Version classiqueVersion mobile

L’ontologie acosmique

 | 
Laurent Van Eynde

IIIe Partie. Conscience de l'histoire et lucidité pascalienne

Conscience de l’histoire et lucidité pascalienne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’homme pascalien est un homme moderne. Sa situation est définie par l’âge historique qui l’accueille ou du moins le tolère. Seule la modernité comme époque de carence ontologique, menacée par le nihilisme, justifie l’effroi comme tonalité authentique de son rapport au monde, et donc de son existence en tant que telle. Se résoudre à l’effroi (tel qu’il est conçu dans les Pensées) ne prend tout son sens que eu égard à l’éclatement de la sphère cosmologique. Les analyses de Pascal en ce qu’elles ont de plus radical, de plus outré même, ne peuvent donc être la clef d’une compréhension ultime de la condition humaine universelle, dans la mesure où elles ressortissent à une détermination historique. Primus inter pares, Pascal prit en charge son époque. La conscience qu’il devait en avoir limitait la portée de ses fragments sur l’acosmisme dans le même temps qu’elle leur conférait tout leur poids.

Mais est-il si évident que pour Pascal lui-même l’homme qui s’effraie est bien l’homme moderne...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search