Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une santé « chrétienne » ?

 | 
Jean-Émile Charlier
, 
Francis Collet
, 
Francis Decroly
, 
et al.

Troisième partie. Les prolongements

Chapitre IX. Repères et orientations pour l’action

Pierre De Locht

Texte intégral

1L’identité, c’est ce qui caractérise une personne, une institution. Caractéristiques nécessaires pour l’institution elle-même, car elle permet à ceux qui la vivent de donner sens à ce qu’ils font et d’y trouver leur cohérence. Caractéristiques qui la situent par rapport aux autres et placent la personne ou l’institution dans un univers de relations, d’interactions humaines.

2Cependant, essayer de préciser l’identité chrétienne des institutions ne requiert nullement de rechercher et de mettre en évidence avant tout ce qui les distingue des autres institutions. Pourquoi pas d’abord ce qui les rapproche, tout ce qu’elles ont en commun ? Il faut craindre une personne, une institution, une Eglise qui se définit principalement en s’opposant.

3Certes, il s’agira tôt ou tard de décrire certaines spécificités, mais celles-ci ne peuvent se préciser que sur une toile de fond de convergences et de similitudes. Les différences n’ont de réalité, d’utilité et de signification qu’au coeur de ces voisinages tonifiants.

4Je voudrais dès lors m’arrêter dans un premier temps à ce patrimoine commun, pour voir comment le gérer au mieux, ce qui permettra ensuite de donner des assises solides et loyales aux différences, et de les situer à leur juste place.

— I —

5La revue française d’éthique et de théologie morale, le « Supplément », a publié récemment deux excellents numéros qui ont eu comme maîtres d’oeuvre Claude Geets et Paul Tassin.

6Le numéro de juin-juillet 1993 reproduit les exposés faits lors du congrès de la Fédération des institutions hospitalières de Wallonie, qui s’est tenu au mois de mars de cette année. Je constate que seuls 5 exposés sur les 21 font références, assez brièvement d’ailleurs, à l’Évangile ou à la foi chrétienne. En tout, à peine 3 pages sur 130. C’est dire que l’essentiel ne nous est nullement spécifique, et pourrait être exprimé de manière très semblable dans une institution sans référence chrétienne.

7J’ajoute tout de suite, en tant que théologien, puisque c’est l’angle d’après lequel je me situe dans la recherche qui nous réunit, qu’il n’est nullement regrettable, au contraire, que l’on soit avant tout attentif aux caractéristiques qui se retrouvent chez les uns et les autres, aux valeurs que chrétiens et non chrétiens s’efforcent ensemble de promouvoir.

8Le christianisme, très marqué par la nouveauté de la révélation de Dieu en Jésus-Christ, a insuffisamment mis en évidence que c’est dans la création que s’exprime déjà et fondamentalement le dessin de Dieu pour l’humanité. C’est donc dans la perception que peuvent avoir les uns et les autres, qu’ils soient chrétiens ou non, de ce donné cosmique et humain que se forgent, s’élaborent, les valeurs essentielles. Elles ne viennent pas avant tout de l’évangile, mais plus profondément de cet humain fondamental que de part et d’autre on s’efforce de préciser et de promouvoir.

9La majeure partie de l’enseignement évangélique porte d’ailleurs, non sur l’ouverture explicite à la transcendance, mais sur les attitudes humaines fondamentales de justice, de liberté, de respect et d’attention au prochain...

10Ce qui caractérise, ou devrait caractériser prioritairement les institutions chrétiennes, comme les autres, c’est donc leur souci de la personne humaine, et de la personne en tant qu’être de relation. Hors de cet objectif prioritaire, le reste n’a pas de sens, et s’avérerait même contradictoire, voire hypocrite.

11Il n’y a donc pas à s’étonner que les recherches menées par les universités aboutissent à constater qu’il n’y a pas tellement de différence entre institutions chrétiennes et autres, puisque nous sommes porteurs de cette humanité que, de part et d’autre, on a le souci de valoriser. En tant que théologien, je ne peux que m’en réjouir. Ce n’est que sur un fond commun de recherche concertée que pourront se situer les interrogations spécifiquement chrétiennes.

Ouverture au « spirituel »

12Dans cette perspective, n’y a-t-il pas une préoccupation primordiale, qui est ou devrait être le fait de toute institution hospitalière ? Dans le monde médical, où domine une spécialisation de plus en plus poussée et dont les contraintes financières sont de plus en plus impératives, la dimension spirituelle—je ne dis pas religieuse — de la personne humaine court le grave danger d’être méconnue, marginalisée. Et pourtant, me disait récemment quelqu’un de très engagé dans la réalité hospitalière, « on peut vérifier quotidiennement l’importance du spirituel dans les soins, dans la manière dont les patients assument leurs difficultés de santé. A l’hôpital, ajoutait-il, on parle beaucoup de science et de technique, rarement d’éthique, et jamais de spirituel. Certains pourtant y sont sensibles, mais ces préoccupations individuelles n’arrivent guère, voire jamais dans le débat institutionnel ». Jugement trop sévère ? A vous de juger. Ce combat premier et fondamental, les institutions hospitalières ne doivent-elles pas le mener en collaboration étroite : la politique des soins de santé est-elle dominée par la technique, ou prend-elle vraiment en compte l’humain dans sa dimension spirituelle ?

13Parmi les valeurs qui sont plus que d’autres menacées dans le contexte actuel, il importe de citer :

  • l’autonomie et la liberté du malade, du vieillard, compromises par défaut d’information de l’intéressé, jeune ou adulte, souvent très peu écouté ;

  • le manque d’attention à la réalité globale du malade, insuffisamment reconnu et respecté en tant que personne, peut-être à cause d’une dispersion des soins, l’interdisciplinarité entre médecins, infirmières, kinés, psychologues, assistants sociaux... étant insuffisamment réalisée ;

  • les inégalités de traitement suivant la situation sociale, culturelle... et financière du patient....

14Ces valeurs, et bien d’autres, qui requièrent aujourd’hui une attention particulière, si elles doivent caractériser les institutions chrétiennes, ne lui sont nullement spécifiques. Les chrétiens ont encore trop tendance à vouloir monopoliser certaines valeurs, alors qu’elles constituent le patrimoine commun de l’humanité. Tant mieux si elles sont promues par d’autres, au nom d’options philosophiques différentes. La perception de valeurs et d’objectifs assez semblables suscite le respect mutuel, rend possible de saines collaborations, permet de travailler en dialogue à la promotion de ces grandes valeurs menacées, prépare d’éventuels regroupements, tôt ou tard indispensables. Plutôt que de chercher à être différents, il importe d’aller à l’essentiel, autant que possible en s’épaulant.

Est-ce la morale qui nous sépare ?

15N’y a-t-il cependant pas des positions morales incompatibles, qui distingueraient les deux types d’institutions ? Je suis loin d’en être certain !

16Ce sont toujours les quelques mêmes questions auxquelles on pense, en oubliant la grande majorité des options morales qui sont très semblables.

17Et pour ces questions litigieuses, comme il n’y a pas ou guère d’écoute mutuelle, ou même, de notre côté, de véritable liberté de s’exprimer car elles sont tranchées d’autorité, on les croit trop vite incompatibles, alors qu’elles pourraient se nuancer et s’enrichir mutuellement.

18L’éthique se construit, non à coup de principes théoriques, mais au départ des interrogations très concrètes qui naissent de la vie, de l’expérience vécue. D’où l’indispensable écoute — trop souvent interdite — des solutions tâtonnantes, souvent les seules possibles, qu’élaborent ceux-là seuls qui peuvent saisir en les vivant tous les tenants et aboutissants des difficultés qu’ils rencontrent. Quelle place accordons-nous à ce vécu concret, lieu premier de toute élaboration morale ? En s’obnibulant sur certaines questions éthiques comme si elles caractérisaient avant tout l’identité chrétienne, ne néglige-t-on pas les perspectives de foi qui, elles, nous sont spécifiques ?

— II —

19Nous voici maintenant au pied du mur — et c’est la deuxième partie de mon intervention : chrétiens, institutions chrétiennes aujourd’hui, qu’est-ce que cela veut dire, et en quoi cela nous distingue-t-il des autres ? Question autrement plus interpellante et embarrassante que de partir en guerre sainte contre telle ou telle pratique médicale, question qui déborde largement le secteur de la santé, mais touche toutes les institutions d’Eglise.

  • Il y a d’abord une situation historique non négligeable, et qu’on ne peut balayer inconsidérément. Que seraient aujourd’hui les soins de santé s’il n’y avait pas eu chez les chrétiens à travers les siècles, à l’exemple de Jésus de Nazareth, cet extraordinaire souci de la personne, de chaque personne, avec une attention privilégiée pour le plus démuni, le plus délaissé ; si n’avaient pas été mises sur pied de multiples institutions d’inspiration chrétienne pour venir en aide, accueillir, soulager, avec les moyens du bord, les personnes délaissées, atteintes des maladies les plus variées, touchées par les épidémies... ?

  • D’autre part, l’existence de plusieurs réseaux d’institutions apporte le stimulant d’un sain pluralisme. Peut-être faudrait-il cependant que ce pluralisme ne se situe pas nécessairement en fonction du critère religieux.

20Nous commençons heureusement à dépasser les clivages anciens, qui ont été, dans notre pays, sources de combats acharnés. La foi chrétienne a servi à étayer des luttes, moralement et parfois physiquement meurtrières. A croire que les mauvais, ce sont les autres, ceux de l’autre bord, on se dégage à bon compte des interpellations évangéliques.

A l’écoute des interrogations fondamentales

21Mais venons à l’essentiel. L’hôpital, le home, l’institution d’aide à la jeunesse sont des lieux où se vivent des étapes cruciales de l’existence : de la naissance à la mort. Et même lorsqu’il s’agit d’un passage moins interpellant, il constitue toujours pour l’intéressé et pour son entourage une phase cruciale — voire crucifiante — de l’existence. Aussi est-il important d’y trouver un heu suffisamment en cohérence avec les valeurs qui sous-tendent sa vie habituelle, lieu où se posent, plus intensément qu’ailleurs, des questions fondamentales sur le sens de la vie, de ses relations aux autres, sur l’acceptation de ses limites, sur la signification de la mort, sur l’éventualité d’un au-delà. L’ambiance générale du home ou de l’hôpital ne doit-elle pas être suffisamment en cohérence avec ces interrogations cruciales ?

22Ce qui, pour les travailleurs de la santé constitue le travail quotidien, comporte pour le patient une lourde charge d’émotions et d’interrogations vitales. Celui qui s’adresse à un home, à une institution hospitalière attend d’y être reconnu, non seulement comme quémandeur d’aide, de soins, mais porteur de ces aspirations et interrogations fondamentales, particulièrement ravivées à ce moment, et qui donnent à l’événement qu’il vit sa densité humaine. C’est à ce niveau qu’il importe de s’interroger sur la spécificité d’une institution chrétienne.

23Le climat de l’institution permet-il, laisse-t-il transpercer une certaine parole sur Dieu ? Un Dieu qui n’est ni le justicier qui fait trembler, ni ce grand magicien faiseur de guérisons miraculeuses que par une part de soi on recherche, mais un Dieu de bonté, de tendresse, de confiance, d’espérance qui est au coeur de la Bonne Nouvelle de Jésus de Nazareth. Le noeud de notre foi chrétienne n’est-il pas, dans le cadre d’un univers en Alliance avec Dieu, de se savoir valable et aimé personnellement ? De croire que sous-jacente aux péripéties de l’existence, se joue jour après jour, pour soi personnellement et pour l’ensemble de l’univers, une histoire plus fonda mentale qui en partie nous échappe, mais qui ouvre sur la confiance et l’espérance.

Une indispensable créativité

24Ce n’est pas dans des interventions et des soins différents qu’il faut chercher plus particulièrement la spécifité d’institutions chrétiennes, mais dans le contexte, l’ambiance qui assume l’événement vécu par l’intéressé, dans cette dimension d’ouverture au transcendant.

25Ce ne sont pas avant tout des sacrements qui rendent Dieu présent dans l’existence. C’est une manière de vivre les événements, de les situer dans une perspective plus large qui ouvre sur un mystère d’accueil et d’espérance. Les sacrements ne créent pas la présence gratifiante de Dieu ; ils la proclament et la célèbrent.

26Dans cette optique, quelle place donner à certains actes religieux ? Les repères symboliques, les expressions de la foi en la transcendance, la liturgie, les sacrements ont été pensés traditionnellement en référence à la paroisse. L’Eglise institutionnelle continue à y investir la majeure partie de ses forces. Les institutions hospitalières d’appartenance chrétienne constituent de nouveaux lieux pour lesquelles les pratiques liturgiques et sacramentelles habituelles sont largement inadaptées. Elles ont dès lors bien plus à faire qu’à reproduire simplement ce qui se fait dans le cadre paroissial : une responsabilité particulière d’initiative et d’inventivité liturgique et sacramentelle leur incombe. Beaucoup est à chercher, en collaboration avec tous : des initiatives nées de la vie, appelées par les malades, perçues par les soignants, par le personnel de l’institution, l’aumônerie... ; initiatives concertées, partagées dans la liberté créatrice.

Une vigilance « prophétique »

27Probablement incombe-t-il aussi aux institutions d’inspiration chrétienne d’être spécialement attentives aux situations de pauvreté, aux marginalités multiples que la société engendre. En cela, elles ne remplissent pas nécessairement une tâche spécifique, mais elles correspondent en tout cas à la façon d’agir du Christ, à la Bonne Nouvelle évangélique.

28Cette vigilance prophétique suppose que, malgré des contraintes financières tellement impératives, ce sont les valeurs humaines essentielles qui conditionnent la politique des institutions. On entrevoit les déplacements de préoccupations et les sacrifices que cela impose, ou imposerait, aux institutions chrétiennes, sacrifices et efforts auxquels l’ensemble des chrétiens devraient être associés. Etre chrétien, non pas sociologiquement mais vitalement, c’est accepter les dépouillements nécessaires pour venir en aide aux situations méconnues, délaissées. Une grande tradition chrétienne va dans ce sens. Elle interpelle non seulement des personnes individuelles, mais les institutions.

Oser parfois aller à contre-courant

29Devons-nous accepter sans plus que les impératifs financiers et les découvertes technologiques de pointe soient à ce point contraingnants, qu’ils restreignent de plus en plus étroitement nos marges de liberté ? Or, subsistent, si minimes soient-elles, des zones de liberté ! Ne nous laissons-nous pas fasciner par la compétitivité en terme de performance technique, au risque d’être insuffisamment attentifs à des valeurs humaines fondamentales, au risque aussi de nous laisser entraîner dans des politiques de santé centrées sur des situations d’exception au détriment de l’ensemble, un ensemble à envisager à l’échelle du monde, où tant de populations sont médicalement et socialement défavorisées ?

30La référence à la transcendance nous rend, devrait nous rendre très sensibles aux mécanismes aliénants qu’engendre une certaine conception des impératifs technologiques. C’est donc à partir de nos traditions que nous avons des choses à dire concernant l’organisation actuelle de la politique sociale, des soins de santé, qu’il nous faut être attentifs à des manques, qui pourtant correspondent à de véritables attentes tant chez les patients que chez les soignants. C’est en ce sens qu’il nous faut rester prophétiques.

31Il ne s’agit pas de supériorité. Vingt siècles de christianisme nous ont rendus sensibles à des valeurs qui certes ne nous appartiennent nullement en propre, mais sur lesquelles, stimulés par l’Evangile, nous souhaitons aujourd’hui attirer davantage l’attention de tous, pour qu’elles se généralisent et deviennent une préoccupation commune. Probablement plus d’une initiative importante va déjà dans ce sens, modestement, sans publicité, mais non sans efficacité. Pensons, par exemple, à tout ce que, dans le respect de la personne et le désir d’humaniser davantage la mort, se cherche et se réalise concernant les soins palliatifs.

32La foi en la Transcendance, la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ ne nous appellent pas à des comportements différents ; elles nous stimulent, au nom du visage du Dieu d’amour qui se révèle dans notre Tradition, à valoriser l’humain dans toute sa densité.

Collaborations qui préparent des regroupements

33Le pluralisme des institutions a constitué, semble-t-il, un stimulant qualitatif et social non-négligeable. L’existence de deux réseaux autonomes, voulant répondre chacun à tous les besoins, implique cependant des investissements de tous ordres qui apparaîtront tôt ou tard, et probablement même dans un avenir proche, disproportionnés, pouvant même conduire à l’asphyxie de la politique générale de sécurité sociale et de santé.

34Comme les enquêtes l’ont bien montré, le pluralisme a aujourd’hui largement pénétré à l’intérieur des institutions chrétiennes. Mais de quelle qualité est-il ? Est-ce une simple neutralité, ou un authentique pluralisme, fait d’accueil des différences, de véritable dialogue entre apports diversifiés ? Quelle est la vérité des relations humaines entre les différentes catégories de membres du personnel ? Les légitimes revendications, les conflits ne sont-ils pas occultés au nom d’une certaine idéologie chrétienne ? Toutes questions préalables à une ouverture valable entre réseaux différents.

35Nous sommes peut-être à la veille de cette nouvelle étape à franchir, faite de collaboration plus étroite entre institutions d’inspiration chrétienne et autres. Ces collaborations ne seront vraies et loyales que si déjà se vit à l’intérieur de nos institutions un authentique pluralisme. Dans la mesure où les collaborations s’accentueront, où des rapprochements et regroupements entre réseaux laïques et chrétiens s’avèreront souhaitables, nécessaires, l’enrichissement pluraliste devra en tout cas subsister ; il ne pourra se réaliser qu’en s’approfondissant et s’affinant. Il sera plus que jamais vital que s’exprime, dans l’univers diversifié qui est le nôtre, la voix de ceux qu’anime la référence à la Transcendance religieuse ; comme aussi la référence agnostique et laïque, au sein des combats menés en solidarité pour un monde plus juste, plus humain.

36On ne pourra plus compter sur des bâtiments, des structures, des institutions, des étiquettes... pour saisir cette diversité, mais sur une manière d’être et de vivre le quotidien. Sera-ce un recul ? Je ne le crois pas.

37Mais il y faudra, quant à nous, une autre intériorité et qualité de foi chrétienne, pour que s’exprime dorénavant la Bonne Nouvelle de Jésus de Nazareth. On peut penser que dans nos sociétés contemporaines, le message évangélique se fera connaître peut-être davantage comme présence et comme levain dans tous les lieux de solidarité et d’entr’aide, que dans des institutions spécifiquement d’Eglise. Ne faut-il pas avoir suffisamment foi dans le ferment évangélique pour croire qu’il n’est pas lié à des modalités de présence et d’expression qui se sont imposées dans le passé, et qu’il peut germer dans des conditions nouvelles, que requiert la société contemporaine ?

38Au terme de ces réflexions, qui ont assez largement cheminé en moi ces derniers temps, je me dis qu’au-delà des analyses théologiques, il faut en revenir constamment à ce que, vous comme moi, nous pensons, cherchons, désirons... tout simplement quant nous nous retrouvons comme patients, comme liés très étroitement à la souffrance d’un proche, ou comme vieillissant soi-même et s’interrogeant davantage sur le sens et la proximité de sa propre mort.

39Les réflexions théologiques, les expressions de foi les plus pénétrantes, c’est dans le coeur, la pensée et la voix du chrétien de la base que nous les rencontrons. C’est la foi subjective, le cri de détresse ou d’espérance du jeune en difficulté, de celui qui vit la maladie ou une certaine déchéance au plus profond de son être, qu’il importe en dernière analyse de laisser résonner en soi.

40C’est là que s’exprime la parole théologique, la parole sur Dieu la plus pertinente, la plus authentique.

41En étant à l’écoute aussi de la voix de l’agnostique — et de cette part d’agnosticisme qu’il y a en nous — dont la sensibilité en partie différente est également porteuse d’aspirations essentielles. Je ne puis oublier la réflexion que m’a faite récemment un chrétien profondément impressionné par la qualité d’accueil qu’il avait reçu dans un hôpital du réseau laïque : « N’est-on pas enclin, se demandait-il, à pousser à l’extrême l’attention à l’humain, précisément lorsqu’on n’a pas de référence à un au-delà ? Sans transcendance religieuse, le sens de l’humain est peut-être d’autant plus avivé ? » Réflexion interpellante, qui nous invite au réalisme et à l’humilité !

Auteur

 Théologie. Professeur émérite Université Catholique de Louvain (UCL)

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540