Version classiqueVersion mobile

La ville et les femmes en Belgique

 | 
Éric Gubin
, 
Jean-Pierre Nandrin

La grande ville, un lieu féminin

L’exemple de Bruxelles avant 1914

Eliane Gubin

Texte intégral

  • 1 Dans une récente bibliographie Les femmes et la ville. Guide bibliographique, réalisé par des cherc (...)
  • 2 P.H. CHOMBART DE LAUWE, Des hommes et des villes, Paris, Payot, 1963, p. 8.
  • 3 Idem, p. 27.

1L’histoire des villes s’est considérablement développée au cours du siècle. Perspectives philosophiques, politiques, villes de l’utopie, regards croisés de sociologues, d’anthropologues, de biologistes ou d’urbanistes... : la littérature, désormais abondante, se partage entre différentes écoles, cerne des problèmes de plus en plus nombreux sans qu'on y trouve de réel débat sur les femmes et leur insertion en ville, du moins dans une perspective historique1. Ainsi Ph. Chombart de Lauwe reconnaît qu’il faut tenir compte des évolutions familiales dans la ville et parmi elles, des “rôles nouveaux de la femme”2 ; certain sous-chapitre de l’ouvrage présente même un titre prometteur - “La famille, l'homme, la femme, le couple”- mais se limite à une approche très générale3.

2Cette absence de réflexion systématique sur les femmes dans la ville est d’autant plus surprenante que le féminisme est un fait principalement urbain. “L’air de la ville rend libre” dit le proverbe allemand du XVIe siècle. Est-ce vrai pour les femmes ? La ville (et quelle ville ?) joue-t-elle un rôle émancipateur en mettant en place des éléments indispensables, comme l’accès à l’enseignement ou à l'autonomie économique ? A côté de facteurs “positifs”, la ville ne crée-t-elle pas en retour de nouvelles aliénations ? Et nouvelles par rapport à quoi ? Nous touchons ici une des difficultés dont se ressentent presque toutes les recherches : la ville ne laisse pas indifférent, elle n’est pas un sujet neutre, elle est rarement abordée sans a priori, favorable ou non, de manière consciente ou non.

3Le XIXe siècle a en effet développé un discours négatif sur l'urbanisation, sur l'industrialisation, sur la naissance et la montée inquiétante du prolétariat urbain qui imprègne les sources dont disposent les historiens. Aussi faut-il remarquer que pour juger la ville - ce phénomène “non-rural” par excellence - la référence fut précisément le mode de vie rural et ses avantages supposés.

  • 4 R. JOLY, La ville et la civilisation urbaine, Ed. Sociales, Messidor, Paris, 1985, p. 254. Voir aus (...)

4Pour le passé certainement, il est temps que ce domaine de recherche soit exploré. Pour le présent aussi, si l’on accepte l’idée que les structures urbaines se ressentent nécessairement des mouvements sociaux ou des affirmations des groupes de population qui la composent : "A chaque période urbaine correspondent des étapes du changement social"4. Envisagée sous cet angle, l’histoire des villes peut-elle retracer les changements profonds qui ont affecté le mode de vie des citadines ?

5Ouvrons ici une parenthèse qui permet le parallèle avec la question sociale. L’appropriation de la ville par les différentes classes sociales se trouve au coeur des débats du siècle dernier. Elle modifie le paysage urbain - de manière brutale (l’haussmannisation) ou de manière "douce" (habitat ouvrier, logement social, cités-jardins) - dès que la classe ouvrière devient objet d’inquiétude et se révèle en mesure de peser pour que ses revendications soient prises en compte. Les espaces gérés par la bourgeoisie en portent désormais les marques : les classes élevées émigrent vers les quartiers plus salubres, ce qui crée des îlots défavorisés, préfigurant les ghettos ouvriers de la seconde moitié du siècle et la ségrégation des classes sociales.

6Mais si la question est clairement posée pour les rapports de classe dans la ville en mutation, elle ne l'a pas été pour les rapports de sexe. Comment les femmes se sont-elles organisées dans une ville construite et gérée par les hommes (puisque les femmes ont été longtemps écartées des organes de décision politiques et économiques) ? Quelles stratégies d’adaptation ont-elles développées ? L’évolution de leur mode de vie laisse-t-elle des traces dans l’organisation de l’espace urbain ?

7Inversement, l'histoire des femmes ne peut ignorer le développement de la ville. Les aménagements urbains interfèrent directement sur les conditions de vie : on songe aux infrastructures qui ont révolutionné leur existence, l’établissement de l’eau courante, du gaz (à tous les étages !), de l'électricité... On pense aux infrastructures d’accueil pour les enfants qui posent en termes renouvelés la question du travail féminin.

8Que privilégier dans ce réseau dense et enchevêtré de relations entre les femmes, la ville, le travail, la famille, la fécondité, la criminalité ? Et de quelles femmes s’agit-il ? Car la stratification sociale ne suffit pas ; il faut tenir compte des origines, des différences entre les “citadines de souche” et les nouvelles venues. Comment s’opère l’intégration ? Comment, en fin de compte, l’arrivée de rurales, puis de ressortissantes de pays de plus en plus lointains, maintient, nourrit un état de déséquilibre permanent, d’insertion permanente, selon des “couches de sédimentation” chronologiquement discernables dont les plus récentes témoignent peut-être, sous une forme grossissante, comme le suggère Anne Morelli dans ce recueil, des difficultés vécues en réalité par toutes les femmes.

9Pour les femmes plus que pour les hommes, le discours sur “l’arrivée en ville” est tributaire de l'idéologie qui accompagne l’observation de la ville au XIXe siècle. Il impose - pour longtemps - une vision manichéenne de la bonne campagne et de la ville corruptrice. Le Siècle des Lumières avait donné le ton ; dans l’Encyclopédie, la ville apparaît déjà comme ce lieu “où la dépravation des moeurs est excessive, ...[où] l’espèce humaine souffre un dépérissement sensible...”. Le Bon Sauvage de Rousseau n'est pas loin.

  • 5 J. LAMMENS, "Rapport sur la situation créée aux classes ouvrières par la législation sur l'expropri (...)

10Ironie du sort, c’est le parti catholique qui reprend cette dénonciation au XIXe siècle, face à un libéralisme urbain et un parti ouvrier dont le centre de gravité se trouve à Bruxelles. La ville moderne, lieu de tous les désordres sociaux, est accusée de tous les maux : lors de la fameuse enquête de la Commission du travail, en 1886, le sénateur catholique Lammens déplore l'intempestive haussmannisation qui, selon lui, n'embellit pas la cité mais y plante les germes de la révolte sociale. "Le résultat moral de ces transformations babyloniennes de nos grandes villes, c'est la démarcation de plus en plus tranchée entre la propriété et le prolétariat, entre les riches et les pauvres... [c'est l'apparition de] deux populations inconnues l'une à l'autre, c’est-à-dire se maudissant ou se redoutant, deux populations ennemies, ne se rapprochant que pour faire éclater le contraste de leur destinée"5. Aujourd’hui encore, cette optique pèse sur les esprits quand, dans une perspective passéiste, la ville est présentée comme un monde anonyme et froid, dépourvu de relations personnelles, comparées aux structures prétendument cohésives et solidaires de la société rurale traditionnelle. Dans ces affirmations, quelle est la part des idées reçues et celle des observations ? Et comment expliquer dès lors l’attraction de la ville sur les femmes, là précisément où les hommes disent qu’elles se perdent ?

La grande ville : un lieu féminin ?

11Dès le milieu du siècle, la population de Bruxelles-ville est majoritairement féminine : elle compte 47 % d’hommes et 53 % de femmes en 1842 (52 568 hommes et 60 669 femmes). L’écart entre le nombre d'hommes et de femmes s’accentue à mesure que l’on considère des tranches plus âgées. Prise à partir de 18 ans, la population de Bruxelles se compose de 55.5 % de femmes et de 44.5 d’hommes ; parmi les personnes âgées de plus de 65 ans, on compte deux femmes pour un homme (63 % de femmes et 37 % d’hommes).

  • 6 La présence de congrégations religieuses n’influence pas de manière significative cette répartition (...)

12La ville est donc composée de plus de femmes adultes et de beaucoup plus de femmes âgées. Parmi cette population, il y a une majorité de femmes seules6. Considérée à partir de 18 ans, la population féminine se compose en effet de 42 % de femmes mariées et de 58 % de célibataires ou veuves (tableau 1). Cette situation appelle immédiatement quelques remarques. Certes, toutes les femmes recensées comme seules ne vivent pas dans la solitude, elles peuvent vivre en concubinage, dans une famille élargie, chez leurs patrons... mais inversement, toutes les femmes mariées ne sont pas soutenues par un mari, qui peut être absent (travailleur migrant, condamné...etc), qui peut avoir abandonné sa femme ou s'être séparé d'elle. Les figures de style sont multiples mais le simple bon sens permet de dire, au vu des chiffres massifs, qu'un nombre non négligeable de femmes doivent gagner leur vie.

Tableau 1. Population féminine selon l'état-civil à Bruxelles-ville en 1842

Tableau 1. Population féminine selon l'état-civil à Bruxelles-ville en 1842

* y compris les divorcées. Source : A. QUETELET, "Sur le recensement...".

13Or toutes les valeurs morales du XIXe siècle reposent sur la famille et considèrent exclusivement la femme dans son rôle d'épouse et de mère, faisant en quelque sorte abstraction des femmes seules, les pénalisant socialement et économiquement puisque les salaires féminins, toujours conçus comme salaires d’appoint, sont nettement inférieurs aux salaires masculins.

  • 7 Th. PACQUOT, dans Villes et civilisation urbaine XVIIIe-XXe s., Larousse, Paris, 1992, p.16.
  • 8 Outre le Recensement général de la population au 31 octobre 1846 et le Recensement général de la po (...)

14Dans cet exposé, nous avons cherché à mettre en lumière la question de savoir si la grande ville est ou non un lieu d'émancipation économique pour les femmes. "La ville moderne est le lieu où se déploie le je, où ce dernier s’émancipe du lignage ou de l’ethnie. Il s’autonomise”7, dit le sociologue. Cette affirmation vaut-elle pour les femmes ? Pour cerner l'ampleur et la nature du travail féminin, nous avons eu recours principalement aux statistiques, en privilégiant deux recensements généraux de la population, 1846 et 1910, et deux recensements locaux contemporains, effectués à Bruxelles-ville en 1842 et en 19108.

  • 9 Pour l'évolution générale, on se réfèrera à La région de Bruxelles. Des villages d'autrefois à la v (...)

15Le choix de Bruxelles s’explique d’abord parce qu’il s’agit bien sûr d’une grande ville mais aussi et surtout parce que nous pouvons y suivre les progrès de l’urbanisation et son influence sur le travail des femmes. Au milieu du siècle dernier Bruxelles est encore une ville à la campagne. Les champs subsistent autour du coeur urbain, enserré dans les barrières de l'octroi jusqu’en 1860. Certaines communes adjacentes sont déjà urbanisées, comme Saint-Josse, d'autres sont en voie de l'être : on distingue une première couronne de huit faubourgs, partiellement urbanisés et industrialisés, dont une partie du territoire est encore vouée à l’agriculture. La future agglomération renferme donc deux mondes distincts qui se touchent et s’interpénètrent à certains endroits9. Mode de vie rural et prolétarisation se côtoient, comme à Saint-Gilles, commune essentiellement rurale jusqu’en 1860 mais abritant dès 1841 une vaste filature de lin mécanique près de la porte de Hal, La Linière, qui compte, dès 1846, 537 travailleurs dont 410 femmes. Envisagée sur le long terme et sur l’ensemble de l'agglomération, il paraissait intéressant de voir comment l’urbanisation progressive a pu influencer les activités féminines.

L'insaisissable travail des femmes

16De prime abord, il peut paraître aisé de réunir les données nécessaires à cette étude. Rien n’est moins vrai. Que sait-on en effet du travail des femmes dans les villes ? Peu de choses. Bien que le travail soit le domaine le mieux étudié en histoire des femmes, on n’en connaît souvent que les formes les plus minoritaires ou les plus marginales. Les sources témoignent d'une attention soutenue des observateurs chaque fois que les activités féminines entrent en crise ou en conflit avec les valeurs morales. C’est ainsi qu’il est plus facile de faire l’histoire des prostituées que celle des couturières ou des repasseuses. Que l’on dispose d’un maximum de documents sur les fileuses ou les dentellières quand le métier périclite, que l’on trouve une abondante documentation sur le travail souterrain des femmes dans les mines quand celui-ci y est devenu résiduel. La domesticité elle-même, emploi typiquement féminin et urbain, ne “livre” ses secrets qu’au moment où le recrutement des servantes commence à poser problème. Dans tous les autres cas, les informations sont rares : les grandes enquêtes parlent peu des petits métiers, du petit commerce, du colportage, des industries à domicile...bref, de tous les secteurs où les femmes sont présentes en grand nombre.

Les difficultés des sources

  • 10 Voir E. GUBIN et E. RICHARD, op.cit., pp. 15-18, 20-27, 35-37. Aussi A.-M. BOGAERT-DAMIN et L. MARE (...)

17Nous n’évoquerons pas ici toutes les difficultés méthodologiques liées à l'utilisation des statistiques10. Celles-ci, par définition, ne sont jamais comparables entre elles, la collecte des informations s’effectue systématiquement selon des critères différents et le mode de publication varie d'une statistique à l'autre. En 1846, les professions sont regroupées en 118 rubriques, elles sont 202 en 1866, et 406 en 1910 !

  • 11 M. MARTIN, "Ménagère, une profession ?", Le Mouvement social, no 140, juillet-sept. 1987, p. 89.
  • 12 Ainsi dans l’industrie du vêtement pour hommes à Bruxelles, une famille où le père est qualifié de (...)

18S’agissant du travail des femmes, les difficultés sont encore plus nombreuses car beaucoup d’activités féminines ne sont pas comptabilisées. Outre l’inadéquation des rubriques professionnelles, qui répondent mal à la réalité multiforme du travail féminin et à l’alternance du travail rétribué et des tâches domestiques, les mentions de “ménagères” ou “d’aidantes” constituent autant de pièges qui occultent le travail féminin. "Rejoignant en cela le sens commun, écrit Martine Martin, selon lequel une femme au foyer ne "travaille pas", le statisticien, fort de sa science [...] somme avec insistance la femme au foyer, cette ménagère rebelle au classement, de ne plus s'égarer dans les rangs de la population active"11. C’est ainsi que le taux d’activité féminine à Bruxelles chute de 8 % entre 1842 et 1846, par la simple introduction d’une catégorie nouvelle, celle des “membres de la famille" où sont rangées désormais bon nombre d'épouses et de filles. Encore au début du XXe s., les enquêtes sur les industries à domicile font état du travail de l’épouse et des filles-parfois très qualifiées-alors que la mention professionnelle est réservée au chef de ménage12.

19Enfin n’oublions pas que l’ensemble des tâches domestiques, - maternage, soins des enfants, éducation -, sont rejetées dans la non-activité (activités non marchandes) ainsi que l'ensemble du travail social (soins aux malades, aux pauvres...), secteur aujourd’hui professionnalisé, assuré souvent bénévolement par des femmes au siècle passé. Protection de l’enfance, lutte contre l’alcoolisme, contre la prostitution, contre la tuberculose... : le réseau associatif féminin est dense et l'important travail social fourni par les femmes reste totalement invisible au regard de la statistique.

Ampleur et nature du travail féminin au milieu du XIXe siècle

20Si l’on considère la population active de Bruxelles-ville (soit 55 % de la population totale en 1842), elle est composée de 56 % d’hommes et de 44 % de femmes. Envisagée par rapport à la population féminine totale, 46 % des femmes travaillent, tous âges confondus. Ce sont là des taux importants, qui s'expliquent par la précocité du travail et l'absence de législation sociale.

21Ces femmes qui travaillent, que font-elles ? A Bruxelles-ville, leurs activités se partagent entre le secteur secondaire et tertiaire puisque l’agriculture a pratiquement disparu (tableau 2). On note peu de femmes dans la grande industrie puisque celle-ci est peu développée dans la capitale (91 femmes dans les manufactures, un peu plus de 500 hommes). En revanche, près de la moitié des femmes actives travaillent dans l’artisanat et l'industrie, principalement dans le secteur du vêtement : elles sont lingères, tricoteuses, dentellières, couturières, fleuristes, brodeuses, blanchisseuses, repasseuses... métiers quasi exclusivement féminins (à 98 %). La domesticité est l'autre pôle du travail féminin et représente 28 % des femmes actives en 1842. Le métier lui-même est très fémininisé (78 % de femmes, 22 % d’hommes). Le reste de la main d’oeuvre féminine (22 %, un peu plus d’un cinquième) se répartit entre le petit commerce, le travail à la journée (7,5 %)...etc.

Tableau 2. Répartition de la population active féminine à Bruxelles-ville en 1842

Nombre

 %

Secteur I

Agriculture

67

0,2

Secteur II

Artisanat

12434

44,9

Industrie

91

0,3

Secteur III

Commerce, banque, négoce

2043

7,4

Domesticité

7768

28,1

Enseignement

264

1,0

Soins à la personne

21

0,1

Soins médicaux

15

0,0

Employés

634

2,3

Cultes

176

0,6

Propr., pens., rentières

1879

6,8

Prostitution

221

0,8

Autres

113

0,4

Secteur non dét.

Journalières

1944

7,1

Total

27670

100

Source : A. QUETELET, op.cit.

22Bien que concentrées dans les métiers typiquement féminins, les femmes sont néanmoins présentes presque partout (en proportion parfois infime, mais le phénomène est intéressant à souligner). L’enseignement est déjà en voie de féminisation et comporte 48 % de femmes, tandis que certains secteurs qui deviendront féminins au cours du XXe s. constituent encore des bastions masculins, comme les services médicaux et sociaux, les soins à la personne ; ce qui montre que le caractère “féminin” ou “masculin” d’un métier n’a rien de "naturel" et résulte d'une construction sociale et d'une situation conjoncturelle.

  • 13 "Statistique sur l'essai de recensement général effectué à Molenbeek - Saint-Jean", Bull.Comm.Centr (...)
  • 14 Textile, vêtement, bois, métaux, bâtiment, verre, porcelaine, cuir, tabac, papier, alimentation, ty (...)

23Si l’on envisage non plus le centre-ville mais la future agglomération, la principale différence réside bien sûr dans la ventilation des activités en trois secteurs et non en deux. Mais ce qui frappe surtout, c'est la diminution générale du taux d’activité féminine. Dans l'agriculture (là où cette activité persiste), les taux d'hommes et de femmes sont pratiquement équivalents, mais dans l'industrie et l'artisanat, l'activité féminine est très faible. Ainsi à Molenbeek, commune pourtant en voie d’industrialisation, on ne recense en 1845 que 27 % de femmes parmi la population active (au lieu de 44 % à Bruxelles). 33 % des femmes actives travaillent dans l’artisanat, 35 % dans la domesticité, 10 % dans le commerce13. Plus on s’éloigne du centre-ville, plus la participation des femmes dans l'artisanat diminue et leur concentration dans certains métiers dits “féminins" est beaucoup plus forte. On se trouve en présence d’une structure de travail plus traditionnelle, nettement moins diversifiée : sur les 14 catégories de l’artisanat14, les femmes ne sont présentes que dans quatre d'entre elles. Et encore : 432 femmes sur 438 travaillent... dans le vêtement !

  • 15 L’examen des statistiques de 1842 et 1846 montre en effet que les “navettes” sont peu fréquentes et (...)

24La qualification de la main d’oeuvre est moindre : 19 % de la main d’oeuvre féminine est constituée de journalières à Molenbeek, contre 7.5 % seulement à Bruxelles. La prolétarisation y est aussi plus marquée puisque 590 femmes travaillent dans la grande industrie contre 91 à Bruxelles-ville. Ceci est évidemment lié à la localisation des manufactures sur les territoires des différentes communes15 et explique que 35 % de la main d’oeuvre féminine à Saint-Gilles se situe dans la grande industrie (la Linière).

25Ces différences ne signifient pas que les femmes travaillent moins dans les communes suburbaines mais bien qu’elles travaillent encore dans des structures traditionnelles où leur activité n'est pas prise en compte comme telle, ou pas rémunérée directement par un salaire. Ce taux d’activité relativement bas s’explique aussi par la présence, dans les communes périphériques, d’industries à domicile (dentelles, vêtements, gants) qui ne sont pas comptées dans le recensement industriel de 1846.

A la veille de la première guerre mondiale

26Plus de soixante ans plus tard, à Bruxelles-ville, la situation est pratiquement inchangée. La grande ville est toujours un réservoir de femmes seules (54 % des femmes de plus de 18 ans) même si l'on constate une légère "poussée" des femmes mariées.

Tableau 3. Population féminine selon l'état-civil à Bruxelles-ville en 1910

Tableau 3. Population féminine selon l'état-civil à Bruxelles-ville en 1910

* y compris les divorcées. Source : Ville de Bruxelles. Rec. de 1910, Bruxelles, 1912.

27Le recensement de 1910 fournit aussi des informations intéressantes sur le nombre d’enfants par couples mariés. On constate que dès le début du siècle, dans les grandes villes, la restriction des naissances est d'application : plus de trois quarts des couples mariés n'ont pas plus de deux enfants, un tiers même n'en a pas du tout (et cette situation n'est pas liée au nombre d'années de mariage), seuls 13 % d'entre eux ont plus de trois enfants. Faut-il y voir une conséquence directe du travail des femmes ? Beaucoup d'observateurs le disent mais leurs affirmations sont sous-tendues par l'idéologie de la femme au foyer. La restriction des naissances dans les familles urbaines peut aussi témoigner d'une élévation du niveau de vie, d'un changement dans la conception de l'éducation des enfants (plus scolarisés), d'une déchristianisation...etc. Le travail de la femme mariée sert souvent de bouc émissaire ; pour trancher, il faudrait l'étudier systématiquement dans ses rapports tous les éléments de l'évolution sociale.

* dont le nombre d'enfants est connu. Source : Ville de Bruxelles. Rec. 1910, op.cit.

28Quant à la ventilation entre actifs et non actifs, 57 % de la population est active (contre 55 % en 1842). La répartition d’hommes et de femmes parmi les actifs est stable : 42 % de femmes (contre 44 %) et 58 % d’hommes (contre 56 %).

  • 16 Rec. général... 1910, I, p. 269.

29En revanche, cette répartition tranche avec la moyenne nationale où l’on ne compte que 29 % de femmes dans la population active. Le maintien d’un haut taux d’activité féminine en ville est d’autant plus significatif que le travail des femmes est en baisse dans le pays depuis 1880 (on est passé de 34 % de femmes dans la population active en 1880 à 29 % en 1910)16.

30Désormais le taux d’activité et la répartition selon les secteurs sont semblables dans toute l’agglomération (43 % de femmes dans la population active) : on assiste à une sorte d’alignement des communes de l'agglomération sur les chiffres de Bruxelles-ville, mises à part quelques variantes locales, explicables. En revanche, plus on s'éloigne de l'agglomération, plus le taux d'activité féminine diminue : 38 % dans l’arrondissement de Bruxelles (y compris l’agglomération), 36 % dans la province de Brabant. Le phénomène observé au milieu du siècle précédent se reproduit donc, reporté aux limites des territoires non urbanisés.

  • 1 Le recensement prévoit une colonne pour "les personnes aidant habituellement le chef de famille dan (...)

Tableau 4. Répartition de la population féminine active1 à Bruxelles-ville en 1910.

Exerçant la profession

Aidantes

Total

 %

Secteur I

Agriculture

10

4

14

0

Secteur II

Industr./artisanat

13383

537

13970

32,8

Secteur III

Commerce, banque,

6974

1486

8460

19,8

ass.

Domesticité

14738

20

14758

34,6

Enseignement

652

3

655

1,5

Soins de la personne

72

21

93

0,3

Soins médicaux

240

26

266

0,6

Fonctionnaires

105

3

108

0,2

Cultes

661

2

663

1,6

Rentières, propr., pens.

3001

0

3001

7,0

Autres

671

12

683

1,6

Total

40507

2114

42621

100

Une meilleure qualification et des emplois nouveaux

31Dans la grande ville, le nombre de femmes peu qualifiées tend à diminuer : c'est ainsi qu'on constate la disparition des journalières. Le nombre d'aidantes est peu élevé à Bruxelles-ville, moins de 5 % de l'ensemble des femmes actives. Dans le commerce pourtant, les aidantes représentent 17 % des effectifs mais ce taux élevé est dû au secteur de l'hôtellerie et des débits de boissons - où l'on sait que le mari est considéré comme exerçant la profession parce qu'il paie la patente. Pour le reste, elles sont surtout localisées dans le petit commerce, bimbeloterie, mercerie, friperie. Une seule exception à cette règle : la boucherie où le nombre d'aidantes est égale au nombre de femmes qui déclarent la profession (respectivement 142 et 141). Dès qu'on séloigne du centre urbain, la proportion d'aidantes augmente de manière sensible : moins de 5 % à Bruxelles mais 12 % dans l’arrondissement et 17 % dans la province de Brabant.

32La ville améliore donc la qualification professionnelle, elle accélère l’accès au salariat, au travail reconnu et comptabilisé mais surtout rend plus visible le travail des femmes.

Les changements qualitatifs

33Si quantitativement l'emploi féminin se maintient mieux en ville, les changements qualitatifs sont aussi importants. Les femmes quittent progressivement le secteur secondaire : 32 % des femmes actives en 1910 contre 45 % en 1842. De plus, elles changent de branches d'activité : si le vêtement reste largement féminin (à 78 %), les femmes investissent des secteurs où elles étaient peu représentées auparavant : tabac, industries chimiques, alimentaires, cuirs et peaux, papier. On les retrouve de manière significative dans 241 métiers. Elles conquièrent des domaines neufs ou confirment leur avancée précédente. On note leur entrée dans les professions libérales : 22 pharmaciennes et 28 aides-pharmaciennes, quelques femmes médecins, une première percée des infirmières laïques (77). L’enseignement a définitivement basculé du côté féminin (62 % de femmes et 38 % d’hommes), en revanche les soins personnels restent résolument masculins (64 coiffeuses et 628 coiffeurs et barbiers !).

34Dans le secteur tertiaire, qui emploie désormais 67 % de la main d'oeuvre féminine, l'apport de la domesticité reste considérable (34 % des femmes actives) en dépit de la "crise de recrutement" dont se plaignent les patronnes. Le secteur est plus "féminisé" que jamais (14 738 femmes et 2 257 hommes soit un rapport de 87 % et 13 %, contre 78 % et 22 % en 1842).

35Enfin, les femmes entament leur "longue marche vers les bureaux", avec sur la ligne d'horizon, un profil nouveau, celui de l’employée.

L'avènement de l'employée

  • 17 Dans le secondaire, les employés apparaissent pour la première fois dans le recensement du commerce (...)
  • 18 Le Recensement de Bruxelles-ville n'en comptabilise aucune, dans l'ensemble du pays, elles ne sont (...)

36Peu nombreuses dans le secteur secondaire17, les employées se retrouvent pour la plupart dans le tertiaire. Elles sont encore largement exclues des banques et des compagnies d’assurances, largement minoritaires dans la fonction publique18. Mais elles se rattrapent allègrement dans le commerce, avec l'apparition des "demoiselles de magasin".

  • 19 L. LESSELLIER, "Employées de magasins à Paris avant 1914", Le Mouvement social, no 105, oct.-déc. 1 (...)
  • 20 S. JAUMAIN, Les petits commerçants belges face à la modernité 1880-1914, Thèse de doctorat, Histoir (...)
  • 21 Ville de Bruxelles, Rec. de 1910..., p. 30.
  • 22 G. MOREAU, "Entre classe ouvrière et petite bourgeoisie : les premières tentatives de syndicalisati (...)

37La demoiselle de magasin n'est pas d’emblée un produit de la grande ville, il existe des différences nationales. Ainsi en France, à Paris, les commis ont réussi à garder le haut du comptoir avant 1914, reléguant les filles aux basses besognes de manutention19. Mais en Belgique d'emblée les femmes furent majoritaires. L'Innovation de Gand engage 146 hommes et 284 femmes de 1901 à 191420. A Bruxelles en 1910, les six grands magasins du centre ville emploient 56 % de femmes (631 femmes, 492 hommes)21. Prompte à réagir à toute incursion féminine, la profession pousse les hauts cris : "La littérature de l'époque parle de l’envahissement des femmes dans les emplois de commerce en tant que demoiselles de magasin"22. On assiste, sinon à une invasion, du moins à un renversement de tendance puisqu'en 1846, la part des femmes parmi les employés de commerce ne s'élevait qu'à 34 %.

  • 23 Le Droit de l'Employé, 15 octobre 1912.

38Il faut souligner les changements qui interviennent avec l'apparition et le développement des grands magasins, phénomène typiquement urbain (mais qui sera relayé en quelque sorte dans les communes industrielles par les coopératives). La vendeuse prend ses distances par rapport à la "bonne à tout faire" des petites boutiques. Dans le petit commerce, les contraintes sont encore fortes et la demoiselle de magasin n'est pas traitée différemment d'une domestique : logée et nourrie sur place, entièrement dépendante de son employeur, elle est taillable à merci. Sa journée commence vers 7 heures pour se terminer vers 22 heures, elle a en charge la vente et la manutention mais aussi l'entretien du magasin : "laver les vitres, les rayons, nettoyer les cuivres, balayer, épousseter"23. Dans les grands magasins, l'autonomie est plus réelle, en dépit du strict contrôle qu'exerce l'employeur sur la vie privée et les "moeurs" des vendeuses. Mais au moins la journée de travail, bien que longue, ne s'éternise pas comme dans les boutiques et surtout, la demoiselle de grand magasin prend l'habitude de ne plus loger sur place. En 1910, 63 % des employées des grands magasins du centre ville habitent dans les faubourgs, ce qui crée une première indépendance. Le "standing" du grand magasin oblige aussi à une mise relativement élégante du personnel, une disponibilité totale pour la clientèle. En réalité, la demoiselle de magasin "occupe une place à part dans la hiérarchie sociale, à la charnière de deux mondes", le monde ouvrier dont elle se rapproche par la modicité de son salaire et la classe bourgeoise qu'elle côtoie chaque jour. Le métier est considéré comme "propre", et donc valorisant, même s'il ne jouit d’aucune protection légale et est, en définitive, très pénible.

Conclusions

39Cette première approche a permis d’évaluer la présence des femmes dans la vie économique et surtout d’en suivre la progression avec l’urbanisation. La diversité des emplois, la reconnaissance d’un métier et l’accès au salariat semblent bien les éléments qui caractérisent le travail des femmes en ville. Le glissement continu du secteur secondaire vers le secteur tertiaire, l'apparition des métiers "propres" (bureaux, magasins) est une autre caractéristique, tandis qu’au sein même du secteur secondaire, les branches traditionnelles du vêtement sont progressivement abandonnées pour des industries plus neuves (chimie, alimentaires...).

40Le travail de la femme n’est probablement pas plus important en milieu urbain qu’en milieu rural, comme le laisseraient supposer les statistiques, mais il revêt des formes particulières dont l’individualisation semble être un élément “positif’ d’émancipation. Cette autonomie, cette visibilité du travail, ne signifie pas nécessairement des conditions meilleures de vie, ce n’est pas une panacée. L’accès au salariat, amorce d'indépendance économique, n'implique pas un salaire suffisant ou équitable mais constitue un passage obligé vers l'émancipation.

41Par ailleurs, l'accès au salariat modifie l’identité de la femme au travail. Elle n’apparaît plus automatiquement dans sa mission reproductrice comme mère, épouse ou ménagère mais crée des modèles nouveaux de femmes "productrices", modèles professionnels, travail continu, "carrières" qui entament la norme ancienne, celle du travail discontinu des femmes, régulé par les cycles de vie et les besoins familiaux.

42Les qualifications sont plus nombreuses (même si elles aboutissent parfois à des impasses économiques, on songe aux dentellières). Les journalières disparaissent avec l’urbanisation, mais surtout le nombre d’aidantes s'effondre, ce qui est infiniment plus révélateur de l’individualisation du travail. C’est évidemment en ville que les formations intellectuelles sont les plus précoces pour les filles : pharmaciennes, femmes médecins, enseignantes...etc. La diversité des professions et l'hétérogénéité des formations remettent en cause le "genre" des métiers, amorcent une mixité qui, à terme, peut se solder par un renversement total, comme dans l'enseignement ou le travail de bureau. Mais comme le travail féminin reste pénalisé par les discriminations salariales, la féminisation d'un secteur est vécue comme une dévalorisation, quelle que soit la qualification requise. Il faut cependant préciser que dans certains cas, il s'agit moins d'une féminisation que d'une professionnalisation : ainsi le travail social ne se "féminise" pas dans l'entre-deux-guerres, il a toujours été féminin. Mais progressivement il constituera un métier à part entière.

  • 24 Ch. DE QUECKER, "Les femmes à gages à Bruxelles", Bulletin du Travail, Bruxelles, 1893 et Nos domes (...)

43La piste suggérée de l'identité des femmes au travail devrait être suivie de manière systématique, l’exemple de la servante et de l'ouvrière représentant un bon observatoire. En effet, nous nous trouvons en présence de deux femmes engagées dans des processus de travail très différents, l’une presque toujours d’origine rurale (la servante), l’autre presque toujours citadine de souche (l'ouvrière). Beaucoup de servantes ne sont que des rurales en transit dans la ville. A moins de se marier (elles épousent alors un ouvrier, plus rarement et seulement dans les grandes familles un domestique et forment un couple au service d’une famille), elles rentrent dans leur village d’origine. Pour la rurale, le passage en ville est considéré comme promotionnel et le retour à la campagne se fait lorsqu’un petit pécule permet d’y vivre différemment. On sait par ailleurs que les citadines “ne font pas ce métier”, “Les Bruxelloises, constate Ch. de Quécker, préfèrent la liberté en haillons à la servitude la plus dorée” : le terme ici est significatif, servitude et non service24.

44Le rejet ne découle ni du lieu de travail (il y a des ouvrières à domicile), ni de la pénibilité ni du salaire (parfois plus confortable dans la domesticité). Il implique le rejet d'une distribution traditionnelle des rôles : tâches domestiques répétitives non valorisantes, dans le cadre de l’espace privé, sans sociabilité, travail invisible et aliénant, dépendance forte d’individu à individu. Le rejet semble donc résulter principalement d’une nouvelle identité au travail que se forgeraient les citadines, expliquant par exemple l’engouement pour des métiers mal payés (demoiselles de magasin, tous les “emplois en cols blancs”) mais qui s’éloignent des tâches traditionnelles.

45De nombreuses questions restent ouvertes, il faudrait bien sûr, au-delà du seul examen quantitatif, explorer à fond toutes les facettes du travail féminin, ses relations fortes avec la famille qui, elles, sont directement influencées par le milieu urbain. On aborde là un domaine délicat car il n'a pas laissé beaucoup de traces. Des pans entiers de la vie des femmes qui travaillent n'ont pas été consignées par les observateurs. Il est difficile de les faire émerger du passé en l'absence de sources, même si nous sentons confusément que l'histoire ne serait compréhensible qu'à condition de trouver le chaînon manquant.

46Comment expliquer en effet la permanence et la croissance du nombre de femmes au travail, en dépit des difficultés posées par la "double journée" ? Il serait simpliste de réduire les motivations au seul critère du besoin, invoqué au XIXe siècle, et du goût de l'accessoire ou du "luxe", invoqué au XXe siècle. Certes, beaucoup de femmes disent qu'elles sont "obligées" de travailler - mais cela est valable aussi pour les hommes. Et dire n'est pas prouver, surtout lorsque le sujet est aussi connoté idéologiquement. L'affirmation ne témoigne que d'une certitude : cette "raison-là" est socialement acceptée et permet d'échapper à la suspicion de "mère dénaturée". Quant aux motivations profondes elles restent difficiles à cerner. Quelques témoignages suggèrent, explicitement ou non, un désir de sociabilité, d'incursion dans l'espace public, d'épanouissement personnel, de prise de distance par rapport au contrôle de la famille ou du quartier, - comme le souligne encore Jean Rémy pour aujourd'hui.

47Autre domaine mal connu, celui des stratégies des mères pour la garde des enfants en bas âge, dans une société où le problème n'est pas pris en charge institutionnellement. Quels furent les réseaux informels ? les solidarités ? Comment ont joué les relations intergénérationnelles, suggérant une forte cohésion familiale dans les villes, à l’inverse du discours dominant ? On sait pourtant que les regroupements familiaux se sont toujours effectués par quartier, par commune, que le recours aux parents ou aux enfants aînés pour le gardiennage des petits est courant. On sait aussi combien la famille ouvrière est soudée par la nécessité du salaire familial : les enfants y sont maintenus jusqu'au mariage et la mère gère et exerce un strict contrôle sur l'ensemble des salaires. A niveau socio-économique égal, il est clair que la famille ouvrière urbaine est plus cohésive et la famille rurale plus fragile, menacée d'éclatement par la mise en service précoce des enfants dans les grosses fermes ou à la ville, pour réduire dès que possible le nombre de bouches à nourrir.

48L'étude du rôle économique des femmes en ville soulève donc des problèmes en chaîne qui permettraient de revoir, à terme, les "évidences" qui, toutes, nous viennent des discours du XIXe siècle, ce qui ne signifie pas qu'elles traduisent les réalités du XIX siècle.

Notes

1 Dans une récente bibliographie Les femmes et la ville. Guide bibliographique, réalisé par des chercheurs du CNRS et le Centre de Documentation en Sciences Sociales de la Vieille Charité à Marseille, Marseille, déc. 1992, on relève certes 346 références, mais le problème des femmes et la ville est souvent abordé par le biais d'autres problématiques.

2 P.H. CHOMBART DE LAUWE, Des hommes et des villes, Paris, Payot, 1963, p. 8.

3 Idem, p. 27.

4 R. JOLY, La ville et la civilisation urbaine, Ed. Sociales, Messidor, Paris, 1985, p. 254. Voir aussi p. 17.

5 J. LAMMENS, "Rapport sur la situation créée aux classes ouvrières par la législation sur l'expropriation par zones" dans Commission du travail, t. 3, Bruxelles, 1887, p. 113.

6 La présence de congrégations religieuses n’influence pas de manière significative cette répartition. On ne dénombre en effet à Bruxelles-ville que 289 religieuses en 1846 (0.4 % de la population féminine de la ville). Si on les range à part, la nouvelle ventilation entre mariées et célibataires/veuves est de 44.6 % de célibataires, 13.2 % de veuves et 42.2 % de femmes mariées.

7 Th. PACQUOT, dans Villes et civilisation urbaine XVIIIe-XXe s., Larousse, Paris, 1992, p.16.

8 Outre le Recensement général de la population au 31 octobre 1846 et le Recensement général de la population au 31 décembre 1910, nous avons utilisé : A. QUETELET, " Sur le recensement de la population de Bruxelles en 1842", Bull. Comm.Centr. Stat., t. 1, 1843 ; Ville de Bruxelles. Service de la population. Les recensements de 1910, Bruxelles, 1912. Nous avons aussi eu recours au Recensement général de l'Industrie au 31 octobre 1846 et au Recensement de l'Agriculture au 31 octobre 1846. Cette recherche a été effectué dans le cadre d'un contrat Visiting Scientist, subventionné par la Région de Bruxelles-Capitale, entre l'Université de Provence (Eliane Richard), les Facultés Universitaires Saint-Louis (Jean-Pierre Nandrin) et l'Université de Bruxelles (Eliane Gubin). Un ouvrage est en cours de publication : E. GUBIN et E. RICHARD, Le travail des femmes à Bruxelles et à Marseille 1850-1961, Documentation bruxelloise, no 3, Bruxelles, 1993.

9 Pour l'évolution générale, on se réfèrera à La région de Bruxelles. Des villages d'autrefois à la ville d'aujourd'hui, sous la direction de A. SMOLAER-MEYNAERT et de J. STENGERS, Bruxelles, 1989.

10 Voir E. GUBIN et E. RICHARD, op.cit., pp. 15-18, 20-27, 35-37. Aussi A.-M. BOGAERT-DAMIN et L. MARECHAL, Bruxelles. Développement de l'ensemble urbain 1846-1961. Analyse historique et statistique des recensements, P.U. Namur, 1978.

11 M. MARTIN, "Ménagère, une profession ?", Le Mouvement social, no 140, juillet-sept. 1987, p. 89.

12 Ainsi dans l’industrie du vêtement pour hommes à Bruxelles, une famille où le père est qualifié de tailleur d’habits. Femme et filles sont qualifiées d'aidantes, alors qu’elles sont culottière et giletière (E. TARDIEU, "L'industrie du vêtement pour hommes à Bruxelles", dans Les industries à domicile en Belgique, t. 1, Bruxelles, 1899, p. 218).

13 "Statistique sur l'essai de recensement général effectué à Molenbeek - Saint-Jean", Bull.Comm.Centr. de Stat., t. 3, 1845, pp. 108-115.

14 Textile, vêtement, bois, métaux, bâtiment, verre, porcelaine, cuir, tabac, papier, alimentation, typographie, chimie, divers.

15 L’examen des statistiques de 1842 et 1846 montre en effet que les “navettes” sont peu fréquentes et que le lieu du travail et le lieu de l’habitat sont encore proches. C’est le cas notamment pour les grandes manufactures qui développent ainsi autour d’elles des quartiers ouvriers.

16 Rec. général... 1910, I, p. 269.

17 Dans le secondaire, les employés apparaissent pour la première fois dans le recensement du commerce et de l'industrie de 1896. En 1910, on compte au niveau national 45 025 employés dont 2 702 femmes (6 %).

18 Le Recensement de Bruxelles-ville n'en comptabilise aucune, dans l'ensemble du pays, elles ne sont que 41 pour 1839 hommes (soit 2 % des effectifs de la profession). Dans le pays, les administrations publiques, à tous les niveaux, demeurent des bastions masculins où l'on compte 301 femmes pour 2901 hommes (9.5 %/90,5 %).

19 L. LESSELLIER, "Employées de magasins à Paris avant 1914", Le Mouvement social, no 105, oct.-déc. 1978, p. 109. Voir aussi M.B. MILLE, Au Bon Marché 1869-1920. Le consommateur apprivoisé, Paris, 1987.

20 S. JAUMAIN, Les petits commerçants belges face à la modernité 1880-1914, Thèse de doctorat, Histoire, ULB, 1991, t. I, pp. 168-170.

21 Ville de Bruxelles, Rec. de 1910..., p. 30.

22 G. MOREAU, "Entre classe ouvrière et petite bourgeoisie : les premières tentatives de syndicalisation des employés", Aux frontières des classes moyennes, la petite bourgeoisie belge avant 1914, Edité par G. KURGAN et S. JAUMAIN, Ed. ULB, Bruxelles, 1992, p. 117.

23 Le Droit de l'Employé, 15 octobre 1912.

24 Ch. DE QUECKER, "Les femmes à gages à Bruxelles", Bulletin du Travail, Bruxelles, 1893 et Nos domestiques, Bruxelles, 1910. Sur les servantes : C. BASSEM, La domesticité féminine à Bruxelles de 1880 à 1914, mémoire de licence, histoire, ULB, 1991.

Notes de fin

1 Le recensement prévoit une colonne pour "les personnes aidant habituellement le chef de famille dans l'exercice de sa profession" mais rejette ces travailleuses dans la population non active. Nous les avons réinsérées dans la population active. Source : Ville de Bruxelles. Rec. de 1910, op.cit.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Population féminine selon l'état-civil à Bruxelles-ville en 1842
Légende * y compris les divorcées. Source : A. QUETELET, "Sur le recensement...".
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/13346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 3. Population féminine selon l'état-civil à Bruxelles-ville en 1910
Légende * y compris les divorcées. Source : Ville de Bruxelles. Rec. de 1910, Bruxelles, 1912.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/13346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende * dont le nombre d'enfants est connu. Source : Ville de Bruxelles. Rec. 1910, op.cit.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/13346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search