Version classiqueVersion mobile

L’ontologie acosmique

 | 
Laurent Van Eynde

IIe Partie. « Effroi » pascalien et « Angst » heideggérienne

Chapitre 1. Les fragments de l’effroi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’homme pascalien éprouve le sentiment de sa situation dans le monde sur le mode de l’effroi. Les fragments traitant de cette disposition affective (de cette Grundstimmung même : les deux chapitres suivants justifieront le recours à cette terminologie) sont sans doute les plus connus des Pensées. Mais les textes trop lus sont aussi souvent les moins étudiés, les moins analysés. Leur densité, l’implicite qui fait toute leur richesse, risquent ainsi de rester dans l’ombre de citations, certes le plus souvent judicieuses, mais aussi trop laconiques ou elliptiques. C’est afin de ne pas tomber dans ce même travers que nous consacrerons quelques pages à une simple présentation des fragments de l’effroi, quitte à concéder certaines redites par rapport à la première partie de cette étude.

***

L’homme qui s’effraie est d’abord un homme seul. Jeté dans l’univers, il semble par ce seul fait condamné à une forme de solipsisme, il est « abandonné à lui-même » (Fr. 198). Cette solitude n’est rien d...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search