Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une santé « chrétienne » ?

 | 
Jean-Émile Charlier
, 
Francis Collet
, 
Francis Decroly
, 
et al.

Première partie. Les préalables

Chapitre II. Recherche et intervention

Paul Tihon

Texte intégral

Les objectifs fixés pour la recherche

1Etant donné l’importance attachée à cette recherche par ses commanditaires, il était nécessaire que les objectifs en soient définis au départ avec beaucoup de précision. Nous l’avons vu, ces objectifs s’inscrivent dans un contexte plus large que celui de la Belgique francophone. C’est à l’échelle européenne qu’il s’agit de redéfinir la justification d’un engagement chrétien dans le secteur des institutions sociales et de santé.

2La perspective globale est claire : au service des hommes et en particulier des plus démunis, il s’agit de définir et d’adopter une approche des personnes et des questions humaines qui s’inspire des valeurs évangéliques. La question qui se pose est de voir, dans le contexte actuel, comment traduire cette visée en termes concrets.

3Nous l’avons vu aussi, la demande faite aux chercheurs a été formulée de façon très ouverte : « il s’agit d’un travail qui doit permettre la création d’une nouvelle dynamique des institutions, et ce à partir des interpellations évangéliques ». On n’attend donc pas un simple constat de la réalité, en ses aspects positifs et négatifs, mais « des indications sur un modèle », dont on puisse tirer des conséquences pour améliorer le service rendu par ces institutions.

4En d’autres termes, il fallait non seulement interpréter les résultats de l’enquête, en termes descriptifs, mais aboutir à « dégager les lignes de force d’une authentique remise en question de l’agir social en milieu institutionnel chrétien ». Que la pratique actuelle se trouve confirmée ou critiquée, « il ne s’agit pas d’un travail historique mais bien d’un travail de prospection théologique ».

5Ces déclarations des responsables qui ont commandé la recherche suppose chez eux une disponibilité au changement, une demande d’être informés objectivement sur la situation et ses possibilités, de telle sorte que les résultats de la recherche puissent stimuler la réflexion et l’engagement au sein des diverses fédérations, mais aussi, plus ambitieusement, qu’ils puissent « inspirer, infléchir, voire orienter les réflexions, décisions et actions des pouvoirs publics ».

6Pareille prise de position est peu banale et il vaut la peine d’en dégager l’implicite. Affirmer cela, c’est dire que notre héritage chrétien est assez riche, assez inspirant, même dans les difficiles circonstances actuelles, pour susciter une créativité (appelons-la prophétique, si l’on peut se permettre ce seul mot du jargon des théologiens), une créativité si manifestement bénéfique pour tous qu’elle entraîne l’adhésion générale, et jusqu’à celle des pouvoirs publics. Avec un tel objectif au départ, des théologiens (ou tout simplement des chrétiens) ne pouvaient qu’être d’accord.

L’urgence d’une redéfinition d’identité

7Autant qu’on puisse le percevoir, l’urgence d’une recherche sur l’identité chrétienne tient aux bouleversements considérables de notre temps dans le domaine de la santé :

  • L’évolution de la médecine : son caractère de plus en plus technique met les institutions chrétiennes devant les mêmes exigences de performance et d’équipement que les autres institutions du même type.

  • L’évolution économique : la limite des possibilités financières attribuées suite à des arbitrages budgétaires où les pouvoirs publics eux-mêmes n’ont qu’une marge de manœuvre limitée, y compris dans le domaine de la santé, impose une utilisation maximale des ressources et leur partage équilibré entre les institutions des diverses obédiences.

  • L’évolution religieuse et culturelle : elle introduit dans les institutions chrétiennes un pluralisme de fait qui tend à voiler l’identité propre de celles-ci. Elle remplace un personnel religieux plus facilement corvéable par un personnel plus « professionnel ». Elle fait naître des besoins nouveaux, comme les crèches, liées au travail professionnel des femmes et à une certaine conception de l’efficience. Et on pourrait relever encore d’autres traits de cette mutation.

8Ces transformations, dont certaines se présentent comme des contraintes inéluctables, semblent acculer les institutions, tantôt à gommer ou tout au moins à estomper leur identité chrétienne (par rapport au acteurs et à certains utilisateurs), tantôt à la revendiquer au nom d’une spécificité (par rapport aux pouvoirs publics).

9Mais en quoi consiste précisément cette identité ? La question est d’autant plus cruciale que le pluralisme de fait, reconnu par tout le monde, est aussi l’objet d’un large consensus national. Les personnes d’options diverses qui travaillent dans les institutions chrétiennes, tout comme celles qui les fréquentent, entendent bien être respectées dans leurs options. Toute redéfinition risque donc d’être perçue comme une menace par la plupart des acteurs, en tout cas au niveau du personnel technique.

10Par ailleurs, face à ce « consensus mou », l’Eglise n’a-t-elle pas pour mission de rester une institution critique, avec le devoir de se manifester comme telle, et particulièrement dans les cadres institutionnels où elle a choisi d’être présente ?

Une nécessaire vigilance

11Il est normal que des chercheurs sachent à quoi va servir leur travail. Or il peut y avoir décalage entre les objectifs affichés — ceux que nous venons de rappeler—et d’autres objectifs recherchés en fait. En effet, la conjoncture même dont nous venons de rappeler certains traits peut inciter à redéfinir l’identité chrétienne pour des motifs très divers qui n’ont rien de directement évangélique, sans que pour autant ces objectifs soient illégitimes.

12Par exemple, on peut chercher par une enquête à revaloriser une image de marque, en termes de marketing. Tout comme la réputation d’honnêteté en affaires est commercialement rentable, « chrétien » pourrait être un bon emballage pour des soins de santé, et l’utilité de ceux-ci se prouver par leur succès auprès du public. Dans cette optique, le financement d’une étude objective, scientifique, sur l’identité chrétienne ne peut qu’améliorer cette image de marque.

13Ou encore, on peut légitimement s’attendre à ce que les résultats des enquête confirment ce que l’on sait intuitivement du succès des institutions chrétiennes auprès du public. Du coup, dans un contexte économique difficile, leur existence se trouverait légitimée, voire affermie, et donc se trouverait justifiée aussi la part du gâteau qui leur revient dans le financement public.

14En d’autres termes, la commande qui nous était faite devait bien sans doute, pour une part, obéir à la logique de toute entreprise qui cherche à élargir — ou au minimum, à conserver — ses parts de marché. Ne fût-ce qu’en améliorant les services qu’elle offre en fonction d’une meilleure connaissance des attentes du public. Ou encore, en renforçant l’identification de son personnel avec les objectifs et l’idéologie chrétienne, de façon à développer une « culture d’entreprise ».

15De soi, du point de vue éthique ou théologique, ces objectifs n’ont pas à être rejetés. Plus de rigueur dans la gestion ne veut pas forcément dire « déshumanisation ». La qualité humaine d’un service médicosocial peut être à la fois un argument « commercial » et l’effet d’une conviction — même s’il y a éventuellement tension entre les deux. Mais en même temps, il importe d’être vigilants quant aux présupposés idéologiques qui peuvent se cacher, si on n’y prend garde, derrière l’invocation des impératifs techniques ou des contraintes économiques. Car des motivations de ce genre ne sortent pas de la logique économiste dominante dans notre société. Cette logique unilatérale est une forme d’aliénation contre laquelle les théologiens ne sont pas les seuls à mettre en garde.

16En effet, la société exerce des pressions pour définir les contraintes d’une manière qui peut voiler des intérêts particuliers ou des choix politiques qui n’ont rien d’inéluctable. Et ces choix peuvent être contradictoires avec les options chrétiennes ou avec le simple souci du bien commun. Certains projets de société, certains programmes économiques se préoccupent peu de multiplier les exclusions. Certaines arrières-pensées politiques peuvent aussi chercher à exclure les institutions qui relèvent d’une autre idéologie.

17Mais il ne s’agit pas forcément de choix directement délibérés. Les institutions chrétiennes peuvent se trouver simplement prisonnières des idées dominantes et ramenées au niveau fonctionnel global des institutions du même type, et par conséquent sans signification particulière sur le plan chrétien. A ce moment, leur existence ne se justifie que comme un « partage du gâteau » hérité de l’histoire.

18Ce même risque peut être vu d’une autre façon. Lorsque la référence chrétienne s’estompe, lorsqu’on n’emploie plus de mots chrétiens pour dire ce qui se vit, la dimension critique de l’Evangile n’est plus explicitée, et l’institutionnel chrétien peut se trouver absorbé dans le consensus global de la consommation des soins de santé. C’est pourquoi il est nécessaire de définir avec plus de précision ce qui nous paraît un objectif plus proprement chrétien de cette recherche.

La recherche comme intervention

19Notre position de chercheurs et de théologiens est aussi celle d’acteurs. Nous cherchons bien par notre travail à influencer des situations. Nous voulons indiquer des chemins possibles pour des décisions politiques — lesquelles ne sont pas de notre ressort — en signalant des façons de rendre présente l’option chrétienne dans le monde de la santé, actuellement pluraliste. Cette non-neutralité des chercheurs est aujourd’hui un fait généralement reconnu. Normalement, elle ne doit pas biaiser les procédures de travail, car celles-ci ont leur logique propre. Mais elle nous empêche de nous désintéresser des résultats de nos travaux. De ce point de vue, notre formation nous rend vigilants. Vigilants par rapport à nous-mêmes, mais aussi vigilants vis-à-vis des autres, à commencer par les personnes et organismes qui sont les commanditaires de la recherche, on l’a vu.

20Mais précisément, cette volonté d’intervention ne contredit pas l’intention affirmée de nos commanditaires. Nous avançons donc nos conclusions en présupposant qu’il existe une marge d’action possible, que les motivations stratégiques évoquées ci-dessus ne couvrent pas tout le champ, qu’elles laissent de la place pour une volonté de faire en sorte que ces institutions chrétiennes soient plus chrétiennes, plus signifiantes en termes d’Évangile. Pour ceux d’entre nous qui sont chrétiens, c’est cela qui importe.

21En ce sens, nous refusons une position qui se voudrait « purement académique » et qui livrerait le produit de la recherche sans se préoccuper de ce qu’il en adviendra. Nous espérons que l’opération ne sera pas purement symbolique — un peu comme une réaffirmation de pure forme : « Voyez, nous réfléchissons à notre identité, c’est qu’elle est importante pour nous » ! — mais que notre recherche prendra réellement place dans une dynamique de réflexion et d’action avec les divers acteurs engagés sur ce terrain. Concrètement, nous espérons que notre travail interpellera les fédérations et les institutions et les appellera à une démarche d’autocritique les conduisant à faire « un pas de plus » dans le sens qui leur paraîtra souhaitable.

22Comme chercheurs et théologiens, nous avons forcément des options au départ. Non seulement le souci scientifique de savoir comment les choses se passent réellement, mais aussi une forme d’humanisme qui refuse l’économisme dominant. Nous ne nous sentons pas chargés d’une reconquête chrétienne, ni de réadapter l’idée de l’identité chrétienne dans la modernité, en vue d’une nouvelle évangélisation.

23Plus précisément : la recherche sociologique reflète un certain état des choses. Elle constate ce qui se passe et l’analyse. La tradition chrétienne, elle, peut nous aider à détecter dans cette situation des besoins non satisfaits. Elle nous rend sensibles à certaines valeurs dont nous n’avons pas le monopole, mais qui sont pour nous essentielles.

24Précisons encore. L’option chrétienne nous rend solidaires des victimes des systèmes sociaux et politiques que nous mettons en place. Elle nous fait critiquer certains fonctionnements sociaux comme injustes. Ce faisant, nous nous référons à la justice comme à une des valeurs partagée dans notre société. C’est là un jugement éthique, mais éclairé par le fait que notre référence chrétienne place au centre la sensibilité aux personnes victimes de l’organisation sociale. Elle nous impose de garder la « mémoire de la souffrance ». Au minimum, dans les situations où les marges d’action sont très réduites, la référence chrétienne peut nous amener à des prises de position de résistance ou de protestation.

Une recherche interdisciplinaire sociologie-théologie

25Il n’est pas très habituel qu’une équipe de théologiens accompagne une recherche universitaire basée essentiellement sur des méthodes de la sociologie. C’est cependant ce qui a paru nécessaire, y compris dès le début du travail.

26En effet, dès le départ il importait que tous les chercheurs aient l’attention attirée sur les options et les présupposés théologiques forcément présents dans une démarche portant sur l’identité chrétienne. Même de simples hypothèses à vérifier engagent une certaine façon de voir le contenu. En effet, s’interroger sur l’identité chrétienne des institutions, c’est présupposer qu’il y a — ou qu’il n’y a pas — un « spécifique chrétien » dans le domaine de la santé. Et si l’on suppose qu’il y en a un, quelle image en a-t-on ? A nos yeux, la réponse à ces questions est préalable, et elle n’est pas une pure affaire de sens commun, ni une sorte d’évidence sociologique. C’est pourquoi elle a donné lieu à une recherche, à laquelle est consacré le chapitre suivant. Et dans cette recherche, la théologie a quelque chose à voir.

27Sur ce point des présupposés, la vigilance méthodologique s’imposait à tous les chercheurs. Elle ne pouvait qu’être favorisée par le dialogue entre les sociologues et les théologiens. On constatera que tous se méfient des idées préconçues en la matière.

28Mais cette présence des théologiens dès le début de la recherche était également utile à ces derniers. En effet, les théologiens ne disposent pas au préalable d’une définition immuable de ce que peut être l’identité chrétienne dans un moment historique donné. C’est en étant situés au coeur de la dynamique qui a présidé à la recherche qu’ils échapperaient au risque de l’intemporalité qui guette tout discours religieux, au moins sous forme d’une prétention illusoire.

29En cours de travail, des chercheurs ont à rester attentifs au choix des hypothèses qui guident leurs enquêtes ainsi qu’aux instruments qu’ils utilisent. Hypothèses et instruments n’étant jamais neutres, il importait de s’interroger sur leur cohérence avec les présupposés et les options dont il vient d’être question. Ici encore, cette vigilance ne pouvait qu’être favorisée par le dialogue.

30Une fois les résultats rassemblés et les interprétations fournies par les chercheurs de leur point de vue, la place reste entière pour une lecture théologique de ces résultats et de ces interprétations. Cette lecture ne consiste pas à redire en termes vagues et prestigieux ce qui a été dit en termes précis et chiffrés, mais pour manifester la signification de ces résultats au regard de la foi. Ce « jugement à la lumière de l’Evangile » cherche à déceler dans la situation présente comme une parole que Dieu nous dit encore aujourd’hui. C’est en ce sens qu’il s’agit bien de théologie. Une telle lecture est délicate, elle suppose une « prise de parole » où le théologien s’aventure aussi en tant que croyant. Elle ne peut être menée avec sérieux que si, dès le départ, les théologiens ont pu situer leur réflexion en liaison constante avec les recherches des universitaires.

31Notons-le, il n’est pas nécessaire d’être « théologien de métier » pour se risquer à une telle parole, pas plus qu’il n’est nécessaire d’être « sociologue de métier » pour s’avancer sur le terrain de l’interprétation sociologique en compagnie des spécialistes. Le lecteur s’en rendra compte en découvrant les réflexions finales de certains chercheurs, qui très consciemment (et en le disant) s’aventurent au delà des strictes conclusions que permettraient leurs enquêtes. Ou encore, en lisant les réflexions des membres de l’équipe théologique, d’où la sociologie et la philosophie ne sont pas absentes. C’est sans doute un des bénéfices du « partenariat » vécu au long de cette recherche.

32Enfin, lorsqu’il s’agit de dégager des propositions pour l’action, les théologiens sont amenés à apporter leur contribution, en dialogue avec les autres partenaires de la recherche.

33Toute recherche interdisciplinaire de ce genre à des limites inévitables : elles ont été rappelées au chapitre précédent. Entre les raffinements indéfinis de l’enquête sociologique et de l’interprétation de ses résultats, d’une part, et l’urgence des décisions de gestion (qui ne dépendent pas de nous) d’autre part, il est nécessaire de trouver un moyen terme. Il devait donc être possible de proposer quelques options sur la base des données recueillies, malgré le caractère forcément partiel de celles-ci. C’est ce à quoi se risque la dernière partie et la brève conclusion de l’ouvrage.

34Les commanditaires de la recherche ont invité les chercheurs à aller jusque là. A ne pas hésiter à être dérangeants. Une attitude qui est peut-être plus facile pour les sociologues et les économistes que pour les théologiens. En effet, des « scientifiques » peuvent toujours s’abriter derrière la rigueur de leurs procédures, voire derrière un appareil mathématique intimidant pour le profane. Mais dire, sur la base de leurs résultats, une parole à la lumière de l’Evangile, cela requiert pour les théologiens d’employer un langage clair, compréhensible pour tout le monde. On verra que certains des « scientifiques » n’ont pas hésité à les accompagner sur ce terrain.

35Ce qui nous met à l’aise, c’est que ce travail s’inscrit dans un mouvement plus large. Les options proposées ne sont en aucune manière « les solutions » aux problèmes qui se posent sur le terrain, mais des pistes pour la réflexion et l’action. Ni les sociologues et économistes, ni les théologiens n’ont la prétention de se substituer aux décideurs et aux acteurs de terrain : on leur a simplement demandé d’éclairer des choix possibles. À chacun et à chacune de se laisser « travailler » par les résultats de la recherche ici présentée, pour risquer ensuite sa propre parole, sa propre action.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540