Version classiqueVersion mobile

La ville et les femmes en Belgique

 | 
Éric Gubin
, 
Jean-Pierre Nandrin

Amorces

Jean-Pierre Nandrin

Texte intégral

1Amorcer plutôt qu'introduire, ouvrir les champs au lieu de proposer une lecture qui donnerait l'impression - fallacieuse - d'un savoir déjà clos et maîtrisé, tout dans ces contributions, à commencer par la qualité de leurs auteurs, nous invite à cultiver la réflexion vagabonde plutôt qu'à sacrifier à la mode de la présentation stéréotypée.

  • 1 Pour un aperçu des recherches récentes en la matière en Belgique, voir L. COURTOIS, J. PIROTTE et (...)

2Introduire suppose la maîtrise d'une problématique. Or, celle des rapports entre la femme et la ville — de la femme à la ville — est, du moins en Belgique, tout à fait neuve. Précédée de nombreuses études qui ont profondément enrichi notre connaissance des facettes multiples de l'histoire des femmes1, cette nouvelle question est née du croisement de thèmes demeurés jusque là étrangement cloisonnés. Encore fallait-il oser cette audace. Le hasard, comme souvent, a joué son rôle, pris au bond par des chercheurs davantage enclins à relever les défis nouveaux qu'à reproduire les savoirs anciens.

  • 2 Notamment d'Yvonne Knibielher.
  • 3 L’insertion professionnelle des femmes dans la région bruxelloise : de l'industrialisation à la te (...)
  • 4 Sous le titre suivant : Le travail des femmes à Bruxelles et à Marseille. 1850-1960, Bruxelles, 19 (...)
  • 5 Cette collection, dirigée par Éliane Gubin et Jean Puissant, a déjà publié, dans son premier numér (...)

3En 1991, la Région de Bruxelles-Capitale dégageait un budget spécial afin de promouvoir le développement de recherches comparatives, dans des domaines divers, ayant Bruxelles comme point obligé de comparaison. Dans le cadre de ce budget, elle prévoyait un contrat appelé Visiting Scientist permettant d'inviter un chercheur étranger pour une durée de plusieurs mois. Une des conditions d'obtention de ce contrat était qu’elle émanât de deux institutions universitaires bruxelloises, condition facilement réalisée en l'espèce, à partir de liens d'amitié reliant une chercheure de l'Université de Bruxelles et un autre des Facultés Saint-Louis. Quant à la troisième personne - "l'indispensable étrangère"-, elle nous vint en droite ligne de l'Université de Provence, au terme d'une investigation où le hasard (toujours lui) et quelques conseils judicieux2, se révélèrent les plus merveilleux des alliés. De cette association et surtout, de l'étroite collaboration entre Éliane Richard (Aix-Marseille) et Éliane Gubin (ULB), naquit un volumineux rapport de recherches consacré à une étude comparative de l'insertion professionnelle des femmes à Bruxelles et à Marseille aux XIXe et XXe siècles3, rapport qui fera prochainement l’objet d'une publication4 dans la collection Documentation bruxelloise destinée à accueillir toute étude sur l'évolution de la région bruxelloise à l'époque contemporaine5.

  • 6 Pour un premier aperçu de cette recherche, voir l'article d'É. GUBIN, "Femmes et travail. 150 ans (...)
  • 7 Sur ces travaux, voir l'excellente bibliographie réalisée par des chercheurs du CNRS et le Centre (...)
  • 8 Les actes de ce colloque, tenu les 29 et 30 novembre 1991, sont parus sous le titre Marseillaises. (...)

4Cette étude se révéla bien vite n'être que la première étape d'une recherche plus vaste. D'une étude focalisée sur l'évolution du travail féminin6, il s'agissait d’ouvrir un nouveau chantier situé à la croisée de l'histoire des villes et de l'histoire des femmes : mettre en évidence la manière dont s'établissent les rapports sociaux entre hommes et femmes dans le cadre spécifique de la grande ville, en suivre l'évolution et les pulsations en relation étroite avec la ville même, au rythme de son urbanisation, de son industrialisation, de sa tertiarisation. Mais c'est là encore privilégier le biais du travail. Or, la relation de la femme à la ville recouvre bien d'autres aspects : domestiques, affectifs, relationnels, spatiaux, ludiques...etc. Et pour en mesurer toute la spécificité-., les spécificités - il convient non seulement de procéder à des études comparatives entre des ensembles urbains différents et entre des milieux sociaux comparables, mais aussi de confronter ces observations à celles issues des études sur la ruralité. La femme et la campagne, la femme et la ville, voici deux pôles à mettre en relation tant sur le plan diachronique pour en repérer les rythmes d'évolution et de transformation et en déterminer les causes et les conséquences, que sur le plan synchronique pour vérifier l'existence ou non de spécificités liées à la différenciation spatiale. Vaste question, on le constate, que géographes, sociologues et économistes avaient déjà abondamment traitée7 mais que les historiens avaient jusqu'ici largement négligée, du moins dans ses dimensions interactives. Les Français préparaient sur ce sujet un colloque prenant Marseille comme lieu d'observation privilégiée d'une approche historienne : les femmes et la cité phocéenne y étaient appréhendées sur la très longue durée, de la préhistoire à nos jours8. Quelques historiennes et un historien belges emboîtèrent le pas et organisèrent, aux Facultés universitaires Saint-Louis, un colloque sur le même thème, centré exclusivement sur la Belgique et avec la collaboration de sociologues attentifs à la démarche historienne. Les contributions publiées ici sont issues de cette rencontre.

  • 9 Pour un aperçu des acquis et des problématiques sur l'histoire des femmes en Belgique, voir le num (...)

5Cette problématique, on l'a dit, est neuve. Elle nécessite par conséquent une relecture des sources et des travaux, l'établissement de nouveaux points d’appui, le repère de balises significatives et la formulation d'hypothèses nouvelles rétroagissant, en les réactivant, sur celles qui président aux recherches actuelles9. Par l'analyse minutieuse de cas situés à des moments s'échelonnant du moyen âge à notre immédiate contemporanéité, les articles de ce recueil constituent un apport original à une recherche en train de se construire ; de plus, l’unicité de l'angle d'approche leur assure une cohérence que la dissémination temporelle risquait de dissoudre. Elles sont les premiers filets lancés, du moins en Belgique, pour taquiner de nouveaux goujons ; un champ de recherche est... amorcé, dont la fécondité ne se mesurera qu'à l'aune d'une indispensable interdisciplinarité. Historiennes et sociologues esquissent ici les premiers pas de cette collaboration.

6L’histoire et les sciences sociales y occupent une place privilégiée. Est-ce étonnant quand on sait le rôle décisif joué par les sociologues et, dans une moindre mesure, par les historiens, dans la prise de conscience des racines de l'exclusion féminine ? On ne peut s'empêcher cependant d'observer, qu’à l'inverse de nombreuses études, le point de vue choisi pour aborder cette nouvelle question présente quelques particularités qui révèlent, en filigrane, une transformation de la manière d'approcher la problématique de l'insertion des femmes dans la cité et d'aborder un phénomène social lorsqu'il est soumis au regard du scientifique.

  • 10 Cette expression suscitera sans aucun doute quelques polémiques. Elle nous permet, provisoirement, (...)
  • 11 Voir notamment sur ce sujet T. LAQUEUR, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occ (...)

7Le thème du rapport de la femme à la ville oblige à repenser la "question féminine"10 non plus exclusivement à partir du regard féminin envisagé en lui-même, comme une spécificité — encore que ce point de vue s'est imposé comme un passage obligé pour créer le sujet historique femme, jusque là totalement négligé, sinon volontairement ignoré —, mais à travers une approche plus globalisante, plus « sociétale », consistant à étudier la femme dans un système de relations complexes dans lesquelles elle ne se pose pas uniquement en termes d'opposition à l'autre sexe mais s'insère dans un ensemble idéologique et socio-économique plus large ; c'est à l'intérieur de ce "complexe" que les rapports de sexe se déploient, tantôt sur le mode de la tension, tantôt sur le mode de la similitude. La spécificité des sexes n'y perd pas nécessairement ses comptes mais elle ne constitue plus le pôle exclusif à partir duquel il conviendrait, ainsi que le soutiennent encore de nombreuses féministes — mais pas toutes —, de relire la temporalité des sociétés humaines11.

  • 12 Voir à ce sujet le livre tonitruant de C. ALZON, Femme mythifiée, femme mystifiée, Paris, PUF, 197 (...)

8Nouvelles amorces, nouvelles polémiques en perspective...12.

  • 13 A titre d'exemple, J. REMY et L. VOYE, La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris, L'Harmatt (...)

9D'avoir intitulé ce colloque La ville et les femmes, et non Les femmes et la ville, révèle bien des choses, à commencer, me semble-t-il, par un implicite consistant à faire apparaître la ville comme un lieu quelque peu monolithique — on parle de LA ville et non pas DES villes — et comme une structure qui générerait des types spécifiques de comportements. Un tel énoncé ne renvoie-t-il pas à un modèle explicatif de type déterministe comme si le fait urbain, n'importe quel fait urbain, produisait nécessairement, quels qu'en soient les lieux, le même type de comportement ? Au regard des travaux très fouillés des historiens des villes, des géographes ou des sociologues13 montrant l'extrême difficulté de définir la ville et insistant sur la grande diversité des cités urbaines, on devine que les femmes ne doivent pas se comporter de manière identique selon qu'elles habitent à Bruxelles, Liège, Arlon, Mons ou Durbuy, toutes des villes cependant. On pourrait renverser le rapport et partir de l'hypothèse que l'insertion urbaine viendrait en quelque sorte révéler, amplifier, exacerber peut-être, des comportements sans pour autant les produire de manière uniforme et nécessaire.

  • 14 Voir par exemple P.H. CHOMBART DE LAUWE, Des hommes et des villes, Paris, Payot, 1963.
  • 15 P. BOURDIEU (sous la direction de), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, coll. Libre examen.

10Ce qui frappe dans ces différentes contributions, c'est le caractère très concret des démarches entreprises. Cette option n'a pas été imposée. Les auteurs se sont engagés naturellement dans la voie de la description où l'abstraction et la conceptualisation systématique ont été mises entre parenthèses. Cette orientation n'est pas le fruit du hasard. Ne vise-t-elle pas à combler une frustration née de la lecture d'études sociologiques, urbanistiques ou économiques utilisant, à propos de la ville, des catégories très générales comme si la ville ne produisait que des entités abstraites et asexuées14. On y parle d’emploi, de jeunes, du chômage, de transfert de population, de démographie, de circulation, de crèches, d'écoles comme si toutes ces réalités ne se vivaient pas différemment selon les sexes ! Pourquoi ne pas dire les souffrances, les plaisirs, décrire les relations entre les sexes autrement qu'à travers, par exemple, les catégories du mariage et du divorce ? Ne faudrait-il pas quitter, pendant quelque temps, les rivages d'une sociologie très conceptuelle et revenir à des études de terrain sans lesquelles la conceptualisation perd toute signification ? Opérer en quelque sorte une conversion sur le mode de celle de Bourdieu, plus préoccupé à parler, à faire parler la misère des Français qu'à raisonner abstraitement sur des êtres froids15 ? Des symptômes identiques manifestent souvent des réalités très diverses.

11Un des intérêts que présentent ces différents articles est d'essayer de nous amener à relativiser cette idée d'une ville monolithique et de la femme surdéterminée par elle et de nous persuader de l'extrême variété des situations tant sur le plan de la longue durée que sur celui de la spatialité contemporaine.

  • 16 Voir par exemple le livre de D. de WEERDT, De vrouwen van de eerste wereldoorlog, Gand, 1993. Sur (...)
  • 17 Comme par exemple l'exposition "Femmes des années 80" tenue à Louvain-la-Neuve en 1989 dont l'obje (...)
  • 18 Citons, à titre d'exemple, pour la partie francophone de la Belgique, le colloque "Femmes et pouvo (...)
  • 19 Le GIEF (groupe interdisciplinaire d'études sur les femmes) à l'ULB, le Centre d'histoire de la co (...)
  • 20 Comme par exemple le "Point d'appui Women's Studies", l'un des six réseaux du programme de recherc (...)
  • 21 Notamment le long métrage Pas à pas. L'émancipation de la femme en Belgique, subsidié par le Secré (...)

12La modification de ce regard n’est pas fortuite. Ne peut-on, en partie, la relier au déplacement des lieux de recherche et de production scientifiques que l'on observe ces dernières années ? Aujourd'hui, l'Université apparaît comme un nouveau pôle, et l'institution est porteuse de recherches de pointe en matière "d'études-femmes"16. Elle organise expositions17, nombreux colloques18, et centres d'études19. Ces activités universitaires rencontrent d'ailleurs l'intérêt des pouvoirs publics qui n’hésitent plus à financer des structures permanentes de réflexion sur les problèmes des femmes20 ou même une production audio-visuelle sur le sujet21.

  • 22 Notamment dans les Cahiers du Grif et dans Chroniques féministes.
  • 23 La tension entre ces deux approches se manifestent de plus en plus dans les colloques réunissant d (...)
  • 24 Editorial signé N. PLATEAU et M. GODARD ouvrant le numéro spécial des Cahiers marxistes, op. cit.,(...)

13L'Université n’a certes pas tétanisé l'activité scientifique des associations féministes : celles-ci continuent à produire, avec une régularité remarquable, des analyses très fines et très rigoureuses sur des sujets d'une actualité brûlante22. Il faut cependant constater qu'elles n'exercent plus aujourd'hui le monopole de la recherche dans ce domaine, monopole qu'elles ont toujours revendiqué au nom de la nécessité d'allier de manière étroite la réflexion et l'engagement. Mais n'est-ce pas précisément dans l'échec même de cette exigence et non, comme cela est trop souvent affirmé, dans la baisse de popularité du militantisme féministe, qu’il faut trouver une des raisons de l'intérêt croissant pour les "recherches féminines" de la part des universitaires de métier ? Nous utilisons cette dernière expression parce que nous croyons que l'insertion institutionnelle de ces chercheuses entraîne des conséquences non négligeables sur différents aspects de ces recherches. Ces universitaires, à la différence de celles qui travaillent dans les associations féminines, politiques ou syndicales, déploient une démarche cultivant systématiquement l'analyse, la critique, les mises en question permanente des valeurs véhiculées et des stratégies utilisées par les femmes ou par les féministes. Une telle démarche, on le devine, se heurte de plus en plus, et de manière souvent très rude, à celle du militantisme dont les objectifs de résultat nécessitent l'action et l'engagement et, partant, une hiérarchisation des valeurs à laquelle l'universitaire, au nom des impératifs liés à la critique scientifique, ne se soumet guère volontiers23. Se trouve ainsi posé le statut épistémologique de ces recherches. Peut-on souscrire sans sourciller à cette assertion qui semble servir de guide aux éditeurs du dernier numéro des Cahiers marxistes consacré à l'histoire des femmes "l'engagement revendiqué est en sciences humaines assez largement reconnu comme condition de scientificité"24 ?

14Nouvelle amorce d'une réflexion sur le statut épistémologique de la "science historique" qui, en Belgique du moins, n’a guère jusqu'à présent attiré les passions des historiens...

Notes

1 Pour un aperçu des recherches récentes en la matière en Belgique, voir L. COURTOIS, J. PIROTTE et F. ROSART, "Une décennie d'histoire des femmes à l'époque contemporaine en Belgique", dans Femmes et pouvoirs. Flux et reflux de l’émancipation féminine depuis un siècle, Louvain-la-Neuve - Bruxelles, 1992, p. 165-197 (Recueil de travaux d'histoire et de philologie de l'Université de Louvain, 6e série, fascicule 43).

2 Notamment d'Yvonne Knibielher.

3 L’insertion professionnelle des femmes dans la région bruxelloise : de l'industrialisation à la tertiarisation (1846-1961). Données comparatives avec Marseille (1851-1962), 169 p. et 29 annexes (Rapport des recherches menées dans le cadre d'un contrat Visiting Scientist, subsidié par la Région de Bruxelles-Capitale, septembre-octobre 1991, janvier-février 1992). Ce projet fut préalablement accepté par une commission composée de Mlle Bruwier (Université de Mons) et de MM. J.-P. Lambert (Facultés universitaire Saint-Louis) et R. Van Eenoo (Université de Gand). Il fut constamment soutenu par Madame May, coordinatrice des contrats Visiting Scientist. Qu'elle trouve ici l'expression de notre très vive reconnaissance.

4 Sous le titre suivant : Le travail des femmes à Bruxelles et à Marseille. 1850-1960, Bruxelles, 1993 (coll. Documentation bruxelloise, no 3).

5 Cette collection, dirigée par Éliane Gubin et Jean Puissant, a déjà publié, dans son premier numéro, une recherche de S. STEFFENS, L'industrie à Bruxelles. Bibliographie.

6 Pour un premier aperçu de cette recherche, voir l'article d'É. GUBIN, "Femmes et travail. 150 ans de mutations (XIXe-XXe s.)", Bulletin de la Fondation André Renard, no196/197, mars-juin 1992, p. 5-25.

7 Sur ces travaux, voir l'excellente bibliographie réalisée par des chercheurs du CNRS et le Centre de Documentation en Sciences Sociales de la Vieille Charité à Marseille : Les Femmes et la ville. Guide bibliographique, Marseille, Association "Les femmes et la ville", Marseille, décembre 1992, 69 p.

8 Les actes de ce colloque, tenu les 29 et 30 novembre 1991, sont parus sous le titre Marseillaises. Les femmes et la ville (des origines à nos jours), Marseille, éd. Côté-femmes, 1993 (sous la direction de Y. KNIBIEHLER, C. MARANDFOUQUET, R. GOUTAUER et É. RICHARD).
Un deuxième colloque, à portée internationale, fut consacré au même thème mais centré cette fois sur le temps présent et sur une approche interdisciplinaire (actes : Les femmes et la ville. Un enjeu pour l'Europe, Bruxelles, Labor, 1993).

9 Pour un aperçu des acquis et des problématiques sur l'histoire des femmes en Belgique, voir le numéro spécial des Cahiers marxistes. Femmes. Histoire au tournant du siècle, no 191, août-septembre 1993 comprenant des articles sur l'histoire du féminisme, la criminalité féminine, la féminisation de la pauvreté, l'encadrement et l'organisation des femmes par les partis politiques et les syndicats et le travail des femmes.

10 Cette expression suscitera sans aucun doute quelques polémiques. Elle nous permet, provisoirement, de regrouper l'ensemble des études désignées sous des vocables aussi variés qu'études féministes, études-femmes, études féminines,... etc. Le choix d'un de ces termes n'est pas innocent dans la mesure où il renvoie chaque fois à une visée spécifique de l'objet étudié. Sur cette question, voir notamment L. BROZE, "Quelle place pour les études de femmes dans la recherche scientifique ?", Objectif recherche, no14, octobre 1992, p. 7 et les indications bibliographiques qui l'accompagnent.

11 Voir notamment sur ce sujet T. LAQUEUR, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992 et le compte rendu de G. BALLANDIER paru dans Le Monde du 22 mai 1992, p. 30.

12 Voir à ce sujet le livre tonitruant de C. ALZON, Femme mythifiée, femme mystifiée, Paris, PUF, 1978, qui, malgré ses excès et ses jugements rapides, livre au public une floraison de réflexions décapantes qui ne peuvent que nourrir avantageusement le débat.

13 A titre d'exemple, J. REMY et L. VOYE, La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris, L'Harmattan, 1992.

14 Voir par exemple P.H. CHOMBART DE LAUWE, Des hommes et des villes, Paris, Payot, 1963.

15 P. BOURDIEU (sous la direction de), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, coll. Libre examen.

16 Voir par exemple le livre de D. de WEERDT, De vrouwen van de eerste wereldoorlog, Gand, 1993. Sur la place des études féministes à l'Université, lire les réflexions d'É. GUBIN, "Les women's Studies ont-elles une place dans l'université ?", Objectif recherche, no14, octobre 1992, p. 6 et S. HARDING, The Science Question in feminism, Cornell University Press, 1986.

17 Comme par exemple l'exposition "Femmes des années 80" tenue à Louvain-la-Neuve en 1989 dont l'objectif était d'évoquer l'évolution de la condition féminine à l'occasion du centenaire de la loi sur le travail des femmes et des enfants (voir l’ouvrage collectif Femmes des années 80. Un siècle de condition féminine en Belgique. 1889-1989, Louvain-la-Neuve - Bruxelles, éd. Academia et Crédit communal de Belgique, 1989, 231 p.), ou celle consacrée à "Marie Curie et la Belgique" à l'ULB en novembre-décembre 1990 qui donna également lieu à la publication d'un ouvrage collectif, Marie Sklodowska Curie et la Belgique, Bruxelles, ULB, 1990.

18 Citons, à titre d'exemple, pour la partie francophone de la Belgique, le colloque "Femmes et pouvoirs" tenu à l'Université catholique de Louvain les 13 et 14 décembre 1989 (actes : Femmes et pouvoirs. Flux et reflux de l'émancipation féminine depuis un siècle, Louvain-la-Neuve et Bruxelles, 1992, 202 p., sous la direction de L. COURTOIS, J. PIROTTEet F. ROSART), le colloque "Norme et Marginalités" organisé à l'Université libre de Bruxelles (actes : Norme et Marginalités. Comportements féminins aux 19e-20e siècles, Bruxelles, ULB, 1991) et celui du 27 novembre 1992 sur le Centenaire de la Ligue belge des droits des femmes organisé à l’ULB (actes à paraître).

19 Le GIEF (groupe interdisciplinaire d'études sur les femmes) à l'ULB, le Centre d'histoire de la condition féminine "FEMMES 80" à l’Université catholique de Louvain, le groupe de contact FNRS "Femmes et société", ou encore SOPHIA, réseau bi-communautaire initié par des chercheuses de l'ULB, de la VUB et de l'UCL.

20 Comme par exemple le "Point d'appui Women's Studies", l'un des six réseaux du programme de recherche en sciences sociales financé par le Service de Programmation de la Politique scientifique. Ce point d'appui vise à "favoriser l'éclosion d'une dynamique de connaissance mutuelle au sein du monde scientifique impliqué dans des études sur les femmes et donner une pleine visibilité à l’apport de la recherche féministe au champ des sciences sociales et humaines" (L. ZAID dans Objectif recherche, no 14, octobre 1992, p. 11). Il publie périodiquement une Newsletter contenant des informations sur les recherches en cours, sur les publications, sur les séminaires ainsi que des études spécifiques. Il organise chaque année un cycle de conférences.

21 Notamment le long métrage Pas à pas. L'émancipation de la femme en Belgique, subsidié par le Secrétariat à l'émancipation sociale et à l'environnement.

22 Notamment dans les Cahiers du Grif et dans Chroniques féministes.

23 La tension entre ces deux approches se manifestent de plus en plus dans les colloques réunissant des militantes et des universitaires de métiers. Elle transparaît également dans le dernier numéro des Cahiers marxistes, entièrement consacré à l'histoire des femmes (voir l'éditorial).

24 Editorial signé N. PLATEAU et M. GODARD ouvrant le numéro spécial des Cahiers marxistes, op. cit., p.4.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search