Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Politique culturelle et droit de la radio-télévision

 | 
Hugues Dumont
, 
Alain Strowel

Troisième partie. Débat : points de vue des acteurs et des responsables politiques

Jacques De Decker

Full text

1Je voudrais d'abord dire que la journée d'aujourd'hui a été tout à fait passionnante et je regrette qu'il n'y ait pas davantage de rencontres permettant d'avoir sur un problème comme celui qui nous concerne des éclairages rigoureux et informés de sociologues, de philosophes et bien entendu de juristes. En disant cela, je sais déjà que je risque d'être critiqué : certains n'hésiteront pas à disqualifier celui qui invoque des sociologues, des philosophes ou d'autres intellectuels, en insinuant qu'il s'exprime au nom de ce qu'on appelle le « mieux-disant culturel ».

2Mais ce n'est pas de cela qu'il s'agit aujourd'hui. Il y a eu un débat, et ce débat a été engagé sur base d’un petit article que j’avais publié à l’été 1994 sur l’information culturelle à la RTBF. Je rappelle les circonstances de ce premier papier parce qu’elles sont assez révélatrices. On était en juillet 1994, le festival d’Avignon venait de se terminer et Paul Delvaux venait de mourir. J'avais été frappé de constater en comparant les grilles RTBF - BRTN que la BRTN avait envoyé une équipe de son magazine culturel à Avignon pour y rendre compte de la présence de compagnies belges francophones dans le cadre du festival et que, par ailleurs, quasiment dans les heures qui ont suivi la mort de Paul Delvaux, la même chaîne programmait à vingt-quatre heures d'intervalle deux films d'une heure de belle qualité. La RTBF a programmé une seule émission, certes intéressante, qui avait été produite à l'époque par Paul Danblon et qui confrontait Paul Delvaux avec un psychanalyste. Voilà le contexte dans lequel mon article était paru.

3Est-ce qu'il y a un pilote dans l'avion en ce qui concerne les questions culturelles ? C'est comme cela que la question a été plus ou moins posée et je crois qu'après il y a eu les débats, les cartes blanches, les commissions et tout ce qui s'en est suivi, et il en est résulté notamment l'initiative que rappelle Gérard Lovérius de la création d'une émission supplémentaire, c'est-àdire Java. La réponse à l'interpellation était pertinente. En fait d'information culturelle, un effort a été accompli. Mais je pense que le problème, et ce n'est pas le problème de la seule RTBF, doit être formulé autrement. Je rappelle que le présent ouvrage rassemble des contributions de chercheurs provenant de différentes disciplines qui traitent de la politique culturelle et de la radiotélévision et en particulier du droit de la radio-télévision. En d'autres termes, on découvre qu'il y aurait aujourd'hui une nécessité impérieuse à ce que la présence de la culture dans l'activité d'une chaîne de télévision soit encadrée par des dispositions juridiques. En d'autres termes, cela n'est pas évident car si cela l'était, on ne devrait pas organiser des journées d'étude à ce propos. Alors la question que l'on peut se poser, c'est pourquoi il apparaît nécessaire d'avoir un tel levier, d'avoir un système d'imposition, peut-être même une forme de contrainte pour que la culture demeure à sa place dans le programme d'une chaîne de télévision et en particulier d'une chaîne de télévision publique. Pour aller vite, je dirais que tout le monde doit en ce domaine balayer devant sa porte. Je ne crois pas que cela concerne uniquement les responsables des chaînes, cela concerne aussi les intervenants culturels. Le tout est de savoir quel type de pratique culturelle peut le mieux être relayée ou s'intégrer dans une programmation de télévision. Mais le fait est qu'aujourd'hui un très grand nombre de professions artistiques en Communauté française ont fait leur deuil du partenariat avec la chaîne de télévision publique. J'entends par là des comédiens, des auteurs, des musiciens et autres catégories professionnelles. Cela ne me paraît pas seulement inquiétant sur un plan strict de défense d'une confrérie, mais aussi sur un plan plus symbolique, et auquel je voudrais m'attarder un instant, et c'est l'essentiel de ma contribution. C'est que je pense qu'une télévision aujourd'hui, et tous les exposés de ce jour l'ont révélé, est un facteur d'intégration, un facteur d’identité, un facteur de reconnaissance d'un groupe social. L’exemple qui est donné dans la contribution de Monsieur le Président du Conseil d'administration de la BRTN l'illustre bien.

4Or, s'il y a une communauté en Belgique qui a un rude besoin d'identité et d'identification, ce n'est pas la Communauté flamande, cela va sans dire, ce serait plutôt la Communauté française, la communauté rassemblant les francophones de Wallonie et de Bruxelles. Or, il est très important qu'une chaîne de télévision donne à une communauté une image sérieuse de ce qu'elle est. Et je crois que sur ce plan-là le volant d'activités en terme d'informations et de reportages qu'évoque Mr. Gérard Lovérius dans sa contribution est certainement loin d'être négligeable. Je pense effectivement que des émissions comme Au nom de la loi, comme Strip-tease, comme d'autres, jouent un rôle peut-être non encore estimé à sa juste ampleur dans la prise de conscience du citoyen francophone de ce pays, de lui-même et de son inscription dans sa communauté. Il y a des études peut-être encore plus poussées que celles qui sont faites qui pourraient le développer. Là où nous sommes je crois devant un déficit assez grave, c'est la dimension de l'imaginaire, car il n’y a pas de communauté sans imaginaire, il n’y a pas de communauté sans un reflet dans le prisme de la fiction. Les pays qui manquent de légende sont menacés de mourir de froid, comme le disait je ne sais plus quel poète. C'est pourquoi l'on constate même dans des sous-unités nationales à une échelle moindre que la Communauté française de Belgique, qu'un effort de cet ordre est fait et de manière absolument délibérée. Je pense par exemple à la télévision écossaise qui a tout un secteur de développement en matière de fiction, de séries, de téléfilms, de dramatiques, qui utilise les comédiens, les auteurs qui travaillent sur un fond d'observation du corps social. Cette fonction-là, il serait vraiment dommage de la négliger.

5Un argument extrêmement important qui mettrait ce genre d'argumentation en question est le coût de ce type de produit. Mais l'on sait aussi qu'il y a un marché international de la fiction de ce type et que lorsqu'un produit est de qualité, il peut avoir la vocation de circuler ailleurs et donc de se retrouver l'ambassadeur de cette communauté hors de ses frontières. Or, que l'on ne vienne pas dire qu'en Communauté française de Belgique, on manque d'agents culturels suffisamment doués, talentueux, expérimentés, je dirais même inspirés, pour éventuellement produire ce genre de chose.

6Il y a, je crois, une articulation qui a été abandonnée. Il faut espérer que cela soit de manière provisoire, que les responsables de la RTBF cessent de se placer en position défensive devant les culturels. Je crois que c'est une erreur de penser que les culturels ou les cultureux ne viseraient qu'une seule chose, c'est-à-dire d'agir comme une sorte de lobby pour imposer leur marchandise et utiliser en fait la RTBF uniquement comme une courroie de transmission, voire une caisse de résonance. Je pense que toute la culture n'est pas moribonde, comme j'ai pu le lire dans un certain document. Je crois par définition que la culture est vivante, se renouvelle et se ressuscite sans cesse et la part la plus actuelle, la plus dynamique (je n'entends pas par là la plus expérimentale) de cette culture aurait parfaitement sa place dans la vitrine et, au-delà de la vitrine, dans l'existence même de ce que serait cette première chaîne francophone de notre Communauté.

7Je n'ose pas trop hasarder de comparaisons avec la Flandre car je les entends de temps en temps et elles énervent plus souvent qu'à leur tour. Il y a cependant autre chose dont il faut tenir compte. La Flandre, on l'oublie dans le milieu culturel, peut jouer pratiquement en permanence sur un bassin de population de vingt millions de personnes. Un bon livre publié en Flandre, un bon film réalisé en Flandre, une bonne série de télé produite en Flandre est destiné à être lu ou vu aux Pays-Bas. Par conséquent, comparaison n'est pas tout à fait raison dans ce domaine. Je pense aussi que le voisinage immédiat du géant francophone ne facilite pas tellement les choses. Mais une prise de conscience de la Communauté française de Belgique en terme d'imagination, de fiction, de création, dans des domaines plus populaires, ne fût-ce que dans le domaine de la bande dessinée par exemple, a démontré qu'elle avait des réserves d’invention absolument inespérées et il y a tout de même quelque chose de singulier qu'à ma connaissance, pour autant que je sois au courant de tous les états de service, il n'y ait qu'un seul scénariste de bande dessinée qui ait travaillé sur une commande de la RTBF, qui est Jean Van Hamme, alors qu'il y a en ce domaine un vivier absolument extraordinaire. Est-ce que cela signifie que ce soit uniquement une question d'argent ? Je pense que l'imagination ne coûte rien, que le plaisir de créer ne coûte rien, que le fait de créer l'émulation, fût-ce uniquement sur le plan de la conception, avec des contacts avec des créateurs qui sont simplement encouragés à proposer, qui seraient encadrés jusqu'à un certain point, qui seraient avertis que, de toute manière, ils ne doivent pas espérer que chacun des projets déposés arrive à bon port, tout cela créerait peut-être autour de cette maison qui est quand même un petit peu endormie pour le moment une dynamique dont elle aurait bien besoin.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Terms of use: http://www.openedition.org/6540