Version classiqueVersion mobile

Voix et voies musulmanes de Belgique

 | 
Ural Manço

Conclusion

Ural Manço et Fabienne Brion

Texte intégral

1« Le regard des autres » : telle est, selon un Marocain âgé de quelque soixante ans, la difficulté majeure à laquelle il s'affronte en Belgique, où il a immigré depuis plus de trente ans. Le regard posé aujourd'hui sur les immigrés musulmans et sur leurs enfants pèse-t-il plus lourd et plus longtemps que le regard posé autrefois sur les immigrés juifs et catholiques venus de Pologne et d'Italie ? Peut-on, par rapport aux vagues d'immigration qui l'ont précédées, parler d'une Spécificité de l'immigration musulmane en Belgique ? Certains observateurs voient en un Marocain, Turc ou Algérien d'abord un travailleur immigré, partageant la même condition sociale que le reste de la classe ouvrière, indépendamment de sa nationalité d'origine ou de son appartenance culturelle. Bien qu'elle soit pertinente, cette vision n'embrasse pas toute l'étendue de la réalité qu'il nous faut circonscrire.

2Les Maghrébins et les Turcs forment, à l'heure actuelle, la dernière vague d'immigration ouvrière organisée. Leur arrivée coïncide avec la fin d'une longue période de croissance économique et de plein emploi ; leur installation se produit dans une période marquée par l'incertitude économique et la montée du chômage. C'est là une première spécificité de l'immigration musulmane, et une spécificité importante. Elle nous paraît cependant insuffisante pour rendre compte de la position des populations musulmanes dans la structure sociale.

3Il est établi qu'actuellement en Belgique, la majorité des personnes qui, par naissance ou par ascendance, sont originaires d'un pays musulman sont en situation de vulnérabilité sociale. Les pratiques d'orientation sélectives, l'infraqualification scolaire qui en résulte, les taux d'échecs et d'abandons témoignent de leur vulnérabilité sur le marché scolaire ; les pratiques de discrimination à l'embauche, la précarité et les taux de chômage attestent de leur vulnérabilité sur le marche du travail. Elles sont aussi en situation de souffrance sociale. Comme musulmans pratiquants, les Marocains, les autres Maghrébins, les Turcs et leurs enfants ne jouissent pas de droits identiques aux droits accordés aux membres des autres cultes reconnus par l'État belge. Leurs modes de vie, que l'on suppose différents, sont souvent dépréciés, comme sont dépréciées les stratégies éducatives des parents et les demandes de reconnaissance des enfants. Comme étrangers, ils ne jouissent pas de droits identiques aux droits des nationaux ou des ressortissants des États membres de l'Union européenne. Comme êtres humains, ils ne jouissent pas de droits identiques à la mobilité, au respect et à la dignité. C’est du moins ce que donnent à penser les pratiques, avérées, de contrôle d'identité, de fouille, d'arrestation et de détention administrative, qui constituent autant de cérémonies de dégradation. Ce qui s'observe à propos des Maghrébins, des Turcs et de leurs enfants en Belgique s'observe ailleurs en Europe, y compris à propos d’autres groupes musulmans et cela quels que soient l'histoire du pays d'immigration et sa conception de l'intégration d'une part, le pays d'émigration d'autre part.

4Il semble que, pour de nombreux Belges et Européens, il soit difficile de regarder les Maghrébins, Turcs ou Pakistanais sans y voir des musulmans, et qu'il soit difficile de regarder des musulmans sans y voir des « intégristes ». Tout se passe comme si, de nos jours encore, l’islam figurait pour les Européens la menace par excellence, et que les musulmans d'Europe étaient en quelque sorte les « ennemis de l'intérieur ». Qu'ils soient chrétiens, juifs ou libres penseurs, le regard des Européens sur l'islam et sur les musulmans est souvent empreint de préjugés et de peurs. En Belgique, la méfiance à l'endroit de l'islam et des musulmans s'est exacerbée il y a quelque vingt-cinq années. Après 1974, les Belges découvrent que l'immigration maghrébine et turque est une immigration de peuplement. Le fait était connu : l'État belge l'avait programmé dès le début des années 60 ; il semble cependant que tous, Belges et immigrés, l'aient perdu de vue pendant plus d'une décennie. Au même moment, ils découvrent également que la majorité des immigrés maghrébins et turcs sont musulmans pratiquants. Là encore, le fait était connu. Il semble cependant avoir été tout à la fois plus tolérable et moins visible tant que tous, Belges et immigrés, croyaient au mythe du retour. Auparavant latente, l’islamophobie apparaît quand le mythe du retour tend à disparaître. Elle s'exprime successivement dans deux discours différents.

5Au début des années 80, il n'est pas rare d'entendre dire que la marginalité des immigrés musulmans et de leurs enfants s'explique, précisément, par le fait qu'ils sont musulmans. Dans ce discours, les inégalités sociales tendent à être comprises comme le résultat de différences culturelles. L'islam, trait unique de définition des personnes qui par naissance ou par ascendance sont originaires de pays musulmans, est censé faire obstacle à leur intégration. L'islam est perçu comme une essence monolithique et immuable, comme une matrice culturelle modelant une personnalité sociale musulmane unique, et déterminant dans l'ensemble du groupe des comportements sociaux identiques. Ce discours, qui ignore la diversité et la complexité du monde musulman, oblitère par ailleurs le travail de construction et de reconstruction des identités sociales et culturelles. Véritable obstacle épistémologique, il interdit de voir, de décrire et de penser les transactions qui concourent à la formation et à la transformation d'identités multiples et composites.

6A ce discours confortablement déculpabilisant, un autre tend à se substituer dès la seconde moitié des années 80. Ce nouveau discours pointe du doigt non plus l'islam en général mais l'« intégrisme » musulman. Ainsi met-il d'abord l'accent, non sur la marginalité, mais sur les processus de marginalisation des musulmans. Plutôt qu'en termes culturels, il pense le rapport entre islam et intégration en termes socio-économiques. D'après ce discours, si les musulmans d'Europe occupent des places marginales dans la structure sociale des pays européens, ceci n'est pas imputable à l'islam en soi, mais au manque de capital économique, social et culturel dont les musulmans font majoritairement preuve. C'est la société européenne elle-même qui exclut les musulmans, parce qu'étrangers, peu scolarisés, peu qualifiés, etc.

7On conçoit aisément, si tel est le cas, que l'islam puisse constituer une ressource pour des personnes en butte à l'échec scolaire, au chômage, au mépris et à la discrimination. D'aucuns redoutent toutefois qu'un islam radical se développe en réaction à l'exclusion, qui débouche soit sur des attitudes défensives de repli communautaire, soit sur des attitudes offensives de promotion communautaire, l'une et l'autre qualifiées d'« intégristes ». Dans cette nouvelle équation, ce n’est pas l'islam qui cause la marginalité des immigrés musulmans et de leurs enfants, mais c’est leur marginalité qui cause l'intégrisme. Aux yeux de beaucoup d'Européens, lutter contre la marginalisation et l'exclusion des immigrés musulmans et de leurs enfants, c'est lutter contre l'intégrisme ; les politiques d'égalité des chances qu'ils promeuvent s'accompagnent d’une méfiance profonde à l'endroit de toute affirmation confessionnelle individuelle et collective.

8Un phénomène probablement répandu mais encore largement inconscient, chez un grand nombre d'acteurs sociaux et institutionnels de notre pays comme d'autres pays européens, hante les relations de ceux-ci avec les musulmans. Certains modes de comportement ou d'intervention d'acteurs autochtones semblent manifester une forme d'« islamophobie » qu'il convient de distinguer de la xénophobie. L'islamophobie et la xénophobie se traduisent par des attitudes et des comportements différents, et des processus de discrimination distincts.

9Au niveau macrosociologique, l'islamophobie fait obstacle au dialogue des autorités publiques et des membres non musulmans de la société civile avec les communautés musulmanes de Belgique. Pourtant, l'intégration à la société d'accueil et le maintien d'une vie communautaire ne s'excluent pas mutuellement. Les exemples marocain et turc développés dans cet ouvrage montrent que les immigrés marocains et turcs et leurs enfants prennent appui à la fois sur les solidarités communautaires et sur les opportunités offertes par le pays d'immigration ; de même, ils mettent en évidence d'étonnantes combinaisons identitaires et pratiques sociales.

10Au niveau microsociologique, l'islamophobie transparaît dans les attitudes des membres de certaines catégories professionnelles (le corps enseignant, le personnel médical, le personnel de guidance et d'assistance psychologique, social, scolaire et professionnel, les magistrats, les membres des forces de l'ordre, les journalistes...), et se traduit par des comportements qui sont tantôt bien tantôt mal intentionnés mais qui tous, semblent méprisants aux musulmans. A l'égard des garçons et des hommes, elle prend d'emblée la forme d'une surveillance suspicieuse. A l'égard des filles et des femmes, elle adopte dans un premier temps la forme de la bienveillance. Aux yeux de beaucoup de responsables politiques belges et de professionnels du monde éducatif, socioculturel, médiatique et juridique, les musulmanes apparaissent comme des personnes incapables d'être les acteurs de leur émancipation : elles sont « à sauver » de l'obscurantisme religieux, de la domination de la tradition, de la communauté oppressante et du patriarcat archaïque. Mais il s'agit d'une bienveillance toute prête à se renverser en malveillance s'il s'avère qu'elles ne veulent pas du bien qu'on veut pour elles. Ce que l'islamophobie propose aux musulmanes s'apparente à un meurtre figuré du père, du mari et des frères ; mais les attitudes et les conduites islamophobiques d'agents autochtones des deux sexes ne sont elles-mêmes dénuées ni de paternalisme, ni de patriarcalisme.

11Aussi bien les médias que le discours scientifique contribuent à la construction d’une image misérable de la communauté musulmane, ne correspondant pas à la complexité du monde musulman de Belgique et d'ailleurs en Europe. On oblitère systématiquement les trajectoires de mobilité ascendante, on ne présente que des musulmans en échec, criminalisés, chômeurs, etc. Il y avait lieu de distinguer les deux phénomènes : la xénophobie, qui concerne tous les étrangers non européens sans distinction, et l'islamophobie, qui n'implique par définition que les musulmans, qu'ils soient pratiquants ou non. L'entreprise d'une réflexion publique et pluridisciplinaire sur ce dernier phénomène nous paraît hautement utile. A condition cependant d'orienter le débat dans le sens d’une mise en évidence des effets discriminants et minorisants de l'islamophobie consciente ou inconsciente, plutôt que vers la promotion de la minorité musulmane, « parce que musulmane » et pour laquelle on revendiquerait des droits spécifiques.

12Au terme de ce travail, qu'il nous soit permis d'énumérer quelques recommandations, formulées de manière large, qui visent à lutter contre la marginalisation économique, politique, sociale et culturelle des personnes issues de l'immigration musulmane en Belgique.

13L'emploi. La majorité des travailleurs issus de l'immigration maghrébine et turque en Belgique ont une insertion professionnelle précaire. Cela s'explique en partie par l'infrascolarisation et l'infraqualification ; mais c'est également lié à diverses formes de discrimination. La xénophobie et l'islamophobie des employeurs potentiels devraient être combattues par une sensibilisation des acteurs du monde du travail, des organisations professionnelles et des organismes publics pour l’emploi. Les pouvoirs publics pourraient également instaurer un quota d'embauche pour les travailleurs appartenant à des catégories discriminées sur le marché de l'emploi, et notamment pour les travailleurs issus de l'immigration non européenne, dont une majeure partie sont d'origine musulmane. L'introduction d'un quota se justifie par le fait que, quel que soit le niveau de diplôme ou de qualification professionnelle, le chômage des travailleurs issus de l'immigration marocaine et turque est toujours deux à trois fois plus élevé que celui des Belges ayant le même niveau de diplôme ou de qualification. La suppression de l'obligation d'être titulaire d'un permis de travail ou d'une carte professionnelle de travailleur indépendant devrait être étendue à l'ensemble des étrangers autorisés à séjourner temporairement ou à s'établir en Belgique, quelles que soient leur nationalité et la raison de leur immigration.

14La scolarité. Après la « bataille du charbon », on tarde à gagner la « bataille de l'école » ! L'institution scolaire doit devenir un lieu de formation et d'épanouissement pour tous, un lieu de mixité (et non de concentration) sociale et culturelle, et donc aussi un lieu de valorisation de tous. La majorité des élèves issus de l'immigration maghrébine et turque en Belgique sont inscrits dans des filières d'enseignement technique ou professionnel. Ils obtiennent au terme de leur scolarité des diplômes dont la valeur sur le marché du travail est en baisse. Lutter contre leur marginalisation suppose d'une part que l'on favorise leur accès aux filières d'enseignement général, d'autre part que l'on valorise les filières d'enseignement technique et professionnel. Quelle que soit la filière, les établissements scolaires accueillant une forte proportion d'élèves issus de l'immigration, et notamment de l'immigration musulmane, devraient bénéficier de moyens humains et financiers leur permettant de garantir l'égalité des chances et des acquis. Les enseignants et le personnel des centres psycho-médico-sociaux semblent éprouver une méfiance profonde à l'endroit de l'ordre familial, mais aussi des parents musulmans. Il importe qu'ils associent ces parents au processus de scolarisation des enfants et des adolescents, et qu'ils les informent mieux qu'actuellement sur les finalités et les exigences de la formation scolaire. En outre, les enseignants devraient bénéficier d'une formation à la communication interculturelle et à la gestion de groupes pluriels, afin de pouvoir valoriser la diversité dans le respect de l'égalité, des principes démocratiques et des droits humains. S'agissant du personnel des centres psycho-médico-sociaux, il paraît essentiel d'insister sur leur mission de soutien plutôt que sur leur mission d'orientation (de sélection) scolaire.

15La reconnaissance et l'interculturalité. L'introduction, dans le cursus de l'enseignement secondaire, du cours d'Histoire de l'Europe et des migrations internationales, et du cours d'Histoire des civilisations et des religions semble être devenue une question d'hygiène mentale ! Ces cours pourraient sensibiliser l'ensemble des élèves au brassage ethnique et culturel incessant des populations de l'Europe occidentale. Le cours d'histoire comparée des civilisations et des religions pourrait introduire les élèves à la diversité et à l'historicité des faits religieux, et aux différents rapports des individus ou des sociétés avec les religions. Il contribuerait en outre à établir une distinction entre fait culturel et fait cultuel. En retraçant l'apport des peuples musulmans au progrès des sciences, en décrivant leur rôle dans la préparation de la Renaissance, cet enseignement pourrait attirer l'attention des élèves sur les échanges fructueux et incessants entre les civilisations qui ont fait l'histoire de l'humanité et celle de l'Europe. Dans ce cadre, l'apprentissage de l'arabe et du turc devrait être ouvert à tous dans l'enseignement secondaire, au même titre que celui du néerlandais, de l'anglais, de l'espagnol et de l'italien.

16La citoyenneté et la participation. Parallèlement à l'importante simplification récemment acquise de la procédure de naturalisation, l'octroi du droit de vote et d'éligibilité aux étrangers non communautaires (au moins lors d'élections communales et provinciales) serait un acte de reconnaissance et de légitimation de la présence définitive de ces populations en Belgique. Ce serait aussi une invitation aux étrangers non communautaires (et notamment d'origine musulmane) à prendre leur place dans le débat citoyen. L'octroi du droit de vote et d'éligibilité peut certainement contribuer à l’intégration et faire reculer l'extrême-droite dans les urnes, ainsi que la xénophobie, l'islamophobie et la discrimination dans les mentalités. En corollaire, les partis démocratiques devraient présenter sur leurs listes électorales des candidats d’origine non communautaire à des places éligibles. Les populations immigrées de culture musulmane ont mis sur pieds un certain nombre d'associations communautaires. Dans la gestion de leurs activités et dans leur organisation interne, ces associations doivent en principe respecter les règles de la démocratie participative, puisqu'elles épousent les formes légales d'associations sans but lucratif. Le plus souvent, elles sont représentatives de la population d’un quartier à forte population immigrée de culture musulmane. Leur direction est de plus en plus fréquemment assumée par des jeunes adultes scolarisés en Belgique. Les pouvoirs communaux, et les pouvoirs publics en général, devraient ne plus les ignorer dans le cadre des politiques d'intégration ou de cohabitation qu'elles mettent en œuvre. Ces associations (qu'il s'agisse de mosquées ou d'associations à but profane) offrent une porte d'entrée de choix à la population musulmane. En veillant à collaborer avec elles, les politiques d'intégration augmenteraient leurs chances d'être bien comprises. Il en va de même des projets socioculturels ou éducatifs que ce type d'associations développent. Si ces projets entrent dans le cadre de critères de financement objectifs, ils devraient davantage être pris en compte par les pouvoirs subsidiants.

17Le culte islamique. Les récentes avancées dans le processus de reconnaissance du culte islamique, avec la constitution d'un organe représentatif des musulmans (bientôt ?) équivalent en compétence à ses homologues des autres cultes reconnus, sont réjouissantes. Mais cet organe devrait être doté de moyens financiers et humains proportionnels au nombre d'adeptes de la confession islamique en Belgique. L'organe chef de culte islamique devrait également pouvoir diffuser sur les médias audiovisuels publics des émissions religieuses au même titre que les autres confessions reconnues. Dans la mesure du possible, les desservants du culte islamique devraient être issus de la population musulmane de Belgique et satisfaire à des compétences linguistiques, professionnelles et humaines à déterminer par les autorités représentatives de cette confession. La pratique concrète du culte islamique en Belgique rencontre encore un certain nombre de difficultés, telles que les problèmes relationnels et institutionnels que suscite le port du foulard islamique par des étudiantes ou des travailleuses. Il nous paraît important d'insister (selon la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme) sur le caractère illégal des discriminations fondées sur le port du foulard dans le monde scolaire et sur le marché de l'emploi.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search