Ici, en Professionnel, les relations avec les professeurs sont très bien. L’année passée, quand j’étais en Technique, on n’osait pas répondre. Cette année, on lâche tout. En Technique, c’est plus sévère. En Rénové, encore plus. » (Un élève, cinquième du Professionnel)

38Concernant la manière dont le professeur transmet la matière du cours, qu’attendent les élèves ? Leur première préoccupation semble être de comprendre la matière. Le cours sera bon lorsque le professeur parviendra à rendre sa matière intéressante.

« Un professeur qui n’est pas OK, c’est quelqu’un qui est compétent mais dont la manière d’enseigner ne permet pas aux élèves de pénétrer la matière. » (Un élève, cycle inférieur du Rénové)
« Madame X, son cours est bien donné. On comprend ce qu’elle dit. Et elle expliquera dix fois s’il le faut. » (Un élève, cycle inférieur du Professionnel)
« Il faut distinguer voir la matière et faire passer la matière. Faire passer la matière, c’est expliquer le cours, montrer à quoi il sert. » (Un élève, cycle inférieur du Rénové)
« Si le professeur a de l’autorité mais que son cours n’est pas intéressant, on se tait mais on n’écoutera pas, on regardera l’heure toutes les cinq minutes. » (Un élève, sixième année du Général)

39Les élèves attendent une troisième qualité du professeur : qu'il soit « sympa », c’est-à-dire qu’il établisse une bonne relation avec les élèves, qu’il comprenne leurs réactions, qu’il les aide quand ça ne va pas, qu’il ait le sens de l’humour. Les élèves auront tendance à chahuter un professeur qui n’est pas « sympa ».

« On est en sixième. Ce qu’on a pris, c’est ce que l’on aime. Donc, logiquement, on doit écouter et avoir de l’intérêt pour les cours. Mais il y a des professeurs qu’on n’aime pas. On ne les écoute pas, même si c’est intéressant. Si je n’aime pas le professeur, je n’écouterai pas. » (Un élève, sixième année du Général)
Q : Madame X, elle est sévère et sympa. Pourquoi sympa ?
« Parce que si on fait une feinte, elle va rigoler avec nous et, elle-même, sort aussi des feintes, même si sa tête reste sérieuse. » (Un élève, cycle inférieur du Professionnel)

Le poids du système scolaire

40Quand on les interroge sur leur indiscipline en classe, les élèves commencent par mettre en cause l’attitude des professeurs. Mais leurs commentaires ne s’arrêtent pas là. Ils se réfèrent à d’autres explications et mentionnent des facteurs plus abstraits, liés au fonctionnement des écoles en général.

41Une première caractéristique de ce fonctionnement est le fait de réduire l'élève à un rôle passif. Le modèle de comportement à l’honneur dans les sections fortes est celui où l’élève, assis sur son banc, écoute sagement le professeur et prend des notes. Même si ce modèle n’est pas autant adopté dans les autres sections, il est perçu, par les élèves, comme le plus caractéristique du système scolaire puisqu’il est appliqué dans le haut de la hiérarchie scolaire. Les élèves ont des avis contradictoires sur l’intérêt de ce genre de cours. Les uns préfèrent cette formule par rapport à celle où ils doivent faire un travail personnel, intervenir oralement, se perdre dans les aléas d’une discussion. D'autres vivent mal le fait de devoir rester silencieux et immobiles pendant de nombreuses heures de la journée.

« Là (dans les cours pratiques), on peut bouger, on peut parler, par conséquent, c’est normal, il ne peut pas y avoir d'indiscipline. » (Un élève, cycle inférieur du Professionnel)
Q : En général, votre participation est-elle sollicitée ?
« Pas tellement. Ça dépend. Surtout au cours de religion. Parce que ça demande plus un dialogue. Certains cours, on dicte tout, on prend note au vol, on se dépêche et, à la fin du cours, ça s’arrête.
Q : C’est une source d’insatisfaction ?
« Non. Un cours, c’est un cours. Il y a parfois des moments où on attendrait plus, où on a encore envie d’en parler. Il y a des cours qui nous intéressent vraiment, on voudrait que ça continue. » (Un élève, sixième année du Général)
« Il n’y a qu’au cours de religion qu’on sait discuter. Les autres cours, c’est tout de la théorie. » (Un élève, cinquième année du Professionnel)

42Selon certains élèves, le caractère impersonnel des relations avec le professeur est également caractéristique de l’école. Celui-ci ne représente pas d’abord une personne mais une fonction, comme si, pour jouer son rôle, le professeur laissait sa propre personnalité au vestiaire. Il apparaît figé dans un rôle dont il sort cependant en certaines circonstances, lors d’un voyage scolaire ou quand il est titulaire notamment. Cette impression est renforcée quand les élèves voient le professeur se comporter de manière bureaucratique.

« Les professeurs, cela a plutôt l’air d’être des fonctionnaires “métro-boulot-dodo”. Ils font cela pour faire quelque chose. Ils donnent leur cours et c’est fini. Ils ne cherchent pas à nous enseigner. » (Un élève, sixième année du Général)
« J’ai l’impression que les professeurs enseignent mais pas parce qu’ils ont envie d’enseigner, pas parce qu’ils ont envie de nous apprendre. Ils sont très peu pédagogues. En général, les professeurs ont les mêmes cours depuis dix ans. Cela fait dix ans qu’ils enseignent, cela fait dix ans qu’ils ont les mêmes feuilles, qu’ils ont les mêmes cours. Ils n’adaptent pas. Par exemple, il y a une classe plus faible qu’une autre. Cela ne leur arrive pas de changer la méthode, d’expliquer autrement. » (Un élève, sixième année du Général)
« Lors des voyages, c’est vraiment extra. On dirait que les professeurs changent tout à fait. Ils sont beaucoup plus proches de nous. Plus pour un peu rigoler. On peut leur parler sans avoir peur. On peut leur parler comme si c’était avec un autre élève, beaucoup plus agréablement, beaucoup plus facilement. Les élèves sont différents aussi. J’ai l’impression qu’on est moins oppressé par l’ambiance que le professeur dégage lui-même par un cours strict, dans lequel il prend des distances par rapport à nous. Nous sommes nous-mêmes plus décontractés, plus détendus. » (Un élève, sixième année du Général)

43En chahutant le cours d’un professeur qui manque d’autorité, les élèves mettent en œuvre une stratégie, comme si les professeurs étaient des adversaires dans un jeu de pouvoir. Dans ce pouvoir que détient le professeur, les élèves perçoivent une source possible de divers malaises. Ces malaises créent des tensions latentes à certains moments mais qui éclatent à d’autres. Le malaise peut être lié au sentiment d’être infériorisé, infantilisé.

« Les éducateurs sont plus à notre niveau, plus d’égal à égal quand on parle avec eux. C’est cela qui est mieux. C’est plus une relation de confiance, moins de quelqu’un de très haut à un pauvre innocent qui n’est rien du tout. » (Un élève, sixième année du Général)
« Il y a des professeurs qui durant toute une année, même s’ils nous connaissent, s’obstinent à nous appeler par notre nom. Cela montre encore plus l’impression de supériorité. » (Un élève, sixième année du Général)

44Le malaise peut provenir du pouvoir discrétionnaire dont dispose le professeur. Se sentant jugés, parfois injustement, les élèves se voient dans un rapport trop inégal. Ne pouvant contester de vive voix ni le mode d’évaluation, ni la méthode de travail du professeur, ils s’expriment de manière indirecte par différentes formes d’indiscipline.

« Dire au professeur que cela nous ennuie, non, c’est un peu déplacé. C’est à lui de sentir que cela nous ennuie. C’est à lui de voir qu’on ne se sent pas bien dans son cours, mais pas à nous d’aller lui dire. On pourrait lui dire, mais c’est beaucoup trop dangereux, on ne s’y risque pas. J’oserais, mais pas maintenant, plutôt quand je serai partie de l’école. » (Une élève, sixième année du Général)
« Au conseil de classe, il n’y a pas de délégué de la classe. On a le droit de savoir ce que les professeurs pensent de nous. Et ce serait bien qu’au conseil de classe, il y ait une opinion qui vienne du côté des élèves. On ne peut pas juger uniquement sur les résultats. Les professeurs ne savent pas toujours ce qui a pu se passer chez une élève. » (Une élève, sixième année du Général)
« Il y a des professeurs qui accusent injustement : “Tu n’étudies pas assez”. On étudie mais on a perdu les pédales et on a mal répondu. » (Un élève, cycle inférieur du Rénové)

45Les élèves disent aussi que certains professeurs abusent de leur pouvoir en s’adressant à eux sans aucune marque de considération et de respect.

« On me traite de malade mental ou d’idiot. » (Un élève, cycle inférieur du Professionnel)
« Certains professeurs ne répondent pas aux questions qu’on leur pose ou ils répondent de manière désagréable. » (Un élève, cycle inférieur du Professionnel)

Un réglement sévère, et des sanctions injustes

46Pour les élèves, certains de leurs comportements, considérés comme de l’indiscipline, relèvent d’une spontanéité toute naturelle de leur part.

« (De l’indiscipline à l’intercours) oui, il y en a. Mais, c’est ridicule. On court dans les couloirs, bien sûr, on crie, bien sûr... mais c’est normal. » (Un élève, cycle inférieur du Professionnel)
« On ne peut pas courir dans les couloirs mais, parfois, c’est agréable, quand on est seul, de courir. » (Un élève, sixième année du Général)
« L’indiscipline, c’est aussi les batailles de craies aux intercours. On joue au tennis avec la ramassette et les craies pour s’amuser mais cela, ce n’est pas de l’indiscipline, c’est pour se défouler. Si on avait des balles de ping-pong et une raquette, on ferait quand même cela avec des craies et la ramassette. C’est pour montrer qu’on est gonflé, que “moi j’ose”. » (Un élève, cycle inférieur du Rénové)

47Mais surtout, les élèves ne veulent pas être les seuls à devoir se plier à des règles d’intérêt général qu’ils estiment tout autant valables pour les enseignants et les surveillants-éducateurs. Ils n’acceptent pas qu’on soit d’une très grande sévérité à leur égard dans des domaines où l’adulte prend des libertés, par exemple à propos de la possibilité de fumer ou en ce qui concerne les règles de politesse.

« Ceux qui fument, ils se font pincer. Je trouve cela idiot. Les professeurs fument, alors ! Parfois, ils fument même pendant les contrôles. Et on ne peut même pas leur dire : “Excusez-moi, cela nous dérange qu’on fume pendant les contrôles”. Quand on va demander quelque chose à un professeur, qu’on va au studio, on frappe, on ouvre la porte, un bleu de fumée en sort. Les élèves fument dehors, c’est déjà mieux, cela ne gêne personne. » (Un élève, sixième année du Général)
« Certains professeurs ou surveillants-éducateurs entrent en classe sans s’excuser alors qu’ils dérangent le cours. » (Un élève, cycle inférieur du Professionnel)

48En outre, dans certains cas d’infraction, les élèves estiment que la peine est disproportionnée par rapport au délit ou qu’elle touche inégalement les élèves. Ainsi, à propos des sorties sans carte, les élèves considèrent qu’une distinction devrait être faite entre les sorties où les élèves ont une carte mais l’ont oubliée et celles où ils n’ont effectivement pas l’autorisation de quitter l’école. Il est injuste, à leur yeux, que les premières infractions soient sanctionnées comme les secondes. De plus, quand les cas sont nombreux où les élèves échappent à un contrôle, les élèves trouvent injuste que seuls soient punis ceux qui ont été repérés.

« Quand j’étais dans le cycle inférieur, j’avais une carte de sortie. Ce jour-là, il faisait bon, j’avais laissé ma veste à la maison. Quand je suis rentrée au dîner, mon portefeuille était dans ma veste, ma carte dans mon portefeuille. Il fallait que ce jour-là, je tombe sur quelqu’un. On m’a supprimé ma carte pendant un mois. J’ai pu rester pendant un mois tous les midis au réfectoire. En plus, je devais faire remplir une feuille de présence parce que je risquais encore de sortir sans carte. Cela peut arriver d’oublier. On aurait pu me dire : “Tu la présenteras demain”. On m’a supprimé ma carte pendant un mois. Alors, qu’il y en a qui sortent pendant des semaines et des semaines sans carte et qui n’ont rien. Et maintenant, plane en plus la retenue du samedi matin. Si on n’a pas de carte et qu’on est repris une deuxième fois, cela risque d’aller jusque chez les parents et jusqu’à la direction. Je trouve cela un peu fort, surtout si on en a une. Si on n’en a pas, c’est plus compréhensible que pour quelqu'un qui l’a et qui l’oublie. » (Une élève, sixième année du Général)

49Quand les interdictions sont trop nombreuses, l’envie de s’opposer augmente. Cela donne lieu à des comportements dont la principale raison d’être est de braver l’interdit. Ceux-ci sont renforcés par le groupe-classe, quand l’élève qui s’oppose au professeur voit son prestige grandir aux yeux de ses camarades.

« Plus c’est interdit, plus on a un malin plaisir à le faire. C’est humain ! Plus on l’interdira, plus il y aura beaucoup de monde à le faire. » (Un élève, sixième année du Général)
« Il y en a qui parlent aux professeurs comme à leurs copains. C’est pour épater les autres de la classe. » (Un élève, cycle inférieur du Rénové)

Les déficiences de l’organisation

50Les élèves évoquent largement les situations où ils sont confrontés à des règles ou à des modes d’organisation qui, selon eux, perturbent plus qu’ils ne facilitent la vie à l’école.

La circulation dans l’enceinte scolaire

51Les élèves ne comprennent pas les interdictions qui leur sont faites d’utiliser certaines voies d'accès au bâtiment ou aux locaux. Ces interdictions créeraient des difficultés de circulation et provoqueraient finalement des retards.

« (Les surveillants-éducateurs et les professeurs) nous regardent monter, nous bousculer dans les escaliers. Cela les amuse. Le matin, sous le préau, c’est l’embouteillage monstre. Je ne suis pas dans l’école avant 8h35, le temps que tout le monde rentre. En plus, il y a deux battants à la porte. Ils n’en ouvrent qu’un. On passe à deux en file indienne, on se coince... quand ils ouvrent la porte à l’heure ! Il y a des élèves qui, par chance, ont trouvé une porte ouverte, qui sont là à l’heure au cours et puis, le reste arrive en retard. On se bouscule, on veut aller vite pour arriver à l’heure au cours sinon, on se fait attraper et ce n’est pas notre faute. Je ne peux pas dire que je suis impatiente d'aller au cours. » (Une élève, sixième année du Général)
« Moi, je vais à l’école à vélo. Je mets mon vélo sur l’esplanade et parfois, j’ai cours juste de ce côté-là mais je dois faire tout le tour pour rentrer par la porte qui est de ce côté-ci et refaire le tour à l’intérieur. Je vois un professeur, je lui demande : “Je peux passer dans cette classe-là ?”. “Fais le tour, me dit le professeur, la porte, c’est là-bas”. C’est idiot, ce règlement. Alors, je comprends ces comportements consistant à écrire sur les tables et sur les murs parce qu’en fait, on est un peu révolté par toute cette discipline qui est parfois injustifiée. Parfois, on est vraiment révolté et alors, on s’en fiche.  » (Un élève, sixième année du Général)
« Si on arrive juste cinq minutes après la sonnerie et que la porte est fermée, on perd encore du temps à recourir à une autre porte et alors, on se fait engueuler parce qu’on est en retard. Il faut passer chercher un billet de retard chez la surveillante. Si elle n’est pas là, il faut attendre. Donc on rate un quart d’heure du cours au lieu de perdre cinq minutes. C’est idiot. » (Un élève, sixième année du Général)

Les changements de locaux

52Les nombreux déplacements entre les différents locaux de cours exigent de l’élève une stricte maîtrise de son temps s’il veut éviter d’être en retard : ne pas traîner à la fin d’un cours, prévoir à l’avance le matériel nécessaire aux différents cours. L’effort demandé est jugé trop important.

« Des professeurs nous retiennent parfois cinq minutes. Alors, on arrive en retard au cours suivant. Eux, ils ont l’ascenseur. On s’étonne qu'on court dans les couloirs. On est obligé ! On doit toujours tout emmener. Parfois, on a cours au rez-de-chaussée. On a ses affaires dans un casier en haut. On monte deux étages puis on se rend compte qu’on a cours de l’autre côté de l’école, en bas. On est obligé de tout redescendre et on arrive cinq minutes en retard. “Excusez-moi, j’ai dû aller chercher mon livre”. “Il faut prévoir”. Il nous faudrait une valise, une charrette. » (Un élève, sixième année du Général)

La récréation

53Du fait de la longueur de certains déplacements pour se rendre à la cour de récréation, le temps qu’on y passe est très court et les élèves n’ont pas le sentiment de vraiment se détendre. Dans ces conditions, certains prennent le parti de rester dans les couloirs plutôt que de sortir.

« Ce qui ne va pas, ce sont les récréations. De 10 h 55 à 11 h 10, cela fait un quart d’heure. Mais en fait, c’est moins. Le prof termine en retard. Il ne reste plus que dix minutes, alors on reste dans les couloirs. Si on a cours en haut, on doit descendre. On va dehors, on reste cinq minutes dehors, même pas. Il sonne. Et on doit remonter. Je trouve cela bête. » (Un élève, cycle inférieur du Rénové)

Le temps de midi

54Les élèves dressent un portrait peu emballant du temps de midi : l’attente avant de se rendre au réfectoire, la bousculade et la cohue avant de commencer à manger, les dix minutes pour avaler un repas chaud, l’ennui pendant le temps qui reste, l’obligation de rester dans le préau par temps froid.

« Nous, à l’heure de midi, on sort. Pour les élèves qui restent à l’école le midi, il y a le réfectoire et après, elles doivent aller dehors. Quand il fait froid, qu’il pleuve ou qu’il neige, c’est pas très marrant. On est là, parqués comme des bêtes. Maintenant, on ne saurait pas rester à l’école pendant l’heure de midi. On est resté pendant des années. On ne connaissait pas autre chose. On en a un mauvais souvenir. » (Un élève, sixième année du Général)
« A la récré de midi, on s’ennuie, on n’a rien à faire sauf le basket ou le foot pour ceux qui aiment. » (Un élève, cycle inférieur du Rénové)

La vie collective

55Les élèves déplorent l’absence de vie collective à l’école du fait qu’il n’existe pas d’activités communes susceptibles de favoriser une meilleure entente entre les élèves. Le sentiment d’isolement est accentué dans le cycle supérieur où l’entité qu’est la classe a une importance moindre en raison du choix individuel des titulaires et de la multiplication des options

« Cette année, on avait envie de faire une pièce de théâtre. Ça ne s’est pas arrangé. Faire une activité en dehors des cours, c’est presque impossible, soit parce qu’il n’y a pas de professeur qui peut nous accompagner, soit par manque d’unité des élèves. On trouverait bien quelqu’un mais pas un prof que tout le monde connaît, pas le prof d’un cours où tout le monde est rassemblé. Chacun choisit qui il veut comme titulaire. La classe n’a pas de titulaire, donc, c’est difficile d’avoir une vie de classe. Les élèves de rhéto, qui ont fait une pièce de théâtre l’année dernière, disaient que c’était vraiment extra, qu’elles avaient beaucoup mûri. Un professeur prenait en main la direction de toute la pièce. Le prof de couture faisait les vêtements. Le prof d’art faisait les décors. Tout était uni. C’était très chouette. Le professeur a fait cela pendant très longtemps, il n’a plus voulu continuer. C’était trop de travail. Ça demandait beaucoup de présence à l’école en plus des heures de cours normales. » (Un élève, sixième année du Général)
« Chacun fait tout de son côté. Il n’y a pas d’activité où on fait quelque chose ensemble sauf une fois quand on a fait l’accueil à la réunion des parents. On avait fait une cafétéria. On s’entendait très bien. On a préparé tout ensemble. On n’est pas resté en petits clans comme ça se passe le plus souvent. » (Un élève, cinquième Professionnelle)

Un malaise diffus

56Les élèves disent qu’ils ne se comportent pas à l’école comme ils se comporteraient chez eux. Ils ne se sentent pas responsables individuellement de l’ordre et de la propreté. Le fait d’abîmer le matériel est interprété, par certains, comme l’expression de l’ennui et du ras-le-bol de l’école.

« Il faut bien se rendre compte que les élèves ne vont pas passer leur temps à ramasser des papiers qui traînent dans une classe. Il y a des professeurs, parfois, qui demandent de ramasser un papier à la fin du cours. C’est toute une histoire. Il y en a qui ne les ramasseront pas. Cela ne sert à rien. Qu’ils nous en parlent ou qu’ils ne nous en parlent pas, cela ne change rien. » (Un élève, sixième année du Général)
« Il y a des jours où, à la fin de la journée, j’en ai tellement marre, je jetterais un papier à côté de la poubelle mais tant pis, il restera là. Je trouve cela un peu idiot. Il y a des jours, le papier à côté de la poubelle, il peut vraiment rester où il est. » (Un élève, sixième année du Général)
« Quand on voit les tables, il y a des classes, c’est terrible. Tout est écrit sur les bancs, mais n’importe quoi pour dire d’écrire sur le banc.(...) Chez moi, je n’écris pas sur les tables. Ici, on voit tout cela. » (Un élève, sixième année du Général)
« Écrire sur les tables, cela m’est déjà arrivé aussi, quand le cours est vraiment ennuyeux. » (Un élève, sixième année du Général)

57Au vu des extraits ci-dessus, les comportements des élèves peuvent être rapportés à deux logiques principales : réussir les examens et avoir une vie scolaire la plus agréable possible. Si le professeur est trop coulant, ils en profiteront pour travailler moins. Si, par contre, il est trop sévère, ils ne s’opposeront pas ouvertement à lui mais adopteront des stratégies de retrait. La propension à chahuter augmente aussi si le professeur ne parvient pas à rendre sa matière intéressante ou s’il n’est pas « sympa ». D’une manière générale, les élèves ressentent leur position de dominés tout particulièrement quand des professeurs ont une attitude hautaine voire méprisante vis-à-vis d’eux, quand on leur refuse la voix au chapitre dans les cours, et quand plane la menace de l’échec aux examens. Les moments où la tension monte sont propices à diverses manifestations d’indiscipline et de non-collaboration.

58Concernant ce qui se passe hors des cours, les élèves trouvent que certains comportements sont jugés à tort comme relevant de l’indiscipline. Ils ne voient pas pourquoi ils devraient réprimer leur spontanéité. Mais surtout, ils sont moins préoccupés par le fonctionnement de l’école que par les relations qui s’y vivent. Ce ne sont pas les règles en tant que telles qui les interpellent mais bien les injustices qu’elles révèlent ou qu’elles occasionnent : les discriminations entre adultes et jeunes, d’une part, et les inégalités en matière de sanction, d’autre part. Comme les enseignants et les administratifs, ils identifient certains aspects du mode d’organisation de l’école comme étant à l’origine de tensions et de diverses nuisances telles que le bruit.

3. Les obstacles à la recherche de solutions

59Les entretiens, centrés au départ sur l’indiscipline des élèves, ont laissé entrevoir d’autres problèmes. Les enseignants sont apparus divisés sur l’attitude à prendre face aux élèves et surtout découragés, non pas principalement à cause des élèves mais bien plus en raison de leurs relations avec les collègues, avec la direction et avec l’école comme instance organisationnelle et institutionnelle.

La discipline, pomme de discorde

60La difficulté de gérer les problèmes de discipline est liée à l’existence de deux tendances contraires parmi les enseignants. Ce qui apparaît être une discipline nécessaire pour les uns ne l’est pas pour les autres.

61Certains voudraient qu’on adopte des mesures contraignantes aptes à restaurer une meilleure discipline.

« Il y a des professeurs qui demandent une marge (dans le cahier ou sur les feuilles), d’autres qui disent qu'ils peuvent travailler sans marge. Ça perturbe un gosse. Pourquoi ne peut-on pas uniformiser un règlement pour tout le monde ? Les élèves comparent : “Une telle, elle est bien plus facile. Avec elle, il ne faut pas faire cela. Celle-là, c’est une maniaque”. Au niveau des premières, les élèves, cela les désarçonne. Un tel, il faut faire cela ; un tel, il ne faut pas faire cela, il faut faire autrement. Les élèves se posent des questions. Et finalement, ils viennent dire : “C’est quand même mieux d’être plus sévère parce qu’on sait ce qu’il faut faire”. » (Marie-Paule, régente)
« Je voyais les filles qui fumaient dans le parc. C’est interdit et moi j’ouvrais la fenêtre et je criais. Mais les professeurs, eux, passaient à côté et ne disaient rien. Alors, de quoi j’ai l’air ? D’une emmerdeuse ! Alors, moi aussi, j’ai arrêté de leur faire la leçon par la fenêtre. Pour moi, il n’y aurait pas de short, pas de décolleté et pas de mini-jupe. Mais pour les autres, ce n’est pas un problème. Alors, les tentatives de résoudre ces problèmes échouent parce que les autres ne suivent pas. » (Françoise, documentaliste)
« Avant 1974, du temps où j’étais au Secondaire (j’ai connu la dernière année du Traditionnel), jamais on n’aurait monté un escalier sans laisser la rampe au professeur. Jamais, on ne se serait assise sans que le professeur ne nous donne la permission de nous asseoir. Je vais entrer dans le bureau d’un supérieur, je vais attendre avant de m’asseoir. Il me semble que c’est un élément, pas de discipline, mais de politesse, de savoir-vivre, qui crée une ambiance que je ne trouve pas si mauvaise que ça. Dans une éducation qui s’est faite naturellement, à la fin, les obligations sociales ne sont plus des obligations. C’est un naturel qui profite à tout le monde. » (Monique, secrétaire)

62D’autres minimisent les problèmes et considèrent qu’en exigeant plus de discipline, on ne change rien à la motivation des élèves ou à la qualité de leurs relations avec les adultes.

« On ne peut pas vraiment parler d’indiscipline. L’indiscipline, c’est plutôt une impression qui est fonction du bruit dans les couloirs. Il y a une discipline ici. D’ailleurs, les professeurs actuels sont plus exigeants à l’égard des élèves que de mon temps. Avant, on accordait beaucoup plus d’importance à la créativité, à la spontanéité, à l’expression qu’à la discipline. » (Marie-Françoise, secrétaire)
« Si les chahuts dans les couloirs pouvaient calmer les élèves et résoudre les problèmes en classe, je dirais : “Vive les chahuts”. Les enfants ne peuvent pas passer huit heures sans se défouler. » (Anne, licenciée)
« Mon impression, c’est qu’il y a des gens installés depuis longtemps dans cette école qui était une école très sage et ces gens font des remarques qui me font rire. La frontière du supportable est tellement différente d’une personne à l’autre et, comme je viens d’un milieu plus difficile, ici, ça me semble facile. J’ai entendu des réflexions comme : “Dans l’escalier, on ne laisse plus la rampe au professeur”. La politesse ne consiste pas à laisser la rampe au professeur. Une telle mentalité me donne envie de chahuter. Il y a des attitudes provocantes de la part des adultes aussi. » (Bernadette, régente)

63Étant donné l’ampleur de ces divergences, il n’est guère surprenant que les tentatives visant à harmoniser les comportements des enseignants autour de quelques attitudes communes aient échoué.

« Il y a un problème de répartition du travail auprès des enfants. Il a été institué depuis quelques années, à titre d’essai, de faire de grands tableaux où chaque professeur s’engage à inscrire les matières et travaux qu'il demande, de telle façon que celui qui arrive en fin de journée tienne compte de ce qui a déjà été demandé, pour que chacun essaie de répartir le travail de façon harmonieuse. Le système ne fonctionne pas parce que les professeurs ne daignent pas remplir, ou ils oublient, ou ils n’ont pas envie, ou ils disent que c’est fatigant ou qu’ils n’ont pas le temps.(...) Dans certaines classes où il y avait un problème d’ambiance, on a tenté d’arriver à quelques mesures très simples et minimales, par exemple, se lever en classe avant de commencer le cours, être en silence, lever le doigt quand on prend la parole. Pour obtenir l’accord des professeurs sur ces règles, cela a été difficile. Cela s’est fait en conseil de classe. Les règles sont affichées dans la classe mais au niveau du respect de ces règles, certains professeurs disent : “Moi, cela me fatigue”. On défend sa propre individualité, son propre tempérament, sa tendance à oublier et la pagaille continue. » (Bénédicte, assistante sociale)

Trop de tâches différentes

64Les enseignants donnent leurs heures de cours mais ils sont également sollicités pour d'autres tâches sans lien immédiat avec l’enseignement : surveiller des élèves, assurer une discipline dans l’école, s’occuper de la maintenance des lieux, remplir des papiers, participer à des activités organisées par l’école. Beaucoup accomplissent ces tâches sans conviction et, parfois même, les négligent.

« Moi qui suis une ancienne, j’ai connu le temps où la directrice pouvait demander quelque chose à n’importe qui. C’était un “oui” d’avance. On se serait décarcassé en vingt-huit pour ne pas lui dire “non”. Ce n’est plus vrai. Nos âmes de fonctionnaires deviennent tout doucement bitumées. » (Marie-Paule, régente)
« Quant aux surveillances, les professeurs ne les font pas. Ils devraient se renseigner. C’est affiché. Avant, ils téléphonaient pour savoir. Maintenant, ils ne téléphonent même plus. On ne sait pas où ils sont et c’est le responsable de secteur qui doit surveiller sauf si on va au studio demander si une bonne poire veut bien surveiller. » (Marc, surveillant-éducateur)
« Il y a beaucoup de professeurs qui oublient de fermer les fenêtres, d’éteindre les lumières des classes et, moi-même, je reconnais que souvent j’oublie. Les surveillantes-éducatrices doivent alors faire le tour de toutes les classes pour fermer et éteindre et elles s’en plaignent. Pour les surveillantes-éducatrices, responsables de secteur, c’est un peu lourd à faire car il n’y a qu’elles qui le font et elles ne savent pas être partout. Ce serait bien si tous les professeurs s’y mettaient. Encore faut-il que ce règlement soit partagé par tout le monde ! » (Nadine, régente)
« Tout ici est très organisé. Il faut des papiers pour tout. On ne peut pas éternuer sans qu'il y ait un talon à remettre. On est très tenu, les profs et les élèves surtout. C’est par rapport à de telles exigences qu’il faut comprendre l’indiscipline. Ici il y a trop de papiers, trop d’administration. Ça prend une énergie folle. » (Bernadette, régente)

65L’indiscipline dont font preuve les professeurs est attribuable, selon eux, à plusieurs facteurs : le malaise lié au rôle que l’enseignant aurait à assumer comme éducateur, la profusion des tâches administratives et, de manière générale, la surcharge de travail.

66a) Le rôle des enseignants en tant qu’éducateurs est largement controversé. Les uns estiment que ce rôle fait partie intégrante de leur travail mais sont découragés par l'irresponsabilité générale sur ce plan.

« Au niveau de notre rôle d’éducateur, je suis malade. Peu de professeurs se sentent éducateurs. On a l’impression d’être noyé dans une masse de gens que cela ne concerne plus. Par exemple, je faisais la leçon à un élève qui en avait fait tomber une autre en lui expliquant que c’était dangereux. “Ne t’occupe plus de ce genre de chose” m’a dit un collègue qui passait par là. Le savoir a priorité sur l’éducation de la personnalité. Beaucoup ont capitulé par fatigue et par déception de n’être pas soutenus par les autres profs. Il faudrait au moins, même si les points de vue sont différents, une ligne directrice précisant comment les choses devraient se passer, par exemple, aux intercours. Personne ne se sent responsable de personne. J’ai une manie, tout le long du parcours, je fais rentrer les élèves dans leur classe. Si tous les professeurs faisaient cela calmement, cela changerait tout. » (Christine, régente)

67D’autres enseignants ne veulent pas agir en tant qu’éducateurs parce qu’ils ne souhaitent pas exercer un rôle disciplinaire vis-à-vis des élèves.

« Dans le parc, on ne peut pas rouler à vélo. Quand je vais chercher mes enfants, si je vois des élèves à vélo, je leur dis de descendre, mais au fond de moi-même, cela ne me dérange pas qu’ils roulent à vélo. Mais comme c’est dans le règlement, c’est un peu notre devoir. Mais cela se limite à ça. Dans les couloirs, je n’interviens pas, c’est le rôle des surveillants-éducateurs. » (Nadine, régente)
« Si les élèves arrivent et que le professeur n’est pas là, c’est la foire. On essaie que les élèves restent en classe. On leur dit, mais quelques secondes après, ils sont de nouveau sortis. Le professeur ne va pas commencer à sévir. C’est le rôle de l’éducateur... C’est pénible quand il faut faire des surveillances, il faut “gendarmer”, ce n’est pas très agréable. » (Brigitte, régente)

68b) Les enseignants s’estiment envahis par les tâches administratives. Il y a, dans l’école, un nombre impressionnant de documents à lire, à faire circuler, à remplir et à faire signer.

« J’ai eu des amis parents qui signaient les papiers, comme ça, sans regarder. Ils disent : “Il y en a tellement à signer”. Et au début de l’année, les pauvres éducateurs, ils sont plus dans les talons et dans leur paperasserie que dans un travail d’éducation. Pour les conseils de classe, les professeurs doivent signer des papiers. Il y a des papiers partout aux valves. Parfois, on lit trois fois la même chose et on passe à côté de la quatrième. Moi je ne me sens pas engloutie dans la paperasserie. Mais les professeurs titulaires, c’est différent : elles ont des feuilles à remplir, des dossiers à faire. » (Brigitte, régente)

69Ce sont surtout les surveillants-éducateurs qui sont sollicités pour accomplir ces tâches. Ils estiment, tout comme les enseignants, que le travail administratif handicape l’action éducative.

« Les surveillants-éducateurs sont débordés par les papiers à remplir, à distribuer dans les classes, à récupérer, les registres à tenir. Il m'est arrivé de ne pouvoir discuter d’un problème d’une élève qu’une semaine et demi après l’incident, tellement cette éducatrice était débordée. Qu’ils soient éducateurs-paperasses ou éducateurs-élèves, mais pas les deux ! » (Christine, régente)
« Nous n’avons pas le temps d’être éducateurs parce que nous avons des tâches administratives à remplir. » (Marc, surveillant-éducateur) « Quand un professeur est absent, il faut des tas de papiers pour permettre aux élèves de sortir plus tôt : une note au journal de classe, des papiers à signer par les parents. Les surveillants-éducateurs doivent passer un temps fou parce qu’il y a toujours des élèves qui ne sont pas en ordre. Ils doivent interrompre les cours pour demander les papiers. D’abord c’est très dérangeant pour les cours, et ça veut dire que ce côté-là est plus important que le cours qui se donne. » (Bernadette, régente)

70Les enseignants ressentent surtout le poids de l’administratif lorsqu’il s’agit d’entreprendre des activités qui sortent de l’ordinaire. Or, selon eux, ces activités pourraient jouer un rôle non négligeable dans l’amélioration des relations professeurs-élèves et des relations entre les élèves.

« En tout cas, ce qui frappe ici, c’est la structure rigide, le formel. Cela déçoit un peu. On exige beaucoup et cela écrase l’initiative. Toutes ces règles dissuadent de faire ce qu’on aimerait faire. Par exemple, un jour on découvre qu’il y a un espace libre pour faire quelque chose d’intéressant mais avec toutes les formalités qu’il faut remplir, on arrivera trop court et donc on ne le fait pas. Au fond, on ne vit pas assez avec les portes ouvertes ici. On inviterait bien des gens qu’on rencontre, mais on ne peut pas le faire sans le prévoir longtemps à l’avance. » (Jacqueline, licenciée)
« Si on veut faire une sortie avec les élèves, il faut des tas de papiers, avoir prévenu en septembre pour janvier, avoir remis tous les plans de sortie. S’il y a des choses intéressantes qui se passent (un film, par exemple), il faut se lancer dans des démarches administratives folles et de toute façon, s’il y a quelque chose qui cloche, on est pris en faute. Alors, on cale. » (Bernadette, régente)

71c) La diversité des rôles à assumer par l’enseignant a pour effet d’augmenter sa charge de travail.

« Tout a changé. Notre rôle aussi. On est plus animateur que professeur. Mais qui sommes-nous au fond : des enseignants qui font passer de la matière, des éducateurs, des psychologues, des sociologues ? On exige trop de nous. Bien sûr, on a toujours dû tenir compte des élèves mais maintenant, c’est devenu envahissant. Par exemple, pour un élève très difficile, on a fait des réunions — et combien de réunions — pour savoir comment se débrouiller avec lui. Pendant ce temps-là je perds des énergies ; ce n’est pas mon rôle principal. Cela me fatigue et je me déconcentre. Je suis là pour donner un cours et pas pour me dépenser dans toutes sortes de problèmes qui ne sont pas les miens. » (Andrée, régente)

72La quantité de travail à prester s’est encore accrue suite aux restrictions budgétaires imposées par le gouvernement.

« J’ai l’impression qu’on en demande de plus en plus aux professeurs. Avant, le titulariat, le conseil de classe, le travail en équipe, la coordination par branche, tout cela était payé. Et petit à petit, on a eu les restrictions. En fait, on travaille encore maintenant comme quand tout était payé. » (Geneviève, secrétaire)
« Je dois travailler cinq heures en plus qu’avant pour le même salaire. Je n’ai plus de temps. On est bouffé. Quand on aime son travail, on n’a plus le temps de vivre pour soi, de se rééquilibrer et de ne pas perdre les pédales. » (Béatrice, licenciée)

73De leur côté, ceux qui ont pour tâche d’assurer la discipline, c’est-à-dire les surveillants-éducateurs, sont eux-mêmes aux prises avec une multiplicité de tâches à remplir et doivent dès lors négliger une partie de leur travail, notamment en matière disciplinaire.

« Le premier problème, c’est le manque d’effectif. S’il n’y a pas assez de personnel, on ne sait pas avoir une discipline. Le personnel ne sait pas se démultiplier. Si on est seul pour un quart de l’école ! » (Marie-Paule, régente)
« Les élèves ne font pas de différence entre les intercours et la récréation. Je devrais intervenir mais c’est impossible car en même temps, je dois recevoir des papiers, soigner un blessé, etc. (...) Pour la directrice, les principes doivent être respectés même si matériellement, c’est irréalisable. Les temps de surveillance, calculés en pourcentage des activités, sont insuffisants pour couvrir le pourcentage de professeurs malades. En conséquence, beaucoup du temps des surveillants-éducateurs se passe en surveillance. » (Marc, surveillant-éducateur)

La bureaucratie et le repli défensif

74Des enseignants disent ne pas vouloir faire preuve de dynamisme dans le cadre de leur travail parce que leurs désirs personnels ne sont pas suffisamment pris en compte par une gestion qu'ils jugent trop bureaucratique. Dans ce contexte, ils réagissent en affirmant qu’ils ne feront que ce qui leur est demandé et pas davantage. Cette stratégie peut conduire à tenter d’éviter une tâche désagréable par tous les moyens possibles.

« J’ai connu quelqu’un qui arrivait systématiquement en retard le matin. Dans ses desiderata en début d’année, elle avait dit : “De grâce, ne me mettez pas des cours avant 9 h l5, je ne sais pas me lever. On l’avait mise à 8h25. Il faut partager la poire en deux. Ne pas être tatillon. Humaniser un peu la fonction, ce serait pas mal, sinon les professeurs seront des fonctionnaires, ce sera x heures et pas une de plus. » (Marie-Paule, régente)
« Les professeurs se disent “La secrétaire ne veut pas me retirer l’heure de surveillance”. On croit que c’est de la mauvaise volonté, le jour même, on téléphone pour dire “Je ne serai pas là”. Tout le monde s’énerve et râle. » (Geneviève, secrétaire)
« Madame X (enseignante) voulait faire changer une heure de surveillance d’examen car il s’agissait de l’examen d’un professeur ayant pour elle de l’aversion. Le secrétariat a considéré que c’était impossible “que tout le monde vienne changer”. Auparavant, Madame X offrait spontanément ses services à ses heures libres. Dorénavant, elle s’abstiendra. » (Marie-Paule, régente)

75Ce qui est regretté par la plupart, c’est le fait que la dimension humaine du travail passe au second plan et qu’on assiste dès lors à un accroissement des mésententes et des conflits entre les enseignants et les administratifs d’une part et entre les enseignants et la direction d’autre part.

« Quand on demande à un professeur de prendre une classe en charge, on regarde s’il n'a pas eu trop de conseils de classe cette semaine-là, s’il n’a pas de parents à recevoir, s’il aura le temps de faire ses bulletins. On n’a pas le temps d’avoir un contact avec le professeur pour expliquer pourquoi on le met en surveillance, pourquoi on fait ceci ou cela. On affiche au studio. Alors, ou bien le professeur n’a pas vu le document (il faut dire qu’il y a tellement de papiers) ou bien il se plaint : “On m’a encore mis en surveillance, je dois encore faire cela” ». (Geneviève, secrétaire)
« Ce qui est dommage, c’est que les papiers ont remplacé la parole. » (Christine, régente)
« Je me suis fait agresser par une titulaire parce que j’avais confié la surveillance de sa classe à une personne qui était son ennemie personnelle depuis toujours. Je ne le savais pas et cette personne m a interpellée bruyamment et publiquement en me demandant si la directrice devenait folle. » (Marie-Françoise, secrétaire)

76Les tensions sont plus vives encore lorsque les mesures administratives sont perçues comme des moyens de contrôle.

« Je me souviens de Madame Y (surveillante-éducatrice). On aurait pu lui dire “Mon garçon est malade, je vais être en retard”. Maintenant, vous arrivez en retard, Madame Z est priée de vous appeler et de dire : “Venez signer parce que vous êtes en retard”. C’est une formule, ça ? C’est un garde-chiourme. Cela m’a déjà souvent révoltée. On pénalise. Il y a peut-être une raison extraordinaire qui fait que cette personne-là, pour une fois, elle arrive en retard. Pour les conseils de classe, il faut signer des cahiers. Je les signe parce que cela ne m’ennuie pas. Mais je trouve que tout de même, on devrait nous dire si c’est un contrôle pour voir qui est présent. On vous explique que c’est pour les vérificateurs. Cela, j’en doute très fort ! Il n’y aurait qu’ici que les vérificateurs le demanderaient. C’est toujours équivoque. On ne sait pas. On a l’impression qu’on se fait surveiller, qu’on se fait coincer. Alors on fait ce qu’il faut, rien de plus. » (Marie Paule, régente)

77Les conditions qui viennent d’être décrites favorisent la suspicion, la critique et la médisance qui détériorent le climat dans l’école.

« Ce qui est dommage, c’est que tout ce qui se passe s’accompagne chaque fois de commentaires : “Tiens, je remplace qui ? Elle est encore absente ! Mais la semaine dernière, je l’ai déjà remplacée”. Le professeur va le dire au studio, on le dit à un éducateur, l’éducateur à l’autre éducateur, on se retrouve à table et on a la même chose : “X a été absente, Y aussi, une autre n’est pas arrivée à temps à son cours”. On aurait peur d'aller dîner au réfectoire. » (Geneviève, secrétaire)
« A la salle des professeurs, quand on ne corrige pas, on bavarde, on commence par des choses tout a fait anodines et pour finir on en arrive à dire : “Tu as vu celle-là... je me demande comment elle en sort. Elle a trois enfants, son mari est un petit employé et t’as déjà vu comment elle est fringuée et comment ses enfants sont mis”. Avant, les conversations entre professeurs, c’était tout autre chose. La directrice précédente nous donnait des points de réflexion et disait par exemple : “Il y a une fête à organiser”. C’était pendant les récréations qu’on organisait cela. Ou elle disait : “On va faire cela dans notre quartier”. Avant, il y avait un climat nettement plus fraternel. » (Marie-Paule, régente)

Les conflits de pouvoir

78La complexification des tâches, combinée avec l’idée que tout le monde continue à faire un peu de tout, engendre des complications du point de vue des rapports hiérarchiques. Celui qui a un rôle particulier dans un domaine va vouloir, dans ce secteur, imposer son point de vue aux autres.

« La direction est débordée. Elle doit déléguer ses pouvoirs, et son pouvoir est dilué, aux délégués de branche, aux surveillants éducateurs. Avant, j’avais un seul chef, maintenant j’ai beaucoup de chefs : la direction, les délégués de branches qui changent chaque année et avec lesquels il faut quand même s’accorder, les titulaires qui sont eux-mêmes soumis à la pression des élèves et des parents et enfin les surveillants-éducateurs qui contrôlent les infractions, les retards et à qui nous devons rendre des comptes dans les problèmes de discipline. » (Andrée, régente)

79La confusion au niveau de la structure hiérarchique est à l’origine d’un climat conflictuel entre le personnel administratif et les enseignants. Ces derniers accusent les premiers de faire le jeu de la direction pour détenir quelques bribes de pouvoir.

« Il y a quelques jours d’ici, c’était les contrôles et j’étais pressée. J’ai oublié de faire les papiers de présence. Je me suis fait engueuler dans les couloirs devant les élèves comme du poisson pourri. Ça gueulait, gueulait. Je ne sais pas qui lui donne un tel pouvoir mais si elle prend le pouvoir comme ça, c’est parce qu’on lui donne. Et si elle rencontre la direction, elle va aller lui dire et je vais me faire appeler. Quand le personnel administratif a quelque chose à dire, il va chercher le directeur. Les professeurs sont victimes du personnel administratif, y compris des surveillants-éducateurs qui se prennent au sérieux car la direction prend conseil chez eux alors que ces gens n’ont pas de formation (à de rares exceptions près). Ils prennent le pouvoir. Ils ont les signes du pouvoir : ils vont dîner à la table de la direction. » (Béatrice, licenciée)
« Il y a quelques professeurs qui réagissent aux intrusions des surveillants-éducateurs mais c’est très difficile car il y a comme une rivalité entre professeurs et surveillants-éducateurs. Les surveillants éducateurs ont un sale boulot. On n'est déjà pas bien payé mais ils sont encore moins bien payés que nous. Donc ils doivent avoir tendance à se sentir infériorisés par les profs et si, quand ils interrompent un cours, on leur dit “Venez à un autre moment”, c’est vraiment faire une hiérarchie. C’est pour ça que je ne réagis pas. Mais il y en a qui le font et ça fait des conflits. Il y a des conflits installés de personne à personne et même de groupe à groupe. » (Bernadette, régente)

80Le pouvoir des parents d’élèves, surtout s’ils sont appuyés par la direction, est également perçu comme une menace pour l’autonomie d’action des enseignants.

« Les élèves sont soi-disant en dessous des professeurs mais les parents sont au-dessus des professeurs. En conséquence, les profs sont coincés, d’où le spleen, la dépression. Les profs sont dépréciés et peu soutenus par les parents. En outre, pour la direction, les parents comptent plus que les professeurs. » (Béatrice, licenciée)
« Quand ils sont soutenus, les professeurs font du bien meilleur travail et l’ambiance est meilleure. Mais pour cela, il faut que, face aux parents, la direction dise : “Stop ! c'est mon professeur, je sais qu’il a de la valeur. Arrêtez, Monsieur et Madame, de déblatérer contre ce professeur”. » (Béatrice, licenciée)

81Les points de vue des enseignants et surveillants-éducateurs sur l’indiscipline des élèves sont donc loin d’être unanimes. Chez les enseignants, ces divergences de vue semblent reposer sur un malaise plus fondamental lié à la définition de leur rôle et à leur position de pouvoir qu’ils sentent menacée. Dans ce contexte d’incertitudes, les enseignants vivent très mal l’augmentation des charges de travail et s’en prennent, à ce propos, soit aux décisions gouvernementales, soit à la direction de l’école qui n’adapte pas les objectifs aux moyens disponibles. Ce sont là des conditions peu favorables à l'action collective, largement entravée encore par les lourdeurs administratives.

82Jusqu’à présent, nous avons porté notre attention sur l’école à travers les perceptions de ceux qui sont directement concernés par les problèmes. Dans la suite de cette première partie de l’ouvrage, nous proposons une interprétation de ces discours en élaborant un certain nombre d’hypothèses qui devraient nous aider à répondre à la question qui sous-tend toute l’intervention : comment, dans le contexte spécifique de l’école, mobiliser les énergies pour modifier les relations entre les acteurs et leur permettre d’agir sur les situations qu’eux-mêmes déplorent ?

Notes

1 Dans les extraits qui vont suivre, on a laissé les belgicismes et les expressions locales, même patoisantes, afin de conserver l'authenticité des discours.

2 Régent(e) = enseignant(e) dans le cycle inférieur du Secondaire en Belgique.

3 Licencié(e) = enseignant(e) dans le cycle supérieur du Secondaire en Belgique.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search