Version classiqueVersion mobile

L’ontologie acosmique

 | 
Laurent Van Eynde

IIe Partie. « Effroi » pascalien et « Angst » heideggérienne

Chapitre 3. Étrangeté, déchéance et absence. Les trois piliers de l’acosmisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Revenons donc à l’effroi pascalien. Les fragments que nous avons présentés dans le premier chapitre de cette seconde partie nous dévoilaient un sentiment, éprouvé par l’homme pascalien et qui semblait être le lieu de la lucidité la plus radicale. Notre analyse de l’angoisse heideggérienne devrait à présent nous permettre de préciser le rôle et le statut de l’effroi dans l’apologétique pascalienne.

L’effroi, sans nul doute, est un sentiment, une affection. Il n’apparaît certes pas comme étant d’ordre intellectuel mais bien plutôt, il nous saisit, s’empare de nous. Jamais cependant il ne nous est étranger, comme survenant d’un ailleurs. Au contraire, il semble que ce soit le noyau de notre être qui s’impose à nous. Quand Pascal s’effraie, il s’étonne. Sans doute s’étonne-t-il de s’effrayer, de subir un sentiment qui, parce qu’il vient du plus profond de son être et le révèle, surprend et dicte sa loi sans concession aucune.

L’effroi est, fondamentalement, toujours antérieur à une quelco...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search