Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décret du 24 juillet 1997 définissant les missions prioritaires de l’enseignement

 | 
Hugues Dumont
, 
Martine Collin

Quatrième partie. Débat : points de vue de quelques acteurs de la communauté éducative

Point de vue de la Fédération des Associations de Parents de l'Enseignement Officiel (FAPEO)

Annick Dessy

Texte intégral

1Le décret du 24 juillet 1997 aurait dû être le premier de tous les textes législatifs organisant l'enseignement obligatoire, on l'a souvent dit durant cette journée. Aujourd’hui enfin, l'école sait ce que la société attend d’elle et nous savons ce que nous pouvons exiger de notre école. Pour nous parents, une École plus transparente, c'était primordial aussi.

2Avec ce décret, c'est chose faite ou en partie : les valeurs et objectifs qui sous-tendent l'école doivent être exprimés précisément et les parents y ont accès.

3Les parents ont d'ailleurs plus qu'un simple accès aux projets qui régissent l'école, ils peuvent donner leur avis au niveau du projet de l'école de leur enfant. C'est sur le chapitre VII du décret, chapitre relatif au Conseil de participation que je vais davantage vous entretenir. En effet, la mise en place de ce Conseil dans toutes les écoles de la Communauté française rejoint le travail accompli depuis plus de 30 ans par la FAPEO, à savoir la reconnaissance de la participation parentale à l'école et de manière plus large, la participation de toute la communauté éducative. C'est dire toute l'importance que nous y attachons.

4Avec les parents de l'Enseignement Officiel, nous sommes particulièrement attentifs à trois points dans la mise en place des Conseils de participation.

  1. Nous insistons sur toute l'importance de l'existence d'une Association de Parents dans ce cadre. En effet, les parents qui sont élus pour siéger au Conseil de participation doivent représenter l'ensemble des parents de l'école. Cette représentation de tous les parents est un des objectifs prioritaires de l'Association de Parents tout comme celui d'aller à la rencontre des parents qui ne viennent pas à l'école.
  2. Nous insistons sur la possibilité qu’ont les parents de proposer, dans le projet d'établissement, ce à quoi ils attachent de l'importance. Notamment que la participation parentale figure dans le projet d'école et qu'elle se décline en une série d'actions concrètes à réaliser en collaboration avec le chef d'établissement et les enseignants. L'objectif final est bien évidemment le bien-être des enfants à l'école et la réussite de tous les enfants.
  3. Une fois rédigé, le projet d'établissement ne devra pas avoir comme objectif de ramasser la poussière au fond d'un tiroir. Nous insistons pour que tous les projets d'établissement soient réellement mis en œuvre, et nous mettons l'accent sur l'évaluation qui doit en être faite périodiquement par le Conseil de participation. Le rapport annuel d'activités sera, lui aussi, l'occasion de faire le point.

5Cette évaluation périodique, dans laquelle les parents ont leur rôle à jouer, nous paraît cruciale. En effet, même si les parents de la FAPEO se montrent de manière globale satisfaits du chapitre VII du décret, il n'en reste pas moins que nous regrettons que les parents, ainsi d'ailleurs que les autres partenaires, ne soient pas associés dès le début de l'élaboration du projet d'établissement. En effet, le rôle du Conseil de participation se limite à débattre du projet d'établissement proposé par le Pouvoir Organisateur. Même si nous adhérons au fait que ce projet doit être cohérent et compatible avec les projets éducatif et pédagogique du Pouvoir Organisateur, le fait de devoir débattre d'un projet qui a déjà été élaboré par d'autres, peut laisser l'impression à certains d'entre nous de n'avoir que peu de place pour un vrai dialogue. En bref, cela peut laisser l'impression de la mise en place d'une fausse participation, d'autant plus que le Conseil ne doit se réunir qu'au minimum deux fois par an. Cette fréquence paraît bien dérisoire par rapport à la mission qui lui incombe !

6Il n'en reste pas moins que nous restons confiants. Permettez-moi d'ailleurs d'ajouter encore quelques réflexions qui permettront, je l'espère, que ces Conseils soient de véritables espaces de participation.

  1. Il semble tout à fait nécessaire qu'une information précise, complète et stimulante sur le Conseil de participation soit diffusée auprès de tous les intéressés. Chaque partenaire de l'école doit se rendre compte des enjeux et des possibilités qu'offre cet espace, même si celles-ci sont limitées. Ce travail d'information, la FAPEO, le mène avec les parents de l'Enseignement Officiel, nous avons d'ailleurs édité un dossier sur le sujet.
  2. Certaines conditions facilitent le développement d'une culture participative au sein des écoles. J'en épinglerai une parmi d'autres : le rôle du chef d'établissement. Celui-ci est une des clés de voûte de la réussite de la participation. Nous espérons de lui qu'il mobilise les énergies, qu'il soit un réel animateur d'équipe, qu'il facilite les initiatives et les innovations, bref qu'il soit convaincu par les bénéfices de la participation.
  3. La FAPEO insiste pour qu'un maximum d'écoles fondamentales fassent le choix d'avoir des représentants d'élèves dans le Conseil de participation. Aussi, nous insistons pour que des actions soient mises en place pour soutenir les élèves dans leur rôle de représentants aussi bien dans les écoles fondamentales que secondaires. En effet, la pratique participative s'apprend dès le plus jeune âge, mais, c'est aussi dès le plus jeune âge que les déceptions et désillusions peuvent s'inscrire. Il ne faudrait pas que les jeunes qui sortent de nos écoles, aient acquis l'expérience d'une fausse participation. Est-il nécessaire de vous le rappeler ici qu'un des objectifs généraux de notre enseignement fixé dans le décret est de « préparer tous les élèves à être des citoyens responsables ».

7En brève conclusion, pour les parents de la FAPEO, le Conseil de participation représente un très bel outil de pratique démocratique, encore faudra-t-il qu'il soit utilisé dans cet objectif...

Auteur

Animatrice

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.