Version classiqueVersion mobile

Voix et voies musulmanes de Belgique

 | 
Ural Manço

Deuxième partie. Les voix musulmanes : l'espace public et les musulmans de Belgique

Discussion. Les Turcs et Marocains sont-ils stigmatisés parce que musulmans ou parce que pauvres ?

Anne Morelli

Texte intégral

1Les textes d'Ural et d'Altay Manço insistent, à juste titre, sur l'importance de l'emploi comme lien social essentiel (et donc comme facteur d'intégration), et sur l’importance de la réussite scolaire pour l'insertion professionnelle et sociale future des jeunes. Ces deux constatations sont faites à propos de la situation en Belgique des Turcs et Marocains, caractérisés dans ces articles d'abord par leur origine religieuse musulmane. Ces études surévaluent cependant la « nouveauté » des problèmes rencontrés par ces deux groupes et surévaluent le déterminant religieux au détriment du déterminant social.

2Une histoire toujours recommencée. Pour le premier aspect, la surévaluation de la nouveauté de la problématique, il doit être réévalué à l'aune de l'histoire de l'immigration et de ses processus envisagés sur les temps longs. Ainsi la cohabitation pluriculturelle, la discrimination des minorités, la reconnaissance d'un « nouveau » culte, la scolarisation des enfants de migrants, la participation des étrangers à la vie politique, sont des questions qui ne sont nullement apparues avec l'arrivée des Marocains et des Turcs dans les années 60. Elles se sont posées tout au long de l'histoire des migrations dans notre pays et notamment dès le XIXe siècle à propos des Juifs (avec les cimetières juifs, les écoles juives, les fêtes différentes, les habitudes culinaires diverses...), à propos des Polonais (contrôlés étroitement dans l'entre-deux-guerres par leurs structures consulaires et religieuses, encadrés dans des mouvements de jeunesse, d'enseignement, de loisirs....) ou des Italiens. Ces groupes ont inauguré dès le XIXe siècle les embauches collectives d'ouvriers étrangers pour les chantiers de construction des voies de chemin de fer, les charbonnages etc. Et s’ils ont, dès cette préhistoire de l’immigration en Belgique, à affronter l’hostilité des autochtones, leur recrutement est aussi privilégié par le patronat qui, lors de la crise de 1930, freine les renvois d'ouvriers étrangers exigés par les syndicats belges et dont les Algériens feront essentiellement les frais dans notre pays, au contraire de la France qui renvoie surtout des Polonais. Les recrutements d'étrangers répondent, dès le XIXe siècle, à des exigences évidentes d'économies sur les salaires et les conditions de travail. Le cynisme en cette matière veut en outre qu'on privilégie les ruraux, peu enclins à la syndicalisation, et ceux qui manient le plus mal possible les langues de la Belgique... La règle générale, à laquelle les pénuries de main d'œuvre étrangère ont parfois obligé de déroger, veut également qu'on diversifie la provenance des ouvriers étrangers, tant pour éviter leur cohésion en tant que travailleurs et masse de revendication, que pour éviter la formation dans notre pays de minorités ethniques significatives. Cette volonté de diversification est certainement toujours à l'œuvre avec une tolérance de fait depuis 1991 pour l'immigration venant par exemple de Pologne.

  • 1 Sur l'évolution de ces mots voir les articles de GASTAUT et de DAHLEM dans Cahiers de la Méditerran (...)

3Sauf pour les réfugiés ayant dû abandonner l'idée de rentrer un jour dans leur pays de naissance, le rêve de tous les immigrés en Belgique a été, de manière récurrente, d'amasser un pécule suffisant pour rentrer au pays de départ et y réaliser leurs projets (acheter une terre, une maison, monter un commerce...). Paradoxalement, la fermeture des frontières de la Belgique en 1974, a fixé dans notre pays un certain nombre de migrants qui, même s'ils avaient emmené ici leurs familles, s'y voulaient en transit plus ou moins prolongé. Par ailleurs, la dimension familiale de la politique migratoire belge n'avait pas que des objectifs démographiques mais tentait aussi de réinjecter au maximum les salaires dans l'économie belge et donc de limiter les transferts d'argent vers les pays exportateurs de main d'œuvre. Les travailleurs étrangers ou migrants ou encore immigrés1 sont essentiellement liés à leur condition sociale et professionnelle. Comme le démontre leur répartition dans le pays, ils restent longtemps fixés aux lieux qui ont été ceux de leur arrivée en Belgique et de leur première activité professionnelle, comme ces Italiens concentrés autour des vestiges des charbonnages ou ces Turcs fixés à Marche, en province du Luxembourg, où une scierie les avait appelés. Cette définition du migrant par sa situation sur le marché du travail est cependant faussée si on ne se base que sur les emplois déclarés. Dans le secteur du nettoyage, par exemple, où tant de femmes turques et marocaines travaillent, le taux d'activité déclaré est très faible et il faut donc estimer que le taux d'activité des femmes marocaines et turques est supérieur à 31,7 % et 37,3 % (taux pour l'année 1991, indiqués dans l'article d'Ural Manço).

  • 2 Il s’agit d'une lettre datée du 15 mai 1951 et figurant dans le dossier de Μ. H. Eckstein. Les « cr (...)

4Déjà dans l'entre-deux-guerres, les critères, explicites ou implicites, fondés ou infondés, d'intégration que nous connaissons aujourd'hui étaient en vigueur. Ainsi, peu après la guerre, un Juif proteste contre le refus de lui accorder la nationalité belge motivé par un « défaut d'intégration », en invoquant son mariage avec une Belge, son long séjour en Belgique, sa réussite professionnelle, la scolarisation de ses enfants et le fait qu'ils ne connaissent d'autre langue que le français et le flamand2. Λ contrario évidemment, le mariage, si fréquent notamment chez les Italiens, avec une compatriote provenant du même village et qu'on est allée chercher sur place, serait apparu comme un signe de non intégration.

  • 3 A. MORELLI, 1986 : 116-129.

5Le facteur religieux : un facteur parmi d'autres et pas forcément le facteur essentiel. Toutes les vagues migratoires ont un certain nombre de points communs en matière religieuse. On peut tout d'abord épingler le fait qu'au contact avec des nouveautés culturelles nombreuses et très étonnantes, le réflexe normal de résistance à l'acculturation veut qu'on se replie sur ses traditions sociales (par exemple, le code méditerranéen de l'honneur) et religieuses. Ce repli « intégriste », voire sectaire, peut être également une « réponse » aux humiliations, aux déceptions d’une trop lente ascension sociale, à une réussite matérielle très limitée, à la violence (policière ou sociale) dont on est victime, aux tentations inaccessibles de la société de consommation... A ces situations de détresse, les uns répondent par la délinquance, et notamment la drogue, et d'autres par la religion : « le deal ou la prière ». De très nombreux immigrés italiens, grecs, polonais ou espagnols ont rejoint les Témoins de Jéhovah, des Marocains et des Turcs affirment ostensiblement leur islamisme, des Africains fréquentent en masse des groupes de prière qui, s'ils ne résolvent pas leurs problèmes matériels, leur donnent à tout le moins un sens et offrent un espoir de solution, dans ce monde ou dans un autre à venir3. Ce type d'expression religieuse a remplacé les manifestations religieuses des premières années d'immigration, dûment encouragées et contrôlées : l'islam des usines Renault ou les missions catholiques polonaises et italiennes, soutenues et souvent même financées par le patronat pour maintenir les exilés dans le droit chemin de la soumission.

6Comme les Juifs cependant, les musulmans de Belgique sont en outre mentalement associés à des pouvoirs politiques extérieurs au pays. Après avoir été associés à la « juiverie internationale » et au pouvoir occulte des banquiers, les Belges juifs sont aujourd’hui censés, pour beaucoup de gens, être automatiquement les supporters inconditionnels de la politique d'Israël. Il n'en va pas autrement pour les musulmans. La plus modeste femme de ménage est automatiquement considérée comme un suppôt des Talibans. Pour des raisons psychologiques complexes, nous devons toujours nous représenter des périls extérieurs menaçants auxquels nous échappons de justesse : péril jaune, rouge, péril des sectes, etc. Dans le cas qui nous occupe, les immigrants turcs et marocains sont identifiés au péril vert, un amalgame né de la vieille rivalité historique entre chrétiens et musulmans (en mars 2000, les Marocains immigrés dans le Sud de l'Espagne ont expérimenté une fois de plus la hantise espagnole de « Los Moros » transformée en haine raciale) et nourri d'une actualité politique où les principaux rétifs à l'ordre occidental sont moins les anciens communistes que Saddam Hussein ou Mouammar Kadhafi. L'image négative qui colle en Belgique aux immigrés musulmans est le résultat de cette projection politico-religieuse et de la situation sociale défavorisée des Marocains et Turcs présents dans notre pays.

7Dans de nombreux cas c'est ce second facteur qui est selon moi déterminant. Ainsi parler du « taux de chômage des travailleurs originaires de pays musulmans » supérieur à la moyenne, laisse à penser que les Marocains et Turcs sont exclus du marché du travail parce que musulmans. Or s'ils sont réellement victimes de discriminations à l'embauche, c'est au même titre que des Araméens ou d'autres chrétiens de Turquie, des Noirs, ou des latino-américains. Leur taux de chômage est en outre élevé parce qu'ils sont ouvriers, faiblement scolarisés et non bilingues. Et s'ils sont ouvriers ce n'est pas parce qu'ils sont musulmans mais parce qu'ils sont fils d'ouvriers et que la reproduction sociale dans notre pays est forte. Les Italiens aussi, malgré près de soixante ans de présence en Belgique et d'accès à l'enseignement gratuit, restent surreprésentés parmi les travailleurs manuels, une catégorie très recherchée en période de haute conjoncture industrielle mais aujourd'hui précarisée.

  • 4 Il s'agissait d'une enquête commandée par le Comité d'assistance scolaire des parents italiens de B (...)

8La réussite scolaire des élèves dépend de leur origine sociale et non de leur religion. Les lacunes dans la scolarisation des enfants marocains et turcs sont à analyser davantage par le prisme social que religieux. Les travaux de Silvia Lucchini sur les enfants d'origine italienne à Bruxelles dans les années 19904 ont montré que ceux-ci étaient surreprésentés dans l'enseignement spécial, professionnel et technique, et accumulaient bien plus que les enfants belges des années de retard scolaire. Elle concluait même que leur scolarité était plus mauvaise que celle des enfants turcs. Or, évidemment, ces enfants italiens n'étaient pas musulmans mais partageaient avec les enfants turcs ou marocains d'être d'ascendance ouvrière proche. Il s'agit donc surtout, même si ce n'est pas uniquement, d'un clivage social qui se retrouve évidemment dans les taux de réussite à l'université et même ensuite dans l'obtention d'un poste correspondant.

  • 5 M.-R. MORELLO, 1993.
  • 6 A. MORELLI, 1990.
  • 7 M. DE COUNE, 1992.

9Les universitaires issus de l'immigration continuent à pâtir de leur ascendance sociale et trouvent moins vite que les jeunes Belges un emploi « convenable »5. Le déterminant de cette discrimination est, ici encore, social. J'insiste donc sur la partie du texte d'Altay Manço qui compare la situation de l'enfant de migrant avec celle de l'enfant autochtone issu de milieu défavorisé et qui conclut que « selon son origine socioculturelle, un enfant n'a pas les mêmes chances qu'un autre de s'insérer à l'école ». Les enfants d’origine populaire ou ouvrière, quel que soit le passeport ou la religion de leur père, sont discriminés par le système scolaire qui a pour but de sélectionner les cadres de la société. Souvent sans en être conscients, les enseignants participent à cette sélection qui s'opère sur base des classes sociales et en fonction de normes qui sont évidemment celles de la bourgeoisie6. Pierre Bourdieu a amplement mis l'accent sur la fonction de reproduction sociale de l'école. Les enfants du personnel diplomatique marocain sont certes musulmans mais ne fréquentent pas les écoles communales de Schaerbeek et ne seraient pas considérés a priori comme un problème par les enseignants des établissements qu'ils honoreraient de leur présence. Dans les milieux socialement favorisés ce qui est évalué en termes de « rupture linguistique » et de « handicap de langue » chez les pauvres, est hautement valorisé sous la forme du bilinguisme précoce7. Les écoles, notamment de Bruxelles, rassemblant les enfants provenant de milieux fortunés (écoles européennes ou internationales, Lycée français, etc.) se vantent de la diversité culturelle de leur public alors que cette même diversité est considérée comme ingérable en milieu populaire.

10L'homogénéité sociale des écoles étant exigée par la plupart des parents aisés, on voit difficilement comment on pourrait contourner la concentration scolaire par classe sociale, qui est en outre un corollaire de la répartition sociale de l'espace urbain en quartiers socialement homogènes. Ainsi la pédagogie interculturelle est-elle certainement une idée généreuse et sympathique mais dont l'application pratique se heurte dans nombre d'écoles, réservées de fait aux pauvres, à l'absence totale... de Belges ! S'il s'agit simplement d'« une pédagogie active, ouverte sur l'extérieur, mobilisant et intégrant dans le cadre scolaire les intérêts et l'expérience quotidienne des élèves », faisant travailler les enfants en équipes et à la réalisation de projets, pour stimuler leur désir d'apprendre, il s'agit plutôt de reprendre les solutions préconisées par les pédagogues progressistes tels que Célestin Freinet, non pas spécifiquement pour intégrer à l'école des enfants musulmans mais plus généralement des enfants issus des milieux populaires.

Notes

1 Sur l'évolution de ces mots voir les articles de GASTAUT et de DAHLEM dans Cahiers de la Méditerranée, n°54, Nice, juin 1997.

2 Il s’agit d'une lettre datée du 15 mai 1951 et figurant dans le dossier de Μ. H. Eckstein. Les « critères » d'intégration cités sont toujours ceux qui hantent subrepticement tous les discours sur l'intégration.

3 A. MORELLI, 1986 : 116-129.

4 Il s'agissait d'une enquête commandée par le Comité d'assistance scolaire des parents italiens de Bruxelles et publiée par le CRISP.

5 M.-R. MORELLO, 1993.

6 A. MORELLI, 1990.

7 M. DE COUNE, 1992.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search