Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décret du 24 juillet 1997 définissant les missions prioritaires de l’enseignement

 | 
Hugues Dumont
, 
Martine Collin

Quatrième partie. Débat : points de vue de quelques acteurs de la communauté éducative

Point de vue du Conseil Supérieur de la Guidance Psycho-Medico-Social

Charles Uystpruyst

Texte intégral

1À la parution du décret « missions », les agents P.M.S. ont été particulièrement interpellés dans la mesure où les objectifs généraux définis dans l'article 6 (la promotion de la confiance en soi, le développement de la personne, l'appropriation des savoirs, la préparation à la citoyenneté responsable et les chances égales d’émancipation sociale pour tous) correspondent globalement aux missions décrites dans l'article 3 de l'arrêté royal du 13 août 1962 (modifié par l’arrêté royal du 2 septembre 1985), particulièrement au point 1C qui précise : Les centres P.M.S. ont pour missions « le soutien au processus d'épanouissement des élèves et l'aide au développement de leur potentiel afin de contribuer à l'acquisition de leur autonomie, à la croissance harmonieuse de leur personnalité et à leur bien-être individuel et social ».

2En tant que représentant du Conseil Supérieur de la Guidance P.M.S., je ne peux donc que me réjouir du fait que soit coulée dans un décret organisant l'enseignement une des priorités déjà définies dans les missions des centres P.M.S.

3La circulaire récente (27 août 1998) « Missions prioritaires des centres P.M.S. organisés par la Communauté française » confirme par ailleurs l'absolue nécessité d'établir une étroite concertation entre l'école et les centres P.M.S. considérés comme partenaires pour atteindre des objectifs communs, particulièrement dans le domaine de l'orientation.

4En effet, si le décret « missions » consacre le conseil de classe comme élément moteur de l'orientation, les centres P.M.S. ont un rôle essentiel à jouer dans l'élaboration progressive d'un projet de vie par le jeune.

5Pour en venir au thème du débat de cet après-midi, il apparaît que les nouveaux droits des élèves, des professeurs et des parents, entrent bien dans l'optique de la responsabilisation de chacun des acteurs du monde scolaire. Nous constatons cependant que sur le terrain, il faudra un temps d'adaptation pour permettre à chacun de trouver sa place et de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour répondre aux impératifs du décret. En plus de la problématique de l'orientation que j'ai brièvement abordée, je me bornerai à épingler les trois aspects essentiels qui ont fait l'objet des exposés : les structures de participation, la problématique de l'exclusion et des inscriptions et, enfin, les droits de recours.

6En ce qui concerne les structures de participation, une première remarque ou plutôt un regret, c'est de constater que les agents P.M.S. ne sont pas explicitement cités comme membres desdits conseils de participation. Et pourtant, par leur présence sur le terrain, ils possèdent une bonne connaissance du système scolaire et de la complexité du réseau de relations qui existe entre les différents acteurs de la Communauté éducative. Il est vrai qu'il ne serait guère réalisable que les agents P.M.S. soient membres de tous les Conseils de Participation ; toutefois laisser la présence des agents P.M.S. à la discrétion des établissements scolaires est, me semble-t-il, ignorer la nécessité du partenariat exprimée en d'autres endroits du décret.

7Cependant, un rapide tour d'horizon du fonctionnement actuel des conseils de participation, montre que les agents P.M.S. ont été le plus souvent cooptés en tant que membres représentant l’environnement social, culturel et économique des établissements, ce qui leur permet de participer au débat à part entière.

8Pour ce qui est du fonctionnement du conseil de participation, il est pour le moment encore difficile de l'évaluer. Nous pouvons d'ores et déjà constater que lesdits conseils ont des modalités de fonctionnement très différentes (désignation des membres, création de commissions, processus de décisions) qui sont le plus souvent le reflet du fonctionnement institutionnel préexistant au décret « missions ».

9En effet, les établissements foisonnant de projets participatifs ont profité de l'aubaine du décret « missions » pour formaliser et dynamiser les structures de participation. D'autres, sans doute un peu plus frileux, ont volontairement limité la participation au minimum légal.

10Le deuxième point qui a retenu mon attention concerne la problématique des inscriptions et de l'exclusion. À ce niveau, les P.M.S. sont directement interpellés et se posent des questions d'ordre éthique et juridique : amenés à rencontrer l'élève régulièrement et dans un climat de confiance dans des entretiens d'aide, les agents P.M.S. doivent aussi émettre un avis en cas de renvoi.

11Cette situation nous paraît pour le moins ambiguë. Elle nécessite de clarifier le problème en début d'entretien avec un élève rencontré par exemple pour une difficulté comportementale. Ceci n'empêchera pas cet élève de modifier la représentation qu'il peut avoir de l'agent P.M.S. dans son rôle d'accompagnement et d'écoute.

12Le problème du secret professionnel se pose aussi. Au cours d'un entretien avec l'élève, nous recevons ses confidences. Celles-ci pourraient intervenir de manière indirecte lors de la formulation d'un avis.

13Il n’en reste pas moins vrai que l'équipe P.M.S. apparaît, dans le contexte d'exclusion, comme arbitre potentiel d'une situation de conflit opposant école, élève et parents.

14La dégradation des relations entre les antagonistes est parfois lente et dépend d'un ensemble de variables parfois difficiles à cerner.

15Notre rôle ne peut se limiter à émettre un avis déterminant, à rechercher une responsabilité quelconque mais bien à aider enseignants, élèves et parents, à dépasser cette situation pour mettre en place les conditions optimales du développement de l'élève.

16Après ces considérations plus générales sur les avis relatifs à l'exclusion, nous pouvons constater, sur base d'une évaluation sommaire, que l'effet du décret a été déterminant dans la diminution du nombre de renvois scolaires.

17Nous avons cependant l'impression que, dans un certain nombre de cas, l'institution scolaire s'est protégée en étant particulièrement attentive aux procédures, bien plus qu'à l'esprit de la loi. Dans certains cas, ce respect tient davantage du formalisme que de la recherche des causes profondes du décrochage ou de la violence des individus.

18Le troisième et dernier point sur lequel je m'attarderai, concerne les recours contre les décisions du conseil de classe.

19Les notions d'évaluation et de recours apparaissent comme celles qui risquent le plus de détériorer les relations entre l'école, l'élève et ses parents.

20Sans doute, l'intention du législateur a-t-elle été d'éviter le pilotage à vue dans l'apprentissage des matières et la non-maîtrise des moyens d'évaluation. Il est vrai que les évaluations de fin d'année sont perçues par certains comme des sanctions et non comme des avis d'orientation.

21Pour vivre au quotidien les effets pervers que peuvent avoir certaines pratiques d'évaluation, il est vrai que la spécification des objectifs permet de clarifier le champ scolaire. Ceci nécessite également que l'on puisse tenir compte du projet personnel de l'apprenant.

22Encore faut-il donc que les possibilités de recours puissent être considérées comme la base d'un dialogue fructueux en cas de conflit, plutôt que d'être l'aboutissement d'un processus de non-communication.

23Ici encore, il me semble plus intéressant de se pencher sur le caractère préventif de la mesure qui pourrait être de favoriser le dialogue enseignants-élèves, dès que les difficultés surgissent, en amenant chacun à collaborer au mieux à l'optimalisation des apprentissages.

24En conclusion, je dirai que le décret « missions » a certainement le mérite de vouloir clarifier des règles et le fonctionnement de l'institution scolaire et qu'il a moins modifié les missions des centres P.M.S. que le cadre dans lequel ceux-ci doivent les exercer ainsi que les conditions de cet exercice.

25Nous pouvons espérer que son application alimentera la réflexion des acteurs de terrain, les objectifs essentiels de ce décret étant d'amener chaque personne à plus d'autonomie et de responsabilité dans le processus complexe qu'est l'Éducation.

Auteur

Directeur

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.