Version classiqueVersion mobile

La ville et les femmes en Belgique

 | 
Éric Gubin
, 
Jean-Pierre Nandrin

Le marché urbain

Un espace de liberté pour les femmes rurales ?

Claire Billen

Texte intégral

La répartition sexuelle des tâches. Une question historique de grande importance

1L’un des grands mérites des études historiques concernant les femmes est d’avoir attiré l’attention sur le partage des rôles masculins et féminins dans l’activité économique.

  • 1 M. SEGALEN, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, 1980, p. 38.

2Les sociétés anciennes et spécialement les sociétés rurales connaissent une répartition des tâches productives et des gestes de la vie active selon le sexe. Cette répartition, en général extrêmement contraignante et ritualisée, a été bien étudiée par les ethnologues. Or ceux-ci, dans leur investigation du champ européen occidental, ont rarement poussé l’enquête plus haut que le XIXe siècle, période dont la représentativité est discutable dans la mesure où elle voit s’installer une rigueur et une fixité des normes de comportements traditionnels d’autant plus rigoureuses qu’elles devaient s’appliquer dans une société en voie de bouleversement1.

3Les précieuses indications recueillies pour le siècle passé demandent donc à être confrontées à une observation portant sur le long terme. Les modifications de pratiques et les ruptures de la permanence étant surtout significatives pour la réflexion de l’historien.

4Il faut constater que l’immense terrain offert par le thème du partage des tâches a été peu exploré par l'historiographie. Il s’agit là cependant d’un domaine très fertile qui touche aux questions les plus fondamentales du développement socio-économique, mais qui intéresse bien entendu aussi l’histoire des mentalités et des représentations.

5Dans le champ médiéval, deux sujets me semblent appeler tout spécialement l’attention des chercheurs : ils concernent d’une part la diffusion du moulin, d’autre part le tissage des grands draps sur le métier de basse lisse. Dans l’un et l’autre cas, l’adoption d’un nouvel outil a entraîné le glissement de la production du domaine féminin au domaine masculin. Il est manifeste que les conséquences de ce changement sur l’organisation familiale du travail, qui est par excellence celle du Moyen Age, ont dû être considérables.

  • 2 Ph. CONTAMINE (dir.), L'économie médiévale, Paris, 1993, pp. 97-98.

6En se libérant des longues heures nécessaires à la mouture manuelle, la femme rurale a sans aucun doute pu consacrer plus de temps à ses autres tâches spécifiques : le travail textile d’une part et la culture intensive de l’enclos d’autre part. Lorsque l’on connaît le rôle important des produits issus de ces deux activités dans les contacts que les paysans entretinrent dès le haut Moyen Age avec le marché, on comprend qu’il serait utile de consacrer un examen approfondi à cette question qui touche au déploiement progressif mais discontinu de l’économie d’échanges à partir de la période carolingienne2.

  • 3 W. ENDREI, L'évolution des techniques du filage et du tissage du Moyen Age à la révolution industr (...)

7Tout aussi fondamental est le problème posé par l’utilisation du nouveau métier à tisser. On sait que cet acquis technique, qui semble se diffuser au début du XIIe siècle dans le Nord-Ouest de l’Europe, a transformé le tissage en un travail d’homme ; il a en outre déplacé le lieu principal de son exercice de la campagne vers la ville. L’antique activité ménagère, promue au rang d’artisanat masculin spécialisé, entraîna à sa suite les multiples opérations de l’apprêt qui, du foulage à la teinture, ont joué avec elle un rôle central dans le développement urbain et la croissance des échanges à longue distance. La participation féminine au travail textile, reléguée dans les étapes les moins qualifiées de la fabrication, n’en est pas moins restée essentielle3. L’intarissable besoin de fil manifesté par les officines urbaines a fait de la quenouille un attribut féminin omniprésent et des écheveaux de laine écrue, un article majeur de l’offre campagnarde au marché de la ville.

Les paysannes au marché. Un phénomène banal mais pas insignifiant

8Les remarques qui précèdent montrent l’urgence d’une recherche sur le partage sexuel des tâches et sur les glissements que ce partage a pu connaître. Elles attirent également l’attention sur les rapports, directs ou indirects mais néanmoins cruciaux, que l’activité des femmes rurales a pu avoir avec la ville. C’est ce point que nous voudrions illustrer par l’un de ses aspects le plus apparemment banal : l’approvisionnement menu de la ville en produits vivriers et en fabricats semi finis. Nous envisagerons le sujet du point de vue de sa matérialité économique, mais aussi pour ce qu’il est susceptible de nous faire entrevoir de l’espace d’autonomie laissé aux femmes dans les sociétés rurales anciennes.

9De la fable à la représentation iconographique, s’il est bien un topos de l’image urbaine dans son environnement campagnard, c’est la représentation du chemin qui par monts et par vaux conduit jusqu’aux portes des remparts les paysannes portant cruches, hottes ou paniers garnis de victuailles. Ce motif n’est nullement gratuit ou fantaisiste, il ancre l’image qu’il orne dans la réalité la plus quotidienne. Les études des ethnologues montrent sans équivoque à quoi ce sujet fait référence : la femme paysanne européenne se voit confier traditionnellement, outre l’entretien de la maison, les soins de la basse-cour et la culture du jardin. Ces annexes de la demeure pourvoient en partie l’auto-consommation familiale, mais aussi un petit commerce que l’on sait exister, et dont on parle pourtant fort peu.

  • 4 M. SEGALEN, op. cit., pp. 39-40.

10Proverbes, chansons, métaphores populaires, pratiques rituelles coulent l’activité de la femme au jardin en normes. Ainsi la cérémonie de mariage contient, dans certaines régions françaises, un parcours de la nouvelle épouse à travers la maison et ses dépendances. La promenade rituelle se termine par la visite du jardin qui sera le domaine le plus particulier de la femme. Plus simplement, d’autres coutumes font tenir à la jeune mariée, au moment où elle franchit le seuil, une poignée de grain, image double de sa fécondité à venir et de sa responsabilité vis-à-vis du poulailler4.

  • 5 Ibid., p. 103.

11Les correspondances intimes qui lient la femme à la basse-cour et au jardin s’expriment par des images langagières qui l’assimilent à la poule ou à l’oie, qui la comparent à la courge. Le caractère souvent obscène de ces métaphores ne fait que renforcer l’expression du lien profond qui existe dans les représentations populaires entre le statut sexuel d’épouse et l’activité productrice de la paysanne. C’est pourquoi sans doute, la femme négligente de son jardin s’expose aux charivaris, manifestations à la fois moqueuses et violentes qu’organisent les jeunes hommes célibataires pour punir ceux qui rompent avec les comportements traditionnels considérés comme nécessaires à la stabilité de la société locale5.

  • 6 Ibid., pp. 88 et 91.

12Dans un très beau livre auquel nous empruntons une bonne part de ce qui vient d’être dit ici du point de vue ethnographique, Martine Segalen posait la question de la signification économique et sociale de ces activités féminines à l’apparence strictement domestique. Avec beaucoup de justesse, elle mettait en doute la pertinence même, dans les sociétés rurales, de la notion de vie domestique isolée de la sphère de la production6. Nous aurions tendance à surenchérir sur cette remarque. Le concept d’activité domestique, qu’il soit employé pour un milieu rural ou pour un milieu urbain, nous semble essentiellement idéologique. Il occulte la participation de la femme à la vie productive et gomme les démarches d’apprentissage véritable qui ont été nécessaires à la maîtrise des savoir-faire, parfois très élaborés, que l’activité féminine ordinaire et quotidienne doit pouvoir mobiliser.

13Nous poserons donc l’hypothèse que l’apport du travail féminin effectué dans l’enceinte de la maison et du jardin peut être non négligeable, tant du point de vue de la subsistance de la famille et de son accès au numéraire, que du point de vue du fonctionnement d’une économie régionale dans son ensemble. A ceci nous ajouterons que le capital technique auquel les femmes ont accès, dans les tâches qui leurs sont réservées, est riche et diversifié. Enfin, nous remarquerons que loin de se dérouler exclusivement dans le lieu clos et protégé de l’habitation, une part importante sinon essentielle de l’activité des paysannes se déroule en toute publicité, sur le marché urbain.

14Cet ensemble de positions doit bien entendu être étayé par des sources historiques et c’est ce à quoi nous allons maintenant nous employer.

Un cas concret et quantifiable Binche et son approvisionnement campagnard

  • 7 L. DEVILLERS, Cartulaire des cens et rentes dus au comte de Hainaut, 1265-1286, Mons, t. 1, 1873, (...)

15Les hasards d’une recherche menée autrefois sur les tonlieux hennuyers du Moyen Age nous avaient fait tomber en arrêt sur la mention à Binche, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, d’un tonlieu des femmes. Celui-ci consistait en une taxe, levée au profit du Comte de Hainaut sur la vente du fil, des plumes, des graines oléagineuses, des oeufs, des fromages et des textiles grossiers7.

16Cette mention frappait d’abord par l’allusion explicite aux femmes, rare dans ce genre de document, et par la nature des produits concernés qui, bien que fort divers, se retrouvaient malgré tout dans la même rubrique et relevaient tous du même type de taxation.

17Parmi les grandes branches de l’approvisionnement de la petite ville comtale, grain, vin, viandes, grands draps, bois, fer et cuirs, figurait donc, en place digne d’une citation particulière, le contenu varié du panier ou de la brouette des paysannes, rassemblant au rythme de la production hebdomadaire, les laitages, le résultat du filage et du tissage, les produits de la basse-cour et du jardin.

18Cette unique occurrence n’aurait pu mener très loin si elle n’avait pu être recoupée et précisée par une documentation plus abondante et surtout moins théorique que n’était notre tarif de tonlieu.

  • 8 A.G.R., Chambre des Comptes, 8766, Compte du Domaine de Binche, 25 mai 1373-ler juin 1374, fo 37v° (...)

19Par chance, les historiens de Binche disposent d’une belle série de comptes, dont ceux du domaine princier, fréquemment assigné en douaire aux épouses comtales. Ces comptes, très détaillés à partir de l’exercice 1373-74, mentionnent les dépenses effectuées pour l’entretien et le fonctionnement de la résidence princière située dans la ville. Ils permettent par conséquent d’entrevoir quels sont les achats du plus gros client du marché de Binche. Or, dans la rubrique intitulée pourveances en menue cuisine destinées à l’Hôtel8, on trouve la liste, effectuée au jour le jour, de tous les fournisseurs de la table du comte, avec leur nom, leur origine, le nom de l’article acheté et son prix !

20Cette extraordinaire énumération permet d’établir sans aucune hésitation l’importance de la présence des femmes campagnardes sur le marché de la ville.

  • 9 C’est un minimum parce que nous n’avons pas tenu compte des femmes dont aucune origine n’était men (...)
  • 10 Par exemple, la fille du métayer de Prische, grosse exploitation ecclésiastique située aux portes (...)
  • 11 350, 300, 152, 200, 275 oeufs... etc., A.G.R. Chambre des Comptes, document cité, fo 39v°, 52v°, 5 (...)

21Au minimum9, les officiers de la salle de Binche se sont, en une année, adressés 232 fois à des femmes venues des villages environnants. Parmi ces femmes plusieurs se retrouvent à de nombreuses reprises dans le compte et semblent être reconnues comme spécialistes de certains produits, notamment le fromage blanc et la crème10. D’autres paysannes à qui l’on achète de grandes quantités d’un même article, par exemple les oeufs, jouent peut-être le rôle d’intermédiaires et revendent à la ville ce qu’elles ont pu rassembler chez leurs voisines11.

22De façon générale, il faut voir que les femmes rurales sont à de très rares exceptions près les distributrices exclusives d’une gamme de produits spécifiques : oeufs, volaille, beurre, crème, fromages divers, mous et durs, fruits, oignons, poireaux, fèves, balais.

  • 12 Pour le compte que nous avons analysé en détail, on en identifie moins d’une dizaine. Parmi ce gro (...)
  • 13 Par exemple, loc. cit., fo 53v°-53r°.

23Les villageois masculins vendant ces denrées sont rarissimes12. Par contre, ces derniers sont assez nombreux à offrir au marché urbain leur pêche et leur capture d’écrevisses13, articles qu’aucune femme rurale ne vend, comme elle n’exposera ni viande, ni breuvage, se distinguant nettement en cela des femmes binchoises dont les activités commerciales semblent se déployer dans tous les domaines.

  • 14 Voir la Carte du Comté de Hainaut (XVe-XVIe siècles), dessinée par M.-A. ARNOULD, Bruxelles, 1941.

24Si l’on regarde l’aire campagnarde concernée par les relations d’approvisionnement que les femmes entretiennent avec la ville, on constatera qu’elle correspond, voire même dépasse, les contours de la prévôté. Ses limites sont au Nord Peronnes, Saint-Vaast et Carnières, au Sud-Est Lobbes, au Sud la Sambre avec Solre, Ghoy et La Buissière, à l’ouest Solre et au Nord-Ouest Saint-Ghislain. La distance maximum doit équivaloir à 20 km environ aller et retour14.

25D’emblée, le document comptable atteste de l’importance des paysannes sur le marché urbain et de la part non négligeable que leurs denrées tiennent, non seulement sur la table la plus noble de la ville, mais encore dans les frais que nécessite l’approvisionnement de cette table : en 1373-74, la cuisine de la Salle consacre près de 30 % des 590 lb. de ses dépenses aux produits des jardins et des basses-cours campagnardes. C’est proportionnellement énorme si l’on sait que le reste solde les achats, beaucoup plus onéreux, des vins, des épices et des viandes.

  • 15 J.-L. FLANDRIN, "Les fruits et légumes dans l’alimentation des élites sociales du XIVe au XVIIIe s (...)

26Il faut voir aussi que l’alimentation aristocratique du bas Moyen Age se distingue fortement de celle des clients ordinaires du marché urbain. Les légumes n’y sont guère à l’honneur qui font au contraire l’ordinaire des potages et porrées roturières. Toute une échelle symbolique des aliments, élaborée en fonction de leur proximité plus ou moins étroite avec la terre, place les végétaux comestibles, à l’exception des céréales, plus aériennes, dans les catégories des nourritures viles15. Les quelques fournitures de navets et de fèves nouvelles, signalées dans notre compte, ne représenteraient, par conséquent, qu’une part infime des produits maraîchers effectivement apportés et commercés par les paysannes auprès de la population binchoise.

  • 16 C. BILLEN, "Binche et sa campagne : des relations économiques exemplaires (XIIe-XIIIe siècle)", da (...)

27Parmi la clientèle potentielle des paysannes il faut tenir compte également des chevaliers et membres de la noblesse hainuyère ayant maison à proximité de la résidence du prince ainsi qu’une bourgeoisie marchande et financière assez prospère16. Gageons que cette honorable société ne dédaignait pas, elle non plus, le beurre et les fromages campagnards. Bref, pour frappant qu’il soit, le document que nous venons d’utiliser doit être considéré comme partiel. A certains égards, il sous-estime le volume et la diversité des approvisionnements spécifiquement féminins.

  • 17 L. DEVILLERS, op. cit., pp. 90, 96, 98 et C. BILLEN, op. cit., pp. 104-105.
  • 18 M.-A. ARNOULD, "L’industrie drapière dans le comté de Hainaut au Moyen Age", dans Villes et campag (...)

28Il faut savoir d’ailleurs qu’il existait à Binche, dès le XIIIe siècle, un tout autre débouché pour les produits de la campagne. Le censier comtal dénombre, en effet, dans la ville, plusieurs officines de tendeurs de draps où l’on apprêtait les étoffes écrues17, c’est-à-dire sans doute, où l’on rendait marchands les draps ordinaires. Ces tissus étaient peut-être ceux pour lesquels les femmes payaient le tonlieu évoqué ci-dessus. On observera, en outre, que des le XIVe siècle, Binche devient elle-même drapante18 : non contente de traiter les lainages de la campagne, elle s’adressera encore à celle-ci pour consommer son fil en abondance.

  • 19 A.G.R., Document cité, f° 1r°-v°.

29Pour achever de nous convaincre de la place remarquable tenue par les fournitures des paysannes dans l’économie urbaine, il n’est enfin que de considérer le revenu de la ferme du tonlieu des femmes dans les comptes du Domaine : en importance, il s’agit du troisième montant issu des recettes de ce type, il monte pour des transactions qui, rappelons-le, sont chacune de très petit montant, à 40 lb. par an. Seul l’afforage du vin (86 lb.) et le tonlieu du blé (43 lb.) lui sont supérieurs !19

30Le personnage féminin qui chemine, son panier sur la tête, vers l’agglomération emmuraillée n’est donc nullement une image anecdotique sans importance...

Paysannes et professionnels de l’approvisionnement urbain

31L’exceptionnel faisceau documentaire offert par les sources binchoises incite à poursuivre l’enquête de façon systématique et à la mener pour les autres villes de nos régions. Le caractère explicite des mentions trouvées dans les archives relatives au petit centre hainuyer, l’existence même d’un tonlieu des femmes, semble-t-il inconnu dans les autres agglomérations du comté, tout cela doit cependant nous faire réfléchir à l’hypothèse d’une relative originalité de l’organisation de l’approvisionnement à Binche.

  • 20 Cossons à Mons et à Tournai : S. GODFRINNE, Les bans de police de la ville de Mons au bas Moyen Ag (...)
  • 21 Sur les laboureurs de Tournai et leurs activités, voir : C. BILLEN et J.-J. HEIRWEGH, "La ville à (...)

32On ne mentionne nulle part ici de ces gens appelés cossons, cutseneers, voorcoopers ou regrattiers, actifs dans la plupart des villes médiévales20, comme intermédiaires entre le producteur rural ou le grossiste et le marché urbain. On ne connaît pas non plus, à Binche, de corporation organisée de jardiniers, laboureurs ou fruitiers qui, comme à Tournai, Louvain, Anvers ou Bruxelles, tiennent le haut du pavé dans la distribution des fruits, légumes, plantes tinctoriales ou industrielles et tentent parfois avec succès de s’en garantir le monopole21.

  • 22 A. de la GRANGE, op. cit., p. 235, R. VAN UYTVEN, "L’approvisionnement...", op. cit., pp. 92 et 10 (...)
  • 23 G. DES MAREZ, op. cit., pp. 357 et 501.

33En principe, l'autorité urbaine voit d’un bon oeil la fréquentation assidue du marché urbain par les petits producteurs paysans. Ceux-ci jouissent souvent d’un jour franc pour vendre leurs denrées et peuvent exposer leur marchandise avant celle des revendeurs, souvent en des endroits bien distincts22. L’activité législative des magistrats dans les matières qui les concernent, montre pourtant à quel point l’accès des villageois et villageoises au marché pouvait être menacé par les intermédiaires en tout genre qui circonvenaient les réglementations citadines en allant au devant des ruraux pour leur acheter volailles, oeufs, beurre, fromages avant qu’ils ne soient arrivés en ville ou qui se rendaient sur les exploitations pour acquérir, en bloc et sur pied, la récolte d’un ou de plusieurs arbres fruitiers, la production d’un poulailler ou d’un potager23.

34C’est probablement la petitesse de Binche qui a permis d'y maintenir la grande fluidité des échanges avec la campagne, telle qu’elle nous apparaît au XIVe siècle, cette fluidité est sans conteste favorable à l’activité autonome des femmes.

  • 24 C. BILLEN et J.-J. HEIRWEGH, op. cit., passim et p. 262.
  • 25 G. DES MAREZ, op. cit., pp. 108-109.

35Dans un métier organisé tel que celui des laboureurs de Tournai, qui englobait non seulement les acteurs de la production agricole et horticole de la ville elle-même, mais également ceux d’une très large banlieue, les femmes apparaissent totalement marginalisées24. De même, lorsqu’à Bruxelles le métier des fruitiers entrera en guerre contre les vendeuses de fruits au détail, il n’aura de cesse que de les enrégimenter en les absorbant25.

  • 26 A. de la GRANGE, loc. cit., voir aussi le cas anglais : K. E. LACEY, "Women and work in fourteenth (...)
  • 27 G. DES MAREZ, op. cit., p. 357.
  • 28 A. de la GRANGE, loc. cit.

36Il semble donc que l’on ne puisse considérer d’office le marché urbain comme le débouché direct et facile de la production féminine ni nécessairement comme le lieu idéal pour l’exercice des talents commerciaux des paysannes. Dans les villes développées, l’espace non organisé, nous dirions aujourd’hui informel, qui leur est laissé peut se rétrécir singulièrement. Il faut remarquer cependant que certaines activités d’intermédiaires et spécialement celles qui se déroulent à l’extérieur des structures corporatives, comme celle de cosson, sont incontestablement exercées tant par les femmes que par les hommes et finalement aussi bien par les citadins que par les ruraux26. Nous venons de voir que dans la région de Binche s’ébauchait déjà ce profil féminin de la paysanne capable de rassembler de grandes quantités d’oeufs ou de fromages pour les transporter de son village jusqu’à la ville. A Bruxelles, on trouve des femmes parmi les voorcoopers27 et à Tournai, à côté des humbles poriresses vendant poireaux, navets et quelques autres légumes, à l’exception de ceux qui pouvaient faire l’objet de trafics à longue distance, on rencontre des cochones actives dans la revente des fruits28. Au total donc, la grande ville, sans écarter les femmes, leur fait surtout sentir une concurrence qu’elles ne rencontraient semble-t-il pas dans une région telle que celle de Binche. Le contrôle et la primauté des hommes se font sentir dans toutes les activités commerciales et productives structurées et dans tous les négoces susceptibles de transactions dépassant le cadre local.

Les paysannes au marché. Apprentissage, techniques et compétences

37La question que nous posons maintenant peut sembler des plus banales ou des plus incongrues. Pour l’heure, les sources semblent cruellement manquer en la matière. Mais les a-t-on jamais vraiment interrogées ?

  • 29 C. CASAGRANDE, "La femme gardée", dans G. DUBY et M. PERROT, Histoire des femmes en Occident, t. 2 (...)
  • 30 Voir la classification de Francesco da Barberino (+ 1348), Ibid., p. 88 et un texte cité par G. HA (...)
  • 31 Très significative, dans toute sa terrible crudité, cette expression populaire anglaise que l’on t (...)

38Pour les prédicateurs et les directeurs de conscience médiévaux, il n’existait dans la société des femmes que des vierges, des épouses et des veuves, alors que dans la société des hommes les rôles sociaux et professionnels apparaissaient plus clairement29. Pourtant, lorsque l’on pousse plus loin l’analyse de certains prêches ou de certains traités, ceux qui décrivent les devoirs ou les tâches traditionnelles de l’épouse, tâches qu’il est de son devoir d’accomplir avant de pouvoir se consacrer à ses éventuelles aspirations spirituelles, on constate que le commerce, le marchandage fait, comme naturellement, partie des attributions de la femme de condition modeste30. Il y a donc là une compétence reconnue des femmes ordinaires. Elle passe inaperçue parce qu’elle est placée sur le même pied que les tâches domestiques, tel l’entretien de la maison et la surveillance des enfants, sur le même pied d’ailleurs aussi que le filage, la couture et le jardinage31.

  • 32 M. ROBERTS, Op. cit., p. 153. Voir aussi ce que dit D. HUTTON, "Women in fourteenth century Shrews (...)
  • 33 Ph. MENARD, "Jardins et vergers dans la littérature médiévale", dans Jardins et vergers en Europe (...)

39Or ce n’est pas parce qu’une activité va de soi, qu’elle ne nécessite aucune expérience, aucun apprentissage, aucun savoir-faire. On ne s’improvise pas marchande, même si l’on ne commerce que de la volaille et des fromages. Il faut connaître les prix, il faut savoir compter, vanter sa marchandise, défendre ses positions contre les barguigneurs, tenir tête à la police du marché. Il y a derrière tout cela une réalité de la vie féminine quotidienne qui se trouve être en opposition complète avec l’image traditionnelle de la femme telle que le Moyen Age lui-même a contribué à la forger. Le rôle de marchande éloigne la femme de l’enclos rassurant de la maison, exige d’elle des comportements tranchés et publiquement visibles, des initiatives qui peuvent être énergiques, un discours personnel et sonore32. Que ces capacités aient été apprises et transmises dans le cadre familial par la mère, ou, dans le cas fréquent d’une mise en service, par la patronne, ne signifie nullement qu’elles soient quelconques et de peu de consistance. Les recueils de cris qui émaillent la littérature du bas Moyen Age et du début des Temps Modernes33 sont l’indice de l’imagination verbale des vendeuses de menus produits et de la fascination que leur agilité de langage a exercée sur les curieux, les poètes et même les musiciens.

  • 34 D’après le compte binchois que nous avons utilisé, il est intéressant de remarquer la constance de (...)
  • 35 Le savoir médiéval relatif aux jardins est abondamment décrit dans la belle synthèse de A. HIGOUNE (...)

40Ce qui vient d’être dit à propos de l’activité marchande peut l’être en ce qui concerne l’activité productrice. Fabriquer différentes sortes de fromages, obtenir d’un poulailler qu’il fournisse régulièrement, hiver comme été, des oeufs en suffisance34, organiser un potager afin qu’il rende en toute saison et que les variétés de choux et de poireaux s’échelonnent correctement sur la plus longue durée possible35, choisir les semences, partager au mieux les récoltes à conserver et celles que l’on vendra fraîches, voilà tout un appareil de savoirs riches et sophistiqués. Ce que les agronomes mettront en traités dès le XVIe siècle, ce que mettront en scène les jardiniers royaux au XVIIe siècle, n’était pas complètement inconnu des femmes du Moyen Age ; il ne s’agissait à peu de chose près que du modeste bagage apporté par la bonne épouse dans son nouveau foyer.

L’accès au marché. Un pas vers la liberté ou un élément de pouvoir ?

41La notion de liberté est très inopérante en histoire. Son champ de compréhension est flou et trompeur. Prétendre que le marché urbain libère la femme rurale n’a en fait aucun sens. Le point d’interrogation qui ponctue le titre de la présente contribution est là pour tempérer le caractère excessivement accrocheur et probablement malheureux de son expression.

42On poserait mieux la question en se demandant quelles peuvent être les répercussions de l’activité commerçante des paysannes sur leur statut de femme et d’épouse. Il est trop sommaire de remarquer que, dans les circonstances les plus favorables, le marché offre une occasion de sortir de l’environnement étroit de la maison, d’aller à la rencontre d’une autre culture et d’observer d’autres modes, de valoriser pour d’autres que pour son mari, ses proches et la communauté villageoise certaines de ses capacités.

  • 36 M. SEGALEN, op. cit., p. 102. Y. EECKMAN, La femme dans la société paysanne occitane et son image (...)
  • 37 D. HUTTON, op. cit., pp. 97-98 et M. ROBERTS, op. cit., pp. 153-154.
  • 38 Cité par Y. EECKMAN, op. cit., p. 48.
  • 39 M. SEGALEN, Op. cit., p. 78. Voir aussi sur le problème de l’autorité dans le couple : Id., "Le ma (...)
  • 40 Par exemple R. MUCHEMBLED, La violence au village, Turnhout, 1984.
  • 41 M. GARI, Le vinaigre et le fiel. La vie d’une paysanne hongroise, mémoires recueillis et présentés (...)

43A vrai dire, l’activité marchande des paysannes, toute habituelle qu’elle soit, introduit, nous l’avons vu, une contradiction importante dans la vie du foyer tel qu’il se représente à lui-même. Au marché, la femme théoriquement soumise, docile et discrète se doit d’être autonome et visible. Au retour du marché, la femme en principe dépendante et improductive, ramène ce qui, dans bien des cas, constitue la plus régulière et la plus essentielle rentrée de numéraire dont peut jouir la maisonnée. Elle détermine l’accès aux outils, l’achat des chandelles, le payement des redevances36. Dans les cultures populaires méridionales, particulièrement méfiantes quant à l’autonomie de la femme, un répertoire bien fourni de chansons et de proverbes s’ingénie à ridiculiser les activités commerçantes de la paysanne et indique par là les craintes profondes qu’elles provoquent auprès des hommes, ou plus exactement dans la collectivité locale soucieuse de sa stabilité37 : argent de femme et vent de cloche ne fleurit ni ne graine38, persiflait-on joliment dans le Languedoc au XIXe siècle... Dans notre culture plus nordique, nous avons Perrette et son pot au lait. L’un comme l’autre conjurent les dangers qui s’attachent aux succès de la marchande. Mais quels dangers au juste ? Faute d’éléments documentaires concrets nous ne pouvons bien sûr répondre que par une hypothèse de bon sens. L’essentiel des enjeux se trouve dans le couple. L’activité rémunératrice réussie de la femme met en cause la pérennité des rôles hiérarchiques respectifs des époux. Dans le secret des maisons, les jeux dramatiques de pouvoir dont le ménage paysan est le théâtre39 et qui, rappelons-le, concernent au plus haut point la communauté villageoise, sont probablement influencés par l’indéniable mais taisible renforcement que la femme peut retirer de ses compétences et de son apport aux ressources familiales. Face à l’autorité parfois violente du mari, telle qu’on peut l’appréhender à travers les documents judiciaires, cet atout n’était pas négligeable40. Un très beau témoignage permet d’en sentir la valeur. Il ne concerne malheureusement pas nos régions, mais la campagne hongroise du début de ce siècle. Dans le long et superbe récit qu’elle fait de sa vie, Margit GARI41 parle avec fierté des minuscules profits que sa mère, puis elle-même obtenaient de la vente de leurs oeufs et de leurs broderies. Malgré la crainte que leur inspiraient les colères maritales, malgré l’indiscutable préséance de leur conjoint, chacune à son tour a éprouvé le sentiment valorisant d’être le véritable soutien de leur maisonnée.

44Nous transgressons peut-être ici les limites que l’on assigne, en général, au travail historique. Nous voulons toutefois faire comprendre qu’en matière d’histoire des femmes, il est difficile de procéder de façon traditionnelle. Les sources éprouvées, sûres et explicites, manquent très souvent. C’est par touches successives, par éclairage biaisé, par comparaisons que l’on peut finalement retrouver la silhouette de la femme populaire. Encore faut-il, pour comprendre son rôle, percer le silence des non-dits, repérer l’informel, le fugitif et l’impalpable.

Notes

1 M. SEGALEN, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, 1980, p. 38.

2 Ph. CONTAMINE (dir.), L'économie médiévale, Paris, 1993, pp. 97-98.

3 W. ENDREI, L'évolution des techniques du filage et du tissage du Moyen Age à la révolution industrielle, Paris-La Haye, 1968, traite de façon détaillée de tout le problème de la place des hommes et des femmes dans la production textile et de la pénurie de fil qui fut, jusqu’à la diffusion des moulins et des machines à filer, l’une des caractéristiques cruciales de l’économie drapière.

4 M. SEGALEN, op. cit., pp. 39-40.

5 Ibid., p. 103.

6 Ibid., pp. 88 et 91.

7 L. DEVILLERS, Cartulaire des cens et rentes dus au comte de Hainaut, 1265-1286, Mons, t. 1, 1873, p. 133. et C. BILLEN, "Pour une utilisation coordonnée des tarifs de tonlieu du Hainaut (XIIIe siècle)". Publications de la section historique de l'Institut Grand-Ducal de Luxembourg, t. 104, 1988, p. 156.

8 A.G.R., Chambre des Comptes, 8766, Compte du Domaine de Binche, 25 mai 1373-ler juin 1374, fo 37v° et ss.

9 C’est un minimum parce que nous n’avons pas tenu compte des femmes dont aucune origine n’était mentionnée explicitement.

10 Par exemple, la fille du métayer de Prische, grosse exploitation ecclésiastique située aux portes de la ville.

11 350, 300, 152, 200, 275 oeufs... etc., A.G.R. Chambre des Comptes, document cité, fo 39v°, 52v°, 53r°-v° et passim.

12 Pour le compte que nous avons analysé en détail, on en identifie moins d’une dizaine. Parmi ce groupe on repère également un gros fermier, celui de la cense du Bulteau, autre exploitation ecclésiastique des environs, à qui le receveur comtal règle en une fois une série d’achats de beurre effectués à crédit auprès de sa femme, loc. cit., fo 56r°.

13 Par exemple, loc. cit., fo 53v°-53r°.

14 Voir la Carte du Comté de Hainaut (XVe-XVIe siècles), dessinée par M.-A. ARNOULD, Bruxelles, 1941.

15 J.-L. FLANDRIN, "Les fruits et légumes dans l’alimentation des élites sociales du XIVe au XVIIIe siècle", dans D. MEILLER et P. VANNIER, éd., Le grand livre des fruits et légumes. Histoire, culture et usage, Besançon, 1991, p. 157. A.-J. GRIECO, "Les utilisations sociales des fruits et légumes dans l’Italie médiévale", dans Ibid. pp. 151-152.

16 C. BILLEN, "Binche et sa campagne : des relations économiques exemplaires (XIIe-XIIIe siècle)", dans Villes et campagnes au Moyen Age, Mélanges Georges Despy, Liège, 1991, pp. 95, 108-109.

17 L. DEVILLERS, op. cit., pp. 90, 96, 98 et C. BILLEN, op. cit., pp. 104-105.

18 M.-A. ARNOULD, "L’industrie drapière dans le comté de Hainaut au Moyen Age", dans Villes et campagnes... loc. cit., pp. 58-59.

19 A.G.R., Document cité, f° 1r°-v°.

20 Cossons à Mons et à Tournai : S. GODFRINNE, Les bans de police de la ville de Mons au bas Moyen Age, Mémoire de licence en Histoire U.L.B., 1986, p. 70. A. de la GRANGE, Extraits analytiques des registres des consaux de la ville de Tournai, 1431-1476, Tournai, 1893, pp. 235-236. Ces personnages sont appelés cutseneers à Bruxelles : G. DES MAREZ, L’organisation du travail à Bruxelles au Moyen Age, Bruxelles, 1904, p. 501.

21 Sur les laboureurs de Tournai et leurs activités, voir : C. BILLEN et J.-J. HEIRWEGH, "La ville à la campagne. Le collège des laboureurs de Tournai", dans La Belgique rurale du Moyen Age à nos jours, Mélanges offerts à J.-J. Hoebanx, Bruxelles, 1985, pp. 253-274. Pour Louvain et Anvers, synthèse de R. VAN UYTVEN, "L’approvisionnement des villes des anciens Pays-Bas au Moyen Age", dans L'approvisionnement des villes de l'Europe occidentale au Moyen Age et aux Temps modernes, 5es journées internationales d’Histoire de Flaran, sept. 1983, Auch, 1985, p. 76 et ss. et Id., "Vroege inbreuken op de braak in Brabant en de intensieve landbouw in de Zuidelijke Nederlanden tijdens de dertiende eeuw". Bulletin de la Société Belge d’Etudes Géographiques, 1984, p. 63. Pour Bruxelles, G. DES MAREZ, op. cit., p. 27.

22 A. de la GRANGE, op. cit., p. 235, R. VAN UYTVEN, "L’approvisionnement...", op. cit., pp. 92 et 105 et G. DEZ MAREZ, op. cit., pp. 340-341, 374.

23 G. DES MAREZ, op. cit., pp. 357 et 501.

24 C. BILLEN et J.-J. HEIRWEGH, op. cit., passim et p. 262.

25 G. DES MAREZ, op. cit., pp. 108-109.

26 A. de la GRANGE, loc. cit., voir aussi le cas anglais : K. E. LACEY, "Women and work in fourteenth century London", dans L. CHARLES et L DUFFIN, éd., Women and work in preindustrial England, London, Sydney, Dover, 1985, pp. 50-53.

27 G. DES MAREZ, op. cit., p. 357.

28 A. de la GRANGE, loc. cit.

29 C. CASAGRANDE, "La femme gardée", dans G. DUBY et M. PERROT, Histoire des femmes en Occident, t. 2, Moyen Age, Paris, 1991, p. 93.

30 Voir la classification de Francesco da Barberino (+ 1348), Ibid., p. 88 et un texte cité par G. HASENOHR, "La vie quotidienne de la femme vue par l’Eglise : l’enseignement des journées chrétiennes de la fin du Moyen Age", dans Frau und Spätmittelalterlicher Alltag, Intemationaler Kongress Krems an der Donau, okt. 1984, Wien, 1986, p. 39.

31 Très significative, dans toute sa terrible crudité, cette expression populaire anglaise que l’on trouve dans la bouche du mari entendant les cris de sa femme en train d’accoucher : my wife cries five loaves a penny, association radicale de l’activité marchande et de la maternité, citée par M. ROBERTS, "Words they are women and deeds they are men. Images of work and gender in early modem England", dans L. CHARLES et L. DUFFIN, éd., loc. cit., p. 154.

32 M. ROBERTS, Op. cit., p. 153. Voir aussi ce que dit D. HUTTON, "Women in fourteenth century Shrewsbury", Loc. cit., pp. 97-98.

33 Ph. MENARD, "Jardins et vergers dans la littérature médiévale", dans Jardins et vergers en Europe occidentale (VIIIe-XVIIIe siècles), 9es Journées internationales d’Histoire de Flaran, sept. 1987, Auch, 1989, p. 54.

34 D’après le compte binchois que nous avons utilisé, il est intéressant de remarquer la constance de la consommation des oeufs en grande quantité pendant toute l’année, sans fléchissement de l’approvisionnement.

35 Le savoir médiéval relatif aux jardins est abondamment décrit dans la belle synthèse de A. HIGOUNET-NADAL, "Les jardins urbains dans la France médiévale", dans Jardins et vergers... loc. cit., pp. 141-142.

36 M. SEGALEN, op. cit., p. 102. Y. EECKMAN, La femme dans la société paysanne occitane et son image dans la chanson populaire, Mémoire de licence en Sciences Sociales U.L.B., Bruxelles 1986, p. 48. D. HUTTON, op. cit., p. 97, montre que l’on peut dire la même chose des femmes urbaines de condition modeste que des femmes rurales.

37 D. HUTTON, op. cit., pp. 97-98 et M. ROBERTS, op. cit., pp. 153-154.

38 Cité par Y. EECKMAN, op. cit., p. 48.

39 M. SEGALEN, Op. cit., p. 78. Voir aussi sur le problème de l’autorité dans le couple : Id., "Le mariage, l’amour et les femmes dans les proverbes populaires français", Ethnologie française, nouvelle série, t. 6, no 1, 1976, p. 69.

40 Par exemple R. MUCHEMBLED, La violence au village, Turnhout, 1984.

41 M. GARI, Le vinaigre et le fiel. La vie d’une paysanne hongroise, mémoires recueillis et présentés par E. FEL, Budapest, 1983, pp. 61 et ss. et passim.

Auteur

Historienne (Université libre de Bruxelles)

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search