Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique culturelle et droit de la radio-télévision

 | 
Hugues Dumont
, 
Alain Strowel

Troisième partie. Débat : points de vue des acteurs et des responsables politiques

F. Young. Série de propositions élaborées relatives à la question du contrat de gestion de la rtbf

Réflexions sur les missions de service public de la RTBF

F. Young

Texte intégral

1Tenter de recréer du sens, de retisser du lien social et culturel, de débattre démocratiquement et de refondre les objectifs et les instruments d'une politique culturelle dans le domaine de l'Audiovisuel.

2Est-ce là une revendication, un pari si scandaleux ?

3L'échec actuel ne doit pas décourager car la nécessité de ce travail collectif reste entière.

4Certaines pistes de réflexion sont déjà bien identifiées et il n’est sans doute pas inutile de les rappeler ici :

5- Les éléments d'analyse disponibles conduisent inévitablement à conclure que les politiques gestionnaires menées en Communauté française depuis 1987 mènent à l'effondrement du Service public (soit dans la réalisation de ses missions, soit en tant que structure organisée).

6- Les éléments suivants ont été avancés :

  • émergence "barbare" des nouvelles techniques, fondée sur une logique exclusivement mercantile et favorisant l'internationalisation et l'industrialisation de la diffusion audiovisuelle ;

  • crise des finances publiques, crise des structures de service public ; crise des "piliers" (reproduite à l'infini par la loi du pacte culturel) ; crise de la Communauté française (coincée entre l'émergence européenne et l'émergence régionale) ; crise des objectifs de politique culturelle (faillite du concept d'industries culturelles et politiques gestionnaires) ; crise de la représentation sociale et développement d’un nouveau populisme tant à gauche qu'à droite ; inadéquation des dispositifs de régulation du marché audiovisuel.

7Ces crises placent les « commanditaires » publicitaires en position de force, les commanditaires (essentiellement « politiques » dans l'organisation actuelle) culturels et éducatifs étant paralysés par les crises mentionnées ci-dessus.

8Ces crises révèlent également la nécessité de développer une nouvelle approche d'élaboration d'un consensus autour d'un projet ambitieux et cohérent de transformation des services publics pour répondre aux nouveaux besoins sociaux.

9Il s'agit davantage d'inventer des procédures nouvelles que de proposer des « solutions miracles » issues des instances « gestionnaires ».

10Il convient d'insister fortement sur l'importance des moyens de « création-production » concentrés à la RTBF et dont la survie est menacée. Dès lors, le contrat de gestion devrait à tout le moins répondre aux questions essentielles suivantes :

  • comment utiliser les nouvelles techniques dans une perspective de service public ?

  • comment assurer un pluralisme des commanditaires ?

  • comment répondre à la crise des « piliers » ?

  • comment répondre à la crise des finances publiques (coût et financement de la RTBF) ?

  • quels seront les objectifs prioritaires en matière de politique culturelle et éducative ?

  • comment préserver la création/production de programmes artistiques, culturels et éducatifs ?

§ 1. La RTBF et la production de programmes pédagogiques, culturels et artistiques

11Vu l'extrême modicité des moyens extérieurs disponibles (publics et privés), la RTBF constitue, de par ses ressources, le pôle essentiel de production de programmes pédagogiques, culturels et artistiques en Communauté française. Cette situation engendre dans le chef de l'Institut une très grande responsabilité. Il conviendrait de fixer très précisément des objectifs précis pluriannuels en cette matière (quotas en heures et en budget).

§ 2. La RTBF et la diffusion de programmes pédagogiques, culturels et artistiques

12La diffusion de programmes va connaître dans les mois et les années à venir de profonds bouleversements du fait de l'évolution des techniques, de l'internationalisation des opérateurs et de leur concentration.

13La RTBF dispose de formidables stocks de programmes et la Communauté française de plusieurs canaux de diffusion (la RTBF elle-même, les télés locales, la Médiathèque, les nouveaux services sur le câble dont elle pourrait s'assurer une certaine disponibilité par voie réglementaire ou autre).

14Les programmes pédagogiques, culturels et artistiques constituent à l'évidence un type de programmes demandés par les éditeurs multimédias. Des initiatives devraient être prises dans ce domaine.

15L’existence actuelle de deux chaînes de télévision au sein de la RTBF permet d’élargir la gamme des programmes produits et diffusés. La perte essentielle de ces dernières années tient dans l’appauvrissement de Télé 21 dont le budget annuel n’était pourtant pas très élevé (100 à 150 millions). Des objectifs quantifiés sont également nécessaires dans ce domaine.

§ 3. La tension publicitaire

16Une certaine pression publicitaire s'exerce sur la production et la diffusion des programmes par la RTBF. Il s'agit là d'un secret de polichinelle. Aussi, conviendrait-il, dans le souci de préserver tant que faire se peut l'intégrité du Service public, de maintenir un lien entre les ressources publicitaires obtenues et l'investissement dans la production et la diffusion de programmes pédagogiques, culturels et artistiques (en pourcentage, par tranche, etc.).

§ 4. L'absence de commanditaires

17Il est indispensable de rétablir une pluralité de commanditaires pour s'assurer du pluralisme des productions et des diffusions. Le ministère de la Culture et celui de l'Enseignement sont bien sûr par nature des commanditaires potentiels importants d'un service public de l'audiovisuel. Un fractionnement du contrôle de la dotation est à envisager.

§ 5. Quant aux programmes de la RTBF, il pourrait s'agir

  • de mener une réflexion approfondie sur les besoins de ses audiences ainsi que sur les méthodes de mesure de celles-ci, notamment sur un plan qualitatif ;

  • de produire et de diffuser ou de rediffuser une large variété de programmes notamment pédagogiques, artistiques et culturels, qui respectent l’exigence et les particularités des sujets abordés et des publics concernés, en y consacrant un temps suffisant ;

  • d’élaborer et de présenter des programmes de sensibilisation qui intègrent une pédagogie et une explication afin d'y donner accès à un plus large public ;

  • de penser, en ces temps de crise sociale grave, à la nécessaire collaboration que le service public devrait avoir avec le monde de l'éducation et de la formation ;

  • d'ouvrir des espaces mobilisateurs à la création audiovisuelle ;

  • d'être en mesure de participer, avec des programmes qualitativement ambitieux, expression de notre réalité artistique, sociale et culturelle, aux échanges et projets internationaux, et notamment à TV5, à ARTE, ou à la Communauté des radios publiques de langue française - CRPLF ;

  • de se doter des structures et des personnes qui assureront la coordination entre les secteurs de la création et de la culture et la RTBF, et permettraient de jeter des ponts vers le monde de l'éducation et de la formation.

18Finalement, la question préalable paraît simple ; le gouvernement de la Communauté française considérera-t-il que l'élaboration d'un contrat de gestion pour la RTBF est son affaire privée ou au contraire saisira-t-il l'opportunité d'organiser une large concertation préalable, un réel débat public et politique ?

19Rompre avec la politique gestionnaire du début des années 90, dont les ravages se marquent dans la rupture entre le monde politique et la population ainsi que dans la montée du populisme et de l'extrême droite, suppose du courage et détermination politique.

20Madame Onkelinx a montré qu'elle n'en manquait pas. Mais sera-t-elle soutenue par les appareils politiques et administratifs et par le ministre de la Culture particulièrement concerné par l'avenir de la RTBF ?

21Rien n'est venu l’indiquer pour l'instant.

Auteur

Délégué général pour la Belgique de la SACD et de la SCAM

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540