Versión clásicaVersión móvil

Le décret du 24 juillet 1997 définissant les missions prioritaires de l’enseignement

 | 
Hugues Dumont
, 
Martine Collin

Quatrième partie. Débat : points de vue de quelques acteurs de la communauté éducative

Intervention

D. Liétaer

Texto completo

Quelques précisions

1Je tiens d’abord à préciser que je participe à cette journée d’étude en tant que chargée de mission du Conseil de l’Éducation et de la Formation : je ne suis pas porte-parole du Conseil et ne puis parler en son nom, sauf pour relayer les avis qu’il a adoptés, les positions explicites qu’il a prises.

2Je souhaite aussi apporter une précision, par rapport à la présentation qui a été faite du CEF. On a détaillé sa composition, en se limitant aux membres de la Chambre de l’Enseignement. Or, le CEF est constitué aussi d’une Chambre de la Formation, composée de délégués des organisations représentatives des travailleurs, des employeurs, des milieux agricoles, du FOREM et de l’ORBEM, de la formation des Classes Moyennes et du Conseil Supérieur de l’Éducation Populaire. On y retrouve donc les acteurs de la formation professionnelle et de l’éducation permanente.

3Il est important de clarifier cet aspect, car la définition d’objectifs généraux du système de l’enseignement et de la formation, qui fut le premier avis que le CEF a adopté (5 février 1992), l’a été à l’unanimité, associant les représentants du monde de l’enseignement et ceux du monde de la formation, qui avaient tous très concrètement et très activement participé aux travaux.

Couler les objectifs dans un décret

4Un autre point mérite une clarification. Il a été dit à plusieurs reprises ce matin que la proposition de couler la définition d’objectifs généraux dans un décret émanait de la cellule Hercule, pilote des Assises de l’Enseignement en 1995. Je dois à la vérité de dire que cette proposition a été très clairement formulée par le CEF.

5Le premier avis du CEF comportait trois parties. Outre la deuxième, qui définissait les objectifs généraux et les commentait, on trouvait une première partie intitulée « Déclaration de principe ». Le CEF y affirmait d’emblée qu’il appartient à la sphère politique de soumettre des propositions d’objectifs généraux au débat démocratique, et de prendre ensuite ses responsabilités en définissant, au nom de la société, des objectifs généraux et des règles permettant de s’assurer qu’ils sont effectivement poursuivis partout.

6On le voit, dans ses conclusions, Hercule s’est limité à confirmer et à appuyer la demande du CEF.

Des propositions ignorées

7Enfin, on a aussi regretté ce matin que l’avis du CEF relatif au projet de « Décret-Missions », n’ait pas été pris en compte par le gouvernement de la Communauté française. Il faut à ce propos se montrer un peu plus nuancé. L’avis rendu par le CEF n’a pas été ignoré. Un certain nombre des remarques qu’il a émises ont été rencontrées, et le texte a été modifié dans le sens qu’il recommandait. Malheureusement, les propositions du CEF n’ont pas été toutes suivies, notamment celles qui étaient particulièrement importantes pour lui.

8Après avoir défini des objectifs généraux, le CEF a poursuivi un travail de fond sur l’enseignement. Ainsi, il a déposé des textes définissant « Les objectifs particuliers à l’enseignement fondamental (25 septembre 1992) », « Les objectifs particuliers à l’enseignement secondaire (1er juillet 1994) » et « Les objectifs particuliers à l’enseignement supérieur (16 mai 1997) ». Il a aussi mené une réflexion prospective sur les structures de l’enseignement secondaire.

9Considérant que les objectifs généraux sont incompatibles avec un enseignement basé sur la sélection, le CEF demandait que l’on débarrasse le système éducatif de tout ce qui, de manière consciente ou inconsciente, contribue à induire, favoriser ou conforter une politique de sélection.

10Comme le soulignait M. Charlier dans l’intervention qu’il vient de faire, la recommandation du décret de ne pas hiérarchiser les écoles est bien gentille, bien sympathique. Mais il ne suffit pas de le souhaiter. Pour y parvenir effectivement, le CEF a voulu imaginer l’architecture générale d’un enseignement qui ne serait plus fondé sur la sélection, la relégation des élèves. Pour mettre fin à la hiérarchie des filières de l’enseignement secondaire, il proposait l'organisation d'un « enseignement de base » qui regrouperait l'enseignement maternel ou préscolaire et les huit premières années de l'enseignement obligatoire.

11Au terme de celui-ci, un « savoir de base indispensable » devrait être maîtrisé par tous les jeunes, visant à leur garantir une insertion sociale et existentielle. Cette volonté est très explicite dans l’avis du CEF, qui considère que le dépassement de ce minimum, avec une partie des élèves, ne pourrait en aucun cas se faille au détriment de l’acquisition du savoir de base indispensable par tous.

12De cette manière, le choix d’une orientation que feront ensuite les élèves ne sera pas déterminé par la réussite ou l’échec mais par le désir de s’inscrire dans telle ou telle orientation. Ainsi, l’enseignement technique et l’enseignement professionnel ne seraient plus « ceux où l’on s’inscrit après avoir échoué dans le général et en avoir été exclu ». C’est seulement à cette condition que ces filières qualifiantes pourraient être réellement revalorisées. Cela, le « Décret-Missions » ne l’a pas inclus, malgré l’insistance avec laquelle le CEF l’a pourtant proposé.

Autor

Chargée de mission au Conseil de l'Éducation et de la Formation

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search