Version classiqueVersion mobile

Le décret du 24 juillet 1997 définissant les missions prioritaires de l’enseignement

 | 
Hugues Dumont
, 
Martine Collin

Quatrième partie. Débat : points de vue de quelques acteurs de la communauté éducative

Point de vue de la Fédération des Établissements Libres Subventionnés Indépendants (FELSI)

Raymond Vandeuren

Texte intégral

1En règle générale les Pouvoirs Organisateurs reconnaissent le discours humaniste et généreux du projet de décret mais ils font apparaître le manque de moyens dont disposent les écoles pour le mettre en œuvre.

2On se réjouit de constater que divers avis rédigés par le Conseil de l'Éducation et de la Formation trouvent une perspective de concrétisation dans ce décret.

3Certains de nos Pouvoirs Organisateurs où la communauté éducative avait investi dans « Les Assises de L’Enseignement » se félicitent aussi de retrouver trace dans ce décret d’idées évoquées lors de ces travaux.

4L’article 74 par lequel le Gouvernement reconnaît l’existence des organes de représentation et de coordination des Pouvoirs Organisateurs est un autre point de satisfaction, car il nous conforte dans notre action et nous incite à assumer les nouveaux efforts qui seront demandés pour la mise en œuvre du décret.

5Autre impression globale : si certaines mesures proposées ouvrent de nouvelles pistes, proposent des assouplissements (ex : stages et visites dans le cadre de l’orientation, crédits d’études), d’autres mesures alourdissent le système, créent de nouvelles charges pour les Pouvoirs Organisateurs, ou seront difficiles à mettre en œuvre sans risquer des conflits avec le principe de la liberté méthodologique des Pouvoirs Organisateurs (ex : contrôles effectués au départ des batteries d’épreuves d’évaluation standardisées, la conception et la gestion du Conseil de Participation qui ne tient pas compte des réalités locales déjà existantes et efficaces, de la spécificité des écoles).

6Le travail intense de mise en application du décret risque de prendre plusieurs années (ex : la filière compétences / programmes / épreuve d’évaluation). C’est pourquoi nous sommes inquiets quant à l’avenir et nous nous posons des questions. Nos dirigeants oeuvreront-ils toujours dans le sens de la continuité ?

7De plus, même si on se réjouit d’être invité à participer à cette mise en oeuvre, les différentes missions demandées, aux écoles, dans le cadre du décret s’avèrent très lourdes à assumer tant pour les directions que pour le personnel (groupes de travail entraînant des absences dans les écoles, sans compensation). Cela se vérifie particulièrement au sein des écoles secondaires au lendemain des mesures d’économie qui ont entraîné un certain découragement.

8Nous nous réjouissons que le décret, dans les articles 2 et 3, inclut l’enseignement spécial dans Son champ d’application. Toutefois, d’une part, on ne perçoit pas toujours clairement ce qui concerne le spécial et d’autre part, il apparaît que d’autres éléments seront difficilement applicables.

9Si on peut conclure sur l’espoir de voir ce décret être une source de perspectives nouvelles pour l’enseignement en Communauté française, sa concrétisation dépendra des moyens réels qui y seront accordés ainsi que d’une adaptation de la formation initiale et continuée des enseignants aux idées qu’il veut promouvoir... Hélas ces points ne sont pas évoqués dans le décret.

Auteur

Secrétaire

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search