Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique culturelle et droit de la radio-télévision

 | 
Hugues Dumont
, 
Alain Strowel

Troisième partie. Débat : points de vue des acteurs et des responsables politiques

Bart De Schutter

Bart de Schutter

Texte intégral

LA MISSION CULTURELLE DE LA RADIO-TELEVISION. LE CAS DE LA BRTN

11. Une réflexion sur la mission culturelle de la BRTN est — comme pour toute station publique — certes un exercice périlleux, mais surtout d'une grande actualité à la lumière des changements importants qui ont été initiés au sein de l'organisme fin décembre 1995 et qui s'étaleront tout au long de 1996.

2Depuis fin 1994, la chaîne publique flamande est l’objet de multiples critiques, émanant avant tout du Parlement flamand, mais aussi de son audience. Le premier manifeste son mécontentement par des déclarations fort unanimes clamant l'incompétence de certains dirigeants ainsi que la politisation des structures, surtout due au trop grand pouvoir du Conseil d'Administration, composé de membres désignés par le même Parlement flamand, sur base des équilibres politiques inévitables. Le public pénalise l’institut en fuyant les écrans de TV1 et TV2, la radio se maintenant bien grâce à sa position de monopole. En TV la chute est presque libre : actuellement les deux chaînes se retrouvant avec une part du marché de 22 à 23 % à peine. Il fallait des boucs émissaires surtout après la perte du contrat football mi-1994 ; on exigeait des reformes de structure pour casser la bureaucratisation et la politisation ; on cherchait à déjouer la rigidité et l'immobilisme propres au temps du monopole.

3La venue de VTM, plus tard avec Ka2 en plus, et de VT4, a donc fortement secoué la carte médiatique en Flandre. Pour la BRTN le temps du grand renouveau — voire peut-être de l'ultime chance — était arrivé.

  • 1 Bezinning over de toekomst van de Vlaamse Publieke Omroep (Réflexions sur l'avenir de la radiodiffu (...)
  • 2 Bouwen aan een Toekomstplatform voor de BRTN (Construire une plateforme d'avenir pour la BRTN), oct (...)
  • 3 12 janvier 996 - traduction à la p. 696.

42. Bien que le Conseil d'Administration avait lui-même mené à bien un exercice important d'analyse et de propositions de réforme1, ce sera finalement le gouvernement flamand issu des élections de mai 1995 qui prendra le devant. Le Ministre de tutelle E. Van Rompuy déclare le dossier comme prioritaire, suscite un audit rapide2 et fait voter un premier décret, qu'on appelera le mini-décret du 22 décembre 19953. Tout ceci, afin de permettre à un nouveau management et un nouveau Conseil d'Administration de jeter les bases d'une réforme plus profonde, qui pourrait trouver sa formulation dans un maxi-décret, actuellement prévu pour la fin 1996. L'arrivée du nouvel administrateur délégué, homme du privé et avec une expérience de gestionnaire qui faisait défaut dans la maison jusqu'à sa venue, est reçu avec soulagement. Si ses premières déclarations font preuve de détermination, mais aussi de prudence en attendant l'analyse en profondeur des dossiers (les « 100 jours de mutisme »), il est cependant à constater que, depuis, un certain nombre d'initiatives ou de déclarations concernant la mission de la chaîne publique, notamment dans le secteur culturel, donnent matière à réflexion et soulignent combien le thème central du colloque est d'une actualité brûlante pour la BRTN.

53. Quelques indices portent certains à croire que dans l'inévitable débat sur les profils des deux chaînes TV la culture sera perdante. Ils appuient leur argumentation entre autres sur le dossier des chœur et orchestre, toujours opérationnels au sein de la BRTN, contrairement à la RTBF. Devant le coût des ensembles et leur « analyse de productivité négative », la nouvelle direction, en cela suivie par le Conseil d’Administration, décide de répondre favorablement à une proposition de l'ensemble

  • 4 Selon les dernières nouvelles (août 96) cette piste pourrait être abandonnée, après la déclaration (...)

6Bien que la déclaration d'intention soit accompagnée d'une série de conditions suspensives visant surtout à garantir la position sociale et financière des musiciens et choristes, l'abandon du concept orchestre radio/TV est ressenti par beaucoup comme une première indication de l'appauvrissement culturel de l’audiovisuel public4. L'annonce de la vente pure et simple de nos parts dans le bâtiment Flagey confirmait le sentiment de non-priorité de la mission culturelle/éducative à l'avenir. D'autres déclarations, mettant l'accent sur la TV-distrayante, visant l'indice d'audience plus que l'indice d'impact, ou à l'extrême, reléguant culture et éducation à la TV payante, sont également interprétées par les défenseurs du rôle culturel essentiel de la chaîne publique comme indicateurs d'une lecture fort restreinte des missions de service publique dans le secteur, telles que définies par le décret du 22 décembre 1995. Et tout cela à un moment où, pour la BRTN, l'année 1995 restera dans l'histoire celle où l'on a récolté un record de prix nationaux et internationaux dans le secteur culturel, éducatif et informatif !

7Situation fort critique donc pour le rôle culturel, qualitativement apprécié par les instances expertes, souvent hors des frontières, mais non par les téléspectateurs, si l'on se base uniquement sur les données quantitatives de l'audience. Comment se positionner ?

84. Le mini-décret, qui redéfinit la mission de la BRTN, semble à première vue cependant clair. Si, dans son ensemble, l'institution a pour mission de « toucher le plus de téléspectateurs et d'auditeurs possible en offrant une diversité de programmes suscitant l'intérêt des téléspectateurs et des auditeurs et y satisfaisant » (art. 3), il est important d’y inclure dans le même souffle la précision qui est apportée par le paragraphe suivant : « L'organisme assure une offre de qualité dans les secteurs de l'information, de la culture, de l'éducation et du divertissement. En priorité, l'organisme doit proposer des programmes informatifs et culturels axés sur les téléspectateurs et les auditeurs. L'organisme assurera en outre des programmes de sport, des programmes éducatifs contemporains, des productions dramatiques propres et des programmes de distraction. L'offre proposée par l'organisme sera caractérisée, dans son intégralité, par la qualité des programmes à la fois en ce qui concerne leur contenu, leur forme et le niveau du langage utilisé. Dans tous ses programmes, la BRTN tend vers un maximum de qualité, de professionalisme, de créativité et d'originalité, en faisant aussi appel à des nouveaux talents et des nouvelles formes d'expression. L’offre de programmes doit également s'adresser de façon appropriée à certaines catégories de population ou certaines tranches d'âges, plus en particulier aux enfants et aux jeunes. ». (Nous soulignons.)

9Le vrai problème n'est donc pas la mise en cause du rôle culturel prépondérant mais bien de passer le cap de la pure coexistence d'une radio/TV généraliste qui touche le plus grand nombre de personnes (donnée quantitative) et d'une radio/TV spécialisée ou sectorialisée avec une offre culturelle et éducative de qualité (donnée qualitative) au niveau de l'intégration de ses deux éléments. Car, dans le § 3 du même article 3, le législateur remet ça : « Les programmes doivent contribuer au développement de l'identité et de la diversité de la culture flamande et d'une société démocratique et tolérante. Il doit tendre vers un rôle prédominant sur le plan de l'information et de la culture ». (Nous soulignons.)

10De prime abord, une mission fort claire, indiquant sans équivoque la spécificité de la chaîne publique et, de ce fait, comment elle se distingue des stations commerciales.

11Le problème reste néanmoins de savoir comment l'on peut « mesurer » le succès de l'effort dans le secteur culturel ou éducatif. Comment convaincre le financier primaire de l'institution, c'est-à-dire le Parlement flamand, de qui on continue à espérer recevoir une dotation croissante au-delà de 7 milliards par an. Disposera-t-on de, et acceptera-t-on, un système d'indices qualitatifs et d'un mécanisme pour déterminer l'ampleur des publics potentiels sectoriels ?

125. Le décret oblige, en effet, la BRTN de prévoir aussi des programmes qui « répondront aux sphères d'intérêt plus spécifiques des téléspectateurs et des auditeurs » (art. 3, § 4). Les groupes-cibles visés doivent être suffisamment larges et doivent effectivement être touchés par les programmes concernés. Il est donc indiscutable que le législateur flamand lui assigne un rôle très considérable dans le domaine culturel et ceci dans des termes fort explicites.

13Ajoutons, enfin, que le même mini-décret prévoit à l'article 10 que les objectifs seront concrétisés — et en termes mesurables — dans le plan pluriannuel, précisant même que « ces objectifs mesurables ont notamment trait à l'indice d'impact global, aux indices d'appréciation des programmes, aux indices d'écoute des programmes d'information et des programmes s'adressant à des groupes-cibles spécifiques ».

  • 5 NOS, De publieke omroep en Cultuur, mai 1993.

146. La mise en œuvre de la « multi-mission » sera une des tâches primordiales pour la nouvelle direction. Comment déterminer un public-cible ? Quel est sa composition et son ampleur ? Combien d'auditeurs potentiels pour un concert classique ou de téléspectateurs pour une pièce dramatique ? La norme imposée aux Pays-Bas ne peut être d'une grande utilité. L'obligation des chaînes publiques de programmer 20 % de programmes culturels,5 % d'éducatifs et 25 % d'information n'est pas accompagnée de normes d'audience ou d'appréciation. Ainsi, une partie importante de l'aspect « impact » n'est pas mesurée, ce qui rend l'exercice incomplet et inutilisable. Autre idée avancée, composer la redevance radio/TV de deux volets ; par exemple 60 % comme redevance classique globale pour tout produit généraliste (ex. TV1) et le restant en forme de « shopping » dans des secteurs cibles à déterminer par le redevable, ce qui permettrait d'avoir une idée assez réaliste du volume des publics-cibles, menant à des standards de quantification. La question de savoir si cela doit mener à un nouveau système de financements sectoriels n'est pas nécessairement posée. Le client continue à verser 100 % de redevance, mais aide par ses choix sur les 40 % à clarifier les zones d'intérêt de l'auditeur/téléspectateur.

157. Prétendre que le public moyen — surtout en TV — ne s'intéresse pas aux activités culturelles offertes par les chaînes avant tout publiques (les commerciales faisant défaut la plupart du temps car leurs actionnaires ne raisonnent qu'en termes financiers), n'est certes pas confirmé par les études sur le terrain 5. Ainsi l'on a déterminé que le nombre de personnes qui s'intéressent à la musique classique ou à l'opéra via radio ou TV est au minimum de 20 à 25 fois plus nombreux que l'assistance publique à la représentation. Le nombre de téléspectateurs des programmes d'art est au moins 15 fois supérieur à celui des visiteurs de musées ou galeries. Au niveau du secteur cinéma, un facteur 15 donnerait une image réelle de l'audience cinéma à la télé.

16Il s'avère donc que la mission culturelle de la radio/TV remplit un besoin auprès du public, y compris celui de découverte pour le spectateur/auditeur non averti ou celui de stimulant pour celui qui désire étendre son horizon culturel. La radio et la télévision publiques se doivent de jouer dans ce secteur la fonction de passerelle entre la manifestation culturelle (parfois difficile d'accès vu l'expression individualiste du créateur) et le public large ou ciblé, mais dans le dernier cas aussi largement que possible. Le programme radio/télé se doit d'apporter une plus-value pour l'individu dans son droit fondamental d'être informé, voire même celui à la formation culturelle continue.

  • 6 Le groupe Lisbonne, sous la présidence de Riccardo Petrella, version originale sous le titre Limits (...)

178. Les radios/télévisions publiques peuvent dans la réalisation de cette mission essentielle opérer de diverses façons, et, par exemple, fonctionner comme distributeur de produits culturels, aussi bien propres qu'extérieurs. La référence dans le mini-décret au « développement de l'identité et de la diversité de la culture flamande » confirme l'importance de l'intérêt de voir le radiodiffuseur de service public comme un miroir, avant tout de son propre entourage, de sa propre culture (reflets de l'art actuel ; essais créatifs en musique ou théatre ; informations littéraires ;...). Cette demande de créativité et d'attention pour le « national » en film, théâtre ou musique, ne peut en rien faire oublier l'intégration de notre propre culture dans celle du « village global », aujourd'hui rendu accessible par la technologie, mais inaccessible sur le marché. Le "contrat culturel global", tel que préconisé par le Groupe de Lisbonne6, peut être source d’une vocation de nos chaînes publiques dans cet effort d'accessibilité de la culture à l'être humain sur le plan mondial. Cette mondialisation ne peut cependant réussir sur le plan culturel que moyennant le respect de chacune des cultures, si primitive ou limitée qu'elle soit, par exemple en nombre ou en surface géographique. Si l'Union européenne tend à protéger les produits européens (ex. par des normes de minimum 50 % de productions européennes), la question reste de savoir si — en même temps — cela constitue une politique économique de protection de marché ou bien une vrai politique culturelle, avec une volonté de protéger les « cultures minoritaires », c'est-à-dire à marché réduit, dans un esprit de respect de l'autonomie culturelle, de l'égalité culturelle et de la richesse grâce à la diversité. Il y a trop peu d'indications que la dernière philosophie prévaut.

189. Dans son rôle de distributeur, d'autres points importants doivent être pris en considération par nos chaînes publiques. Il s'agit du caractère accessible du contenu du programme culturel. Trop de programmes (de grande qualité artistique eux-mêmes) prennent le point de vue nombriliste du réalisateur comme point de départ, qui dès lors s'enferme dans un égoïsme ou une subjectivité de perception, produisant pour l'initié ou pour une petite elite déjà bien informée. Les « productions sur nuages » n'atteignent le plus souvent que quelques dizaines de milliers de spectateurs, chiffre trop réduit pour être « public-cible » aux frais d'une dotation publique si élevée. Il faut que le point de départ reste la perception du besoin, de la demande du client par une étude de marché bien structurée. A partir de là, le rôle est non seulement d'y répondre avec des initiatives de qualité, mais aussi d'essayer de réaliser comme plus-value, l'élargissement de ce public. Il faut grignoter du terrain, sensibiliser l'auditeur/spectateur et l'inviter à déplacer sa frontière, lui faire découvrir et apprécier de nouvelles expressions culturelles, le faire participer à d'autres initiatives. En tant que distributeur, on forme, on réforme, on conforme continuellement. Autre élément d'importance pour les chaînes à géographie limitée : valoriser les coproductions (surtout avec des partenaires de la même langue). Devant le coût croissant des productions culturelles, surtout en séries dramatiques, les efforts conjoints de plusieurs stations ou centres de productions peuvent garantir un budget suffisant pour un travail de qualité. Il faut cependant veiller à ce que cela n'aboutisse pas à une « fusion de cultures », où les participants abandonnent tous leur identité, parfois fort régionale, pour en arriver à un commun dénominateur où aucun ne se retrouve. Un rôle flamand joué par un ressortissant des Pays-Bas, l'accent y compris, peut figurer comme exemple d'un échec presque certain

1910. Dans les mois à venir, la nouvelle direction de la BRTN devra, à la lumière du mini-décret, établir sa réponse à cette première fonction de « distributeur de produits culturels ». Comment positionner les chaînes ? TV1 comme canal populaire, à large audience avec avant tout le secteur amusement ? TV2 comme chaîne à événements et publics-cibles ? Quelle « cross-fertilization » ? L'avenir nous le dira.

2011. Une seconde mission essentielle est de fonctionner comme informateur sur le plan culturel. Dans cette optique il faut optimaliser la coopération avec toutes les institutions artistiques comme fournisseurs d'informations, y compris un rôle de critique de la part de la chaîne publique dans le cadre de sa plus-value intellectuelle. Dans ce secteur, elle doit être particulièrement attentive à la nouvelle génération d'expressions culturelles et prêter assistance à leur chance de lancement, afin que la créativité ne soit pas dès le départ soumise à la loi de la finance, mais bien à la liberté de l'idée.

2112. Fonctionner le plus souvent possible comme producteur culturel : voilà une troisième mission. Il faut œuvrer en faveur de créations artistiques propres, c'est-à-dire avec des standards radio/TV propres. Comme pour la distribution, il faudra éviter un certain nombre de pièges. Le plus important est ici aussi de ne pas programmer « dos au public », mais à partir de ses goûts, de ses besoins. Après, ce même public peut être confronté avec de nouvelles idées et tendances à la recherche de sa nouvelle frontière culturelle.

22Un dernier point à considérer : le moment de la programmation. Il est, croyons-nous, une erreur que de ne prévoir le moment culturel que sur une chaîne de déviation et/ou en heures creuses. Il faut oser programmer une bonne pièce de théatre, un grand moment de concert classique, une exposition exceptionelle en « prime time ». Si la qualité du programme, son originalité et son accessibilité sont assurés et sa promotion faite avec une croyance et un enthousiasme de la chaîne même, celle-ci pourrait y trouver une nouvelle voie de fidélisation de son audience.

2313. En conclusion, la BRTN a le devoir de répondre à l'appel décrétal d'une mission notamment sur le plan culturel. En cela, elle doit jouer le rôle d'ambassadeur de la culture flamande, ainsi que le communicateur d'informations et de valeurs de « culture sans frontières ». Le « comment » restera un souci constant : atteindre et intéresser l'attention d'un large public transmettant en même temps un message constructif et une plus-value de valeurs culturelles, éducatives et sociales reste un défi, de par son existence réservée à la chaîne publique.

Notes

1 Bezinning over de toekomst van de Vlaamse Publieke Omroep (Réflexions sur l'avenir de la radiodiffusion publique flamande), Avril 1995. (no spécial de Ratel, 39 p.).

2 Bouwen aan een Toekomstplatform voor de BRTN (Construire une plateforme d'avenir pour la BRTN), octobre 1995.

3 12 janvier 996 - traduction à la p. 696.

4 Selon les dernières nouvelles (août 96) cette piste pourrait être abandonnée, après la déclaration du Ministre flamand de la Culture (Mr. Martens) qui prévoit trois ensembles philharmoniques en Flandre, dont celui de la BRTN, mais comme entité autonome sous l'autorité de son Ministère et non plus de celui des média.

5 NOS, De publieke omroep en Cultuur, mai 1993.

6 Le groupe Lisbonne, sous la présidence de Riccardo Petrella, version originale sous le titre Limits to Competition (M.I.T. press 1996).

Auteur

Professeur à la Vrije Universiteit Brussel, Président du Conseil d'Administration de la Vlaamse Radio-en Televisieomroep

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540