Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et les femmes en Belgique

 | 
Éric Gubin
, 
Jean-Pierre Nandrin

Morcellement de la ville

Nouveaux itinéraires de la solitude féminine

Anne Deville

Texte intégral

  • 1 A. FARGE et C. KLAPISCH-ZUBER, Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude féminine-XVIII- (...)

1Mon propos n'est pas de dresser une carte géographique des divers types de solitude féminine à travers les communes bruxelloises ni d'entreprendre une réflexion philosophique sur ce qu'est la ville ou la solitude. Isolement objectivable et sentiment de solitude ne vont d'ailleurs pas nécessairement de pair. On peut s'étonner aussi, comme des historiennes l’ont fait avant moi pour le siècle dernier, devant le vide de nos connaissances sur la présence, les rôles, les représentations mêmes de la solitude des femmes d'aujourd'hui1.

  • 2 J. REMY et L. VOYE, La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris, L'Harmattan, 1992.
  • 3 J. REMY et L. VOYE, Ville, ordre et violence, Paris, PUF, 1981.
  • 4 E. DURKHEIM, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1968, pp. 111-119.
  • 5 J. REMY et L. VOYE, La ville...op.cit., p.16.

2On peut envisager la ville, de façon descriptive, comme un rassemblement durable et relativement dense de population dans un espace circonscrit où le bâti prédomine sur le non-bâti. Des murs d'enceinte la séparaient autrefois de la campagne, les faubourgs ont ensuite assuré cette transition mais aujourd'hui ses limites sont beaucoup plus imprécises : centre-ville, périphérie, banlieue, zone « urbaine »,...etc, composent un tissu urbain dont la ville dans sa forme traditionnelle n’est plus qu'une maille. De plus, l'espace urbain se développe au sein d'une opposition entre intérieur et extérieur de la ville, entre centre et quartier, entre espaces privés et espaces publics2. Dans une perspective plus dynamique, la ville est par excellence le lieu des échanges où des groupes différents, tout en conservant leur identité, trouvent entre eux des possibilités multiples de coexistence et de communication à travers le partage légitime d'un même territoire3. Dans cette perspective, la ville serait alors le siège d'effets de contexte ou d'effets de milieu au sens où l'entendait Durkheim, c'est-à-dire d'effets résultant de la rencontre, dans une distribution spatiale donnée, des populations et des activités, d'une pluralité d'éléments dont la composition va modifier la dynamique collective4. Cette notion de milieu interne empruntée à Durkheim et que nous appelons contexte dans le langage d'aujourd'hui permet de comprendre que les différentes composantes du phénomène urbain - configuration spatiale, organisation sociale et mode de vie -, forment ensemble des configurations particulières sans qu’il y ait de lien mécanique et univoque entre elles. Il faut au contraire être attentif aux effets ambigus, voire de sens opposé, des transformations de la ville sur des acteurs déjà placés en situation d'inégalité, renforçant ainsi l'autonomie des uns et la précarité des autres. Dans un contexte urbain donné, chaque position sociale modulée en fonction de différents paramètres, âge, sexe, séquence de la trajectoire familiale dispose en effet de possibilités différentes de s'approprier l'espace déjà constitué et d'en retirer certains avantages. Ainsi, alors que la ville a pu à différentes périodes de l'histoire offrir de nouveaux espaces de liberté à différentes catégories de femmes, elle peut être aujourd'hui un lieu d’enfermement pour celles qui vivent des situations de contrainte et de dépendance. Si l'on tient compte du fait que l’âge et la place occupée dans le cycle familial a des effets asymétriques selon les sexes, on peut aussi se demander comment un même contexte urbain peut être approprié différemment par les hommes et les femmes. J'envisagerai donc l'espace urbain comme "un déterminant social global, qui vient prendre sa signification dans un modèle complexe au sein duquel jouent d'autres déterminants5 ".

3Inscrivant donc mes réflexions dans une perspective qui accorde une grande place à la diversité des perceptions et des préoccupations des acteurs, j'appréhenderai simplement la ville à travers l'expérience que j'ai de Bruxelles en tant que femme et citadine.

4J'ai commencé à confronter cette expérience avec celle d'autres femmes à différents moments de leur trajectoire familiale. Chaque histoire, sans toutefois être le fruit du hasard, est singulière et les cas auxquels je me réfère ne prétendent aucunement être représentatifs d’une population statistiquement répertoriée.

5Dans le cas de la Belgique la relation entre les différents visages de la solitude féminine, la position dans le cycle de la vie familiale et la manière de vivre et d'interpréter la ville n'ont pas encore été explorées. Je me contenterai donc de proposer quelques hypothèses ouvrant la voie à des recherches ultérieures.

6Je ne prétendrai pas que la ville engendre davantage de solitude que la campagne. On peut se sentir aussi seul à la campagne qu'en ville, dans la périphérie qu'au centre des villes, mais ce ne sont pas les mêmes personnes et leur solitude n'a pas le même sens. La spécificité de la solitude en ville consiste à pouvoir y être seul parmi d'autres alors que celle de la campagne est de vivre sa solitude à l'écart des autres.

7Je ne nierai pas non plus qu'il puisse exister des solitudes de femmes vécues à travers des relations de couples institutionnalisées. Si de telles solitudes ne sont pas recensées dans les statistiques, elles n'en sont pas moins réelles mais elles sont tellement secrètes qu'on ne peut les décrire. Elles laissent en effet sans voix celles qu'elles enveloppent insidieusement. L'isolement qui en résulte souvent peut être plus affectif que social. Il peut aussi ne se vivre qu'à l'intérieur des murs de la maison : il porte alors en lui la négation du temps et de l'espace et il devient indicible.

8Je ne dirai pas non plus que la solitude se décline particulièrement au féminin. La grande ville recèle des solitudes d'hommes qui, sans doute, n’appartiennent qu'à eux.

9Mon projet est de cerner une spécificité de la solitude des femmes à travers une expérience urbaine particulière. A l'intérieur de cette spécificité, je m’efforcerai de repérer quelques singularités : les solitudes plurielles de la jeune femme modulée par ses capacités culturelles et sociales d'appropriation de la ville, la solitude banalisée de la femme divorcée et séparée qui vit contradictoirement son désir d'autonomie et la difficulté de le réaliser dans le contexte urbain d'aujourd'hui, la solitude silencieuse de la femmes âgée qui termine souvent ses jours sans compagnon. Je tenterai donc de mettre en évidence l'effet différencié des contextes urbains sur ces différents types de solitude. Ce sera en quelque sorte le fil conducteur de mon exposé.

10Les transformations de la ville, ces vingt dernières années, et les discours tenus traduisent des visions paradoxales de la ville : dépérissement du tissu urbain à travers les exclusions et la désorganisation sociale, la dépersonnalisation de nombreux individus et le développement de marginalités de toutes sortes mais aussi effervescence du milieu urbain permettant une liberté dans les pratiques sociales qui stimule la diversifications des rôles, la multiplication infinie des situations, le jeu illimité des interactions et des combinaisons.

  • 6 L. WIRTH, "Urbanism, a way of life", American Journal of Sociology, July, 1938. Paru en français d (...)
  • 7 J. CHESNEAUX, "Insoutenable modernité", La Revue Nouvelle, Février-Mars 1992, pp. 55.
  • 8 R. CELIS, "Comme une lettre à la poste", La Revue Nouvelle, Février-Mars 1992, pp. 65.

11L'appauvrissement du tissu urbain n'a cessé de faire l'objet de commentaires. Déjà en 1938, L.Wirth soulignait avec force les effets de l'urbanisation sur la dissolution des liens familiaux et des solidarités de voisinage6. Les mêmes préoccupations ont fait l'objet récemment de plusieurs contributions aux écoles urbaines de l'ARAU. Ainsi, pour J.Chesnaux, la ville moderne n'est plus qu'un" patchwork aléatoire", éclatée en zones monofonctionnelles dispersées et ne vivant plus que "par intermittence". La rue classique, définie par la pluralité de ses fonctions, était un lieu de sociabilité et de rencontre. Elle s’était construite au cours du temps. Elle était à la fois un lieu de résidence et un lieu d'échanges, de consommation, de relations humaines informelles. Mais les rues s'effacent aujourd’hui au profit d'égouts à voitures" où on ne fait que passer et de plus en plus vite"7. On trouve également sous la plume de R.Célis : "La ville est en proie à la dissociation, à l'atomisation et à la privatisation outrancières. L'existence vécue en vue de l'intérêt commun s'y inverse en son contraire : elle éclate en une pluralité d'individus que leurs activités contraignent à l'indifférence, voire à l'hostilité"8.

  • 9 Mes sources sont principalement constituées par le rapport de synthèse publié sous le titre Habite (...)

12N'étant pas spécialiste de l'urbanisme, je me contenterai d'évoquer dans les grandes lignes ces phénomènes de décomposition de la ville à Bruxelles9. J'inscrirai ensuite dans ce contexte un phénomène moins connu sur lequel j'insisterai : la montée des solitudes.

  • 10 Habiter Bruxelles..., pp. 14.

13Ce que j'appelle le dépérissement urbain dans une ville comme Bruxelles s'exprime à travers l'éclatement en quartiers dont chacun n'a plus qu'une seule fonction (habitat, travail, loisirs...) restreinte à des tranches horaires bien déterminées. Cet éclatement des quartiers prend place à Bruxelles dans un processus de césures successives dans le tissu urbain. A la césure correspondant à l'ancien sillon industriel traversant la ville du sud-ouest vers le nord-ouest de part en part le long du canal se sont ajoutées successivement la tranchée ferroviaire de la jonction nord-midi qui a rompu la continuité entre le haut et le bas de la ville, la construction de voiries à grandes vitesses, de tunnels et de viaducs rendant impossible la communication piétonne entre les quartiers. Dans certains cas, des quartiers homogènes ont été déstructurés et séparés par la mise en oeuvre ultérieure à leur développement de grands travaux d'infrastructure entraînant par leur durée, leurs nuisances, leur impact visuel ou sonore extrêmement négatif une dégradation de la qualité de l'environnement. Finalement les habitants sont partis et ces quartiers ont été progressivement abandonnés. Ce processus de taudification est bien connu à Bruxelles et n'est donc pas lié exclusivement à la spéculation immobilière10. C’est la raison pour laquelle cette ville apparaît comme morcelée.

14Par ailleurs, la disparition des relations de voisinage, les mutations des formes de vie familiale, la substitution de relations fonctionnelles aux relations primaires traduisent aussi l'appauvrissement du tissu social. S'ils ont amoindri le contrôle social, ces phénomènes ont entraîné en revanche anonymat et superficialité des contacts. L'appauvrissement urbain est lié à la disparition de la très grande diversité spatiale des villes d'autrefois. Ainsi l'usage de l'automobile tel qu'il se présente aujourd'hui élimine d'office de la rue tous les autres moyens de transport. Cette monofonction de la rue exclut une série de pratiques, de gestes d'habitudes, de rencontres ou de possibilités d'appropriation de l'espace. Elle porte atteinte à l'esthétique du cadre de vie, altère le paysage urbain en ne laissant plus subsister qu’une nature étroitement domestiquée et pousse les habitants à délaisser les espaces publics au prix d'un confinement dans les logements où les relations leur apparaissent moins superficielles.

  • 11 R. E. PARK, "La ville comme laboratoire social", dans Y. GRAEFMEYER et I. JOSEPH, L’école de Chiga (...)
  • 12 R. SENNETT, Les tyrannies de l'intimité, Paris, Le Seuil, 1979.
  • 13 J. REMY et L. VOYE, La ville, une nouvelle définition, op.cit., pp. 75 et suiv.

15Cette vision quelque peu pessimiste n'est sans doute pas partagée par tous. En effet, si pour les uns, l'impersonnalité et l'hyperfonctionnalité des grandes villes engendre anomie, isolement et perte des valeurs collectives qui donnent cohérence à la société, selon d'autres, le morcellement spatial des grandes villes et l'éclatement des modèles familiaux traditionnels facilite l'anonymat nécessaire aux modes de vie marginaux, offre des espaces de libertés inexistants dans les communautés traditionnelles de plus petite taille. On trouve, dès 1925, des propos exaltant la ville dans les travaux de l'École de Chicago : "Dans la liberté propre à la ville tout individu, quelle que soit son excentricité, trouve un milieu quelque part où s'épanouir (...), toutes les ambitions secrètes et tous les désirs trouvent quelque part une expression. La ville amplifie, étale, affiche les manifestations les plus variées de la nature humaine"11. Plus tard R. Sennett mettra en garde contre le surinvestissement dans la relation humaine intime et chaude qui peut être tyrannique et paralysante alors que la ville permet, au contraire, de multiplier les rencontres variables dans leur degré d'intimité et de confronter des intérêts, des goûts et des désirs variés12. J. Remy et L. Voyé verront également dans la ville un espace de liberté, car pour eux, la mobilité spatiale permet le développement de projets personnels et diminue le poids des contraintes de la vie collective. Ils font, néanmoins, l'hypothèse que tous les groupes sociaux n’ont pas la même capacité de s'approprier un espace donné et d’en retirer certains avantages13.

16Au delà des débats théoriques, on peut penser que les réponses individuelles à cette question diffèrent selon la position des individus dans le cycle de vie, c’est-à-dire leur âge et leurs liens familiaux.

17En effet, parallèlement à ces transformations de l'urbain sont apparus de nouveaux modèles familiaux et les cycles de la vie familiale se déroulent désormais selon d'autres modalités. L'histoire familiale n'est donc plus linéaire, elle est au contraire constituée pour beaucoup d’une séquence de cycles partiels : vie solitaire, couple marié ou non, naissance d'enfants, séparation, puis éventuellement nouveau couple et nouvelle période de vie solitaire.

18Nos pays ont vécu depuis une vingtaine d'années de profondes transformations de la famille et des relations amoureuses (effondrement du nombre de mariages, augmentation du nombre de divorces, précarité des autres formes d'union). Ainsi le recensement de 1981 nous indique qu'à Bruxelles 15,6 % des familles sont des familles monoparentales. Parmi celles-ci, 80,1 % sont des mères avec enfants. Cette majorité féminine s'explique par les traditions, par la culpabilité des femmes qui, tout en prenant plus que dans le passé l'initiative du divorce, compensent cette attitude en s'estimant seules responsables de leurs enfants, et par la pratique des tribunaux qui confient davantage, en cas de divorce, les enfants à la mère qu'au père.

  • 14 J.L. RALLU, "Les effets des nouveaux rythmes familiaux sur la répartition des familles selon le ty (...)

19Les situations d’isolement toutes confondues se multiplient mais elles pèsent plus lourdement sur la femme que sur l’homme au fur et à mesure que celle-ci avance en âge et parcourt les différentes phases du cycle de la vie familiale. En effet, J.L. Rallu montre dans son étude sur les effets des nouveaux rythmes familiaux que les situations où le père biologique est absent de la famille, qu’il soit ou non remplacé par un conjoint légitime ou illégitime, deviennent de plus en plus fréquentes. Le cycle de la vie familiale, qui garde une unité tant qu'on l'envisage par rapport aux enfants, devient, si on le considère par rapport aux couples, "une succession de cohabitations (avec des conjoints parfois différents) : avant le mariage, dans le mariage, entre deux mariages et éventuellement dans le second mariage. Ce schéma s'oppose fortement à celui de la cohabitation avec un conjoint unique commencée dans un mariage jeune et se poursuivant le plus souvent jusqu’à la vieillesse. La proportion de familles dans cette situation diminue sans cesse, rognée par la proportion grandissante de mères célibataires ou cohabitantes, de femmes divorcées et de remariées". Si la vie en couple reste toujours le modèle dominant, même si la cohabitation remplace de plus en plus le mariage, les couples néanmoins" se séparent et se reforment plus souvent que par le passé, alimentant en permanence des effectifs importants de personnes isolées dans des phases transitoires"14.

20Par ailleurs l'espérance de vie des femmes est supérieure à celle des hommes. Les situations d'isolement des femmes âgées deviennent donc elles aussi plus fréquentes.

  • 15 A. FARGE et C. KLAPISCH-ZUBER, op.cit., pp. 11.

21La solitude des femmes de nos jours ne se réfère plus à des figures socialement définies : la veuve, la religieuse, la femme de mauvaise vie. Elle est faite de moments qui, avec l'âge et le déroulement de la vie, deviennent peu à peu définitifs. L'espérance de solitude" est si forte chez les femmes que du côté féminin cette solitude apparaît comme une donnée vite cristallisée, alors qu'elle reste plus mobile et évolue davantage au long d'une existence masculine"15.

22Bien que de plus en plus présente, du moins à certains moments de la vie, la solitude est néanmoins tue aujourd’hui. Elle est indicible d'abord parce qu’on est devenu aujourd'hui bien incapable de la décliner sous ses formes multiples, ensuite parce qu’il n'est plus socialement acceptable qu’on la nomme. Comme la vieillesse, la maladie ou la mort auxquelles elle s’apparente à travers les représentations sociales, elle est niée par nos sociétés qui exaltent au contraire la jeunesse, la beauté, la réussite financière et professionnelle ainsi que le prestige social.

  • 16 M. HANNOUN, Nos solitudes. Enquête sur un sentiment, Paris, le Seuil, 1991.

23La solitude des femmes est aussi redoublée par la solitude des ans. L'isolement objectif des personnes âgées est un phénomène essentiellement féminin. L'urbanisation modèle à cet égard les réflexes familiaux. Le rythme de la vie, la mobilité résidentielle forcée à la fois des enfants et des parents âgés, la taille et la disposition des logements qui, tout en répondant à une conception individualiste, ne préservent pas suffisamment l'intimité contribuent à pousser les vieillards vers les maisons de retraite et les services gériatriques des hôpitaux. Ceux-ci finissent ainsi par rassembler tous ceux que la vie moderne à peu à peu isolés. Les solitudes individuelles se conjuguent alors dans un isolement collectif vécu dans ce type d'espace bien particulier16.

24La solitude de certaines femmes est aggravée parce qu'elles cumulent les handicaps personnels liés au parcours de leur vie familiale avec ceux que génèrent une santé déficiente, un habitat médiocre, l'éloignement des lieux de travail et l'absence de travail. Cette dernière situation pouvant les conduire jusqu'au seuil de la pauvreté et de l'exclusion.

25Ainsi, avec ses phénomènes d'éviction de certains quartiers, la ville à deux vitesses que nous vivons de plus en plus fait peser plus lourdement le poids de la solitude sur certaines femmes que sur d'autres car, s'il est bien vrai que la ville offre certaines facilités matérielles pour les femmes seules, encore faut-il avoir les ressources économiques et culturelles nécessaires pour se les approprier. Or, les aléas de la conjoncture économique touchent plus durement les femmes que les hommes. Le chômage, par exemple, les atteint plus souvent et amplifie sans doute certaines des conséquences de la solitude, que celle-ci soit ou non choisie.

26Il n'y a donc pas une solitude mais des situations de solitude multiples et contradictoires. Esquisser quelques portraits sera utile pour mieux en repérer les différents visages. Je tenterai de montrer comment dans ces situations caractéristiques le contexte urbain peut avoir des effets de sens opposés, selon l'âge, le milieu socio-professionnel et la place occupée dans le cycle de vie familiale.

27Je distinguerai donc les solitudes plurielles des célibataires, la solitude banalisée de la femme divorcée ou séparée, la solitude enracinée dans le silence de la femme âgée.

Les solitudes plurielles de la jeune femme célibataire

  • 17 "Les célibattantes", Le Nouvel Observateur, 9-15 mars 1989.

28La jeune femme célibataire qui revendique sa totale autonomie en se consacrant entièrement à son travail a donné à notre société une nouvelle image de la solitude. Le Nouvel Observateur désigne ces jeunes femmes sous le terme de "célibattantes" qui représenteraient, selon les termes mêmes de ce journal, "des femmes par milliers, jeunes, et belles souvent, et qui vivent sans mari"17.

29A ces jeunes femmes la ville permet de vivre comme elles l’entendent. Elle leur offre des facilités de déplacements, des distractions et des chances de rencontres, un haut niveau d'équipement et un marché du travail plus étendu qu'à la campagne. A cet égard, leur situation est comparable à celle des hommes du même âge.

  • 18 M. HANNOUN, op. cit., p. 260.

30Cette situation ne doit cependant pas faire illusion car si comme le dit M. Hannoun "la ville est un archipel accueillant pour qui sait naviguer"18, elle ne l'est que pour ceux-là. Beaucoup de jeunes en effet peuvent ressentir des moments d'abandon, sinon de désespoir dans les grandes villes mais sans doute hommes et femmes souffrent-ils à égalité de l'indifférence polie dont font souvent l'objet ceux qui viennent poursuivre leur scolarité ou commencer leur vie professionnelle à Bruxelles. Si l'on peut admettre que les transformations de la ville ont pu accroître davantage l'autonomie des jeunes femmes par rapport à leurs aînées, cette situation est amenée à se modifier à mesure que les premières parcourent les différentes étapes de la vie. De plus ces transformations ont des effets asymétriques sur les hommes et les femmes placés dans des conditions comparables.

31D'un choix qu'elle a pu être au départ pour certaines, la solitude devient vite une destinée. S’il est socialement acceptable qu'un homme songe à conclure une première union, la quarantaine passée, parce qu'il a jusque là beaucoup investi dans sa vie professionnelle, il n’en est pas de même pour la femme qui, au même âge, doit renoncer à ses espérances de maternité. De plus l'homme peut prétendre à une union avec une femme plus jeune. En fait les hommes se marient-et se remarient-beaucoup plus que les femmes. C'était vrai dans le passé et ce l'est toujours aujourd'hui. Cette situation constitue un bien étrange paradoxe : le mariage qui est souvent présenté comme ce qui doit être la vocation première des femmes est majoritairement le destin des hommes. D'une femme qui a de grandes responsabilités professionnelles et dont on ne sait rien de la vie privée on dit qu'elle est seule. D'un homme dans la même situation, on suppose qu'il est marié. Pas plus qu'hier le travail ne suffit à intégrer la femme dans la société alors qu’il est pour l'homme la condition nécessaire et absolue de son insertion.

32Par ailleurs, si le travail est une des conditions de l'indépendance, en revanche, l'accaparement par le travail ne permet plus de profiter des occasions de contacts que la ville moderne paraît offrir à profusion. Il ne faut pas oublier non plus que ces jeunes femmes n'occupent pas toutes des situations professionnelles valorisantes qui leur permettent d'accéder à l'épanouissement personnel et à l'autonomie financière.

La solitude banalisée de la femme divorcée ou séparée

  • 19 N. LEFAUCHEUR, "Qui sont-elles ?", Informations sociales, no 6, 7/79.

33Si les jeunes femmes célibataires sont marginales par rapport au monde qui les entoure, les femmes divorcées ou séparées le sont aussi mais la marginalité qui les affecte n'est pas la même : marginalité liée à l'innovation sociale ou du moins à son image pour les premières qui apparaissent comme les messagères des nouvelles valeurs régissant la vie privée (autonomie dans la vie affective, indépendance dans la réalisation de la vie professionnelle, expérimentation de formes alternatives à la vie conjugale traditionnelle) ; marginalité engendrée par l'appauvrissement et la réprobation sociale pour les autres où l'absence de conjoint trahit un manque par rapport au modèle conjugal dominant et entraîne la plupart du temps une détérioration générale des conditions de vie19.

  • 20 R. REZSOHAZY, Les nouveaux enfants d'Adam et d'Eve. Les formes actuelles de couples et de familles (...)
  • 21 F. QUERE, "Femmes an 2000, Actes des assises nationales du 27 janvier 1988", cité par M. HANNOUN, (...)

34En Belgique la dissolution du lien matrimonial intervient en moyenne au bout de onze années d'union. La fréquence du divorce a augmenté régulièrement jusqu'en 1987, année au cours de laquelle on comptait à Bruxelles 546 divorces pour 1.000 mariages20. Si ce chiffre s'est stabilisé dans la suite c'est que le nombre de mariages susceptibles de se rompre par un divorce aujourd'hui n'a guère progressé dans les années 70, époque où les couples avaient tendance à préférer la cohabitation au mariage. La démographie nous apprend qu'entre 40 et 60 ans il y a deux ou trois fois plus de femmes divorcées ou veuves que d'hommes dans la même situation et que de surcroît l'écart se creuse au-delà de 60 ans. De plus, ces chiffres ne tiennent pas compte d'autres modes de vie en couple plus informels qui peuvent, bien entendu, eux aussi se dissoudre. L'inégalité de l’homme et de la femme devant les perspectives de conclure une nouvelle union est d'autant plus criante qu'à âge égal les hommes peuvent prétendre épouser des femmes plus jeunes qu’eux alors que les femmes ne peuvent en faire autant à l'égard des hommes. Comme l'explique France Quéré, "Le temps masculin est un temps uniforme : c'est une durée neutre, qui laisse intactes les chances de plaire et de procréer. Mais le temps féminin s'use et se périme ; il est marqué par les ans, c'est un temps tragique, irréversible, dégradable, où la liberté des choix s'amenuise avec les années : séduire et procréer ne sont pas également possibles, comme dans une temporalité désinvolte de l'homme"21.

35Si ces évolutions demandent à être analysées avec prudence, elles n'en sont pas moins indéniables. La famille perdure certes mais de manière plus fragile et moins stable qu'autrefois. Il y a donc et il y aura sans doute de plus en plus de solitudes. Au moment de la rupture des liens matrimoniaux, celles-ci pèsent plus lourdement sur la femme que sur l'homme. Le divorce risque de déboucher pour elle sur des années de vie solitaire. D'abord parce que la femme a généralement en charge un enfant au moins. Ensuite parce que le divorce se produit quand la femme a en moyenne déjà 34 ans, âge auquel les partenaires disponibles commencent à se faire rares. De toutes façons, retrouver des liens affectifs durables ne constitue pas sa première préoccupation.

36L’adaptation à la situation de parent seul s'accompagne, en effet, d'un certain nombre de changements : il faut tout d'abord réorganiser la vie quotidienne, le plus souvent en changeant de logement, en rationalisant les transports et en multipliant les appels aux équipements collectifs. Le rapport au travail de la femme qui se trouve dans cette situation se modifie dans le sens d'un plus grand investissement dans la vie professionnelle. Les difficultés matérielles auxquelles elle est souvent en proie à cette période de l'existence ne sont évidemment pas étrangères à ce choix. Ensuite le système relationnel se remanie : la femme en situation monoparentale centre fréquemment ses relations sur ses enfants avec qui elle a le sentiment de constituer une famille complète et elle se perçoit plus autonome dans ses relations avec le reste de la famille (parents, frères et soeurs). Elle assume souvent seule la fonction parentale même si elle entretient par ailleurs des relations d'un autre type avec un homme. Dans beaucoup de cas, elle doit assumer vis-à-vis de ses enfants le double rôle du père et de la mère, soit parce que son ex-mari a choisi de disparaître complètement de sa vie et de celle de ses enfants, soit parce que les adolescents ont des difficultés relationnelles avec leur père. Cette situation risque de se maintenir pendant une assez longue période parce que les jeunes vivent de plus en plus longtemps au domicile de leur parents, donc de leur mère dans le cas qui nous occupe.

  • 22 Les remarques qui suivent sont inspirées par une recherche menée à partir d'entretiens sur différe (...)

37Ses relations affectives et sexuelles se développent en dehors de la situation familiale sans qu'elle cherche nécessairement à former un autre couple. Ses attentes par rapport aux hommes se diversifient : les fonctions de compagnon de vie, de géniteur, d'amant, de pourvoyeur économique, d'éducateur des enfants peuvent être assumées par des hommes différents22.

38La parentalité solitaire apparaît donc comme une période de changement personnel, une étape de la vie pendant laquelle la femme tente ou est dans l'obligation de modifier son système relationnel à l'intérieur et à l'extérieur de la structure familiale dans laquelle elle vit. Les femmes interrogées déploient généralement beaucoup d'énergie pour dépasser leurs difficultés psychologiques et financières et elles affirment leur désir de maîtriser le cours de leur histoire affective et personnelle.

  • 23 M. AUGE, Non-Lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil, 1992.

39Si elles vivent mal la ville, c'est qu'elles en attendent beaucoup. Le développement de leur projet de vie et son inscription dans l'espace se heurte à une logique d'urbanisation qui défend d'autres priorités. Alors qu'elles sont sensibles à la relation personnelle et affective qu'elles souhaitent vivre au travers d'un certain enracinement même si elles rejettent les formes de contrôle social d'antan, la ville d'aujourd'hui ne leur offre bien souvent que technicité et hyperfonctionnalité. Devenues seules garantes d'un projet familial à long terme, elles doivent le réaliser dans un cadre urbain qui pousse de plus en plus à la performance immédiate et qui ignore la maturation du temps et des échanges. C'est un reproche fréquemment adressé aux villes nouvelles issues de projets d'urbanisme qui se veulent fonctionnels avant tout, que de ne pas offrir l'équivalent de lieux de vie enracinés dans une mémoire collective et produits par une histoire plus ancienne et plus lente, où les itinéraires singuliers se croisent et se mêlent, où les paroles s'échangent et les solitudes se dissipent un instant, au seuil de l'église, à la table du café, au comptoir de la boulangerie23.

  • 24 J. BAUDRILLARD, Pour une critique de l'économie politique du signe, Paris, NRF, 1972, pp. 59-94 et (...)

40Alors que la monoparentalité est vécue à travers la volonté de surmonter les contradictions inhérentes à la situation de parent seul et à travers un besoin de retrouver un principe d'unité autour duquel se restructurer, les grandes villes n'offrent plus que l'image de leur cohérence perdue à travers la multiplication de lieux dispersés qui ne sont plus reliés les uns aux autres que par des grands axes de circulation automobile. Elles ne permettent plus de se repérer à travers la symbolique, elles tuent progressivement l'imaginaire autorisant l'évocation d'un espace où l'on peut rêver d'un ailleurs. Cette présence de Tailleurs qui rendait possible l'irruption de l'inattendu était elle-même inscrite dans l'habitat : passages, impasses, venelles, qui sollicitaient le détour du regard, jardins enclos qui se laissaient entrevoir par les flâneurs ou les voisins. Ces mille et une ruses des villes d'autrefois qui en faisaient le mystère permettaient à chacun d'explorer à sa manière le territoire de la ville sans se laisser définir par elle. La ville perd aussi de son unité et de sa visibilité collective parce qu’elle est saturée de signes. De Baudrillard et Choay jusqu'à M. Augé, philosophes et anthropologues ont insisté sur le fait que les espaces urbains d'aujourd'hui cessent d'être pour les individus un référent global parce que les repérages sociaux sont régis de façon prépondérante par la logique du signe24.

  • 25 M. AUGE, op. cit., p. 148.

41M. Augé n'écrit-il pas que la "surmodernité" impose aux consciences individuelles des expériences et des épreuves très nouvelles de solitude directement liées à l'apparition et à la prolifération de non-lieux, espaces qui contrairement aux lieux anciens, répertoriés, classés et promus lieux de mémoire accueillent chaque jour dans l'anonymat des individus de plus en plus nombreux. Les non-lieux sont caractéristiques de notre époque où Ton naît en clinique et où meurt à l'hôpital, où se multiplient les aires de transit et les occupations provisoires, où se développe un réseau serré de moyens de transport qui troue des espaces habités, où l'utilisateur des grandes surfaces, des distributeurs automatiques et des cartes de crédit n'entretient plus que des relations contractuelles désincarnées. Les non-lieux forment un monde ainsi promis à l'individualité solitaire, au passage, au provisoire et à l’éphémère : "c'est dans l'anonymat du non-lieu que s'éprouve solitairement la communauté des destins humains"25.

42Sur le plan des échanges, alors que le développement urbanistique favorise des relations de type instrumental sans échanges personnels et multiplie les contacts fonctionnels sans rompre l'isolement affectif, les femmes en situation de monoparentalité au contraire manifestent un attrait pour les relations qui ne sont ni strictement intimes ni strictement utilitaires ou marchandes. Elles recherchent surtout des lieux de vie où puissent s'exprimer la solidarité au sein d'un groupe qui resterait permissif, la formation de relations diversifiées mais régies par la confiance, des possibilités de rencontres fortuites. Les grandes villes n'y aident guère : elles n'offrent ni l'espace ni le temps disponible. Les espaces publics qui sont les supports de la vie collective se rétrécissent et se vident. La ville conçoit de plus en plus son espace interne comme un réseau de trajectoires dont la vocation ultime est d'être parcouru le plus vite possible.

43Si leurs espérances subjectives à l'égard de la ville sont grandes et qu'elles se heurtent à l'impossibilité de réaliser leurs aspirations dans un cadre urbain trop fonctionnel, leur capacité objective d'appropriation de la ville est réduite parce que leur mobilité est restreinte. Beaucoup de femmes divorcées, coincées entre vie professionnelle et vie familiale, y vivent essentiellement avec leurs enfants. En effet l'organisation de l'espace est telle aujourd'hui que toute une série de lieux de travail, de lieux de loisirs, d'équipements et de services ne sont accessibles en fait qu'à ceux qui ont un usage quotidien de l’automobile.

44En leur offrant ses services, la ville leur permet de mieux s’organiser, surtout si elles ont une automobile, et de faire plus facilement face à leurs difficultés matérielles. Sans doute pas plus.

45A la stigmatisation d'autrefois succède en effet, dans les grandes villes, une indifférence sociale qui, en quelque sorte, isole la divorcée dans sa propre condition. Son sort n'est plus guère différent de la veuve d'autrefois, du moins si celle-ci est encore jeune.

  • 26 N. LEFAUCHEUR, "Les familles monoparentales, des chiffres et des mots pour le dire, formes nouvell (...)

46En effet, si leur situation matérielle est meilleure, la condition sociale des veuves s'apparente à celle des divorcées. De nos jours, on ignore souvent la cause de la rupture des liens matrimoniaux ; à vrai dire, on ne s'y intéresse plus guère. Ainsi, des femmes urbaines aujourd'hui on sait seulement dans la vie quotidienne si elles vivent seules ou non, si elles ont des enfants ou pas. Dans le monde des femmes qui vivent seules avec leurs enfants, être divorcée devient aujourd'hui la norme, être veuve l'exception. "Les divorcées occupent une position symboliquement intermédiaire entre les femmes mariées avec lesquelles elles partagent la dignité d'avoir été mariées et les mères célibataires qu'elles rejoignent dans leur indignité de ne plus l'être"26.

47Mais il est des veuves plus âgées dont le sort se confond alors avec celui des autres femmes âgées visant isolées aux frontières de la société productrice.

La solitude enracinée dans le silence de la femme âgée

48Contrairement aux situations de marginalités que connaissent les jeunes femmes célibataires et les femmes divorcées, vivre seule devient le destin ordinaire de la femme qui entre dans la vieillesse.

  • 27 ΒΕΝΟIT-LAPIERRE N. "Vers le Continent gris". Communication, no 37, 1983, pp. 1.
  • 28 P. BOURDIEU, "La jeunesse n'est qu'un mot", dans Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1986, pp. (...)

49Ce que l'on appelle aujourd'hui la vieillesse recoupe de profondes disparités. La vieillesse est un continent gris, indécis voire indicible27. L'identification de la vieillesse comme étape nettement délimitée du cycle de vie relève d'une construction sociale tout comme la jeunesse. Elle ne peut être réduite au vieillissement biologique, censé fonder l'évidence de la vieillesse car "l'âge est une donnée biologique socialement manipulée et manipulable"28.

50Les différences biologiques et chronologiques qui séparent les individus sont en effet réinterprétées par chaque société et à chaque période de l'histoire afin d'attribuer rôles et statuts sociaux spécifiques à chaque échelon d'âge. Dans cet ordre d'idées il faut souligner que l'essor de la société industrielle et le développement de l'Etat-Providence ont conduit à faire de l'âge de la retraite un des seuils significatifs de l'entrée dans une période de la vie désormais très longue et artificiellement désignée comme la vieillesse. En effet le développement des systèmes de retraite a contribué à considérer comme "vieux" des gens de plus en plus jeunes, ni malades ni handicapés, qui quittent leur activité professionnelle souvent par contrainte et qui ont encore devant eux 20 ou 30 ans à vivre dont la moitié en bonne santé.

  • 29 P. PAILLAT, Vieillissement et vieillesse, Paris, PUF, 1982.

51Mais progressivement, de nouveaux découpages internes à la dernière étape de la vie ont émergé, tels l'apparition de ce qu'on appelle le grand âge qui traduit l’allongement de cette période de la vie. Celle-ci est marquée par la gêne et les handicaps imputables aux troubles de santé et à la perte d'autonomie. L'augmentation de la longévité en effet ne s'accompagne pas toujours d'une amélioration de santé correspondante. On peut désormais vivre très vieux et en très mauvais état29.

  • 30 A. M. GUILLEMARD, "Préretraite et mutations du cycle de vie", Futuribles, mai 1965, pp. 31-38.

52Ainsi le cycle de vie se transforme-t-il : la durée de la formation s'étire jusque vers 25 ans, la période de vie professionnelle se concentre sur les 25 années suivantes, ensuite le temps du loisirs s'allonge à partir de la cinquantaine jusqu'aux abords des 80 ans30. Mais la vie de l'après travail sera vécue de manière très différente selon qu'il s'agit de "jeunes vieux" ou de grands vieillards, selon que l'on est homme ou femme mais aussi selon les ressources financières, le passé professionnel et familial, les acquis culturels et le réseau relationnel. A ce moment, les types de capitaux que l'on possède et les trajectoires de vie déjà parcourues vont jouer un rôle déterminant dans la perception de la ville et dans les possibilités de se l'approprier. A cet égard les situations et les perspectives des hommes et des femmes peuvent sensiblement différer.

  • 31 EUROSTAT, Statistiques démographiques, 1991, pp.145-147.

53La population âgée est en majorité féminine et cette caractéristique démographique ne fait qu'augmenter au fur et à mesure qu'on s’approche de la très grande vieillesse. L'espérance de vie est aujourd'hui de 79 ans pour les femmes et de 72,4 ans pour les hommes31. L'écart de plus de 7 ans environ entre les vies moyennes des femmes et des hommes explique qu'un grand nombre des personnes seules âgées sont des femmes.

54Avec l'âge le veuvage féminin s'accroît donc dans des proportions considérables. Les veuves sont nettement plus nombreuses que les divorcées dès cinquante ans et, à partir de septante ans, leur nombre dépasse même celui des mariées vivant en couple C'est alors l'entrée brutale et irréversible dans la solitude car il est trop tard pour refaire sa vie.

  • 32 J. DUCHENE, "La composition des ménages", La Revue Nouvelle, avril 1992, no 4, p. 216.

55Au premier janvier 1990, en Belgique, plus de 200.000 veuves sont âgées de 75 à 85 ans32. Après 85 ans le veuvage est la règle. Les femmes ont ainsi vocation ultime à l'isolement sinon à la solitude. Entre 75 et 84 ans, si l'on additionne les veuves, les célibataires et les divorcées, nous constatons que 90 % des femmes sont soumises à ce risque. Au même âge, la situation des hommes est moins mauvaise puisque plus de deux tiers sont mariés : il est vrai qu'ils sont moitié moins nombreux.

56Si les hommes et les femmes ne vieillissent pas de la même manière au regard de la démographie, leur parcours respectif des âges se lit aussi différemment dans les regards des autres. Dans une société qui exalte la jeunesse et refoule la perspective de la mort l'idée du corps déchu associée à la vieillesse brouille l'image moderne de beauté et va à l'encontre du culte du corps si présent aujourd'hui. Les femmes dont nos sociétés valorisent fortement le capital esthétique en sont les premières victimes. Elles intériorisent beaucoup plus que les hommes l'image de leur dégradation physique et ont tendance à s'éloigner plus vite qu'eux de la vie sociale.

57S'il n’y a pas égalité entre l'homme et la femme sur les chemins de la vieillesse, il n'y a pas non plus d'égalité entre eux dans les conditions de vie quand ils doivent affronter la solitude du grand âge. Celle-ci est différemment vécue selon les moyens psychologiques et financiers investis par les personnes seules. Il est d'abord à noter que d'une manière générale les revenus de celles-ci sont toujours plus faibles que ceux des couples, même lorsqu'une seule personne a été active dans le couple car les politiques de la vieillesse, si généreuses soient-elles, partent toujours du principe que les besoins de la personne âgée sont moindres que ceux de l'adulte. Ensuite les femmes âgées d'aujourd'hui ont eu de moins bonnes conditions d'activités que leurs contemporains masculins ; plus souvent et plus longtemps veuves, elles n'ont généralement que de faibles pensions de survie. Elles sont donc plus fréquemment dépendantes des Centres publics d'aide sociale. Si elles ont travaillé, leur vie professionnelle a été fréquemment interrompue et la loi ignore largement ces interruptions puisque seul le travail professionnel donne lieu à des cotisations et ouvre des droits. Il en découle une insuffisance de protection sociale pour la majorité des femmes, celles dont la vie professionnelle ne s’est pas déroulée de façon complète et "normalisée".

  • 33 C. ATTIAS-DREYFUS, "La vieillesse inégale". Communications, 1983, no 37, pp. 125-136.

58Ces difficultés d'ordre social se cumulent aux problèmes personnels affrontés par les femmes à certaines étapes de leur vie lors du grand âge mais aussi autour de la cinquantaine quand surviennent les disparitions d'êtres chers et l'éloignement des enfants de la maison familiale. Ces difficultés ravivent un sentiment d'exclusion sociale d'autant plus difficile à surmonter que beaucoup de ces femmes ont vécu dans un état de dépendance économique et sociale et que la société ne leur reconnaît pas de spécificité liée à leur double carrière familiale et professionnelle33.

59Au temps du loisir, la ville peut offrir des espaces de liberté nouveaux à des femmes seules libérées d'une vie professionnelle qu'elles n'ont pas toujours choisie, du moins si elles n'ont pas la garde de leurs petits enfants et la charge de leurs parents âgés. Il faut néanmoins que leurs ressources financières et culturelles soient suffisantes pour s'approprier ce qu'offre la ville et que leur mobilité ne soit pas trop restreinte. Or l'urbanisme est conçu apparemment pour des gens alertes. Que ce soit la cadence des feux aux passages pour piétons, la vitesse de la circulation automobile, la hauteurs des marches dans les transports publics, l'étroitesse des portes, l'indifférence des pouvoirs publics devant les stationnements des automobiles sur les trottoirs, l'encombrement des rues et les trous dans les chaussées, rien n'est prévu pour les personnes à mobilité restreinte. Le sentiment d'insécurité croissant dans les grandes villes et les aléas liés aux transports en commun peuvent aussi pousser beaucoup de personnes à se calfeutrer chez elles. D'autre part il arrive souvent que la baisse des revenus liée au passage à la retraite implique une mobilité résidentielle forcée. Or, à mesure que l'on avance dans la vie, le logement est de plus en plus chargé de valeurs affectives parce qu'on y a vécu longtemps et accumulé des souvenirs. Par ailleurs les informations dont nous disposons pour les grandes villes mettent en lumière le vieillissement du centre historique qui est un trait commun à bien des villes modernes : les jeunes ménages à la recherche de plus d'espace ont abandonné le centre ville tandis que demeurent sur place les occupants de longue date, les "vieux habitants", ou de fraîche date, les immigrés, ces deux catégories de population coexistant souvent dans des quartiers dégradés boudés par les bureaux. A une date plus récente, quelques rénovations, en faisant monter le taux des loyers, ont abouti par tâche d'huile à l'expulsion de locataires âgés qui survivaient à travers un équilibre précaire dans des quartiers de transition auxquels ils s'étaient néanmoins adaptés. Ils ont été remplacés par des propriétaires aisés possédant les moyens nécessaires pour redonner à certains vieux quartiers de Bruxelles une partie de leur prestige ancien. Dans des quartiers moins réputés les personnes âgées ont réussi à se maintenir mais elles habitent plus fréquemment que d'autres dans des unifamiliales divisées en appartements, dépourvues d’ascenseurs, ce qui rend ces personnes moins mobiles. Cette situation aggrave bien entendu leur isolement.

60Au temps de la dépendance, vivre en ville permet aux personnes du grand âge d'être plus longtemps autonomes sur le plan matériel car compte tenu de leur puissance financière et de la densité de leur réseau d’aide, les villes peuvent offrir à ces personnes une gamme relativement étendue de services et leur permettre ainsi de rester plus longtemps chez elles.

  • 34 B. VEYSSET-PUIJALON, "Editorial. Etre vieux. De la négation à l'échange". Autrement, no 124, octob (...)

61Néanmoins, le type d’urbanisation que nous connaissons ne permet pas de rapprocher les générations et de recréer l'harmonie des âges dans un espace commun. Et pourtant la coexistence aménagée de générations et de cultures différentes permettrait à nos villes de casser le répétitif et le fonctionnel dont elles risquent de mourir. La présence de vieillards peut restituer à l'espace saturé de la ville un autre rythme, celui du temps biologique où, au delà des apparences, on redécouvre l'épaisseur des choses parce qu'on n'est plus happé par le quotidien34.

  • 35 Sur cette question voir "Le façadisme : conservation ou bruxellisation ? "Nouvelles du patrimoine,(...)

62Parce que les cultures et l'histoire ont fait d'elles les gardiennes de la mémoire des choses et qu'elles ont accompli depuis toujours les gestes ancestraux de la vie quotidienne liés à la vie et à la mort, les femmes âgées sont plus sensibles que d'autres au maintien d'un certain nombre de repères culturels et historiques au travers desquels une ville construit son identité. Or, on sait, par exemple, combien est menacée la signification du centre historique de nos villes à travers des pratiques de rénovation telles le façadisme-mise en exergue de la façade au détriment de l’espace interne-et le pastiche-reconstruction d’une prétendue architecture traditionnelle35.

Conclusion

  • 36 Nous avons, en effet, utilisé à travers cette analyse, sa méthode de l'idéaltype (construction de (...)

63Dans ces réflexions, inspirées par la démarche weberienne36, je me suis attachée à mettre en évidence ce que la ville révèle, amplifie, renforce. Je me suis surtout posé la question du comment : comment se vivent les solitudes urbaines, comment celles-ci se modulent au féminin en fonction de la place occupée dans le cycle de la vie familiale. Je ne nie pas la pertinence du pourquoi la ville produit-elle de la solitude, mais cette question me paraît liée à une interrogation fondamentale sur les modes de transformation de l'urbain, eux-mêmes liés au développement de la société capitaliste. A vouloir trop vite poser cette question qui forcerait à livrer des explications causales difficiles à établir pour des phénomènes aussi complexes que ceux de la vie affective, on risque vite de s'enfermer dans un raisonnement déterministe et à pratiquer une analyse qui ne prendrait en compte que les effets automatiques et homogènes.

64Je me contenterai donc de dire, en conclusion, que si une ville telle que Bruxelles révèle les déchirures sociales génératrices de solitude, elle n'y apporte pas de solutions. Peut-être aggrave-t-elle même les différentes formes de solitude en obligeant ses habitants à vivre dans des espaces urbains extérieurs et intérieurs de plus en plus banalisés tout en les soumettant à une circulation rythmée sur un mode frénétique. Ville traversée plus qu'habitée, où rien n'est laissé au hasard, elle n'offre plus de possibilités d’échanges non programmés et de rencontres aléatoires multiples.

65Face à des logiques exclusivement marchandes, la ville risque d'être un lieu d'enfermement pour beaucoup. Les structures familiales diversifiées que nous connaissons aujourd'hui peuvent-elles s'épanouir dans le cadre de logements banalisés et d'une organisation étroitement normalisée ?

66Les flambées du marché immobilier ont eu pour effet de vider certaines communes de leur population âgée. Les habitations familiales y ont été transformées en appartements à loyers élevés et ne peuvent dès lors plus convenir aux familles. L'extension de bureaux dans le centre ville, l'augmentation du nombres d’immeubles abandonnés et la présence de terrains vagues convertis en parkings produisent un sentiment d'insécurité le soir chez les rares habitants qui y habitent encore. Des commerces de luxe (quartier St-Géry) ou de grande consommation (City II) côtoient des zones de pauvreté dont les populations sont captives.

67Les femmes pourraient souffrir particulièrement de cette situation car elles sont pour la plupart étroitement insérées dans une vie professionnelle souvent subie et une vie familiale close sur elle-même. La mobilité résidentielle forcée qui suit souvent un événement familial - divorce, séparation, veuvage, éloignement des grands enfants -, allonge le temps de transport et les coupe de leur tissu relationnel.

68Cette situation n'est pas sans homologie avec la disparition progressive de l'espace urbain, absence de places, développement des rues vouées presque exclusivement à la circulation automobile. En effet, la solitude est d'autant plus difficile à vivre qu'elle se vit dans un urbanisme qui n'offre plus de sens ni de points de repères concrets. Le temps s'y accélère, l'espace s'y réduit et la monotonie s'installe dans les espaces intérieurs (habitations) devenus trop fonctionnels, où disparaît la symbolique de l'habitat (espace intime, refuge mais aussi lieu de rêve, de transformations créatrices). Les espaces semi-privés s'amenuisent (disparition des terrasses, inutilisation des balcons qui donnent désormais sur des rues encombrées et polluées, affectation de plus en plus fréquente des intérieurs d'îlots aux parkings). Les espaces extérieurs souffrent de la disparition progressive d'un enchevêtrement de rues et de places qui marquent des temps de respiration dans la vie urbaine et permettent la flânerie et le détour. Les lieux d'animation (marchés, terrasses extérieures de cafés, espaces verts actifs) se font rares.

69Comme il y a une manière féminine de se laisser enserrer dans une temporalité imposée, il y a sans doute aussi un usage féminin de l’espace lié à la vie même de la femme. Celle-ci est davantage rythmée que celle de l'homme par les impératifs du temps biologique et social et par la présence constamment exigée dans des lieux bien particuliers (maison, lieu de travail, sorties d'écoles ou de garderies, grandes surfaces).

70La solitude est une relation aux temps, aux lieux, aux autres et à soi-même. Temps de maturation, il faut pouvoir à un moment s'en départir.

71Les femmes ont désormais démontré leur capacité à travailler, à vivre et à agir sans être dépendantes des hommes. Face aux phénomènes de décomposition de la ville auxquels elles sont quotidiennement confrontées, les femmes doivent maintenant relever un nouveau défi. A quelles conditions pourront-elles se constituer en acteur collectif dans le champ de l'urbain ? Réussiront-elles à se mobiliser pour se réapproprier la ville et pour la réinventer à travers leurs propres expériences de vie ? L'enjeu est de pouvoir retisser le lien social là où la ville montre ses incohérences. Ce n'est pas uniquement l'affaire des pouvoirs publics, des urbanistes et des architectes, c'est sans aucun doute celle des femmes mais sans doute aussi celle des hommes.

Notes

1 A. FARGE et C. KLAPISCH-ZUBER, Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude féminine-XVIII-XXe siècle, Paris, Arthaud-Montalba, 1984.

2 J. REMY et L. VOYE, La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris, L'Harmattan, 1992.

3 J. REMY et L. VOYE, Ville, ordre et violence, Paris, PUF, 1981.

4 E. DURKHEIM, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1968, pp. 111-119.

5 J. REMY et L. VOYE, La ville...op.cit., p.16.

6 L. WIRTH, "Urbanism, a way of life", American Journal of Sociology, July, 1938. Paru en français dans Y. GRAEFMEYER et I. JOSEPH, L'école de Chicago, naissance de l'écologie urbaine, Paris, Aubier, 1984, pp. 251-277.

7 J. CHESNEAUX, "Insoutenable modernité", La Revue Nouvelle, Février-Mars 1992, pp. 55.

8 R. CELIS, "Comme une lettre à la poste", La Revue Nouvelle, Février-Mars 1992, pp. 65.

9 Mes sources sont principalement constituées par le rapport de synthèse publié sous le titre Habiter Bruxelles (sous la direction scientifique de F.NOEL et de R. PIRSON, Institut de sociologie-ULB, 21 février 1992).

10 Habiter Bruxelles..., pp. 14.

11 R. E. PARK, "La ville comme laboratoire social", dans Y. GRAEFMEYER et I. JOSEPH, L’école de Chigago, naissance de l'écologie urbaine, Paris, Aubier, 1984, pp. 179.

12 R. SENNETT, Les tyrannies de l'intimité, Paris, Le Seuil, 1979.

13 J. REMY et L. VOYE, La ville, une nouvelle définition, op.cit., pp. 75 et suiv.

14 J.L. RALLU, "Les effets des nouveaux rythmes familiaux sur la répartition des familles selon le type et la taille", dans Les familles d'aujourd'hui (colloque AIDELF de Genève), Paris, PUF, 1986, pp. 67-81

15 A. FARGE et C. KLAPISCH-ZUBER, op.cit., pp. 11.

16 M. HANNOUN, Nos solitudes. Enquête sur un sentiment, Paris, le Seuil, 1991.

17 "Les célibattantes", Le Nouvel Observateur, 9-15 mars 1989.

18 M. HANNOUN, op. cit., p. 260.

19 N. LEFAUCHEUR, "Qui sont-elles ?", Informations sociales, no 6, 7/79.

20 R. REZSOHAZY, Les nouveaux enfants d'Adam et d'Eve. Les formes actuelles de couples et de familles, Louvain-la-Neuve, Academia, 1991, p.19.

21 F. QUERE, "Femmes an 2000, Actes des assises nationales du 27 janvier 1988", cité par M. HANNOUN, op.cit., p.209.

22 Les remarques qui suivent sont inspirées par une recherche menée à partir d'entretiens sur différents destins de femmes en situation de monoparentalité (V. de GAULEAC et N. AUBERT, Femmes au singulier, ou la parentalité solitaire, Paris, Klincksieck, 1990).

23 M. AUGE, Non-Lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil, 1992.

24 J. BAUDRILLARD, Pour une critique de l'économie politique du signe, Paris, NRF, 1972, pp. 59-94 et F. CHOAY, La règle et le modèle : sur la théorie de l'architecture et de l'urbanisme, Paris, le Seuil, 1980.

25 M. AUGE, op. cit., p. 148.

26 N. LEFAUCHEUR, "Les familles monoparentales, des chiffres et des mots pour le dire, formes nouvelles ou mots nouveaux". Familles d’aujourd’hui, op.cit., pp. 173-182.

27 ΒΕΝΟIT-LAPIERRE N. "Vers le Continent gris". Communication, no 37, 1983, pp. 1.

28 P. BOURDIEU, "La jeunesse n'est qu'un mot", dans Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1986, pp. 145.

29 P. PAILLAT, Vieillissement et vieillesse, Paris, PUF, 1982.

30 A. M. GUILLEMARD, "Préretraite et mutations du cycle de vie", Futuribles, mai 1965, pp. 31-38.

31 EUROSTAT, Statistiques démographiques, 1991, pp.145-147.

32 J. DUCHENE, "La composition des ménages", La Revue Nouvelle, avril 1992, no 4, p. 216.

33 C. ATTIAS-DREYFUS, "La vieillesse inégale". Communications, 1983, no 37, pp. 125-136.

34 B. VEYSSET-PUIJALON, "Editorial. Etre vieux. De la négation à l'échange". Autrement, no 124, octobre 1991.

35 Sur cette question voir "Le façadisme : conservation ou bruxellisation ? "Nouvelles du patrimoine, no 49, mai 1993.

36 Nous avons, en effet, utilisé à travers cette analyse, sa méthode de l'idéaltype (construction de situations simplifiées et contrastées).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540