Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une santé « chrétienne » ?

 | 
Jean-Émile Charlier
, 
Francis Collet
, 
Francis Decroly
, 
et al.

Troisième partie. Les prolongements

Les prolongements

Texte intégral

1Les enquêtes dont les résultats viennent d’être présentés ne se sont pas contentées d’énumérer des données. Leurs auteurs ont proposé des interprétations, fût-ce à titre d’hypothèse. Ces interprétations doivent être prolongées, non seulement pour en dégager le sens aux yeux des croyants, mais pour attirer l’attention sur les attitudes pratiques qui pourraient en découler pour la suite. Notre troisième partie regroupe ces prolongements.

2Un premier prolongement est la relecture faite de l’enquête menée auprès des gestionnaires par l’équipe des Facultés Notre-Dame de la Paix. Elle s’attache surtout à mesurer la signification des repères éthiques pour définir une identité chrétienne, lorsqu’il s’agit d’institutions d’aide sociale et de santé (Chapitre 7).

3Un deuxième chapitre (Chapitre 8) rassemble des réflexions plus proprement théologiques concernant des points sensibles de la situation analysée. Tout d’abord, il convenait de réfléchir à la signification des contraintes qu’entraîne avec soi l’engagement chrétien dans les services de santé. Imposées par l’état de la culture, ces contraintes sont aussi la seule manière d’incarner concrètement les valeurs évangéliques. Ensuite, il fallait repérer les risques découlant des motivations des divers acteurs impliqués dans les institutions, en particulier celui d’instrumentaliser la référence chrétienne. Enfin, il convenait de revenir sur le pluralisme interne des institutions : celui-ci peut être interprété comme une chance, mais pas à n’importe quelles conditions.

4Un dernier chapitre (Chapitre 9) reprend la question de l’identité chrétienne à la lumière des enquêtes faites et sa signification dans notre contexte actuel, en soulignant la nécessité d’une « vigilance prophétique », mais aussi en rappelant la vocation pour les chrétiens d’être présents en tous les lieux de solidarité et d’entraide, que ce soit par des institutions qui leur sont propres ou en collaboration avec d’autres.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540