Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique culturelle et droit de la radio-télévision

 | 
Hugues Dumont
, 
Alain Strowel

Troisième partie. Débat : points de vue des acteurs et des responsables politiques

G. Loverius. Les émissions culturelles à la télévision : avis d’un radiodiffuseur public

G. Loverius

Texte intégral

1Dès leur création, les milieux artistiques et les décideurs culturels ont placé de grandes ambitions dans le nouveau média qui se créait : la télévision.

2Le développement culturel apparaissait comme la première mission d’un média en plein devenir, jouissant d’un monopole et piloté principalement par des hommes de théâtre.

3La RTBF, à l’instar des autres télévisions publiques de l’Europe de l’Ouest, avait choisi de promouvoir de façon importante dans sa grille de programmes le théâtre, la musique, les arts et belles lettres. Ainsi encore en 1965, Louis Boxus montait pour la télévision dans les studios Sonart la tragédie de Shakespeare : « Coriolan » qui sera diffusée une seule fois sur nos antennes.

4Mais la montée en puissance de la télévision s’accompagna d’un impact de plus en plus marqué de sa fonction d’information et, dès 1960, les quatre missions se précisaient : information, divertissement, éducation permanente et développement culturel.

5La priorité donnée à la valorisation du patrimoine culturel de la Communauté française découle naturellement de sa mission de développement culturel dans la mesure où la RTBF inscrit la majeure partie de ses productions dans un enracinement local.

6Si, dans d’autres pays comme la France, les pouvoirs publics ont choisi de multiplier le nombre de chaînes et les moyens qui leur étaient consacrés, en Belgique, la RTBF avec une chaîne et demie de télévision et par ailleurs cinq chaînes de radio, est de fait le seul pool public de production et d’émissions en télévision à côté d’une seule chaîne privée : RTL-Tvi.

7La démarche commerciale normale de cette chaîne privée est d’être regardée par le plus grand nombre, et dès lors de multiplier les émissions de divertissements, c’est-à-dire principalement l’achat de fictions étrangères dans la mesure où les ressources publicitaires limitent naturellement ses capacités de production.

8Certains n’ont pas manqué de vouloir dès lors limiter ou supprimer la mission de divertissement de la chaîne publique.

9Il nous apparaît cependant important que la vocation généraliste de la RTBF soit maintenue dans la mesure où elle doit rester la chaîne de tous, dans la mesure accessoire aussi où près de 10 % de téléspectateurs ne sont pas raccordés au câble et ne bénéficient donc pas des émissions de la chaîne privée.

10La chaîne publique se doit donc de répartir au mieux les moyens dont elle dispose. Il faut rappeler que la RTBF n’est plus du tout en phase d’expansion, mais que le Plan Horizon 97 réduit à la fois ses moyens financiers et son volume de personnel, notamment technique.

11Il lui faut donc à la fois remplir une grille de programmes de 16 à 24 heures, (dès le 2 septembre, les émissions commenceront en fait à midi), chaque jour, 7 jours sur 7, 365 jours sur 365 et produire des émissions destinées à un certain nombre de publics particuliers comme les enfants, les adolescents, les malades, les demandeurs d’emplois, etc... etc...

12Au contraire de la chaîne privée qui vise à fédérer le public par la diffusion de séries et de feuilletons dès le début de l’après-midi, la RTBF a choisi de répartir son temps de programmation d’une part vers un public élargi entre 18h30 et 22h30, et d’autre part dans des publics plus ciblés avant et après ces heures.

13Remarquons d’ailleurs en passant qu’entre 18h30 et 22h30, plus de 50 % du temps d’antenne est constitué de productions propres. Les magazines comme « Strip-Tease », « Autant Savoir » ou « Au Nom de la Loi » bénéficient d’un public aussi important, ou même parfois plus important que les fictions proposées sur les autres chaînes.

14J’espère que tous les participants au colloque, et au-delà d’eux la Communauté française, partagent cette volonté de maintenir une vocation généraliste à la RTBF. Ensuite, il appartiendra aux uns et aux autres d’apprécier combien l’aspect « développement culturel » et les émissions portant « témoignages » de notre culture d’hier et d’aujourd’hui sont suffisamment présents dans les grilles de la chaîne.

15Mais comment le concept de télévision a-t-il évolué depuis ces 40 dernières années ?

16Au départ perçu pour une part comme la possibilité pour le plus grand nombre d’accéder aux événements ou aux spectacles réservés au plus petit nombre, il est apparu que cette capacité de transporter le téléspectateur dans la salle de concert ou de spectacle ne remplaçait pratiquement jamais la présence et la participation au spectacle vivant proprement dit.

17Il est maintenant clair que la captation de spectacles théâtraux, d’opéras ou de concerts ne peut plus être développée comme telle (sauf exception : pensons au Concours Reine Elisabeth ou à quelques grands événements).

18A côté donc de la captation de spectacles ou mieux encore de la recréation de ces spectacles pour le petit écran, la télévision doit avoir un rôle d’éveil à la culture.

19D’abord dans le Journal Télévisé : c’est le programme qui est le plus regardé.

20Dans des magazines spécialisés : à côté d’« En Toutes Lettres », « Les Arts en Liberté » depuis des années s’efforce d’initier à la peinture, à la sculpture et à l’architecture avec le ton, le talent particulier de Christian Bussy.

21Depuis janvier 1995, un magazine hebdomadaire « Françoise et les Siens » passe en revue l’actualité des expos et des spectacles en présentant, en plus, les richesses de notre patrimoine : musées, châteaux, ensembles architecturaux... Sans doute, ce magazine a-t-il eu le tort de conserver le titre qui avait été créé pour un talk-show raté !

22De plus, depuis février dernier, un programme hebdomadaire de 8 minutes « Javas » se présente comme un agenda vivant et bien illustré des spectacles de la semaine. Ses quatre diffusions atteignent 100.000 téléspectateurs et le relais du télétexte permet à chacun de bien noter les coordonnées des spectacles annoncés.

23Je crois que notre chaîne fait droit ainsi à la légitime demande de promotion des spectacles de la Communauté.

24Par ailleurs, la télévision s’est créée ses propres capacités de créations autonomes, principalement dans le domaine du reportage (formule engendrée à l’origine par le documentaire) mais qui a trouvé ses repères artistiques propres. Je donnerai ici en exemple le reportage sur « Aline ou le chagrin des villes » qui vient d’obtenir le prix du Crédit Communal.

25Un mot enfin de notre politique de coproduction en matière de fiction et de documentaires. Nous produisons ou coproduisons chaque année plus de trente documentaires.

26Notre partenariat avec ARTE a permis d’augmenter le nombre de coproductions : nous injectons ainsi annuellement plus de 40 millions dans la production indépendante.

27En terme de programmation, nous en diffusons plus de 100 et dès septembre prochain, nous en programmerons 4 par semaine.

28Toujours en terme de diffusion, nous programmons pratiquement 90 % de la production belge de longs métrages et nous aidons plus de 50 % de ceux-ci en coproduction.

29Cet été, nous diffuserons 12 films belges dont une moitié en première diffusion.

30Je viens d’évoquer ici la notion de qualité artistique, c’est sur cette notion que je voudrais insister ce soir, car elle me paraît devoir sous-tendre une politique culturelle dans l’ensemble des émissions de notre télévision publique.

31Au-delà des pourcentages d’émissions dans une grille des programmes, des horaires de leurs diffusions, une notion importante doit rester le souci de tous ceux qui initient ou collaborent aux émissions : c’est celui de la qualité artistique. Ce souci doit sous-tendre la politique culturelle de l’ensemble des émissions de notre télévision publique.

32S’il est parfois difficile d’ajouter « un plus artistique » dans l’information au sens quotidien du terme, les équipes de télévision doivent être sensibilisées et sélectionnées, les moyens doivent leur être réservés pour pouvoir ajouter ce plus artistique dans l’ensemble des émissions et principalement celles diffusées aux heures de grande écoute.

33A ce stade, le beau doit renforcer le propos, la forme doit étonner sans perturber l’information.

34Ainsi, s’il sera difficile d’éviter de recenser un certain nombre de secteurs de l’activité artistique auxquels la télévision de service public se doit de consacrer des temps d’émissions au même titre que l’activité économique, sociale et politique, il me paraît tout aussi nécessaire, sinon plus important, de tenter de promouvoir, sinon d’exiger, que l’ensemble de ses émissions soient réalisées avec talent, c’est-à-dire en développant la qualité artistique, l’aspect créatif.

35Cette notion de qualité artistique est probablement celle qui trouvera le plus difficilement une traduction en termes légaux ou réglementaires. Chacun le comprendra aisément et pourtant elle est à mes yeux une composante essentielle de la qualité de service public de notre télévision.

Auteur

Directeur de la télévision à la Radio Télévision belge de la Communauté française

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540