Version classiqueVersion mobile

La ville et les femmes en Belgique

 | 
Éric Gubin
, 
Jean-Pierre Nandrin

La femme immigrée et la grande ville

L’exemple de Bruxelles aujourd’hui

Anne Morelli

Texte intégral

1En 1990, 27,8 % de la population totale de la région bruxelloise était composée d’étrangers, soit 267.769 individus. Au fil des années, le pourcentage de femmes parmi les étrangers n’a cessé d’augmenter pour atteindre en 1990 le taux de 46,07 % de femmes pour 53,93 % d’hommes, soit 100 femmes pour 117 hommes. Il y a donc environ 130.000 femmes de nationalité étrangère à Bruxelles.

De nombreux points communs

2Le principal point commun entre elles est certainement une origine rurale, sinon au premier degré, du moins au second. On voit déjà par ce premier trait commun qu’en réalité il n’y a entre elles et les femmes belges de Bruxelles qu’une différence de génération. En effet, c’est l’ensemble des Bruxelloises et des Bruxellois qui sont d’origine rurale puisque la ville ne comprenait au début du XIXe siècle que 100.000 habitants, mais les Belges le sont d’origine plus lointaine et les étrangères d’origine plus proche. La migration des femmes étrangères d’un milieu rural vers Bruxelles s’est souvent réalisée via une autre grande ville - fréquemment Tanger pour les Marocaines provenant du Rif, Emirdag ou Istamboul pour les Turques, les campagnes du Sud et les îles pour les Italiennes, Kinshasa pour les Zaïroises.

  • 1 A. MORELLI, "Trop d'honneur. La condition des femmes dans les trois religions du Livre", Chronique (...)

3En majorité, ces femmes proviennent de la Méditerranée, une région homogène sinon sur le plan linguistique et religieux, du moins par de nombreux aspects culturels. La situation des femmes, entre autres, y connaît, de l’Andalousie aux rives Est de la Méditerranée et de la Sardaigne à l’Afrique du Nord, bien des points communs. Leur position d’enfermement au sein d’une famille élargie, dépasse de loin les césures religieuses actuelles pour se fondre dans un code méditerranéen de l’honneur qui remonte à la nuit des temps et qui s’est exprimé pour la première fois dans les textes à travers le mythe de Sichem relaté par l’Ancien Testament1.

Sortir de chez soi

4L’urbanisation du bassin méditerranéen n’a pas forcément rendu caduques ces traditions et le transfert vers Bruxelles a donc, dans un premier temps, été imaginé comme permettant de les maintenir. Mais la nouvelle réalité sociale et économique a cependant imposé aux femmes méditerranéennes de profondes modifications comportementales.

Le travail

  • 2 W. DUMONT et G. ADRIAENSENS, OCDE. Système d'observation permanente des immigrations en Belgique, (...)

5La plus visible est sans doute l’accès de nombreuses femmes immigrées au marché de l’emploi extérieur à leur foyer. La quantification de cette réalité fait cruellement défaut car le phénomène recouvre une masse importante de travail non déclaré. Même en s’en tenant aux chiffres officiels, pour 1990 on découvre que 27 % des travailleurs salariés étrangers sont des femmes, dont 21 % de femmes chez les travailleurs turcs, 23 % chez les Marocains, 25 % chez les Italiens et 34 % chez les Espagnols2.

6On peut assurer de manière intuitive que cette réalité est plus importante à Bruxelles car les possibilités de s’y occuper sont plus nombreuses. En effet, les femmes immigrées sont occupées-en ordre décroissant-dans les services (nettoyages, restauration, services aux personnes), les industries manufacturières et les emplois de bureau. Le premier secteur cité comprend évidemment une large zone de travail non déclaré mais est très largement répandu dans les grandes villes où la bourgeoisie moyenne y fait couramment appel, notamment à des femmes de ménage, gardiennes d’enfants, gardes-malades non déclarées. Pour les femmes ayant connu une première migration dans une région industrielle de Belgique, ces travaux extérieurs ont souvent été précédés de travaux rémunérés à l’intérieur du foyer tels que blanchisseuses, cantinières ou logeuses de compatriotes masculins non accompagnés de leur femme.

  • 3 TSHIKA YABADI, Les femmes zaïroises en Belgique. Un apport économique réel...mais souterrain, mémo (...)
  • 4 A. BAYAR, "Un ghetto du travail. Les nettoyeuses turques à Bruxelles", Cahiers de la Fonderie. Rev (...)
  • 5 KAMPANDHA MBIKAY, L'organisation du travail dans une entreprise de nettoyage de bureaux à Bruxelle (...)

7L’évaluation de la masse de travail immigré féminin à Bruxelles, si elle est difficile d’un point de vue quantitatif, ne l’est pas moins d’un point de vue économique, social et relationnel. Un récent mémoire de licence3 a relevé le poids essentiel du travail - la plupart du temps non déclaré-, des femmes zaïroises de Bruxelles dans la survie de leur famille. Ali Bayar a étudié la présence massive des femmes turques dans le secteur du nettoyage des bureaux, un secteur très important à Bruxelles4 et où la division du travail se fait à la fois selon un axe hommes/femmes et selon un axe Belges/étrangers qui confinent les femmes étrangères dans une double subordination5.

8Cependant, malgré le morcellement des horaires qui limitent la vie de famille, malgré le caractère pénible, l’embauche et l’organisation souvent arbitraires, les pressions diverses dont les femmes sont l’objet, ces travaux sont perçus en partie comme positifs car ils apportent au ménage son équilibre financier et aux femmes une occasion de contacts, une autonomie nouvelle via la gestion de leur salaire qui crée aussi à l’intérieur des couples de nouveaux rapports de force. Si le transfert à Bruxelles est donc l’occasion de ruptures de relations sociales, il est aussi l’occasion de rencontrer ce que Claire Billen a joliment appelé “le grand dehors”, et donc l’occasion de créer des relations sociales nouvelles.

Les enfants, les parents

  • 6 Une étudiante de l'ULB, Rachel Ibundo, a étudié, lors d'un stage en Travail social, les tentatives (...)

9En réalité les réseaux de sociabilité des femmes immigrées se créent le plus souvent à travers des rôles familiaux traditionnels tels que maintenir la santé des enfants et des vieux, s’occuper des enfants, transmettre les traditions notamment religieuses. Les soins aux enfants, par exemple, s’exercent dans un contexte nouveau qui implique des visites aux hôpitaux, à la mutuelle ou la fréquentation de consultations de nourrissons6. Occasions de découvrir des nouveautés, de mesurer les difficultés dues à la méconnaissance de la langue, de communiquer avec des Belges ou d’autres étrangères.

  • 7 Pour les enfants italiens. Voir l'étude de Sylvia LUCCHINI auprès d'enfant italiens sur leurs mama (...)
  • 8 M.-R. MORELLO, Universitaires issus de l'immigration. Quelles chances de réussite professionnelle  (...)

10S’occuper des enfants veut aussi dire aujourd’hui pour les femmes établies à Bruxelles suivre leur scolarité. La réalité de la scolarisation des enfants immigrés est souvent, comme l’induisent leurs origines sociales modestes, marquée d’échec, toutes communautés confondues7. Cependant les succès des enfants issus de l’immigration sont le plus souvent liés aux encouragements des parents qui, même sans instruction, ont mis en valeur le rôle de l’école dans une possible ascension sociale8. Des associations de parents espagnols, italiens et marocains sont ainsi nées de la conscience d’immigré(e)s qu’il fallait soutenir la scolarisation de leurs enfants. Nombreuses sont aujourd'hui les femmes immigrées qui, bravant les obstacles de langue et leurs propres inhibitions, participent aux visites de parents ou même aux activités organisées au sein des l'écoles, conscientes du rôle positif pour leurs enfants de cette participation.

  • 9 Le Livre de Fatma, de Fatma BENTMINE et Patrick MICHEL, E.P.O., 1993, est né dans le cadre d'un co (...)

11C'est aussi la plupart du temps avec la motivation de pouvoir suivre la scolarité de leurs enfants que les femmes immigrées s'inscrivent à des cours d'alphabétisation. Seule motivation "avouable" sans doute pour la femme, puisque liée à un rôle traditionnel, mais qui débouche pour elle par ce détour à une véritable autonomisation9.

12De même l'aide aux personnes âgées peut être interprétée comme contrainte ou libération. Le maintien des vieux dans leur famille est une obligation absolue dans toute la Méditerranée et en Afrique. Un problème commence cependant à se poser à la deuxième génération, étant donné l'augmentation inexorable de l'âge des travailleurs venus en Belgique entre 1946 et 1974 et le taux croissant d’activité des femmes. Cependant la cohabitation des diverses générations "libère" les femmes les plus jeunes de la garde des petits enfants (les crèches ne sont accessibles qu’à celles dont le travail est déclaré) en vue d'un travail extérieur, rémunéré donc socialement valorisé. Curieusement, ce sont majoritairement des femmes immigrées qui, à Bruxelles, s'occupent aussi des vieux Belges, soit comme aides-soignantes, gardes ou infirmières dans des homes traditionnels, soit à domicile (l'une des premières associations de femmes marocaines à Bruxelles a eu pour but une aide bénévole aux vieux Belges délaissés), soit dans des homes que des familles marocaines commencent à ouvrir et à gérer.

L'espace religieux

  • 10 A. MAHE et F. COLONNA, "Les femmes dans les associations musulmanes," dans Migrations Etudes, Issy (...)

13La transmission des traditions, notamment religieuses, peut elle-même être l'occasion - je n’ose pas dire stratégie - d'émancipation des femmes de l'immigration. Le domaine religieux comporte en effet des espaces où leur présence est unanimement reconnue comme légitime. En les occupant, elles y trouvent des occasions d'expression, de sociabilité, d'organisation et parfois d'autonomie : on les retrouve ainsi nombreuses tant dans les "missions" catholiques que dans les églises orthodoxes, pentecôtistes, chez les Témoins de Jéhovah. Dans les milieux d'immigrées musulmanes aussi, l'activité des femmes, autrefois confinée aux pratiques maraboutiques, a été analysée récemment comme facteur de changement10. Le fait que des organisations connotées religieusement, par exemple Vie féminine, ne s'adressent qu'aux femmes peut sembler un handicap à leur ouverture vers le monde mais cette exclusivité constitue en réalité la condition sine qua non qui conditionne l'indispensable autorisation maritale nécessaire aux femmes pour participer aux activités qu'elles organisent.

Les voies neuves de la tradition

  • 11 Le Livre de Fatma, cité précédemment, est écrit via l’animateur du groupe d'alphabétisation fréque (...)
  • 12 L'oeuvre de Leila HOUARI, par exemple.

14Comme on le voit, toutes ces relations sociales partent des rôles traditionnellement assignés aux femmes et ne les contestent pas, même si leur utilisation à des fins d'autonomisation s'apparente parfois à une ruse. La forme la plus neuve d’organisation de femmes de l'immigration à Bruxelles est peut-être La Voix des femmes d'Hayrie Balci qui cependant use de cette même technique et partant d'une complicité de sexe, bien vécue dans les sociétés d'origine, et débouche finalement sur des revendications très égalitaires et sur la contestation radicale du "maternalisme" condescendant dont les femmes belges ont l'habitude d'entourer la condition des femmes méditerranéennes. Une contestation qui rappelle impitoyablement aux autochtones que pour elles non plus l'égalité n’est pas encore acquise et le combat émancipateur loin d'être terminé. Les femmes immigrées qui refusent aujourd'hui qu'on parle à leur place (que l'on soit un homme ou une femme belge) révèlent en fait que leur situation n’est que le paroxysme de la situation générale des femmes, construite par une différence en infériorité par rapport à ce qui serait la norme : l'homme, le blanc, le bourgeois. Leur prise de parole autonome se fait encore parfois via des médiateurs11 mais elle est de plus en plus indépendante, s'exprimant ainsi dans la littérature française de Belgique12.

Le mariage

15Enfin, on ne peut parler des femmes immigrées à Bruxelles en passant sous silence le phénomène intégrateur par excellence qu'est le mariage mixte. Le taux des mariages mixtes est stable depuis de nombreuses années et tourne autour des 10 %. Ces mariages concernent en première position des Italiens, puis des Français, des Hollandais et, en quatrième position, des Marocains. Mais tant pour les Italiens que pour les Hollandais et les Marocains, il y a deux fois plus de femmes belges qui épousent un étranger que l'inverse, même si d'année en année le nombre de Marocaines épousant un Belge augmente. Les jeunes Marocains actuellement en âge nubile sont encore trop rares à posséder la nationalité belge pour qu'on puisse imaginer que ce sont en réalité des mariages culturellement homogènes, au-delà de la différence apparente de nationalité.

16En outre, le fait reste marquant car même si on considère que par exemple les 378 mariages belgo-marocains de l'année 1990 doivent sans doute être amputés de quelques cas de mariages blancs, il faudrait au contraire leur rajouter les cas de concubinages forcément inquantifiables. Parmi les jeunes venus d'horizons culturels très différents, cette solution est souvent adoptée pour ne pas poser officiellement le problème et ne pas obliger les familles à se positionner, voire à se rencontrer. Même si ces unions libres mixtes échappent par essence à une traduction en chiffres, elles entraînent cependant des modifications comportementales profondes.

Conclusion

17En conclusion, une prospective élémentaire nous permet de pronostiquer que la "mamma" méditerranéenne, confinée à son foyer, sans contacts extérieurs et sans droits (nous n'avons pas abordé le problème que devrait poser à tout démocrate bruxellois la non-représentation politique de ces 130.000 femmes) est un personnage réel mais qui n'est pas figé et encore moins voué à l’auto-reproduction.

18Comme les autres femmes de la ville, elle est, à des degrés divers, en voie d'émancipation. Un terme qui, pour toutes les femmes, renvoie à l'émancipation de l'esclave, quel que soit son sexe, par le maître, quel que soit son sexe.

Notes

1 A. MORELLI, "Trop d'honneur. La condition des femmes dans les trois religions du Livre", Chroniques féministes, mars 1993, pp. 38-42.

2 W. DUMONT et G. ADRIAENSENS, OCDE. Système d'observation permanente des immigrations en Belgique, 1990, KUL, Leuven, 1991, p. 38.

3 TSHIKA YABADI, Les femmes zaïroises en Belgique. Un apport économique réel...mais souterrain, mémoire en Travail social, ULB, 1991-1992.

4 A. BAYAR, "Un ghetto du travail. Les nettoyeuses turques à Bruxelles", Cahiers de la Fonderie. Revue d'histoire sociale et industrielle de la région bruxelloise, no 12, juin 1992, pp. 59-64.

5 KAMPANDHA MBIKAY, L'organisation du travail dans une entreprise de nettoyage de bureaux à Bruxelles, Mémoire en Travail social, ULB, 1991-1992.

6 Une étudiante de l'ULB, Rachel Ibundo, a étudié, lors d'un stage en Travail social, les tentatives des femmes marocaines de Molenbeek de s'intégrer dans les structures organisatives des consultations pour nourrissons et les résistances locales.

7 Pour les enfants italiens. Voir l'étude de Sylvia LUCCHINI auprès d'enfant italiens sur leurs mamans (COASCIT, 38 rue de Livourne, 1050, Bruxelles).

8 M.-R. MORELLO, Universitaires issus de l'immigration. Quelles chances de réussite professionnelle ?, Mémoire en Travail social, ULB, 1992-1993.

9 Le Livre de Fatma, de Fatma BENTMINE et Patrick MICHEL, E.P.O., 1993, est né dans le cadre d'un collectif d'alphabétisation. D'autres expressions (Retour vers le futur, Jamais trop tard) ont été publiées à partir de textes de femmes immigrées.

10 A. MAHE et F. COLONNA, "Les femmes dans les associations musulmanes," dans Migrations Etudes, Issy-les-Moulineaux, novembre 1992.

11 Le Livre de Fatma, cité précédemment, est écrit via l’animateur du groupe d'alphabétisation fréquenté par Fatma Bentmine.

12 L'oeuvre de Leila HOUARI, par exemple.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search