Version classiqueVersion mobile

Le décret du 24 juillet 1997 définissant les missions prioritaires de l’enseignement

 | 
Hugues Dumont
, 
Martine Collin

Quatrième partie. Débat : points de vue de quelques acteurs de la communauté éducative

Point de vue du Conseil de l'Enseignement des Communes et des Provinces (CE)

Reine-Marie Braeken

Texte intégral

1À n'en point douter, le décret « missions » s'inscrit dans la philosophie de la rénovation qui ne date pas d'hier et bon nombre d'écoles de notre réseau n'ont pas attendu l'obligation ! décrétale pour viser les objectifs de l'École de la Réussite et du décret « missions ».

2Le mérite du décret du 24 juillet 1997 est cependant d'avoir clarifié les objectifs, introduit une transparence dans les processus d'évaluation et les modalités d'accès à l'école (inscription et gratuité). Il a en outre impliqué une volonté de construire une véritable cohérence entre les niveaux de décision, central et local, ainsi qu'au sein de toutes les communautés éducatives.

3Toutefois, il s'agit d'un texte qui, par endroits, met en avant des intentions sans définir les moyens pour les concrétiser.

4Par ailleurs, n’y a-t-il pas confusion entre la portée d'un texte législatif (mettre en œuvre des structures et des moyens) et un document définissant des options idéologiques ? Les valeurs et les attitudes s'imposent-elles par décret ? N'y a-t-il pas distorsion entre le pouvoir contraignant du texte, à savoir le subventionnement des écoles et les grandes intentions du décret ?

5Ceci étant, il constitue un merveilleux programme pour construire l'école démocratique dont on rêve, qui donnera à chacun de nos enfants de véritables chances d'émancipation sociale.

6Signalons encore qu'il engage les acteurs et partenaires de l'école à plus de participation, plus d'autonomie et tend à les responsabiliser.

7Toutefois, la réalité rejoint difficilement les intentions.

8Si nous envisageons les objectifs généraux qui, selon l'article 6, doivent être poursuivis simultanément, les trois premiers axes sont en quelque sorte contradictoires. Il est en effet difficile de rendre en même temps des individus également libres, épanouis, égaux et compétitifs.

9En fait, c’est dans cette contradiction, cette tension permanente entre ces trois axes que le décret peut insuffler une dynamique dans l'école, par le débat qu'il va entraîner. Selon que l'on privilégie l'un ou l'autre de ces axes, le danger est grand d'organiser des enseignements extraordinairement différents en fonction de l'identité sociale de la clientèle scolaire. La survie de l'école publique démocratique dépendra donc des débats locaux pour arbitrer l'équilibre entre ces trois objectifs. Nous sommes par ailleurs convaincus que les intentions humanistes et démocratiques qui sous-tendent tout le texte se construiront et se forgeront dans les espaces de concertation et de participation.

10Pour éviter la dualisation de notre système éducatif, une véritable hiérarchie doit être respectée entre les intentions générales du décret définissant les choix de société, le projet éducatif du pouvoir organisateur et les choix méthodologiques qu'il privilégie pour atteindre ses objectifs.

11Le projet d’établissement est une démarche de cohérence qui associe adultes et élèves dans des responsabilités liées à la mise en œuvre d'objectifs partagés.

12Notons qu'il va de pair avec la mise en place d’un conseil de participation capable de renforcer les processus démocratiques de l'école.

13À cet égard, le mouvement est déjà bien amorcé dans notre réseau qui s'est doté d'un projet éducatif et d'un projet pédagogique s'inscrivant dans les valeurs éducatives du décret et permettant aux pouvoirs organisateurs d'initier leurs projets d'établissement.

14Même si nous constatons que le décret est accueilli positivement par les équipes éducatives qui travaillent à l'élaboration de leur projet d'établissement, on peut cependant déplorer ça et là certaines résistances à l'engagement dans le processus de participation.

15Nous sommes convaincus que le climat dans lequel se déroulent les débats est déterminant. Il importe que chacun soit conscient de son rôle et reste dans la limite de ses compétences et de ses responsabilités tout en sachant que le pouvoir organisateur sera in fine tenu pour seul responsable de la bonne gestion de son enseignement.

16D'autre part, les incidences du décret sur la vie des écoles et de leur pouvoir organisateur sont considérables et la mise en place du système mobilise énormément d'énergie aussi bien de la part des enseignants que des directions et des responsables de l'enseignement. À ce propos, le décret organique et le décret discriminations positives devaient fournir les moyens permettant de rencontrer les objectifs inscrits dans le décret « missions ».

17Il reste que ces moyens s'avèrent insuffisants, provoquant ainsi au sein des communautés éducatives un certain malaise voire même un découragement évident. À titre exemplatif, dans le contexte actuel, la concertation en maternelle reste difficile vu le quota restreint d'agents contractuels subventionnés octroyés aux pouvoirs organisateurs qui ont décidé de réduire, de 28 à 26 périodes, les prestations des enseignants maternels.

18Autre aspect à aborder, le pilotage. Celui-ci s'avère très utile mais particulièrement lourd : de multiples commissions ont été créées, mobilisant beaucoup de monde ; celles-ci travaillent à l'élaboration des savoirs et compétences pour définir de manière précise le cahier des charges de l'élève.

19Nous avons donc bon espoir que désormais nos enseignants pourront compter sur des références fiables, d'outils d'évaluation et de banques de données pour construire le curriculum de leurs élèves en connaissance de cause.

20En guise de conclusion et nonobstant les difficultés, le décret peut, par la générosité de ses intentions, contribuer à la défense et la promotion de l'école publique.

21Il appartient à tous les acteurs, dans leur rôle respectif, de contribuer, par leur bonne volonté et leur engagement à la concrétisation du décret qui se veut un défi.

Auteur

Secrétaire générale

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search