Version classiqueVersion mobile

La ville et les femmes en Belgique

 | 
Éric Gubin
, 
Jean-Pierre Nandrin

La ville et le statut de la femme

De la vie entre soi à la mixité sous de multiples formes

Jean Remy

Texte intégral

1La signification de la ville a été affectée par des mouvements de fond qui la travaillent sur de longues périodes. Ces évolutions sont progressives. On peut en trouver de nombreux indices, notamment des le XIXème siècle. A un certain moment, ces évolutions ont atteint un effet seuil avec des ruptures d'équilibre qui modifient globalement le régime d'échanges entre les diverses composantes de la vie sociale. Il ne s'agit pas de déterminer la part des actions féminines à cette transformation où s'entremêlent des influences complexes. Notre propos est davantage d'analyser combien ces transformations modifient l'ambiance et les conditions d'action de la femme dans la vie de tous les jours. Celles-ci ont des effets fort ambigus, accroissant à la fois la précarité et l'autonomie d'après les situations sociales. Elles ont aussi des effets qui peuvent être non symétriques sur l’homme et sur la femme, d'après les moments et les domaines. Anne Devillé s'est intéressée au cas où cela renforce la position de l'homme et aggrave l'isolement de la femme. Cette perspective nous aide à avoir un regard réaliste qui rejette une idéalisation des situations nouvelles. Tout en insistant sur l'accroissement des tensions et de l'ambiguïté, il convient de mieux comprendre les règles d'échanges actuelles. De là découlera un discernement critique, sachant tirer des leçons du passé, sans se laisser aller à une nostalgie.

2La situation actuelle sera caractérisée à partir de quelques axes qui devraient aider à la distinguer d'une période antérieure. Nous partirons d'un paradoxe : le dépérissement de l'urbain et la métamorphose de la ville. Un deuxième axe va évoquer le passage du régime simple à un régime complexe de distance-proximité entre les hommes et les femmes, ainsi qu’entre les autres éléments caractérisant les différences sociales et culturelles. Troisièmement, nous nous intéresserons au processus d'individuation de la vie sociale. Ce processus est à bien distinguer de l'individualisme auquel il est entremêlé. L'un et l'autre ont des incidences sur les jeux familiaux et sociaux. En finale, nous nous interrogerons sur la réaffirmation de la spécificité du masculin et du féminin. Dans le contexte nouveau, les différences se cherchent sur un fond de mixité.

Dépérissement de l'urbain et métamorphose de la ville

3L’urbain a pu se caractériser par un modèle de vie collective où le quartier jouait un rôle fondamental. Le quartier était fréquemment un lieu où l'on habitait, travaillait et passait une bonne partie de la vie de détente. Il était d'ailleurs porteur d'expression collective et festive. Des solidarités s'y développaient comme on peut encore le voir dans les quartiers ouvriers du XIXème siècle. Dans les régions minières, le quartier et la mine s'entremêlaient, les compagnons de travail étaient aussi les voisins. Les femmes, même si elles ne travaillaient pas, participaient aux luttes ouvrières, en soutenant de diverses manières les grévistes. Dans une ville, une pluralité de quartiers permettaient des regroupements fonctionnels, avec certains quartiers où la permissivité était plus grande pour des populations de passage. Des quartiers nouveaux se formaient lorsque des fonctions s'affirmaient ou lorsque des groupes souhaitaient plus d'autonomie. La ville était d'une certaine manière une fédération de quartiers, unifiée par des lieux à plus forte centralité.

4Ce mode de territorialisation du social permet de comprendre le sens des regroupements tels que les béguinages. Un tel espace se clôt pour mieux gérer ses contacts avec l'extérieur. Par là, il affirme son identité comme lieu d'expression collective d'un groupe spécifique. Ce mode d'occupation de l'espace se retrouvait également dans les situations plus marginales. Ainsi peut-on parler des espaces réservés à la prostitution qui, à la limite, sont régis par des règles particulières. Ainsi s'explique aussi la formation de ghettos. Leur sens ne doit pas se lire seulement en terme d'exclusion sociale.

5Le quartier y est donc un élément fort pour l'organisation de la vie quotidienne. Il permet de développer des réseaux d'entraide fondés sur des échanges solidaires à long terme. Du point de vue de la globalité urbaine, les quartiers permettent d'exprimer la diversité et de l'amplifier. Ainsi plus une ville est de grande dimension, plus elle est compatible avec des quartiers hétérogènes. Dans ce contexte, la relation interpersonnelle joue un rôle clé. L'anonymat est assez mal vu. Pourtant certaines formes d'anonymat vont s'imposer car elles permettent d'élargir les échanges avec des personnes que l'on connaît partiellement et que l’on ne cherche pas à connaître davantage. Ainsi vont se développer des zones d'espaces publics marquées par une sociabilité différente. Cette sociabilité permet le développement d'activités supposant un lien social plus faible.

6Le mouvement est d'abord discret. Lorsqu’il prend de l'ampleur, il engendre un déclin progressif de cette sociabilité de quartier. A un moment, un effet seuil a rendu prédominant un autre mode de sociabilité. Le processus a été accéléré à travers une transformation structurelle, supposant une autre distribution spatiale des divers lieux significatifs de la vie sociale. Les lieux de travail se regroupent à certains endroits, les lieux de services à d'autres. L'unité de base pour comprendre le fonctionnement de la ville change d'échelle. A partir de là, le quartier se disloque et la ville se métamorphose. La mobilité dans l'espace organise la vie de tous les jours. On habite dans un quartier et on travaille dans un autre. Ce déplacement n'est pas nécessairement le résultat d'une contrainte. Il peut être aussi l'expression d'un choix où l'on va changer d'emploi sans déménager, déménager sans changer d'emploi. La mobilité spatiale est une potentialité d'autonomie des deux milieux de vie, ce qui crée un espace de liberté. La multiplication des espaces de vie accroît en outre l’autonomie personnelle puisque plus personne, même pas les conjoints, ne peuvent faire le tour complet des activités des autres par observation directe. Ainsi se valorise une certaine forme d'anonymat où l'individu n'est plus connu que pour certains aspects de sa vie sociale. Ceci donne à ceux qui le peuvent la possibilité de contrôler un projet tandis que d'autres sont en situation de précarité accrue. A travers les métamorphoses de la ville s’institue une mise en forme collective d'un nouveau mode de sociabilité dominante. Cette sociabilité est d'autant plus pertinente qu'elle est en connivence avec l'évolution du niveau moyen des revenus et avec l'accroissement de l'instruction. Toute la structure sociale évolue vu le poids croissant des positions moyennes.

7Même s'il faut tirer des leçons du passé, il faut éviter un regard nostalgique qui empêche de comprendre les régulations nouvelles. Ces dernières doivent être appréciées à leur juste valeur pour saisir après coup leurs effets ambigus. Ces régulations engendrent à la fois l'émancipation et l'isolement, la continuité et l'instabilité. La compétition devient un élément clé dans ce régime d'échange, chacun devant se faire valoir d'après ses atouts. On comprend bien les effets disymétriques selon les positions et notamment selon que l'on est homme ou femme. L'évolution ne peut être condamnée à cause de son ambiguïté. La lucidité suppose une égale distance entre le rejet et l'idéalisation. Le phénomène étant structurel, les réaménagements doivent se faire en tenant compte de cette base. Celle-ci définit en termes partiellement nouveaux les enjeux d'un combat féminin.

8L'importance de la mobilité spatiale dans la vie quotidienne a une incidence sur les rôles masculins et féminins. Dans un quartier polyvalent, la femme, en vivant dans le quartier, pouvait participer aux divers aspects de la vie sociale, y compris une implication dans certains aspects des luttes professionnelles. Il n'en va plus de même lorsque la mobilité disperse les lieux d'activités. Quelqu'un qui reste dans sa maison ou dans son quartier a toute chance d'être coupé d'une multiplicité d'expériences. C'est particulièrement vrai s'il s'agit de quartier suburbain. Si la femme ne travaille pas, elle peut quelquefois souhaiter sortir le soir, alors que son mari est content de rentrer et de jouir paisiblement de son "home". Dans d'autres moments, entretenir des relations sociales va supposer une disponibilité pour "sortir". Celle-ci est handicapée par la présence d'enfants en bas âge. Ou bien il faut faire garder les enfants, ou bien un des deux conjoints se sacrifie. Cette exigence de mobilité spatiale va valoir pour les enfants au fur et à mesure qu'ils grandissent. Lorsque l'on passe des enfants en bas âge aux adolescents de plus en plus autonomes, puis au départ des enfants, les rôles doivent se redéfinir et l'équilibre général de la vie du couple se modifie. Le cycle familial prend du poids avec des effets non symétrique pour l'homme et pour la femme. L'évolution des positions réciproques de l'homme et de la femme demande une observation nuancée. On ne peut considérer le problème du statut du masculin et du féminin indépendamment de l'âge et du cycle familial.

Le passage d'un régime simple à un régime complexe de distance-proximité

9Le changement dans le régime distance-proximité vaut pour divers aspects de la vie sociale. Nous allons nous limiter à l'évolution du point de vue des échanges entre le masculin et le féminin. Dans un régime simple de distance-proximité, une dualité s'impose, opposant les espaces intimes et familiaux aux espaces publics. Ainsi les échanges peuvent être multiples à l'intérieur d'un espace domestique mais devenir très sélectifs à l'extérieur où la règle est la séparation spatiale des sexes. La société méditerranéenne structurée autour de l'honneur est un prototype de ce mode de régulation sociale. Ce qui est poussé à la limite dans ce cas se retrouve ailleurs de façon beaucoup plus diffuse. Dans les églises jusqu'il y a peu, il y avait le côté des hommes et le côté des femmes. Cette règle subsiste encore dans certaines régions rurales notamment, pour les enterrements. Dans le monde anglo-saxon du XVIIIe et du XIXe siècles, les cercles privés étaient exclusivement masculins. Aujourd'hui encore, des associations d'origine anglo-saxonne, telle le Rotary Club, sont un lieu de sociabilité masculine.

10A l'inverse, la femme a pu jouer un rôle collectif à partir de l'espace domestique. Ainsi peut-on évoquer les salons littéraires français où les femmes d’une certaine condition recevaient chez elles. Les femmes ont aussi entretenu le réseau des relations familiales à partir de l'espace domestique. Au XIXe siècle, dans certains milieux bourgeois, on assistait à la mise en nourrice des bébés à la campagne. Cela se faisait à la fois pour améliorer la santé de l'enfant et pour préserver la liberté de la mère. Ces exemples permettent de caractériser brièvement le régime simple de distance-proximité, avec les significations variées qu'il peut revêtir, notamment d'après les positions sociales.

11Le régime complexe qui s'impose aujourd'hui s'est engendré à travers un processus de longue période où, à un certain moment, des "effets seuil" stabilisent une transformation. Dans ce régime, on assiste à un entremêlement des hommes et des femmes en dehors de l'espace domestique. L’éventail des métiers auxquels accèdent les femmes crée des espaces de mixité de plus en plus grands. La femme a conscience d'affirmer son identité en prenant distance par rapport au travail domestique. Ceci est amplifié par un contexte urbain où se multiplient des espaces à géométrie variable. Ils sont plus ou moins privés et plus ou moins publics. Des hommes et des femmes peuvent passer plus de temps éveillés avec les autres qu'avec leur conjoint. On peut évoquer des "navetteurs" qui ont tous les matins et tous les soirs un moment de détente en groupe. Dans ces rencontres naissent des projets communs d'échanges qui gardent une certaine confidentialité puisque les diverses scènes de la vie sociale sont peu transparentes l'une et l'autre. Le fond d'anonymat vient renforcer la signification individuelle de ce régime d'échanges complexes. Chacun peut développer des amitiés masculin/féminin d'intensité variable et orientées par une multiplicité de projets. Ces réseaux peuvent être très différents pour l'un et l'autre conjoint.

12Ces jeux complexes permettent à la fois une émancipation individuelle et une instabilité collective. Les amitiés peuvent devenir des couples de substitution. Les conjoints sont dans une situation de compétition potentielle permanente, comme le disent certains sociologues américains de la famille. Dans un tel contexte, rien n'est jamais acquis. Les conjoints doivent continuer à se conquérir. Ainsi se renversent les règles de certaines sociétés traditionnelles où la femme mariée ne pouvait plus se soucier de se mettre en valeur sans être soupçonnée d'infidélité potentielle. On passe d'une société où l'on vit entre soi dans des espaces de sociabilité à caractère mono-sexué à une société de la mixité où les espaces de sociabilité sont à caractère hétéro-sexué. Les résistances à l'entremêlement homme-femme dans un milieu de travail se sont fort atténuées. Au XIXe siècle, elles étaient fréquentes et s'appuyaient sur le caractère pervers d'un mélange masculin-féminin en dehors des espaces domestiques. Aujourd'hui le combat "moral" pour accroître la liberté des femmes se fait davantage sur une diversification des types d'échanges masculins-féminins. Aboutir à cette discrimination entre divers modes d'échanges est l'enjeu d'un certain nombre de règles relatives au harcèlement sexuel sur les lieux de travail.

L'individuation de la vie sociale et la transformation des équilibres familiaux

13Jusqu'à présent, les transformations ont été associées à des termes comme autonomie ou émancipation. Le terme individuation de la vie sociale nous paraît caractériser le nouveau mode d'échange de façon plus fondamentale. L'individuation suppose que chacun souhaite maîtriser par lui-même ses échanges avec l'extérieur et les mettre en relation avec un projet personnel. Beaucoup peuvent rêver de cette individuation sans pouvoir la réaliser tant sont lourdes les contraintes de la vie quotidienne. Il en résulte un sentiment d'exclusion qui vient renforcer l'attrait de l'individuation. Il convient d'ailleurs de ne pas confondre l'individuation et l'individualisme. L'individualisme suppose quelqu'un qui prend ses choix sans tenir compte des conséquences collectives. Il y a en fait un lien fréquent entre individuation et individualisme, ce qui fait que l'on confond volontiers les deux. S'il est devenu urgent aujourd'hui de faire prendre en compte les conséquences urbanistiques, écologiques ou autres de nos choix, des solidarités nouvelles qui en résulteront prendront forme sur un fond d’individuation. Ces solidarités nouvelles ne seront pas une reprise des solidarités d'antan.

14Cette individuation a une série d'incidences sur la vie en couple et sur les équilibres familiaux. Ainsi des jeunes qui se marient ou se mettent en ménage vont volontiers souhaiter une installation néo-locale, c'est-à-dire s'installer dans un endroit où ils sont peu connus pour prendre distance par rapport à la famille d'origine et au quartier de leur adolescence. Ils veulent ainsi commencer leur vie à neuf. D'ailleurs à certains moments, on affirmera le droit de "faire sa vie" ou de "refaire sa vie".

15Lorsque l'individuation prend force dans le cadre d'une vie de couple, il arrive de plus en plus que l'on se dise : "si jamais nos chemins se séparent, l'un empêchant l’autre de s'épanouir, il faudrait avoir le courage de se séparer. Il faudra le faire de façon responsable si des enfants sont en cause". Certes, on fait des voeux d'engagement durable et l'on se promet de tout faire pour communiquer entre soi. Mais en cas d'échec, la potentialité d'une séparation reste évoquée. Cette individuation travaille le couple mais aussi d'autres lieux où il est pratiquement impossible d'accepter un engagement à vie, ayant un caractère irrémédiable. Cela vaut aussi pour les voeux monastiques et pour le sacerdoce.

16Les engagements à vie avaient un sens fort dans les sociétés où l'individu se réalisait en accomplissant un destin collectif. Ainsi le mariage pouvait sceller l'alliance entre deux familles. La réussite affective du couple rendait hommage à un échange dont le sens dépassait les préférences individuelles. Mais la fidélité aux engagements, malgré l'échec affectif, était aussi une manière d'affirmer son honneur. La signification d'un tel dévouement n'est plus perçu en cas d’individuation. Là, au contraire, la situation idéalisée est celle où l'on se sépare en restant de bons amis. Une autre manière d'idéaliser est évoquée par le "bachelor system" à l'américaine où l'on ne se met en ménage que tardivement, chacun ayant son "chez soi" et se recevant à tour de rôle.

17En outre le projet conjugal et familial doit se composer avec d'autres projets comme le projet professionnel. L'importance réciproque de ces divers projets peut évoluer dans le courant d'une vie et de façon différente pour l’homme et pour la femme. L'homme semble accepter plus facilement que la femme une vie fragmentée. Ainsi l'un et l'autre ont une manière particulière de s'adapter aux multiples scènes de la vie urbaine. La famille à double carrière est un cas type. Le développement des carrières demande des emplois du temps divergents et quelques fois aboutissent à des localisations très différentes pour le travail de l’un et de l'autre conjoint. Les modèles de solutions sont multiples depuis la transaction où l'un des conjoints accepte de casser sa carrière, jusqu'à celle où l'un et l'autre acceptent de vivre partiellement à des endroits différents. On pourrait aussi évoquer les familles recomposées où l'homme et la femme sont dans un second ménage avec des enfants de plusieurs lits.

18Dans ces situations variées, les effets ne sont pas symétriques pour chacun. Normalement, la partie la plus faible est en situation plus difficile. La règle de la compétition décisive dans la vie économique s'étend aux divers échanges sociaux.

19Une fois que la transformation est comprise, ceux qui sont intéressés à une politique peuvent formuler des enjeux et imaginer des actions collectives. Ils peuvent s'efforcer de contrer une situation où l'individuation est associée étroitement à l’individualisme. Les régulations nouvelles ont toutes chances de prendre forme sur le fond d'individuation.

Affirmation des différences sur fond de mixité et d'individuation

20L'affirmation de différences entre l'homme et la femme prend un sens nouveau lorsque l'on expérimente davantage la mixité et l'individuation. Ceci marque une nouvelle étape par rapport à une période où le propos était d'affirmer les similitudes entre l'homme et la femme suspectant toute différence d'être culturellement construite et de fonctionner à l'avantage des hommes. A ce moment, le seul enjeu sur lequel on admettait une discrimination légitime était la compétence technique. Ceci était d'ailleurs très fonctionnel pour une société marchande affirmant le primat d'un travail professionnel bien fait.

21L'étape nouvelle suppose des acquis sur lesquels on a le sentiment d'avoir atteint un point de non retour, même si beaucoup de chemin reste à faire. Sur ce vécu s'enracine un projet nouveau. Il devient pertinent et plausible. Il s'agit de remettre en valeur une dualité de perspective. La version féminine de la vie devrait entrer en transaction avec une version masculine. Cela vaudrait pour divers aspects de la vie sociale en dehors de l'espace domestique. Dans ce contexte, la sensibilité féminine ne serait plus le simple résultat d'une construction historique où l’homme a défini la femme à sa meilleure convenance, en vue d’assurer sa domination. Dans la perspective nouvelle, le point de vue féminin doit se comprendre à bien des égards par une autoréférence de la femme à elle-même. La femme a une contribution propre, une valeur en soi pour critiquer une société trop marquée par un point du vue masculin qui fragmente la vie et la rend trop superficielle. Ainsi surgissent des représentations qui ont une valeur "d'image-guide" pour inspirer des revendications collectives nouvelles.

22Ces images peuvent être confortées de diverses manières. On va faire valoir que les hommes et les femmes ont un mode différent de rapport au corps et de rapport à l'espace. Par exemple, l'homme conçoit davantage son corps sur une opposition haut-bas à laquelle s'ajoutent les mains et les pieds qui ont un caractère très instrumental. La femme se représente davantage sur une opposition entre le centre du corps et la périphérie, où l'intime se distingue de ce qui apparaît à l'extérieur. A son tour, ceci a une incidence sur la représentation de l'espace. La dispersion des points significatifs dans l'espace caractérise plus l'homme alors que la femme a une tendance à une hiérarchisation. Mettre en valeur de tels éléments tend à redonner du poids à un enracinement bio-psychique des différences, ce qui est relayé à son tour par divers courants écologiques.

23Certains milieux d'affaires vont valoriser la force d'un couple professionnel où sont en connivence les sensibilités masculine et féminine. Cette affirmation prend un sens nouveau si elle se construit sur un fond d'autonomie réciproque. Ainsi cette alliance masculin-féminin pourrait constituer la force de certains milieux d'action collective. On sent combien de telles affirmations ont un caractère exploratoire. Mais elles évoquent les enjeux d'une nouvelle étape qui interfèrent avec ceux des étapes antérieures. Ainsi va l'histoire, divers moments s'enchevêtrent l'un dans l'autre. Mais de toute façon, la conjoncture d'ensemble n'est plus celle qui régissait les mouvements il y a trente ans.

Conclusion

24Une action collective éclairée demande une bonne compréhension des mouvements de fond qui se déroulent sur de longues périodes avec des étapes où la discontinuité se combine à la continuité. Le combat féminin a contribué à modifier les enjeux et les espaces de liberté. Il a été d'autant plus influent qu’il a été en connivence avec d’autres processus de transformations collectives : mobilité spatiale, mixité spatiale, individuation, signification des différences. Ces modifications dans les régulations sociales peuvent produire des effets non symétriques, voire renforcer des inégalités. Il ne s'agit donc pas d'idéaliser mais de préparer à une implication lucide.

25Ces propos sont le fait d'un sociologue urbain qui, en outre, est préoccupé de politiques urbaines. Ils n'ont pu être présentés qu'en faisant quelques rappels historiques. Ces évocations ont pu être faites avec maladresse par quelqu’un qui n'est pas historien. Ces regards sur le passé avaient pour seul but de mieux comprendre les problèmes de la ville d'aujourd’hui et à partir de là d'examiner les incidences sur le statut du masculin et du féminin.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search