Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une santé « chrétienne » ?

 | 
Jean-Émile Charlier
, 
Francis Collet
, 
Francis Decroly
, 
et al.

Première partie. Les préalables

Chapitre I. Une démarche et sa méthode

Michèle d' Ydewalle-Provis

Texte intégral

Un contexte général et particulier

1Dans un monde pluraliste, les institutions chrétiennes ont-elles encore un sens ? Existe-t-il une spécificité de l’institutionnel chrétien qui justifie qu’on la valorise voire qu’on la défende, ou simplement des habitudes historiques, une répartition des parts de marché ? Le choix pastoral qui a suscité ces institutions demeure-t-il un choix pertinent ? A quelles conditions ? Comment agir pour que les institutions dites chrétiennes puissent être réellement chrétiennes aux yeux des hommes et des femmes d’aujourd’hui ?

2De telles interrogations traversent les institutions médico-sociales chrétiennes aussi bien en Amérique du Nord que dans toute l’Europe. Elles sont au centre de nombreux débats dans l’ensemble du monde institutionnel chrétien belge : enseignement primaire, secondaire, supérieur, universitaire, mutuelles, et jusqu’aux mouvements associatifs.

3Ce qui apparaît comme une véritable « recherche de sens » concerne la Belgique avec d’autant plus d’acuité et d’urgence que l’on y observe un vaste réseau institutionnel né d’un projet pastoral des Evêques, une fois acceptée la Constitution libérale de 1881, ayant pour effet ce que l’on a appelé la « pilarisation » ou le clivage chrétiens/laïcs.

4Pourquoi invoquer une urgence spéciale en ce qui concerne les institutions médico-sociales ? En raison d’une triple évolution, particulièrement depuis les années 60 et le Concile Vatican II, évolution qui se poursuit : celle de la société, de l’Eglise, des institutions elles-mêmes. Parmi les changements majeurs qu’elle provoque, celui de la reconnaissance de la légitime autonomie des réalités terrestres et de la gestion profane des problèmes socio-économico-politiques concerne l’ensemble du réseau institutionnel chrétien, tandis que celui des nouvelles technologies médicales et plus largement de la culture scientifique en lien avec l’économique et le politique, se rapporte plus spécialement au monde médico-social et soulève de nouveaux problèmes socio-éthiques.

5On devine l’importance des défis et des enjeux, dont les moindres ne sont sans doute pas les enjeux idéologiques touchant à des questions essentielles — comme celle de l’annonce de l’Evangile et de la place de l’Eglise dans les sociétés modernes — et les enjeux économiques et politiques relatifs au financement des institutions. Mais il y va aussi, en dehors de toute confession ou appartenance sociopolitique, du caractère « simplement » humain du service rendu à la personne en quête d’aide ou de soins, avec le souci de la totalité de son être, y compris de son intériorité, de sa spiritualité.

6Au moment où des orientations nouvelles se font jour, la responsabilité des institutions chrétiennes — au carrefour de la pensée et de l’action, d’une réflexion de plus en plus pointue et du « terrain » de plus en plus démuni voire humilié — était de contribuer au développement d’une dynamique actualisée, qui prenne ses distances par rapport à une perspective simpliste et manichéenne ou se cachant à elle-même la réalité voire s’illusionnant ou, pis encore, pragmatique jusqu’à l’indifférence.

7Il importait de répondre valablement aux interpellations que suscite la contradiction, partout dans le monde — et donc aussi au sein des institutions — entre les valeurs proclamées — ou plus banalement affichées — et leur respect effectif.

8Dans le cadre de Caritas, à la suite du travail des commissions éthiques et de divers groupes relevant des fédérations, un espace de réflexion nous a fait passer de la densité souvent harassante de notre pratique médicosociale — avec les épineux soucis administratifs et budgétaires qu’elle suppose — aux dimensions délicates autant que discrètes, au point d’être parfois oubliées, du sens de cette pratique dans les institutions. A l’instar de nombreuses institutions, on y vit la référence chrétienne de manière contrastée, les difficultés y sont souvent peu analysées ou mal comprises. Comment interpréter les « signes des temps » ? Comment y répondre ?

Des objectifs

9C’est dans ce contexte qu’a été prise la décision d’une recherche, en 1988, à l’initiative de Monsieur Pierre Huvelle, alors Secrétaire Général de la Confédération Chrétienne des Institutions Médico-Sociales de Caritas Catholica en Communauté Française, dont le secteur opérationnel ne rassemble pas moins de 500 institutions. Elle s’inscrit dans le cadre plus large de Caritas Europe. A notre connaissance, il s’agit de la première recherche empirique sur ce sujet.

10La problématique a été présentée aux chercheurs sous l’angle de l’identité chrétienne. Un triple objectif leur a été assigné : repérer les éléments constitutifs de l’identité chrétienne tels qu’ils sont perceptibles à l’intérieur des institutions et modèlent les pratiques professionnelles ; promouvoir dans ces institutions des comportements, des structures et des repères symboliques qui invitent les agents à une adhésion au projet chrétien ; renforcer et valoriser l’image des institutions chrétiennes et lui assurer une cohérence facilitant les relations avec les partenaires privés et publics.

11Partir de la notion d’identité chrétienne eut pour effet de faire rebondir la problématique en de nombreuses autres questions telles que : les institutions chrétiennes ont-elles désormais perdu toute spécificité, dilué leur identité dans le processus de sécularisation à l’oeuvre dans les pays occidentaux ? Pourquoi les institutions sociales et de santé, de même qu’un certain nombre de groupes et mouvements, sont-ils aujourd’hui habités par un désir de réaffirmation chrétienne ? Le souhait de cohérence qu’ils manifestent n’a-t-il pas une dimension prédominante de conservation ou de repli sur soi ? Peut-on considérer qu’il est potentiellement porteur d’une ouverture inventive et responsable sur le monde ?

12Dans le chapitre 3, un approfondissement de cette notion d’identité sera présenté par des philosophes et un sociologue

13Cette nouvelle série de questions traduit entre autres trois points importants à relever dès à présent : le climat d’interactions réciproques nécessaire, sans être toujours possible, entre les responsables institutionnels et les chercheurs ; le fait que ces derniers doivent aussi pouvoir évaluer le sens et la finalité de la recherche à laquelle ils se consacrent ; et, plus précisément, que poser la question de l’identité chrétienne, c’est aborder avec des intentions multiples-parfois difficiles à concilier mais pas toujours contradictoires — un sujet particulièrement complexe. Ne nous y trompons pas, deux ordres de préoccupations coexistent : spirituel et humain, mais aussi instrumental.

14Dans le chapitre 2 intitulé « Recherche et intervention », l’analyse du Père P. Tihon nous en fera prendre toute la mesure et élargira considérablement le champ de la problématique

15Selon les commanditaires de la recherche, « ce n’est pas d’abord, ni essentiellement, la légitimité théorique de l’institutionnel chrétien qui est en cause ; il faut répondre aux interrogations sur le « comment agir » pour que les institutions chrétiennes puissent être réellement perçues comme telles ». Dans le document officiel définissant les objectifs de la recherche, on peut lire : « à travers et au-delà de l’apport de la recherche, il importe de repenser et concrétiser, compte tenu des contraintes et avantages actuels, tant internes qu’externes, la référence évangélique comme source inspiratrice de projets temporels. L’étude et la mise en oeuvre des modalités susceptibles d’intégrer les éléments du changement selon un esprit chrétien concerneraient tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont impliqués dans la vie des institutions : les responsables des fédérations et des institutions affiliées, les personnes qui y travaillent dans les diverses fonctions ainsi que les ‘usagers’ de ces services ».

Une démarche, ses options et aspects méthodologiques

16La direction de la recherche a été confiée à un comité d’accompagnement présidé par l’Abbé Paul Tassin, directeur de la Fédération des Institutions Hospitalières de Wallonie (F.I.H.W.). Sa composition reflète bien la synergie envisagée : s’y trouvent réunis les responsables de la Confédération Chrétienne des Institutions Médico-Sociales (C.C.I.) et des fédérations, les représentants mandatés des universités, un délégué de la C.C.I. auprès de l’équipe des théologiens — l’Abbé Francis Collet —, des représentants de l’équipe des théologiens, ainsi que Madame M. d'Ydewalle-Provis, chargée de la coordination de la recherche.

17Pour entreprendre cette étude sur des bases rigoureuses, la C.C.I. a en effet sollicité la collaboration des universités catholiques francophones. Avec l’accord des recteurs, sociologues, économistes et philosophes issus des Facultés Universitaires Saint-Louis, des Facultés Universitaires Notre Dame de la Paix et des Facultés Universitaires Catholiques de Mons ont ainsi collaboré à la recherche.

18La deuxième partie de cet ouvrage présente leurs rapports respectifs

19Soulignons qu’un tel faisceau d’approches de haut niveau pour un même sujet d’étude est relativement rare et qu’il marque l’intérêt des universités, elles-mêmes confrontées à cette question en leur sein.

20Au-delà de l’insatisfaction engendrée par des questions laissées (trop) longtemps en suspens, de la conscience de l’hétérogénéité tant des institutions que de leurs activités, et sans doute aussi du souci de protéger ce réseau où se nouent de nombreux liens tacites, le respect de la pluralité en ce qui concerne la référence chrétienne a conduit les responsables à rester très succincts quant à leur analyse de la situation et à laisser une très grande marge de manœuvre aux équipes de recherche.

21Deux options ont été choisies par les responsables de la C.C.I., traduisant un esprit d’ouverture que l’on appréciera : d’une part, l’analyse scientifique pluridisciplinaire et interuniversitaire par la démarche inductive ; d’autre part, l’éclairage et le prolongement de la réflexion par les théologiens. Relevons qu’une consigne a également été donnée aux équipes : dépasser le niveau du constat afin d’articuler les faits observés à la pratique institutionnelle en une esquisse de projet.

22L’approche scientifique des réalités observables que sont les institutions devait permettre d’éviter tout a priori d’ordre idéologique qui imposerait une vision préconçue de ce que devrait être, idéalement, l’institution chrétienne et de lui imposer au départ un modèle spécifique.

23Par ailleurs, la modernité et les nouvelles sciences étant attentives aux faits plus qu’aux idées abstraites, la pensée chrétienne d’aujourd’hui, à travers des institutions constamment en prise directe sur le réel, se devait de donner toute son importance à la démarche inductive.

24Selon qu’il s’agit d’une analyse sociologique, psychologique, politique, économique, juridique, éthique etc., que celle-ci soit rétrospective, actuelle, ou prospective, la question de l’identité chrétienne connaîtra autant de variations. Situer la problématique dans le champ complexe qui la détermine en faisant appel aux analyses de plusieurs disciplines qui s’y rapportent était également une option de départ.

25A une société pluraliste, à des institutions plurielles, à des modalités diverses d’insertion dans le monde, il convenait d’appliquer une démarche pluridisciplinaire. La sociologie et l’économie articulées à la philosophie, ont été particulièrement sollicitées sur base de rapports de collaboration précédemment instaurés avec certaines équipes et des propositions des universités.

26L’étude est également plurielle à l’égard des perspectives adoptées, consistant à appréhender la nature chrétienne des institutions par le biais de leurs différents acteurs : bénéficiaires, membres du personnel, directions.

27Cependant, à cette analyse scientifique, qui par méthode se limite à la saisie du réel dans l’ordre de la quantité, du mesurable, voire du mathématisable et tend à éliminer les questions sur le « pourquoi » ou le « pour qui », afin de se concentrer sur le « comment » des choses —-nous verrons dans la pratique qu’il en ira autrement — il importait d’articuler une autre rationalité à laquelle faire pleinement droit, celle de philosophes et particulièrement de théologiens à l’écoute de la vie concrète, observateurs attentifs et actifs des « signes des temps » prêts à développer une attitude critique dans une perspective prophétique de renouvellement et de prospection.

28La troisième partie de cet ouvrage est consacrée a l’étude des prolongements de la recherche par l’analyse des points sensibles et l’indication de repères et propositions pour l’action.

Intérêt de la recherche

29Au lecteur de se faire un avis personnel sur cette recherche et sa portée, à partir des rapports qui comportent déjà des éléments d’auto-évaluation.

30Sans anticiper sur les conclusions ou entrer dans des considérations relevant de la spécialisation des disciplines concernées, il importe dès à présent de souligner les qualités de chacune des recherches. Il convient également de montrer brièvement dans quelle mesure chacun des rapports présente bien, selon la demande expresse de la C.C.I. et du comité d’accompagnement, une analyse qui situe les résultats en perspective, tout en marquant la frontière entre l’approche empirique et les interprétations prolongées judicieusement par un avis. Enfin, traçons quelques pistes de réflexion critique, tout en indiquant bien que nous ne pouvons prétendre à l’objectivité.

31L’enquête sociologique par questionnaire de la F.U.C.A.M., nonobstant les réticences marquées des gestionnaires-excluant la représentativité, aura permis, non seulement de rassembler un intéressant échantillonnage de réponses, mais encore de toucher la majorité des secteurs de « Caritas opérationnel », ce qui est propre à cette étude, comme l’est aussi le souci d’élaborer des questionnaires tenant compte des particularités de chaque secteur. L’étude se démarque encore par le nombre et la diversité des paramètres envisagés, dont les plus difficiles à choisir et formaliser furent les critères d’identité chrétienne. L’utilisation compétente de l’outil statistique vise à faire apparaître l’incidence de ces paramètres.

32L’analyse qui en est faite donne bien à connaître la diversité du public des institutions médicosociales chrétiennes et la perception qu’ils ont de ces institutions — l’approfondissement de leurs attentes s’avère particulièrement éclairant — et conduit à de très intéressantes interprétations, situées dans le contexte autant général que particulier. Relevons enfin que cette recherche scientifique aura poussé le plus loin, avec audace, l’interrogation sur les problèmes théoriques et les finalités de la recherche.

33La contribution des sociologues des Facultés Universitaires St-Louis se singularise par sa méthodologie qui représente en quelque sorte une recherche dans la recherche. Variante du modèle général assez récent que représente la recherche-action, le travail par intervention sociologique tel qu’il a été conçu par les sociologues est une innovation qui n’a pas tardé à faire l’objet d’un intérêt de la part d’équipes sociologiques reconnues y compris à l'étranger. Doté d’une programmation bien au point, il aura porté à son plus haut degré l’implication des institutions dans le chef de plusieurs membres du personnel sans discrimination : puéricultrices, médecins, etc.

34Cette recherche, qualifiée aussi d’« intensive », ne revendique pas la représentativité de ses résultats — seuls deux hôpitaux et deux crèches ayant collaboré — mais, par la profondeur de ses analyses intégrant le feedback, aura permis d’émettre des observations significatives à partir de dimensions bien circonscrites du sujet d’étude.

35Ont été mises en évidence, avant d’en tirer des enseignements sociologiques pertinents, la grande complexité du rapport des membres à la référence chrétienne et l’utilisation plurielle qui en est faite. Au niveau interprétatif, soulignons le grand intérêt, y compris conceptuel et prospectif, de l’approche qui y est faite du pluralisme.

36La dimension interdisciplinaire de l’étude des chercheurs des Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix — faisant également usage de l’outil statistique — lui confère un intérêt particulier. En effet, dans la partie préparatoire à l’enquête, philosophes et économistes ont collaboré étroitement. En dépit de son caractère pluridisciplinaire, il n’y a pas dans toute la partie scientifique d’exemple d’une telle coopération, même si elle n’a pu s’exercer également dans l’interprétation des résultats comme prévu initialement. En effet, seuls les économistes auront proposé une articulation entre les valeurs et les comportements qui attire bien l’attention sur des points importants dans la pratique.

37Côté philosophique, l’on relèvera l’intérêt de la réflexion sur le concept d’« identité » — et d’« identité chrétienne » — et les développements concrets qui sont donnés à ses rapports avec l’éthique chrétienne et l’éthique des valeurs. Successivement déductive et inductive, l’étude philosophique a permis de cerner « 6 valeurs fondamentales pour une éthique chrétienne » qui inspirent la réalisation du questionnaire d’enquête.

38Ce fut un véritable tour de force pour les économistes de traduire les valeurs chrétiennes en termes de comportements relatifs à la gestion, ceci sans jamais faire apparaître le thème « identité chrétienne » afin de ne pas fausser les résultats. La comparaison avec un groupe-contrôle constitué de gestionnaires d’institutions extérieures au réseau chrétien est également spécifique à ce travail et a contribué à établir les conclusions comportant des interpellations particulièrement ciblées sur les enjeux. Notons encore l’importance du travail préliminaire portant sur les normes légales. Il aura donné toute leur visibilité aux contraintes inhérentes à la gestion, permettant de mieux situer les difficultés et l’étroite marge de liberté des responsables ; ce facteur sera analysé du point de vue des théologiens.

39Une triple modalité de collaboration aura contribué à l’apport tout-à-fait original et irremplaçable des théologiens, dont l’investissement et la qualité d’écoute furent considérables : accompagnement de la recherche, interprétation des résultats dans une visée prospective, propositions pour l’action. L’approche est théologique, notamment en ce qui concerne l’anthropologie ; toutefois, selon une vue plus globale des faits et dans un large esprit d’ouverture, elle se révèle aussi historique, sociologique, éthique etc... Par là, elle établit, entre les divers aspects de la recherche des rapports qui ne sont pas manifestes à première vue.

40Soulignons la grande valeur critique et prophétique de cette réflexion qui aura tracé le fil rouge traversant toute la recherche, et ce de plusieurs façons : d’une part, en faisant avec discernement le lien entre les préoccupations de départ et les résultats, et d’autre part, en donnant un avenir aux multiples interrogations institutionnelles après en avoir souligné les dimensions fondamentales, pour un monde contemporain à accueillir avec lucidité et confiance.

41Après avoir attiré l’attention sur les dangers de la logique dominante de nos sociétés, sont judicieusement mises en relief et situées dans une visée prospective résolument constructive — sur fond d’espérance —, les questions suivantes : pluralisme, motivations, comportements des acteurs, contraintes diverses. Y est fait pleinement droit à l’interrogation sur plusieurs aspects importants, comme la référence institutionnelle à l’identité chrétienne dans le contexte de la modernité et sa culture, l’attente des usagers à l’égard des signes symboliques et des expressions religieuses qu’ils souhaitent, la marge de liberté des gestionnaires et son contenu.

42Particulièrement sensibles aux inégalités et à la déshumanisation portant atteinte à la dignité de l’homme, les théologiens ont mis en lumière avec finesse et doigté les points clés susceptibles de réactiver et nourrir la responsabilisation des fédérations et des institutions-membres autour d’un nouveau projet assumant l’« effectivité des valeurs », dans le contexte sociétal actuel en pleine mutation. Remarquons encore que le discours des théologiens nous aura paru exprimer de la façon la plus profonde les réalités vécues par les personnes dans le monde médicosocial, exprimant que la foi n’est relation à Dieu que dans la mesure où elle est accueil.

Limites de la recherche

43D’emblée, il importe de préciser que cette recherche — d’où sont pratiquement absentes des hypothèses au sens strict et une définition claire et étayée de l’institution chrétienne — qui ne porte pas sur tous les secteurs et dont les résultats sont pour une part dépendants de leurs méthodologies, est essentiellement exploratoire. En ce sens, elle devrait être considérée comme un premier jalon d’un processus de recherche plus vaste.

44L’on peut regretter que la recherche n’ait pas pris en considération, non seulement les personnes handicapées mentales ou présentant une pathologie d’ordre psychiatrique, mais encore les petits secteurs, pourtant riches d’enseignement en raison de leur caractère novateur, tels que les entreprises d’apprentissage professionnel (E.A.P.).

45De plus, cette recherche n’est sans doute pas la seule modalité valable d’approche de l’identité chrétienne. Il serait souhaitable dans ce sens, d’une part de donner une place aux interpellations de disciplines comme la psychologie — cognitive ou religieuse — et le droit, concerné par les mutations tant en matière culturelle qu’éthique ; d’autre part, d’intégrer davantage le concept de la personne en situation de souffrance, y compris dans sa relation avec le personnel soignant — dont le regard mérite aussi l’intérêt-, ce qui suppose des contacts humains.

46Par ailleurs, notons qu’un travail à confier au centre d’études bioéthiques de l’U.C.L. avait été envisagé. Son sujet était le suivant : articulations des contraintes économiques et des valeurs dans la pratique hospitalière et, plus précisément, les soins de santé. Elle aurait notamment présenté l’intérêt de rencontrer les religieux et les aumôniers laïcs, ainsi que les psychologues oeuvrant au sein des institutions, ce qui est absent de la recherche. Pour diverses raisons, cette étude n’a malheureusement pas pu être menée à son terme.

47Peu d’interactions réciproques entre équipes auront été observées malgré nos encouragements, ce qui tend à affaiblir le caractère pluridisciplinaire du travail et à nuire à sa cohérence interne. Des contraintes inhérentes à la disponibilité des équipes, bien compréhensibles, et à la singularité des méthodes peuvent l’expliquer en grande partie. Peut-être devrait-on, au contraire, se réjouir que, par cette indépendance, les aspérités n’aient pas été gommées, requérant ainsi un effort personnel de synthèse de la part du lecteur. Une telle synthèse est d’autant plus nécessaire que la pluralité existe au sein même des équipes, ce qui, au négatif, peut évoquer l’incohérence et, au positif, introduire à une culture du dialogue et de la discussion.

48Pour ouvrir le plus largement possible le champ de la critique, remarquons l’absence quasi générale de référence au monde médico-social laïc, pouvant être considérée au négatif comme au positif. Dans le même ordre d’idées, l’on pourrait contester le fait que cette recherche a été réalisée exclusivement par des universités liées au même réseau d’appartenance.

49Dotés d’une grande liberté — garantie essentielle de la qualité de la recherche — les scientifiques ont relevé un défi de taille, celui de la traduction expérimentale d’interrogations assez éparses et floues, étudiées sous l’angle de l’identité chrétienne, lui-même source d’ambiguïtés. Pour ce faire, de nombreuses difficultés intrinsèques aux sujets étudiés ont été traitées, telles que : le caractère peu disponible des faits, en tout cas sans précautions formelles ; le grand nombre et la très grande complexité des déterminants des attitudes ou activités en rapport avec la référence chrétienne ; le rôle difficile à apprécier que jouent les interactions entre les facteurs, le système médico-social et les rapports que les personnes entre tiennent avec lui ayant leur logique propre, voire leurs engrenages ; enfin, la grande distance épistémique entre les observations et l’envergure des conclusions telle qu’elle a été demandée.

50Il semble que l’on ne puisse reprocher à cette réflexion d’avoir évacué la question de sens et de valeurs dans les activités de recherche. La rencontre entre le point de vue des scientifiques et celui des théologiens et les pages stimulantes de leurs rapports respectifs en attestent. Le point de vue des théologiens, en particulier, invite clairement les membres des institutions à réfléchir aux questions que suscite la foi dans leur travail quotidien — afin d’être prophète de bonheur — et les engage véritablement à travailler la référence chrétienne en lien avec le projet temporel et central de leur institution en posant des choix.

51Pourrait-on s’en prendre alors à un éventuel monopole ou dirigisme ? Interprètes de la multiplicité des aspects de l’identité chrétienne et de la pluralité de leurs significations, les recherches se sont gardées d’épuiser la problématique. Au contraire, répondant à certaines questions mais en faisant surgir de nouvelles, elles l’ont élargie.

52Relevons que cette approche a probablement pour effet de raviver un sentiment de complexité et d’incertitude toujours inconfortable. Mais le fait d’avoir sorti l’identité chrétienne — et plus spécialement le pluralisme du tabou et d’avoir attiré l’attention sur l’utilisation instrumentale qui pouvait en être faite, n’était-il pas de nature à susciter un apaisement qui, par la clarification et le débat, relance la réflexion sur des bases meilleures ?

53On l’aura compris, il n’est pas question que les recherches concluent à un projet clos qui soit imposé arbitrairement. Au contraire, respectueuses de l’autonomie et de son corollaire, la responsabilité, elles relancent le débat au sein des institutions et plus largement auprès des chrétiens dans leur ensemble et de tous les hommes de bonne volonté.

54La recherche atteste de la capacité de se mettre en question avec une volonté de progrès. Elle a déjà engagé une dynamique : en premier lieu, à travers la participation des institutions dans le chef de leurs responsables, des membres du personnel et des usagers -qu’il importe ici de remercier vivement ensuite, par la communication qui en a été faite lors du colloque qui s’est déroulé à Namur le 1er octobre 1993 et enfin par divers prolongements de la réflexion au sein des fédérations.

55Les conclusions de cet ouvrage présentent l’intérêt de formuler des propositions pour l’action et de les inscrire dans la durée et le débat

56Le risque est pris de donner à connaître les résultats de cette recherche dans les milieux scientifiques et au-delà ; l’on peut espérer qu’une telle audace sera vivifiante et créatrice.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540