Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décret du 24 juillet 1997 définissant les missions prioritaires de l’enseignement

 | 
Hugues Dumont
, 
Martine Collin

Quatrième partie. Débat : points de vue de quelques acteurs de la communauté éducative

Point de vue de la Confédération Générale des Enseignants (CGE)

L. Miguel Lloreda

Texte intégral

1Vu le temps limité, je me bornerai à réagir aux thèmes de cet après-midi qui abordaient tous des mesures du décret censées renforcer le fonctionnement démocratique de l'école.

2D'abord, la gratuité de l'enseignement : on le sait et on l'a dit, celte gratuité est toute relative. Outre le coût important que représente pour une famille la scolarité d'un enfant (des études l'ont établi), le décret autorise les écoles à réclamer le paiement de certains frais. D’autre part, le problème des frais d’activités non obligatoires reste entier. Or, on le sait bien, ces activités ont une valeur hautement reléguante pour tous ceux qui ne peuvent pas se les payer.

3Ensuite, les conseils de participation. Sur ce sujet, qu'apporte de neuf le décret ? D'après tous les échos que nous avons, malheureusement, pas grand chose. De fait, ces conseils s'avèrent bien fonctionner là où ils existaient déjà avant. Ailleurs, le conseil se retrouve être une contrainte administrative de plus. La possibilité que cette structure pourrait offrir de faire enfin entendre des voix différentes de celles que l'on entend déjà tout le temps ne se réalise pas.

  • 1 Ainsi, dans telle école faisant l'objet d'un recours, on fait désormais signer chaque étudiant pou (...)

4Enfin, le droit de recours des élèves. Droit qu'on ne peut qu'approuver dans son principe. Sur le terrain, comment se concrétise-t-il ? Ici aussi, les résultats sont décevants. On assiste à un renforcement de la méfiance entre apprenants et enseignants, à une procéduralisation et formalisation de leurs relations1, au détriment essentiellement des publics les plus défavorisés qui ont le plus besoin d’une relation pédagogique sereine.

  • 2 À ce propos, le titre « racoleur » de la brochure présentant le décret diffusée par le Ministère, (...)

5Ces constats nous amènent à nous poser deux questions : d'une part, ces différents droits constituent-ils des garants forts d'une institution scolaire plus démocratique, ou ne s'avèrent-ils pas être de nouvelles procédures de négociation et de régulation d'une école en voie de marchandisation2 — procédures où les acteurs les mieux dotés (en capital économique, social, symbolique et culturel — seront les plus à même de tirer leur épingle du jeu ?

6D'autre part, insuffle-t-on des changements fondamentaux par simple décret, sans réfléchir aux mesures d'accompagnement indispensables pour traduire les intentions initiales en réalité de terrain ? Quels risques court-on, en optant pour cette politique-là ?

Notes

1 Ainsi, dans telle école faisant l'objet d'un recours, on fait désormais signer chaque étudiant pour toute copie réceptionnée.

2 À ce propos, le titre « racoleur » de la brochure présentant le décret diffusée par le Ministère, mon école comme je la veux, nous semble symptomatique, ainsi que l'absence de toute référence à un droit à l'égalité des résultats.

Auteur

Secrétaire général

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.