Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le placement des mineurs en institution psychiatrique

 | 
Françoise Digneffe
, 
Jean Gillardin
, 
Françoise Tulkens
, 
et al.

Avant-propos

Jean Gillardin

Texte intégral

1Le droit et la psychiatrie ne font pas toujours bon ménage et leurs rapports demeurent assurément problématiques.

  • 1 Affaire Winterwerp, 24 octobre 1979.

2Ces difficultés surgissent à l’occasion de situations conflictuelles impliquant des adultes dont les revendications ont été portées parfois, avec succès, devant la plus haute instance judiciaire européenne, à savoir la Cour européenne des droits de l’homme1. Quant aux mineurs, ils apparaissent, à première vue, moins concernés par cette question comme si, à leur égard, la démarche et les fins poursuivies par la psychiatrie procédaient d’une autre nature que pour les majeurs.

3La matière, n’a, semble-t-il, jamais fait l’objet de recherches ou d’études approfondies.

4C’est ainsi que les organisateurs des journées de formation en criminologie des 27 et 28 avril 1989 ont estimé opportun de susciter une réflexion sur le sujet en proposant le thème du placement des mineurs en institution psychiatrique ouverte et fermée.

  • 2 Les rapports ont été publiés in Délinquance des jeunes. Politiques et interventions, sous la direc (...)

5Ces journées, à l’instar de celles qui, trois ans plus tôt, avaient été consacrées à la délinquance des jeunes2, ont eu pour objectif de permettre la rencontre des ressources universitaires et des préoccupations des intervenants sur le terrain. Organisées par l’Ecole de criminologie de l’Université catholique de Louvain et la Faculté de droit des Facultés universitaires Saint-Louis, elles ont donné lieu à diverses contributions qui sont rassemblées dans le présent ouvrage.

6Au cours de ces journées, des interventions orales ont également enrichi le débat et nous tenons, à cet égard, à remercier MM. J. Peeters, juge de la jeunesse à Malines, G. H. Simonis, substitut du procureur du Roi à Charleroi et Y. Vandenberg, directeur des Etangs-noirs. Les séances de travail ont été présidées par MM. H. Bosly, Chr. Debuyst et J. François de l’U.C.L., ainsi que Μ. P. Mahillon, conseiller à la Cour de cassation, qui ont apporté à cette tâche, chacun à leur manière, le poids de leur expérience et de leur autorité. Nous leur en sommes reconnaissants. Nous pensons particulièrement à Pierre Mahillon dont le récent décès nous touche beaucoup et auquel nous voulons rendre hommage.

7Ce livre est destiné, en priorité, aux praticiens et a été conçu en vue de permettre aux lecteurs d’y retrouver des éléments utiles pour l’orientation de leur action quotidienne qui doit toutefois rester entièrement dépendante de leur créativité personnelle.

8Les auteurs n’ont donc pas eu pour but de s’attacher à définir ce que les praticiens doivent penser ou faire dans leur vie professionnelle ni de développer des automatismes ou un quelconque système excluant toute possibilité de choix.

9L’on a certes voulu contribuer à une plus grande compétence au niveau des connaissances (le savoir) et des techniques (le savoir-faire). Mais il convient cependant d’attribuer à ces deux concepts de savoir et de savoir-faire une signification bien précise. Il s’agit non pas d’un savoir que l’on acquiert de quelqu’un qui le détient mais, tout au contraire, que l’on prend là où il se trouve et qui se veut ouvert à la possibilité de créer des formes nouvelles de connaissances et de modèles d’action.

Notes

1 Affaire Winterwerp, 24 octobre 1979.

2 Les rapports ont été publiés in Délinquance des jeunes. Politiques et interventions, sous la direction de C. De Troy, Fr. Tulkens et M. van de Kerchove, Bruxelles, Story-Scientia, 1986, 195 p.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540