Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les missions des centres publics d’aide sociale

 | 
Guy Benoît
, 
Henry Funck
, 
Pierre Jadoul

L’aide sociale aux étrangers

Marie-Rose Warichet

Texte intégral

1Je parlerai donc du secteur « aide sociale » pour les ressortissants étrangers (candidats réfugiés politiques ou immigrés non CEE).

2« Toute personne a droit à l’aide sociale. Celle-ci a pour but de permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine »

3Dans mon travail, j'ai l’occasion d’être confrontée très souvent à ce que j’appellerais le caractère « aléatoire » de l’aide sociale. Elle est accordée dans certaines conditions (sans revenus ou revenus insuffisants), pour une certaine durée (un mois ou deux, voire six mois ou un an), pour certaines catégories de personnes (en règle de document administratif...) et pour certaines dépenses (factures de gaz et d’électricité, facture d’eau, cotisation mutuelle...).

4Nous n’avons pas de points de repères généraux : certaines personnes obtiennent la carte médicale, d’autres pas, certaines reçoivent une aide en espèces, d’autres pas... Une des difficultés vient du fait que les CPAS ne fixent pas de montant minimum d’aide, ni les revenus qui seront pris en considération. Dans certains cas, les allocations familiales seront considérées comme revenus !

5Dans ces circonstances, nous sommes obligés de négocier cas par cas et nous risquons dès lors de nous attacher à des éléments subjectifs. Cette situation donne aux familles un sentiment d’insécurité et de méfiance vis-à-vis du CPAS. Le climat de demande d’aide est alors tendu et ce n’est pas propice à une bonne compréhension.

6La difficulté que les CPAS rencontrent avec les étrangers est celle de la « cohabitation ». Il n’est pas rare en effet de voir un jeune ménage s’installer dans la maison de ses parents à côté d’autres frères et sœurs déjà mariés. Qu’en est-il alors du partage des revenus ? Il faudra donc bien s’entendre dans ce que l’on considère comme cohabitation effective ou liée à la situation d’habitat. Il serait sans doute intéressant aussi de fixer des plafonds de revenus qui mettraient les allocations de chômage, indemnités ou minimex dans une catégorie spéciale.

7Les problèmes les plus actuels que nous rencontrons sont ceux qui découlent de la contractualisation de l’aide. La nouvelle loi (du 12 janvier 1993) instaure en effet un système de contrat obligatoire pour les jeunes de 18 à 25 ans dans l’octroi du minimex, elle peut s'appliquer de façon facultative à l’aide sociale. Je l’ai vue s'appliquer pour des ressortissants étrangers plus âgés et dans l’impossibilité de trouver du travail pour raisons médicale, psychologique ou sociale. Il arrive en effet que des personnes se voient subordonner leur aide sociale à la nécessité de trouver du travail ou de suivre une formation qui s’avère souvent longue et sans possibilité réelle pour l'avenir. Ces formations devraient être encouragées plus positivement.

8Le problème de l’endettement se développe également dans la population étrangère. Je pense à de nombreux indépendants qui ont dû cesser leur commerce et qui éprouvent beaucoup de difficultés à être aidés ainsi qu'aux propriétaires. Pour faire face à la crise de logement, de nombreux locataires ont choisi de devenir propriétaires. Or, quand ils sont endettés et qu’ils s'adressent au CPAS, le fait d’être propriétaire leur bloque bien souvent la porte !

9Enfin, le problème des jeunes (qui ont opté pour la nationalité belge...) qui doivent s'installer seuls pour obtenir le minimex à 18 ans. Comment pourrait-on envisager la situation à la lumière des différences culturelles ? Cette situation n’est pas nécessairement bonne pour le jeune, sa famille et le CPAS.

Auteur

Assistante sociale aux Services sociaux des Quartiers 1030

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540