Version classiqueVersion mobile

Représenter à l’époque contemporaine

 | 
Isabelle Ost
, 
Pierre Piret
, 
Laurent Van Eynde

Introduction

Pierre Piret

Texte intégral

1La notion de représentation demeure plus que jamais sujette à caution : imprécise, elle manque de tranchant conceptuel ; idéologiquement marquée, elle charrie une anthropologie implicite que l’ère du soupçon n’a pas manqué de dénoncer. Dans le même temps, elle est constamment utilisée, dans des acceptions d’ailleurs très diverses, et cela y compris dans des domaines spécialisés comme les études littéraires, artistiques et philosophiques. Les recherches dans ces domaines sont ainsi grevées par un même impensé ou, à tout le moins, par un même flou conceptuel, auquel voudrait pallier le présent ouvrage, en proposant un repérage de ce que signifie encore – pour autant que ce soit le cas – l’acte de représenter à l’époque contemporaine. Une telle notion demeure-t-elle opératoire ?

2Qu’elle soit perçue à la fois comme obsolète et nécessaire n’a, à vrai dire, rien de contradictoire, mais tient simplement au double statut de la représentation. Elle désigne d’abord une fonction et a partie liée, à ce titre, avec une épistémè définie, comme Foucault l’a bien montré dans Les Mots et les Choses. A l’âge classique, représentation et connaissance deviennent indissociables : principe d’intelligibilité fondamental, c’est la représentation qui construit les savoirs, ordonne le monde, régule la relation du sujet et de l’objet. C’est alors qu’elle devient structurante tant dans les domaines de l’art et de la littérature que dans celui de la philosophie, qui se voient pour cette raison confrontés aujourd’hui à des difficultés similaires – d’où l’intérêt d’une approche transversale. Remarquablement fécond, ce paradigme est aujourd’hui daté, c’est bien connu. Il reste qu’il reposait sur une donnée de structure, transparadigmatique, pour ainsi dire, donnée dont on ne peut faire simplement l’économie. Et nous touchons là à l’autre statut de la représentation : elle se présente comme une fonction cognitive, mais aussi, plus fondamentalement, comme une structure, une loi qui détermine le sujet humain – être de représentation, « parlêtre », comme disait Lacan –, à un point tel qu’elle constitue pour d’aucuns le principe permettant de penser la différence anthropologique.

3L’humain ne peut pas ne pas représenter, et cet impératif génère, comme chacun sait, contradictions, paradoxes et apories, qui, sans vouloir nier leur extrême complexité, peuvent être ramenés à deux questions cardinales. La première, qui spécifie la temporalité humaine, est celle de la présence, inscrite dans le terme même : re-présenter, c’est rendre présent, mais c’est en même temps échapper à l’inféodation au présent (par la remémoration, la reconstitution, la reproduction, etc.). A ce titre, la représentation nous sépare du monde, nous arrache à l’immédiateté – la représentation ne suppose aucune empiricité, tout l’âge classique, de Descartes à Kant, y insiste –, provoquant tantôt le douloureux sentiment de l’exil, si le signe tue la chose (songeons à la fleur mallarméenne, absente de tout bouquet), tantôt la résurgence insupportable de l’innommable, s’il ne la tue pas. La seconde concerne la valeur du signe, puisque représenter signifie aussi tenir lieu de. Or, cette suppléance ne va pas sans différence, sans quoi le signe serait la chose même. Entre convention et motivation, entre complétude (du symbole : à l’origine, un objet partagé en deux parties dès lors complémentaires) et perte (par l’effet du signifiant), entre référence et autotélisme, le signe joue inéluctablement à qui perd gagne : là où il gagne en universalité, il perd en proximité et vice-versa.

  • 1 Quant à la composition de l’ouvrage, nous regrettons de n’avoir pas pu reproduire, sauf exception, (...)

4Ce double et très ancien débat, d’origine théologique, continue d’habiter les pratiques littéraires, artistiques et philosophiques contemporaines, comme le présent ouvrage en fait la démonstration. Dans chacun des articles s’entrecroisent ainsi une série de questions majeures pour notre temps : l’articulation entre subjectivité et représentation, les logiques du signe et systèmes de visibilité concurrents, la valeur performative et instituante de l’énonciation comme réponse à l’emprise de la représentation, les formes contemporaines de la présence, la valeur régulatrice de l’art en tant qu’acte représentatif, etc. Ces questions récurrentes confèrent au volume sa cohérence. Celui-ci est divisé en deux parties qui correspondent aux deux perspectives complémentaires adoptées. La première partie est consacrée à l’identification et à la définition des paradigmes qui demeurent pertinents aujourd’hui : il s’agit d’étudier leur incidence sur les pratiques littéraires, artistiques et philosophiques contemporaines, de montrer comment ces pratiques renvoient implicitement à des logiques représentatives données. La deuxième partie se focalise sur les stratégies singulières, mettant en exergue la façon dont certains écrivains, artistes et penseurs interrogent et radiographient les paradigmes dominants, les font déconsister, les renouvellent parfois1.

5La prégnance des paradigmes, les anachronismes insidieux et les tensions critiques qu’ils génèrent sont mis en perspective par Arnaud Rykner au travers de l’analyse comparée de deux œuvres qui réfléchissent la question de la représentation à 550 ans de distance : un tableau de Van Eyck et une photographie de l’artiste australienne Anne Zahalka, qui s’en inspire. Postulant que la représentation est « un acte réglé, régulé, ordonné, soumis à des codes propres à l’époque dans laquelle il s’insère », Arnaud Rykner dégage les enjeux du dialogue à la fois parodique et théorique qui s’instaure entre ces deux œuvres et il fait bien apparaître, ce faisant, les tensions qui naissent de la confrontation de paradigmes désajustés.

6Augustin Dumont et Eléonore Faivre d’Arcier mettent ensuite en lumière, en se référant aux entreprises philosophiques de Fichte et de Cassirer, quelques motifs essentiels de la rupture avec l’épistémè de la représentation. A un siècle de distance, ces deux penseurs, dans des contextes et selon des perspectives tout différents, interrogent l’enjeu premier de la philosophie systématique (de Descartes à Kant), qui consiste à penser l’adéquation des représentations à ce qui se trouve en dehors de l’esprit, pour réconcilier le concept et la chose, la pensée et l’être, le sujet et l’objet. Augustin Dumont montre comment Fichte jette le soupçon, à l’instar de ses contemporains, sur ce « pouvoir fondationnel » de la représentation et retravaille à partir de là la relation entre subjectivité, représentation et connaissance en privilégiant la valeur performative de l’acte représentatif et en promouvant de la sorte une pensée réflexive inaugurale de la modernité philosophique. Eléonore Faivre d’Arcier situe, quant à elle, la voie choisie par Cassirer, qui, dans le sillage du criticisme kantien, vise à remonter des représentations vers leur principe de formation, faisant de l’homme, non un être englué dans ses représentations, mais un créateur de formes symboliques, libre à ce titre.

7En distinguant le concept d’« imprésentable » de celui d’« irreprésentable », Evelyne Grossman s’attache à situer un paradigme majeur de la modernité. Ce que Lyotard nomme l’« imprésentable » et Deleuze l’« affect » désigne cette insistance débordante de la présence, qui vient trouer la représentation, contester sa totalité et sa clôture. En tentant de renouer avec cet imprésentable, qui excède la norme représentative, l’art et la littérature modernes instaurent un nouveau régime esthétique, dont Evelyne Grossman situe les enjeux principaux. Dans le sillage de Derrida, évoquant successivement Rousseau, Artaud et certaines expériences théâtrales contemporaines, Michel Lisse apporte sur cette question un éclairage complémentaire en montrant combien ce nouveau régime esthétique pense simultanément la présence et l’illusion de la présence : l’ambition de sortir de la représentation semble vouée à l’aporie, dans la mesure où la représentation est toujours déjà à l’œuvre, si bien que le paradigme de la modernité tend, comme le montre Evelyne Grossman, à penser la question de la présence sur le mode de ce qui excède la représentation, non de ce qui s’y soustrait.

8Un nouveau paradigme, contemporain, serait-il en train de se construire ? C’est la question que posent, chacune à sa façon, les trois contributions suivantes. Isabelle Ost propose ainsi explicitement de penser une nouvelle épistémè, celle d’une « post-crise » de la représentation, dont le trait distinctif consiste à jouer de et à faire jouer entre eux différents régimes du signe. Pour en rendre compte, elle modélise un mode de lecture dit cartographique, qu’elle met à l’épreuve de trois œuvres (Kafka, Borgès, Delwart). Raphaël Gély revient, lui, sur la question de la présence en développant l’hypothèse selon laquelle l’imaginaire ne vient pas seulement adjoindre aux perceptions des significations personnelles, mais conditionne l’acte perceptif lui-même, et l’effet de nouage du sujet à la réalité perçue. Dans une telle perspective, l’épreuve de la réalité présente apparaît rigoureusement corrélée à la texture imaginaire qui affecte l’acte perceptif. Une telle proposition renouvelle l’approche phénoménologique, comme le montre Raphaël Gély dans sa reprise critique de l’analyse du cas Schneider par Merleau-Ponty. Stéphane Lojkine s’appuie, quant à lui, sur les modélisations physiques contemporaines, en tant qu’elles font droit à la fiction, pour essayer de dégager un nouveau paradigme de la représentation, non réductible à celui de l’inconscient. Ce paradigme se signale par ce qu’il nomme « l’effondrement » des fondamentaux qui régissaient les dispositifs précédents, au profit d’autres, tels le trou noir, l’artéfact ou encore l’incertitude, dont il montre les effets chez Joyce et Dan Brown.

9Les distinctions paradigmatiques ne sont pas seulement temporelles, elles sont également culturelles, comme Bruno Nassim Aboudrar en fait la preuve dans son analyse circonstanciée de la question du voile. En s’appuyant sur divers textes et documents, il assoit l’hypothèse suivante : le voile des femmes musulmanes met à mal, non l’ordre social ni moral occidental, mais son système visuel. L’analyse comparée de ces deux systèmes de visibilité – l’un fondé sur l’ostension, l’autre sur le voilement – permet, seule, d’expliquer l’apparition contemporaine, non du voile, mais du problème du voile. L’art joue ici le rôle de révélateur, qui radiographie ces processus et nous permet de les comprendre.

10La deuxième partie de l’ouvrage, faisant écho au titre de celui-ci, plonge au cœur des « pratiques » des artistes et écrivains contemporains. Quatre articles concernent plus particulièrement les formes artistiques et littéraires, et s’interrogent sur la façon dont les modalités contemporaines du représenter les mettent à mal et les renouvellent. Anne-Cécile Guilbard revient sur l’effet subversif de la photographie en tant qu’art, consécutif à la tension qu’elle instaure « entre la certitude d’un objet représenté et l’incapacité potentielle de le reconnaître ». De ce « mal voir » potentiel découle une esthétique qui sollicite, au-delà de l’œil, le « corps du regardeur », esthétique qui soutient la démarche d’écrivains et d’artistes contemporains.

11Le questionnement de la fonction référentielle traverse également la réflexion de Denis Laoureux, qui démontre que l’hyperréalisme et le monochrome n’apparaissent pas par hasard en même temps sur la scène new-yorkaise des années 1960 et 1970, mais sont l’aboutissement d’une même orientation à la fois conceptuelle et plastique. En situant contextuellement ces tendances par rapport au radicalisme de la génération précédente, on découvre en effet qu’elles apportent des réponses antithétiques à une même aporie inhérente à toute pratique plastique : comme le montre Denis Laoureux, échapper à la référence par le biais de la tautologie (la peinture ne représente rien d’autre qu’elle-même) confronte la peinture à un impossible.

12C’est une tension comparable quoiqu’inverse que Jean-Benoît Gabriel repère chez certains cinéastes contemporains, qui empruntent au documentaire ses procédés en vue de rendre leur art capable de saisir « la vie qui échappe ». L’idéal qui sous-tend cette démarche est celui du prélèvement (la caméra enregistre), mais celui-ci est par définition imprédictible et le réel visé échappe donc structurellement à toute prise. Reste dès lors à mettre en scène cette absence ou cette fuite par un retour sur l’énonciation, qui se traduit par la diégétisation de l’observateur.

13Analysant les travaux d’Ernest Pignon-Ernest, Sébastien Biset et Myriam Watthée-Delmotte abordent une autre question, celle du rapport entre représentation et contexte. De la nature de ce rapport dépend la fonction mémorielle prêtée à l’art. Traditionnellement, la ville fait place aux œuvres d’art et elle opère à ce titre comme un palimpseste qui accumule des couches mémorielles, statiques et persistantes. L’art en situation, par contre, comme le montrent les œuvres d’Ernest Pignon-Ernest, crée la situation et est indissociable des acteurs qui la composent. Ainsi, dans l’éphémère de sa présence, l’œuvre participe-t-elle au devenir de la ville.

14Les quatre articles suivants prennent plutôt pour cible, quant à eux, les paradigmes représentatifs implicitement charriés par les discours du temps ; ils visent, autrement dit, l’état contemporain de la loi symbolique. Olivier Mignon analyse « l’effet d’interpellation » produit par les photographies de Diane Arbus et montre qu’il procède d’une subversion minutieuse des représentations admises, qui sont à la fois citées et détournées par l’intrusion d’anomalies, d’incongruités déconstruisant les identifications implicites. A l’effet performatif des représentations normées répond ainsi l’effet performatif de l’œuvre, qui se voit investie d’une fonction sociopolitique (elle met en cause les normes sociales en les étrangéisant), mais aussi anthropologique (elle incarne notre inadaptation essentielle, contestant l’idée même de normalité).

15Alice Godfroy revient, quant à elle, sur la désincarnation inhérente à la représentation et sur les stratégies comparables mises en œuvre par trois poètes, Henri Michaux, André du Bouchet et Bernard Noël, pour la dénoncer et la contourner. Trois « réactions poétiques » sont ainsi mise en exergue : révéler l’absence inhérente au représenter, dénoncer la représentation en sapant ses conditions de possibilité, tenter de se placer en amont du dispositif. A sa suite, Nathalie Gillain analyse la démarche singulière de Michaux, en précisant ce qui le distingue des surréalistes, et elle étudie en particulier les écrits liés à l’expérience de toxiques hallucinogènes pour montrer comment ils apportent une nouvelle réponse au désir de Michaux d’inventer une écriture capable de restituer le mouvement du penser (lequel se distingue de la pensée, qui est fixe). Loin de prétendre échapper à la représentation, Michaux la rature, en construisant un dispositif complexe qui suspend la présence, mais lui substitue, dans le discours poétique, un rythme qui échappe à l’emprise signifiante.

16Enfin, au travers d’une analyse comparée de deux romans de Jean Echenoz et Jean-Philippe Toussaint, Pierre Piret réfute l’hypothèse selon laquelle le roman contemporain dit minimaliste éluderait la question de la représentation, en dénierait le caractère problématique. Dans leur écriture, la décomposition des cadres représentatifs va en effet de pair avec une recomposition bien particulière, qui passe par la mise en œuvre d’un dispositif extrêmement réglé. S’il y a destitution de la norme, il y a aussi restauration de la loi et donc du désir, par quoi ces œuvres apporteraient une réponse à la dérégulation contemporaine, à l’engluement imaginaire du sujet qu’elles mettent en scène.

  • 2 Ce volume est d’ailleurs le fruit d’une collaboration entre deux équipes de recherche engagées dan (...)

17On l’aura perçu dans cette rapide traversée de l’ouvrage : réfléchir sur les modalités contemporaines du représenter conduit au cœur d’une série de débats actuels concernant la relation entre langage, subjectivité, lien social, pensée et création. Une telle réflexion revient en fait à interroger les grandes orientations qui structurent le champ des sciences humaines aujourd’hui, comme le cognitivisme et la psychanalyse. Par quoi le présent volume apporte une preuve de plus de l’apport potentiel des arts, des lettres et de la philosophie aux sciences humaines2.

Notes

1 Quant à la composition de l’ouvrage, nous regrettons de n’avoir pas pu reproduire, sauf exception, les nombreuses photographies, tableaux, illustrations auxquels les articles font référence, tant les droits de reproduction sont élevés. Le lecteur pourra, dans bien des cas, consulter des reproductions sur le web.

2 Ce volume est d’ailleurs le fruit d’une collaboration entre deux équipes de recherche engagées dans un projet soutenu par le Fonds de la recherche fondamentale collective (FNRC, Belgique), un projet intitulé : Étude philosophique de la dimension épistémique du littéraire. Mise en évidence de la puissance critique du langage littéraire dans son rapport à la langue conceptuelle de la philosophie. Ces deux équipes, le Séminaire interdisciplinaire de recherches littéraires (SIRL-FUSL) et le groupe de recherche Dialogisme et invention littéraires (DIL-UCL), ont coorganisé les 27, 28 et 29 novembre 2008 le colloque international dont le présent volume reprend les actes. Cette recherche prend en outre le relais d’un double colloque organisé antérieurement en collaboration avec le laboratoire Lettres, langages et arts, de l’université de Toulouse-Le Mirail, dont les actes ont paru chez L’Harmattan, dans la collection « Champs visuels » : La littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires au nouveau dispositif représentatif créé par les médias modernes. Penser la représentation I, textes réunis par P. Piret, 2007 ; Discours, image, dispositif. Penser la représentation II, textes réunis par Ph. Ortel, 2008.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search