Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une santé « chrétienne » ?

 | 
Jean-Émile Charlier
, 
Francis Collet
, 
Francis Decroly
, 
et al.

Préface

Huberte Hanquet

Texte intégral

1Le monde des hôpitaux est un monde pluraliste — même dans le réseau chrétien. Pluralisme externe, certes. Pluralisme interne aussi. Il n’est dès lors pas étonnant que des questions brûlantes surgissent dans un tel contexte, telle la question sur l’identité chrétienne des institutions. Ce questionnement se révèle bénéfique dans le contexte institutionnel présent en une période marquée par la professionalisation et par la technologie.

2Le pluralisme à l’intérieur comme à l’extérieur de nos institutions présente un atout pour la constante remise en cause de ces institutions et de nos existences, le respect de la pensée d’autrui, l’acceptation du dialogue, le souci désintéressé du bien commun, celui de la coopération et de la recherche, le courage dans la contestation, la sauvegarde des valeurs fondamentales auxquelles tous les coopérateurs sont invités à adhérer, même s’ils ne partagent pas personnellement la foi chrétienne. En vivant cette aventure en solidarité, nous faisons l’expérience que les autres nous sont nécessaires pour accéder à la vérité et en même temps nous sommes amenés à reconnaître que Dieu n’est pas enfermé dans telle ou telle manifestation de ses témoins, aussi fidèles soient-ils.

3Nos constructions humaines sont modestes, partielles et relatives. Nous savons cependant que c’est à travers elles qu’advient le Royaume de par la grâce de Dieu.

4Les institutions du réseau chrétien constituent un héritage précieux. Je veux croire que Caritas Catholica en Communauté Française (C.C.F.) est un espace de rencontre susceptible d’assumer les affrontements et les confrontations. La mise en commun est, je le sais, difficile et parfois périlleuse. Il en est des institutions comme des familles : la rencontre doit s’inscrire dans une démarche de conciliation pouvant aller jusqu’au pardon mutuel. La foi nous y aidera.

5Nous avons une vocation de diaconie pas seulement personnelle mais aussi communautaire. Celle-ci correspond à la tâche de témoigner collectivement de la proximité de la tendresse de Dieu pour les humains.

6Si nos options personnelles peuvent différer, il me semble que tous ceux et celles qui collaborent dans les institutions de la mouvance chrétienne sont appelés à répondre à quelques grandes exigences éthiques dont l’application se fait pressante :

  • exercice de l’autorité comme service

  • refus de la domination par l’argent

  • priorité aux pauvres et aux démunis, accueillis, respectés et défendus

  • protection des étrangers

  • respect de toute vie humaine

  • exigence de justice, de solidarité

  • impératif de la responsabilité personnelle et collective

  • et quelques autres.

7Face au libéralisme sauvage, nous ne sommes pas les plombiers du social ni les gardiens de ceux que la société exclut. Nous essayons d’entendre ce que ceux-ci expriment, nous voulons les accueillir et travailler avec eux. S’il n’en était pas ainsi, nous avons des raisons de nous interroger.

8Les résultats de l’analyse devront être traduits à différents niveaux, notamment en lien avec les communautés chrétiennes, paroissiales et diocésaines, avec l’ensemble des organisations et mouvements partageant la même référence.

9Leur publication ne met pas un terme à nos échanges. Le débat est ouvert et se prolongera au sein du pilier institutionnel, initiateur de la recherche mais aussi au sein du pilier opérationnel et du pilier pastoral de Caritas Catholica en Communauté Française (C.C.F.).

10Je souhaite que soit appréciée la qualité des travaux présentés dans ce livre. Ceux-ci font honneur à la compétence, à la liberté et au désintéressement des chercheurs. Que ceux-ci en soient profondément remerciés.

11Poursuivons notre effort et ne prenons pas le risque de laisser se construire entre nous et autour de nous des murs infranchissables. La Parole de Dieu nous provoque jusqu’à la moëlle. Puisse notre engagement refléter quelque chose de la Bonne Nouvelle que nous apporte aujourd’hui Jésus Christ ou pour reprendre la jolie expression de François de Sales en laisser passer quelque « fumet ».

Auteur

Présidente de Caritas Catholica en Communauté française

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540