Version classiqueVersion mobile

La ville et les femmes en Belgique

 | 
Éric Gubin
, 
Jean-Pierre Nandrin

Les béguines

Des femmes dans la ville aux XIIIe et XIVe siècles

Anne-Marie Helvetius

Texte intégral

  • 1 Pour une approche générale, voir surtout J. GREVEN, Die Anfänge der Beginen. Ein Beitrag zur Geschi (...)
  • 2 On trouvera un aperçu de la bibliographie américaine récente dans J.E. ZIEGLER, "Secular Canonesses (...)
  • 3 On notera qu’il n’existe à l’heure actuelle aucune synthèse récente en langue française sur le suje (...)

1L’une des manifestations les plus célèbres et les plus étudiées du "renouveau religieux" qui caractérise le monde occidental aux XIIe et XIIIe siècles est sans conteste l'apparition du mouvement béguinal1. Ce thème, devenu classique, suscite d'ailleurs un regain d'intérêt considérable depuis une dizaine d'années, particulièrement aux Etats-Unis où l'on ne compte plus les études récentes de tout genre qui lui ont été consacrées. Le mouvement béguinal offre en effet un terrain d'investigations remarquablement riche et diversifié : on peut l'aborder selon des approches tant sociologique que spirituelle, anthropologique, psychologique, littéraire ou encore féministe,...etc. De plus, son apparition au tournant des XIIe et XIIIe siècles suscite encore de nombreuses controverses2. Mon propos, dans le cadre de cet article, ne visera pas à alimenter ces controverses par l'addition d'un point de détail quelconque mais plutôt à présenter tout d'abord un état de la question, un aperçu général de la problématique en ce qui concerne l'origine du mouvement béguinal3, et à proposer ensuite certains embryons d'explications. Celles-ci ne seront pas centrées, comme de coutume, sur l'opinion des autorités ecclésiastiques ou laïques ni sur l'attitude du clergé local - dont émane évidemment l'essentiel de nos sources - mais plutôt, dans la mesure du possible, sur le point de vue des béguines elles-mêmes.

  • 4 De façon générale, voir par exemple la synthèse de L. MILIS, "De Kerk tussen de Gregoriaanse hervor (...)
  • 5 Voir par exemple J.B. FREED, "Urban Development and the « Cura Monialium » in the thirteenth-Centur (...)

2Examinons tout d'abord les faits bruts, sur le plan de l'histoire institutionnelle. Suite à ce que l'on a appelé la réforme grégorienne et la "Querelle des Investitures", l'Eglise occidentale s'est "cléricalisée". A partir du XIe siècle, elle offre l'image d'un pouvoir fort, hiérarchisé et dominant, bien adapté à la société féodale de son temps. L'emprise du clergé sur le peuple chrétien se raidit partout et le simple laïc n'a pas accès aux "choses" de la religion sans l'intermédiaire d'un prêtre. Mais la réaction ne se fera pas attendre : dès la fin du XIe et surtout au XIIe siècle, face à cette rigidité de l'Eglise, à sa richesse matérielle aussi, se répand l'idée d’une vie chrétienne plus simple, accessible à tous, fondée sur l'apostolat plutôt que sur la hiérarchie. Comme toujours en cas de réaction contre l'Eglise, l’idée du retour à l’Evangile est donc mise en avant avec ici pour corollaires la dévotion au Christ, l'apostolat, la pauvreté, la prédication, la mendicité. Dès lors, des hommes et des femmes, des clercs et des laïcs se rassemblent en groupuscules de tout genre ou en communautés plus importantes : on songe bien sûr aux Cathares et aux Vaudois mais il y en aura beaucoup d'autres, fréquemment sporadiques et éphémères car ils seront le plus souvent considérés comme hérétiques par l'Eglise4. De façon générale, ces mouvements trouveront dans les milieux urbains un terrain particulièrement propice à leur développement : les villes sont alors en pleine expansion, la société y évolue en-dehors du cadre de la féodalité et les populations y sont donc nettement plus réceptives aux idées nouvelles qu'en milieu rural5.

Naissance du mouvement béguinal

  • 6 Sur ces bogards ou béguins, voir notamment E.W. McDONNELL, The Beguines and Beghards, pp. 246-265, (...)

3C'est dans ce contexte qu'il faut situer la naissance du mouvement béguinal dont la spécificité est d'être essentiellement féminin. Il y aura certes aussi des hommes qui adopteront ce mode de vie, ceux que l’on appelle les bogards ou les béguins, mais ils seront fort peu nombreux et leurs communautés s'éteindront rapidement. En outre, ils n'apparaîtront qu’un siècle après leurs homologues féminines et n’ont donc pris aucune part à l'éclosion du mouvement6.

4Dans les premières années du XIIIe siècle, des femmes décidèrent ainsi d'adopter un mode de vie que l'on peut qualifier de semi-religieux. Le phénomène est commun à différentes régions d'Europe mais prendra des proportions particulièrement importantes dans les territoires qui formeront plus tard les Pays-Bas du Sud. On peut distinguer trois formes d'organisation :

  • certaines femmes vivent leur expérience béguinale individuellement, tout en demeurant dans la maison de leurs parents ou en habitant seules, voire avec une servante ou une parente ;

  • d'autres se regroupent en couvents sous la direction d'une maîtresse et forment alors de petites communautés indépendantes ;

    • 7 Sur ces trois types d'organisation, voir en dernier lieu W. SIMONS, 'The Beguine Movement in the So (...)

    d'autres enfin optent pour une formule plus organisée, le béguinage au sens strict (curtis beguinalis, begijnhof), terme désignant un ensemble architectural regroupant une série de maisons particulières autour d'un oratoire, comme on en connaît encore de nombreux exemples en Belgique à l'heure actuelle. Parfois, le béguinage comprend aussi, outre les maisons, des couvents du type décrit plus haut, dirigés par des maîtresses, l'ensemble étant placé sous la direction d'une "grande maîtresse"7.

  • 8 La majorité des béguinages de nos régions ont été fondés entre 1230 et 1270, époque à laquelle exis (...)
  • 9 W. Simons a rappelé l'existence de ces petits couvents ruraux au XIIIe siècle, en en exagérant peut (...)

5Il faut toutefois souligner que le béguinage est une particularité de nos régions ; partout ailleurs en Europe, il n'existera que des béguines vivant seules ou en couvents. On remarquera également que les trois types d'organisation ont pu coexister au XIIIe siècle - parfois dans la même ville - et ne correspondent donc pas à trois stades d'évolution successifs8. Enfin, notons que les béguines sont plus nombreuses en ville dès l'origine, même s'il en existe de petits groupes en milieu rural9. L'organisation en béguinage est quant à elle typiquement urbaine, et c'est aussi la seule forme qui a pu traverser le cours des siècles jusqu'à nos jours.

Un phénomène féminin et urbain

  • 10 Voir par exemple W. SIMONS, op.cit., p. 68.
  • 11 La question de l'étymologie du terme "béguine" a été débattue durant fort longtemps et alimenta not (...)
  • 12 Sur ces points d'histoire générale, voir par exemple J. CHELINI, Histoire religieuse de l'Occident (...)
  • 13 C'est ce que Jacques de Vitry expose lui-même dans une lettre, en 1216 (éd. R.B.C. HUYGENS, Lettres (...)
  • 14 Ces faits sont replacés dans leur contexte avec clarté par E.W. McDONNELL, The Beguines and Beghard (...)

6Le "béguinisme" est donc un mouvement religieux original dont les principales caractéristiques sont d'être à la fois féminin et urbain. Au départ, celles qui se qualifient elles-mêmes de mulieres religiosae souhaitent vivre simplement, dans la pauvreté évangélique ; elles portent d'humbles vêtements et pratiquent les bonnes oeuvres en soignant les nécessiteux et en s'adonnant à la prière. Elles ne suivent aucune règle précise, ne formulent pas de voeux définitifs et demeurent donc laïques10. Elles ne sont pas reconnues par l’Eglise et sont souvent considérées comme hérétiques par le clergé local et la population. Leurs détracteurs les qualifient de "béguines", terme péjoratif dont on ignore exactement l’origine étymologique11 mais qui est certes lié, au début du XIIIe siècle, à la notion d'hérésie. A cette époque, les autorités ecclésiastiques adoptent une attitude de prudence vis-à-vis de tous ces groupements nouveaux animés peu ou prou de l'esprit évangélique, raison pour laquelle le quatrième concile de Latran, en 1215, interdit toute création de nouveaux ordres religieux. Le pape Innocent III a cependant déjà donné aux Franciscains son approbation orale qui sera définitivement confirmée en 1223 ; quant aux Dominicains, ils seront officiellement reconnus en 1216 après avoir choisi de suivre l’une des règles existantes, celle de saint Augustin12. Dans ce contexte et en dépit des accusations dont elles font l'objet, les béguines se sont elles aussi trouvé de puissants défenseurs au sein du clergé. Le plus célèbre d'entre eux, Jacques de Vitry, chanoine régulier et futur cardinal, obtiendra même en 1216, pour les béguines de France et de l'Empire, une autorisation orale du pape : celle de vivre en communauté et de s'exhorter mutuellement aux bonnes oeuvres13. Malgré l’opposition de nombreux membres du clergé, plus traditionalistes, le pape s'est donc laissé convaincre de l'orthodoxie des béguines par les arguments de Jacques de Vitry. La première reconnaissance pontificale écrite sera le fait du pape Grégoire IX en 123314.

  • 15 Idem, p. 224.
  • 16 Idem, p. 477.
  • 17 La plus célèbre fut la béguine valenciennoise Marguerite Porète, brûlée au début du XIVe siècle. Cf (...)
  • 18 Voir par exemple E.W. McDONNELL, The Beguines and Beghards, pp. 521-538.
  • 19 Sur l'histoire des béguines au bas Moyen Age et aux Temps Modernes, voir en dernier lieu W. SIMONS,(...)

7A partir de là, le mouvement ne cessa de s'amplifier dans nos régions, les béguines y bénéficiant de l'appui de l'épiscopat et des princes territoriaux, ainsi qu'en France où le roi Louis IX lui-même établit la communauté béguinale de Paris15. Durant tout le XIIIe siècle néanmoins, des béguines continuèrent ponctuellement à être suspectées d'hérésie, au point que les autorités épiscopales instaurèrent une distinction entre les "bonnes" béguines - celles des béguinages - et les autres qui vivaient isolées ou en petits groupes et inspiraient la méfiance16. Vers la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe, l'hérésie des Frères du Libre-Esprit fit l'objet d'une sévère répression et par conséquent des béguines soupçonnées d'avoir entretenu des relations avec ce mouvement furent même brûlées en place publique17. De ce fait, lors du concile de Vienne de 1311, le pape Clément V décida de condamner toutes les béguines qui ne recevraient pas l'approbation de leur évêque diocésain. C'est suite à ce concile que la majorité des couvents et des béguines individuelles disparurent ; seuls purent se maintenir les béguinages et quelques couvents déclarés orthodoxes par l'épiscopat18. De nouvelles accusations d'hérésie portées contre les béguines virent ensuite le jour au XVe siècle et entraînèrent la suppression définitive des couvents indépendants, de sorte qu'au-delà du XVe siècle, les seuls témoins de ce mode de vie particulier demeurèrent les célèbres béguinages de la Belgique actuelle et de quelques régions avoisinantes19.

Une controverse toujours vivace

  • 20 Pour les approches à caractère social, outre l'ouvrage de E.W. McDonnell et les articles cités de W (...)

8Il est temps à présent d'examiner les différentes hypothèses qui ont été émises à propos de l'origine de ce mouvement. Soulignons d'emblée que tous les auteurs sont d'accord pour y voir un phénomène à la fois social et religieux, même si certains préfèreraient lui attribuer, en fonction de leurs sensibilités, un caractère plutôt social ou au contraire essentiellement religieux20. En réalité, la polémique paraît vaine dans un contexte où l'Eglise et l'Etat ne sont pas séparés : il convient donc d'envisager une fois pour toutes, dans l'apparition du mouvement béguinal, l'intervention de facteurs de tout genre, inextricablement liés les uns aux autres. Pour tenter de trouver une explication à ce mouvement, il me paraît nécessaire de répondre à trois questions fondamentales :

  • Tout d'abord, qui sont ces femmes, d'où viennent-elles, pourquoi apparaissent-elles en si grand nombre dans certaines régions ?

  • Ensuite, en quoi les béguines sont-elles conformes à une tradition existante, quels types d'organisation ont-elles pu prendre pour modèles ?

  • Enfin, qu'ont-elles apporté de neuf, quels sont les traits originaux de leur mouvement, en quoi se sont-elles démarquées de la tradition ?

  • 21 Sur Marie d'Oignies, voir en dernier lieu la thèse de I. GEYER, Maria von Oignies. Eine hochmittela (...)
  • 22 L'oeuvre de Marguerite Porète, Le mirouer des simples ames aneanties et qui seulement demourent en (...)
  • 23 Les principales ont été utilisées par E.W. McDONNELL, The Beguines and Beghards. D'autres sources, (...)

9Les sources dont on dispose pour répondre à ces questions sont de nature diverse. Il existe bien sûr une série d'écrits narratifs composés par les défenseurs des béguines, le plus souvent membres du clergé, parmi lesquels figure en bonne place Jacques de Vitry dont il a été question précédemment : il fut notamment l'auteur d’une biographie de la première béguine connue, Marie d'Oignies21. Outre ces textes ecclésiastiques, on dispose également d'écrits à caractère mystique ou théologique produits par des béguines - les plus instruites mais aussi parfois les plus hérétiques - comme Marguerite Porète de Valenciennes22. Enfin, de nombreuses sources de type diplomatique - chartes de fondation, règlements de tout genre - peuvent nous éclairer sur une série de points précis23.

  • 24 M. LAUWERS, Expérience béguinale, p. 94.

10Cependant, à la lecture des différents travaux consacrés aux béguines et à leur origine, on s'aperçoit que la plupart des auteurs se sont souvent contentés d'utiliser les récits narratifs écrits par les protecteurs ou les confesseurs de ces femmes et, en particulier, ceux de Jacques de Vitry. Il est clair que ces textes sont les plus anciens, les plus généraux aussi, et que leurs auteurs, contemporains des faits, étaient aux premières loges pour assister à la naissance du mouvement. Il n'en reste pas moins vrai que ces sources ont été rédigées dans un but bien précis : celui de faire admettre ce nouveau mode de vie par les autorités ecclésiastiques. Pour ce faire, les auteurs ont choisi de présenter la vie de femmes triées sur le volet, dans l'espoir aussi de les montrer en exemple aux autres béguines. Propagande à deux niveaux donc, destinée à la fois aux autorités de l'Eglise et aux béguines elles-mêmes. Comme l'a souligné Michel Lauwers à propos de la Vita de Marie d'Oignies, "les thèmes illustrés par celle-ci ne reflètent pas tant la spiritualité des béguines que les moyens par lesquels l'Eglise entendait les contrôler"24. Dans quelle mesure peut-on dès lors accorder foi aux témoignages de ces clercs à propos des origines du mouvement béguinal ? Beaucoup d'historiens ne semblent malheureusement pas s'en être préoccupés.

Qui sont les béguines ?

  • 25 C'est l'interprétation donnée par Jacques de Vitry dans plusieurs de ses oeuvres : Vita Mariae Oign (...)

11Ainsi, si l’on tente de répondre à la première question - qui sont les béguines, d'où viennent-elles - en se fondant exclusivement sur les explications fournies par Jacques de Vitry et dont l'historiographie s'est largement faite l'écho, il paraît clairement qu'au début du XIIIe siècle, elles proviennent toutes de milieux aisés : ce sont soit de riches épouses ou veuves décidées à renoncer à leur puissance matérielle afin de se consacrer aux bonnes oeuvres, soit des jeunes filles de bonne famille renonçant aux beaux mariages que leurs parents leur réservaient. Leur unique espoir est d'entrer au couvent chez les Cisterciennes, mais elles sont malheureusement beaucoup trop nombreuses pour y trouver place. C'est donc contraintes et forcées qu'elles demeurent dans le siècle, tout en étant étroitement assimilées aux Cisterciennes sur le plan spirituel25. Manifestement, cette vision des choses sert surtout à démontrer leur orthodoxie : leur bonne condition sociale ne peut qu'inspirer le respect et, puisque leurs aspirations monastiques ne sont frustrées qu’en raison de leur nombre, il est temps que l'Eglise remédie à cette situation.

  • 26 D'après une déclaration du clergé gantois adressée à l'évêque de Tournai en 1328, cf. en dernier li (...)
  • 27 C’est la Frauenfrage telle qu'elle fut définie en premier lieu par K. BÜCHER, Die Frauenfrage im Mi (...)

12Plus tard, d'autres sources précisent que les béguines ne sont pas toutes issues de milieux aisés, même si elles sont de bonne naissance : beaucoup de femmes ne pouvant contracter de mariage décent et, par ailleurs, trop nombreuses ou trop pauvres pour entrer au monastère, deviendraient donc béguines - elles aussi par frustration26. Depuis le XIXe siècle, les érudits se sont dès lors efforcés, d'une part, de déterminer l'origine sociale et géographique des béguines et, d'autre part, d'expliquer la naissance du mouvement par des causes démographiques : il y aurait eu, dans les villes du XIIIe siècle, un formidable excédent de femmes qui, lié à l'enthousiasme religieux pour les idées de pauvreté évangélique, lié aussi aux sévères limitations d'accès imposées alors aux femmes par le monde monastique, aurait suffi à expliquer le succès du mode de vie béguinal27.

  • 28 Cette opinion fut encore défendue par E. DE MOREAU, Histoire de l'Eglise en Belgique, t. 3, p. 516, (...)
  • 29 Voir tout d'abord H. GRUNDMANN, Religiöse Bewegungen, p. 188, ensuite par exemple J.B. FREED, Urban (...)
  • 30 J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie, p. 42.
  • 31 L.K. LITTLE, Religious Poverty and the Profit Economy in Medieval Europe, Londres, 1978, pp. 132-13 (...)
  • 32 Sa Vita fut écrite par Thomas de Cantimpré vers 1232, éd. J. PINIUS, AA.SS. Juillet, 5, Paris, 1868 (...)

13Que peut-on retenir de tout ceci ? D'abord, la question de l'origine sociale de ces femmes est loin d'être tranchée : les anciens historiens avaient tendance à opter pour un recrutement en milieu modeste permettant d'expliquer l'impossibilité, pour ces femmes, de se marier ou d'entrer en religion en raison de l'absence de dot suffisante. Le même argument servait aussi à justifier le travail manuel auquel elles étaient contraintes de se livrer pour survivre, ainsi que le caractère quelque peu désorganisé, voire hérétique, que présentait le mouvement à ses débuts28. Par la suite, l'on porta davantage d'attention au témoignage de Jacques de Vitry et les auteurs furent de plus en plus enclins à affirmer qu'au début du XIIIe siècle, les béguines se recrutaient majoritairement au sein des milieux nobles ou patriciens ; aux XIVe et XVe siècles, en revanche, la tendance se serait inversée29. On osa même situer, précisément vers 1330, l'apparition de béguines de milieux modestes30. A mon sens, la perception d'une telle évolution n'est que la conséquence d’une lecture peu critique des sources conservées. Les seules dont on dispose pour les premières années du XIIIe siècle n'évoquent que les béguines aisées afin de conférer un certain crédit au mouvement et de contrer les accusations d'hérésie. Il faudra attendre que les béguines s'organisent, dans le courant du XIIIe siècle, pour voir apparaître les premières mentions de béguines pauvres. Néanmoins, tout porte à croire qu'il existait des béguines d'origines sociales diverses dès le départ, comme le supposent L.K. Little et W. Simons31 (31). Du reste, parmi les mulieres religiosae prises comme exemples par les hagiographes vers 1200, il y en a quand même une, Christine de Saint-Trond, qui était issue d'un milieu extrêmement modeste ; cependant, comme elle vivait son expérience religieuse en solitaire et que le terme "béguine" n'était pas encore usité, les historiens du mouvement béguinal ne l'ont jamais prise en considération...32.

  • 33 Cf. supra, n. 9 et aussi par exemple B. DELMAIRE, Les béguines dans le Nord de la France, pp. 129-1 (...)
  • 34 Sur les béguines de la vallée du Rhin, voir surtout J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie ; sur celles (...)
  • 35 Voir par exemple P. BONENFANT, "Hôpitaux et bienfaisance publique dans les anciens Pays-Bas des ori (...)
  • 36 Cette organisation est décrite en détails par W. SIMONS, The Beguine Movement, pp. 91-96.
  • 37 Pour illustrer cet équilibre entre oeuvres sociales et travail manuel, voir l'exemple décrit par P. (...)

14En fait, il paraît clair qu'au moment où elles ne s'appelaient pas encore "béguines", ces femmes décidaient de mener une vie religieuse dans le monde pour toute une série de raisons individuelles. Même si quelques-unes vivaient à la campagne33, il est évident qu'elles furent plus nombreuses en ville et que le mouvement se développa essentiellement dans les régions les plus urbanisées comme les Pays-Bas du Sud mais aussi la vallée du Rhin, l'Italie du Nord et, un peu plus tard, le Sud de la France34. Certaines provenaient d'un milieu social élevé : elle demeurèrent dans leur propre maison ou devinrent maîtresses de petites communautés ; dans ce dernier cas, celles qui étaient sous leurs ordres pouvaient être issues de milieux plus modestes. D'autres encore utilisaient leurs biens pour fonder des hôpitaux destinés à accueillir également des béguines pauvres ou malades35. Lorsqu'elles s'organiseront en béguinages vers le deuxième quart du XIIIe siècle, les plus riches achèteront leur propre maison, les plus pauvres vivront dans de petits couvents dépendants ou à l'hôpital. Toutes pouvaient conserver leurs biens mais le système était fondé sur la solidarité : il était donc normal que les plus riches entretiennent les plus démunies36. Cette solidarité n'étant toutefois pas obligatoire, les béguines s'assuraient des revenus complémentaires par le travail manuel. Ainsi pouvaient-elles vivre de façon autonome, sans constituer un poids économique pour la ville37.

  • 38 On ne reviendra pas ici sur les difficultés qu'ont éprouvées les premières Cisterciennes à se faire (...)
  • 39 L. MILIS, "Het begijnenwezen, uiting van een middeleeuwse maatschappij in de kering", Toespraken ge (...)
  • 40 L'hypothèse d'un excédent féminin dans les villes au bas Moyen Age a été mise pour la première fois (...)
  • 41 E. KOCH, De positie van vrouwen, pp. 151 et 162-65.
  • 42 E. KOCH, De positie van vrouwen, p. 163.
  • 43 C'est également l'avis de L. Milis et de W. Simons, pourtant convaincus par l'hypothèse d'un excéde (...)

15Il convient donc de nuancer la vision de Jacques de Vitry et des autres protecteurs issus du clergé. En réalité, même si certaines parmi les plus aisées rêvaient d'entrer chez les Cisterciennes38, elles ne représentaient sûrement pas la majorité, d'autant que le style de vie adopté par les béguines diffère nettement de celui des moniales et que leur recrutement est également beaucoup plus large et diversifié que celui de l’Ordre de Cîteaux39. Quant au problème de l'excédent féminin, il mérite lui aussi d'être nuancé car les études démographiques menées jusqu'à présent fournissent des résultats très contradictoires40. Ainsi, un net excédent féminin en milieu urbain ne peut être démontré que pour certaines villes et souvent pour des périodes plus tardives41. La prudence s'impose donc en la matière vu la diversité des situations et l'absence de sources sûres pour le XIIIe siècle. Par ailleurs, le phénomène existait sans doute dans la noblesse42, mais nullement dans l’ensemble de la population. L'on peut donc en conclure que l'argument démographique ne constitue en tout cas pas une explication satisfaisante du mouvement béguinal43. La vision réductrice du mode de vie béguinal choisi par des femmes frustrées du mariage ou du monachisme doit bel et bien être relativisée.

Tradition religieuse ou modèles laïques ?

16Posons à présent la deuxième question : en quoi les béguines sont-elles conformes à une tradition existante, quels types d'organisation ont-elles pu prendre pour modèles ?

  • 44 Sur les liens unissant les membres d'Ordres Mendiants et les béguines, voir surtout J.B. FREED, Urb (...)
  • 45 En dernier lieu J.E. ZIEGLER, Secular Canonesses. Pour la liste des anciens défenseurs de cette thè (...)
  • 46 Surtout A. MENS, Oorsprong en Betekenis, pp. 344-364 et plus récemment C. NEEL, "The Origins of the (...)
  • 47 Notamment B.M. BOLTON, Borne thirteenth Century Women (réf. citée supra, n. 20).

17D'abord, il est évident que leurs idéaux spirituels s'inscrivent parfaitement dans la vague de renouveau évangélique qui déferle à ce moment dans la chrétienté médiévale. Leurs aspirations ne sont guère distinctes de celles des premiers Ordres Mendiants et, en particulier, des Franciscains en ce qui concerne l'expression de la foi, le désir de pauvreté, la pratique des bonnes oeuvres ou les élans mystiques. Elles sont, de ce point de vue, parfaitement conformes à l'esprit de leur temps44. Quant à leur mode de vie, on a souvent prétendu qu'elles avaient pu s’inspirer du modèle des chanoinesses séculières45 ou encore des soeurs converses de l'Ordre de Prémontré46, voire plus simplement des recluses47. La diversité de ces hypothèses prouve aussi leur précarité car, même si l'on peut dégager une série de points communs entre ces catégories de femmes religieuses - et d’ailleurs comment pourrait-il en être autrement ?-, ces ressemblances ne suffisent pas à établir un lien direct et évident entre ces modes de vie et celui des béguines. On pourrait certes les considérer cette fois comme des chanoinesses séculières frustrées, trop pauvres et pas assez nobles pour pouvoir s'offrir une place dans un chapitre de ce type, mais il s'agirait à nouveau d'une hypothèse réductrice... A mon sens, elles ont conçu leur organisation de façon spontanée, en fonction de leurs besoins économiques et sociaux plutôt que d'après un modèle préétabli.

  • 48 Voir par exemple A. MENS, Oorsprong en Betekenis, p. 317.
  • 49 Voir notamment E. UITZ, Die Frau in der Mittelalterlichen Stadt, Leipzig, 1988 (rééd. Fribourg-en-B (...)
  • 50 Sur le caractère indispensable du droit d’entrée - la dot de religion - dans les monastères de femm (...)
  • 51 L'idée de comparer l'organisation béguinale au système corporatif n'est pas neuve : au XIIe siècle (...)
  • 52 Sur le désir d'instruction des béguines, voir M. LAUWERS, Expérience béguinale, pp. 84-87 et ID., P (...)
  • 53 Ce processus est bien décrit par W. SIMONS, The Beguine Movement, pp. 86-93.
  • 54 Voir par exemple J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie, p. 51.

18Il est vrai que, dans le courant des XIe et XIIe siècles déjà, les sources nous parlent de femmes qui désiraient s'installer seules dans des abbayes d'hommes pour y mener une vie religieuse sans pour autant se faire moniales48. En ce sens, les béguines n'ont donc pas inventé le mode de vie que l'on qualifie de semi-religieux. Par contre, le propre des béguines est d'avoir vécu ainsi en ville, et souvent à plusieurs. En tant que femmes dans la ville au XIIIe siècle, il allait de soi que la plupart d'entre elles travaillent. Bourgeoises ou démunies, les femmes urbaines jouaient alors un rôle économique important49 et le travail manuel préconisé par les béguines n'a donc rien d'incongru. Il s'agissait même d’une nécessité vitale dès lors qu'elles souhaitaient se réunir en communautés de femmes de diverses conditions et sans imposer de droit d'entrée, car il était hors de question de demander aux plus riches de prendre en charge toutes les autres sans limiter l’accès au béguinage ou au couvent50. Devenue béguine, chacune continuait donc à gérer ses propres biens et à exercer, dans la ville ou à l'intérieur de sa communauté, l'activité qui lui convenait, les plus courantes étant bien sûr liées au secteur textile. S'étonnera-t-on alors de les voir s'organiser en petit couvent regroupant quelques membres dirigés par une maîtresse ? Voilà une organisation tout simplement calquée, d'un point de vue purement formel, sur le système corporatif : un maître et des compagnons, vivant sous le même toit et exerçant leur métier51. Leur volonté d'être instruites et l’enseignement qu'elles dispensaient elles-mêmes ajoutent encore à la comparaison52. Leur vie quotidienne s'inspirait très logiquement de celle de la ville en général et, là encore, elles n'ont rien inventé. C'est au monde laïque urbain plutôt qu'au monde religieux qu'elles ont emprunté leur modèle, et les grands béguinages ne constitueront qu'une transposition à plus grande échelle de la structure originelle. Le mur qui entoure ces complexes architecturaux, rappelant la clôture des monastères, trahit en revanche une volonté d'institutionnalisation par l'Eglise et par les autorités urbaines53. Somme toute, en tant que laïques, ces femmes relèvent avant tout du pouvoir de la ville et, au fil des siècles, leurs biens seront presque toujours gérés en partie par un curateur issu du Magistrat urbain54.

19Il reste à présent à examiner la troisième question : quels sont les traits originaux du mouvement béguinal, quelles nouveautés ces femmes ont-elles apportées ?

L'originalité du mouvement béguinal

  • 55 Cette idée inspirée des écrits de Jacques de Vitry a notamment été défendue par S. ROISIN, L'efflor (...)
  • 56 J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie, p. 39. Par ailleurs, Claudia Opitz semble regretter que ces fem (...)
  • 57 Voir dans le même sens J.B. FREED, Urban Development, surtout p. 324.
  • 58 Aux premiers temps du béguinisme, la mendicité faisait partie des aspirations des mulieres religios (...)
  • 59 Michel Lauwers a fort bien analysé cette "fonction funéraire" des béguines, montrant notamment que (...)
  • 60 Voir les références citées par M. LAUWERS, Paroles de femmes, pp. 104-105.
  • 61 M. LAUWERS, Paroles de femmes, pp. 105-108.
  • 62 Ed. E. FARAL et J. BASTIN, Oeuvres complètes de Rutebeuf, t. 1, Paris, 1959, pp. 334-35.

20Se fondant toujours sur les sources hagiographiques, la plupart des historiens ont prétendu que la principale originalité des béguines était d'avoir voulu créer un ordre religieux typiquement féminin à une époque où il n'existait que des branches féminines d'ordres masculins n'offrant aux femmes que des statuts calqués sur ceux des hommes55. Mais devant le refus de l'Eglise face à cette nouveauté incongrue, elles s’étaient vues contraintes de rester laïques et de demeurer dans une situation floue - selon les termes de Jean-Claude Schmitt - pour ne pas s’exposer à l’interdiction du quatrième concile de Latran56. Cependant, s’il va de soi que les écrits de leurs confesseurs allaient effectivement dans ce sens, il est beaucoup moins clair que les béguines elles-mêmes aient réellement souhaité instituer un ordre religieux approuvé par l'Eglise. En fait, aucune source ne permet d’étayer cette hypothèse et, à mon sens, le mode de vie même qu'elles s'étaient choisi semble plutôt prouver le contraire. L'absence de voeux perpétuels et la liberté qu'elles s'étaient octroyée de conserver leurs possessions et de quitter leur communauté pour se marier attestent bien qu'elles souhaitaient demeurer laïques et non qu'elles y étaient contraintes. Il en va de même de leur refus d'une clôture stricte : il faut rappeler qu'à l’époque, le seul mode de vie accessible aux femmes religieuses - c'est-à-dire autorisé par l'Eglise mais aussi admis par la morale - était la vie contemplative. Même les Ordres Mendiants, nouvellement créés et fondés essentiellement sur les notions d'apostolat et de prédication, ne s'étaient ouverts aux femmes qu'à la condition expresse qu'elles demeurent cloîtrées et purement contemplatives. Or, c'est précisément ce que refusaient les béguines : animées du même enthousiasme que les hommes, elles souhaitaient elles aussi mener une vie apostolique, soit à l'époque le contraire d'une vie monastique57. Elles voulaient travailler, voire même au départ mendier58, soigner les malades, accompagner les mourants59, instruire les enfants et, de façon générale, répandre la bonne parole à travers la ville. Elles furent d'ailleurs parmi les premières à commander des traductions de l'Ecriture sainte et à produire elles-mêmes des écrits religieux en langue vernaculaire60. En ce sens, elles s'appropriaient dangereusement l'une des prérogatives du clergé - le droit de parler de religion - et prêtaient donc le flanc aux accusations d'hérésie61. Elles s'exposaient de même aux moqueries du monde bourgeois qui, souvent, les considérait comme de "fausses" religieuses du fait qu’elles ne supportaient aucune des contraintes de la vie monastique et pouvaient même quitter leur communauté pour se marier. Pour se faire une idée du mépris ironique qu'elles inspiraient à leurs détracteurs bourgeois, il suffit de relire le célèbre "Dit des Béguines" de Rutebeuf62 ; du reste, ce mépris est encore, faut-il le dire, bien souvent ressenti de nos jours.

21Ainsi, le mode de vie prôné par les premières béguines n’était pas novateur en tant que tel, mais il n'était original et donc répréhensible que parce qu'elles étaient des femmes.

  • 63 E. KOCH, De positie van vrouwen, p. 159.
  • 64 Sur les difficultés encourues par les femmes veuves en milieu urbain, voir de façon générale Cl. OP (...)
  • 65 Notons que le bas Moyen Age semble avoir connu une forte inflation des dots, selon E. KOCH, De posi (...)
  • 66 Cl. OPITZ, Contraintes et libertés, pp. 306 et 320-324.

22Par ailleurs, l'une des autres caractéristiques du mouvement était son esprit d'ouverture, son recrutement très large. La souplesse du type de vie proposé par les béguines, doublé de l'aspect "moderne" et altruiste de leurs aspirations religieuses, était susceptible d'attirer un grand nombre de femmes pour des raisons extrêmement diversifiées. En milieu urbain, les célibataires étaient relativement nombreux du fait que beaucoup de compagnons et d'apprentis accédaient difficilement à l'indépendance économique permettant de fonder un foyer63. Par conséquent, des jeunes femmes pouvaient trouver refuge chez les béguines dans l'attente de contracter mariage. En outre, les veuves qui ne souhaitaient pas se remarier y trouvaient un moyen de conserver leur position sociale64, de même que les cadettes de famille dont les dots étaient insuffisantes65. De façon générale, les femmes pauvres vivant seules en milieu urbain travaillaient dans le petit commerce ou comme journalières - et l'on songe naturellement aux fileuses en particulier. Bien qu'économiquement indépendantes, elles vivaient le plus souvent dans la misère comme tous ceux qui se situaient en marge du système corporatif. Leur seul recours était donc jusqu'alors de trouver un mari ou de se placer sous la dépendance d'une famille66. L’apparition des communautés béguinales leur permit de se regrouper et d'obtenir une protection et une position sociale meilleures sans pour autant définitivement renoncer à l'idée de mariage. Enfin, la perspective d'une vie religieuse vouée aux oeuvres sociales comme le soin des malades, l'entretien des pauvres et l'instruction des enfants, dut également exercer un attrait considérable.

Conclusion

  • 67 Voir par exemple W. SIMONS, The Beguine Movement, pp. 96-99 et Cl. OPITZ, Contraintes et libertés, (...)
  • 68 Voir M. LAUWERS, Expérience béguinale, p. 72 et surtout W. SIMONS, The Beguine Movement, p. 98.
  • 69 Cl. OPITZ, Contraintes et libertés, p. 334.

23Si l'on veut dresser un rapide bilan du mouvement béguinal dans son ensemble, il faut admettre qu'il fut à la fois un échec et une réussite. Un échec, à moyen terme, par rapport à l'engouement des premiers temps. En raison des nombreuses pressions exercées sur ces femmes tant par l'Eglise que par la bourgeoisie et ensuite par les corporations en particulier, beaucoup de communautés béguinales furent vouées à l'extinction67. Les béguines se virent alors souvent contraintes d’adopter une règle existante, franciscaine ou augustinienne68. Seuls les béguinages de nos régions, qui avaient accepté de se soumettre aux diverses exigences imposées par l'Eglise et par les villes et de perdre ainsi une part de leur spontanéité, purent traverser le cours des siècles. Peut-être les béguines furent-elles victimes de leur enthousiasme, peut-être accordèrent-elles une confiance un peu naïve, pour reprendre une formule de Claudia Opitz, "à la force de l’esprit divin capable de faire voler en éclat autorités et hiérarchies"...69.

  • 70 Il est vraisemblable que le nombre de béguines avoisinait alors le millier dans les villes importan (...)

24Néanmoins, d'un certain point de vue, le mouvement fut également une réussite : il connut un énorme succès durant tout le XIIIe siècle70 et parvint de plus à survivre malgré les pressions pendant près de trois siècles en beaucoup d'endroits et même, dans nos régions, jusqu'à nos jours. Ce succès des origines s'explique en partie par le fait que les béguines comptaient en leur rang des femmes de condition sociale élevée qui ont dû apporter, par le respect qu'elles inspiraient, une certaine crédibilité au mouvement tout entier.

  • 71 Ces relations ont été analysées par J.B. FREED, Urban Development.
  • 72 Voir par exemple M. LAUWERS, Paroles de femmes, pp. 102-103.
  • 73 Voir surtout M. LAUWERS, Expérience béguinale, pp. 94 et 101.
  • 74 Même E. DE MOREAU n'hésite pas à affirmer, en parlant des béguines : "leur vertu essentielle devait (...)
  • 75 Sur ces aspects de la spiritualité béguinale, voir surtout M. LAUWERS, Paroles de femmes, pp. 110-1 (...)
  • 76 Voir l'exemple cité par M. LAUWERS, Expérience béguinale, p. 102. Sur l'éventuelle ambiguïté des ra (...)
  • 77 M. LAUWERS, Paroles de femmes, p. 108.

25En outre, les béguines surent établir de tout temps de bonnes relations avec les religieux - hommes et femmes - appartenant aux ordres tant monastiques qu'apostoliques71. Elles étaient en contact avec des recluses, des moniales cisterciennes et même des chanoinesses séculières72 ; mais surtout, elles parvinrent à convaincre leurs confesseurs - chanoines, Cisterciens, Dominicains ou Franciscains - de leur orthodoxie. Certains d'entre eux se firent d'emblée leurs défenseurs et, afin de les faire accepter par l'Eglise et par la société entière, donnèrent d'elles une image sensiblement différente de la réalité : ainsi, leur désir de pauvreté devenait un renoncement à des richesses réelles et leur soif d'apostolat fut proprement passée sous silence. Dans les écrits de ces confesseurs, il n'est question que de vie contemplative et non de travail manuel73 ; l'accent est mis sur l'ascèse et le mysticisme plutôt que sur les bonnes oeuvres dans la ville, et la vertu principale des béguines ne serait pas tant la solidarité que la chasteté - l'éternel cliché de la chasteté féminine, omniprésent dans la littérature des clercs au Moyen Age74. Ces sources révèlent aussi un désir de minimiser l'instruction de ces femmes, qu'elles-mêmes ne cessaient pourtant de revendiquer. Bref, il fallait à tout prix les présenter comme des moniales, ces épouses soumises du Christ enfermées dans leur clôture et silencieuses, alors qu'elles-mêmes se vivaient davantage comme des mères du Christ : en témoignent leur culte marial et leurs visions d'un Christ enfant ou souffrant75, mais aussi leur vocation de mères des pauvres et des mourants, de mères instruisant les enfants des villes, de mères spirituelles même parfois pour leurs confesseurs76. Leurs hagiographes louaient leur amour du Christ en le comparant à celui de l'épouse du Cantique des Cantiques ; pourtant, les béguines les plus instruites préféraient évoquer leur amour de Dieu en se projetant dans l’image virile des chevaliers vénérant leur dame...77.

26Enfin, le succès des origines s'explique également par l'adéquation parfaite du mode de vie béguinal au contexte urbain de l'époque. Par son ouverture d'esprit et son organisation axée sur l'entraide, cette vie semi-religieuse - ou semi-laïque - pouvait répondre aux attentes variées de nombreuses femmes. En dépit de l'institutionnalisation et du contrôle exercé sur les béguinages par l'Eglise et par les autorités urbaines, ces femmes continuèrent dans nos régions à vivre de l'apostolat et du travail manuel de façon autonome sans jamais devenir des moniales cloîtrées. Avec toutes les précautions d’usage et pour paraphraser le titre de la contribution de Claire Billen au présent colloque, on peut donc admettre que la ville a pu représenter, pour les béguines, un espace de liberté.

Notes

1 Pour une approche générale, voir surtout J. GREVEN, Die Anfänge der Beginen. Ein Beitrag zur Geschichte der Volksfrömmigkeit und des Ordenswesens irn Hochmittelalter, Münster i.W., 1912 (Vorreformationsgeschichtliche Forschungen, 8) ; L.J.M. PHILIPPEN, De Begijnhoven. Oorsprong, geschiedenis, inrichting, Anvers, 1918 et ID., Het ontstaan der Begijnhoven, Anvers, 1943 ; H. GRUNDMANN, "Zur Geschichte der Beginen im 13. Jahrhundert", Archiv für Kulturgeschichte, 21, 1931, pp. 296-320 et ID., Religiöse Bewegungen im Mittelalter. Untersuchungen über die geschichtlichen Zusammenhänge zwischen der Ketzerei, den Bettelorden und der religiôsen Frauenbewegung im 12. und 13. Jahrhundert und über die geschichtlichen Grundlagen der deutschen Mystik, Berlin, 1935 (Historische Studien, 267) ; A. MENS, Oorsprong en Betekenis van de nederlandse Begijnen-en Begardenbeweging, vergelijkende Studie : XIIde-XIIIde eeuw, Anvers, 1947 ; E.W. McDONNELL, The Beguines and Beghards in Medieval Culture. With special emphasis on the Belgian scene, Rutgers University Press, 1954. Synthèse commode : K. ELM, R. SPRANDEL et R. MANSELLI, "Beghinen", dans Lexikon des Mittelalters, 1, Munich-Zurich, 1980, col. 1799-1803.

2 On trouvera un aperçu de la bibliographie américaine récente dans J.E. ZIEGLER, "Secular Canonesses as Antecedent of the Beguines in the Low Countries : an Introduction to Some Older Views", Studies in Medieval and Renaissance History, 13, 1992, pp. 117-135.

3 On notera qu’il n’existe à l’heure actuelle aucune synthèse récente en langue française sur le sujet.

4 De façon générale, voir par exemple la synthèse de L. MILIS, "De Kerk tussen de Gregoriaanse hervorming en Avignon", dans Algemene Geschiedenis der Nederlanden, t. 3, Haarlem, 1982, pp. 166-211, surtout pp. 195-206. Sur les réactions des laïcs face au clergé, voir en particulier G. LE BRAS, Institutions ecclésiastiques de la Chrétienté médiévale, I, Paris, 1959 (Histoire de l'Eglise, dir. A. FLICHE et V. MARTIN, t. 12), pp. 171-78, ou A. VAUCHEZ, Les laïcs au Moyen Age. Pratiques et expériences religieuses, Paris, 1987, pp. 133-143.

5 Voir par exemple J.B. FREED, "Urban Development and the « Cura Monialium » in the thirteenth-Century Germany", dans Viator, 3, 1972, pp. 311-327, surtout p. 320.

6 Sur ces bogards ou béguins, voir notamment E.W. McDONNELL, The Beguines and Beghards, pp. 246-265, K. ELM, "Beg(h)arden", dans Lexikon des Mittelalters, 1, Munich-Zurich, 1980, col. 1798 et les références citées par M. LAUWERS et W. SIMONS, Béguins et Béguines à Tournai au Bas Moyen Age. Les communautés béguinales à Tournai du XIIIe au XVe siècle, Tournai-Louvain-la-Neuve, 1988 (Tornacum, 3), pp. 17-18.

7 Sur ces trois types d'organisation, voir en dernier lieu W. SIMONS, 'The Beguine Movement in the Southern Low Countries : A Reassessment", Bulletin de l'Institut Historique Belge de Rome, 59, 1989, pp. 63-105, surtout pp. 67-68. L'ensemble architectural du béguinage a fait l'objet d'un article de J.E. ZIEGLER, "The curtis beguinages in the Southern Low Countries : Interpretation and Historiography", Ibid., 57, 1987, pp. 31-70.

8 La majorité des béguinages de nos régions ont été fondés entre 1230 et 1270, époque à laquelle existeront également de nombreux couvents ainsi que des béguines individuelles. Voir W. SIMONS, The Beguine Movement, pp. 85-86.

9 W. Simons a rappelé l'existence de ces petits couvents ruraux au XIIIe siècle, en en exagérant peut-être l'importance. W. SIMONS, The Beguine Movement, p. 73.

10 Voir par exemple W. SIMONS, op.cit., p. 68.

11 La question de l'étymologie du terme "béguine" a été débattue durant fort longtemps et alimenta notamment une vaine polémique entre les historiens à propos de l'origine géographique du mouvement béguinal : pour les Liégeois, il ne faisait aucun doute que le terme "béguine” se rapportait à Lambert le Bègue, tandis que les Brabançons, convaincus que les premières béguines avaient été nivelloises, pensaient que leur nom s'inspirait de celui de sainte Begge, soeur de sainte Gertrude. Henri Pirenne lui-même, après avoir opté pour cette dernière solution dans la première édition de son Histoire de Belgique des origines à nos jours, Bruxelles, 1900, t. I, p. 334, finit par avouer son ignorance en la matière (5e éd., Bruxelles, 1928, t. I, p. 222, n. 76). Il n'accorda que peu de crédit à la nouvelle interprétation avancée par J. Van Mierlo selon laquelle le terme dériverait du nom des Albigeois, Albigenses (J. VAN MIERLO, "Les Béguines et Lambert li Beges. Mise au point", Revue d'Histoire Ecclésiastique, 23, 1927, pp. 785-801). Cette interprétation fut néanmoins retenue par E. DE MOREAU, Histoire de l'Eglise en Belgique, t. 3, Bruxelles, 1945, p. 516, et plus récemment par K. ELM, "Beghinen", dans Lexikon des Mittelalters, I, col. 1799-1800 qui précise que le terme "béguine", comme celui d'"Albigeois", est lié à la couleur beige de leurs habits... Une dernière hypothèse, selon laquelle le terme "béguine" s'inspirerait d'un verbe moyen-néerlandais, begge. signifiant "bavarder", a été proposée par J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie. L'Eglise et les clercs face aux béguines et aux béghards du Rhin supérieur du XIVe au XVe siècle, Paris, 1978, p. 19.

12 Sur ces points d'histoire générale, voir par exemple J. CHELINI, Histoire religieuse de l'Occident médiéval, Paris, 1968, pp. 339-48, rééd. Hachette-Pluriel, 1991, pp. 432-445, en attendant la parution d'une nouvelle synthèse préparée par A. Dierkens et A. Vauchez.

13 C'est ce que Jacques de Vitry expose lui-même dans une lettre, en 1216 (éd. R.B.C. HUYGENS, Lettres de Jacques de Vitry, Leiden, 1960, p. 74). A ce propos, voir notamment E.W. McDONNELL, The Beguines and Beghards, p. 156 et M. LAUWERS, "Expérience béguinale et récit hagiographique. A propos de la "Vita Mariae Oigniacensis" de Jacques de Vitry (vers 1215)", Journal des Savants, 1989, pp. 61-103, à la p. 72 et n. 49.

14 Ces faits sont replacés dans leur contexte avec clarté par E.W. McDONNELL, The Beguines and Beghards, p. 157.

15 Idem, p. 224.

16 Idem, p. 477.

17 La plus célèbre fut la béguine valenciennoise Marguerite Porète, brûlée au début du XIVe siècle. Cf. notamment P. VERDEYEN, "Le procès d'inquisition contre Marguerite Porète et Guiard de Cressonessart (1309-1310)", Revue d'Histoire Ecclésiastique, 81, 1986, pp. 47-94 et H. PLATELLE, "Marguerite Porète", Catholicisme. Hier, aujourd'hui, demain, t. IX, Paris, 1988, col. 646-647.

18 Voir par exemple E.W. McDONNELL, The Beguines and Beghards, pp. 521-538.

19 Sur l'histoire des béguines au bas Moyen Age et aux Temps Modernes, voir en dernier lieu W. SIMONS, The Beguine Movement, surtout pp. 96-99 et ID., "Een zeker bestaan : de Zuidnederlandse begijnen en de Frauenfrage, 13de-18de eeuw”, Tijdschrift voor sociale geschiedenis, t. 17, no 2, 1991, pp. 125-146.

20 Pour les approches à caractère social, outre l'ouvrage de E.W. McDonnell et les articles cités de W. Simons, voir aussi Cl. ΟΡITΖ, "Contraintes et libertés (1250-1500)", dans Histoire des femmes en Occident, dir. G. DUBY et M. PERROT, t. 2, Le Moyen Age, Paris 1991, pp. 277-335, surtout pp. 329-330. Le caractère proprement religieux du mouvement béguinal a notamment été mis en évidence par H. Grundmann et K. Elm (réf. citées supra, n. 1) ainsi que par S. ROISIN, "L’efflorescence cistercienne et le courant féminin de piété au XIIIe siècle". Revue d'Histoire Ecclésiastique, t. 39, 1943, pp. 342-378, B.M. BOLTON, "Mulieres Sanctae", dans Sanctity and Secularity : the Church and the World, éd. D. BAKER, Oxford, 1973, pp. 77-95, EAD., "Vitae Matrum : a further Aspect of the Frauenfrage", dans Medieval Women, éd. D. BAKER, Oxford, 1978, pp. 253-273, EAD., "Some thirteenth Century Women in the Low Countries. A Special Case ?", Nederlands Archief voor Kerkgeschiedenis, 61, 1981, pp. 7-29 et les articles de M. LAUWERS, Expérience béguinale (réf. citée supra, n. 13) et "Paroles de femmes, sainteté féminine. L'Eglise du ΧΙIIe siècle face aux béguines", dans La critique historique à l'épreuve. Liber discipulorum Jacques Paquet, dir. G. BRAIVE et J.-M. CAUCHIES, Bruxelles, 1989, pp. 99-115.

21 Sur Marie d'Oignies, voir en dernier lieu la thèse de I. GEYER, Maria von Oignies. Eine hochmittelalterliche Mystikerin zwischen Ketzerei und Rechtsgläubigkeit, Francfort, 1992. Sa Vita a été éditée par D. PAPEBROECK, AA.SS. Juin, V, Paris, 1867, pp. 542-572 et étudiée récemment par A. VAUCHEZ, "Prosélytisme et action anti-hérétique en milieu féminin au ΧΙIIe siècle : la Vie de Marie d'Oignies (+ 1213) par Jacques de Vitry”, dans Problèmes d'Histoire du Christianisme, 17, 1987, pp. 95-110, et par M. LAUWERS, Expérience béguinale. Cette biographie et celles des autres saintes femmes du diocèse de Liège au XIIIe siècle ont en outre fait l’objet d'un mémoire de licence encore inédit : P. MONNOM, Les mulieres sanctae de l'ancien diocèse de Liège et leurs hagiographes masculins. Un propos de Vita Sancta au XIIIe siècle. Université Libre de Bruxelles, 1992.

22 L'oeuvre de Marguerite Porète, Le mirouer des simples ames aneanties et qui seulement demourent en vouloir et desir d'amour, a été éditée par R. GUARNIERI dans Archivio Italiano per la storia della pietà, 4, 1965, pp. 513-635. Sur Marguerite Porète, outre les références citées supra, n. 17, voir aussi notamment P. DRONCKE, Women writers of the Middle Ages. A critical Study of Texts from Perpetua (203) to Marguerite Porete (1310), Cambridge University Press, 1984, pp. 217-228 et U. HEID, "Studien zu Marguerite Porète und ihrem « Miroir des simples âmes »", dans Religiöse Frauenbewegung und mystische Frömmigkeit im Mittelalter, éd. P. DINZELBACHER et D.R. BAUER, CologneVienne, 1988 (Beihefte zum Archiv für Kulturgeschichte, 28), pp. 185-214. Son oeuvre et celles d'autres béguines célèbres ont été analysées récemment par G. EPINEY-BURGARD et E. ZUM BRUNN, Femmes Troubadours de Dieu, Turnhout, 1988.

23 Les principales ont été utilisées par E.W. McDONNELL, The Beguines and Beghards. D'autres sources, moins connues ou encore inédites, sont citées dans une série de monographies de portée plus locale, comme B. DELMAIRE, "Les béguines dans le Nord de la France au premier siècle de leur histoire (vers 1230vers 1350)", dans Les religieuses en France au XIIIe siècle, dir. M. PARISSE, Nancy, 1985, pp. 121-162 ; W. DE KEYZER, "Aspects de la vie béguinale à Mons aux XIIIe et XIVe siècles", dans Autour de la ville en Hainaut. Mélanges d'archéologie et d'histoire urbaines offerts à J. Dugnoille et à R. Sansen, Ath, 1986 (Etudes et documents du Cercle royal d'histoire et d'archéologie d'Ath et de la région et musées athois, 7), pp. 205-226 ; M. LAUWERS et W. SIMONS, Béguins et Béguines à Tournai au Bas Moyen Age (réf. citée supra, n. 6).

24 M. LAUWERS, Expérience béguinale, p. 94.

25 C'est l'interprétation donnée par Jacques de Vitry dans plusieurs de ses oeuvres : Vita Mariae Oignacensis, éd. D. PAPEBROEK, AA.SS. Juin, V, pp. 547-547-550 ; Historia Occidentales, éd. J.F. HINNEBUSCH, The Historia Occidentalis of Jacques de Vitry, Fribourg, 1972, pp. 117-118 ; et Sermo ad virgines, éd. J. GREVEN, "Der Ursprung des Beginenwesens. Eine Auseinandersetzung mit Godefroid Kurth”, Historisches Jahrbuch, 35, 1914, pp. 46-47.

26 D'après une déclaration du clergé gantois adressée à l'évêque de Tournai en 1328, cf. en dernier lieu W. SIMONS, Een zeker bestaan, pp. 125-126 et n. 1.

27 C’est la Frauenfrage telle qu'elle fut définie en premier lieu par K. BÜCHER, Die Frauenfrage im Mittelalter, Tübingen, 1882 (2e éd. 1910).

28 Cette opinion fut encore défendue par E. DE MOREAU, Histoire de l'Eglise en Belgique, t. 3, p. 516, E.W. McDONNELL, The Beguines and Beghards, pp. 81-100 et J.E. ZIEGLER, Secular Canonesses, pp. 120-123.

29 Voir tout d'abord H. GRUNDMANN, Religiöse Bewegungen, p. 188, ensuite par exemple J.B. FREED, Urban Development, pp. 317-18, B.M. BOLTON, Mulieres sanctae, p. 85, J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie, pp. 19 et 42 et K. ELM, Beghinen, col. 1799.

30 J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie, p. 42.

31 L.K. LITTLE, Religious Poverty and the Profit Economy in Medieval Europe, Londres, 1978, pp. 132-133 et W. SIMONS, The Beguine Movement, p. 77.

32 Sa Vita fut écrite par Thomas de Cantimpré vers 1232, éd. J. PINIUS, AA.SS. Juillet, 5, Paris, 1868, pp. 637-660. Depuis que Simone Roisin a déclaré que Christine de Saint-Trond "ne se rattache à aucun ordre religieux, ni même à un groupement béguinal", les historiens se sont rangés à cet avis. S. ROISIN, "La méthode hagiographique de Thomas de Cantimpré", dans Miscellanea Historica in honorem Alberti De Meyer, Louvain-Bruxelles, 1956, p. 552, et à sa suite B.M. BOLTON, Vitae matrum, p. 260, et M. LAUWERS, Expérience béguinale, pp. 66-67 qui qualifie pourtant Christine de semi-religieuse.

33 Cf. supra, n. 9 et aussi par exemple B. DELMAIRE, Les béguines dans le Nord de la France, pp. 129-130.

34 Sur les béguines de la vallée du Rhin, voir surtout J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie ; sur celles d'Italie, voir en dernier lieu B.M. BOLTON, "Daughters of Rome : All One in Christ Jesus !", dans Women in the Church, éd. W.J. SHEILS et D. WOOD, Oxford, 1990 (Studies in Church History, 27), pp. 101-115 ; sur celles du Midi de la France, voir la synthèse de R. MANSELLI, "Beghinen, II. Südfrankreich, Italien", dans Lexikon des Mittelalters, I, Munich-Zurich, 1980, col. 1801-1803.

35 Voir par exemple P. BONENFANT, "Hôpitaux et bienfaisance publique dans les anciens Pays-Bas des origines à la fin du XVIIIe siècle, I : Les hôpitaux en Belgique au Moyen Age", Annales de la Société belge d'histoire des hôpitaux, 3, 1965, pp. 5-44, en particulier pp. 24-29 et Cl. ΟΡΓΓΖ, Contraintes et libertés, pp. 328-29.

36 Cette organisation est décrite en détails par W. SIMONS, The Beguine Movement, pp. 91-96.

37 Pour illustrer cet équilibre entre oeuvres sociales et travail manuel, voir l'exemple décrit par P. BONENFANT, "Une fondation patricienne pour béguines à Bruxelles au XIIIe siècle", dans Mélanges Georges Smets, Bruxelles, 1952, pp. 91-104 ; voir aussi de façon générale J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie, pp. 45-49.

38 On ne reviendra pas ici sur les difficultés qu'ont éprouvées les premières Cisterciennes à se faire admettre dans les couvents existants mais aussi et surtout à fonder de nouvelles communautés qui seraient agréées par l'Ordre. Avant d'obtenir leur affiliation, elles vivaient forcément dans l'irrégularité aux yeux de l'Eglise et devaient donc être assimilées aux semi-religieuses, aux "béguines". Outre l'article de S. ROISIN, L'efflorescence cistercienne, voir aussi R. DE GANCK, "The integration of nuns in the Cistercian Order, particularly in Belgium", Cîteau, 35, 1984, pp. 235-47. Pour des exemples précis, on verra surtout les études de A. et G. DESPY, "Un problème d'histoire cistercienne : les débuts de l'abbaye de Parcles-Dames”, Revue Belge de Philologie et d'Histoire, 42, 1964, pp. 1242-56 et "Les premières années de l'abbaye cistercienne de Clairefontaine", Idem, 48, 1970, pp. 1207-24.

39 L. MILIS, "Het begijnenwezen, uiting van een middeleeuwse maatschappij in de kering", Toespraken gehouden bij de begijnhoffeesten, Bredajuni 1980, Breda, 1980, pp. 9-29. W. Simons a récemment tenté de démontrer que la population des béguinages se recrutait au moins autant à la campagne qu'en ville, ce qui contredirait la thèse de Ludo Milis. Cependant, on peut s'interroger sur la valeur des sources utilisées - qui sont toutes du XVIIe siècle - pour tenter d'appréhender les réalités du XIIIe siècle ; en outre, ces sources ne précisent jamais depuis quand les femmes présentées comme rurales vivaient en ville avant de devenir béguines. Dès lors, les pourcentages de femmes "rurales" avancés par Walter Simons sont surévalués puisqu'ils incluent toutes celles qui, bien que nées à la campagne, faisaient partie depuis longtemps de la population urbaine au moment où elles entrèrent au béguinage. W. SIMONS, The Beguine Movement, pp. 73-76 et ID., Een zeker bestaan, pp. 138-140.

40 L'hypothèse d'un excédent féminin dans les villes au bas Moyen Age a été mise pour la première fois en évidence par K. BÜCHER, Die Frauenfrage im Mittelalter, Tübingen, 1882, et reprise ensuite par H. PIRENNE, Histoire de Belgique, 5e éd., p. 220. Plus récemment, elle fut encore invoquée par A. D'HAENENS, "Femmes excédentaires et vocation religieuse dans l'ancien diocèse de Liège lors de l'essor urbain (fin du XIIe-début du XIIIe siècle). Le cas d'Ide de Nivelles (1200-1231)", dans Hommage à la Wallonie. Mélanges offerts à M.-A. ARNOULD et P. RUELLE, Bruxelles, 1981, pp. 217-235 et W. SIMONS, The Beguine Movement, pp. 71-72 et 76 qui présente un état des recherches démographiques menées sur le sujet. Cette vision traditionnelle est cependant nuancée ou contestée dans les études récentes de Cl. ΟΡΓΤΖ, Contraintes et libertés, pp. 282-83 et 329-30 et surtout E. KOCH, "De positie van vrouwen op de huwelijksmarkt in de Middeleeuwen", Tijdschrift voor sociale geschiedenis, 13, 1987, pp. 150-172.

41 E. KOCH, De positie van vrouwen, pp. 151 et 162-65.

42 E. KOCH, De positie van vrouwen, p. 163.

43 C'est également l'avis de L. Milis et de W. Simons, pourtant convaincus par l'hypothèse d'un excédent féminin (réf. citées supra, n. 39).

44 Sur les liens unissant les membres d'Ordres Mendiants et les béguines, voir surtout J.B. FREED, Urban Development, en particulier pp. 324-27.

45 En dernier lieu J.E. ZIEGLER, Secular Canonesses. Pour la liste des anciens défenseurs de cette thèse, voir EAD., The Curtis Beguinages, pp. 37-50.

46 Surtout A. MENS, Oorsprong en Betekenis, pp. 344-364 et plus récemment C. NEEL, "The Origins of the Beguines", Signs, 14/2, 1989, pp. 321-41.

47 Notamment B.M. BOLTON, Borne thirteenth Century Women (réf. citée supra, n. 20).

48 Voir par exemple A. MENS, Oorsprong en Betekenis, p. 317.

49 Voir notamment E. UITZ, Die Frau in der Mittelalterlichen Stadt, Leipzig, 1988 (rééd. Fribourg-en-Brisgau, 1992), p. 190, ou Cl. OPITZ, Contraintes et libertés, pp. 295 et 305.

50 Sur le caractère indispensable du droit d’entrée - la dot de religion - dans les monastères de femmes à cette époque, voir E. KOCH, "Kloosterintrede, huwelijk en familiefortuin. De kosten van klooster en huwelijk voor adellijke vrouwen in zuidoost-Nederland in de late middeleeuwen", dans In de schaduw van de eeuwigheid. Tien studies over religie en samenleving in laatmiddeleeuws Nederland aangeboden aan prof. dr. A.H. Bredero, Utrecht, 1986, pp. 242-257.

51 L'idée de comparer l'organisation béguinale au système corporatif n'est pas neuve : au XIIe siècle déjà, ce modèle fut explicitement recommandé aux béguines par l'évêque de Liège Robert de Thorote (1240-1246), qui voulait ainsi les empêcher de vivre isolément. Voir le règlement promulgué vers 1246 par cet évêque et publié, d'après un manuscrit conservé aux Archives d'Hasselt, par L.J.M. PHILIPPEN, De Begijnhoven, pp. 303-308, à la p. 304.

52 Sur le désir d'instruction des béguines, voir M. LAUWERS, Expérience béguinale, pp. 84-87 et ID., Paroles de femmes, pp. 108-110. Sur leur tâche en matière d'enseignement, voir Cl. ΟΡITΖ, Contraintes et libertés, pp. 311-12.

53 Ce processus est bien décrit par W. SIMONS, The Beguine Movement, pp. 86-93.

54 Voir par exemple J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie, p. 51.

55 Cette idée inspirée des écrits de Jacques de Vitry a notamment été défendue par S. ROISIN, L'efflorescence cistercienne, p. 378, B.M. BOLTON, Mulieres sanctae, surtout pp. 80-81 et 95, EAD., Vitae matrum, p. 272 et M. LAUWERS, Expérience béguinale, p. 70.

56 J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie, p. 39. Par ailleurs, Claudia Opitz semble regretter que ces femmes n'aient pas su profiter "de cette importance nouvellement acquise pour obtenir un statut meilleur et bien établi au sein de l'Eglise" (Cl. OPITZ, Contraintes et libertés, p. 334).

57 Voir dans le même sens J.B. FREED, Urban Development, surtout p. 324.

58 Aux premiers temps du béguinisme, la mendicité faisait partie des aspirations des mulieres religiosae, mais elle était sévèrement condamnée par l'Eglise et fut donc très vite fortement déconseillée par les confesseurs de ces femmes (cf. B.M. BOLTON, Vitae matrum, p. 262 et EAD., Some thirteenth Century Women, p. 24). Plus lard, au XVe siècle, certaines béguines s'y livreront à nouveau mais cette fois par nécessité plutôt que par goût (J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie, p. 50).

59 Michel Lauwers a fort bien analysé cette "fonction funéraire" des béguines, montrant notamment que l'accompagnement des mourants et les prières pour les défunts devinrent peu à peu une sorte de spécialité pour les béguines (M. LAUWERS, Expérience béguinale, pp. 94-98).

60 Voir les références citées par M. LAUWERS, Paroles de femmes, pp. 104-105.

61 M. LAUWERS, Paroles de femmes, pp. 105-108.

62 Ed. E. FARAL et J. BASTIN, Oeuvres complètes de Rutebeuf, t. 1, Paris, 1959, pp. 334-35.

63 E. KOCH, De positie van vrouwen, p. 159.

64 Sur les difficultés encourues par les femmes veuves en milieu urbain, voir de façon générale Cl. OPITZ, Contraintes et libertés, pp. 323-328.

65 Notons que le bas Moyen Age semble avoir connu une forte inflation des dots, selon E. KOCH, De positie van vrouwen, p. 157-159. Par ailleurs, à Liège, les filles cadettes étaient exclues de l’héritage familial (cf. M. LAUWERS, Expérience béguinale, pp. 67-68 et n. 32).

66 Cl. OPITZ, Contraintes et libertés, pp. 306 et 320-324.

67 Voir par exemple W. SIMONS, The Beguine Movement, pp. 96-99 et Cl. OPITZ, Contraintes et libertés, p. 330.

68 Voir M. LAUWERS, Expérience béguinale, p. 72 et surtout W. SIMONS, The Beguine Movement, p. 98.

69 Cl. OPITZ, Contraintes et libertés, p. 334.

70 Il est vraisemblable que le nombre de béguines avoisinait alors le millier dans les villes importantes de nos régions (cf. W. SIMONS, Een zeker bestaan, pp. 136-137).

71 Ces relations ont été analysées par J.B. FREED, Urban Development.

72 Voir par exemple M. LAUWERS, Paroles de femmes, pp. 102-103.

73 Voir surtout M. LAUWERS, Expérience béguinale, pp. 94 et 101.

74 Même E. DE MOREAU n'hésite pas à affirmer, en parlant des béguines : "leur vertu essentielle devait être la chasteté" (Histoire de l'Eglise en Belgique, t. 3, p. 519).

75 Sur ces aspects de la spiritualité béguinale, voir surtout M. LAUWERS, Paroles de femmes, pp. 110-113 et le beau livre de J.E. ZIEGLER, Sculpture of compassion : the Pieta and the Beguines in the Southern low countries c. 1300-c.1600, Bruxelles, 1992. Il faut également signaler les interprétations symboliques particulièrement originales développées récemment par Caroline W. Bynum, qui mettent en évidence le rôle du corps humain et de la nourriture - par le biais notamment de la dévotion à l'Eucharistie - dans la spiritualité féminine au Moyen Age et dans celle des béguines en particulier. Dans cette optique, on pourrait suggérer que ces dernières se projetaient dans une image de mères nourricières, du Christ mais aussi de l'Eglise et de la communauté chrétienne dans son ensemble. Cf. C.W. BYNUM, Holy Feast and Holy Fast. The Religious Significance of Food to Medieval Women, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1987, surtout pp. 115-129 et 349-355 et EAD., Fragmentation and Redemption. Essays on Gender and the Human Body in Medieval Religion, New York, 1991, pp. 119-150 et 343-356.

76 Voir l'exemple cité par M. LAUWERS, Expérience béguinale, p. 102. Sur l'éventuelle ambiguïté des rapports entre la béguine et son confesseur, voir aussi Cl. ΟΡITΖ, Contraintes et libertés, p. 290.

77 M. LAUWERS, Paroles de femmes, p. 108.

Auteur

Historienne (Fonds National de la Recherche Scientifique)

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search