Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique culturelle et droit de la radio-télévision

 | 
Hugues Dumont
, 
Alain Strowel

Première partie. La culture à la radiotélévision et les sciences humaines

Radio-télévision, espace public et vie quotidienne

Emmanuel Belin et Luc Van Campenhoudt

Texte intégral

INTRODUCTION

1Traditionnellement, la sociologie aborde les médias comme instance de socialisation, c'est-à-dire de transmission et d'intériorisation de la culture. En amont du processus de socialisation se pose la question du contenu culturel et idéologique véhiculé par les médias compte tenu des structures de propriété, de contrôle et de production caractérisant le champ médiatique. En aval se pose la question de l'influence de ce contenu sur les opinions et les comportements du public. Au confluent de ces deux questions se pose enfin celle de la constitution d'un espace public de plus en plus déterminé par les médias et leur fantastique développement. Certains redoutent le pire : la dérive d'un espace public frappé de multiples maux comme la standardisation et le nivellement par le bas de la culture, l'affaiblissement de la conscience politique, la réduction du politique à un marché et de la démocratie à une série de plébiscites, la manipulation des masses, l'individualisation des citoyens face au politique et donc sa négation. Interrogations sur les effets des médias et sur les transformations de l'espace public se conjuguent donc dans une logique de la responsabilité. La question de la régulation juridique du champ médiatique se nourrit notamment de cette sorte de débats.

2Ce point de vue sociologique n'est pas ici le nôtre. Mais il faut d'abord le prendre au mot et en retirer les enseignements clés pour fonder la pertinence d'un autre regard sur les médias et l'espace public. Car les médias ne peuvent plus être considérés comme une instance qui influencerait l'expérience humaine et sociale de l'extérieur ; ils sont aujourd'hui constitutifs de la vie quotidienne et ils y participent d'un important et incessant travail de production collective de sens. Il en découle notamment que la signification politique des médias déborde largement de l'information politique proprement dite, et que le rôle politique des médias doit être pensé dans le cadre d'une approche plus large de la sociabilité et de l'expérience.

3Dans une première partie, on abordera les questions classiques de l'influence des médias mais pour montrer, primo, que les effets des médias ne sont pas forcément ceux que l'on croit et, secundo, que les enseignements de quelques-uns des meilleurs travaux sociologiques sur ces questions conduisent à poser le problème autrement. Les bases théoriques de cette approche expérientielle des médias pourront alors être posées dans la seconde partie.

SECTION 1. MÉDIAS, SOCIALISATION ET ESPACE PUBLIC

§ 1. La médiatisation sociale des médias

  • 1 R. Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Editions de Minuit, 1970.
  • 2 Voir J.-Cl. Passeron, Présentation de R. Hoggart, Ibidem, p. 7.

4Lorsque les intellectuels se mettent à parler entre eux de la culture et des médias, la sociologie nous apprend d'abord qu’il faut s’attendre au pire : un discours bourgeois condescendant et catastrophiste dénonçant l'abrutissement des masses dépossédées de leur belle culture rustique par des médias sacrifiés à la logique du marché et de la consommation béate. C’est du moins ce dont Richard Hoggart fait la démonstration dans son classique ouvrage The Uses of Literacy, La culture du pauvre en français1, mais qui aurait pu être plus justement traduit par quelque chose comme : « On leur a appris à lire et voilà ce qu'ils en ont fait ! »2.

5Oui, les classes populaires consacrent aux revues féminines, aux journaux sportifs, aux magazines de sexe ou d'auto-moto et surtout à la musique et à télévision pas mal d'argent qu'elles pourraient consacrer à mieux habiller leurs enfants, à les nourrir selon les critères de la diététique et à élargir leurs horizons intellectuels. Oui, elles ont une préférence pour les jeux faciles où deux camps s'affrontent dans une joviale cacophonie, les « sitcoms~ » et les « soap operas » où il ne se passe absolument rien d'autre que des événements dans lesquels chacun peut se retrouver : avoir un fils qui se drogue et une fille prisonnière d'une secte, perdre son chien préféré atteint d'une arthrite fatale, séduire son voisin ou sa voisine ou être cocu à son tour, être amoureuse d'un jeune et beau prêtre déchiré entre l'amour de Dieu et celui de ses créatures les plus comblées de ses grâces. Oui, la télévision fonctionne sans interruption, même si personne ne la regarde et si l'on chahute autour. Oui, les filles de quinze-seize ans peuvent s'habiller et se maquiller à la manière provocante des starlettes de série B et se donner plus tôt à un petit ami. Oui, pas mal de parents les laissent faire.

6Mais cela ne constitue pas la preuve que la « masse », comme dit l'« élite », constitue une cible docile des messages médiatiques et des valeurs qu'ils contiennent. Des offres médiatiques la culture populaire ne prend que ce qu’elle veut bien et de la manière qu’elle choisit elle-même. Pour la classe ouvrière des années trente-cinquante étudiées par Hoggart, le principe clé de l'appropriation des messages médiatiques est leur fonctionnalité en regard de la sauvegarde de ce qui est essentiel pour la survie de ceux dont le destin social est le plus sévère : affirmer les valeurs populaires, exprimer la solidarité du groupe primaire (la famille et les proches) et retirer immédiatement le maximum de satisfactions des rares occasions que réserve une vie que l'on sait d'avance condamnée sinon à la privation, au moins à être tenue à l'écart des modèles de réussite qui s'étalent avec une ostentation d'autant moins embarrassée qu'elle constitue une des dimensions même de cette réussite.

7Tout ce qui, dans les médias, peut concourir à cette sociabilité populaire, à ce qui renforce, d'une manière ou d’une autre, le sentiment d'être un « nous » et d'être « entre-nous », partageant des moments de rigolade et d'émotions « simples et vraies » est préféré mais aussi réapproprié dans cette fonctionnalité : les jeux, le foot, le bruit de fond de la télévision, figure moderne à maints égards du vieux poële de fonte au centre de la maisonnée ouvrière. Et si les filles sont moins longtemps sages et souvent d’allure provocante, c’est parce qu’elles savent, et leurs parents aussi, qu’elles ont juste deux ou trois années pour plaire, qu'à dix-huit ans ce sera déjà fini et qu'à trente ans, au plus tard, elles seront déjà moches.

  • 3 J.-Cl. Passeron, ID.

8Bien sûr, il faut remettre les choses en contexte. Le paysage médiatique s'est considérablement modifié depuis les travaux de Hoggart. Les communautés de base, autour de l'usine, du quartier, du village... ont été bouleversées. La diversité des références culturelles s'est accrue de sorte que l'on s'interroge sur la possibilité même d’une culture partagée. L'individu en ressort « pluriel », lieu hétérogène de tensions contradictoires. Le rapport des individus et des groupes aux médias s'est certes transformé en profondeur (on y reviendra), mais ces rapports n'en restent pas moins complexes et fort éloignés de ce qu'en présente une vision déterministe et catastrophiste, dominante et bien incrustée dans la classe moyenne instruite dont les membres ne font rien d'autre que jouer entre eux lorsqu'ils s'apitoient sur la misère culturelle des pauvres3.

  • 4 P. Lazarsfeld, B. Berelson, H. Gaudet, The People's Choice, New York, Columbia University Press, 19 (...)

9Si l'on aborde classiquement les médias comme instance de socialisation, l'enseignement principal des recherches sociologiques sur leurs effets est qu'il n'est sans doute rien de plus médiatisé que l'influence des médias elle-même. Loin de modifier directement les comportements, les contenus médiatiques constituent plutôt un ensemble de ressources pour comprendre les situations sociales, pour agir et pour se distraire, que l'individu sélectionne, retravaille et recompose avec d'autres ressources en fonction de leur adéquation avec la manière dont il a construit son univers de sens. En effet, l'importance des processus d'interaction sociale dans la manière d'accueillir les contenus médiatiques est vite apparue. Le message a en effet d'autant plus d'impact qu'il est pris en compte dans des échanges avec des proches dont l'opinion compte pour l'individu4. Mais, dans cette interaction, le message subit une véritable mutation, se conjugue à d'autres éléments, voire se noie et se brouille dans un système d'échanges complexes dont il peut être parfois, mais parfois seulement, l'élément le plus structurant.

10Lorsqu’un article de journal ou un programme de télévision parvient à accrocher un lecteur ou un téléspectateur, c’est presque toujours à la faveur d'un malentendu fondamental. Intentions et images réciproques du producteur et du récepteur ne concordent pas et peuvent même diverger radicalement, mais « cela marche » car l'un et l'autre trouvent leur compte dans leur interaction. Exactement comme dans un enseignement réussi : étudiants et professeur s'illusionnent le plus souvent sur les motivations et les intentions de l'autre partie et se retrouvent ensemble dans l'auditoire pour des raisons toutes différentes, mais cela marche, et cela marche même d'autant mieux que personne n'est tout à fait dupe et que chacun sait jouer son rôle dans l'intérêt de tous.

  • 5 G. Gerbner et L. Gross, Living with Television : The Violence Profile, Journal of Communication, pr (...)

11Voir que le rapport aux médias constitue une composante d'une expérience sociale plus large est essentiel pour aborder avec pertinence une série de questions comme celle, très actuelle, de la violence à la télévision. Pour Gerbner et Gross5, son effet le plus redoutable ne serait pas d'inciter certains à adopter eux-mêmes des comportements violents. Il serait d'instiller un sentiment d'insécurité dans la population des « heavy viewers » dont les membres se renforcent mutuellement dans leur angoisse, leurs attitudes régressives (« le bon vieux temps ») et leurs inclinations répressives. Seuls les effets d'échanges sociaux peuvent expliquer pourquoi des craintes non fondées peuvent si bien se répandre dans certaines communautés, comme la peur en milieu rural de formes de violence pourtant typiquement urbaines.

§ 2. Une image consensuelle de la société

12Quelque complexes que soient les processus d'accueil des messages médiatiques, ils n'en ont pas moins à faire avec un contenu émis, qui n'est pas indifférent. Venons-y donc. De plus en plus concentrés en conglomérats capitalistes internationaux, les médias produisent-ils la manipulation idéologique que l'on redoute ? Des exemples marquants comme l'énorme montage hollywoodien de la Guerre du Golfe inciteraient à le penser. Le problème est évidemment moins simple.

  • 6 T. Bilton et al., Introductory Sociology, London, Macmillan Education Ltd, 1987, p. 433.

13Le phénomène et le danger majeurs résultent moins d'une série d'influences directes des différents messages pris un à un que d'un processus global. Pour des raisons qui relèvent sans doute moins de la censure délibérée que de pratiques de routine et de contraintes organisationnelles (découpage stéréotypé des nouvelles, hiérarchie de crédibilité - soit le crédit dont bénéficient a priori ceux qui sont en position de pouvoir dans les différentes sphères-, souci de présenter un matériel visuellement intéressant, taille standard des articles, équilibre entre les différentes rubriques et, surtout, souci obsessionnel de l'audimat...), les médias sélectionnent, présentent et commentent les nouvelles dans le cadre d'une vision consensuelle préexistante de la société qu'ils utilisent pour leur crédibilité et contribuent à reproduire. Quelques exemples : si les principaux médias ne sont pas racistes, la présence de personnes d’origine immigrée n’en est pas moins systématiquement perçue comme un problème, les grèves sont systématiquement présentées comme de mauvaises nouvelles et les grévistes comme des fauteurs de trouble et, à la longue, comme une menace pour les intérêts nationaux, les intérêts des différentes catégories sociales sont présentés comme finalement convergents... et les universitaires sauraient toujours de quoi ils parlent. Bref, il existerait des « structures d'interprétation » servant de cadres de référence pour le choix et pour le traitement des sujets6.

  • 7 T. Bilton, ID., p. 429.

14C'est sans doute sur l'image pluraliste qu'ils donnent d'eux-mêmes que les médias sont les plus actifs dans la (re)production de cette vision consensuelle du social. Ils se font en effet valoir comme présentant une diversité d'opinions et d'informations, comme indépendants et non contrôlés par l'État. Même s'ils fonctionnent en tout ou en partie sur des fonds publics, ils agiraient de manière neutre et autonome au service du public et de ses intérêts. Ils sont censés sauvegarder la souveraineté du consommateur en le consultant par des sondages, en recherchant une audience maximale et en lui donnant ce qu'il est supposé réclamer7. Pourtant, dans les médias, les opinions moins consensuelles et dissonantes reçoivent généralement moins d'attention ou sont clairement isolées dans des rubriques « opinions », « carte blanche » ou « point de vue » voire « courrier des lecteurs » laissant entendre qu'en revanche les articles d'information et les textes des journalistes eux-mêmes sont marqués du sceau de l'objectivité et de la neutralité.

  • 8 Voir Le Monde diplomatique de mai 1996.

15Le capitalisme ne vise pas d'abord à manipuler les consciences mais bien à faire un maximum de profit. Les grands groupes médiatiques doivent dès lors composer avec des usagers dont l'attention est sollicitée par des médias concurrents de plus en plus nombreux. Par ailleurs, la concentration mondiale de la puissance s'accompagne d'un développement foudroyant des possibilités de communication horizontale en grande partie non contrôlables. Les États capitalistes, à commencer par le plus puissant d'entre eux, sont pris dans cette contradiction de vouloir développer librement les réseaux mondiaux en vue d’un immense marché mondial entièrement accessible à ceux qui en ont les moyens8 et de devoir contrôler les usages non souhaités de ces mêmes réseaux. Le combat contre les réseaux pornographiques est aussi la façade morale d'une tentative de n'ouvrir que les systèmes de communication que l'on contrôle ou qui, au moins, ne gênent pas l'essor du capitalisme mondial et les structures idéologiques et politiques qui le légitiment et le soutiennent. A une époque pas si lointaine, l'État français redoutait déjà le téléphone pour la possibilité nouvelle qu'il offrait aux citoyens de communiquer entre eux à l'abri d'un contrôle vertical des autorités.

§ 3. La dimension technique

16Au moment où de colossaux mouvements de concentration de ressources ont lieu, où des réseaux techniques quadrillent la planète et où les inégalités entre pays et entre classes sociales changent de nature, la situation n'a sans doute, paradoxalement, jamais semblé aussi indéterminée et ouverte sur un ensemble d'enjeux cruciaux. A cet égard, la dimension technique des médias est décisive.

  • 9 E. P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, 1988.
  • 10 G. Tuchman, Mass Media Institutions, dans N. Smelser (ed.), Handbook of Sociology, Newbury Park, Sa (...)

17Revenons une fois encore en arrière. Dans La formation de la classe ouvrière anglaise, E. P. Thompson9 montre à son tour combien le rôle de la presse ne peut se comprendre qu'à l'intérieur d’une expérience sociale, politique et culturelle totale, celle, en l'occurrence, de la lutte ouvrière dans l'Angleterre de la fin du XVIIIème et du début du XIXème siècles. Soit dit en passant, il est remarquable que certaines des contributions sociologiques les plus décisives sur la question des effets des médias ne portent pas directement sur les médias, mais bien sur cette expérience totale dont l'expérience médiatique n'est qu'une composante10.

18A partir d'un impressionnant travail historique, Thompson expose le rôle décisif des médias dans la formation de la classe ouvrière et en particulier des supports techniques que constituent le livre à bon marché et le journal car ils ont permis de diffuser clandestinement les idées de Paine, Cobbett, Carlile et consorts au cœur même d'une constellation de micro-réseaux sociaux qui constituent la réalité de la classe sociale. Pour Thompson en effet, la classe sociale n'est pas une entité homogène mécaniquement produite par l'infrastructure économique mais bien l'expérience de cette multiplicité de micro-combats « totaux » (au sens de Mauss), et donc aussi intellectuels et médiatiques, entre lesquels on est bien forcé de reconnaître une convergence.

19« En un certain sens, nous pouvons caractériser le radicalisme populaire de ces années [1820] comme étant une culture intellectuelle. (...) Dès qu'ils savaient lire et écrire, les ouvriers agricoles, artisans, commerçants, employés et maîtres d'école se mettaient en devoir de s’instruire individuellement ou en groupe. Et les livres ou les maîtres étaient bien souvent ceux que recommandaient l'opinion réformatrice. Un cordonnier, qui avait appris à lire dans l'Ancien Testament, pouvait s'attaquer au texte du Siècle de la raison. Un maître d'école, dont l’instruction s'était quasiment limitée à de dignes homélies religieuses, s'essayait à lire Voltaire, Gibbon, Ricardo ; ici et là, des chefs radicaux, des tisserands, des libraires, des tailleurs collectionnaient des périodiques radicaux et apprenaient à utiliser les rapports officiels du Parlement ; des ouvriers agricoles illettrés n'en allaient pas moins chaque semaine au cabaret, où l'on lisait et débattait le dernier éditorial de Cobbett.

20Ainsi, les travailleurs se forgeaient une vision de l'organisation de la société, à partir de leur propre expérience et à l'aide d'une éducation durement acquise et hétéroclite, et cette vision était avant tout politique. Ils apprenaient à situer leur vie dans l'histoire générale d'un conflit qui opposait les « classes laborieuses », aux contours mal définis, à la Chambre des communes non réformée » (p. 641-642).

21Dans un contexte de répression et de contrôle idéologique sévères (les Six Lois de William Pitt) où la plupart des travailleurs n'avaient normalement accès qu'à des messages soigneusement choisis par l'Église et l'État, un large mouvement de conscientisation politique s'est développé. Cette conscientisation a été possible grâce à la diversité des documents de référence et à l'éparpillement des relais d'information sur l'ensemble du territoire. Le phénomène central n'est pas tant le contenu des messages que cette prolifération dans les couches populaires de la lecture et de la discussion qu'autorisait la multiplication des livres et des journaux clandestins. Cette culture intellectuelle, ces nouveaux modes de communication et ces habitudes collectives nouvelles se retourneront plus tard contre le dressage des consciences que la plupart des textes autorisés étaient censés assurer. « Le média est le message » a dit Mc Luhan.

22Nulle force, aussi puissante soit-elle, ne peut être sûre que les réseaux médiatiques qu'elle met sur pied et tente de contrôler dans son propre intérêt ne se retourneront pas contre elle. Joués autant que jouant, déterminés autant que déterminants, les médias sont bien enchevêtrés dans un système social complexe. Leur rôle politique doit être pensé dans le cadre d'une approche plus large de la sociabilité et de l'expérience.

SECTION 2. LA TÉLÉVISION DANS L’ESPACE SOCIAL

  • 11 Dans l’espace anglo-saxon, les critical legal studies ont développé ce point de vue inductif sur le (...)
  • 12 À maints égards, notre approche pourra faire penser à celle de Maffesoli (M. Maffesoli, Eloge de la (...)

23Il apparaît donc indispensable d’élargir le cadre d’une réflexion sur la radio et la télévision au-delà d’un paradigme de l’espace public. Nos sociétés sont des démocraties, sans doute, mais elles ne sont pas que cela ; la vie sociale déborde largement du champ de la conscience politique, et les conversations ordinaires ne sont pas toutes des discussions sur le destin de la Cité. N’approcher les médias de diffusion que comme instruments de la vie publique, c’est à la fois risquer de légiférer à partir d’un habitus social contre un autre, et s’empêcher de saisir des recompositions susceptibles de donner corps à la règle, d’inscrire le droit dans le contexte institutionnel au lieu de se contenter de normes formelles, déduites de principes abstraits11. La question de la place des médias dans la vie quotidienne est donc essentielle et conduira, disons-le tout de suite, à des conclusions qui pourront nuancer certaines formulations de l’approche critique telle qu’elle a été développée dans d’autres parties de cet ouvrage12.

  • 13 Parmi la littérature des cultural studies, citons D. Morley, Family télévision. Cultural Power and (...)

24Nous avons évoqué plus haut l’étude de Hoggart sur la place de la télévision dans la vie quotidienne en milieu populaire. Plus largement, les enquêtes ethnographiques sur les usages télévisuels insistent toutes sur l’évolution des pratiques ces quinze dernières années. En quelque sorte, de plus en plus, on regarde la télévision comme jadis on écoutait la radio : distraitement, en faisant autre chose, en bavardant avec le reste de la famille13. Ceci nous conduit à une première proposition : la télévision est moins une institution de socialisation qu’un élément de la vie quotidienne. On pourrait dire qu’elle est un objet ambigu en ce qu’elle se situe au croisement de deux paradigmes d’interprétation : « par son père » elle descend du livre, du cours, du journal, mais « par sa mère » elle s’apparente plutôt aux bavardages entre voisins, aux discussions de café du commerce et aux blagues populaires. C’est cette deuxième ligne que nous allons explorer à présent.

  • 14 Outre les travaux déjà mentionnés, citons l’école de Birmingham, fondatrice de l’approche autour de (...)
  • 15 E. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, P.U.F., 1967.
  • 16 On ne le reconnaîtra guère dans ce texte, mais l’objet dont il sera question est bien celui de B. L (...)
  • 17 Elle non plus n’est guère reconnaissable ici. C’est bien à la notion de F. Dubet, Sociologie de l’e (...)

25« Élément de la vie quotidienne », avons-nous dit, ou plus précisément, « expérience collective » au cours de laquelle des interactions se mettent en place, qu’elles soient réelles ou reprises mentalement par l’individu solitaire, interactions pouvant être comprises comme des négociations sur la signification des fragments de textes happés14. C’est cette expérience que nous chercherons à saisir, à théoriser ici, à partir d’un paradigme qu’on pourrait qualifier de durkheimien15. Notre hypothèse est en effet que cette expérience est une des formes contemporaines que prend l’effort collectif consenti pour faire face à la rareté des ressources identitaires. Autrement dit, nous comprendrons les interactions entre sujets à propos d’objets culturels comme la mise en place d’un dispositif au cours duquel du sens se produit. Jadis, l’expérience religieuse a pu être considérée comme une de ces formes, construite avec les instruments cognitifs de l’époque, c’est-à-dire la possibilité commode de recourir à des garants méta-sociaux comme atout et la difficulté de produire des objets à comportement complexe comme inconvénient. Aujourd’hui, les garants méta-sociaux semblent plus difficilement mobilisables, alors qu’au contraire, des objets au comportement « magique » sont disponibles et prolifèrent16. Une des manières de mettre ensemble ces éléments est l’expérience télévisuelle17.

  • 18 Nous empruntons en le travestissant le concept de J. De Munck, L’aide psycho-affective : l’état soc (...)
  • 19 cfr. L. Sfez, Critique de la communication, Paris, Seuil, 1988, et notamment la partie intitulée : (...)
  • 20 M. Kinder, Playing with Power in Movies, Television and Video Games, Berkeley - Los Angeles - Oxfor (...)
  • 21 Sherry Turkle, The Second Self. Computers and the Human Spirit, New York, Simon and Schtster, 1984.
  • 22 A. Ehrenberg, L'individu incertain, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

26La « rareté des ressources identitaires »18 n’est pas un concept analytique, mais plutôt une catégorie du sens commun, exactement comme l’idée de « rareté des ressources matérielles ». Le concept de rareté, en effet, ne désigne pas un état des ressources considérées, mais la relation qu’on y établit. La notion de ressource elle-même renvoie à cette relation, puisqu’une ressource ne l’est que par rapport à un projet de sujet. Dès lors, parler de « rareté des ressources identitaires » revient à définir historiquement une manière de se positionner par rapport à la question du sens comme à un manque à combler, un dysfonctionnement à corriger, ou pour utiliser un barbarisme qui en dit long, un problème à « solutionner », c’est-à-dire à pourvoir d’une solution. Cela peut se résumer, en quelque sorte, à une extension du projet moderne : après une première phase de désenchantement du monde par la technique, on aurait une seconde phase où, toujours par les ressources de la pensée instrumentale (principalement : marché et technique), on tenterait de le réenchanter. De ce point de vue, l’expérience télévisuelle, qui utilise un des objets magiques de la dernière modernité, se situe aux côtés d’autres expériences contemporaines, comme la psychothérapie19, le jeu vidéo20, le jacuzzi, Internet et l’intelligence artificielle21 ou le Prozac22. Nous reviendrons plus loin sur cet aspect.

  • 23 V. Nahoum-Grappe, L’ennui ordinaire. Essai de phénoménologie sociale, Paris, Austral, 1995.
  • 24 A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991 (notamment la troisième partie  (...)
  • 25 F. Dubet, La Galère : jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987 ; F. Dubet et D. Lapeyronnie, Les quart (...)
  • 26 A. Wallemacq, L’ennui et l’agitation. Figures du temps, Bruxelles, De Boeck, 1991.
  • 27 E. Belin, T.-M. Bouchat, P. Cornil, B. Delvaux, Le sens au quotidien. Recherche avec des jeunes fem (...)
  • 28 A. Glddens, Modernity and Self-Identity. Self and Society in the Late Modem Age, Stanford Universit (...)
  • 29 On pense évidemment à l’ouvrage monumental dirigé par P. Bourdieu, La misère du monde, Paris, Seuil (...)

27Cette approche nous conduits à nous demander sous quelles formes ordinaires se donne à l’expérience le désenchantement du monde, et de quelle manière l’expérience télévisuelle participe à son réenchantement. Sans prétendre épuiser la question, nous partirons de deux concepts : l’ennui et l’anxiété. Pour faire simple, on peut définir l’ennui comme l’expérience du vide et l’anxiété comme celle du trop plein. Véronique Nahoum-Grappe23 écrit de l’ennui ordinaire qu’il se révèle avant tout par une rhétorique de la flaccidité, de l’indistinction, de la dissolution, qui débouche sur un vocabulaire scattologique (« s’emmerder, se faire chier... »). L’anxiété ordinaire, au contraire, résulte d’une surabondance des sollicitations, et se manifeste par un lexique de l’énervement, de la dislocation, du déchirement24. Pour l’ennuyé, tout ce qu’il est possible de faire pour se désennuyer est plus ennuyeux encore que s’ennuyer : l’absence d’ailleurs et le renvoi continuel à soi-même rend la situation insupportable. Pour l’angoissé, tout ce qu’il est possible de faire est empêchement de faire quelque chose d’autre et qui nous sollicite : l’omniprésence de Tailleurs conduit à la désubjectivation. Avant d’aller plus loin, il importe de bien souligner la portée sociologique de ces concepts. Certaines recherches utilisent presque explicitement ces notions ; on pense au travail de François Dubet sur les banlieues25 (figures prototypiques pour Nahoum-Grappe) où l’ennui débouche sur la rage, à l’approche que fait Anne Wallemacq de la structuration du temps par des travailleurs à temps partiel26, ou encore à une recherche récente menée sur la vie de jeunes femmes peu qualifiées27 ; pour la face « anxiété », on se référera aux analyses d’Ehrenberg sur le « culte de la performance » ou à l’abondante littérature de self-help sur les manières de « gérer son stress »28. En quelque sorte, la thématique de l’ennui et de l’anxiété renvoie assez directement à celle de la dualisation, dont elle donne une version bien plus parlante qu’une approche strictement socioéconomique29. La mise en évidence de cette dichotomie est d’autant plus importante lorsqu’on s’intéresse à la vie culturelle dans les sociétés contemporaines.

  • 30 M. Csikszentmihalyi, Beyond boredom and anxiety. The experience of Play in Work and Games, San Fran (...)
  • 31 R. Kubey & M. Csikszentmihalyi, Television and the quality of life. How Viewing Shapes Everyday Exp (...)

28Mihaly Csikszentmihalyi élabore à ce propos un modèle extrêmement simple30 — trop simple d’ailleurs : il nous incombera d’en faire une lecture élargissante. Pour lui, toute expérience peut se caractériser, d’une part, par les compétences qu’elle exige, et d’autre part, par les défis qu’elle propose. Lorsque les compétences d’une personne dépassent de loin les défis auxquels elle est confrontée, la personne s’ennuie ; lorsqu’au contraire, les défis dépassent les compétences, la personne est angoissée. Les situations d’équilibre sont qualifiées de « flow », expériences où la personne se sent prise par ce qu’elle fait. Si nous observons le schéma ci-dessous, nous constatons que deux types de « flows » peuvent être mis en évidence, que nous avons appelés « détente » (faibles compétences, faibles défis), et « excitation » (fortes compétences, défis nombreux). Dans une analyse expérimentale astucieuse des états mentaux relatifs aux situations télévisuelles, Kubey et Csikszentmihalyi31 ont montré que ces expériences se situent prioritairement dans la zone « détente ».

29Nous ne nous prononcerons pas sur la valeur phénoménologique ou psychologique du modèle : pour nous, il est avant tout symptomatique de la manière dont est posée la question existentielle dans les termes de la modernité. Deux remarques seulement : d’une part, il est à noter que l’ennui excessif débouche sur l’anxiété et que, réciproquement, une anxiété insupportable échoue dans l’ennui. D’autre part, on remarquera que les compétences comme les défis ne sont pas des termes absolus, mais relatifs à l’évaluation et à la mobilisation d’un sujet dans une situation donnée.

  • 32 Ce n’est pas par hasard qu’on retrouve les catégories kantiennes, et notamment telles que les élabo (...)

30Revenons-en à la question de l’expérience télévisuelle dans la vie quotidienne. Si on étudie attentivement les émissions populaires, celles que d’aucuns qualifieront de « mauvaise télévision », on distinguera deux types de logiques, que nous appellerons télévision de l’anxiété et télévision de l’ennui. La télévision de l’anxiété se centre sur la mise à disposition du public d’instruments cognitifs susceptibles d’orienter le sujet dans son environnement. Ces instruments peuvent être de divers types : information, recettes comportementales, modèles d’identification, points de repère axiologiques. Plus précisément, il nous semble possible de dégager trois vecteurs de sens structurant la situation télévisuelle, que nous nommons : dimension existentielle, relationnelle et instrumentale. En première approximation, Futilité télévisuelle se définit en termes existentiels lorsqu’elle aide le sujet à opérer un travail sur lui-même, sur sa vie, sur ses relations ; Futilité relationnelle se rapporte au monde de la reconnaissance, à la participation, par le biais de l’expérience télévisuelle, à un monde social ; Futilité instrumentale, enfin, se réfère plutôt à Faction du sujet sur le monde, à la maîtrise de son environnement, à l’amélioration de son efficacité32. Télévision de simulation, d’interaction ou d’information, pourrait-on encore dire — étant entendu que les trois formes renvoient également à une problématique de ressources symboliques, c’est-à-dire à un sujet social dans le monde. Quelques exemples devraient permettre de clarifier nos concepts.

  • 33 E. Belin, Télévision, fascisme ordinaire et odeurs de pieds, Rue des Usines. « Haine de la culture, (...)
  • 34 Voir le dossier P. Chambat et A. Ehrenberg, De la réalité au show, Esprit, no 1, 1993. D. Mehl repr (...)
  • 35 Cette partie du texte a été rédigée avant que nous prenions connaissance de l’ouvrage que Dominique (...)

31Les reality-shows, à première vue, se distribuent essentiellement sur la première dimension. Par les mécanismes de la projection et de l’identification, le téléspectateur confronte son expérience du monde à celle des personnes dont différents aspects de l’existence sont dévoilés ; des questions telles que « suis-je normal ? », ou « quelle est ma valeur ? », « qui suis-je ?», « suis-je original ? » traversent la réception. Le jeu des ressemblances et des différences amène le sujet à multiplier les portes d’entrée dans sa propre vie, à découvrir les diverses facettes de sa propre personnalité, à renforcer l’estime qu’il se porte ou à repérer ses faiblesses. Le questionnement ne se pose pas forcément en termes individualistes : des réflexions comme « nous ne sommes décidément pas du même monde » ou « enfin, on parle des problèmes des petites gens » peuvent surgir. Tous ces « réconforts » et ces « décentrements » participent d’une simulation d’expérience de vie, à michemin entre la conversation de café et la cure psychanalytique33. Prééminente, cette dimension existentielle est pourtant loin d’être la seule présente dans une telle émission. On y découvre également une forte intention instrumentale. Il s’y agit d’informer le sujet sur le monde — le sien, la société dans laquelle il vit. C’est toute la dimension des « recettes », des codes qu’Ehrenberg met particulièrement bien en évidence34. Comment se présenter à un entretien d’embauche, aborder une jeune fille en rue, se comporter dans une métropole, régler une dispute de ménage, quels sont les symptômes du cancer du sein... Thématisées en séquences ou révélées au détour d’une intervention, ces informations constitueront un savoir collectif, que le téléspectateur pourra au besoin partager dans ses interactions quotidiennes. Enfin, la dimension interactive, si elle apparaît moins nettement dans le cas des reality-shows, n’en est pas absente pour autant ; dans cette optique, le téléspectateur se sent membre d’une communauté formée par le public, et la reconnaissance ou la prise de connaissance par cette communauté des personnes dans lesquelles il se reconnaît équivaut à la promesse d’une reconnaissance réelle de sa propre personne — ou, au contraire, à son déni. « Désormais », en l’occurrence, pourrait être le terme-clé : « désormais on me comprendra ou on me méprisera, on m’acceptera ou on me rejettera, on me regardera différemment ». Le fait que, dans le public, se trouve l’entourage concret du téléspectateur est ici de première importance. On perçoit à travers cet exemple la nature de la dimension « relationnelle », qui définit l’expérience télévisuelle comme un mode d’être-ensemble, une forme moderne de participation à des expériences collectives35.

  • 36 J. D. Keefer relève trois types de pertinence informative : policy information (sur les points de v (...)
  • 37 L. Boltanski, La souffrance à distance, Paris, Métailié, 1993.
  • 38 D. Chaney, A symbolic mirror of ourselves ; civic ritual in mass society, Media, Culture & Society,(...)
  • 39 On se réfère entre autres à diverses publications de l’Observatoire du Récit Médiatique de l’Univer (...)
  • 40 I. Connel, Taies of tellyland : the popular press and television in the U. K., in P. Dahlgren & C. (...)
  • 41 Cette notion de concernement est au centre de l’approche de la psychose que développe H. Grivois (H (...)

32Un second exemple évocateur concerne l’information. A priori, la dimension instrumentale est première dans ce genre de programmation36. Sans doute y prend-elle une part prépondérante, surtout lorsqu’elle touche à la vie quotidienne du public ; augmentation des taxes, élections prévues, bulletin météo ou informations routières, menaces terroristes... Mais quelle est l'utilité informative directe d’un reportage sur des inondations en Chine ou d’un flash à propos de l’explosion d’un bus en Israël ? Pour le commun des mortels, une telle information est inutile sur le plan purement instrumental. Sur le plan interactif, au contraire, elle peut jouer un rôle essentiel, y compris dans le jeu démocratique : comme l’a démontré Luc Boltanski37, regarder les informations, c’est avant tout participer à un espace public virtuel, potentiel, qui s’actualisera dans les interactions quotidiennes. On perçoit ici toute la pertinence des études d'agenda-setting, qui indiquent à quel point les médias organisent en les alimentant les discussions des acteurs sociaux. Or, affirme Boltanski, parler est la première forme de participation ; elle donne un soubassement à la représentation politique sous la forme d’une menace d’action. Le caractère virtuel d’un tel espace public peut, dans certaines circonstances, se concrétiser ; ainsi, l’information locale, que ces dernières années ont vu se développer considérablement, participe-t-elle d’un rapport très particulier à l’expérience télévisuelle, où celle-ci se définit moins comme regard sur le monde que comme point d’ancrage dans un environnement ; il en va de même, à une autre échelle, pour les media events où s’exprime une communauté virtuelle38. Enfin, la dimension simulatoire n’est pas absente de l’information, elle y prend même une part croissante. Comme le montrent plusieurs recherches, la mise en forme, dans des schémas narratifs comparables à ceux du conte ou du mythe, de l’actualité quotidienne39, favorise ce rapport personnel du lecteur à celle-ci. D’autre part, il est frappant de constater le degré de concernement que présente, dans l’expérience télévisuelle, la mise en scène des personnages familiers de la scène politique40, économique et culturelle41. C’est dans une interaction imaginaire avec eux que se construit l’opinion, un processus mental et interactif où se combinent mauvaise foi et raisonnement, implication personnelle et généralisations, jeux de rôle et jeux de face — bref, une « conversation » au sens ethnométhodologique du terme.

  • 42 D. W. Winnicott, Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard (N.R.F.), 1975.
  • 43 O. Mannoni Clés pour l'imaginaire ou l’Autre Scène, Paris, Seuil, 1969, p. 9-33 (« Je sais bien mai (...)
  • 44 M. Picard, Lire le temps, Paris, Minuit, 1989 ; M. Picard, La lecture comme jeu, Poétique, no 58, 1 (...)
  • 45 R. Luz, Espace potentiel et expérience filmique. Une application des propositions de D.W. Winnicott (...)
  • 46 On traitera ici indifféremment les soap operas et les telenovelas. Les premiers sont produits princ (...)

33Face à la télévision de l’anxiété, le modèle que nous avons mentionné nous permet de postuler l’existence d’une télévision de l’ennui. Pour traiter cette question, il sera nécessaire de raffiner notre modèle ; nous le ferons à partir de la notion d’aire transitionnelle, développée par Donald W. Winnicott42. Cette aire est intermédiaire entre le sujet et l’objet, et permet d’assumer les paradoxes de l’expérience. Lorsque l’enfant joue (play), il importe que la signification magique qu’il donne à l’objet qu’il manipule ne soit pas mise en question par l’environnement. Autrement dit, ce que certains appellent la « pensée magique » doit nécessairement avoir sa contrepartie dans l’environnement de l’enfant, et c’est le rôle de la « mère suffisamment bonne » que d’arranger cette aire. Elle doit permettre à l’enfant d’accepter le paradoxe de son « jouet », à la fois objet réel sans signification et sujet porteur de sens susceptible de le rassurer. Pour Winnicott, cette aire est le point d’ancrage du symbolique (un objet est plus que ce qu’il est) qui le dépasse ; toutefois, dans certaines circonstances ou expériences de son existence, comme l’expérience religieuse, ou esthétique, le sujet peut se ménager des aires similaires — reconstruire l’enfance avec des matériaux d’adulte. La situation de narration, le film et l’expérience télévisuelle sont, de toute évidence, traversées par le même paradoxe que celui du jouet : « pourquoi pleurniches-tu, ce n’est qu’un film » tend à dire le briseur de jeu ; — « je sais bien, mais quand même... »43, répond la femme (bien sûr !) en rougissant. On peut penser aux études de Michel Picard44 sur l’expérience de lecture, ou au travail de Rogerio Luz45 sur l’expérience filmique : chaque fois, le paradigme du jeu est invoqué contre l’applatissement, l’insensé que représente ce que Lacan appelle le « point d’horreur du réel ». Il s’agit de se laisser prendre au jeu pour créer « quelque chose au milieu de rien » ; on perçoit immédiatement les convergences de ce type de recherches avec la thématique de l’ennui ordinaire tel que le définit Nahoum-Grappe et que, pour résumer, on pourrait appeler le « vertige des platitudes ». Se prendre au jeu, réintroduire de la différence, de la couleur dans un univers en gris, oublier que « rien n’a d’importance » en retrouvant des enjeux, ou encore : reconstruire une réalité à partir du réel grâce à la force magique de l’illusion — voilà ce que signifie l’expérience transitionnelle. Or la télévision dispose d’outils bien plus performants que les formes narratives classiques de ce point de vue ; elle mélange ce que les critiques séparent : réalité et fiction. Une fois de plus, sans pouvoir démontrer quoi que ce soit, étudions une figure « paroxystique » de la logique télévisuelle : le soap opera46.

  • 47 S. Flitterman-Lewis, All’s Well that Doesn’t End Soap Opera and the Marriage Motif, Camera Obscur (...)
  • 48 L. Soarès de Sousa, Représentation et idéologie. Les téléromans au service de la publicité, Montréa (...)
  • 49 R. Ortiz, J. M. Ortiz Ramos, A produção industrial e cultural da telenovela, Telenovela. Histria e (...)
  • 50 I. Ang, Watching Dallas : Soap Opera and the Melodramatic Imagination, London - New York, Methuen 1 (...)
  • 51 J. González Requena, El discurso televisivo : espectáculo de la posmodernidad, Madrid, Cátedra, 199 (...)
  • 52 J.-F. Lyotard, Le Postmoderne expliqué aux enfants, Paris, Galilée, 1986.

34Une des caractéristiques les plus étonnantes des soaps, c’est leur absence de clôture47 ; une série peut se développer durant vingt-cinq ans, une heure par jour, cinq jours par semaine. Les personnages de fiction vivent dans le même univers que les personnages de la réalité. Dans les télénouvelles brésiliennes, les magasins, les endroits sont clairement reconnaissables48. La temporalité diégétique est celle de la vie quotidienne. Certains événements, comme les mariages de stars, les grossesses d’actrices, ou encore les ruptures de contrat et les revendications des acteurs en termes de travail journalier, doivent être narrativisés, introduits dans le récit télévisuel49. Une autre caractéristique est le caractère anodin, ménager des intrigues et des récits ; même si, de ce point de vue, on peut noter des différences sensibles entre les méthodes américaine et britannique, les histoires des personnages sont toujours des « dramatisations » ou des « densifications » de stéréotypes de la vie courante50. Une troisième spécificité de ces formes est mise en évidence par Gonzalez Requena : la longueur de ces séries autorise, dit-il, le déploiement du récit sur toutes les combinaisons possibles entre syntagmes et paradigmes51. Pour lui, cela démontre le caractère aliénant du discours télévisuel dans son ensemble. Nous remarquerons avec Lyotard, cependant, que le monde vécu est, lui aussi, composé de toutes les articulations possibles entre syntagmes et paradigmes — comme il le fait remarquer, le monde de la vie est celui où sont vraies en même temps deux propositions comme « à père avare, fils prodigue » et « tel père, tel fils »52. C’est d’une homologie entre le monde télévisuel et le monde de la vie ordinaire qu’il faudrait donc parler.

  • 53 C. L. Harrington et D. D. Bielby, Soap Fans. Pursuing Pleasure and Making Meaning in Everyday Life,(...)
  • 54 D. D. Bielby et C. L. Harrington, Public Meanings, Private Screenings : The formation of Social Bon (...)
  • 55 C. L. Harrington & D. D. Bielby, Where did you hear that ? Technology and the social organization o (...)

35Examinons brièvement cette vie ordinaire de la « soap fan ». Des recherches sur la réception de telles séries se sont produites en grande quantité dans les pays où cette formule est la plus en vogue. Elles indiquent que les femmes au foyer (le public privilégié) discutent entre elles, par téléphone le plus souvent, des aventures de leurs héros préférés53 ; l’accent mis sur les personnages leur permet de mettre en œuvre leurs compétences en matière de psychologie populaire54. L’accent de ces séries est en effet toujours mis sur les conséquences de l’action et sur les réactions des divers protagonistes, plutôt que sur l’action elle-même. Une littérature secondaire est abondamment diffusée, qui articule les récits diégétiques et les récits extra-diégétiques. Il est fréquent que des spectatrices se mobilisent ou écrivent personnellement pour influencer le cours de l'histoire, pour soutenir un acteur dont elles ont appris l’imminence de la rupture de contrat, pour empêcher un mariage diégétique qu’elles refusent. Des listes de discussions sur Internet permettent en outre aux plus « branchées » d'entre elles de partager leurs expériences et de débattre des questions soulevées épisode par épisode55.

  • 56 On se rapporte ici à J. Huizinga, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallima (...)
  • 57 D. D. Bielby et C. L. Harrington, Reach Out and Touch Someone : Viewers, Agency, and Audiences in t (...)
  • 58 Voir l’ouvrage cité, ou A. Giddens, The Consequences of Modernity, Stanford Ca, Stanford University (...)

36À maints égards, ces formes télévisuelles sont plus proches du jeu de rôles que du film. Différentes recherches empiriques indiquent à quel point la fonction des soaps est de construire des univers. Si on reprend le concept d’aire transitionnelle, on peut affirmer sans grand risque de se tromper que ce que mettent en évidence ces recherches, c’est la constitution au sein de l’expérience ordinaire d’un monde qui vient se greffer au monde réel pour le rendre néguentropique, c’est-à-dire plus illusoire. On notera ici que le terme d’« illusion », « in ludio », a la même racine que le terme d’« enjeu » ; ce que les soaps introduisent dans la vie de la ménagère, c’est de l’enjeu, ou encore, de la possibilité de se prendre au jeu56. Cette aire, disions-nous en référence à Winnicott, a pour fonction de protéger l’individu de l’extraordinaire crudité du réel, du vertige de la platitude. Elle résout les paradoxes entre réalité et fiction — et ce d’autant plus que les récits fictionnels donnent réellement lieu à des interactions socialisantes, où s’exercent des compétences valorisées dans la communauté des amatrices, où des statuts se mettent en place et où des événements peuvent s’organiser. Le plus souvent, il est vrai, les spectatrices se limitent à discuter de la mort de leur héroïne durant des heures au téléphone, mélangeant ses histoires matrimoniales à des considérations sur leurs voisines et des confidences sur leurs propres problèmes conjugaux. Il n’empêche que la structure de la fiction télévisuelle participe de la reconfection d’un monde qui se détricote et, de ce point de vue, est indispensable à la confiance qui fonde ce que les américains appellent l'agency57. Cette question de la confiance est un des thèmes centraux de Giddens et peut être considérée comme une des données de base de toute sociologie du contemporain58. Ce qui est vrai pour les soap operas nous semble l’être pour bien d’autres genres télévisuels, comme les jeux télévisés ou les émissions sportives. Chaque fois, il s’agit d’inventer des enjeux appréhendables par le public et susceptibles de faire « prendre » la réalité.

  • 59 M. Henry, La barbarie, Paris, Grasset, 1987.

37Ces enjeux jouables qui oscillent entre les deux pôles de la « détente » et de l’« excitation » — avec, montre Csikszentmihalyi, une prédilection pour le premier pôle — peuvent être compris comme la fabrication de plaisir. Nombreux sont les psychanalystes qui interprètent cette fonction comme une régression imaginaire. Notre discours, au contraire, revient à dire que ce qu’on interprète traditionnellement comme une fuite dans l’imaginaire, un abandon de la réalité, est en réalité une fuite du réel dans la réalité. Pour reprendre le vocabulaire que nous avons utilisé plus haut, derrière l’enjeu du plaisir immédiat qui semble aveugler beaucoup d’analystes, on découvre un véritable enjeu social : la production de sens, de convivialité, de raisons de vivre. D’une certaine manière, nous rejoignons ici Michel Henry59 pour qui la barbarie est avant tout question d’angoisse et d’ennui, de haine de soi et de refus de cette chose risquée qu’est la vie. Cela signifie qu’au-delà de la responsabilité, le plaisir est une condition nécessaire de la poursuite du projet moderne démocratique. Plutôt que d’opposer ces deux notions, il est crucial de les articuler, sous peine de passer de l’amour de la culture à la haine du populaire.

  • 60 C. L. Harrington et D. D. Bielby, Soap fans, op. cit.
  • 61 C. Penley, Brownian Motion : Women, Tactics, and Technology, in C. Penley & Andrew Ross (eds.) Tech (...)
  • 62 H. Jenkins, Textual Poachers. Television Fans and Participatory Culture, New York - London, Routled (...)
  • 63 M. de Certeau, op. cit., p. 290.
  • 64 idem, p. 86-87 et passim.

38Une question reste pendante, toutefois, avec laquelle nous clôturerons cet exposé. Elle concerne le lieu de l’agence. Car, finalement, ce qui se profile derrière les formes télévisuelles, c’est un requestionnement en profondeur sur ce qu’est la réalité — questionnement que nous n’abordons pas en termes philosophiques mais en termes sociologiques. De ce point de vue, on peut opposer deux travaux très proches réalisés dernièrement : ceux de Denise Bielby60 d’une part, et ceux de Constance Penley61 d’autre part. La première étudie les formes de sociabilité mises en place par les fans féminines de divers soap operas américains. La seconde s’intéresse à des fan clubs féminins également, mais qui rassemblent des amatrices de Startrek réalisant diverses productions (vidéos, bandes dessinées, romans) construites autour de l’idée d’une relation homosexuelle entre Spock et Kirk, les deux personnages principaux de la série. Bielby met en évidence l’activité sociale intense qui se déroule chez ses fans, ainsi que la réelle mobilisation qu’elle permet — notamment lorsqu’il s’agit d’organiser des conventions, de signer des pétitions pour sauver un acteur, ou encore pour produire des textes et objets transitionnels. Constance Penley en revanche, suivant en cela Henri Jenkins62, insiste plutôt sur les contextes de micro-mobilisation sociale que représentent ces fans clubs et, en bonne féministe, tente de comprendre « ce qui manque » à ces groupes pour se constituer en acteurs sociaux. On perçoit immédiatement la nuance qui sépare les deux approches : alors que la première considère que, la réalité étant fictionnelle, l’agence se situe au niveau de la participation active à l’élaboration et à la production du sens, la seconde ne peut situer la responsabilité sociale que dès lors que le contexte transitionnel est dépassé et qu’un principe de réalité est intériorisé. Les deux types d’approches acceptent le postulat mis en évidence par de Certeau, selon lequel la transformation des rapports sociaux sous-jacents à la lecture n’est autre chose que la substitution d’un totalitarisme à un autre que pour lors qu’existe déjà une autre expérience que celle de la passivité, expérience « politisable » ou « en attente » de politisation63, mais alors que l’une part à la recherche de « lieux propres » au lecteur, la seconde accepte plus radicalement le caractère « tactique » de l’activité de lecture64. Qui a raison ? Laissons la question posée, en nous abstenant seulement de décréter que l’une est plus conservatrice que l’autre.

SECTION 3. QUELQUES PISTES DE RÉFLEXION NORMATIVE

39Nous n'avons pas la prétention de présenter ici un ensemble de propositions suffisamment élaborées et articulées pour contribuer à une politique des médias, mais seulement quelques pistes susceptibles d’être explorées. Elles ne traduisent pas « syllogistiquement » notre pensée descriptive, mais nous paraissent au moins ne pas la contredire. Insistons toutefois sur le fait que, sur base des mêmes prémisses, d’autres schémas politiques pourraient être défendus.

  • 65 Nous pensons au Livre blanc du Groupe Pédagogie et Audiovisuel organisé par la Médiathèque de la Co (...)
  • 66 cfr. E. Belin, Les enjeux socio-culturels de la régulation marchande des médias audio-visuels, Rech (...)

40D’abord, un décadrage nous semble devoir être opéré, d’une télévision éducative à une éducation à la télévision. La thématique de l’éducation aux médias n’est sans doute pas neuve, mais elle a été étrangement négligée alors qu’elle nous paraît être tout simplement essentielle. C’est par l’éducation aux médias seule que peuvent être introduites, sous une forme appropriée aux réalités d’aujourd’hui, les compétences critiques nécessaires au traitement responsable du plaisir télévisuel par les téléspectateurs. Quelques enquêtes existent déjà à ce sujet65 ; cependant, il s’agit pour nous de mettre en œuvre une politique volontariste, non seulement dans les écoles, mais également au sein des chaînes de service public. Ceci nous conduit d’ailleurs à une seconde proposition normative, relative à l’indispensable maintien de missions de service public, voire d’une chaîne publique. Ce service public devrait être cependant repensé en termes « méta », c’est-à-dire qu’une des missions essentielles de ce point de vue devrait être la promotion de la distanciation, de l’ironie, de la déconstruction des émissions télévisuelles. Ce type de missions va à l’encontre des intérêts à court terme des stations privées, quel que soit leur mode de commercialisation66, et c’est pour cette raison qu’il nous apparaît indispensable de les confier à un acteur public fort et dynamique. Ces missions viendraient s’ajouter aux missions relatives à l’espace public et qui traitent principalement de l’information et des œuvres culturelles.

  • 67 J.T. Godbout, La démocratie des usagers, Montréal, Ed. Boreal, 1987.
  • 68 Nous souscrivons, à ce propos, à l’essentiel des thèses de Y. Achille et J. Ibanez Bueno, Les télév (...)

41De ceci découlent deux propositions complémentaires, relatives d’une part à la production et d’autre part à la diffusion. Il nous semble important d'inciter à la production d’œuvres de culture populaire favorisant le décentrement et la distanciation. Certaines caractéristiques de l’art populaire ont été démontées dans ce texte — concrètement, une réflexion de fond est à produire sur l’humour populaire en télévision, sur la structure des genres, sur le localisme, etc. Pour nous, sur le plan politique, un bon spectacle comique vaut cent émissions ennuyeuses ou angoissantes, à condition qu’il fasse appel non à la bêtise populaire (qui existe au même titre que le snobisme intellectuel) mais à cette intelligence chaude qu’ignorent souvent les universitaires, et dont ils pourront trouver quelques échos dans le livre fascinant de Hoggart. La seconde proposition concerne le primat de la logique de l’usager sur le personnel. Comme l’explique Godbout dans son ouvrage sur la démocratie de l’usager67, les missions de service public nous semblent trop importantes pour qu’on fasse des entreprises publiques des lieux de « confort professionnel ». L’argument de Godbout est presque de bon sens : les politiques de production des services publics ne peuvent légitimement reposer sur des conditions spécifiques que si cela est nécessaire à l’amélioration du service offert. Le citoyen a pris l’habitude d’être aussi client et, à ce titre, d’être roi ; si le service qui lui est offert n’est pas concurrentiel, qu’on s’en réjouisse ou qu’on s’en attriste, il ira voir ailleurs. C’est pour concilier ces deux objectifs — plaisir et responsabilité — que la redevance existe. Elle est, de notre avis, absolument essentielle au fonctionnement démocratique ; mais elle ne l’est que si elle permet cette conciliation68.

Notes

1 R. Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Editions de Minuit, 1970.

2 Voir J.-Cl. Passeron, Présentation de R. Hoggart, Ibidem, p. 7.

3 J.-Cl. Passeron, ID.

4 P. Lazarsfeld, B. Berelson, H. Gaudet, The People's Choice, New York, Columbia University Press, 1948.

5 G. Gerbner et L. Gross, Living with Television : The Violence Profile, Journal of Communication, printemps 1976, p. 173-199.

6 T. Bilton et al., Introductory Sociology, London, Macmillan Education Ltd, 1987, p. 433.

7 T. Bilton, ID., p. 429.

8 Voir Le Monde diplomatique de mai 1996.

9 E. P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, 1988.

10 G. Tuchman, Mass Media Institutions, dans N. Smelser (ed.), Handbook of Sociology, Newbury Park, Sage, 1988, p. 607.

11 Dans l’espace anglo-saxon, les critical legal studies ont développé ce point de vue inductif sur le droit — concernant les médias, on peut, par exemple, se référer à T. Streeter, Beyond Freedom of Speech and the Public Interest : The Relevance of Critical Legal Studies to Communications Policy, Journal of Communication, vol. 40, no2, 1990, p. 43-63 ; en ce qui nous concerne, c’est à l’hypothèse de la procéduralisation et de la déformalisation du droit, développée entre autres par Jacques Lenoble et Jean De Munck, que nous nous référons. Il n’est pas possible ici de développer cet aspect ; on se référera à : J. Lenoble, Droit et Communication, Paris, Cerf (Humanités), 1994 ; J. De Munck, Déformalisation, dérégulation et justice procédurale. Notes de synthèse, Les Carnets du Centre de Philosophie du Droit, no 10, 1994.

12 À maints égards, notre approche pourra faire penser à celle de Maffesoli (M. Maffesoli, Eloge de la raison sensible, Paris, Grasset, 1996). Pourtant, pour des raisons de fond (touchant au statut du langage, au recours à la notion d’archétype, par exemple) autant que de « ton », nous nous tiendrons à distance respectable de ses positions. Nous citerons plus volontiers M. de Certeau, L’invention du quotidien, Paris, Union Générale d’Éditions, t. I, 1980.

13 Parmi la littérature des cultural studies, citons D. Morley, Family télévision. Cultural Power and Domestic Leisure, London - New York, Routledge, 1986 ; D. Morley, Television, audiences & Cultural Studies, London - New York, Routledge, 1992 ; R. Silverstone, Television and everyday life, London - New York, Routledge, 1994 ; M. Morse, An Ontology of Everyday Distraction. The Freeway, the Mall, and Television, in P. Mellencamp (ed.) Logics of Television. Essays in cultural criticism, Bloomington - Indianapolis, Indiana University Press, 1990, p. 193-221 ; en français, on se référera au numéro sur la réception de Hermès - Cognition, communication, politique, no 11-12, 1993, et notamment aux articles de I. Ang, de D. Dayan, de J. Corner, de S. Livingstone, et de T. Liebes ET E. Katz.

14 Outre les travaux déjà mentionnés, citons l’école de Birmingham, fondatrice de l’approche autour de S. Hall, Encoding/decoding in S. Hall, D. Hobson, A. Lowe & P. Willis (eds.) Culture, Media, Language, London, Hutchinson, 1980, p. 128-39 ; et pour les recherches américaines, J. Fiske, Television Culture, London - New York, Routledge, 1987.

15 E. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, P.U.F., 1967.

16 On ne le reconnaîtra guère dans ce texte, mais l’objet dont il sera question est bien celui de B. Latour, Nous n'avons jamais été modernes, Paris, La Découverte, 1994, et plus récemment : B. Latour, Petite réflexion sur le culte moderne des dieux fétiches, Paris, Ed. Synthélabo, 1996.

17 Elle non plus n’est guère reconnaissable ici. C’est bien à la notion de F. Dubet, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1994, qu’on se réfère pourtant. La connivence est élaborée dans E. Belin, Media Experience as a Convergence Point in Postmodern Fragmentation, PoMo Magazine (à paraître).

18 Nous empruntons en le travestissant le concept de J. De Munck, L’aide psycho-affective : l’état social dépassé ?, Revue Nouvelle, no 85, 1992, p. 30-43.

19 cfr. L. Sfez, Critique de la communication, Paris, Seuil, 1988, et notamment la partie intitulée : Une psychothérapie magique, p. 251-260.

20 M. Kinder, Playing with Power in Movies, Television and Video Games, Berkeley - Los Angeles - Oxford, University of California Press, 1991 ; H. Jenkins, « x Logic » : Repositioning Nintendo in Children’s Lives, Quarterly Review of Film & Video, vol. 14 no 4, 1993, p. 55-70.

21 Sherry Turkle, The Second Self. Computers and the Human Spirit, New York, Simon and Schtster, 1984.

22 A. Ehrenberg, L'individu incertain, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

23 V. Nahoum-Grappe, L’ennui ordinaire. Essai de phénoménologie sociale, Paris, Austral, 1995.

24 A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991 (notamment la troisième partie : De l’aventure entrepreneuriale à la dépression nerveuse).

25 F. Dubet, La Galère : jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987 ; F. Dubet et D. Lapeyronnie, Les quartiers d’exil, Paris, Seuil, 1992.

26 A. Wallemacq, L’ennui et l’agitation. Figures du temps, Bruxelles, De Boeck, 1991.

27 E. Belin, T.-M. Bouchat, P. Cornil, B. Delvaux, Le sens au quotidien. Recherche avec des jeunes femmes en situation de précarité, Bruxelles, Services fédéraux des Affaires Scientifiques, Techniques et Culturelles, 1995.

28 A. Glddens, Modernity and Self-Identity. Self and Society in the Late Modem Age, Stanford University Press, Stanford Ca, 1991 (notamment le chapitre 7 : The Emergence of Life Politics).

29 On pense évidemment à l’ouvrage monumental dirigé par P. Bourdieu, La misère du monde, Paris, Seuil, 1993. Chaque chapitre confirme cette thèse.

30 M. Csikszentmihalyi, Beyond boredom and anxiety. The experience of Play in Work and Games, San Francisco - Washington - London, Jossey-Bass Publishers, 1975 ; pour une élaboration ultérieure du modèle : M. Csikszentmihalyi & I. S. Csikszentmihalyi, Optimal experience. Psychological studies of flow in consciousness, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

31 R. Kubey & M. Csikszentmihalyi, Television and the quality of life. How Viewing Shapes Everyday Experience, Hillsdale-New Jersey, Lawrence Erlbaum Associates, 1990. Le terme « détente » est de nous ; la figure 1 s’inspire de figures présentées par les auteurs, mais n’est pas reprise telle quelle dans leurs travaux.

32 Ce n’est pas par hasard qu’on retrouve les catégories kantiennes, et notamment telles que les élabore J.-M. Ferry, Les puissances de l’expérience, Paris, Cerf, 1992 : ne s’agit-il pas, tout compte fait, d’une théorie de l’expérience ?

33 E. Belin, Télévision, fascisme ordinaire et odeurs de pieds, Rue des Usines. « Haine de la culture, culture de la haine », no 28-29, 1995, p. 85-93. E. Belin, Norme et médias, in J. De Munck et M. Verhœven (eds.), Les mutations du rapport à la norme, Paris - Bruxelles, De Bœck - Larcier, 1997, p. 87 - 102.

34 Voir le dossier P. Chambat et A. Ehrenberg, De la réalité au show, Esprit, no 1, 1993. D. Mehl reprend la même problématique dans son dernier ouvrage, et aboutit à des conclusions, de notre point de vue, extrêmement semblables (D. Mehl, La télévision de l’intimité, Paris, Seuil, 1996).

35 Cette partie du texte a été rédigée avant que nous prenions connaissance de l’ouvrage que Dominique Mehl consacre à la question. La mise en relation des trois dimensions de l’expérience du spectateur avec les quatre types de. motivations qu’elle décèle chez les participants à ces émissions (message personnel, verbe thérapeutique, confession cathodique et message collectif) vaudrait d’être opérée ultérieurement.

36 J. D. Keefer relève trois types de pertinence informative : policy information (sur les points de vue en présence) ; political information (sur les rapports de forces et les jeux politiques) ; operational information (sur les moyens d’action sur la réalité) ; il remarque que les carences les plus profondes sont observées au troisième niveau. (The News Media’s Failure to Facilitate Citizen Participation in the Congressional Policymaking Process, Journalism Quarterly, 70/2, 1993, p. 412-424).

37 L. Boltanski, La souffrance à distance, Paris, Métailié, 1993.

38 D. Chaney, A symbolic mirror of ourselves ; civic ritual in mass society, Media, Culture & Society, no 2, 1982 ; D. Dayan et E. Katz, Media Events : The Live Broadcasting of History, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1992.

39 On se réfère entre autres à diverses publications de l’Observatoire du Récit Médiatique de l’Université de Louvain : F. Antoine (ed.), La médiamorphose d’Alain Vanderbiest. Lectures d’une narration journalistique, Bruxelles, Vie Ouvrière, 1993 ; M. Lits (ed.), Le roi est mort... Émotion et médias, Bruxelles, Vie Ouvrière, 1993.

40 I. Connel, Taies of tellyland : the popular press and television in the U. K., in P. Dahlgren & C. Sparks (eds), Communication and citizenship. Journalism and the public sphere, London, Routledge, 1991, p. 236-254.

41 Cette notion de concernement est au centre de l’approche de la psychose que développe H. Grivois (H. Grivois et J.-P. Dupuy, Mécanismes mentaux, mécanismes sociaux. De la psychose à la panique, Paris, La Découverte, 1995), en rapport à l’hypothèse girardienne de la mimésis. Une étude des conditions de concernement dans l’expérience télévisuelle reste à entreprendre ; elle convergerait sans doute avec les hypothèses plus psychanalytiques selon lesquelles cette expérience serait d’ordre psychotique (A. Akoun, op. cit. ; K. Robins, Forces of consumption : from the symbolic to the psychotic, Media, Culture & Society, 16, 1994, p. 449-468 ; J. González Requena, El discurso televisivo : espectáculo de la posmodernidad, Madrid, Cátedra, 1995).

42 D. W. Winnicott, Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard (N.R.F.), 1975.

43 O. Mannoni Clés pour l'imaginaire ou l’Autre Scène, Paris, Seuil, 1969, p. 9-33 (« Je sais bien mais quand même »).

44 M. Picard, Lire le temps, Paris, Minuit, 1989 ; M. Picard, La lecture comme jeu, Poétique, no 58, 1984, p. 253-263 ; M. Picard, Lector ludens, Autrement, no 153, 1995, p. 132-144.

45 R. Luz, Espace potentiel et expérience filmique. Une application des propositions de D.W. Winnicott concernant la culture, Louvain-la-Neuve, Ciaco, 1987.

46 On traitera ici indifféremment les soap operas et les telenovelas. Les premiers sont produits principalement par les États-Unis, l’Angleterre et l’Australie, alors que les seconds proviennent surtout du Brésil et du Mexique.

47 S. Flitterman-Lewis, All’s Well that Doesn’t End Soap Opera and the Marriage Motif, Camera Obscura, 16-1, 1988, p. 119-127. ; D. C. Reep, The Siren Call of the Super Couple : Soap Operas’ Destructive Slide Toward Closure, in Suzanne Frentz (ed.), Staying Tuned : Contemporary Soap Opera Criticism, Bowling Green, Bowling Green State University Popular Press, 1992, p. 96-102 ; pour un point de vue nuançant cette théorie : L. Stempel Mumford, How Things End : The Problem of Closure on Daytime Soap Operas, Quarterly Review of Film & Video, 15 (2), 1994, p. 57-74

48 L. Soarès de Sousa, Représentation et idéologie. Les téléromans au service de la publicité, Montréal, Les Éditions Balzac, 1994.

49 R. Ortiz, J. M. Ortiz Ramos, A produção industrial e cultural da telenovela, Telenovela. Histria e produção, Editora Brasiliense, 1991, p. 111-182.

50 I. Ang, Watching Dallas : Soap Opera and the Melodramatic Imagination, London - New York, Methuen 1985 ; T. Modleski, Loving with a vengeance. Mass-Produced Fantasies for Women, Hamden Ct, Archon Books, 1982, p. 85-114.

51 J. González Requena, El discurso televisivo : espectáculo de la posmodernidad, Madrid, Cátedra, 1995.

52 J.-F. Lyotard, Le Postmoderne expliqué aux enfants, Paris, Galilée, 1986.

53 C. L. Harrington et D. D. Bielby, Soap Fans. Pursuing Pleasure and Making Meaning in Everyday Life, Philadelphia, Temple University Press, 1995.

54 D. D. Bielby et C. L. Harrington, Public Meanings, Private Screenings : The formation of Social Bonds through the Televisual Experience, Perspectives on Social Problems, no 3, 1992, p. 155-178.

55 C. L. Harrington & D. D. Bielby, Where did you hear that ? Technology and the social organization of Gossip, The Sociological Quarterly, 36 (3), p. 607-628.

56 On se rapporte ici à J. Huizinga, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1951 (1938) ; voir aussi J.-P. Delchambre, L’articulation du rationnel et de l’affectif. Jalons en vue de l'élaboration d’un concept de rationalité esthétique-expressive, Aspects Sociologiques (à paraître) et une publication en préparation de J.-P. Delchambre et E. Belin sur la notion de jeu en sociologie.

57 D. D. Bielby et C. L. Harrington, Reach Out and Touch Someone : Viewers, Agency, and Audiences in the Televisual Experience, in J. Cruz & J. Lewis (eds.) Viewing, Reading, Listening. Audiences and Cultural Reception, Boulder - San Francisco - Oxford, Westview Press, 1994, p. 81-100.

58 Voir l’ouvrage cité, ou A. Giddens, The Consequences of Modernity, Stanford Ca, Stanford University Press, 1990.

59 M. Henry, La barbarie, Paris, Grasset, 1987.

60 C. L. Harrington et D. D. Bielby, Soap fans, op. cit.

61 C. Penley, Brownian Motion : Women, Tactics, and Technology, in C. Penley & Andrew Ross (eds.) Technoculture, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1991, p. 135-161.

62 H. Jenkins, Textual Poachers. Television Fans and Participatory Culture, New York - London, Routledge, 1992.

63 M. de Certeau, op. cit., p. 290.

64 idem, p. 86-87 et passim.

65 Nous pensons au Livre blanc du Groupe Pédagogie et Audiovisuel organisé par la Médiathèque de la Communauté Française de Belgique, Pour une éducation aux médias généralisée en Communauté Française de Belgique, octobre 1992 et à l’intéressant travail d’évaluation de F. Thomas, Rapport d’observation et d’évaluation de « Télécole ». Une opération d’éducation des jeunes aux médias en Communauté française. Fondation Roi Baudouin, 1992. En France, on pense à l’action pédagogique et aux publications du Clemi (voir sur Internet, adresse : http://www.edutel.fr/pedago/clemipub.htm).

66 cfr. E. Belin, Les enjeux socio-culturels de la régulation marchande des médias audio-visuels, Recherches en Communication, no 4, 1995, p. 177-203 ; une réflexion intéressante est menée, entre autres sur les Guignols de l’info, par V. Donn, L’humour cathodique, Paris, Austral, 1995.

67 J.T. Godbout, La démocratie des usagers, Montréal, Ed. Boreal, 1987.

68 Nous souscrivons, à ce propos, à l’essentiel des thèses de Y. Achille et J. Ibanez Bueno, Les télévisions publiques en quête d’avenir, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1994 ; cfr. également les travaux du GRESEC à Grenoble.

Table des illustrations

Titre FIGURE 1
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/12204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540