Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique culturelle et droit de la radio-télévision

 | 
Hugues Dumont
, 
Alain Strowel

Troisième partie. Débat : points de vue des acteurs et des responsables politiques

J. Morael. De l'audiovisuel dans la culture

Jacky Morael

Texte intégral

DE L'AUDIOVISUEL DANS LA CULTURE

1En préparant mon intervention, je relisais les objectifs assignés par les organisateurs de cette journée : « de l'ensemble de cette démarche, on peut espérer une clarification partielle des enjeux du débat actuel sur la place et le rôle de la culture dans l’audiovisuel ».

2Désolé, mais mon intervention ne s'inscrira pas dans cette démarche. Je me refuse de penser la place et le rôle de la culture dans l'audiovisuel. Par contre, et ce sera l'objet de mon intervention, je propose de renverser les termes de la relation culture - audiovisuel et de réfléchir quelque peu à la place et au rôle de l'audiovisuel dans la culture.

3Ce renversement n'est pas qu'une question de style. C’est aussi une question de format. Acceptera-t-on encore longtemps de voir la culture s'adapter et partant, se réduire, peu à peu aux 57 cm de l'écran universel ?

4Cette première clarification me permet de rebondir sur la position qu'ECOLO a adoptée lors du débat sur le GATT. Toute la question était de savoir si la culture (via l'audiovisuel) devait trouver place dans cet accord général sur le commerce et les tarifs. Contrairement à ce que pensent la plupart des gens, la réponse apportée fut affirmative.

5Le vocable retenu par les textes officiels d'« exclusion culturelle » est trompeur. L'« exclusion » en termes « GATTiens » signifie uniquement qu'aucune offre de libéralisation immédiate n'est déposée par les partenaires. Avec l'« exclusion », le secteur audiovisuel est donc bel et bien inclus dans les accords généraux du GATT et sa libéralisation progressive inéluctable.

6Seule la clause d'« exception culturelle » aurait permis d'extraire l'audiovisuel et, partant, la culture des pressions du marché. Il n'en fut rien. Dont acte. On ne refait pas l'histoire.

7Par contre, nombreuses furent à ce moment les professions de foi culturelles des responsables politiques de notre communauté, qui pourraient aujourd'hui se traduire en actes.

8Cette journée d'étude se situe à cet égard à un moment stratégiquement important. Le nouveau statut de la RTBF est sur la table. L'accord TVB est en renégociation. Certaines concessions où autorisations arrivent à échéance : c'est le cas pour TVI en décembre 96. D’autre part, les révolutions technologiques sont déjà présentes : numérique, bouquets, satellites, multimédia, etc.

9Va-t-on profiter de ce moment pour débattre des orientations qui seront prises ? Permettez-moi d'en douter.

10Face à l'incertitude qui plane (les nouvelles technologies seront-elles adéquates ?, les téléspectateurs suivront-ils ?, le coût sera-t-il supportable ? si oui, par qui ?,...) les responsables politiques de la majorité, poussés par la peur du vide et l'état des finances de la Communauté française, choisissent la fuite en avant.

11J'en veux pour preuve le contenu qu'ils donnent au projet de décret sur le nouveau statut de la RTBF. Les missions, ce qui fonde la spécificité du service public et ce qui justifie son large subventionnement public, n'y sont plus indiquées. Dans les premières versions du projet, celles-là mêmes qui dévoilent les véritables intentions, on ne parle même plus de « production ». Seule la « diffusion » est évoquée.

12Dans vos « questions pour un débat », vous nous demandez d'évaluer les émissions et les activités de la RTBF à l'aune des dispositions décrétales qui l'investissent d'une mission de développement culturel et d'éducation permanente. Mais le problème n'est plus seulement de savoir si la RTBF remplit ou non ses missions.

13La question préalable qui doit être posée, d’une part, à ses responsables politiques et, d'autre part, à ses gestionnaires (mais la confusion entre gestionnaires et politiques est telle que nous ne doutons pas d'une réponse identique), est de savoir si elle a encore la volonté de le faire !

14Tout porte à craindre que non.

15La translation volontaire à l'article 2 du vocable « service public » au vocable « service universel » compris comme « service minimum » est loin d’être innocente. Elle permet à l'institution de définir elle-même ses objectifs oubliant par la même que 70 % de ses recettes lui sont attribuées par les pouvoirs publics. Ce faisant, elle confirme la tendance à faire de la RTBF une chaîne commerciale de Gouvernement.

16Certes, définir positivement ce que doit être un service public culturel de l'audiovisuel n'est pas chose aisée. Surtout en ces temps de crise des finances publiques où tout le monde sait pertinemment bien qu’après l'enseignement, ce sera au tour de la culture. N'oublions pas qu'il reste 6 milliards à trouver d’ici 1999.

17Il faut dans cette tentative de définition éviter le double écueil : celui de la réduction de la culture au social et celui de la réduction de la culture à la création. Entre et avec ces deux bornes (ni TF1, ni ARTE ; ni populisme, ni élitisme ; ni grande surface, ni ghetto), tout le travail de définition positive et d'invention programmatique reste à faire. Allons-y et reprenons ce que nous posions comme point de départ : la question n'est pas la place de la culture dans l’audiovisuel mais la place de l'audiovisuel dans la culture.

18Si telle est la question, il nous faut voir de quels outils audiovisuels le pouvoir politique dispose pour, d'une part, mener sa propre politique culturelle, et, d'autre part, permettre à chacun d'exprimer et de vivre sa culture.

19Ces outils sont trop souvent réduits à la seule radio-télévision de service public organique.

  • 1 Frédéric Young, De nouveaux moyens d'intervention publique en faveur de la création, p. 31 à 50 des (...)

20Or, comme le précisait déjà Frédéric Young lors des Assises de l'audiovisuel de service public1, les instruments sont multiples : les enseignements spécialisés (INSAS, IAD, les conservatoires et diverses formations supérieures et universitaires), les ateliers de réalisation et de production, les médiathèques, les mécanismes d’aide à la création et à la production indépendante, les télévisions locales et communautaires (dont on oublie trop souvent qu'elles aussi ont des missions définies par décret), la RTBF et enfin — surtout dirions-nous — les dispositifs de régulation de l'audiovisuel : décrets, arrêtés et Conseil supérieur.

21L'option politique d'ECOLO, défendue lors des carrefours de l'audiovisuel et réaffirmée aujourd'hui, conçoit primo le service public comme une fonction collective où la généralisation des cahiers des charges à l'ensemble des acteurs publics et privés de l'audiovisuel (télévisions, radios, régies publicitaires, câbleurs) se développe concomitamment au maintien d'un pôle audiovisuel public organique fort dont les missions (fondant spécificité et financement public) sont clairement définies par décret.

22Secundo, il faut élaborer un mécanisme transparent (tout à l'opposé de TVB) de solidarité financière. Beaucoup d'argent circule dans l'audiovisuel mais trop peu remonte vers la création et la production.

23Sans un tel mécanisme, seule l'utilité économique des dépenses est prise en compte. Or, la plupart des innovations ont une utilité économique indéfinissable a priori. Elles ont par contre une utilité sociale évidente.

24Les dépenses en matière de création doivent être comprises comme des dépenses de recherche : un investissement aux résultats constitutivement incertains, générant des externalités a priori indéterminables, et qu'aucun acteur économique, privé ou public, n'acceptera d'initiative de financer à cause même de cette incertitude structurante.

25Notre proposition doit se concrétiser par la mise sur pied d'un véritable fonds de création alimenté par les pouvoirs publics (au-delà de l'aumône du Fonds Di Rupo) et les opérateurs (télédiffuseurs et câbleurs).

26Tertio, il faut veiller à ce que l'Union Européenne ne répète pas les erreurs du GATT. La Conférence Intergouvernementale qui s'est ouverte il y a peu à Turin doit être l'occasion de définir l'audiovisuel autrement que comme un simple service commercial qui peut circuler librement et être soumis aux seules lois du marché. Nous plaidons, si pas pour la création d'un article spécifique pour l'audiovisuel, tout au moins pour un renforcement de l’article 128. Vous n'êtes pas sans savoir qu'ECOLO suit attentivement, dans chacune des assemblées parlementaires où il est représenté, l'évolution des négociations de cette CIG. Un des axes forts de notre position est la définition dans les Traités de la notion de services publics par opposition au courant dominant de services marchands. Seule une telle définition permettra de maintenir et de justifier les subventionnements publics, attaqués par d'aucun, notamment dans le secteur de l'audiovisuel.

27Quarto, la politique des quotas est un moindre mal. Pour ECOLO, ce n'est pas une fin en soi mais cela reste à l'heure actuelle une arme largement justifiée. C'est l'équivalent de ce qu'ailleurs, pour d’autres secteurs de la Communauté française, l’on nomme les discriminations positives.

28Encore faut-il que les textes soient clairs, ce qui n'est pas le cas de l'actuelle directive « Télévisions sans frontières ». A ce propos, et pour répondre à votre avant-dernière question, nous soutenons la volonté exprimée par le Parlement européen d'aller plus loin dans la contrainte. Toutefois, ces quotas ne peuvent raisonnablement faire office de politique audiovisuelle. Ils sont avant tout un outil — par ailleurs relativement inefficace — de promotion de l'industrie européenne des programmes. A terme, il faudra envisager de remplacer ces quotas de diffusion par des obligations d'investissements.

29Quinto, pour que tout ce système soit crédible, il est urgent de réformer le CSA et de lui donner une véritable compétence décisionnelle. Sur cette question précise, notre proposition de décret est déposée depuis 1992. Elle se fonde sur une séparation stricte des pouvoirs et octroie à une instance autonome restreinte (et donc plus efficace) le pouvoir de sanctions graduelles que l'actuel dépositaire (le Gouvernement) se refuse d'utiliser. Et pourtant, il y aurait lieu de le faire.

30Il suffit de constater — pour donner réponse à vos questions sur le rôle des télévisions privées — le non-respect répété par TVI de certaines de ses obligations et l'absence de sanctions encourues par cette chaîne. Depuis sa création, RTL-TVI n’a toujours pas atteint la proportion majoritaire d'œuvres européennes. Pire, elle est — si l'on en croit la contre-expertise communiquée au CSA — au mieux à 36,3 % (et non pas à 44,59 % comme affirmé), soit 5 points en dessous de son niveau de 1988.

31À côté de ces réserves, il faut reconnaître les efforts culturels de la chaîne privée. Emission sur les livres, débat sur la culture, conception ouverte et indépendante de l'information, couverture d’événements culturels, etc.

32À votre question sur le rôle du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, la réponse d'ECOLO est donc sans ambiguïté aucune : oui, nous sommes partisans d'étendre les compétences du CSA en lui attribuant un pouvoir de décision et de sanction. Depuis plus de quatre ans, nous attendons que les autres partis nous rejoignent sur ce point. A ce propos, on peut légitimement se demander si les idées contenues dans la déclaration gouvernementale se traduiront un jour en actes.

33Ayant posé ces premiers instruments permettant de clarifier la place de l'audiovisuel dans la culture, nous pouvons maintenant nous concentrer sur l'outil complémentaire que pourrait être la RTBF.

34Si nous avions respecté le contrat qui nous demandait de nous positionner sur la place de la culture dans l'audiovisuel, nous aurions pu nous limiter à analyser les programmations et souligner l'intérêt non négligeable de certains îlots tels Turbulences, Strip-Tease, Intérieur nuit, Droit de cité, Noms de dieu, l'Hebdo, Autant-savoir, Double 7 et quelques autres.

35En renversant les termes de la relation audiovisuel - culture, nous devons en plus analyser le rapport de la RTBF à la création culturelle (production et co-production) et le rapport de la RTBF à l'accès à la culture (vulgarisation et explication).

36Donnons pour commencer la parole à la défense.

  • 2 RTBF, Les missions et les moyens de l'institut public de radiodiffusion de la Communauté française,(...)

37Jean-Louis Stalport écrit dans sa note sur « les missions et les moyens de l'institut public de radiodiffusion de la Communauté française »2 qu'« il n'est pas démontré que l'élargissement au plus grand nombre d’une culture en évolution inéluctable constitue un appauvrissement ». Certes, jusque-là, il a raison. Mais, comparer comme il le fait par la suite (page 25) l'apport de l'invention de la télévision à ce qu'a pu apporter l'invention de l'imprimerie, c’est choisir d’interpréter l’histoire des technologies à son avantage.

38L'imprimerie, tout en augmentant la diffusion des œuvres écrites, a permis de faciliter et, partant, de démultiplier et de diversifier les créations, alors que la télévision généraliste, loin de démultiplier les créations, tend de plus en plus à homogénéiser ses programmations. De plus, et quoi qu'on en dise, la télévision n'est pas interactive. Elle est unilatérale et à sens unique.

39La comparaison entre l'imprimerie et la télévision s'arrête donc à leur capacité commune de démultiplier les récepteurs, lecteurs ou téléspectateurs. Par contre, dès que l'on regarde du côté des émetteurs et du contenu, tout sépare la télévision de l'imprimerie. L'imprimerie crée du stock. La télévision privilégie de plus en plus le flux.

40L'imprimerie a démultiplié les créations, facilité l'émergence de nouveaux créateurs et de nouveaux acteurs. La télévision, en recherchant de manière de plus en plus affichée le plus petit dénominateur commun (le feuilleton idéal), les anéantit peu à peu. La « chaîne unique » risque de ne plus être un fantasme... avec pour JT une juxtaposition de sujets non plus choisis en fonction de leur importance mais en fonction de l'impact supposé qu’ils auront auprès des P.R.A. 18-44 (les Principaux Responsables d'Achats), les ménagères, cette cible privilégiée des annonceurs.

41C'est la « dérive de la maman » : un sportif accomplit une performance, un acteur reçoit un prix, un belge se distingue à l'étranger et on envoie une équipe tourner la réaction de leurs mères. Ça existe, ce n'est pas dénué d'intérêt, certes ! Mais quand ça devient un système, c'est raccoleur-populiste.

42Si l'on s'accorde pour renverser les termes de la relation culture - audiovisuel, et donc si l'on ne se satisfait pas d'un espace « culture » une fois par semaine entre 23H00 et minuit, il faudra abandonner au plus vite, pour la chaîne publique tout au moins, cette recherche du plus petit dénominateur commun et réfléchir à la pertinence du concept de « plus grand démultiplicateur (commun) ». Notre proposition n'est pas aboutie — un parti politique n'a d'ailleurs pas à se substituer à une direction des programmes — mais il nous semble qu’il y a là à tout le moins matière à réflexion.

43Si l'objectif est de démultiplier, alors les publics visés sont multiples et non plus médians. Tant pis pour les annonceurs et autres publicitaires. N'oublions jamais que leur apport ne dépasse pas 20 % des ressources alors que la subvention publique atteint, elle, les 70 %.

44Si l'objectif est de démultiplier, alors les programmes offerts se diversifient. La recherche du plus grand démultiplicateur n'est pas pour autant synonyme d'élitisme.

  • 3 Dominique Mehl, La fenêtre et le miroir. La télévision et ses programmes, Documents Payot, septembr (...)

45L'objectif, pour reprendre la belle formule de Dominique Mehl3, d'une télévision « fenêtre » (par opposition à la « télévision miroir »), outre quelques grands éléments fédérateurs, « n'est plus de toucher tout le monde tout le temps, mais d'atteindre les uns après les autres tous les publics sur des thèmes différents, dans des genres différents, à des moments différents » et, ajoutons-nous, de faire les liens et d'opérer les relances entre émissions, entre programmes, entre chaînes, entre radio et télévision et surtout, entre opérateurs culturels.

46Et si tout ceci n'était que rêve... et si tout ceci était définitivement impossible, trop cher,... et s'il était irrémédiablement trop tard... alors, il ne resterait à la télévision publique qu'à se recentrer modestement mais fermement sur ses missions fondamentales d’information et de développement culturel. Oublier le flux et privilégier le stock. S’inscrire dans la durée et préférer la critique formatrice à la promotion consommatrice.

47Javas n’est pas la réponse souhaitée. L'atelier « culture » a accouché d'une souris. Et surtout, nous ne pouvons nous satisfaire d'un simple agenda de promotion culturelle.

48Le cinéma n'a plus de réelle émission critique. Le livre n'a plus d'émission hebdomadaire. Ou alors, paradoxe, sur la chaîne privée.

  • 4 Dépêche AFP, 20 octobre 1995, 13H34.

49Bernard Pivot avait raison quand il déclarait à l'AFP en octobre dernier qu’« il est plus que probable que dans cinq ou dix ans, des émissions comme la sienne n'existeront plus sur les grandes chaînes »4. Chez nous, il n'a même pas fallu attendre ce temps. « D'après les résultats de l'audimat, le public français est de plus en plus con » conclut-il.

50Voilà le problème, l'audimat, cet inquisiteur parfaitement intériorisé des communications modernes.

51En politique, on vote tous les quatre ou cinq ans. Et deux ans avant les élections, les partis traditionnels n'osent plus rien. En télévision, le vote est permanent. C'est dire les conséquences castratrices ravageuses. Le scrutin permanent de l'audimat empêche les créateurs et les producteurs de rechercher autre chose qu'un plébiscite ratificateur.

52Mais on oublie trop souvent que l'audimat ne mesure jamais la demande des publics. Tout au plus mesure-t-il la réaction à l'offre. Et pour qui connaît Pavlov, rien d'étonnant à ce que l'homogénéisation s'accélère. Les stimuli sont là. Les convoyeurs-programmateurs réagissent. Plus rien n'échappe à l'impitoyable logique « audimatique ».

53Enfin, l'interrogation sur la culture dans l'audiovisuel pose, dans le cadre institutionnel très particulier de la Belgique, la question de l'existence et du devenir de la Communauté française.

54L'audiovisuel francophone est prisonnier des ambiguïtés propres à son paysage politique. Divers partisans d'un hyper-régionalisme n'ont toujours pas renoncé à confier aux régions les compétences d'enseignement, de culture et d'audiovisuel, ce qui aboutit dans les faits à la disparition de la Communauté française comme institution.

55Cette revendication, propre surtout à certains socialistes wallons, ne relève pas que d'une simple boulimie de compétences. Elle sert une volonté politique d'instrumentaliser l'enseignement, la culture, la radio et la TV pour les mettre au service du « fait régional ». C'est la Région rêvée comme Nation en devenir qui appelle l'organisation d'outils capables de construire l'histoire, l'appartenance, l’identité, la cohésion sociale.

56La question du rôle identitaire, c'est-à-dire profondément culturel de la RTBF ne pourra être résolue que par la clarification des choix institutionnels des francophones. Un espace commun aux bruxellois et aux wallons (ce que défend ECOLO) ou deux entités distinctes bien qu'alliées de raison (ce à quoi n'a pas renoncé une minorité puissante) ?

57Répondons à cette question et nous aurons commencé à dire quelle(s) culture(s) nous voulons pour demain.

Notes

1 Frédéric Young, De nouveaux moyens d'intervention publique en faveur de la création, p. 31 à 50 des Acte des Assises de l'audiovisuel de service public, Redéfinir l'audiovisuel de service public, Samedi 8 mai 1993.

2 RTBF, Les missions et les moyens de l'institut public de radiodiffusion de la Communauté française, novembre 1994.

3 Dominique Mehl, La fenêtre et le miroir. La télévision et ses programmes, Documents Payot, septembre 1992.

4 Dépêche AFP, 20 octobre 1995, 13H34.

Auteur

Secrétaire fédéral d'Écolo

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540