Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une santé « chrétienne » ?

 | 
Jean-Émile Charlier
, 
Francis Collet
, 
Francis Decroly
, 
et al.

Deuxième partie. Les enquêtes

Chapitre V. Transactions symboliques dans les institutions chrétiennes

Christian Maroy, Jean Remy et Luc Van Campenhoudt

Texte intégral

Introduction

1Les membres du personnel des crèches et des hôpitaux chrétiens définissent-ils leurs activités professionnelles ainsi que les objectifs de l’institution qui les emploie en référence à l’identité chrétienne ? Comment s’opèrent les transactions entre les divers membres du personnel (direction d’une crèche et puéricultrices, responsable du nursing d’un hôpital et infirmières...) lorsque l’identité chrétienne de l’institution est en jeu ? Comment est-elle éventuellement utilisée par l’une ou l’autre partie lorsque des problèmes surgissent ? Telles sont les principales questions abordées par la recherche dont les enseignements majeurs sont présentés ici.

2Cette recherche constitue la contribution des Facultés universitaires Saint-Louis (Bruxelles) au programme de recherche interuniversitaire dont la Confédération Chrétienne des Institutions Sociales et de Santé (CCI) a pris l’initiative. Elle a été réalisée par le Centre d’études sociologiques des Facultés avec la participation intensive d’une trentaine de membres de la direction et du personnel de deux crèches et de deux hôpitaux affiliés à la CCI. On a en effet voulu associer étroitement des acteurs concernés et informés au dispositif de recherche, en particulier dans sa seconde phase basée sur des analyses en groupe d’événements significatifs vécus au sein même des institutions. S’agissant notamment de mettre au jour des systèmes de représentations et des processus de transaction entre acteurs appartenant aux mêmes organisations, on a opté pour une démarche qualitative visant l’examen intensif de problèmes clés auxquels sont confrontées, à des degrés divers, la plupart des institutions concernées. Par là même, on a renoncé d’emblée à l’enquête quantitative et extensive qui n’était pas appropriée à ce volet du programme de recherche et n’aurait sans doute pas pu être réalisée dans des conditions suffisamment rigoureuses pour que ses résultats aient un sens en regard des objectifs qu’on s’était fixés. Toute étude correctement menée a ses limites et mais aussi sa pertinence. Celles-ci ne sont pas forcément celles que croit le profane qui identifie souvent de manière simpliste scientificité et représentativité. C’est pourquoi cette question de la portée de cette étude sera traitée explicitement en cours de route, afin que ses enseignements puissent être pris pour ce qu’ils sont, ni plus ni moins.

3Dans le texte qui suit, on a voulu conjuguer plusieurs objectifs : permettre au lecteur de reconstituer l’essentiel de la démarche de sorte que les enseignements du travail prennent sens, rendre compte d’un minimum d’éléments empiriques tout en donnant la place centrale aux analyses et aux interprétations sociologiques qui constituent l’essentiel des enseignements, et enfin proposer un certain nombre de réflexions en rapport avec les préoccupations des commanditaires du travail. Sur ce dernier point, le présent texte poursuit et développe la réflexion seulement ébauchée dans le rapport de recherche, de manière à faire mieux apparaître la pertinence du travail pour la CCI. C’est l’objet de la dernière partie du chapitre. Pour le reste, ce texte est structuré autour des deux préoccupations centrales et complémentaires du travail : celle de l’identité professionnelle et celle des transactions symboliques. C’est à l’intérieur de chacune de ces deux premières parties que les éléments méthodologiques sont pris en considération.

1ère partie. L’identité professionnelle : valeurs altruistes et pluralisme

Objet et méthode

4La première question centrale de la recherche vise à saisir dans quelle mesure les objectifs et activités de l’institution sont associés spontanément par les membres de l’organisation à “l’identité chrétienne de l’institution”. On part en effet du présupposé que les institutions regroupées au sein de la CCI se définissent officiellement comme chrétiennes. Autrement dit, au niveau de leurs objectifs officiels, elles font peu ou prou référence à la foi ou aux valeurs chrétiennes, sans que de notre côté nous ne donnions une définition a priori de ce que recouvre ces vocables “valeurs chrétiennes” et “foi chrétienne”. Le premier but de l’investigation est alors de savoir dans quelle mesure cette définition de l’institution et de ses objectifs est plus ou moins partagée par les membres de son personnel, de savoir en outre dans quelle mesure la définition de l’activité professionnelle spécifique de chacun fait référence ou non à l’identité chrétienne que l’institution donne d’elle-même et de ses objectifs. Bref, l’investigation s’est d’abord structurée autour de la question suivante : Quel est le rapport des différentes catégories du personnel des institutions sociales et de santé à l’identité chrétienne de ces institutions ? Cette question centrale de ce premier volet de la recherche n’a pas été abordée directement comme telle dans la phase d’investigation et de collecte de données proprement dite. Elle a été opérationnalisée à travers deux sous-groupes de questions :

  • Comment les différentes catégories de personnel de ces institutions perçoivent-elles la réalisation et la poursuite des objectifs de l’institution qui les emploie ? Quels problèmes, atouts ou obstacles sont identifiés ? Les problèmes et objectifs identifiés sont-ils de près ou de loin associés à l’identité chrétienne de cette institution ? Celle-ci intervient-elle le cas échéant dans les transactions opérées pour résoudre ces problèmes ?

  • Comment l’évolution de l’institution qui les emploie et plus largement l’évolution de l’ensemble des institutions chrétiennes est-elle lue par les différentes catégories de personnel ? La lecture de l’évolution de ces institutions est-elle de près ou de loin organisée en référence à l’identité chrétienne de ces institutions ?

5Pour répondre à ces questions, des interviews semi-directives ont été réalisées dans deux cliniques et deux crèches de la région bruxelloise. La stratégie de l’entretien semi-directif a consisté à faire parler l’interviewé, sur le mode narratif, de son travail quotidien, des problèmes qu’il y rencontre, de l’image qu’il en a et, progressivement, de la façon dont il se représente la vie et les objectifs de l’institution, en regard du thème général de la recherche. L’interviewer lui laisse une grand liberté d’orienter lui-même l’entretien pour autant que ce dernier rencontre ses objectifs. Le succès de cette méthode intensive et qualitative repose largement sur la maîtrise, par l’intervieweur, de la problématique de la recherche ; c’est pourquoi les entretiens ont tous été réalisés directement par le chercheur responsable. On n’a pas cherché à constituer un échantillon représentatif de l’ensemble des membres du personnel de l’ensemble des institutions regroupées dans la CCI, ni même un échantillon représentatif de l’ensemble des membres du personnel des cliniques et des crèches. On a plutôt cherché à constituer un échantillon “raisonné” en fonction d’une part de critères de réalisme (ressources limitées de cette recherche en matière de moyens et de temps, considérations de faisabilité...) et d’autre part de critères de pertinence par rapport aux objectifs et aux questions principales de cette étude. Il en découle qu’on ne peut généraliser à la légère les résultats de ce travail. Cette volontaire limitation de l’échantillon signifie également qu’un choix a été de facto opéré en faveur d’une démarche intensive où l’on privilégie l’analyse en profondeur de phénomènes que l’on pense cruciaux à partir d’une population réduite plutôt qu’extensive où l’on vise moins approfondie d’un champ empirique relativement vaste. Sans doute la vie des institutions chrétiennes et les problèmes qu’elles rencontrent en relation avec le thème de cette recherche ne se réduisent-ils pas à ce qui est considéré ici. Mais ce qui est pris en compte ici fait centralement partie de ces problèmes et constitue une avancée dans leur exploration. De plus, on a de bonnes raisons de penser que la pertinence des enseignements de ce travail débordent largement du cadre des quatre institutions dont des membres du personnel ont été interviewés. La raison majeure réside dans le fait que la recherche présentée ici n’est pas une “enquête sur....” mais bien une analyse de processus présents peu ou prou dans toutes les institutions chrétiennes (identité professionnelle et articulation à la référence chrétienne, rapports de pouvoir internes autour des références symboliques...) qui prennent forme dans un contexte qui leur est très largement commun (professionnalisation et technicisation des tâches, pluralisme, liberté subsidiée dans un champ politique changeant...). Par ailleurs les personnes qui ont été impliquées dans la démarche à titre de répondants et/ou de participants aux groupes d’analyse fournissent des informations et des témoignages qui dépassent le cadre de leur propre expérience dans l’institution retenue ; certaines travaillent également dans d’autres institutions, beaucoup n’en sont pas à leur premier employeur et toutes ont des proches et des connaissances qui travaillent ailleurs et avec qui elles partagent leurs expériences respectives. Ainsi, l’apport de chaque personne est d’une certaine manière double : il est celui d’un agent ou d’un opérateur institutionnel qui fait part de ses représentations de son expérience et il est un témoin de ce qu’il entend et observe autour de lui.

6Le choix de retenir des hôpitaux et des crèches comme types d’institution pris en compte dans la recherche résulte de la volonté d’avoir des institutions dont la taille, le degré de développement technologique et la structure organisationnelle sont fort contrastés (sur ces trois critères hôpitaux et crèches diffèrent considérablement). Pour chacune de ces deux catégories, deux institutions fort analogues sur ces trois critères ont été retenues. Pour deux institutions (un hôpital et une crèche) l’adhésion de la direction à la recherche sur l’identité chrétienne était évidente d’emblée et manifestée par sa participation à une réunion préparatoire organisée par la CCI, pour les deux autres, elle s’est manifestée plus tard. L’objectif était en tout cas d’éviter les institutions pour lequelles la référence chrétienne ne serait plus, ou presque, que de pure étiquette et/ou dont la direction serait défavorable à l’étude. Il y avait là à la fois une condition de faisabilité du travail (l’accueil dans les institutions) et de pertinence par rapport à ses objectifs (il n’y a problème entre les agents institutionnel – membres du personnel et direction – autour de la référence chrétienne que dans la mesure où certains agents décisifs tiennent à cette référence et entendent que l’institution y reste effectivement attachée. Enfin, l’échantillon a été limité à Bruxelles en raison de la proximité nécessaire avec les Facultés universitaires Saint-Louis, terrain extra-professionnel et “neutre” de ce point de vue pour les crèches et les hôpitaux, où devaient avoir lieu plus tard les séances travail en groupe.

7Au sein de chacune des quatre institutions, quatre personnes ont été interviewées. Elles ont été choisies en fonction de deux critères : la catégorie professionnelle (pour chaque clinique : un membre de la direction administrative, un médecin et deux infirmières ; dans chaque crèche : le directeur, une infirmière ou une assistante sociale et deux puéricultrices) et l’ancienneté dans l’institution (parmi le personnel “opérateur”, au moins une personne ayant une ancienneté importante). Dans les cliniques comme dans les crèches, le choix définitif des personnes interviewées fut laissé à la discrétion du personnel de direction avec lequel un premier contact avait été noué. On aurait tendance à faire l’hypothèse que les personnes interrogées ont été sans doute consciemment ou inconsciemment choisies pour qu’elles ne soient pas en porte à faux avec le thème annoncé de la recherche et en raison d’une certaine proximité de pensée avec la direction. On verra que, pour autant, des problèmes de fond impliquant frontalement la question de la foi ou les rapports de pouvoir dans les institutions n’ont pas été éludés L’impression générale des chercheurs est que, de cette manière, on a pu compter sur la collaboration de personnes pour qui la question de l’identité chrétienne revêt une certaine importance mais qui n’étaient pas défavorables a priori à ce qu’elle soit posée et débattue dans le cadre d’une démarche de recherche qu’elles ne maîtrisaient pas. Seize entretiens en profondeur d’une heure en moyenne ont donc été réalisés, enregistrés et analysés. Leurs enseignements et ceux des analyses de groupes se complètent et se fécondent mutuellement et doivent donc être lus en complémentarité. On présentera d’abord un résumé des principaux enseignements qu’on détaillera ensuite. Ces enseignements seront illustrés de quelques extraits d’entretiens choisis pour leur exemplarité.

Résumé des principaux enseignements

8Les acteurs interviewés définissent l’activité ou les objectifs de base des cliniques ou des crèches en faisant largement appel à ce qu’on pourrait appeler des valeurs “altruistes” par opposition à des valeurs “égoïstes”. Ainsi, l’identité professionnelle, les qualités requises pour l’exercice de différentes professions impliquées par ces activités (puéricultrice, infirmière, médecin, voire responsable de la gestion) font une place plus ou moins large à des qualités morales ou humaines. Ces qualités accompagnent une définition de la relation au client qui n’est jamais une relation purement “intéressée”. Cette relation est toujours présentée comme une “relation de service” qui renvoie historiquement à une forme de relation altruiste “au prochain”, sans aucun doute d’origine chrétienne. Cette définition “altruiste” de l’activité professionnelle renvoie aussi à ce que les sociologues anglo-saxons ont appelé le “modèle professionnel” (voir par exemple Hall, 1968). Un des traits de ce modèle est de diffuser une éthique professionnelle selon laquelle le professionnel se doit de poursuivre une forme d’intérêt général au-delà de ses intérêts particuliers et de se sentir par exemple responsable vis-à-vis du service rendu au client.

9Ces définitions “altruistes” de l’activité ou du métier sont partagées dans un contexte pluraliste par des intervenants qui se définissent tantôt comme chrétiens, tantôt comme non chrétiens. Il y a en effet, dans les institutions considérées, une forme de pluralisme de fait, d’une part au niveau du personnel, d’autre part au niveau de la clientèle. Le pluralisme est d’ailleurs souvent accepté voire valorisé. Par ailleurs les attitudes de contrôle de l’autorité organisationnelle à propos de l’adhésion philosophique et religieuse de leurs membres sont souvent connotées négativement : implicitement ce sont des choix relevant du libre arbitre de l’individu, sur lequel l’intervention de l’autorité n’est pas toujours perçue comme légitime.

10Dans la définition des activités, des objectifs ou des identités professionnels, rares sont les personnes associant explicitement et spontanément ces valeurs altruistes à la religion catholique et à l’identité chrétienne de l’institution. Il semble d’ailleurs que ce soient plutôt les acteurs les plus proches du sommet stratégique de l’institution qui voient les choses de cette manière. Lorsqu’à la suite d’une question explicite, il s’agit de comparer les institutions chrétiennes aux autres, deux points méritent d’être soulignés :

  • dans les cliniques, on retrouve plus souvent que dans les crèches une lecture négative des institutions non chrétiennes ;

  • le caractère chrétien est associé à la relation “humaine” plutôt qu’aux différentes facettes du travail qui sont socialement définies comme “techniques”, ainsi qu’aux comportements des personnes plutôt qu’à une politique de l’institution.

11La plupart des lectures de l’évolution des institutions se font sans référence à l’identité chrétienne, surtout dans les crèches.

12En outre, comme cela sera souligné davantage plus loin, la prégnance de ces valeurs altruistes parmi des membres aux affiliations philosophiques et religieuses diverses, permet des lectures de son activité qui ne sont pas en contradiction avec l’image chrétienne que l’institution se donne d’elle-même. Cette lecture chrétienne a posteriori peut être faite tantôt par conviction, tantôt par souci d’éviter les conflits dans l’institution.

13Ces différents points sont abordés ci-dessous plus en détail et illustrés d’extraits d’interviews.

1. L’importance des valeurs altruistes

14Dans les interviews des membres du personnel des cliniques comme des crèches, les objectifs associés à l’institution, tout comme les descriptions des activités professionnelles ou des qualités requises de l’opérateur, qu’il soit médecin ou puéricultrice, impliquent toujours que la relation à l’usager ne soit pas simplement vécue comme une relation intéressée d’un prestateur de service à un client, relation dans laquelle il apparaît normal que les termes et la nature du contrat soient relativement précis, et surtout que les contractants poursuivent de façon légitime et avouable leurs intérêts. Au-delà d’un rapport instrumental ou d’intérêt, il semble que la définition du métier des intervenants de ces institutions implique une relation à l’usager qui est d’abord - ou historiquement - une relation au prochain, une relation qui implique dès lors des valeurs altruistes. Ce qui est recherché en priorité n’est pas, du moins de façon légitime et avouable, l’intérêt propre des prestataires de services ou de l’institution, ce qui est le cas dans une relation qui se définit ou se vit comme une relation marchande ou une relation d’intérêt. Au-delà ou parallèlement à l’intérêt propre de l’institution ou de chacun des membres de son personnel, les interviewés tendent en effet à mettre en avant un “intérêt plus général” quand ils parlent des objectifs de l’institution et insistent en particulier sur les intérêts de l’usager, soit le patient pour la clinique et l’enfant ou ses parents pour la crèche. Ainsi quand ils évoquent les qualités nécessaires aux professionnels, ils insistent sur les qualités favorisant ce même intérêt du client au-delà des intérêts des professionnels.

15La prégnance de ces représentations valorisant un rapport altruiste à la clientèle constitue une part de la réalité, voire de la spécificité de ces institutions. Voyons d’abord comment ces traits altruistes nous semblent organiser la vision des objectifs et activités de l’institution, et comment par ailleurs les conceptions du métier des différentes professions intervenant dans ces institutions sont également connotées de la même façon, dans la mesure où elles sont perçues comme autant d’adjuvants, de moyens de réalisation des missions de l’institution.

1.1 Les valeurs altruistes dans les crèches

1.1.1 La définition des objectifs

16Si on considère d’abord les passages des interviews concernant les objectifs, on relève deux types d’objectifs qui tous deux comportent dans leur nature comme dans les modalités de leur présentation, les traits altruistes mentionnés. Ainsi, le but de la crèche se définit d’abord par rapport aux intérêts et besoins des enfants et des parents qui s’adressent à elle. Il peut s’agir de favoriser le bonheur des enfants et le développement de leurs potentialités ou d’aider les parents à trouver une solution de garde pour leurs enfants. Par exemple :

— L’objectif de la crèche c’est surtout que les enfants soient heureux, bien dans leur peau, contents de venir à la crèche. C’est un objectif qui va dans le sens de recevoir de l’amour comme à la maison pour pouvoir être heureux à la crèche. Et dans un deuxième temps, leur permettre de s’épanouir, qu’ils deviennent autonomes. On les reçoit bébés et puis ils grandissent à la crèche, doucement il faut qu’ils deviennent autonomes. C’est un objectif important aussi. On ne doit pas les sur-combler non plus. On doit leur apprendre à faire les choses tout seuls, aller à la toilette sans aide, qu’ils soient prêts à aller à l’école. Notre objectif n’est pas qu’ils aillent à l’école, mais qu’ils deviennent autonomes. Qu’ils deviennent comme s’ils étaient à la maison. (Puéricultrice, crèche banlieue)

— Il y a un rôle social et il y a un rôle éducatif à la crèche. Pour le social, c’est effectivement l’accueil d’enfants dont les parents travaillent et c’est, disons, en grande partie les raisons pour lesquelles ils nous confient leurs enfants, et puis autant que faire se peut, arriver au deuxième rôle, qui est un rôle éducatif, puisqu’on décide de les accueillir, autant les accueillir convenablement. Ne pas en faire du parcage de bestiaux et, bon, les éduquer, les élever et remplacer ce que la maman aurait pu faire à la maison si elle n’avait pas dû travailler. (Directeur, crèche banlieue)

17En outre, un objectif explicitement social est mis en avant quand il s’agit de fournir un service à des catégories sociales “défavorisées” qui, davantage que d’autres, ont besoin d’une solution. Cet aspect est surtout mis en avant par les directeurs qui associent cet objectif au caractère chrétien de l’institution.

— Moi personnellement, j’aimerais mieux aider plus de familles dans la nécessité, mais seulement on ne sait pas toujours ne prendre que des familles dans la nécessité, je veux dire nécessité au point de vue pécuniaire, point de vue situation familiale. On sait prendre quelques enfants comme ça mais nous avons aussi beaucoup d’autres enfants. C’est-à-dire que moi j’ai toujours rêvé travailler parmi les pauvres, alors bien j’aurais plus tendance à prendre les enfants vraiment de familles en difficulté. (Directrice, crèche ville, religieuse)

1.1.2 Les qualités requises des opérateurs dans les crèches

18Ces objectifs altruistes vont de pair avec une conception du travail des différents opérateurs de l’institution. Les qualités requises des puéricultrices, comme des autres professionnels tels les infirmières ou les assistants sociaux, sont des qualités techniques mais aussi des qualités morales (l’amour des enfants, le sens des responsabilités...) mettant en évidence que le travail des professionnels ne peut être un travail où l’on pourrait légitimement se désintéresser de l’usager. On ne peut pas non plus se présenter comme cherchant seulement à satisfaire un client parce qu’il y va de son propre intérêt de professionnel. L’altruisme est quelque chose qui va plus loin : il s’agit de désirer sincèrement “le bonheur d’autrui”, en l’occurence le bonheur des enfants et indirectement la satisfaction des parents. C’est d’ailleurs ce bonheur qui est en lui-même la récompense du travail et de l’énergie investie. Ainsi une des premières qualités des puéricultrices est d’aimer leur travail et d’aimer les enfants malgré les difficultés, même si certains enfants ou parents sont moins “sympathiques”.

— Les points communs (à l’ensemble des personnes qui travaillent dans la crèche)... c’est qu’on aime toutes les enfants, qu’on veut qu’ils soient heureux, qu’ils soient bien portants... ça certainement. Peu importe s’il y a des différences pour des tas d’autres choses. (Puéricultrice, crèche banlieue)

— Au fond, pour moi, la puéricultrice idéale c’est la fille qui a une espèce de programme en elle, qui d’abord aime bien ce qu’elle fait. Je crois que, pour moi, c’est vraiment l’essentiel, qui aime bien son travail, qui aime bien les enfants, qui est suffisamment nature pour pouvoir accueillir n’importe quel enfant et pour pouvoir accueillir les parents parce que ça non plus, c’est pas évident. Il y a des parents, toutes sortes de parents. Et ça je crois que c’est vraiment essentiel, pouvoir s’adapter à tous les enfants. (Infirmière, crèche ville)

19L’investissement altruiste dans le métier et la relation aux enfants se marquent aussi dans le fait que les gratifications attendues du métier sont essentiellement symboliques : c’est l’évolution de l’enfant, son sourire, la satisfaction des parents et non les avantages monétaires ou matériels qui récompensent la puéricultrice.

— Moi je dois dire que mon plaisir, c’est voir évoluer les enfants, les voir, les observer, voir tout ce qu’ils arrivent à faire. C’est surtout... enfin je trouve que c’est vraiment un miracle de voir un enfant qui arrive tout petit comme ça, à deux trois mois, et puis, surtout dans le service des plus jeunes, et puis sept huit mois après, il est devenu... il sait déjà faire des tas de choses. Je trouve ça merveilleux (...). On a des relations quand même très proches. Je dois dire c’est ça qui m’intéresse dans cette partie de la profession. (Infirmière, crèche banlieue)

— Jessica, quand elle arrivait le matin, elle commençait à pleurer et à faire des scènes et maintenant, c’est fini, depuis cette semaine c’est fini, ça s’est réglé comme ça. Elle a retrouvé toute sa joie de vivre alors que c’est vrai que vendredi, quand je la voyais comme ça pleurer, j’étais un petit peu inquiète. J’ai dit : cette enfant est fragile, il faut que ça se passe bien pour elle, qu’elle continue à bien aimer venir à la crèche parce que sinon ça va nous amener à des situations dramatiques. Et c’est vrai que tout s’est remis en ordre. Et alors, ce qui est très gai aussi, c’est par exemple, boire sa tasse de café, les enfants qui viennent dire au revoir, donner un petit bisou parce qu’on s’en va boire une tasse de café et puis on revient, c’est très mignon. (Puéricultrice, crèche ville)

20De plus, le sentiment de responsabilité est vécu non pas vis-à-vis de la direction et de l’organisation mais surtout vis-à-vis des usagers, en particulier de l’enfant lui-même.

— Q. : Vis-à-vis de qui vous sentez-vous d’abord responsable ?

— Priorité à l’enfant, ça certainement. Ca certainement, priorité à l’enfant quel qu’il soit. (...) Peut-être priorité à l’enfant mal dans sa peau, le petit canard boiteux certainement, dans la mesure du possible humainement (...). Mais je trouve que la plus grande difficulté c’est quand même d’accepter les enfants comme ils sont, les parents comme ils sont et d’arriver à ce que tout le monde se sente bien et qu’il y ait des relations disons (...) harmonieuses (...) entre tout le monde. A mon sens, ça ça me paraît vraiment très important. (Infirmière, crèche ville)

1.2 Les valeurs altruistes dans les cliniques

1.2.1 La définition des objectifs

21Les objectifs des cliniques sont également définis en termes altruistes par les médecins et les infirmières. Le plus souvent l’objectif est posé à la fois sur le plan de la qualité technique des soins médicaux et sur le plan de la qualité des relations soignant-soigné. Le souci de l’autre, du patient, forme moderne de l’amour du prochain, se marque alors particulièrement dans ce qui est présenté comme adjacent à la prestation médicale strico sensu. A côté de l’acte technique “pur”, il s’agit de veiller aux demandes globales et humaines du patient.

— Au point de vue médical pur, je pense qu’un gros atout de la clinique c’est justement l’étendue des possibilités. Il y a quand même énormément de types de soins qui sont possibles, il y a énormément de spécialités qui sont représentées et un niveau de qualité tout à fait bon. (...) Ca c’est un des gros atouts. Un autre atout est, je crois (...) la qualité de l’accueil des gens. Il y a un souci de prise en charge totale du patient, de tenir compte... mais ça c’est pas tellement, je pense, au niveau des médecins, c’est au niveau du personnel infirmier, du personnel administration, service social, tâcher de rencontrer les demandes globales des gens. (...) Dès qu’un patient est hospitalisé et se retrouve dans une période de difficultés familiales, par exemple de placement d’enfants, les gens du service social vont parfois nourrir les chiens et les chats, des choses comme ça, quoi, chercher des vêtements ou conduire les gens, visiter des homes quand ils doivent être placés, des tas de choses comme ça quoi. Je ne sais pas, j’imagine que ça doit se faire également dans d’autres institutions mais je crois qu’ici il y a quand même un souci de faire cela systématiquement. (Médecin, adjoint à la direction Saint-Paul)

22Le caractère altruiste se marque particulièrement dans les cliniques lorsque les objectifs de l’institution sont définis explicitement comme sociaux. La relation à l’identité chrétienne est alors faite par des acteurs de la direction administrative de l’hôpital, au moins comme un constat historique ou comme un idéal régulateur toujours très présent.

— C’est une institution qui, depuis toujours et encore actuellement, se veut une institution dite sociale, en ce sens qu’elle a toujours voulu offrir des soins de qualité à tous les gens qui en ont besoin. Et je crois savoir, mais ça il faudrait interroger des gens plus âgés que moi, qu’au tout départ, c’était, bien sûr, une congrégation religieuse qui soignait les pauvres. (Médecin, adjoint à la direction, Saint-Paul) — Il y a de cela je crois sept ou huit ans, on a ouvert un service d’urgence qui fonctionne donc vingt quatre heures sur vingt quatre et sept jours sur sept, et qui accueille à peu près 12.000 personnes par an. 12.000 divisé par 365, cela vous donne quelque chose comme 40 et des admissions journalières, parfois très graves, parfois bénignes ou autres, mais essentiellement locales. Il y a des problèmes de drogue, des problèmes d’agression, on agresse dans le métro, on donne des coups de couteau, etc., problèmes de jeunes, d’alcoolisme, problèmes de déprime, d’isolement dans les grandes villes, des gens qui sont seuls, etc. Cela a été un petit peu la motivation d’ouvrir une unité de psychiatrie aiguë dans la maison. (...) On essaye d’orienter vers des gens peut-être plus spécialisés. (...) Finalement l’ouverture de notre service d’urgence, c’est beaucoup de problèmes et c’est un choix aussi de la maison qui dit “nous sommes avant tout une maison qui ne recherche pas à faire du bénéfice, mais qui a une vocation d’accueil, etc.” (Directeur administratif, clinique Saint-Hilaire)

1.2.2 La définition des qualités du personnel soignant

23Sur le plan des qualités attendues du personnel, il s’agit alors de donner un “plus”, de donner de soi-même. Les qualités attendues du personnel soignant, en particulier des infirmières, semblent alors naturellement être de deux ordres : il s’agit à la fois de démontrer sa compétence technique mais aussi de démontrer un certain nombre de qualités morales dont les plus citées sont une disponibilité, une capacité à écouter” et à soigner la relation humaine dans le traitement.

— On parle parfois de l’esprit de la maison, mais jamais personne ne l’a défini. Je sens un peu ce que c’est et j’y adhère, mais c’est très très difficile à définir. Je crois que, dans cet esprit, il y a quand même cette disponibilité, tâcher de considérer les malades comme des gens. (Médecin, adjoint à la direction Saint-Paul)

1.2.3 Les qualités attendues des médecins

24Pour les médecins, la qualité technique semble déterminante mais elle doit être accompagnée, aux yeux du médecin chef de Saint-Paul, de qualités “humaines”.

— (Un médecin) doit connaître son métier. Il doit être un bon médecin, ça c’est la première des choses. Ça doit être un bon médecin spécialiste, maintenant vous êtes très très spécialisé (...). En deuxième lieu, être humainement valable. En étant spécialistes, ils doivent aller rendre service. Et un monsieur qui est membre de la faculté américaine, qui a des titres ronflants et tout ça, mais qui, au point de vue humain et contact avec les infirmières, avec les patients, (dit d’eux) “c’est des connards”, quand son terme probatoire, son contrat qui durait un an je pense, s’est terminé, on a dit : c’est fini. Donc, le point de vue humain, le contact avec les patients c’est très très important, mais d’abord quand même la compétence. (Médecin-chef, Saint-Paul)

25Plus loin dans l’interview ce médecin définit alors la relation humaine comme une attention aux aspects non techniques de l’hospitalisation, à ses conséquences psychologiques, matérielles, etc. D’où l’importance pour lui d’une attention et d’une chaleur humaine.

— La chaleur humaine, le fait donc de prendre soin des gens, de parler (...) avec les gens, de s’informer concernant les petits détails, vous savez, la petite note de chaleur. Un malade à qui vous demandez comment va sa famille, comment ça va avec son travail, si sa maladie lui cause un grand préjudice et des choses comme ça, donc faire autre chose que de demander purement : avez-vous mal ? avez-vous mal au ventre ? avez-vous mal aux pieds ? Un petit exemple, c’est une règle qu’on a ici, que je veux moi dans mon service, c’est qu’on n’envoie pas des gens à la maison sans être certain que quelqu’un les accueille ou bien qu’ils soient assez valides pour être indépendants. (Médecin-chef, Saint-Paul)

26Ces deux types de qualités ne sont pas perçus comme totalement indépendants. Dans les interviews des médecins (mais aussi des infirmières, comme on le verra plus loin), tout se passe comme si les plus “technicisés” risquaient toujours de perdre ce qui fait la proximité au malade et la relation humaine. C’est ainsi la chance des hôpitaux universitaires de pouvoir développer leur compétence technique, mais cela risque toujours de nuire à la relation humaine.

— On a fort peu de temps pour être scientifique, mangés par le privé, par le travail en consultation. Celui qui est à l’univ. a beaucoup plus de chances pour ça. Je vois des confrères cardiologues de Saint-Luc, dans leur plage de temps, ils sont pas enquiquinés par la vieille dame de 80 ans à aller voir en urgence. Non. Dans leur semaine, tout un temps pour faire des publications, pour participer à des études. Ils ont un temps de recherche que nous on espère avoir et puis qu’on n’a plus. Donc, on a plus difficile à suivre. Mais, d’un autre côté, on est peut-être plus proche du malade et on en voit beaucoup plus. Donc, ça se compense à mon avis. Mais c’est vrai que c’est une qualité, c’est une bataille qui, parfois, n’est pas toujours facile et qui, à certains moments où il y a trop de travail, est en danger. C’est alors que vous travaillez trop au jour le jour et que vous avez un acquis qui vous manque. Si vous ne montez pas dans le train, vous perdez. (Cardiologue, Saint-Hilaire)

27Par ailleurs, les valeurs altruistes se marquent encore dans le rapport à l’argent de certains médecins interviewés, rapport qui indique à quel point la définition de la relation médecin/patient reste sous-tendue par une relation au prochain, une relation d’aide, de soins, de service, qui se doit d’être peu ou prou désintéressée. Le rapport de la personne ici interviewée n’est évidemment pas généralisable tel quel.

— Ça arrive parfois que les gens n’ont pas de mutuelle, alors on les voit, on ne fait rien payer. Souvent, ils viennent, ils reprennent une mutuelle là et alors ils aiment vous donner un ticket avant. Et on s’arrange autrement. On n’a plus ce problème. En dix ans, c’est peut-être arrivé deux ou trois fois. Ou alors on vous donne un ticket de mutuelle, mais ils ne sont plus en ordre et ça, c’est encore une chose. Il y a beaucoup d’impayés. (...) Il y a toute une comptabilité des gens qui n’ont pas payé du tout. Ah oui, les médecins ne sont vraiment pas des financiers, quoi qu’en pense le public. D’abord, on n’a pas le temps. Nos confrères non plus, ils travaillent encore bien plus que moi, ce sont tous des hommes qui travaillent encore en privé. Donc, vous pensez bien qu’ils n’ont pas le temps. J’espère pour eux qu’ils ont une femme qui regarde. Alors heureusement oui, on a un avoué qui s’occupe de ça. Et maintenant, on doit prendre un comptable parce qu’on n’a pas le temps. On ne demanderait pas mieux d’être de moins en moins lié aux problèmes financiers. (...) Moi je n’aime pas de demander aux patients. En tout cas, inconsciemment, c’est ça que j’oublie et les gens sont honnêtes, par la force, en train de vous rappeler : oui, mais qu’est-ce que je vous dois ? Et comme moi je n’aime pas de mêler un rapport de médecin à l’argent, je me trouve hypocrite mais c’est désagréable de vous voir et puis d’aller vous demander de l’argent. Avant la médecine vous receviez un poulet (rires). C’est une drôle d’histoire. C’est un drôle de rapport, le médecin et l’argent, de toutes façons. (Cardiologue, Saint-Hilaire)

28Cette possibilité de mettre les contraintes économiques entre parenthèses est cependant relativement limitée par les contraintes de rentabilité non seulement au niveau de la comptabilité propre du médecin au sein de la clinique, mais aussi au niveau de la comptabilité de la clinique dans son ensemble. Ainsi la responsable de Saint-Paul estime que l’attitude humaine et altruiste à l’égard des patients qui ne peuvent payer est difficilement tenable financièrement. Dès lors que la survie financière de l’hôpital est en jeu, cette attitude a donc des limites et des désaccords surgissent :

— Je pense que cette discussion doit avoir lieu au niveau du conseil d’administration, que là il faut qu’on prenne position une fois pour toutes parce que tous ces problèmes créent des problèmes à l’intérieur de la clinique bien évidemment. Les gens de la caisse particulièrement sont perpétuellement en conflit avec les gens du service social, en disant : les gens du service social, ils admettent n’importe qui, ils disent toujours que les gens vont payer et se mettre en ordre, mais c’est pas vrai. Tout le monde sait bien qu’ils ne paieront jamais, etc. Donc il y a perpétuellement des conflits entre les groupes concernés. Et moi je voudrais qu’un jour on me dise très clairement la politique qu’on applique et qu’on le fasse, que ce soit l’une ou l’autre hein. Mais maintenant, c’est toujours un peu flou. On peut avoir une vocation sociale, même en invoquant la charité chrétienne dans le monde entier, mais il y a quand même des impératifs. (Médecin, adjoint à la direction)

1.2.4 Les qualités attendues des infirmières

29En ce qui concerne les qualités attendues des infirmières, il apparaît dans certaines interviews que le métier est encore souvent pensé comme une vocation qui implique un certain nombre d’évidences. Ainsi, l’attention aux malades, la recherche d’une satisfaction des besoins relationnels et techniques des malades, une certaine disponibilité, un dévouement font partie des traits quasi “naturels” du métier d’infirmière, métier pour l’essentiel pensé encore au féminin. Par exemple, les valeurs altruistes, comme fondement de l’investissement dans le métier, apparaissent relativement évidentes chez une jeune infirmière qui explicite pourquoi elle a choisi le service des soins intensifs :

— Ce service-là plus qu’un autre parce que je sais, les autres, les personnes ont parfois, sont tellement bien avec leur famille, ils ont moins envie de l’infirmière ou ils ont moins besoin de cet apport psychologique. Et du point de vue technique il y a vraiment une recherche à faire dans les qualités des soins et pour s’occuper, il faut vraiment une grande connaissance de la pratique et de la théorie. (Infirmière, soins intensifs)

30Comme on le voit, un investissement important des infirmières interviewées se fait aussi dans l’aspect technique de leur métier. Ainsi, les possibilités d’apprentissage, la responsabilité et la vigilance dans les traitements médicaux sont à la fois ce qui fait l’attrait, parfois la difficulté, mais aussi le stress du métier d’infirmière, surtout dans un service aussi technique que les soins intensifs, chargé notamment de la réanimation des malades.

— Je crois que pour n’importe quelle infirmière faisant partie de l’équipe de réanimation, c’est observer tout le temps. C’est pas parce qu’on doit faire toutes les trois heures le relevé des paramètres vitaux que pendant trois heures on ne regarde pas le monitoring, ce serait insensé. Donc, voyez-vous, en fait, et ça il faut bien le dire, qu’à n’importe quel moment, même si vous avez un malade avec 14 de tension et qu’il est 14 heures, c’est pas dit qu’à 14 h 10, il aura toujours 14, il peut tout de même encore avoir 8, 7 et c’est ça qui est traître. Si on administre en vitesse, si vous voulez, on doit être bien sûre que c’est vraiment ça qu’on doit donner. Ça peut avoir des conséquences très importantes parce qu’on ne travaille très souvent pas avec les voies périphériques mais avec les cathéters centraux qui vont directement dans le cerveau. Donc, vous vous imaginez que, même si on intervient, peut-être en pensant à autre chose ou en s’occupant du malade à côté, on oublie de faire ça ou elle lit à moitié l’ordre médical et puis elle donne ça. Franchement, je n’ose même pas y penser, je n’ose même pas penser aux conséquences. Et c’est vrai. Donc il faut vraiment avoir sa tête à soi et de se dire : c’est bien ça que je dois donner. Je crois que ça c’est très important. En fait même moi-même, après tant d’années, quand je dois donner à quelqu’un quelque chose, vous savez, je regarde même deux ou trois fois, pour être tout à fait certaine et je suis sûre de moi, m’enfin je regarde parce que je trouve que, c’est vrai, les conséquences peuvent être vraiment irréversibles. (Infirmière, soins intensifs)

31Il est à remarquer par ailleurs que la technicisation croissante du traitement médical rend plus difficilement pratiquable l’idéal humain et relationnel tant exalté lorsqu’on évoque la vocation de l’infirmière.

— Ce qui me déplaît plus, c’est le manque de temps, parce qu’on doit souvent se dépêcher pour vite terminer les transcriptions ou des choses comme ça, et parfois quand la personne est éveillée, il y a un contact qu’on néglige avec le malade. Ca, c’est ce qui me déplairait le plus dans l’ensemble. (Jeune infirmière, soins intensifs)

32Les qualités altruistes, intériorisées sous le mode de la vocation, se retraduisent, du moins chez les infirmières interviewées, par une recherche de gratifications qui ne sont pas d’ordre seulement monétaire mais aussi symbolique.

— Ce qui me plaît beaucoup, en fait, c’est quand il y a un malade qui est sorti de réanimation, qui revient dans le service et qui raconte un petit peu son évolution. Ça, pour moi, c’est toujours des points essentiels : on l’a soigné et maintenant, il est revenu. Ça c’est vraiment des choses très encourageantes (Jeune infirmière, soins intensifs)

1.2.5 Les qualités des autres catégories de personnel

33Les préoccupations altruistes ne sont pas l’apanage du seul personnel soignant. Elles sont partagées par le personnel administratif et se traduisent par exemple chez eux dans la manière de récupérer les créances. Dans une des deux cliniques, on a d’ailleurs renoncé à faire appel à des sociétés spécialisées dans la récupération d’impayés en raison, semble-t-il, de leurs méthodes jugées trop ouvertement “intéressées” et trop peu altruistes.

— Régulièrement ici à la clinique, il y a des gens qui viennent avec l’idée : mais pourquoi ne fait-on pas appel à des sociétés de recouvrement ? (...) On m’a dit que ça avait été fait et que ça avait été abandonné justement en raison du fait que ces sociétés employaient des méthodes qui étaient jugées “pas très catholiques” (ça s’applique bien ici), employaient des méthodes qui étaient inacceptables. C’est tout ce que j’en sais. Il faudrait demander plus à de gens qui l’ont vécu. C’est pour ça que ça n’a plus été fait. (Directeur administratif, Saint-Hilaire)

2. Le rapport à l’identité chrétienne de l’institution

34Dans la plupart des interviews, les objectifs de l’institution et les activités professionnelles ont été décrits en référence à des valeurs altruistes et non en référence explicite à l’identité chrétienne. Lorsque c’était le cas, il s’agissait soit de dirigeants abordant ce thème “spontanément” (mais aussi sous l’influence de la présentation de la recherche et de ses finalités), soit de membres du personnel engagés sur le plan chrétien. On a souligné ainsi que les deux directeurs de crèche avaient spontanément inclus une thématique chrétienne lorsqu’ils ont abordé les objectifs de leur institution. En ce qui concerne les cliniques, une interview d’un médecin-chef a d’emblée commencé par la présentation des marques visibles de l’identité chrétienne (chapelle, service pastoral, évolution du nombre de religieuses dans la clinique, etc.). Par contre, une directice adjointe n’a abordé ce thème que sous l’influence, semble-t-il, de la présentation de la recherche.

35Certains opérateurs ont également évoqué spontanément l’importance de l’identité chrétienne de l’institution. Il en va ainsi d’une jeune infirmière catholique pratiquante, membre d’équipes pastorales, pour qui la disponibilité à l’égard des malades est plus développée dans les cliniques chrétiennes et chez les infirmières chrétiennes. Les qualités altruistes de disponibilité, de don de soi évoquées plus haut apparaissent alors d’autant plus fortes et évidentes qu’elles sont associées explicitement à l’identité chrétienne. Cette association ne constitue cependant pas la règle. Dans les autres interviews en effet, l’association spontanée des qualités altruistes à l’identité chrétienne n’apparaît pas, de sorte qu’il semble que, globalement, les opérateurs tendent à définir leurs activités et les missions de l’institution indépendamment de l’identité chrétienne de l’institution. Cette observation nous semble d’autant plus valable que la constitution de l’échantillon de personnes interviewées ne s’est pas faite “au hasard”. Comme signalé plus haut, les infirmières interviewées nous ont été proposées par les directions du nursing en fonction de la représentation qu’elles avaient de la recherche. De plus, les institutions touchées n’étaient sans doute pas les “moins catholiques” de l’ensemble. Ces deux biais nous incitent alors à avancer que l’hypothèse proposée est a fortiori valable pour d’autres institutions et la plus grande partie de leur personnel.

36Pour la plupart des personnes interviewées, les références explicites à l’identité chrétienne de l’institution n’apparaissent donc que lorsque des questions explicites à ce sujet sont posées. La question de la spécificité chrétienne de l’institution a alors le plus souvent été abordée par nos interlocuteurs en procédant à des comparaisons entre institutions chrétiennes et non chrétiennes. De ce point de vue, les institutions non chrétiennes sont généralement mieux perçues chez nos interlocuteurs des crèches que des cliniques. En effet, les puéricultrices travaillant dans les crèches déclarent que leur façon de travailler ne serait pas différente dans une institution non chrétienne. A l’inverse, le personnel des cliniques tend à créditer les cliniques chrétiennes d’un certain nombre de qualités supérieures. Pour des infirmières comme pour des médecins interrogés, les cliniques chrétiennes sont en effet jugées plus attirantes parce qu’elles sont d’abord perçues comme plus humaines.

— S’il y a un problème, au point de vue humain, au point de vue caritatif, au point de vue chaleur humaine, tout ça, vous savez, on sent quand même une différence, quand on va dans un hôpital public ou quand on va dans une clinique comme ici. Parce que même maintenant, sans l’idée, sans cette idée qui n’est plus exprimée, vous savez, on ne dit plus qu’on est, qu’on appartient à cette grande famille, mais on a quand même toujours un esprit. C’est le même esprit, je crois, qu’on rencontre à l’U.C.L., à la K.U.L., donc qu’on ne voit pas à l’U.L.B., à la V.U.B. Nous avons donc aussi des assistants qui viennent de ces universités-là, on voit la différence. Il y a quand même quelque chose dans les institutions chrétiennes, quelque chose en plus (...). (Médecin chef, Saint-Paul)

37L’identité chrétienne de l’institution n’est jamais associée à l’aspect technique du travail. La relation humaine et les valeurs altruistes qu’on peut y déployer sont donc le terrain de prédilection sur lequel l’identité chrétienne peut se manifester. A cet égard, il est aussi intéressant de noter certains présupposés apparus lors des discussions préalables avec les responsables administratifs au moment du choix des personnes à interviewer. Des services impliquant une hospitalisation courte, ou des services purement techniques ou fonctionnels (comme la radiologie, les services administratifs ou informatiques) apparaissaient a priori comme peu intéressants à contacter pour les interviews car peu à même de révéler l’identité chrétienne de l’institution, sans doute parce que ces fonctions et services apparaissent par trop structurés par les techniques qu’ils mettent en oeuvre, laissant ainsi peu de place à la relation humaine.

38L’extrait suivant résume des perceptions rencontrées à plusieurs reprises : les institutions chrétiennes sont plus “humaines” et plus attentives aux malades parce que le nursing y a une tradition de “dévouement”, hérité de la tradition religieuse, mais elles sont aussi plus tolérantes, plus ouvertes que les cliniques laïques.

— Il y a tout de même toute l’ancienneté des soins qui ont été donnés par les religieuses et qui est pas si loin que ça et qui était tout de même... Les religieuses travaillaient à Saint-Pierre et il n’y a quand même pas plus dévouées que des femmes célibataires, qu’elles soient religieuses ou seulement célibataires. C’est vrai donc que la qualité des soins au point de vue nursing était exceptionnelle au temps où c’étaient des soeurs. Elles étaient beaucoup plus libres de n’avoir que le souci du malade et elles faisaient des 24 heures d’affilée parce qu’il y avait beaucoup moins de contraintes. Ça joue certainement encore dans l’optique du nursing dans des institutions catholiques. (...) J’ai eu l’occasion de travailler dans des endroits à X qui étaient socialistes. Donc là le personnel est moins dévoué mais elles n’y peuvent rien. Elles ont plus de contraintes familiales, elles sont moins bien payées. Il y a toute une ambiance qui est différente au niveau personnel. (Infirmière, soins intensifs).

39La tolérance des institutions chrétiennes est souvent mise en évidence, le plus souvent par des opérateurs qui travaillent dans une clinique chrétienne par choix. D’autres interlocuteurs des cliniques sont plus réservés dans leurs jugements à l’égard des cliniques non chrétiennes. Ils décrivent par ailleurs leur appartenance à une clinique chrétienne comme le résultat d’un “fatalisme sociologique” plutôt que par choix.

  • 1 Le degré de professionnalisation, c’est-à-dire le degré d’adoption d’un “modèle professionnel” par (...)

40Bref, pour nous résumer, les activités professionnelles dans les crèches et cliniques apparaissent largement marquées par des valeurs altruistes qu’on peut historiquement référer à l’influence de la religion chrétienne. D’autre part, ces activités sont souvent décrites de façon déconfessionnalisée, sauf chez les dirigeants ou des professionnels qui se situent comme chrétiens sur le plan personnel. Les qualités altruistes de disponibilité, de don de soi apparaissent ainsi d’autant plus fortes et évidentes qu’elles sont associées explicitement à l’identité chrétienne. Les valeurs altruistes sont cependant ambiguës du point de vue de la signification qu’elles prennent pour les acteurs. D’une part, elles peuvent être vécues comme l’expression d’une foi chrétienne, d’autre part elles peuvent être pratiquement laïcisées ou déconfessionnalisées et faire partie de ce que les Anglo-Saxons ont appelé le modèle professionnel1. Autrement dit, les qualités et valeurs de ce modèle professionnel peuvent témoigner pour certains de l’identité chrétienne (de l’institution ou de ses membres) alors que pour d’autres il ne s’agit finalement que de suivre une déontologie professionnelle élémentaire. Sans doute faut-il voir là une des raisons pour lesquelles la plupart des membres du personnel non dirigeant a insisté pour que le caractère chrétien de l’institution s’y manifeste par des attitudes intérieures (tolérance, ouverture aux plus démunis...) plutôt que par des rituels extérieurs.

— On a une option chrétienne, moi je ne la vois que dans notre comportement. Disons qu’on ne fait pas de signes extérieurs, à part des crucifix et lors des fêtes, des petits affichages, mais concrètement non parce qu’on a une population qui est tout à fait cosmopolite. On n’a pas, au fond, que des gens pratiquants, on a des chrétiens, des catholiques, des personnes. Mais moi je crois que c’est surtout dans la manière dont on accepte les gens. On essaie d’établir des relations avec eux, on est tolérant. Moi je crois que c’est surtout ça l’essentiel dans ce qu’on essaie d’apporter aux enfants, dans notre manière d’être vis-à-vis d’eux. Je crois que c’est vraiment là. (...) L’ancienne directrice de l’école aurait voulu qu’on parle aux enfants de Jésus, même qu’on prie avec eux, etc. On a essayé mais c’était... on ne voit pas très bien comment, et puis on trouvait que c’était pas tellement notre rôle. Franchement, on est complètement démuni par rapport aux enfants. Moi, avoir un caractère chrétien, c’était finalement essayer de donner tout ce que je pouvais aux enfants, essayer de les accueillir tels qu’ils étaient, essayer de les aider à progresser au maximum. Mais à part ça, je ne vois pas très bien comment on peut leur parler religion, etc. La plupart n’ont pas encore acquis le langage. (Infirmière, crèche ville)

41Le fait de situer l’expression de l’identité chrétienne de l’institution dans des valeurs incorporées aux comportements quotidiens, peut être l’expression d’une foi intense, tout comme l’expression d’une volonté de ne pas être en porte à faux avec l’identité affichée de l’institution, en la situant sur un terrain où comme non chrétien adhérant à des valeurs altruistes, il y a moyen d’y accorder son comportement. De plus, cette intériorisation de l’expression chrétienne permet de ne pas creuser d’oppositions entre les membres du personnel et conduit ainsi à minimiser les conflits. Ce ne serait pas le cas si l’identité chrétienne de l’institution devait se traduire dans des rituels extérieurs (faire une prière, etc.). Nous reviendrons plus loin sur les manières dont ce pluralisme est pratiquement géré dans les institutions et sur les menaces qui peuvent peser sur cette gestion.

3. La lecture de l’évolution des institutions

42Dans les crèches, la lecture de l’évolution de l’institution y est surtout faite en fonction de l’évolution de la conception du métier de puéricultrice et non en référence à l’identité chrétienne de l’institution.

—Tout ce qui est crèche et tout cela, cela a évolué énormément. Au niveau du regard qu’on pose sur l’enfant. (...) Je dirais que cela date des années septante. Quand je suis rentrée il y a cinq ans, c’étaient des lits le long des murs, et les enfants dans les relax. Maintenant il y a plein de tapis par terre (…). Ici on essaie de découvrir tout ce qu’un petit sait faire, de respecter d’abord ses rythmes, cela surtout chez le bébé et de l’aider à développer tout ce qui est possible en lui. Que ce soit au niveau musical ou d’autres choses. On croit possible de faire des activités spécifiques avec le jeune enfant et pas simplement de le regarder. (Assistante sociale, crèche banlieue)

43Dans les cliniques, l’évocation spontanée de l’identité chrétienne à propos de l’évolution des institutions est plus fréquente, surtout chez les personnes en position de direction. Dans ce cas, cette lecture de l’évolution est tantôt relativement neutre, tantôt plus négative. On regrette par exemple la quasi disparition des religieuses dans le personnel de la clinique et, parallèlement, la diminution du sens du dévouement. En revanche, d’autres interlocuteurs, également en position dirigeante, conçoivent très facilement que la disponibilité des infirmières laïques soit moindre que celle des religieuses qui opéraient auparavant.

— Un autre phénomène qui arrive aussi sur ces quinze années-là, c’est qu’il y a quinze ans il y avait peut-être encore sept ou huit religieuses qui étaient en activité, il en reste une ici à Saint-Hilaire. Toutes les autres sont pensionnées. Tout cela sont des phénomènes qui se sont passés finalement sur un laps de temps d’une quinzaine d’années. (...) Cela veut dire aussi que ce personnel-là a une autre disponibilité que vous et moi qui avons une femme et une famille qui nous attend à la fin de la journée, etc. (Cadre administratif, Saint-Hilaire)

4. Valeurs altruistes et pluralisme dans l’institution

44Si donc ces objectifs et identités professionnelles des différentes catégories de personnel dans les cliniques comme dans les crèches sont marqués par des valeurs altruistes, il faut souligner que ce peut être tant par des chrétiens que par des non chrétiens. Plusieurs interlocuteurs soulignent en effet que le contexte de ces institutions est pluraliste : le personnel comme la clientèle. Il apparaît en effet qu’il y a des problèmes de pénurie de main-d’oeuvre, en particulier en ce qui concerne les infirmières et les puéricultrices, pénurie qui conduit à ne pas pouvoir, même si on le souhaitait, tenir compte de la foi personnelle des candidats. De toute manière, une telle exigence n’apparaît ni dans les crèches, ni dans les cliniques.

— L’origine de la maison est une maison catholique, mais nous n’exigeons pas que les gens soient catholiques. Nous avons des médecins qui sortent de l’ULB, nous en avons qui sont athées franchement, et d’autres qui ne le sont pas. Camus était athée et pourtant il avait une certaine vision de l’homme, de l’humanisme. (Directeur administratif, Saint-Hilaire)

45L’essentiel semble donc d’adhérer à des qualités “humanistes” jugées importantes par rapport au projet initial de l’institution. Cet humanisme correspond assez largement à ce que nous avons décrit comme objectifs et qualités “altruistes” attendus du personnel de l’institution. Le pluralisme apparaît tout à fait accepté, voire valorisé. En effet, les convictions religieuses sont perçues comme une décision relevant du libre arbitre de la personne ; la religion devient de ce fait un thème relevant de la sphère privée qu’on aborde seulement avec le consentement de la personne. Dès lors, les contrôles à ce propos de la part d’une autorité organisationnelle sont relativement mal perçus et on attend au contraire une attitude d’ouverture.

— Q. : Est-ce qu’il y a eu déjà depuis que vous êtes ici des tensions ou des problèmes qui étaient liés au fait que vous êtes dans une institution chrétienne ?

— Non, jamais.

— Q. : Il n’y a jamais eu de problème de vie privée ?

— Non. A la crèche il n’y a jamais, jamais rien. Il y en a une qui est engagée, qui est divorcée, ça la soeur n’a jamais... que du contraire, c’est des gens qu’il faut pour elle davantage aider ; quand elle peut leur trouver un emploi ; et ici à l’école il y a aussi une institutrice divorcée et qui reste. C’est dans les primaires, et elle n’a pas été renvoyée ; c’était encore au moment où c’était aussi la soeur qui était directrice de l’école. Non, pour cela, elle a toujours été très correcte. Il faut l’admettre. (Assistante sociale, crèche banlieue)

46Même le directeur d’une des crèches, qui se sent le garant de l’identité catholique de l’institution, aborde néanmoins le problème en parlant de coupure claire entre la vie privée et la vie professionnelle. S’il se sent un droit de regard sur la vie privée, c’est lorsqu’elle affecte la vie professionnelle. La vie professionnelle n’est d’ailleurs pas présentée en faisant référence à l’identité chrétienne. C’est implicite dans son interview.

— Il y a des situations qui sont privées et d’autres qui sont professionnelles. Si une idée qu’on véhicule en privé a des répercussions sur le professionnel, là, je vous le dis tout de suite, je l’arrête. Et cela m’est demandé par le Pouvoir Organisateur. (...) Si une puéricultrice fait le choix de vivre d’une telle ou d’une telle manière, je ne veux pas que cela ait des répercussions au niveau du milieu professionnel. (...) On aurait quelqu’un de fou-fou, qui fait des sorties tous les week-ends dans le quartier ici et qui fait le dingue en dehors de la crèche, ça c’est clair qu’il y aurait des ripostes. Mais si chacun gère ça de manière claire, ce n’est pas moi que cela regarde.

— Q. : Quelles sont les situations privées — vous venez de donner un exemple — qui auront un effet sur le fonctionnement de votre service ? Pour parler clairement, s’il y a une puéricultrice qui divorce, cela vous semble des choses qui interfèrent avec la vie professionnelle ?

— Non. Pas du tout. Mais on pourrait soupçonner des choses plus graves qui existent, j’en connais. Deux puéricultrices qui deviendraient de plus en plus familières et qui auraient des relations un petit peu anormales entre elles. Cela je ne l’accepterais pas, parce que ce serait à la crèche, cela aurait des répercussions, deux personnes qui feraient le choix de vivre ensemble, homosexuelles. Disons que la vie privée peut être ce qu’elle est, mais doit bien rester indépendante de la vie professionnelle. (...) La règle c’est que ce qui est privé est privé, et ce qui est professionnel est professionnel. (...) D’ailleurs, c’est quelque chose qui se vit très, très bien : on ne s’interroge pas beaucoup sur le vécu privé des gens, si ce n’est pour demander des nouvelles ou pour fêter quelque chose. Oui, fêter on fait souvent ; on va fêter un mariage, on va fêter une mise à la retraite, cela va se fêter largement, une belle petite fête. Mais pas l’inverse, pas chercher à savoir. (Directeur, crèche banlieue)

47L’ensemble de ces extraits souligne en fait une tension entre ce que nous appellerons, dans les termes de Louis Dumont (1983) une logique individualiste et une logique holiste. D’une part, en effet les membres des institutions, chrétiens ou non, partagent à l’évidence la logique individualiste qui sous-tend les valeurs démocratiques : selon cette logique, il est fondamental de préserver et de valoriser la liberté individuelle de conscience, en particulier la liberté de croire ou de ne pas croire, dans la mesure où l’institution, le tout social est toujours appréhendé comme subordonné par rapport aux individus. Toute forme de croyance “obligatoire” qui s’imposerait à un individu en vertu d’une appartenance collective à un groupe ou à une institution, est dès lors dévalorisée parce que typique d’une logique holiste. Ainsi, la plupart des interlocuteurs admettent le pluralisme au sein des institutions concernées, pour autant qu’un certain nombre de conditions soient respectées (voir plus loin). Dans cette logique, la seule façon dont l’identité chrétienne d’une institution peut alors être perpétuée et garantie est qu’elle parvienne à recruter suffisamment de membres qui aient opté librement pour la foi chrétienne. Or, on l’a souligné, cette condition paraît peu réalisée au niveau du personnel de base ou des usagers. Le seul niveau où l’adhésion à l’identité chrétienne semble plus homogène est celui des dirigeants, en raison des mécanismes de sélection de ceux-ci. On verra plus loin comment les institutions parviennent à conjuguer pratiquement cette exigence de respect des convictions de chacun et le souci de conserver, voire d’affirmer clairement, l’identité chrétienne de l’institution.

2e partie. L’identité chrétienne et les transactions internes

Objet et méthode

48L’identité philosophique d’une institution est le plus souvent affirmée dans les chartes officielles, les documents fondateurs qui en rappellent les missions de base. Ces objectifs officiels ne sont bien entendu pas la seule ni même la principale source des orientations pratiques des membres d’une organisation. S’interroger dès lors sur la référence chrétienne dans la pratique et le sens vécu des membres d’une institution chrétienne (une crèche, un hôpital...) suppose qu’on s’interroge sur les multiples manières dont l’identité chrétienne va être ou non mobilisée dans les interactions quotidiennes, dans le travail qui s’y opère.

49Bien sûr, du fait qu’elle est reprise comme mission officielle d’une institution, l’identité chrétienne va intervenir dans le sens vécu de ses membres. En effet, comme l’ont montré les sociologues des organisations, les objectifs officiels d’une organisation ont une double fonction : fonction cognitive car ils fournissent aux membres un stock de significations qui peuvent donner sens à leurs pratiques, voire orienter leurs conduites ; fonction de légitimation des activités de l’organisation car ils constituent des critères de valorisation et d’évaluation de ce que l’organisation poursuit ou doit poursuivre. Dans les débats internes à l’organisation sur les activités et les structures, les acteurs se référeront dès lors souvent à ces buts officiels pour légitimer leurs prises de position ou leurs actions.

50Cependant, l’identité chrétienne des institutions sociales et de santé n’est pas une réalité dont le sens existerait de façon universelle et définitive, une sorte de dogme indépendant de la façon dont il est réinterprété par ceux qui s’en réclament. D’autre part, comme on l’a vu plus haut, tous les membres des institutions chrétiennes ne se définissent pas forcément sur le plan personnel comme chrétiens. Dans cette situation, il est alors important de comprendre comment l’identité chrétienne des institutions sociales et de santé est une réalité qui se construit et se modifie insensiblement dans les interactions concrètes des membres de ces institutions. Notre propos est de proposer quelques schémas d’intelligibilité permettant de mieux comprendre les processus et les dynamiques qui contribuent à faire exister et évoluer ce qui est perçu et vécu comme typique de l’identité chrétienne dans ces institutions.

  • 2 Pour plus de détails sur la méthode de recherche voir le rapport de recherche “L’identité chrétienn (...)

51On y procédera en se référant à des résultats qui ont pu être produits grâce à une stratégie de recherche basée sur la constitution de deux groupes d’analyse, composés de volontaires issus de diverses catégories du personnel de ces organisations : un “groupe-crèches” comprenant des puéricultrices, un directeur, des infirmières ou assistantes sociales issus de deux crèches chrétiennes de la région bruxelloise, et un “groupe-cliniques” comprenant des médecins, des infirmières, des chefs de nursing, ainsi qu’un membre de la direction, issus de deux hôpitaux2.

52L’objet de ce deuxième volet de la recherche est donc d’analyser les processus de transaction qui s’opèrent entre les membres de l’organisation et le rôle que l’identité chrétienne de l’institution y joue, soit lorsque cette identité chrétienne (ici les objectifs officiels) est directement en jeu, soit lorsqu’elle est utilisée comme ressource dans des transactions entre les membres portant sur d’autres objets (le temps de travail, les relations aux usagers, etc.).

53On considère donc les organisations contactées comme des coalitions d’acteurs qui d’une part coopèrent en vue de la réalisation de l’activité de base de l’organisation, mais s’efforcent aussi, de façon formelle ou informelle, de peser sur l’activité des autres, en vue de se ménager une marge de manoeuvre, de poursuivre leurs propres buts ou priorités. De ce fait, l’organisation est simultanément un lieu de coopération mais également un heu permanent de luttes larvées ou ouvertes, de négociations formelles ou informelles, un lieu où s’opèrent en permanence des transactions symboliques ou matérielles.

  • 3 Voir par exemple Jean Remy et Marcel Saint-Jacques, « L’école comme modalité de transaction sociale (...)

54Le concept de transaction proposé par Jean Remy3 désigne en effet des processus sous-jacents aux interactions des membres de l’organisation, processus implicites de régulation de la justice des échanges entre des acteurs placés en position inégale. Il s’agit de fixer les termes de l’échange au travers de procédures différentes de celles de la négociation formelle et explicite. La négociation formelle suppose en effet des procédures explicites de négociation, sur des points précis, à des moments délimités, avec un fond de méfiance relative entre les acteurs dont les accords seront le plus souvent consignés par écrit. La transaction se réfère davantage à des processus implicites, diffus, continus entre des acteurs qui souhaitent maintenir une forme de confiance entre eux.

55Le travail au sein des deux groupes constitués consiste à analyser collectivement des situations rapportées par le “récit” d’un des participants. Ces situations sont choisies par les membres du groupe en référence au thème de la recherche sur “l’identité chrétienne des institutions”. Une première caractéristique de la méthode est donc de porter sur des histoires vécues, rapportées par les participants. La pratique des participants constitue donc le premier objet d’analyse tandis que le contenu même des récits constitue une première source d’informations sur la référence à l’identité chrétienne dans la définition des situations professionnelles et sur le rôle de l’identité chrétienne dans les transactions entre ces membres.

56A priori, l’intérêt de ce travail est ici essentiellement exploratoire dans la mesure où les récits analysés sont en nombre limité (trois pour les deux groupes) et choisis par un nombre limité de membres des organisations de référence. Cette double limitation induit qu’on ne peut prétendre avoir constitué au travers de ces récits, un échantillon représentatif des “situations” où l’identité chrétienne des institutions est en jeu, dans les transactions internes entre membres. Néanmoins, le matériau produit constitue un matériau exploratoire d’autant plus intéressant que les situations analysées ont été choisies après débat parmi plusieurs offres concurrentes par le groupe de participants (groupe hétérogène représentant les différentes catégories de personnel) en fonction de leur pertinence par rapport à l’objet de la recherche.

57Toutefois, le matériau le plus intéressant pour notre objet ne se limite pas aux expériences relatées : il comprend aussi et peut-être surtout la dynamique propre au groupe d’analyse qui est significative, du point de vue de l’analyse, des transactions symboliques internes à l’institution. Autrement dit, au cours même du processus de travail en groupe s’opèrent des transactions symboliques entre les membres du groupe que l’on peut considérer, par hypothèse et pour autant qu’on tienne compte des modalités particulières du travail des groupes (animation assurée par des chercheurs, partage des temps de parole...) comme révélatrices des processus qui s’opèrent dans la réalité des institutions dont les membres du groupe sont issus.

58C’est au cours même de l’analyse collective des situations rapportées dans le “récit” du narrateur que nous nous donnons une chance de saisir les transactions qui s’opèrent soit lorsque l’identité chrétienne de l’institution est en jeu (ce qui sera le cas dans le deuxième récit du groupe-crèches), soit lorsque l’identité chrétienne de l’institution est utilisée comme ressource dans les transactions qui s’opèrent à propos d’autres réalités de l’institution (par exemple la gestion des plaintes des patients dans les cliniques). La fécondité heuristique de cette démarche et la pertinence des résultats produits ont trouvé confirmation dans la phase finale de l’intervention, au moment où, dans les deux groupes, les interprétations ont été validées par les participants et où la centralité des processus mis au jour a été réaffirmée. Ainsi, pour limité que soit ici son champ d’application, la démarche donne accès à l’examen de processus centraux vécus peu ou prou dans toutes les institutions qui se réclament de l’identité chrétienne. Sans doute d’autres processus n’ont-ils pas été mis au jour par la recherche mais on peut au moins soutenir que ceux qui l’ont été sont loin d’être marginaux et qu’ils ont été analysés en profondeur, qui plus est sous le contrôle direct et avec la participation d’acteurs institutionnels directement confrontés, dans leur travail quotidien, à l’objet de cette étude. Ainsi déborde-t-on finalement, lorsque le travail aboutit, d’une simple prétention exploratoire.

59Deux “récits” sont présentés ici. Ils permettent chacun de mettre en évidence les ressorts d’un processus implicite de transaction entre les participants. Dans le premier, la transaction porte sur l’évitement des conflits identitaires, entre identité philosophique des membres de l’institution d’une part et identité officielle de l’institution d’autre part. Dans ce récit, le rôle de l’image externe et des tiers (usagers de l’institution) dans la transaction est particulièrement clair. Il en résulte que l’identité chrétienne de l’institution peut apparaître comme une force de référence mais aussi comme une réalité dont le sens est endogène, collectivement entretenu par les membres de l’institution. Dans le second récit, la transaction porte sur la régulation de la justice des rapports entre patients et infirmières et, au-delà, entre infirmières et direction de la clinique. Le rôle de référents idéologiques (ici la doctrine, ou les valeurs chrétiennes) comme ressources symbolique dans la transaction y est particulièrement apparent. Un troisième récit pourtant analysé avec fruit n’est pas repris dans ce texte de synthèse. Il porte essentiellement sur les valeurs altruistes déjà abondamment développées plus haut et son analyse recoupe, dans une large mesure, les enseignements des entretiens qu’elle confirme pour l’essentiel. Il est cependant présenté de manière détaillée dans le rapport de recherche.

L’identité chrétienne comme référence ambiguë (analyse du premier récit)

60Le premier récit est celui d’un directeur de crèche qui s’est trouvé embarassé d’avoir engagé, à son insu, une puéricultrice qui s’est révélée par la suite être témoin de Jéhovah. L’histoire est la suivante. Devant procéder à un remplacement temporaire, il engage dans l’urgence une jeune puéricultrice parce qu’elle lui a “fait bonne impression”, sans l’interroger sur ses opinions religieuses. Cette embauche s’opère dans un contexte de pénurie de ce type de personnel. Tout se passe bien au début : la personne est en effet très compétente et a une très bonne relation aux enfants. Mises à part quelques remarques de sa part sur les crucifix ou la localisation de la chapelle, tout le monde est content d’elle. Mais quelques semaines plus tard, un coup de téléphone d’un membre du Pouvoir Organisateur du prégardiennat (PO), suivi de visites de plusieurs familles d’élèves, obligent le directeur à réagir. Cette nouvelle puéricultrice a organisé et participé à une “manifestation anticatholique”, dirigée contre une “kermesse paroissiale” dans le quartier des familles et du membre du PO qui sont venus trouver le directeur pour protester et dénoncer la situation. Le directeur est alors amené non pas à la licencier mais à ne pas renouveller son contrat.

61L’examen de ce récit mais également celui des réactions et des interprétations des membres du groupe d’analyse ont conduit à mettre en évidence à quel point l’image externe et interne de l’organisation, en particulier en ce qui concerne sa dimension chrétienne, était le résultat fragile d’un travail des membres de l’organisation vis-à-vis des tiers mais aussi vis-à-vis d’eux mêmes visant à la fois à protéger cette image tout en respectant leur pluralisme de fait (des usagers, du personnel). En effet, l’institution peut continuer à visibiliser son image chrétienne à l’extérieur, si tous les acteurs contribuent par leurs comportements à euphémiser le pluralisme qui traverse l’institution. Ce pluralisme constitue, par son existence même, un élément de fragilisation d’une identité officielle, que tous dès lors contribuent le plus souvent à protéger. Les hypothèses suivantes ont été proposées pour rendre compte de la situation relatée, mais aussi pour donner sens aux pratiques d’interprétation de la situation que le dispositif méthodologique a suscité parmi les membres du groupe d’analyse.

62Première idée : Les institutions chrétiennes en général, et en particulier la crèche et le prégardiennat auxquels il a été fait référence dans le récit, vivent une tension fondamentale entre deux réalités. D’une part, le projet officiel de l’institution est un projet chrétien. Ce projet sous-tend une présentation de l’institution autant à destination des membres de l’institution que des personnes externes (par exemple les usagers, les membres du PO, etc.). L’image externe et interne de l’institution est donc connotée chrétiennement. D’autre part, l’institution est “pluraliste” dans les faits. Les usagers (parents), les membres du personnel, les directions ne sont pas tous chrétiens, a fortiori chrétiens pratiquants, engagés, etc. Autrement dit le rapport personnel à la religion catholique est éminemment variable et on peut faire l’hypothèse que le pluralisme est croissant lorsqu’on passe des directions au personnel (en raison de la sélection des directions qui se fait davantage sur base d’une adhésion pratique au projet religieux que pour les membres du personnel de base), et qu’il est encore plus marqué au niveau des usagers.

63Deuxième idée : Pour gérer cette tension, les directions comme les membres du personnel développent toute une stratégie d’évitement du conflit qui se traduit dans des conduites d’euphémisation de la tension décrite plus haut. Un certain nombre de comportements vont être découragés ou encouragés de façon à atténuer les effets concrets du pluralisme, notamment sur l’image que l’institution pourrait donner d’elle-même à l’extérieur. Ainsi, il va de soi que les membres du personnel n’ont pas à manifester des opinions ou des convictions opposées au projet officiel de l’institution, même s’ils ne partagent pas la foi chrétienne. Comme le montre très explicitement les interprétations des membres du groupe, il ne faut pas ternir l’image de l’institution vis-à-vis de l’extérieur. C’est bien ce que n’a pas fait le témoin de Jéhovah et c’est ce qu’on lui reproche.

64Il existe bien des manières par lesquelles les membres du personnel et la direction s’accordent en pratique pour euphémiser le pluralisme interne. On observe d’abord une occultation de la dimension chrétienne au moment de l’embauche. Le directeur ne demande pas clairement à une candidate pour une fonction vacante dans l’institution comment elle se situe à l’égard de l’identité chrétienne de l’institution. Même s’il le regrette, le directeur ne soulève pas ou très rarement cette question à l’embauche. On le comprend d’ailleurs : en situation de pénurie de main-d’œuvre, il risquerait soit de ne pas pouvoir trouver quelqu’un qui convienne du point de vue des critères religieux, soit de devoir engager quelqu’un qui n’est pas chrétien (mais qui convient techniquement), et de se le voir reprocher plus tard si un problème survenait. De manière symétrique, les membres du personnel ne vont pas volontiers donner à voir qu’ils ne sont pas ou plus chrétiens, si tel est le cas. On pense, à tort ou à raison, qu’on court un risque à s’afficher non chrétien. Ainsi, Alice, assistante sociale, insiste sur le fait qu’on se présente à l’embauche en tenant compte du caractère catholique de l’institution : “Celui qui va se faire embaucher dans une institution catholique, il sait aussi qu’il y a une manière de se comporter, c’est clair. Moi quand je me suis fait engagée, je me suis habillée et conduite d’une certaine façon, c’est sûr. Quand on cherche du travail, on ne va pas étaler... c’est normal qu’elle n’ait pas dit qu’elle était témoin de Jéhovah”.

65Au-delà de l’embauche, les risques inhérents à une situation de pluralisme vont être conjurés en internalisant les exigences concrètes liées à l’identité chrétienne de l’institution. Les aspects les plus ritualisés, les plus extérieurs de manifestation de l’adhésion à la foi chrétienne sont ainsi récusés par les membres de l’institution comme des témoignages qui risquent d’être des signes formels et extérieurs d’adhésion. La véritable adhésion est intérieure, se traduit dans les pratiques et les attitudes et n’a pas besoin de ces signes ritualisés. Ainsi, dans les deux crèches, il a été question de transmission de la foi chrétienne aux enfants au travers de petits rituels. Par exemple dans la crèche de banlieue, le directeur (Michel) déclare qu’il aimerait que les puéricultrices soient capables de passer de la musique religieuse, par exemple à la période de Noël ; une autre directrice dans l’autre crèche, avait demandé aux puéricultrices d’apprendre aux enfants à “donner des bisous à Jésus”, à lui dire bonjour tous les matins comme ils le font avec la puéricultrice et les autres enfants. Toutes les puéricultrices du groupe étaient loin d’être opposées à de tels rituels, qui sont des manifestations visibles d’adhésion à la foi chrétienne. Cependant, dans la crèche du centre-ville, le staff de la crèche s’est mis d’accord pour ne pas reprendre ce rituel, dans la mesure où, d’une part, les enfants ont été jugés trop petits pour cela et que d’autre part, l’adhésion et la transmission de l’adhésion à la foi chrétienne sont censées être mieux exprimées et réalisées à travers le vécu des puéricultrices, à travers l’intériorisation dans leur pratique des valeurs jugées chrétiennes. Les exigences liées à l’identité chrétienne de l’institution sont ainsi internalisées. Sans mettre en question la sincérité de telles options, on peut remarquer que, sur le plan de la logique objective (indépendamment de la conscience qu’en ont les acteurs), elles permettent de réguler les tensions qui peuvent naître d’écarts dans l’adhésion à la foi chrétienne. Cela peut mettre d’accord des chrétiens engagés qui ne peuvent se satisfaire d’une adhésion formelle à la foi, limitée à l’accomplissement de rituels extérieurs, mais aussi des non croyants qui se sentent incapables d’accomplir certains rituels sans se trahir, mais qui peuvent être d’accord avec des valeurs humanistes, éventuellement d’origine chrétienne (le respect des différences, l’attention aux plus démunis, le souci de justice, etc.). En internalisant les exigences liées à l’identité chrétienne, on se donne le maximum de chances de réguler la tension entre le projet officiel et les écarts de croyance parmi le personnel.

66Une autre façon d’euphémiser la réalité du pluralisme consiste à euphémiser la non croyance et se traduit dans la manière de désigner les membres du personnel qui, provisoirement ou à plus long terme, ne se sentent plus croyants ou moins croyants (avec tous les degrés et variantes individuelles imaginables). On constate tout d’abord que ces personnes elles-mêmes vont rarement dire de façon assez crue : “Je n’y crois plus”. Ainsi, lors d’un dialogue entre Michel et Nathalie, une puéricultrice de l’autre crèche, il a fallu la tension dramatique du travail d’interprétation pour que Nathalie en arrive à demander progressivement à Michel s’il l’engagerait “alors qu’elle a des doutes” (au début de l’interaction), puis de plus en plus explicitement “alors qu’elle met ses enfants à l’école communale”. S’il faut vraiment admettre qu’on n’est plus croyant, on se présentera d’abord en disant “qu’on a des doutes” ou “qu’on est en recherche”, vocabulaire que la direction reprendra également. Ainsi, par exemple, Michel, dans ses interventions dans la phase d’interprétation du récit, a souvent parlé de gens qui pourraient venir le trouver parce qu’ils se posent des questions, qu’ils “ne sont pas très loin” du point de vue de la foi, “qu’ils sont en recherche”, etc. On euphémise là encore le pluralisme puisque les personnes non croyantes sont toujours présentées comme cherchant à renouer avec la foi, ce qui n’est pas forcément vrai. A nouveau, cette euphémisation du pluralisme permet de diminuer la tension : le directeur accepte l’image que les gens donnent d’eux-mêmes et leur fait crédit de leur identité affirmée, car cette identité sauvegarde l’image que l’institution souhaite donner d’elle-même à l’extérieur.

67Corrélativement, on comprend alors que les membres de l’institution dénient toute proposition qui risquerait de laisser penser que le personnel est plus pluraliste qu’on ne le pense ou qu’il n’est pas si chrétien que cela. On ne peut donc pas vraiment reconnaître publiquement le fait du pluralisme et s’il le faut vraiment, on s’affichera chrétien. Ainsi, à la fin d’une séance, dans les “coulisses” de l’intervention, soit sur le parking, Cécile, une autre puéricultrice, déclare : “La prochaine fois, j’apporte un chapelet”. Cette déclaration intervient après qu’on ait proposé au groupe l’hypothèse que l’identité professionnelle des puéricultrices ne se construit pas en référence à l’identité chrétienne. Cette hypothèse a été rejetée par Michel qui a d’ailleurs été approuvé par tous dans son rejet, notamment par Cécile : on est tous chrétiens même si on ne le dit pas explicitement, par la façon dont est vécu en pratique le métier de puéricultrice. En disant qu’elle apportera son chapelet pour bien marquer son identité chrétienne, Cécile exprime seulement de façon presque explicite les craintes suscitées par le dévoilement du pluralisme : disons alors plus explicitement encore qu’on est chrétien, par exemple en apportant un chapelet. Une telle volonté peut d’ailleurs se comprendre comme une volonté de se protéger ex ante des contrôles ou problèmes potentiels auxquels conduirait la révélation du fait qu’il y a (divorce potentiel dans une institution entre le projet officiel et le pluralisme des membres du personnel. Cela dévoile l’enjeu qu’il y a à euphémiser le pluralisme pour ne pas nuire à l’image externe de l’institution. La procédure de recherche reproduit donc une scène “publique” (le groupe) où les membres de l’institution cherchent à maîtriser les impressions qu’ils suscitent chez les chercheurs, du point de vue de l’identité chrétienne. Ils cherchent à contrôler l’image qu’ils donnent d’eux-mêmes et de leur institution. Dans cette logique, on observe, du moins dans les premiers temps, une dénégation du pluralisme de fait qui est vécu comme ce que les thérapeutes familiaux appellent “un secret de famille”, que personne n’ignore mais qui ne peut pas être révélé à l’extérieur (Watzlawick, Weakland, Fish, 1975, p. 61). Il en va de même dans le secret dont parle Bourdieu (1980, pp. 167-189) dans “Le Sens pratique”, à propos de la vérité de l’intérêt dans les échanges de dons, qui constitue à la fois le mieux et le plus mal protégé des secrets puisque tout le monde le connaît mais chacun le protège.

68En résumé, les acteurs vont toujours veiller à préserver l’image que chaque personne donne d’elle-même. Les membres du personnel (a fortiori la direction) vont veiller à ne pas contredire l’image officielle chrétienne de l’institution en euphémisant le pluralisme. La direction ne va pas mettre en doute les identités revendiquées par les membres de l’institution. Elle acceptera, jusqu’à un certain point, leurs doutes et leurs “recherches”, et elle admettra que l’essentiel des questions de foi soit intériorisé. En définitive, chacun donne une image de soi, de l’autre ou de l’institution compatible avec le projet officiel de l’institution, images que tous vont s’efforcer de ne pas remettre en cause. Ainsi, tous collaborent à la construction sociale d’une fiction : une institution chrétienne où tous sont “par définition” chrétiens.

69Cette construction peut théoriquement être ébranlée dans deux types de circonstances. D’abord, si le projet officiel est réaffirmé et qu’une direction exige par exemple davantage de marques visibles de ce projet dans la pratique des membres de l’institution. C’est ce qui s’est passé lorsqu’une ancienne directrice d’une des crèches a demandé aux membres de l’institution d’apprendre aux enfants à “donner des bisous à Jésus”. Une telle demande aiguise incontestablement la tension et rend plus difficile la stratégie d’euphémisation du pluralisme. L’accentuation du pluralisme peut également être le fait des membres du personnel qui contribuent alors à l’accentuation de la tension à gérer. La fiction évoquée se trouve particulièrement mise à mal, quand survient ce que nous appellerons, en nous inspirant de E. Morin (1969, pp. 246250), une “crise-événement”, comme l’embauche imprévue d’un témoin de Jéhovah qui, en raison de ses croyances particulières, ne joue pas le jeu de l’euphémisation et met en pleine lumière la réalité du pluralisme qu’on s’efforce d’atténuer. La crise-événement générée par le témoin de Jéhovah provoque une rupture dans la gestion de la tension entre pluralisme et image officielle chrétienne, gestion principalement assurée par l’euphémisation.

L’identité chrétienne comme ressource dans les transactions internes (analyse du deuxième récit)

70Le deuxième récit met en évidence d’autres processus intéressants du point de vue des modes de régulation de l’agir collectif dans un ensemble organisé. Ce qui est en effet en jeu ici ce sont d’abord les termes de l’échange entre patients et infirmières, la définition de ce qu’il est juste qu’elle donnent en contrepartie de leur rétribution, et la transaction symbolique que cela induit quant à la définition du métier d’infirmière. De plus, ce récit révèle les tensions qui surgissent lors de la recherche d’un nouveau mode de régulation. Avec Jean-Daniel Raynaud (1989), on entend par là les processus par lesquels des acteurs, aux intérêts partiellement divergents aboutissent à des accords sur un ensemble de “règles” provisoires, locales et acceptables pour chacune des parties. Ces processus relèvent essentiellement de négociations et de transactions, à la fois explicites et implicites, formalisées et informelles, centrales et locales.

71Soeur Evelyne est directrice adjointe du nursing dans une grande clinique chrétienne. Elle raconte que la direction de l’hôpital recevait beaucoup de lettre de plaintes de patients à propos d’un service infirmier particulier. Elle avait été chargée par la direction d’améliorer la situation. Un jour, elle a reçu une lettre de patiente particulièrement dure à l’égard de ce service. Elle décide alors de voir toute l’équipe d’infirmières et plus seulement l’infirmière chef. “J’ai essayé d’abord de me calmer, rapporte-t-elle, puis je suis montée et j’ai dit : ‘je voudrais parler à toute l’équipe’. Et l’équipe est venue. Elles étaient sous le stress du travail, je comprends ça. Et j e leur ai dit : ‘Voilà, depuis quelque temps, je reçois assez bien de lettres de plaintes des patients. C’est quand même triste, vous vous démenez ici toute la journée et..., le soir, vous êtes fatiguées, épuisées. Est-ce que vous êtes contentes de votre travail ? Parce que c’est quand même triste de devoir entendre que vous n’êtes pas gentilles, que les infirmières sont dures, que les infirmières sont ci et ça. Enfin, moi je suis triste’. Je leur ai dit que j’étais triste. Alors elles ont dit : ‘Oui, c’est vrai, Soeur’. Et l’une ou l’autre a dit : ‘Oui, c’est vrai, moi je me suis énervée sur une personne comme ça et c’était à cause de ça et à cause de ça...’. Je dis : ‘Je peux vous comprendre mais je ne peux pas vous donner raison’, parce qu’elles avaient beaucoup de travail. Je dis : ‘Je peux vous comprendre, mais vous n’avez pas raison. Ça n’est pas possible’”. Le lendemain, jour du Mercredi des Cendres, des infirmières demandent à l’équipe pastorale de passage de pouvoir recevoir les cendres. Soeur Evelyne s’en réjouit, elle trouve cette réaction de demande de pardon particulièrement appropriée. Par la suite, elle constate une amélioration ; les infirmières ont fait un effort, comme elle le souhaitait. Elle conclut en disant : “Je trouvais que c’était quand même important dans une clinique chrétienne de soigner quand même la relation. Je sais que toutes les cliniques à Bruxelles, même les C.A.P., les gens essaient d’agir d’une façon humaine avec les patients et je crois que, finalement, c’est quand même un peu ça qui fait la différence, tout en disant que, dans les C.A.P. et partout, on veille à bien soigner les malades, à respecter les malades et avoir aussi des relations positives avec les malades.”

72A la suite du travail d’analyse collective de ce récit, les hypothèses suivantes ont été présentées au groupe afin d’élucider davantage la situation décrite par Evelyne et d’éclairer certaines des interprétations, tantôt divergentes tantôt convergentes, apparues dans le travail de groupe. On peut présenter ces hypothèses en trois temps (voir schéma 1).

73Les infirmières sont soumises à des demandes partiellement contradictoires qui résultent de différentes demandes ou pressions faites aux cliniques par des acteurs ou segments clés de leur environnement. On demande en fait aux infirmières d’être à la fois des techniciennes efficaces et des personnes conviviales, “gentilles”, aptes à répondre aux besoins relationnels et psychologiques des patients de la clinique. Comme illustré dans le schéma 4 ci-dessous (p. 150), ce double rôle que doit tenir l’infirmière résulte de demandes “incontournables” d’acteurs clés de l’environnement de la clinique.

74Dans la mesure où la direction d’un hôpital souhaite améliorer sa position concurrentielle dans le champ hospitalier et souhaite voir son activité se maintenir ou croître dans de bonnes conditions financières, on comprend que la satisfaction des demandes (des médecins comme des patients) de technicisation des soins devienne relativement impérative pour la direction de l’hôpital. S’il en a les moyens financiers et les ressources en compétences humaines, l’hôpital a tout intérêt à favoriser la modernisation technologique des actes médicaux. Il en résulte la tendance à la technicisation du travail des infirmières. Parallèlement, les restrictions financières imposées par l’Etat conduisent, selon les dires des membres du groupe, à une intensification du travail, à une accentuation de sa standardisation et à une recherche de “gains de productivité” au travers d’une meilleure organisation du travail. L’infirmière se doit donc aussi d’être plus efficace. Mais la technicisation et l’exigence d’efficacité du travail infirmier ne font pas facilement bon ménage avec d’autres qualités plus humaines qui restent toujours attendues de l’infirmière : la convivialité, la gentillesse, le sourire, etc. Loin de se contenter d’un traitement techniquement satisfaisant, le patient demande aussi à n’être pas considéré comme un “cas”, une “maladie” mais plutôt comme une personne souffrante, malade, et qui, comme telle, a droit à une attention particulière dans le cadre d’une relation “humaine”. Dans la mesure où cette attente fait partie des préférences du patient et que celui-ci a le choix de la clinique dans un univers où l’offre est relativement excédentaire, cette demande devient elle aussi relativement incontournable du point de vue du sommet stratégique de l’hôpital. La référence chrétienne va aider à gérer les tensions entre les demandes contradictoires qui s’adressent à l’infirmière.

75Le récit révèle en partie le mode de réponse de la direction aux plaintes des patients. La direction du nursing est mandatée par le conseil de direction pour faire diminuer ces plaintes dans le service visé. Autrement dit, les acteurs du sommet stratégique veillent à ce que les patients soient satisfaits non seulement sur le plan de la qualité technique mais aussi de la qualité humaine du traitement. Ils remplissent là leur rôle de garant du pilotage d’ensemble de l’organisation qui doit s’efforcer au minimum de survivre et au mieux d’améliorer la manière dont elle remplit ses missions. La direction souhaite donc que le personnel infirmier soit aussi attentif que possible aux patients et cela malgré les conditions de travail et les surcharges temporaires. C’est ce qu’ont exprimé dans les tours de table Jacques, médecin chef de service, Evelyne, directrice adjointe du nursing et aussi Marie, une infirmière qui fait sienne l’optique des dirigeants. Autrement dit, ils souhaitent que l’infirmière soit à la fois conviviale et technicienne efficace. A l’opposé, on a vu que plusieurs autres infirmières, un chef infirmier et un médecin souhaitaient aussi que le personnel infirmier ou plus largement soignant aient des relations conviviales avec les patients, mais pas à n’importe quel prix. Si les malades sont capricieux, si leurs demandes ou leurs plaintes sont jugées futiles et non légitimes (demande de pistolets, etc.), ou encore si le personnel affecté au service est insuffisant, il est, à leurs yeux, normal que certaines demandes des patients ne soient pas satisfaites, il est légitime que l’infirmière ne puisse être toujours “gentille” ou conviviale. Autrement dit, pour ces personnes, il n’est pas toujours possible d’être à la fois conviviale et efficace ou bonne technicienne. On voit donc que dans le groupe s’est constituée une divergence de vue sur ce qu’il est légitime d’attendre de l’infirmière dans son comportement face aux patients. S’il y a accord sur un objectif général de satisfaire les patients, de répondre non seulement à leur demandes d’un traitement médical de qualité, mais aussi d’un traitement relationnel et humain satisfaisant, il y a cependant un désaccord sur les moyens nécessaires pour aboutir à ce résultat. Pour une partie du groupe dont aucun n’est proche du sommet stratégique des cliniques, les infirmières ne peuvent aboutir à ce résultat si elles sont dans un contexte de surcharge de travail, si les patients sont capricieux. Pour l’autre partie du groupe dont deux membres sont plus proches de la direction de l’hôpital, il faut au contraire aboutir à ce résultat quels que soient la surcharge de travail et les caprices des patients.

76Cette différence de point de vue traduit en fait une divergence d’intérêt qui génère une situation conflictuelle dans une organisation. Une situation conflictuelle peut alors donner lieu à différentes formes d’activités politiques. Pour Pfeffer (1981) “les activités politiques dans les organisations comprennent les activités au sein des organisations visant à acquérir, développer ou utiliser le pouvoir et d’autres ressources en vue d’obtenir un résultat plutôt qu’un autre, dans une situation où il y a divergence ou incertitude sur les choix”. Ce sera notamment le cas lorsque l’enjeu du conflit est important. Dans le cas qui nous occupe, l’activité politique est essentiellement symbolique et a pour enjeu le comportement des infirmières à l’égard des patients. La question est en effet de savoir comment des acteurs aux objectifs et intérêts partiellement divergents vont résoudre leurs divergences, en particulier comment la direction va tâcher de contraindre ou de persuader l’équipe soignante d’avoir de bonnes relations avec les patients et comment, à l’opposé, l’équipe soignante va chercher à préserver ses conditions de travail.

77Les tours de table pendant lesquels les membres du groupe ont interprété le récit d’Evelyne peuvent être analysés comme les moments d’un processus de transaction autour de la justice des relations entre infirmière et patient ainsi qu’entre infirmières et direction, processus construit artificiellement par le dispositif méthodologique. En effet au cours des tours de table qui constituent une phase du travail en groupe, les différents acteurs tentent de faire prévaloir une définition sociale du “métier d’infirmière”, très différente selon la position occupée dans l’institution. Cette définition porte en particulier sur ce qu’il est juste et légitime d’attendre de l’infirmière, dans un contexte de surcharge et de technicisation croissante du travail. Cette définition du juste et de l’injuste a dès lors un impact considérable sur les termes de l’échange entre les membres de l’organisation, particulièrement sur les relations de pouvoir entre la direction (médicale, du nursing) et les opérateurs de base que sont les infirmières.

78On peut effet poser après Pfeffer ou Crozier qu’une relation de pouvoir est une relation d’échange, de dépendance mutuelle où l’un des partenaires est en position minorisée, car il est plus dépendant que l’autre. Dans ce cas, il n’est pas en position de pouvoir refuser ce qu’on lui demande, ou d’imposer à d’autres certaines demandes. Si on examine les ressources maîtrisées par les directions de clinique face aux infirmières, la relation de pouvoir entre la clinique et une infirmière individuelle est en faveur de la clinique. L’infirmière a besoin des ressources détenues par l’organisation pour sa survie matérielle, elle dépend de la clinique pour son emploi, la qualité de ses horaires, etc. A l’inverse, la clinique peut remplacer une infirmière. Cependant, dans un contexte de pénurie d’infirmières sur le marché du travail, la clinique réfléchira à deux fois avant de sanctionner une infirmière par un licenciement par exemple. Le rapport de pouvoir s’équilibre également si, dans le même contexte de pénurie de main-d’oeuvre, les infirmières se coalisent sous forme de coordinations syndicales, comme ce fut le cas ces dernières années et ces derniers mois en Belgique, peu de temps après la fin des séances de travail.

79La définition du juste et de l’injuste, la définition du cadre normatif, d’un système d’évidences à partir duquel les acteurs jugent ce qu’il est légitime d’attendre de l’infirmière est alors très important dans la définition des positions respectives des acteurs. En effet, même en position inférieure, l’infirmière n’est pas totalement démunie. Si la direction lui demande par exemple d’être “gentille” malgré la surcharge du travail, et que cette demande apparaît “injuste” ou “illégitime” à ses collègues en raison des conditions de travail qui lui sont faites, l’infirmière pourra plus facilement trouver des possibilités d’alliance auprès de ses collègues ou d’autres catégories du personnel. Au contraire, si pour la majorité du personnel soignant une telle demande apparaît légitime, les ressources (en l’occurence les alliés) à opposer à la direction seront plus faibles.

80Le recours à l’identité chrétienne de l’institution remplit une fonction centrale dans ce débat. Un double constat doit être fait. Les références les plus explicites à cette identité chrétienne de l’institution ont été faites dans un premier temps par une partie du groupe proche du sommet stratégique d’une des cliniques. D’autre part, cette référence à l’identité chrétienne tend à justifier qu’on puisse attendre de l’infirmière qu’elle soit humaine quel que soit le contexte du travail. Soeur Evelyne a d’emblée fait référence à l’identité chrétienne de l’institution dans son récit : “Je trouvais que dans une clinique chrétienne, c’est quand même important de soigner la relation. Je sais que toutes les cliniques essaient d’agir de façon humaine, mais je crois que c’est quand même cela qui fait la différence d’une clinique chrétienne.” C’est dès lors en référence à l’identité chrétienne que d’une part elle estime ne pas pouvoir excuser les comportements des infirmières qui ne sont pas gentilles, quel que soient la surcharge de travail ou le comportement des patients, et que d’autre part, elle se réjouit que certaines infirmières s’excusent, demandent pardon pour leurs fautes en demandant la croix du Mercredi des Cendres. Jacques et Marie ont également fort insisté sur la perte d’idéal dans le travail des infirmières, idéal qui doit surtout être présent dans une institution chrétienne. Pour Marie, “il faut que l’infirmière se donne des directives pour mettre en oeuvre son idéal de service, d’écoute, de disponibilité. C’est le bonheur du patient avant celui de l’infirmière (qui compte avant tout) surtout dans une institution chrétienne”. Jacques a d’ailleurs insisté pour qu’on choisisse le récit proposé par Evelyne, car pour lui l’enjeu qui s’y profilait est de voir comment favoriser une équipe soignante imprégnée de l’esprit chrétien. Par contre, le groupe qui, au cours des interprétations, s’est opposé à une lecture culpabilisante du comportement des infirmières, ceux pour qui elles n’étaient donc pas responsables, n’ont guère fait référence spontanément à l’identité chrétienne de l’institution. Simplement, en fin de travail, Natacha a fait la réflexion suivante : “On demande d’être chrétien avec les patients, mais est-on bien chrétien avec les infirmières ?”.

81Le recours à l’identité chrétienne a donc été utilisé principalement comme une ressource symbolique, visant à appuyer une définition des attentes légitimes à l’égard de l’infirmière, définition impliquant une définition de la justice. Implicitement, le présupposé est que les infirmières ont choisi un métier et un lieu de travail chrétien qui leur imposent des attitudes de dévouement et de don d’elles-mêmes. Elles faillissent à ces idéaux lorsqu’elles font pas passer leur propre confort avant celui des patients. Autrement dit, il est normal que l’échange avec les patients implique de leur part des sacrifices, il est anormal qu’elles se sentent lésées. Les termes de l’échange sont inégaux, mais cette inégalité est juste.

82Comme on l’a vu, cette définition de la justice est évidemment en lien étroit avec des préoccupations institutionnelles. L’institution dans son ensemble et, en particulier, la direction qui en assure le pilotage, cherchent à rencontrer les demandes de relations humaines des patients, tout en répondant simultanément aux nécessités de techniciser et d’augmenter le rendement du personnel infirmier. Une des façons pour le sommet stratégique de répondre à l’ensemble de ces demandes externes est d’exploiter la référence à l’identité chrétienne comme atout symbolique pour peser sur le cadre normatif qui circonscrit l’échange entre personnel et patients, mais aussi indirectement entre direction de l’institution et personnel. En résumé, on peut donc dire que l’identité chrétienne de l’institution est utilisée ici, en logique objective, comme une des ressources pour obtenir des infirmières les comportements attendus.

83Au-delà de ce constat, si on recadre cette situation dans un contexte plus global du secteur hospitalier, où on assiste à divers mouvements sociaux d’infirmières visant à améliorer leurs conditions de travail et leurs positions à l’égard d’autres catégories comme les médecins, on peut se demander si on n’assiste pas à la fin d’un mode de régulation des hôpitaux chrétiens basé pour une bonne part sur des transactions implicites, proches de celles illustrées dans le récit et son interprétation collective. Les mouvements sociaux ne sont-ils pas en train de revendiquer la constitution de procédures plus explicites et formalisées de négociation des modalités d’échange entre catégories. En voici un indice : une autre recherche en cours, émanant d’une demande principalement syndicale, vise à dégager des critères d’objectivation de la “pénibilité du travail infirmier”. Alors que dans le récit, la pénibilité n’est jamais évaluée indépendamment de l’infirmière et du rapport qu’elle entretient à la situation de travail en fonction de ses croyances supposées, cette autre recherche introduit une évaluation des situations de travail infirmier indépendante du rapport de l’opérateur à ce travail. Cette mesure “scientifique” va de pair avec des procédures plus formelles d’établissement de relations d’échange “justes”, c’est-à-dire légitimes.

3e partie. Vers un “pluralisme situé” ?

84Les analyses sociologiques qui viennent d’être présentées considèrent la référence symbolique dans le contexte du système social constitué des interactions entre les membres du personnel d’une institution. On s’est intéressé à la manière dont la référence chrétienne intervient et est prise en compte dans un jeu entre des opérateurs institutionnels en interaction (responsable du nursing et infirmières, directeur de crèche et puéricultrices, membres du personnel entre eux...). En premier examen, on pourrait considérer qu’un tel exercice revient à en réduire considérablement la portée. On a en effet montré que les acteurs institutionnels tendent à atténuer la visibilité de ce qu’on a cru reconnaître comme un pluralisme de fait, à protéger leur liberté philosophique tout en préservant l’image externe de l’institution, ou à utiliser l’identité chrétienne de l’institution comme ressource dans leurs transactions.

85Au premier abord, tout cela ne semble guère glorieux et l’analyse pourrait n’être perçue que comme une opération de démythification et de désenchantement. Tous comptes faits, que l’identité chrétienne d’un hôpital soit utilisée pour inciter le personnel à plus de docilité et d’ardeur au travail n’empêche pas la conviction des responsables d’être sincère et qu’à certains égards, elle influence favorablement la vie de l’institution. Qu’un directeur de crèche confronté à une pénurie de main-d’oeuvre évite d’interroger les nouvelles recrues sur leurs convictions mais les écartent dès qu’elles affichent trop ouvertement des choix religieux différents (“l’embauche d’un témoin de Jéhovah”) n’empêche pas qu’il soit sincèrement chrétien et désire marquer l’institution qu’il dirige du sceau d’une foi vécue. Qu’on euphémise les différences, qu’on fasse “comme si...” tout en sachant parfaitement “que...”, qu’on en appelle surtout à Dieu quand l’intérêt et l’image de l’institution sont en jeu... sans doute peut-on le reconnaître sans pour autant devoir réduire les professions de foi à des manoeuvres et le jeu institutionnel qui se réfère à l’identité chrétienne à une mascarade au service des stratégies internes. Une logique instrumentale et stratégique n’est pas incompatible avec une logique de la conviction. On peut croire avec sincérité en ce qu’on utilise parfois stratégiquement. On peut être à la fois chrétien convaincu et fin stratège.

86Pour n’être sans doute pas erronée, cette conclusion n’en reste pas moins trop courte et fondamentalement insatisfaisante. L’enjeu de l’analyse sociologique est de mettre la référence symbolique en relation avec les conditions sociales et institutionnelles concrètes dans lesquelles elle se vit (ici l’hôpital ou la crèche). Cette articulation invite à se garder d’une double dérive : réduire la référence symbolique à une simple ressource dans un jeu d’intérêt ou, à l’inverse, la considérer indépendamment de ses liens avec les rapports sociaux dans lequels elle prend forme. Bref, il convient donc de s’écarter autant d’un réductionnisme sociologique que d’un certain purisme spiritualiste ou d’un certain angélisme (supposé indépendant de toute visée de pouvoir) en ne séparant pas la réflexion sur la signification de la référence symbolique de ses conditions concrètes et quotidiennes de mise en oeuvre et de (re)production. C’est précisément sur l’articulation entre ces deux dimensions que l’on voudrait insister ici pour conclure en restant au plus près des enseignements sociologiques fournis par cette recherche mais en les mettant en relation avec des éléments de contexte plus large dans une visée prospective pour les responsables. Si on y regarde à la fois plus attentivement et plus globalement, le rapport des membres des institutions à la référence chrétienne apparaît en effet plus complexe et plus subtil que ne le laissent entendre les enseignements de cette étude pris un à un.

3.1. Le pluralisme des membres du personnel

3.1.1. Pluralisme inter-personnel et pluralisme intra-personnel

87Le rapport des individus à l’identité chrétienne apparaît en effet pour la plupart comme un processus complexe, nuancé et vivant, allergique aux classements catégoriques. On l’a vu, la grande majorité des personnes rencontrées ne pourrait se reconnaître dans une affirmation de l’identité chrétienne trop carrée et monolythique, imposée par une autorité institutionnelle qui en édicte trop strictement les manifestations extérieures (“bisou à Jésus”...) et contraint tous les membres du personnel à s’y plier, quelles que soient leurs convictions. La cause la plus évidente de cette réticence réside dans ce qu’il faut bien reconnaître comme le pluralisme de fait des membres du personnel des institutions chrétiennes : non croyants, indécis, croyants pratiquant occasionnellement, croyants non pratiquants, et personnes pour qui la question de la foi est tout simplement subsidiaire côtoient les croyants pratiquants qui, par ailleurs, ne sont pas forcément tous chrétiens et constituent sans doute, toutes institutions confondues, une minorité.

88Mais à ce pluralisme inter-personnel s’ajoute, un phénomène plus fondamental : le pluralisme intra-personnel des membres du personnel (et des usagers) des institutions. Le fait de croire ou non ne représente en fait qu’une dimension parmi d’autres de l’identité philosophique de la personne qui est aussi, en simplifiant très fort, démocrate ou non démocrate, de droite ou de gauche, marquée par les traditions et habitus de tel ou tel milieu social, etc. Loin de se superposer, ces dimensions peuvent, au contraire, se trouver en tension. Dans les prises de position auxquelles contraignent la vie et les responsabilités, il est dès lors de plus en plus difficile de parler “en tant que chrétien...” sans se réduire soi-même à une seule dimension de son “être idéologique” qui, selon les circonstances et les questions, est au mieux dominante par rapport aux autres mais certainement pas exclusive.

89Plus encore, ce ne sont pas seulement les systèmes de valeurs qui se transforment dans leur contenu ou dans leur structuration hiérarchique, c’est le rapport même aux valeurs qui s’est altéré. A l’instar de toutes les autres, la référence chrétienne apparaît comme ne pouvant être appropriée que dans une certaine autonomie du sujet, ce qui implique de facto qu’elle puisse aussi être refusée. Cette revendication du sujet autonome n’est pas propre au monde chrétien et au domaine de la foi, elle participe d’un ensemble de transformations majeures de la vie collective et de la vision du monde qu’on s’accorde généralement à rassembler sous le label de “modernité”. Loin de constituer des systèmes de significations et de vérités objectives qui existent “en soi”, fournissent une explication achevée du monde et de l’expérience, et appellent dès lors une adhésion peu différenciée d’une personne à l’autre, les références idéologiques et symboliques font de plus en plus l’objet d’adhésions personnelles et différenciées qui sollicitent le discernement et la responsabilité de chacun. Pour beaucoup, l’adhésion de foi n’est ni rejetée ni acquise a priori ; elle implique une démarche de découverte chaque fois singulière qui relève dès lors, pour une large part, du choix individuel et de la sphère privée et dont on n’a donc pas à rendre compte. Dans le contexte de notre modernité, l’individu critique apparaît désormais comme lieu central de discernement et son éventuelle adhésion à un système symbolique et philosophique relève alors plutôt d’une idiosyncrasie particulière. Pour dire les choses plus crûment, on est de moins en moins chrétien “au menu” et de plus en plus “à la carte” en fonction des problèmes concrets et des épreuves auxquels expose ou non l’existence. Les fluctuations au fil de la vie de cette référence “à géométrie variable” à la foi ne sont d’ailleurs pas seulement affaire de convictions ; les exigences et les attentes de sociabilité (le souci de s’inscrire avec les siens dans une communauté de pensée et d’action à travers des rituels communs, comme le prix à payer si l’on rompt ces solidarités) entrent pour une large part dans les motivations à pratiquer et à affirmer sa foi. Il ne faudrait pas, cependant, en déduire que, pour être plus critiques et fragmentées, les adhésions sont d’office moins fermes et moins sincères.

3.1.2. Pluralisme du personnel et idéaux communs

90A priori, cette relative élasticité des liens entre chaque individu et les références symboliques de l’institution ne doit pas forcément compromettre la capacité des membres du personnel des institutions chrétiennes à travailler ensemble et à poursuivre des idéaux communs. Elle pourrait au contraire constituer une condition d’une communication et d’une rencontre non superficielles. Cette capacité personnelle de transaction avec les références symboliques, qui se prêtent à appropriations multiples et polysémiques peut fonder la capacité interpersonnelle de transaction des individus entre eux. C’est parce que tout n’est pas joué entre chacun et les références symboliques que tout peut encore se jouer entre les individus entre eux, de sorte que le rapport aux références symboliques et le rapport aux autres peuvent s’approfondir mutuellement. Ainsi, loin de conduire à la dissolution des connivences fécondes, la marge d’autonomie des membres des institutions et le fait que leur rapport à la référence chrétienne soit loin d’être hypnotique peuvent rendre possible un dialogue plus authentique entre eux. L’inconfort résultant de l’incertitude dans laquelle chacun baigne désormais a pour corollaire le réconfort de pouvoir s’entendre avec les autres sans devoir accepter en bloc les mêmes vérités et les mêmes valeurs qu’eux. Mais ce dialogue serait d’autant plus vraissemblable l’identité chrétienne trop carrée “situé” des institutions chrétiennes et que la place spécifique de la référence chrétienne en regard des autres références serait mieux discernée. En revanche, il serait d’autant moins plausible que la référence chrétienne serait utilisée comme ressource dans des rapports de pouvoir d’une manière jugée injuste par certaines composantes du personnel. Voyons cela de plus près.

3.2. Le pluralisme de l'institution

3.2.1. Un “pluralisme situé”

91Dans les institutions chrétiennes, cette double communication symbolique, intra- et inter-personnelle, s’opère dans le cadre plus ou moins balisé par l’identité chrétienne de l’institution elle-même. A moins que celle-ci ne soit plus que de pure étiquette - ce qui n’est peut-être pas si rare - la vie s’y trouve plus ou moins teintée par la prégnance d’un esprit maison entretenu par une présence ecclésiastique, des cérémonies religieuses qui rythment le temps, un décor évocateur (crucifix...) ou le rappel, sous diverses formes, de “l’Histoire Sainte” des pionniers et fondateurs. Ainsi, le pluralisme observé n’est pas équivalent à n’importe quel autre, il se réfère à une tradition spécifique et se trouve plus ou moins balisé par un ensemble de repères qui évoquent l’identité chrétienne de l’institution. Que la majorité des membres de l’institution portent à ces repères une dévotion sans faille ou qu’ils se contentent d’un respect distant et presqu’indifférent, ils partagent peu ou prou une même “identité narrative” tandis que leurs échanges interpersonnels de caractère philosophique ou éthique se structureront souvent autour de cette tradition et de ces repères, quitte à ce que ce soit pour signifier qu’on s’en écarte. Sans doute d’ailleurs faut-il voir dans l’existence de références communes une condition pour que le pluralisme, loin de signifier l’éclatement des discours, trouve un ancrage à partir duquel la communication peut effectivement avoir lieu entre personnes de convictions différentes. Considérant les choses sous cet angle, on peut donc penser qu’il y a plusieurs sortes de pluralisme : dans une certaine mesure et jusqu’à un certain point au moins, croyants et incroyants membres d’une institution chrétienne se parlent autrement que croyants et incroyants membres d’une institution laïque. Bref, à la double condition que soient reconnus tant le pluralisme de fait des membres du personnel (et des usagers) des institutions chrétiennes que le caractère “situé” de ce pluralisme, l’identité chrétienne de l’institution serait susceptible de servir de point de référence spécifique propre à faciliter la communication sur les questions de sens sans que, pour autant, le pluralisme n’en soit forcément affecté. Il y a sans doute là une hypothèse à approfondir.

3.2.2. Références chrétiennes et références “concurrentes”

92Reconsidérée dans cadre d’un pluralisme situé, la place de la référence chrétienne doit encore être pensée en regard des autres systèmes de référence éthiques et symboliques plus prégnants avec lesquels elle coexiste et auxquels elle est confrontée. Même dans les institutions dont l’identité chrétienne est fortement affichée et dont les responsables et une bonne partie du personnel entendent sincèrement la transposer en un véritable projet, l’identité professionnelle prévaut largement sur l’identité chrétienne dans la représentation de l’activité et des valeurs qui y président (essentiellement l’altruisme). Dans la définition des activités, des objectifs ou des identités professionnelles, rares sont les personnes associant explicitement et spontanément ces valeurs à la religion catholique et à l’identité chrétienne de l’institution. Le travail et les problèmes concrets et les choix auxquels on y est confronté (comme la question de savoir jusqu’où il faut aller dans la disponibilité et le service aux usagers) sont généralement lus et discutés indépendamment d’une quelconque référence à l’identité chrétienne. Avant de s’agir d’institutions chrétiennes, il s’agit d’hôpitaux ou de crèches avec leurs fonctionnalités propres et leurs problèmes typiques d’hôpitaux ou de crèches et non de couvents ou de paroisses où le religieux constitue précisément la raison d’être. S’il est fait référence à l’identité chrétienne, on se borne à souligner les implications éthiques de la foi (l’amour du prochain et en particulier du plus pauvre...) à l’appui desquelles des ressources symboliques peuvent être mises à contribution (le péché et le pardon, la mort et la rédemption...). Mais cette référence éthique d’inspiration chrétienne se présente comme indépendante à l’égard d’une référence ecclésiale à laquelle le personnel n’a jamais fait allusion au cours de la recherche. Au contraire, il s’agit à cet égard d’être aussi discret que possible, de faire preuve de “tact” et d’éviter tout ce qui pourrait mettre mal à l’aise la majorité (le plus souvent) de ceux qui ne se sentent pas appartenir à l’Église. Bref, on peut penser que la référence chrétienne n’intervient que dans la mesure où elle donne un poids supplémentaire à l’affirmation d’une éthique professionnelle centrée sur l’altruisme et l’attention à l’autre.

93Sur ce point cependant, l’emprise croissante de la logique technique (en particulier dans les hôpitaux) pourrait paradoxalement contribuer à donner un poids nouveau à la spécificité de la référence chrétienne. L’extension de cette emprise pourrait en effet appeler un renforcement de ce qu’elle menace, le souci de la personne et des relations humaines ainsi que, par voie de conséquence, les cadres sociaux et symboliques qui proposent une offre en cette matière. Ainsi, la présence de bénévoles chargés de l’accueil dans de grands hôpitaux catholiques n’est possible que parce que ceux-ci peuvent mobiliser un réseau de relations autour de la référence chrétienne. A partir de là se construit une articulation entre des exigences techniques et morales, professionnelles et relationnelles qui, dans la vie quotidienne, sont souvent non composées.

3.2.3. Identité chrétienne, sociabilité et relations de pouvoir

94La recherche sociologique a montré que la question de l’identité chrétienne ne se pose pas dans un contexte socialement neutre où tous les interlocuteurs bénéficieraient de la même marge de manoeuvre et du même pouvoir de transaction mais bien, précisément, dans un cadre institué marqué par un certain type de rapport à l’autre, de relations de pouvoir et d’autorité. Dans les situations analysées, l’introduction explicite de la référence chrétienne à l’intérieur du travail et de la vie de l’institution est le fait de responsables (comme le directeur de la crèche ou la directrice du nursing) qui se posent comme garants de l’identité chrétienne de l’institution. Cette introduction peut alors s’avérer problématique. Tandis que certains membres du personnel attendent des cadres qu’ils assument une telle responsabilité et légitiment les manifestations de la foi à l’intérieur de l’institution, d’autres y sont rétifs, a fortiori lorsque les responsables exigent de leur personnel des manifestations extérieures de convictions qu’ils n’ont pas, ou que l’identité chrétienne est appelée à la rescousse pour obtenir du personnel des comportements conformes aux voeux de la direction (“être gentil avec les malades”...). La référence chrétienne est alors utilisée comme instrument de pression et de pouvoir qui s’exerce de préférence sur le personnel de niveau intermédiaire ou inférieur comme les puéricultrices et les infirmières mais pas sur les cadres et médecins. Le choix de ces agents mis sous pression se réduit soit à refuser l’injonction et donc à s’opposer ouvertement aux responsables, soit à se plier à l’injonction mais sans conviction. Le rapport à la référence chrétienne est alors marqué par la duplicité voire le cynisme. Aux yeux des agents, elle est réduite à une simple norme de gestion d’autant moins légitime qu’elle est utilisée indûment par le pouvoir à son profit ou pour celui de la visée qu’il incarne. Par là même, sa portée signifiante se dégrade.

95Dans le monde institutionnel chrétien, les relations de pouvoir s’inscrive dans une tradition qui peut être qualifiée de “familialiste”. Le familialisme transpose le modèle domestique de la famille aux institutions, voire à la société entière (Lenoir, 1984, 1985). Comme toute matrice symbolique, celle-ci renvoie à des évocations multiples et ambiguës. D’un côté, la famille est un heu où l’on refoule les questions d’intérêt et où prévaut l’approche des problèmes sous l’angle des relations personnelles affectivement chargées plutôt que sous celui des rapports de pouvoir clairement explicités. Les rôles respectifs des femmes et des hommes et leurs rapports de pouvoir y sont spécifiquement marqués par des traditions extrêmement prégantes. Transposé dans les institutions non familiales, ce modèle est forcément source de tensions et de malaises parfois profonds et peut être associé à une crispation passéiste. En revanche, dans des institutions où l’emportent les logiques techniques et bureaucratiques, le familialisme peut représenter une capacité de trouver des solutions originales, plus souples et plus humaines à de nouveaux défis.

3.2.4. Un espace transactionnel différencié

96Dans certaines institutions qui portent encore officiellement le qualificatif de “chrétiennes”, cette référence se dilue progressivement et délibérément pour n’être plus qu’une étiquette conservée par facilité ou intérêt. Pour avoir été évacué, le problème des rapports entre l’autonomie du sujet et l’identité chrétienne de l’institution ne s’y pose plus et le pluralisme interne y est totalement acquis, voire encouragé. Dans d’autres institutions au contraire, les responsables affirment avec d’autant plus de vigueur l’identité chrétienne qu’ils la pensent menacée. Ils tentent d’imposer leur manière de voir à leur personnel et fondent au nom de cette identité des normes de gestion auxquelles elle finit par être identifiée. Il faut s’attendre alors à ce que le personnel, s’il a les moyens de s’opposer ouvertement à cet ordre symbolique imposé, ruse systématiquement avec lui et fasse seulement mine de jouer le jeu, avec un risque élevé de crises imprévues qui mettent brutalement au jour les ressentiments réprimés.

97C’est entre ces deux extrêmes que se situe sans doute la majorité des institutions qui présentent, à cet égard, des scénarios et des séquences diversifiés. Le jeu est alors forcément délicat, en tension constante entre l’autonomie de chacun et l’affirmation modérée et variable de l’identité chrétienne de l’institution. Ce jeu n’exclut pas une certaine dualité (qui n’est pas synonyme de duplicité) chez les membres du personnel qui ne repoussent pas a priori la référence chrétienne mais résistent chaque fois qu’on tente de la leur imposer de manière trop carrée, qui acceptent d’autant plus aisément la référence symbolique qu’elle s’écarte d’une norme de gestion au bénéfice des plans des dominants et que leur pluralisme a besoin d’ancrages et de balises. Une telle situation implique des zones de flottement et d’indécision que rognent les quêtes trop zélées de transparence, des espaces de “coopération conflictuelle” que réduisent autant les autoritarismes que les indifférences. Pour l’agent institutionnel, la référence chrétienne peut être alors à la fois vécue authentiquement comme une affaire personnelle et peu ou prou “jouée”, comme on joue la comédie, en ce qu’elle est instituée. Objet d’une relation équivoque, elle attire et on la fuit, on la prend au sérieux et on se joue d’elle.... Pour certains responsables en quête de transparence, accepter ces lisières ne semble pas aller de soi.

98A l’intérieur de l’institution, la partie reste cependant jouable. Responsables et membres du personnel sont le plus souvent en mesure de trouver des arrangements sans trop d’inconvénients pour les différentes parties, pouvu qu’elles évitent ce qui peut menacer la douce harmonie du pluralisme euphémisé en culture chrétienne (notamment en s’abstenant d’exiger des nouvelles recrues une profession de foi ou des manifestations ostentatoires de la foi qui rebutent ceux qui ne croient pas...)· Qu’il puisse y avoir de temps à autre des “cas malheureux” ou des “dossiers délicats” est certes gênant mais ne constitue le plus souvent que des incidents exceptionnels qui ne remettent pas en cause les options de l’institution. En même temps, l’image chrétienne des institutions est ainsi protégée et peut continuer à remplir, du moins si on le souhaite, les fonctions instrumentales attendues d’elle (image positive de l’institution notamment). Bref, le monde de l’institutionnel chrétien a su trouver jusqu’ici les moyens de conjuguer identité chrétienne des institutions et pluralisme du personnel qui y travaille. Mais alors où réside le problème ? Qu’est-ce qui fait que les responsables institutionnels s’inquiètent de ce qui semblent ne préoccuper que fort peu leur personnel : l’identité chrétienne de leurs institutions ?

3.3. Identité chrétienne et enjeux idéologiques

3.3.1. Le contexte idéologico-politique

99Les raisons sont principalement à rechercher dans les transformations qui ont affecté le contexte politique et idéologique au cours de ces dernières années. Versant politique, le système de liberté subventionnée propre à la Belgique dote le politique du pouvoir considérable, du point de vue des institutions, d’organiser la distribution des subventions. Le poids socio-culturel énorme de l’institutionnel chrétien est loin d’être relayé par une force équivalente au niveau politique, largement dominé du côté francophone par le Parti Socialiste. Parallèlement, l’adhésion des usagers est de moins en moins militante et de plus en plus instrumentale, de sorte qu’ils comparent les différentes institutions, chrétiennes ou non, à partir du critère de la valeur d’usage des services qu’elles procurent. Celles-ci ont alors à se battre sur deux fronts : d’un côté, faire bloc, comme “monde chrétien”, dans le champ politique en vue d’y préserver leurs avantages et, de l’autre côté, promouvoir leur image de marque auprès des usagers. Sur les deux fronts, l’effort passe par l’affirmation de l’identité chrétienne à laquelle sont associées des idées d’excellence, d’accueil, de sens du service, etc. Il en découle que les responsables des institutions sont encore largement sélectionnés en fonction de leur loyauté au pilier chrétien et qu’on attend d’eux qu’ils en fassent valoir les atouts. En revanche, ce que pensent les usagers et les membres du personnel compte moins. Pour ce qui concerne ces derniers, l’important est qu’ils contribuent au succès de la stratégie en confortant, par leur travail et leur disponibilité, l’image de l’institution où ils travaillent et qu’ils s’abstiennent de faire état au grand jour de leur pluralisme de fait. Bref, si des problèmes surgissent dans les institutions entre leurs responsables et les membres de leur personnel, la source profonde en réside sans doute surtout dans les pressions externes (liées à des enjeux “politiques” ou “commerciaux”) qui pèsent d’abord sur les responsables et que ceux-ci répercutent à l’intérieur de l’institution. Or, dans leur grande majorité, les membres du personnel sont moins enclins à jouer aux porte-drapeaux du monde chrétien qu’à renforcer au contraire la professionalisation de leur fonction en même temps que la séparation entre leur vie de travail et leur vie privée dont relève, à leurs yeux, leurs convictions (Remy, 1990). Au bout du compte, les tensions internes s’éclairent donc en grande partie par la préoccupation de l’institutionnel chrétien pour ses propres conditions d’existence dans un contexte où les rapports de force politiques se sont modifiés et où les usagers sont d’abord des consommateurs.

3.3.2. Stratégie politique et stratégie religieuse

100Comment, dans ce contexte, articuler stratégie politique et stratégie religieuse ? Pour répondre à cette question, sans doute faut-il tout d’abord placer au centre du débat les enjeux cruciaux auxquels notre société est aujourd’hui confrontée : l’accès de chacun à une éducation de qualité, aux soins que sa santé requiert, à un emploi et à des ressources économiques suffisantes ainsi qu’à l’ensemble des autres conditions sans lesquelles l’individu ne peut accéder à la dignité et à l’épanouissement, et la société à une cohésion sociale minimale. Au regard de ces problèmes et des changements sociaux souhaitables, quel est le sens des marquages idéologiques et symboliques qui caractérisent notre système des piliers ? L’approche de ces problèmes à partie de “cultures d’entreprise” différentes suscite-t-elle une émulation novatrice grâce à laquelle tous finissent par y gagner ? Ou fait-elle de plus en plus figure de coûteuse crispation passéiste qui fait obstacle à la mise en place de solutions appropriées à l’ampleur des problèmes ? Bref, la question de l’identité chrétienne des institutions sociales et de santé est-elle toujours actuelle et pertinente ou de plus en plus dépassée ? La réponse ne peut être recherchée au seul niveau des principes ; elle présuppose une prise en compte des enjeux nouveaux et des préoccupations concrètes des personnes que les institutions sont censées servir.

101Dans le passé, les institutions chrétiennes représentaient aux yeux de l’Église une ressource pour l’évangilisation des populations. Dans un monde où le professionnalisme et le pluralisme s’étendent, que reste-t-il de cet intérêt ecclésial des institutions chrétiennes. Est-il encore poursuivi et pertinent ? Quels intérêts une stratégie politique de défense de l’institutionnel chrétien serait-elle amenée à promouvoir aujourd’hui et le religieux doit-il encore, dans le contexte actuel, avoir une stratégie politique ? Ce sont là des choix d’Église que la recherche sociologique peut contribuer à poser mais pour lesquels elle n’apporte qu’indirectement des informations.

Bibliographie

Bibliographie

Berger P. et Luckman T., 1986, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck (trad. française).

Bettelheim B., 1979, Survivre, Paris, Laffont.

Blanc M. éd., 1992, Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, l’Harmattan.

Bonvin F., 1979, Une seconde famille. Un collège d’enseignement privé, Actes de la recherche en sciences sociales, 30, pp. 47-64.

Boudon R., 1990, La rationalité du sujet social, Encyclopedia Universalis, Symposium tome 1, 1990, pp. 871 - 879.

Bourdieu P., 1974, Avenir de classe et causalité du probable, Revue française de sociologie, XV, pp. 3-42.

Bourdieu P., 1980, Le sens pratique, Paris, Minuit.

Bourdieu P. et de Saint-Martin M., 1982, La sainte famille. L’épiscopat français dans le champ du pouvoir, Actes de la recherche en sciences sociales, 44-45, pp. 2-53.

Chanlat J-F. et Seguin F., 1983 et 1987, L’analyse des organisations. Une anthologie sociologique, Montréal, Gaëtan Morin éd., 2 tomes.

Charlier J.-E. et Decroly, 1992, Représentations, évaluations et attentes des usagers par rapport aux institutions sociales et médicales d’inspiration chrétienne, Mons, FUCAM, ronéo.

Crozier M. et Friedberg E., 1977, L’acteur et le système, Paris, Seuil.

Dumont L., 1983, Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Seuil.

Foucault M., 1963, Naissance de la clinique. Une archéologie du regard médical, Paris, Presses Universitaires de France.

Gailly B., 1978, Les institutions pour mineur d’âge en difficulté, Bruxelles, Service du Premier Ministre, Programmation de la politique scientifique.

Gauchet M., 1985, Le désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion, Paris, Gallimard.

Georgiou P., 1973, Le paradigme de l’objectif et notes pour un contre-paradigme, Administrative Science Quaterly, sept. 1973, reproduit in Chanlat et Seguin, 1987.

Guilhon-Albuquerque J.A., 1989, La nature du changement dans les institutions, in Molitor M., Remy J. et Van Campenhoudt L., dir., Le mouvement et la forme, essais sur le changement social. En hommage à Maurice Chaumont, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis.

Hall R., 1968, Professionnalization and Bureaucratization, American Sociological Review, 33, no 1.

Kellerhals J., Perrin J. F., 1982, Mariages au quotidien, Genève, Favre.

Ladrière J., 1989, Une sociologie dialectique, in Molitor M., Remy J. et Van Campenhoudt L., dir., Le mouvement et la forme, essais sur le changement social. En hommage à Maurice Chaumont, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis.

Lenoir R., 1984, L’effondrement des bases sociales du familialisme, Actes de la recherche en sciences sociales, 52-53, pp. 80-87.

Lenoir R., 1985, Transformation du familialisme et reconversions morales, Actes de la recherche en sciences sociales, 59, pp. 3-37.

Maroy C., 1991, avec la collaboration de Remy J., Van Campenhoudt L. et Wijnants B., L’identité chrétienne des institutions sociales et de santé. Analyse sociologique des transactions symboliques. Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis.

Meunier B., Francaux A. et Van Der Brempt I., 1992, Management du social et valeurs chrétiennes, Namur, Facultés universitaires Notre-Dame-de-la-Paix, ronéo.

Mintzberg H., 1982, Structure et dynamique des organisations, Paris, Montréal, Ed.Agence d’Arc, Ed. d’Organisation.

Morin E., 1969, La Rumeur d’Orléans, Paris, Seuil, Points.

Perrow Ch., 1961, The Analysis of Goals in Complex Organizations, American Sociological Review, vol 26, no 6.

Petitat A., 1989, Les infirmières. De la vocation à la profession, Montréal, Editions du Boréal.

Pfeffer J.,1981, Power in organizations, Boston, Pitman.

Pfeffer J., 1982, Organizations and Organization Theory, Cambridge (Massachussets), Ballinger Publishing Company.

Pfeffer J. et Salancik G., 1978, The External Control of Organizations : a Resource Dependance Perspective, New York, Harper and Row.

Quivy R., Ruquoy D., Van Campenhoudt L., 1989, Malaise à l’école, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis.

Remy J. et Saint-Jacques M. 1986, L’école comme modalité de transaction sociale, Recherches Sociologiques, vol. 18, no 3.

Remy J., Voyé L., Servais E., 1979, Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne, tome 1, Bruxelles, E.V.O.

Salaman G., 1979, Les déterminants de la structure organisationnelle, in Chanlat et Seguin, 1987.

Scott W. R., 1987, Organizations Rational, Natural and Open Systems, Englewood Cliffs, Prentice Hall int., 2è éd.

Watzlawick P., Weakland J., Fisch R., 1975, Changements, paradoxes et psychothérapies, Paris, Seuil.

Notes

1 Le degré de professionnalisation, c’est-à-dire le degré d’adoption d’un “modèle professionnel” par les membres de ces institutions, peut être évalué sous trois aspects :
- la nature de leur travail est complexe et nécessite une formation et une compétence spécifique ; ils ont dès lors une faible spécialisation verticale de leur poste de travail (Mintzberg, 1979) ; autrement dit, ils disposent d’une marge d’autonomie appréciable dans le contrôle des voies à suivre pour accomplir le travail ;
- de par la formation reçue, et/ou de par certains modes de contrôle objectivés ou institutionnalisés (associations professionnelles, etc.), ils tendent à se référer d leurs pairs dans l’évaluation et le contrôle de leur travail, plutôt qu’à l’autorité organisationnelle ;
- ils se réfèrent également à une idéologie de service au public au-delà de leurs intérêts catégoriels. Cette dernière caractéristique rejoint les valeurs altruistes évoquées.

2 Pour plus de détails sur la méthode de recherche voir le rapport de recherche “L’identité chrétienne des institutions sociales et de santé” de C. Maroy, FUSL, Bruxelles, 1991, ou encore : R. Quivy, D. Ruquoy, L. Van Campenhoudt, Malaise à l'école, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1989.

3 Voir par exemple Jean Remy et Marcel Saint-Jacques, « L’école comme modalité de transaction sociale », dans Recherches Sociologiques, vol 18, 1986, no 3 ; voir aussi les contributions de J. Remy et d’autres auteurs in Maurice Blanc (éd)., dans Pour une sociologie de la transaction sociale, L’Harmattan, Paris, 1992.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/12858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540