Version classiqueVersion mobile

Voix et voies musulmanes de Belgique

 | 
Ural Manço

Troisième partie. Les voies musulmanes : une praxéologie des musulmans de Belgique

Identités psychosociales et intégration socioprofessionnelle : le cas des jeunes hommes turcs

Altay Manço

Texte intégral

Introduction

1L'étude de la structuration de l'identité psychosociale des personnes issues de l'immigration en Europe doit être à tout le moins envisagée dans le cadre d'une double dialectique : (1) une première dialectique (l'acculturation) polarise d'une part, les attitudes de conservation d'une culture d'origine traditionnelle, familiale, privée et d'autre part, la volonté d'une assimilation socio-économique et publique à la société occidentale ; (2) une seconde dialectique (la personnalisation) polarise d'une part, les actions individualisantes et créatives visant l'autonomie de la personne et d'autre part, une recherche sécurisante de conformité avec le milieu de vie.

  • 1 D. LAPEYRONNIE, 1993.
  • 2 A. MANÇO, 1999.
  • 3 J. PIAGET, 1980.

2Ces deux polarisations brassent des informations diverses liées aux attitudes et comportements des sujets. Elles permettent de les situer en fonction, premièrement, de leurs dispositions axiologiques et deuxièmement, de leurs dispositions praxéologiques1. La combinaison de ces deux axes de conduites rend possible la définition d'au moins quatre types de structuration identitaire qui articulent les positions des sujets sur un double champ : ethnoculturel et collectif (expression d'une appartenance culturelle par la mobilisation de valeurs et de symboles) d'une part, et socio-économique et personnel (projets d'avenir, scolarité et carrière socioprofessionnelle) d'autre part. Cette hypothèse2 puise son inspiration tant dans le concept constructiviste de la pensée dialectique3 que dans une approche ethnosociale de l'identité des groupes en situation migratoire.

3La question des déterminants et des effets des attitudes et des stratégies d'acteurs issus de l'immigration peut être posée à travers une confrontation des points de vue de personnes en situation contrastée, bien que ressortissant de matrices socioculturelles similaires. Le test de l'hypothèse d’une articulation entre les facteurs d’acculturation et de personnalisation permettra ici de mieux appréhender le processus identitaire, sa genèse et ses principaux déterminants.

Méthode

  • 4 La présente contribution et la suivante utilisent des données provenant d’une même enquête. Pour p (...)

4Cette contribution présente les résultats d'une démarche empirique entreprise en 1995 auprès d'un échantillon aléatoire de 535 hommes turcs (21-31 ans) issus de l'immigration en Belgique4. L'exercice permet de saisir les sentiments identitaires des jeunes d'origine étrangère au moyen d'une enquête par questionnaire (166 items) portant sur leurs valeurs culturelles et projets d'avenir. Les objectifs de la recherche sont au nombre de quatre : (1) montrer la diversité des modalités de gestion identitaire au sein de la population étudiée et proposer une typologie descriptive ; (2) estimer l'importance quantitative de chaque type de conduite identitaire dans la population d'étude ; (3) identifier les différences de profil psychosocial entre personnes adoptant diverses postures et stratégies identitaires ; (4) évaluer l'efficacité en termes d'intégration de différentes modalités de gestion identitaire.

  • 5 P. CIBOIS, 1983.

5Deux étapes sont nécessaires pour atteindre ces objectifs : (1) l'étude extensive de la structure identitaire des étrangers, au moyen d'une analyse factorielle en composantes principales5, présentée dans la première section ; (2) la comparaison et l'évaluation des types d'identités dégagés au regard de critères d'intégration sociale, exposées dans la deuxième section.

La structuration identitaire des jeunes hommes turcs en Belgique

6L’analyse factorielle en composantes principales permet la mise en évidence de tendances présentes dans des ensembles complexes de données. Cette méthode simplifie la lecture des résultats d'une enquête en rendant possible l'extraction de l'information contenue dans la covariance d'un grand nombre de ses items. Elle permet le remplacement d'un ensemble de variables ordinales, qui présentent un lien logique et une cohérence interne, par une nouvelle variable composite, hiérarchisée et métrique, appelée « facteur ».

7L'analyse factorielle en composantes principales menée sur les données récoltées auprès de l’échantillon des jeunes hommes turcs permet d'extraire plusieurs facteurs. Les deux plus importants seront présentés ici. Le premier est saturé par les items portant sur la définition de valeurs culturelles, le deuxième l'est par des questions portant sur les projets socioprofessionnels et personnels.

Le facteur « valeurs »

8Le premier facteur mis en évidence par l'analyse factorielle en composantes principales est saturé par quinze variables appartenant au champ sémantique des valeurs. Les quinze variables présentées dans le tableau 1 sont ainsi réduites en une seule : le facteur « valeurs » qui explique 7,3 % de la variance totale. La dernière ligne du tableau 1 présente la valeur de l'« alpha de Cronbach », qui mesure la cohérence interne ou la significativité statistique de cet ensemble de variables. Cette valeur (.78) est suffisante pour que l'analyse ultérieure puisse produire des résultats interprétables. La dernière colonne du tableau 1 présente les coefficients de corrélation des quinze variables avec le facteur lui-même.

9Une combinaison pondérée des réponses de chaque sujet aux quinze questions permet le calcul d'un « score factoriel » personnel mesuré en écarts-types. Ce score, de signe positif ou négatif, positionne le sujet sur l'axe. La moyenne des réponses des sujets est rendue égale à 0 pour la facilité de lecture. Selon la valeur de leur score personnel, les sujets se répartissent alors de part et d'autre de la moyenne, dans les parties positive ou négative de l’axe.

10Le facteur valeurs se présente comme une synthèse complexe, regroupant trois sous-dimensions (religieuse, familiale et ethnique). Celles-ci séparent les sujets les plus conservateurs, favorables ou attachés aux valeurs de la culture d'origine et placés dans la partie positive de l'axe (choix d'orientation arbitraire), des personnes assimilées au cadre des valeurs du pays d'accueil, et qui sont placées dans la partie négative de l'axe (choix d'orientation arbitraire).

11La sous-dimension religieuse. Les sujets pour lesquels la religion a une signification importante (items n° 1, 2 et 4), qui affirment appartenir à une communauté religieuse (items n° 9 et 10) et qui respectent les règles de la pratique religieuse (items n° 3 et 15), sont situés dans la partie positive du facteur valeurs. A l'inverse, les personnes pour lesquelles la religion ne signifie rien d'important, qui affirment ne pas appartenir à une communauté particulière et qui, forcément, ne pratiquent pas une religion, sont situées dans la partie négative de l'axe. Les personnes, qui donnent des réponses mitigées aux questions concernant la religiosité ont un score personnel proche de 0.

  • 6 Échelle de réponse de « Pas du tout d’accord » (PDTD=1 point) à « Tout à fait d'accord » (TAFD=6 p (...)

TABLEAU 1 : Structure du facteur valeurs, après rotation et correction de l'orientation (+/-)6. Hommes turcs (N=535).

Item N°

LIBELLE DE L'ITEM

Cœff. de saturation avec le facteur

1

« Par ma religion et ma prière je me protège du mal. » PDTD=1...TAFD=6

.69

2

Quelle importance a la religion dans votre vie ? PDTI=1...TI=6

.69

3

« Hors de la maison, une femme doit porter le foulard. » PDTD=1...TAFD=6

.68

4

« La religion et la prière me procurent du réconfort. » PDTD=1...TAFD=6

.67

5

« Lorsque des hommes étrangers viennent en visite, les femmes se retirent dans une autre pièce. » PDTD=1...TAFD=6

.58

6

« Une femme doit faire ce que son mari lui ordonne. » PDTD=1...TAFD=6

.50

7

Je trouve important qu'une fille : (2) ait de bonnes manières et obéisse à ses parents ; (1) sache penser seule et s'intéresse au comment et au pourquoi des choses.

.46

8

Je trouve important qu'un garçon : (2) ait de bonnes manières et obéisse à ses parents ; (1) sache penser seul et s'intéresse au comment et au pourquoi des choses.

.45

9

A quel groupe religieux appartenez-vous ? 0=regroupement des autres catégories (catholique, juif, etc.) ; 4=musulman.

.44

10

Êtes-vous membre d'une association religieuse ? 2=oui 1=non

.38

11

« La femme doit avoir le droit de travailler hors de la maison. » PDTD=6...TAFD=1

.38

12

« Lorsqu'il y a une crise dans une entreprise, les Turcs sont les premières victimes. » PDTD=1...TAFD=6

.38

13

« A l'école, les enfants turcs sont traités plus sévèrement que les Belges. » PDTD=1...TAFD=6

.34

14

Les relations que vous avez dans votre rue sont essentiellement avec ; (5) des Turcs ; (4) des étrangers et des Belges ; (1) des Belges.

.30

15

Jeûnez-vous pendant le Ramadan ? 2=oui l=non

.26

Indice de cohésion interne (alpha de Cronbach)

.78

12La sous-dimension familiale. Les interviewés pour lesquels il est important que soit développé un rapport de dépendance et d'obéissance entre les époux (items n° 5, 6 et 11), ainsi qu'entre parents et enfants (items n° 7 et 8) sont situés dans la partie positive du facteur. Les sujets qui, au contraire, ne sont pas du tout d'accord avec cette vision traditionnelle des rapports homme/femme et parents/enfants, les personnes qui plaident pour la coresponsabilité, l’autonomie, l'émancipation personnelle et des rapports égalitaires, se positionnent dans la partie négative de l'axe.

13La sous-dimension ethnique. Les sujets qui estiment que la communauté turque, dans son ensemble, fait l'objet de discriminations (items n° 12 et 13) et qui se replient dans des réseaux relationnels essentiellement turcs (item n° 14) se placent dans la partie positive de l'axe. En revanche, les personnes qui ne font pas état d'un tel sentiment de discrimination ou d’injustice et qui ne privilégient pas nécessairement les relations avec leurs compatriotes occupent la partie négative de l’axe des valeurs.

14Discussion du facteur valeurs. Cette lecture multidimensionnelle du facteur valeurs est de nature à justifier son interprétation globale : l'axe dégagé polarise les individus conservateurs, attachés aux valeurs « traditionnelles » de la société d'origine (partie positive de l'axe), par opposition aux personnes davantage assimilées aux principes « modernes » européens : sécularité, égalité des sexes, autonomie individuelle... (partie négative de l'axe). Les différences de sensibilité dans la conception des rapports familiaux (hommes/femmes, parents/enfants) et les divergences de vue en ce qui concerne le rapport au sacré sont des fractures symboliques importantes.

  • 7 Voir D. LAPEYRONNIE, 1993. Mais cette hypothèse demande à être confirmée par d'autres enquêtes. A (...)

15Le facteur valeurs recèle un autre antagonisme important, intimement greffé au premier qui oppose d'une part, les personnes sensibles aux manifestations (réelles ou imaginaires) de la discrimination ethnique et d'autre part, les individus qui n'en souffrent pas. Ce sont les sujets les plus différents de la norme occidentale, individualiste et sécularisée, qui disent souffrir le plus de la discrimination, jusqu'à privilégier des alternatives relationnelles telles que le repli communautaire. Il est donc plausible qu'existe une relation entre d'une part, le sentiment de discrimination et d'autre part, le renforcement de l'identité communautaire (et/ou religieuse) parmi les minorités issues de l'immigration musulmane7.

Le facteur « projets »

16Le deuxième facteur retenu par l'analyse factorielle en composantes principales sépare les sujets à forte projectivité, qui sont, selon leur score factoriel, placés dans la partie positive de l'axe, des personnes à faible projectivité, placées dans la partie négative de l'axe. Le facteur « projets », qui est la synthèse de 12 variables ou items appartenant au champ sémantique des aspirations et des projets personnels ou professionnels (tableau 2), explique 7,1 % de la variance totale. Il structure en fait l'échantillon en fonction du rapport au temps. Il se présente également comme complexe, articulant quatre sous-dimensions (socioprofessionnelle, mythique, volontariste et patrimoniale) étroitement corrélées.

  • 8 L'hypothèse d'une corrélation positive entre une projectivité forte et une insertion socio-économi (...)

17La sous-dimension socioprofessionnelle. Le facteur projets attribue un score positif aux personnes qui affirment avoir des projets concrets pour lancer une affaire commerciale, et ce dans le délai le plus court et le plus précis possible (items n° 1 et 12). Un score positif est également attribué aux personnes possédant une carte professionnelle, qui permet l'accès aux activités indépendantes des personnes de nationalité étrangère (item n° 8). Le groupe de sujets placé dans la partie positive de l'axe projets semble accorder une importance particulièrement grande à la valeur travail et à la réalisation de soi. En effet, lorsqu'il leur est demandé « si c'était à refaire, reviendriez-vous habiter en Belgique ? », la plupart répondent par la négative. Beaucoup de ces personnes justifient cette réponse (dans la sous-question de confirmation) par leur grande déception due à l'état déplorable du marché de l'emploi en Belgique, qui ne satisfait guère leurs ambitions professionnelles (item n° 4). A l'inverse, les sujets qui n'ont pas de projet de création de commerce, qui n'ont pas de carte professionnelle ou d'aspirations socioprofessionnelles élaborées, et qui ne s'imaginent pas vivre ailleurs qu'en Belgique se situent dans la partie négative de l'axe8.

TABLEAU 2 : Structure du facteur projets après rotation et correction de l'orientation (+/-). Hommes turcs (N=535).

Item N°

LIBELLE DE L'ITEM

Cœff. de saturation avec le facteur

1

Avez-vous des projets concrets pour lancer une affaire commerciale ?
2=oui l=non

.72

2

Pensez-vous que vous retournerez habiter en Turquie ?
3=oui ; 2=ne sait pas ; l=non

.66

3

Quelle probabilité accordez-vous à votre souhait de retourner en Turquie ?
4=très probable... 1=peu probable

.65

4

Si vous pouviez recommencer votre vie, reviendriez-vous en Belgique ?
l=oui ; 3=ne sait pas ; 5=non

.37

5

Êtes-vous propriétaire d'un terrain, et où se situe-t-il ?
l=non ; 3=oui, en Turquie ; 4=oui, dans les deux pays ; 6=oui, en Belgique

.29

6

« Je vis au jour le jour et je prends la vie comme elle vient. »
l=oui 2=non

.27

7

« En général, ce que je fais, je le fais dans un but précis. »
2=oui l=non

.27

8

Possédez-vous une carte professionnelle d'indépendant ?
2=oui l=non

.27

9

Êtes-vous propriétaire d'une habitation, et où se situe-t-elle ? l=non ; 3=oui, en Turquie ; 4=oui, dans les deux pays ; 6=oui, en Belgique

.20

10

« J'ai l'impression d'avoir très peu d'influence sur les événements de ma vie. »
2=oui l=non

.10

11

« En général, j'arrive à réaliser tous mes projets. » 2=oui l=non

.10

12

Dans combien de mois pensez-vous réaliser vos projets commerciaux ?

-.67

Indice de cohésion interne (alpha de Cronbach)

.62

  • 9 R. LESTHAEGHE et J. SURKYN, 1996 : 36-46.

18La sous-dimension mythique. Les personnes qui, d'après leur score personnel, occupent la partie positive de l'axe pensent qu'à l'avenir, ils retourneront (probablement) vivre en Turquie (items n° 2 et 3). Ils sont donc encore bercés par le mythe du retour dans le pays d'origine. En revanche, les sujets de la partie négative ne produisent pas de projets de cette nature. Il faut signaler ici qu'il n'existe pas nécessairement de rapports entre un attachement à la Turquie et l'envie d'y retourner, comme il n'existe probablement pas de liens entre l'attachement au pays d'origine et l'importance des liens ethniques avec les compatriotes immigrés. Il peut paraître singulier que des personnes qui nourrissent un projet de vie axé vers le pays d'origine soient présumées mieux insérées dans le pays d'accueil que d'autres. En fait, l'essentiel de l'information contenue dans les items n° 2 et 3 ne se révèle qu'en liaison avec les autres variables contribuant à la construction du facteur projets. Si le projet du retour au pays d'origine ne se réalise presque jamais pleinement, ce qui semble important ici, c'est précisément l'influence structurante de ce mythe sur la vision prospective de l'individu. Le sujet peut ainsi donner un sens à ses efforts d'insertion socioprofessionnelle. Le mythe du retour peut également jouer un rôle de contrepoids psychologique permettant à l'individu d'aller de l'avant dans son entreprise d'assimilation économique, tout en conservant un équilibre identitaire9. L'originalité du facteur projets proposé ici est donc principalement sa capacité à fédérer les aspirations d'investissements matériels et affectifs axés tant vers le pays d'accueil que vers le pays d'origine. La forte corrélation entre ces deux types d'investissements montre que, dans la plupart des cas, la réalité observée n'est pas un choix exclusif entre deux types d'investissements (pays d'origine ou pays d'accueil) mais bien une articulation dialectique des deux (pays d'origine et pays d'accueil). A contrario, l'ancrage en Belgique de sujets peu projectifs semble essentiellement provenir non pas d'un degré d'insertion plus confortable mais bien d'une impossibilité de se voir ailleurs, compte tenu du manque de qualification et de perspectives socioprofessionnelles de ces personnes.

19La sous-dimension volontariste. Les sujets qui ont l'impression de commettre des actes conscients et finalisés (item n° 7), de faire aboutir leurs projets (item n° 11), d'avoir un contrôle (internalité) sur le cours de leur vie (item n° 10) et enfin, de ne pas « prendre la vie au jour le jour » (item n° 6) reçoivent un score factoriel positif. Ces personnes s'attribuent donc un pouvoir de contrôle ou d'initiative important sur les événements de leur vie. Les personnes qui, à l'opposé, n'ont pas de but précis, abandonnent leurs projets, pensent ne pas influer le cours de leur existence et prennent la vie comme elle vient sont dotées d'un score négatif. Ces personnes se représentent la vie comme influencée par des facteurs essentiellement extérieurs à leur volonté.

20La sous-dimension patrimoniale. Enfin, la contribution apportée par les items n° 5 et 9, montre que les personnes qui produisent le plus de projets (partie positive de l'axe) sont également celles qui possèdent le plus de biens immobiliers tant en Belgique qu'en Turquie. La majorité des personnes qui ne possèdent pas de biens immobiliers se situent dans la partie négative du facteur. Certes, il s'agit ici d'un indicateur de bien-être économique. Mais l'investissement immobilier est aussi l'indice de projets de vie particuliers. A ce titre, on remarque sans étonnement que la contribution factorielle (coefficient de saturation) de la possession d'un terrain (qui peut être agricole, industriel ou encore à bâtir) est plus ample (.29) que celle de la possession d'une habitation familiale (.20). L'achat d'un terrain répond, en effet, plus à une logique d'investissement et de projets qu'à une nécessité impérieuse, comme celle de se loger.

21Croisement des deux facteurs : une typologie des conduites identitaires

22Le croisement des facteurs (ou axes) dégagés par l'analyse factorielle en composantes principales permet de définir un plan factoriel composé de quatre quartiers correspondant à autant de types de conduites identitaires produites par des jeunes adultes issus de l'immigration turque. L'analyse permet ainsi la définition de quatre formes spécifiques d'inscription de personnes d'origine étrangère dans la société d'immigration (voir graphique) :

23(1) Les jeunes assimilés avec projets (AAP) sont porteurs de valeurs individualistes et ont adopté une attitude assimilationniste par rapport à la société d'accueil (partie négative de l'axe valeurs). Ils sont à l'origine de projets personnels et professionnels (partie positive de l'axe projets). Ce type de conduites identitaires concerne ainsi des personnes qui mettent en œuvre des attitudes d'assimilation culturelle tout en formulant un projet d'avenir. On peut interpréter cette combinaison d'attitudes comme un ensemble de stratégies propres à des personnes en voie d'assimilation active, pour qui les projets de scolarité, par exemple, revêtent une importance capitale.

24(2) Les jeunes assimilés sans projets (ASP) sont aussi porteurs de valeurs individualistes et adoptent une attitude assimilationniste par rapport à la société d'accueil (partie négative de l'axe valeurs). Mais ils ne sont pas à l'origine de projets personnels et professionnels (partie négative de l'axe projets). Cette posture identitaire peut être qualifiée d'assimilation passive.

25(3) Les jeunes conservateurs sans projets (CSP) sont porteurs de valeurs communautaires et ont adopté une attitude conservatrice par rapport à la société d'origine (partie positive de l'axe valeurs). Mais ils ne sont pas à l'origine de projets personnels et professionnels (partie négative de l'axe projets). Ce type de conduites identitaires correspond au cas de jeunes adultes qui tentent de conserver une identité familiale, communautaire, nationale ou religieuse, sans que la dimension projective ne soit importante. Le groupe conservateur met donc en œuvre une posture identitaire défensive qui déplace le déséquilibre psychique à la frontière de la communauté, au seuil de l'espace public du pays d’accueil. Par ailleurs, l'absence de projet d'avenir n'est que sélective ; cette apparente passivité ne concerne en effet que les projets orientés vers l'innovation. Il est bien entendu que les jeunes adultes du groupe CSP déploient une importante activité communautaire (associations, mosquées, cafés, vie familiale, consommation de produits notamment médiatiques provenant du pays d’origine, etc.) afin de préserver une identité minoritaire... Le cas des personnes du groupe CSP est en effet complexe. On croit saisir dans leurs attitudes les effets, notamment, d'un repli identitaire consécutif à des expériences négatives vécues en terre d'immigration.

  • 10 C. CAMILLERI et al., 1990 ; C. CAMILLERI et G. VINSONNEAU, 1996.

26Bien que située à l'autre pôle de l'échelle des valeurs, l'attitude conservatrice sans projets présente des ressemblances avec la catégorie ASP. Il s'agit dans les deux cas d'une adhésion à un cadre normatif existant, sans velléité de remise en question. Pas davantage que les jeunes ASP, les jeunes du groupe CSP ne traitent vraiment la question du déséquilibre créé par des vecteurs identitaires contradictoires. Ils scotomisent une partie de leur appartenance par la recherche d'une cohérence simple qui optimalise leur adhérence soit au modèle culturel local dominant, soit au modèle culturel d'origine, desquels ils attendent, en retour de leur allégeance, respectivement le bénéfice d'une pragmatique insertion socio-scolaire et professionnelle ou d'un certain sentiment d'intégrité et d'authenticité10.

27(4) Les jeunes conservateurs avec projets (CAP) sont porteurs de valeurs communautaires et ont adopté une attitude conservatrice par rapport à la société d'origine (partie positive de l'axe valeurs). Ils sont aussi à l'origine de projets personnels et professionnels (partie positive de l'axe projets). Ce dernier type correspond au profil de jeunes adultes qui développent des attitudes influencées par un cadre (modérément) conservateur et à la recherche d'une adaptation sur le plan socioprofessionnel en terre d'exil. Une logique volontariste de gestion des contradictions apparaît à travers l'examen des modalités qui définissent ce type de conduites. Les jeunes adultes de ce groupe mettent en œuvre une recherche identitaire afin d'articuler le souhait de conserver des traits culturels originels aux exigences d'une ascension sociale.

  • 11 M. BORN, 1984 : 105-116.

28C'est là que réside la différence avec la catégorie CSP : pour cette dernière catégorie, le conservatisme est une réaction défensive, en revanche, le conservatisme des CAP se veut un outil offensif de différenciation et de qualification sociales dans le pays d'installation. Une telle capacité de mobilisation est sous-tendue par la mise en œuvre d'un processus psychosocial d'équilibration identitaire qui permet à l'individu de développer une synthèse entre son origine culturelle et son ancrage socio-économique, qui renvoient l'un et l'autre à des réalités divergentes. La capacité qu'ont les jeunes à se projeter dans l'avenir contribue également à la définition et à la réussite des stratégies d'insertion, qui ne sont en fin de compte que la mise en actes des projets11.

29Le type CAP regroupe des hommes chez qui le processus d'équilibration identitaire tend vers une synthèse originale ou autonome : la dissonance y est en quelque sorte gérée. Camilleri et al. (1990) parlent, à propos de cette catégorie de stratégies identitaires, d'une recherche de « cohérence complexe ». Mais ce constat n'interdit en rien une possibilité de retour à des stratégies premières sous l'effet de facteurs culturels, familiaux, socio-économiques ou politiques, tels que des actes de racisme ou une perte d'emploi, etc. Plaisir et intégration sont ainsi deux notions qui semblent résumer simplement mais avec exactitude les effets des stratégies identitaires synthétiques comme celles adoptées par les personnes du groupe CAP ; elles évoquent en effet tant cette faculté pragmatique d'exister avec son altérité que la satisfaction ontologique que cela peut procurer.

30Enfin, les Turcs CAP sont, semble-t-il, doués d'un certain recul critique par rapport aux deux termes de leurs appartenances. Ce recul critique est attesté tant par la manière relativement modérée dont ils adhèrent aux normes culturelles des deux sociétés, que par leur tentative de construction d'une synthèse identitaire originale.

Caractéristiques socioculturelles des types identitaires

31On remarque que, dans l'échantillon aléatoire (N = 535) des jeunes turcs de Belgique (21-31 ans), le type AAP est le plus nombreux (34 %) ; les autres types totalisant chacun environ 21-23 % des sujets. On observe que les jeunes des différents types ont connu des trajectoires migratoires extrêmement contrastées. On apprécie l’effet de cette histoire personnelle sur les potentialités et les conduites identitaires que les uns et les autres développent :

  • Plus de 38 % des jeunes adultes du groupe AAP, enfin, sont nés en Belgique. Dans 80 % des cas, ces sujets ont un père qui a travaillé en Belgique ; 60 % parmi ces personnes ont étudié dans le pays d'accueil. Relativement peu de jeunes de ce groupe ont vécu et, à plus forte raison, étudié ou travaillé en Turquie. La moitié des personnes ayant émigré de la Turquie habitait dans une grande ville. Seulement 23 % des jeunes AAP sont en Belgique à la suite d'un mariage. C'est le cas des personnes de la seconde génération qui est le plus typique de cette catégorie.
  • A peine 2 % des jeunes ASP sont nés en Belgique. Les trois quarts ont bénéficié d'un regroupement familial assez précoce (père travailleur en Belgique) et 28 % sont arrivés dans le pays à la suite d'un mariage. Une minorité seulement parmi ces personnes a vécu, étudié ou travaillé en Turquie. Ce groupe, qui comprend également quelques individus au parcours atypique (réfugiés, étudiants), correspond majoritairement au cas des sujets ayant immigré dans leur toute première jeunesse.
  • Les jeunes hommes de la catégorie CSP sont tous des personnes nées en Turquie. Leur histoire migratoire est pour une part liée à leur père, travailleur immigré en Belgique (56 %). Ainsi, la moitié des jeunes CSP sont des personnes ayant bénéficié d'un regroupement familial, à un âge plus ou moins avancé : 70 % déclarent avoir vécu en Turquie (durées variables), 69 % y avoir étudié et 33 % travaillé. Dans 44 % des cas, il s'agit de personnes ayant épousé une femme turque établie en Belgique. Leur immigration vers la Belgique résulte alors de leur mariage. Dans ce groupe, sept personnes émigrées sur dix proviennent de la campagne anatolienne. A leur arrivée, les jeunes du groupe CSP ont bénéficié de la solidarité de leurs proches déjà installés en Belgique : cette aide est surtout effective dans le domaine de la régularisation administrative.
  • Les jeunes de la catégorie CAP comportent 76 % de personnes nées en Turquie ; 57 % d'entre eux ont bénéficié d'un regroupement familial. 55 % ont vécu en Turquie durant une période relativement longue, autant y ont étudié (avec un taux de certification scolaire assez élevé) et 40 % ont travaillé dans ce pays. Les personnes ayant épousé une jeune turque de Belgique représentent 43 % des sujets de ce groupe. 40 % des personnes ayant émigré ont quitté une grande ville turque. L'histoire migratoire de ce type ressemble à celle du groupe précédent mais le groupe CAP comprend des personnes davantage scolarisées et urbanisées, ayant eu une plus grande expérience professionnelle avant d'émigrer. Près d'un quart des personnes, dans ce groupe, sont nées sur le sol belge. La majorité (71 %) des immigrés de la catégorie CAP affirme qu'ils savaient ce qu'ils allaient faire en venant en Belgique. Il leur a fallu moins d'un an avant de décrocher leur premier emploi dans le pays d'accueil.

32On remarque que, hormis les jeunes de la seconde génération nés en Belgique, exclusivement présents dans les types CAP et AAP, toutes les situations de migration peuvent se présenter parmi les quatre types de jeunes. Mais des tendances se dégagent : ainsi, les personnes vivant en Belgique à la suite d'un mariage se rencontrent surtout dans les types CAP et CSP, où l'on trouve également quelques cas spécifiques (enseignants ou fonctionnaires en mission, etc.). Les jeunes de la seconde génération nés en Turquie mais ayant bénéficié d'un regroupement familial, sont essentiellement présents dans le type ASP.

Évaluation du potentiel d'intégration sociale des conduites identitaires

33La définition de types identitaires (AAP, ASP, CAP, CSP) parmi les hommes issus de l'immigration turque permet, dans chaque cas, d'estimer le niveau moyen d'insertion scolaire et socioprofessionnelle. L'exercice porte sur un grand nombre d'indicateurs dont la modulation selon les types de jeunes est appréciée au moyen d'analyses de contingence (test de significativité statistique chi-carré).

Niveaux de qualification scolaire

34On n'enregistre aucune différence significative entre les types considérés en ce qui concerne l'accès à la certification scolaire. Certaines tendances montrent cependant que les sujets assimilés (ASP-AAP) poursuivent leurs études en Belgique plus loin que ne le font les autres groupes. C'est l'inverse qui s'observe à propos de la scolarité suivie en Turquie : les sujets conservateurs avec projets y accèdent plus couramment à des diplômes.

35En revanche, les formes d'enseignement secondaire suivies dans le pays d'accueil divergent, selon les types de structuration identitaire. Ainsi, les jeunes assimilés-sans projets (ASP) sont légèrement surreprésentés dans le cycle d'études générales mais semblent avoir des difficultés à terminer ce type d'études. Les jeunes AAP sont, par contre, massivement présents dans les sections techniques, qu'ils parviennent à achever. Ce choix stratégique semble correspondre à une certaine vision du marché de l'emploi. Enfin, ce sont les CSP que l'on trouve en nombre dans les sections professionnelles, qui n’ouvrent guère vers l'enseignement supérieur ou vers des métiers valorisants. Peu de jeunes dans l'échantillon poursuivent des études au-delà de l'obligation scolaire (dix-huit ans).

36Les quatre groupes ne se différencient pas en fonction de leurs compétences en langue turque. Dans tous les cas, plus de 80 % des interviewés maîtrisent l’usage oral de cette langue ; le taux maximal est cependant atteint par les jeunes CAP. Les personnes maîtrisant la lecture dans une langue du pays d'accueil sont proportionnellement plus de deux fois plus nombreuses parmi les jeunes AAP (80 %) que parmi le groupe CSP (37 %). Cette supériorité se confirme dans les autres registres linguistiques : compréhension à l'audition, maîtrise de l'écriture.

Stabilité socioprofessionnelle

37Pas plus que l'accès à la certification scolaire, la qualification professionnelle ou le statut contractuel ne permettent de distinguer significativement les jeunes travailleurs d'un type identitaire des autres. Quel que soit le type identitaire envisagé, près de neuf travailleurs turcs (de 21 à 31 ans) sur dix occupent des postes d'ouvrier sans qualification particulière (le taux d'activité économique dépasse les 90 % dans tous les types). Par contre, on constate que la notion de sécurité d'emploi n'est pas appréhendée de la même manière par les sujets des différents types. Les trajectoires professionnelles ne sont pas non plus toujours les mêmes.

38A l'exception de la catégorie CSP, dans tous les groupes identitaires, environ 55 % des jeunes travailleurs occupent encore leur premier emploi. Seulement 43 % des sujets du groupe CSP sont dans le cas (p =.024) : cette différence significative souligne d'emblée la situation professionnelle plus précaire de cette catégorie, par rapport aux autres. Le groupe CSP semble également constitué de travailleurs occupés dans des conditions plus difficiles que d'autres, puisque plus de 40 % d’entre eux travaillent la nuit. Cette valeur est de moins de 37 % dans le groupe CAP, 35 % dans le groupe ASP et, enfin, de 21 % seulement dans le type AAP (différences significatives pour p =.02).

39Les travailleurs AAP sont proportionnellement plus nombreux qu'ailleurs à quitter volontairement un premier emploi pour rejoindre un poste de travail estimé plus avantageux (39 %). Par contre, la fin du premier contrat de travail correspond à un licenciement pour 77 % de CSP, 76 % de ASP et 71 % de CAP. Les personnes licenciées représentent seulement 54 % dans les rangs des travailleurs AAP (p =.000). A la question « combien de temps pensez-vous pouvoir conserver votre emploi actuel ? », les réponses les plus indécises viennent des travailleurs des groupes ASP et CSP. Les travailleurs des catégories à forte projectivité (AAP et CAP) donnent, par contre, des réponses plus précises : ils pensent pouvoir conserver leur emploi actuel pendant des durées variables allant d'un an à cinq ans. Les travailleurs de ces types pensent, en outre, que la fin de leur occupation actuelle correspondra à une transition vers un autre emploi ou vers une activité indépendante (AAP : 42 %, CAP : 37 %). Ces proportions sont largement supérieures à celles observées dans les types à faible projectivité (8-9 %), où les travailleurs semblent ne pas pouvoir formuler une prévision autre que celle du chômage (p =.000). Ces indicateurs montrent que les types identitaires à forte projectivité sont davantage capables de construire une carrière professionnelle. On remarquera que cette aptitude, qui favorise l'insertion économique, est indépendante des choix culturels des travailleurs, puisque pratiquement autant de personnes conservatrices que de personnes assimilées se retrouvent dans cette situation.

40L'enquête montre que le chômage touche pratiquement l'ensemble des travailleurs turcs de Belgique : ainsi, quelle que soit la catégorie identitaire, de 92 à 99 % des jeunes travailleurs ont connu au moins une période de chômage dans leur vie active. Cette période semble cependant être plus courte pour les travailleurs des groupes AAP, ASP et CAP. Au moment de l'enquête, 36 % des travailleurs turcs de 21 à 31 ans étaient au chômage. Une majorité de jeunes (65 %) attribuent leurs difficultés à trouver un emploi à des raisons externes : la crise, le racisme des employeurs... Moins d'une moitié des personnes au chômage (44 %) semblent chercher activement un emploi (mobiliser les relations personnelles, contacter d'initiative des employeurs potentiels...). Aucun de ces indicateurs ne permet de départager les catégories identitaires. La seule distribution significative concerne le degré d'anticipation pour un nouvel emploi. Ainsi dans les groupes AAP et CAP, un plus grand nombre de personnes pensent recevoir une offre d'emploi dans les trois mois suivant l'enquête.

41Les méthodes de recherche d'emploi privilégiées par différents types de travailleurs offrent une information importante à propos du potentiel humain des interviewés. On remarque, en effet, que les travailleurs actuellement occupés ont décroché leurs emplois essentiellement grâce à la mobilisation d'un réseau de proches. En revanche, les chômeurs ou les demandeurs d'emploi actuels ont essentiellement fait confiance à la médiation d'organismes publics ou privés de placement. Parmi les travailleurs occupés, 62 % des CAP et 55 % des AAP ont décroché leur premier emploi grâce à l'intervention de relations personnelles. Cette proportion est de 47 % parmi les jeunes CSP (p =.021).

42Les informations concernant les relations de solidarité développées par les personnes de différentes catégories identitaires confirment les observations à propos des stratégies préférentiellement communautaires des conservateurs : par exemple, près de 70 % des jeunes CSP et 55 % des CAP ayant immigré vers la Belgique affirment avoir reçu une aide importante (logement, argent, guidance, accompagnement, etc.) de la part de leurs proches, lors de leur première installation dans le pays d'accueil. Cette proportion est inférieure à 45 % parmi les AAP et ASP (p =.000). Par ailleurs, les jeunes adultes CAP et CSP sont plus nombreux à fréquenter une association communautaire (23-(23-26%). Cette valeur est inférieure à 15 % parmi les autres types de personnes (p =.002).

43Sur le lieu de travail, la nationalité des collègues fréquentés préférentiellement ne semble pas varier de manière significative d'un groupe identitaire à l’autre. Cependant, les travailleurs CSP et CAP ont tendance à préférer la compagnie des collègues turcs. Ces constatations appellent deux remarques importantes : (1) elles permettent de souligner l'importance des réseaux de proches dans l'accès à l'emploi. Ces réseaux sont, en l’occurrence, sinon exclusivement, du moins largement composés par des personnes apparentées ou issues de la même communauté immigrée ; (2) on observe que les caractéristiques subjectives tenant aux capacités de prévision, de mobilisation ou liées au volontarisme sur le marché de l'emploi semblent se rencontrer plus souvent parmi les jeunes travailleurs des catégories CAP et AAP.

Discussion

44Les analyses statistiques permettent d'apprécier l'influence respective du degré d'acculturation (facteur « valeurs ») et du degré de personnalisation (facteur « projets ») sur les attitudes et les performances des individus. L'influence combinée de ces deux facteurs apparaît à travers l'ordonnancement des quatre types identitaires étudiés. Dans l'ensemble, les résultats donnent l'impression que le facteur qui influence le plus le degré d'intégration sociale est la projectivité qui est positivement corrélée avec la stabilité professionnelle et la participation sociale.

  • 12 A. MANÇO, 1999.

45En effet, quelle que soit la teneur des valeurs culturelles (groupes conservateurs ou assimilés), ce sont souvent les sujets qui produisent le plus de projets personnels (forte projectivité) qui semblent bénéficier d'un degré plus ample de qualification scolaire et de stabilité socioprofessionnelle. En d'autres mots, quelles que soient les valeurs mises en avant par les sujets, c'est la manière dont elles sont mobilisées et instrumentalisées en vue d'une intégration socio-économique qui semble faire la différence. Ce résultat conforte largement une lecture constructiviste de la notion d'intégration12, qui souligne l'importance de la personnalisation dans l'appréciation des trajectoires sociales.

  • 13 M. BORN, 1984 : 105-116.

46Un tel résultat (également observé auprès de publics non immigrants13) rappelle l'universalité des problèmes liés à l'intégration sociale, surtout dans des contextes économiques défavorable à l'emploi, comme celui qui constitue la toile de fond de notre enquête. La variable culturelle, ici exacerbée par l'objet même de l'étude (jeunes étrangers issus d'une immigration récente), si elle ne pose pas, à elle seule, la question de l'intégration, lui impose, néanmoins une configuration spécifique. Les résultats montrent bien, par ailleurs, les limites des théories normatives de l'intégration qui la conditionnent à la disparition progressive des valeurs et des pratiques culturelles du groupe d'origine. Si le degré d'assimilation semble effectivement jouer un rôle de facilitation dans l'accès à la qualification scolaire et à la stabilité professionnelle (la situation du groupe AAP est, par exemple, souvent plus favorable que celle du type CAP), ceci ne constitue pas, semble-t-il, une condition nécessaire. Ces constats s'accompagnent de plusieurs remarques importantes :

  • L'échantillon d'étude est sociologiquement homogène (jeunes hommes peu qualifiés, d'une seule nationalité...) et permet ainsi de se focaliser sur des différences essentiellement subjectives (attitudes, projets). Si celles-ci sont importantes, il ne s'agit que d'une hétérogénéité relative : les résultats montrent que même les sujets qui apparaissent comme étant les plus assimilés (AAP) conservent des liens appréciables avec leur communauté d'origine, pratiquent leur langue et religion, etc. Le profil présenté par le groupe conservateur avec projet (CAP), qui consiste en une acculturation antagoniste et instrumentale, couplée avec un volontarisme sur le marché de l'emploi, semble ainsi correspondre à bien des égards à la moyenne de l'ensemble de l'échantillon des jeunes turcs en Belgique.
  • L'étude empirique et approfondie d’une communauté immigrée particulière permet de nuancer les typologies théoriques et générales de stratégies identitaires14. Ces dernières donnent de la réalité une vision tranchée et éclatée. La présente observation empirique montre, par contre, la continuité et l'articulation entre stratégies identitaires.
  • Les structurations identitaires dépendent d'une série d'antécédents familiaux, sociaux et économiques, combinés, bien entendu, avec l'intentionnalité des acteurs. Elles imposent des ressources et des modèles de réalisation de soi différents. Ainsi, selon les types identitaires, les voies empruntées peuvent être assez divergentes mais conduire, avec quasi la même fonctionnalité, à la stabilité professionnelle et à la qualification scolaire.

Conclusion

47L'approche évaluative du degré d'intégration des types d'identité a été réalisée grâce à la mesure des différences de qualification scolaire et de stabilité socioprofessionnelle. Les données montrent que le facteur qui influe le plus le niveau d'intégration sociale est la projectivité ; ainsi, quelle que soit la teneur des valeurs particulières, ce sont les personnes à forte projectivité qui semblent bénéficier d'un degré plus important de qualification et de stabilité : quelles que soient les valeurs adoptées par les acteurs, c'est la manière dont elles sont instrumentalisées en vue d'une intégration qui semble donc susciter un développement positif.

  • 15 W. F. WHYTE, 1996.

48L'émergence de chacun des types d'identité est intimement liée à un contexte d'opportunités sociales, où chaque type présente un degré de fonctionnalité donné. De plus, l'ensemble de ces attitudes est présent chez tout un chacun, certes, selon un dosage variable : les contenus identitaires des catégories projectives, par exemple, montrent ainsi l'importance d'une certaine conformation culturelle dans la production des conduites individualisantes. Du reste, si l'on suit l'exemple de Whyte15, qui montre qu'un des vecteurs de l'intégration est justement la synergie développée entre d'une part, ceux qui privilégient une ascension individuelle et d'autre part, ceux qui préfèrent s'inscrire dans une dynamique communautaire, l'existence de groupes misant sur des attitudes identitaires différentes (et complémentaires ?) semble nécessaire à la construction d'un équilibre social global.

49La description de l'histoire migratoire des personnes de la catégorie AAP montre que celles-ci bénéficient d'une socialisation et d'une scolarisation qui se sont entièrement réalisées dans le pays d'accueil. Membres de familles installées dans le pays d'immigration définitivement et de longue date, ces jeunes font preuve d'une maîtrise étendue des langues de ce pays. Ils sont porteurs de qualifications techniques.

50Les ASP sont loin de pouvoir bénéficier d'une telle trajectoire continue. L'immigration de ces personnes, nées pour la plupart en Turquie, correspond à une fracture tant dans le cours de leur socialisation que dans leur carrière scolaire. N'ayant pu parfaire leur socialisation dans le pays d'origine, ces jeunes présentent un degré de qualification linguistique et scolaire relativement déficient, tant par rapport aux normes de la société d'origine que par rapport à celles de la société d'accueil.

51Les sujets du groupe CAP ont, par contre, passé une partie importante de leur vie en Turquie où ils ont décroché un diplôme et accumulé une certaine expérience professionnelle. Leur installation en Belgique s'intègre, semble-t-il, dans une stratégie de carrière professionnelle : ces jeunes souhaitent valoriser en Europe un certain potentiel acquis dans le pays d'origine.

52Enfin, le type CSP correspond à un ensemble de jeunes adultes dont une partie appréciable s'est installée en Belgique à la suite d'un mariage. Mais ces personnes ont un déficit important dans la maîtrise de la langue d'accueil et semblent vivre des difficultés pour s'ouvrir à des réseaux spécifiques à la région d'installation.

53Compte tenu du potentiel différent pour chacun des groupes identitaires, les modèles de valorisation de soi privilégiés par les sujets présentent des différences importantes. La principale différence concerne d'ailleurs la présence ou non de réponses permettant d'identifier un tel modèle. Si, pour les personnes à forte projectivité, ce modèle est effectivement formalisé, présenté et illustré à travers les réponses données à l'enquête, pour les jeunes à faible projectivité, on semble assister à une absence de valorisation de soi.

54Cette situation correspond, dans le cas de certains ASP, au cas de personnes assistées par l'assurance chômage et les organismes de formation professionnelle, fréquentés sans illusions ni conviction apparentes. Des sujets du type CSP vivent une situation de repli. Les contacts sont rares avec l'extérieur de la communauté immigrée ; ces personnes font état de sentiments de discrimination. Certains parmi ces sujets dépendent d'allocations sociales pour leur survie économique. Pour la plupart des jeunes adultes de l'ensemble CAP la vie communautaire revêt une grande importance ; celle-ci est vécue sur le mode « actif ». Si cette implication n'empêche pas les personnes de ce groupe de développer des relations avec les institutions du pays d'accueil, c'est essentiellement à travers la mobilisation des rapports familiaux et communautaires qu'elles tentent de s'insérer économiquement. Enfin, les AAP attachent davantage d'importance à des valeurs individuelles qu'à des valeurs collectives. Ils tentent de faire fructifier le capital-formation acquis en Belgique à travers des initiatives (projet d'accès aux professions indépendantes) et des réseaux personnels ou liés à des organismes du pays d'accueil.

  • 16 A. MANÇO, 1998.

55Dans le contexte de crise de l'emploi qui caractérise la Belgique, un grand nombre de jeunes adultes faisant partie de l'échantillon souffrent du chômage. Mais certains semblent résister mieux que d'autres, grâce à la valorisation de ce que l'on peut appeler des « lignes de force ». Ainsi, les catégories « à forte projectivité » (AAP/CAP) semblent faire preuve d'une résistance plus importante que les autres groupes, chacun tentant de mobiliser ses ressources spécifiques, en fonction de projets plus ou moins ambitieux. Les points communs de ces types identitaires, en dehors, bien sûr, de la capacité à faire des projets et prévisions qui les définit, sont16 : (1) la présence d'un capital de base (essentiellement scolaire et acquis en Belgique pour le type AAP ; essentiellement professionnel et acquis en Turquie pour le type CAP) que l'on peut faire fructifier dans le cadre d'un emploi ; (2) l'attachement à la valeur travail (au nom de laquelle les jeunes AAP ont entrepris des études et les sujets CAP se sont installés en Belgique), visible, notamment, dans le volontarisme dont ils font preuve sur le marché du travail ; (3) la mobilisation à des fins professionnelles de réseaux de solidarité (familiaux et communautaires pour les jeunes CAP, plus variés et personnels pour les individus de l'ensemble AAP).

Notes

1 D. LAPEYRONNIE, 1993.

2 A. MANÇO, 1999.

3 J. PIAGET, 1980.

4 La présente contribution et la suivante utilisent des données provenant d’une même enquête. Pour plus d'information sur les données, consulter la partie méthodologique de l’article suivant.

5 P. CIBOIS, 1983.

6 Échelle de réponse de « Pas du tout d’accord » (PDTD=1 point) à « Tout à fait d'accord » (TAFD=6 points) ou de « Pas du tout important » (PDTI=1 point) à « Très important » (TI=6 points).

7 Voir D. LAPEYRONNIE, 1993. Mais cette hypothèse demande à être confirmée par d'autres enquêtes. A ce sujet, voir également la contribution suivante dans ce volume.

8 L'hypothèse d'une corrélation positive entre une projectivité forte et une insertion socio-économique de qualité a été avancée par la théorie : M. BORN, 1984 : 105-116 ; J.-P. BOUTINET, 1990 ; J.-F. GUILLAUME, 1993.

9 R. LESTHAEGHE et J. SURKYN, 1996 : 36-46.

10 C. CAMILLERI et al., 1990 ; C. CAMILLERI et G. VINSONNEAU, 1996.

11 M. BORN, 1984 : 105-116.

12 A. MANÇO, 1999.

13 M. BORN, 1984 : 105-116.

14 D. LAPEYRONNIE, 1993 ; J. W. BERRY, 1994 : 9 et suiv.

15 W. F. WHYTE, 1996.

16 A. MANÇO, 1998.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search