Version classiqueVersion mobile

L’ontologie acosmique

 | 
Laurent Van Eynde

Préface

Robert Brisart

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un article récent, Denise Souche-Dagues relevait, avec beaucoup de justesse, qu’a longtemps prévalu, notamment dans les milieux phénoménologiques en France, « une décision herméneutique qui a retardé une interprétation correcte de Sein und Zeit et même corrélativement de beaucoup d’aspects décisifs de la phénoménologie husserlienne »1. Cette décision, stipule l’auteur, trouve son expression la plus nette dans l’Avant-propos à la Phénoménologie de la perception et plus précisément dans ce passage célèbre où Merleau-Ponty écrit que « Tout Sein und Zeit est sorti d’une indication de Husserl et n’est en somme qu’une explicitation du natürlicher Weltbegriff ou du Lebenswelt que Husserl, à la fin de sa vie, donnait pour thème premier de la phénoménologie ».

A dire vrai, la chronologie nous autorise à penser que l’interprétation de Merleau-Ponty, dont il est ici question, trouve sa véritable origine dans un article que Ludwig Landgrebe publia en 1939 au cours duquel est déjà présumée l...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search