Versión clásicaVersión móvil

Le décret du 24 juillet 1997 définissant les missions prioritaires de l’enseignement

 | 
Hugues Dumont
, 
Martine Collin

Quatrième partie. Débat : points de vue de quelques acteurs de la communauté éducative

Point de vue du Conseil des pouvoirs organisateurs de l'enseignement officiel neutre subventionné (CPEONS)

Jacques Lefère

Texto completo

1En ce qui nous concerne (les P.O. de l'enseignement officiel), nous avons accueilli favorablement ce décret dans sa globalité. Même si nous n'avons pas attendu la parution de cette nouvelle bible pour déterminer nos axes d'enseignement au travers de projets (éducatifs ou pédagogiques), nous reconnaissons au décret le mérite d'ordonner les choses, notamment dans la précision des objectifs généraux et particuliers assignés à l'enseignement.

2Est-ce à dire que nous acceptons de gaieté de coeur toutes les contraintes administratives et juridiques qui nous sont imposées ?

3Les procédures participatives sont l'apanage d'une société démocratique.

4Il semble donc logique que l'école joue un rôle essentiel dans l'éducation à la démocratie et à la citoyenneté au travers de ses propres structures : ainsi se justifie l'existence du conseil de participation.

5Par ailleurs, la mise en cause d'exclusions plus ou moins déguisées, la volonté de mettre un terme à des refus d'inscription parfois sujets à caution, la recherche d'évaluations réfléchies et motivées sont autant d'indices d’un désir de transparence.

6L'école, tout comme ses maîtres, selon Isocrate, doit être un modèle, donc exemplaire et lumineuse : une maison de verre. Mais veillons à ne pas l'ébrécher !

7Or, le respect de toutes les procédures administratives imposées par le décret se révèle contraignant, voire gênant, dans notre pratique quotidienne : songeons au nombre de conseils de participation que doit gérer un P.O. de la taille d'une ville !

8De plus, le juridisme qui guide toutes ces démarches est mal ressenti par le corps professoral au risque de paralyser toute initiative ou bonne volonté.

9À vouloir trop réguler, n'y a-t-il pas danger d'étouffer l’enthousiasme des praticiens de terrain que sont les enseignants ?

10L'école officielle est un service public : elle accueille, toutes classes sociales confondues, une population multiculturelle.

11Ses mandataires doivent justifier leur politique pédagogique.

12Il est donc souhaitable que les responsables politiques nourrissent une vision prospective, globale et harmonieuse de l'enseignement.

13Pour ce faire, le Décret instaure une Commission centrale de pilotage (en me limitant à l'enseignement secondaire).

14Celle-ci se révèle le creuset dans lequel se fondent les résultats de groupes de travail chargés, en général par discipline, de déterminer notamment les compétences terminales mais aussi les savoirs que devrait maîtriser un jeune à l'issue de la scolarité obligatoire.

15Cette Commission a pour tâche de proposer au Conseil général (qui transmettra au Gouvernement) des niveaux de connaissance qui serviront de référents pour l'évaluation et la certification des étudiants en fin de parcours.

16Cet objectif, tout louable qu'il soit, ne peut cependant entraver la marge de manoeuvre et la liberté pédagogique des P.O. Ceux-ci ont le droit d'exprimer leurs spécificités, leur originalité au travers de projets éducatifs et pédagogiques qui leur sont propres.

17Les P.O. récuseront toute velléité de figer la formation des jeunes dans la reproduction d'un modèle unique et aseptisé : un clone privé de substance et de chair.

18Les P.O. redouteraient qu'au-delà d'une volonté légitime d’harmonisation, ne pointe une tentative d’égalitarisme à tout crin.

19Cette tentation outre qu'elle ferait fi de notre liberté d'enseignement, produirait un effet contraire à celui qui est recherché : à savoir l'épanouissement optimal des jeunes dans leurs diverses potentialités.

Autor

Administrateur délégué

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search