Version classiqueVersion mobile

L’ontologie acosmique

 | 
Laurent Van Eynde

Ie Partie. Pascal et la modernité

Chapitre 2. L’homme pascalien ou le revers de la modernité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous avons vu que la conception moderne de l’univers, par la géométrisation de l’espace, et l’identification de celui-ci à la matière, grève de lourdes hypothèques tout projet d’une philosophie de la nature. L’unité du cosmos est perdue, le monde éclaté. Or, il est un fragment des Pensées qui, plus que tout autre, thématise cette atomisation du monde clos et tire les conséquences de la perte de l’unité cosmologique. Ce fragment est dit des « Deux Infinis » (Fr. 199).

Levons les yeux vers ces cieux étoilés dont les Anciens faisaient une voûte céleste, une limite qui n’exclut nul espace mais qui, par sa perfection, enclôt le monde et constitue le cosmos. Nous, modernes, nous n’y percevons plus qu’une infinie étendue au regard de laquelle notre corps paraît un néant. La terre même n’est plus qu’un point au regard de ce firmament et de ses astres. Et encore n’est-ce là que le monde visible. Notre imagination pourra-t-elle suppléer aux limites de nos sens qu’« elle se lassera plutôt de co...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search