Version classiqueVersion mobile

Voix et voies musulmanes de Belgique

 | 
Ural Manço

Première partie. Présences et discriminations : un portrait macrosociologique des musulmans de Belgique

La présence musulmane en Belgique : dimensions historique, démographique et économique

Ural Manço

Texte intégral

Introduction

1Aucun registre officiel ne signale l'appartenance religieuse de la population belge. Il est donc difficile de connaître le nombre exact des musulmans immigrés ou nés de parents immigrés, des musulmans naturalisés belges ou encore des convertis de souche belge ou d'origine européenne. Les estimations les plus récentes avancent généralement un chiffre qui varie entre 350 et 375.000 personnes de confession ou de culture musulmane, y compris des convertis belges ou d'origine européenne dont le nombre semble atteindre au moins dix mille personnes.

  • 1 Pour l'estimation de 1990 voir : F. DASSETTO, 1997 : 18. Une forte concentration est à souligner e (...)

2La population musulmane de Belgique est en augmentation constante. Selon une estimation de 1990, la population musulmane formait alors 2,9 % de la population totale. D'après nos propres calculs, en 1998, les musulmans représentaient environ 3,6 % de la population1. Depuis longtemps déjà, l'islam est la deuxième religion du pays par le nombre de fidèles. L’écrasante majorité (entre 90 et 95 %) de cette population est issue de l'immigration turque et maghrébine, surtout marocaine. L'histoire de l'islam en Belgique est naturellement liée à celle de l'immigration.

3Après un bref aperçu du contexte migratoire belge du XXe siècle, présenté dans la première section, l'article esquisse, dans sa deuxième section, les grands traits de l’histoire sociale de l'immigration musulmane, du début des années 60 jusqu'à nos jours. La troisième section présente une comparaison d'ordre socioculturel entre la population originaire du Maroc et celle provenant de Turquie afin de souligner leurs différences. La quatrième section traite de la place précaire occupée par cette population sur le marché du travail. La partie conclusive du texte se présente comme une réflexion sur le lien entre l'emploi et l'intégration.

Survol d'un siècle d'immigration

  • 2 Sur l’histoire de l'immigration : A. MARTENS, 1976 ; F. DASSETTO, 1990a : 1139 ; - A. MORELLI, 199 (...)

4Au carrefour de l'Europe germanique et latine, la Belgique est depuis toujours un lieu de brassage culturel et ethnique. Les mouvements d'immigration y ont une longue histoire. L'attitude des gouvernements face à l’immigration est pragmatique au XIXe siècle : la Belgique accueille favorablement l'arrivée d'étrangers pour autant qu'ils servent ses intérêts économiques2. D'ailleurs, l'immigration ne concerne pas seulement l'arrivage d'ouvriers mais aussi l'installation en Belgique d'un nombre important d'artisans, d'entrepreneurs et de banquiers hollandais, allemands ou britanniques.

  • 3 R. LEWIN, 1997 : 17.

5Au XXe siècle, des embauches collectives d'ouvriers étrangers apparaissent en 1922. A cette époque, on retrouve, dans les mines wallonnes, des Italiens et des Allemands mais aussi des mineurs de l'Europe de l'Est et même du Maghreb. Des documents datant de 1923 attestent que 10 % des mineurs sont de nationalité étrangère3. Ne bénéficiant pas des droits sociaux reconnus aux travailleurs belges, ceux-ci s'avèrent souvent taillables et corvéables à merci. La crise économique de 1929 et la récession qui s'ensuit interrompent pour un moment l'immigration de travailleurs. A partir des années 30, la relation entre le chômage des Belges et la présence des travailleurs étrangers sera évoquée de manière récurrente dans l’opinion publique.

  • 4 R. LEWIN, 1997 : 19.

6L'arrivée de travailleurs étrangers reprend vers 1936 et la Belgique se dote progressivement d'une politique d'immigration : la présence et le travail des étrangers sur le sol belge sont désormais soumis à l'autorisation des pouvoirs publics. Pourtant, le nombre de travailleurs immigrés ne cesse de croître : selon des données de 1939, le quart des mineurs sont étrangers4. En 1946, au moment de la reconstruction, quand il faut gagner la « bataille du charbon », l’immigration organisée reprend de plus belle avec la signature, entre l'Italie et la Belgique, d'un accord pour l'importation officielle de main d'œuvre.

  • 5 A. MORELLI, 1992b : 202.

7Dix ans plus tard, suite à la catastrophe minière de Marcinelle en août 1956, qui a coûté la vie à 262 travailleurs (dont 136 Italiens), le gouvernement de Rome augmente le niveau de ses exigences en matière de sécurité du travail et de protection sociale de ses émigrés. Cet événement dramatique est considéré aujourd’hui comme le « sacrifice » qui a donné le coup d'envoi de l'intégration de l'immigration italienne à la société belge5. A la recherche de nouveaux immigrés, moins regardants que les Italiens sur les conditions de travail, les autorités concluent des accords avec d'autres pays : l'Espagne (1956), la Grèce (1957), le Maroc et la Turquie (1964), la Tunisie (1969), l'Algérie et la Yougoslavie (1970). A partir des années 60, les travailleurs attendus de l'étranger ne se destinent plus majoritairement aux charbonnages wallons mais aussi aux industries lourde et manufacturière, à la construction et au secteur des services (nettoyage) dans toutes les régions du pays.

  • 6 A. MARTENS, 1976 : 130 ; R. LEWIN, 1997 : 23.
  • 7 A. MANÇO et U. MANÇO, 1990 : 21-24.

8A partir des années 60, la justification de la présence des immigrés en Belgique connaît une modification importante. Le baby-boom du lendemain de la guerre est bel et bien terminé. La natalité des Belges enregistre une baisse sensible, surtout en Wallonie, et le vieillissement de la population s'accélère. Une population immigrée stabilisée en Belgique commence alors à intéresser les autorités non plus seulement en tant que réserve de main d'œuvre mais aussi comme réserve démographique : se reproduire devient tout aussi important que produire6. Durant la décennie 60, le gouvernement encourage le regroupement familial des immigrés. Faire face aux pénuries récurrentes de main d’œuvre peu qualifiée (bon marché, docile et peu regardante sur la qualité de la vie), puis offrir une croissance démographique d'appoint (rajeunissement de la population ; maintien de la consommation de biens et de services) sont donc les objectifs des vagues successives d'immigration organisée de l'après-guerre7.

9Le premier choc pétrolier de 1973 et la récession qui s'en est suivie entraîne l'arrêt définitif de l'immigration officielle de main d'œuvre étrangère à partir d'août 1974. Ne seront plus admis de plein droit au séjour de plus de trois mois que les étrangers provenant des pays membres du Marché Commun. A partir de cette fermeture relative des frontières (puisque le regroupement familial, l'arrivage de réfugiés politiques et d'étudiants étrangers restent possibles) surgit la question des minorités culturelles et religieuses non européennes, essentiellement musulmanes, définitivement installées. La dimension économique de l'immigration, avec notamment le chômage ou l'immigration clandestine, sera dorénavant accompagnée d'une problématique socioculturelle nouvelle pour la population musulmane : la cohabitation pluriculturelle, la discrimination sociale, la reconnaissance du culte islamique, la scolarité des enfants, l'apparition d'une population de nouveaux belges naturalisés, la participation politique, etc.

  • 8 La signature du traité de Maastricht en 1992 approfondit la citoyenneté européenne des ressortissa (...)

10L'intégration n'est qu'un mot. Parallèlement à l'augmentation de la population immigrée, les instruments de la politique belge d'importation de main d'œuvre ont opéré, tout au long du XXe siècle, une stratification du marché du travail entre les nationaux et les étrangers. Les autorisations de travail ont en permanence défini de manière restrictive le lieu, la durée et le genre d'occupations permis aux immigrés. La segmentation du marché du travail se complexifie lors de l'avènement, en 1970, de la libre circulation des travailleurs des pays membres du Marché commun. Il faut désormais distinguer les situations sociales, politiques, économiques et juridiques des nationaux, des citoyens européens et des ressortissants extracommunautaires8. A l'instar de la situation du XIXe siècle, mais codifiée sous forme de textes juridiques, la présence des travailleurs immigrés sur le sol belge dépend des intérêts du pays.

  • 9 A. MANÇO et U. MANÇO, 1993 : 197-201.

11Durant le XXe siècle, les raisons d'être économique et démographique de l'immigration se reflètent dans la perception du phénomène migratoire par la société belge. On passe, dans le courant des années 30, de l'appellation travailleurs « étrangers » à l'appellation travailleurs « immigrés » ; une présence non plus passagère mais prolongée des personnes de cette catégorie commence ainsi à être envisagée. Dès la décennie 60, alors que l'utilité démographique d'une population étrangère jeune et dynamique vient d'être découverte, il n'est plus question que d'« immigrés » ou de « familles immigrées ». Avec l'apparition de jeunes nés dans les familles immigrées, il commence à être question de la « première » génération, de la « deuxième » génération d'immigrés, etc.9

12En ce qui concerne le rapport de cette population à la société d'accueil, l'opinion publique et les milieux politiques réclament, à partir des années 30, son « adaptation », voire son « absorption-digestion » rapide dans la société belge. Dans les années 60 et 70, l'opinion publique aspire à une « acclimatation », puis à une « assimilation » progressive des immigrés. Enfin, durant la décennie 80, le terme d'« intégration » de la population immigrée ou issue de l'immigration (et née en Belgique) fait son apparition dans le vocabulaire sociopolitique du pays. Absorption, digestion, adaptation, acclimatation, assimilation, intégration... la société belge exige successivement de ses immigrés ces différents états.

13Durant l'histoire récente du pays, la définition claire et concrète de ces termes idéologiquement chargés fera souvent défaut mais l'individu immigré sera toujours présenté comme l'unique responsable de sa situation d'intégration ou d'exclusion sociale. Les obstacles structurels juridiques ou d'ordre sociétal à l'insertion et à l'épanouissement de différentes populations d'origine étrangère ne seront que rarement questionnés dans les milieux scientifiques ou politiques et, à plus forte raison, dans l'opinion publique.

  • 10 A. MORELLI, 1992c : 19-25.

14Depuis le début du XXe siècle, les comportements et attitudes xénophobes observés de la part de la population belge ont toujours visé les derniers arrivés des migrations ouvrières qui, tour à tour, ont été des Juifs d'Europe de l'Est, des Polonais, des Italiens, des Espagnols et des Portugais, des Grecs et des Yougoslaves et enfin des Maghrébins et des Turcs. Alors que les premiers arrivés entamaient une amélioration progressive de leur insertion sociale et de leur niveau de vie, la capacité des derniers arrivés à s'intégrer et l'inadaptation de leurs mœurs « bizarres » ont invariablement suscité les mêmes questions inquiètes10. La Belgique a commémoré à juste titre la longue présence d'émigrés italiens sur son sol et les dures conditions de vie qui ont été les leurs mais la présence de populations musulmanes d'origine immigrée continue à susciter encore de nombreuses controverses et incompréhensions tant dans la classe politique que dans l’opinion publique belges.

La formation de la présence musulmane en Belgique

15En réponse aux préoccupations démographiques des gouvernements de la décennie 60, les accords d'importation de travailleurs signés avec les pays du Maghreb et la Turquie confèrent d'emblée un caractère familial à ces flux migratoires. En effet, ils prévoient l'octroi, par l'État belge, d'un logement convenable à chaque migrant et la possibilité de faire venir son épouse et ses enfants à bref délai. Les groupes marocain et turc connaissent dès lors un accroissement remarquable de leurs effectifs. Malgré l'arrêt officiel de l’immigration en 1974, les populations concernées n'ont cessé de croître sous l'effet des naissances, du regroupement familial et, secondairement, des réfugiés politiques. En 1998, vivaient en Belgique 132.831 personnes de nationalité marocaine et 73.818 personnes de nationalité turque. Depuis 1970, les effectifs respectifs des populations marocaine et turque ont été multiplié par 3,5 chacun. Le nombre de ressortissants algériens vivant en Belgique était, en 1998, de 8.878 et celui des ressortissants tunisiens se chiffrait à 4.655. Ces quatre principales nationalités de l'immigration musulmane sont suivies, en ordre décroissant, par les Albanais, les Pakistanais, les Iraniens, les musulmans de l'ex-Yougoslavie, les Libanais et les musulmans d'Afrique noire.

  • 11 Les données présentées dans cet article concernent des personnes de nationalité étrangère. Mais pr (...)

16Le graphique 1 illustre l'évolution de la population étrangère depuis 1947. Son effectif a été multiplié par 2,5 en un demi-siècle en passant de 367.600 à 903.100 unités (8,9 % de la population belge). Durant la période considérée, les pays limitrophes (France, Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni) et l'Italie ont fourni à la Belgique la majeure partie de ses immigrés. Mais la somme de leurs parts relatives diminue tendanciellement depuis plusieurs décennies. Encore inexistante en 1961, la part représentée par l'immigration en provenance du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) et de la Turquie croît, par contre, jusqu'en 1991, pour atteindre 27 % (244.900 personnes) de la population étrangère. Mais leur part décroît désormais dans la population étrangère (220.200 personnes en 1998, soit 24,4 % des étrangers), ce qui est probablement dû à l'augmentation rapide des naturalisations11.

GRAPHIQUE 1 : Population de nationalité étrangère en chiffres absolus répartie selon l'origine (source : INS).

GRAPHIQUE 1 : Population de nationalité étrangère en chiffres absolus répartie selon l'origine (source : INS).

17Attardons-nous maintenant aux grandes lignes de l'histoire de l'immigration musulmane en Belgique du début des années 60, à partir de la signature des accords d’importation de main d’œuvre avec le Maroc et la Turquie, jusqu'à l'aube du XXIe siècle :

  • 12 Sur la perception de l'islam immigré par la société belge : F. DASSETTO, 1990b : 179-208 ; S. ALLI (...)

181964-1974. La formation démographique et sociologique de la population musulmane de Belgique commence par l’arrivée d'hommes adultes qui vont être employés dans l'industrie et dans les travaux publics. Ces pionniers sont aujourd'hui arrivés à l'âge de la retraite. Durant la première décennie de l'immigration musulmane en Belgique, la présence de l'islam est timide. Elle se résume à l'ouverture de quelques salles de prière dans des locaux industriels ou commerciaux désaffectés. La pratique religieuse est confinée à l'espace privé : elle passe inaperçue dans l'opinion publique12.

  • 13 Sur la désintégration du monde rural et la pression démographique en tant que causes de l'émigrati (...)

19Les premiers arrivés sont fréquemment originaires des régions urbanisées de leur pays et possèdent un niveau de scolarité modeste mais encore souvent valable pour l'époque. Parmi ceux-ci, les Maghrébins maîtrisent au moins oralement le français. Par la suite, les régions d'origine des Turcs et des Maghrébins se ruralisent progressivement : beaucoup de migrants, provenant des régions reculées et déshéritées de leur pays, sont analphabètes. Les arrivages de ruraux correspondent à une phase de mécanisation de l'agriculture qui pousse à l'exil un grand nombre de paysans sans terre13.

20Issu initialement des villes marocaines de la côte méditerranéenne (Tanger, Tetouan, Al-Hoceima), le flux migratoire marocain provient, en fin de compte, majoritairement de la campagne septentrionale du pays (Nador, Oujda, Taza). Bon nombre de Marocains de Belgique ont ainsi une origine rurale et/ou berbère. L'immigration marocaine étant plus récente en Flandre qu'en Wallonie ou à Bruxelles, sa coloration rurale et berbère y est également plus perceptible. Dans le cas des Turcs, avant 1970, la majorité des émigrés sont originaires de villes situées sur la bande côtière de l'Anatolie occidentale. L'émigration en provenance de régions continentales ne prend de l'ampleur qu'après cette date : aujourd'hui, la majorité des familles turques de Belgique sont originaires des provinces de l'Anatolie centrale (Afyon et son arrondissement d'Emirdag, Kütahya, Konya) ou de l'extrême nord-est du pays (Kars, Agri).

211974-1984. Ainsi que prévu par les accords bilatéraux, signés entre la Belgique et les pays d'émigration, les travailleurs expatriés font venir leur épouse et leurs enfants. L’immigration sous forme de regroupement familial atteint son sommet historique vers 1974. La première visibilisation de l'islam commence à l'arrivée des familles, avec la formation des quartiers immigrés musulmans. Elle se produit par l'apparition des associations de mosquée (qui sont des a.s.b.l. conformes à la législation) et des cours de Coran.

22Cette deuxième décennie de la présence musulmane est également celle des années de récession économique. Contrairement à son homologue italienne, par exemple, l'immigration musulmane ne bénéficie que d'une seule décennie de plein emploi. Dès la fin des années 70, elle rencontre le chômage et la précarité. En cette période de crise, une certaine hostilité de l'opinion autochtone ne tarde pas à se faire sentir à l'encontre des immigrés musulmans et de l'islam.

23Avec l'arrivée des enfants, la « seconde » génération, apparaissent les problèmes sanitaires et de scolarité, ainsi que l'inquiétude des parents liée à la transmission de la culture d'origine. Seuls, les hommes n'avaient pratiquement de relations qu'avec la sphère économique de la société d'immigration. Avec l'arrivée de leur famille, ils ont davantage de contacts avec les institutions administratives et scolaires. Les enfants de migrants, qui sont arrivés en Belgique en bas âge ou qui y sont nés, passent les premières années de leur existence dans un univers dichotomique. Ils se trouvent tiraillés entre une vie familiale, teintée de traditions rurales, où l'idée d'un retour au pays continue à alimenter les esprits, et la société d'accueil, inconnue, souvent crainte mais fascinante, où l'exclusion commence à s'installer au quotidien. Bon nombre de ces enfants assistent régulièrement au dénigrement et à l'humiliation de leurs parents analphabètes, parfois physiquement diminués suite à des conditions de travail difficiles.

241984-1994. La prise de conscience par une majorité de musulmans de leur installation définitive et l'affirmation collective d'une présence religieuse conduit à une visibilité croissante de l'islam et des musulmans dans la seconde moitié de la décennie 80 : organisation de pèlerinages vers La Mecque, boucheries (viande hallal) et librairies islamiques, émissions religieuses sur les ondes de radios privées, rassemblements publics, conférences d'hommes de religion venus de l'étranger, apparition du foulard islamique dans les rues et à l'école.

25La mosquée et le café deviennent des lieux où les hommes de la première génération se réfugient pour échapper à un environnement autochtone, jugé excluant et matérialiste, et pour fuir une perte d'autorité, dont les causes sont le chômage, l'incapacité physique et linguistique, la scolarisation des enfants et l'émancipation féminine. Les pères sont suivis par leurs gendres, souvent venus du pays d'émigration et souffrant d'une socialisation insuffisante à la société belge. Dans un certain nombre de cas, et surtout dans la population turque, l'islam des gendres est plus radical que celui de leur beau-père et il est lié à l'évolution de la vie politique du pays d'origine. Par contre, les femmes et les jeunes nés et socialisés en Belgique, fréquentent rarement les mosquées.

  • 14 U. MANÇO, 1995 : 115-125.

26La troisième décennie couvre aussi les années de jeunesse de la « seconde » génération, qui mobilise beaucoup d'énergie pour la construction d'identités voulues comme valorisantes. La délinquance liée à la consommation de stupéfiants, les « émeutes » récurrentes dans des quartiers populaires, la contreculture tag et rap, et l'émergence des pratiques et du discours religieux sont les plus médiatisés des phénomènes sociaux qui en sont les fruits14. La découverte de la présence musulmane est perçue comme menaçante par beaucoup d'autochtones.

27Au-delà des faits délictueux répercutés dans une certaine presse (qui passe souvent sous silence le harcèlement policier et l'acharnement judiciaire dont cette jeunesse est victime) ou des pratiques islamiques incomprises par l'opinion publique, la seconde génération cherche à être reconnue. Certains cadets savent tirer les leçons de l'histoire de leurs parents et des échecs de leurs aînés. C'est ainsi que la situation scolaire de la population d'origine maghrébine tend à s'améliorer. L'accès à l'enseignement supérieur n'est plus un phénomène rarissime, ce qui contraste avec la non qualification de la grande majorité des aînés de la seconde génération.

281994-2004. La quatrième décennie de la présence musulmane en Belgique coïncide avec une complexification structurelle. Des changements importants sont perceptibles : (1) dans la structure démographique de la population musulmane ; (2) dans ses modes de participation sociopolitique ; (3) dans ses pratiques et identités religieuses ; (4) et dans ses qualifications professionnelles.

29La population musulmane présente désormais une configuration démographique complète, avec des personnes âgées (la première génération), des adultes actifs (la seconde génération) et une troisième génération en bas âge. Durant les trois premières décennies de sa présence en Belgique, on pouvait observer une majorité d'hommes dans la population musulmane. Mais la parité numérique entre les sexes est aujourd'hui atteinte (surtout dans le cas turc).

  • 15 Au sujet des associations voir : K. PAUWELS et L. DECHAMPS, 1993 ; U. MANÇO, 1997 : 143-158 ; A. S (...)

30Du point de vue sociopolitique, les populations musulmanes commencent aussi à connaître un certain degré de complexité avec la constitution de réseaux associatifs locaux, nationaux, voire transnationaux à travers les communautés d'une même origine installées dans différents pays de l'Union européenne. Ces ensembles associatifs sont de nature culturelle, religieuse, politique ou même sportive. Les réseaux associatifs sont particulièrement développés dans le cas de l'immigration originaire de Turquie15. Aussi embryonnaires soient-elles, les institutions résultant du processus de reconnaissance du culte islamique par la Belgique et le développement des médias, tant écrits qu'audiovisuels, contribuent également à la constitution d'une structure sociale complexe des musulmans. Il en va de même de l'apparition, depuis la moitié des années 90, de mandataires publics musulmans d'origine immigrée. Participant à la vie publique, dans le cadre des partis belges ou par des voies associatives et professionnelles, une couche élitaire aux appartenances culturelles et idéologiques plurielles se forme depuis peu.

31Dans son ensemble la deuxième génération a la particularité d'être mieux formée et de mieux maîtriser les langues nationales. En conséquence, elle est aussi plus politisée et revendicatrice. Le rapport à la religion se modifie également : de plus en plus de mosquées se dotent de salles réservées à des activités religieuses et sociales réclamées par les femmes et tentent d'organiser des activités pour les jeunes (cours de langue et d'informatique, école de devoir, prévention contre la délinquance et les drogues, activités sportives). L'islam des fils et des filles s'exprime à travers de nouvelles associations militantes et modernistes, moins liées aux mosquées ou aux appartenances ethniques. S’organisant surtout dans la communauté maghrébine, elles recrutent sur base d'adhésion volontaire et ont du succès auprès des jeunes femmes et des étudiant(e)s. Par ce biais, ces jeunes tentent de s’émanciper de l'expression traditionaliste et peu instruite, et des pratiques magico-religieuses de l'islam populaire de leurs parents.

  • 16 Sur l'entreprise ethnique : I. VANHOREN et S. BRAKE, 1992 ; A. MANÇO, 1994a : 24-33 ; A. MANÇO et (...)

32Enfin, jusqu'aux années 90, les membres actifs de la population musulmane étaient (quasi) exclusivement ouvriers non qualifiés. Depuis, la stratification socioprofessionnelle des groupes musulmans s'est diversifiée. Toujours encore majoritairement ouvriers, les membres actifs de l'immigration musulmane commencent lentement à être présents parmi les employés et les fonctionnaires, dans le travail social, dans les professions libérales et scientifiques, ainsi que dans les milieux commerciaux16. Cette évolution est plus rapide et profonde dans le cas des Marocains de Belgique.

33Traits communs : concentration et jeunesse. Deux aspects structurels ont toujours caractérisé la population musulmane quelles que soient ses origines nationales : l'un est d'ordre géographique et l'autre démographique. Il est opportun de les souligner dans une approche générale de la présence musulmane en Belgique.

  • 17 Par ordre décroissant : Anvers, Bruxelles-ville, Molenbeek, Schaerbeek, Anderlecht, Saint-Gilles, (...)
  • 18 Par ordre décroissant : Schaerbeek, Gand, Anvers, Charleroi, Genk, Saint-Josse, Beringen, Heusden- (...)

34Plutôt que de parler de la répartition géographique de la population musulmane, il serait plus juste de souligner sa concentration. Selon les données démographiques de TINS pour l'année 1996, 68 % de la population de nationalité marocaine vivaient sur le territoire de dix communes seulement (dont sept bruxelloises)17 où ils représentaient en moyenne 34 % de la population de nationalité étrangère. La « visibilité » des Marocains, et plus largement des Maghrébins, en tant que groupe ethnique est considérable tant à Bruxelles qu'à Anvers. D'après la même source, les dix communes abritant les plus fortes populations de nationalité turque accueillaient 60 % des ressortissants de cette origine18. En moyenne, dans ces dix communes, les Turcs constituaient 18 % de la population étrangère.

GRAPHIQUE 2 : Répartition régionale de la population de nationalité turque, de nationalités maghrébines et d'autres nationalités étrangères (source : INS, 1998).

GRAPHIQUE 2 : Répartition régionale de la population de nationalité turque, de nationalités maghrébines et d'autres nationalités étrangères (source : INS, 1998).
  • 19 La plus ancienne immigration musulmane en Belgique est celle qui provient d'Algérie (sa présence r (...)

35Le graphique 2 compare la distribution régionale des quatre principales nationalités musulmanes à celle des étrangers d'autres nationalités. La moitié des Maghrébins (Marocains, Algériens et Tunisiens) se concentrent, comme on l'a vu, dans la région bruxelloise. Dans le cas des Turcs, c'est en Flandre qu'ils sont installés pour une moitié d'entre eux. Cette distribution géographique flamande et bruxelloise témoigne de l'aspect tardif de l'immigration musulmane, puisque 43 % de l'effectif des autres nationalités étrangères, dont une écrasante majorité sont arrivés avant les musulmans, vivent en Wallonie19.

  • 20 Sur la concentration et les quartiers immigrés : C. KESTELOOT, 1990 : 158-158-178 ; J.-P. GRIMMEAU (...)

36A l'intérieur de chaque région, la population musulmane est regroupée dans les communes populaires (comme en Région bruxelloise et dans l'agglomération anversoise) et dans des localités industrielles ou anciennement minières20. En Wallonie, la quasi totalité des Maghrébins et des Turcs vivent au Hainaut (Charleroi, La Louvière, Mons) et à Liège. En Flandre, les Turcs se concentrent au Limbourg, à Gand et à Anvers. La province d'Anvers compte la majorité des Maghrébins de Flandre.

GRAPHIQUE 3 : Répartition en classes d'âge de la population de nationalité belge et de nationalité marocaine, turque, algérienne et tunisienne (source : INS, 1998).

GRAPHIQUE 3 : Répartition en classes d'âge de la population de nationalité belge et de nationalité marocaine, turque, algérienne et tunisienne (source : INS, 1998).

37La structure démographique de la population formée par les quatre principales nationalités musulmanes est particulièrement jeune. Le graphique 3 compare la répartition en classes d'âge des personnes de nationalité belge à celle des ressortissants marocains, turcs, algériens et tunisiens. Plus du tiers (35 %) des principales nationalités musulmanes vivant en Belgique ont moins de dix-huit ans. La même catégorie d'enfants en bas âge et de jeunes soumis à l'obligation scolaire représente à peine plus d'un cinquième (21,4 %) de la population de nationalité belge.

38La moitié des ressortissants de nationalités marocaine et turque ont en fait, selon les données de 1998, 24 ans et moins. D'après leur âge médian, les deux autres populations maghrébines de plus petite taille sont relativement plus vieilles : la moitié des Algériens et Tunisiens de Belgique ont 34 ans et moins. Inversement, il y a six fois plus de personnes âgées de 65 ans et plus dans la population de nationalité belge (17,2 %) que dans la population formée par les quatre principales nationalités musulmanes (2,7 %). La population musulmane joue toujours le rôle de soutien démographique que la classe politique des années 60 lui avait assigné.

Turcs et Marocains : différentes voies de l'intégration

39En Belgique, comme ailleurs en Europe, l'immigration musulmane fait face à une situation de discrimination et à de graves difficultés d'insertion sociale et économique (voir la section suivante). Ses jeunes sont encore régulièrement confrontés à l'échec scolaire et se trouvent souvent relégués dans les filières dévalorisées de l'enseignement professionnel. Partout en Europe, le taux de chômage des travailleurs originaires de pays musulmans dépasse largement celui des autochtones. Mais, au-delà des ressemblances qui peuvent parfois les distinguer des groupes d'immigrants européens plus anciens, ces populations extra-communautaires, d'une même confession, sont porteuses d'histoires différentes. Après trente-cinq ans de cohabitation dans les quartiers populaires, les principales composantes de la population musulmane de Belgique, les groupes marocain et turc, ne se fréquentent que rarement.

40L’identité diasporique turque et le modèle maghrébin. En comparaison de la migration originaire du Maroc, l'émigration turque est encore plus marquée par son aspect tardif, par ses origines rurales, par son caractère familial, par la préservation de sa langue d'origine, par la faiblesse de ses qualifications économiques et par la mise en place d'organisations communautaires. La persistance des traditions ethnico-familiales (par exemple, le mariage des jeunes avec un conjoint issu du village d'origine des parents) et la faiblesse largement partagée du niveau de connaissance de la langue de la région d'installation, ainsi que le regroupement dans des quartiers à structuration ethnique (réseaux d'entraide, commerces, cafés, associations, mosquées...) sont des faits qui indiquent, dans le cas des Turcs, l'existence d'un repli sur soi ou du développement d'appartenances et de liens communautaires relativement plus forts que chez les autres populations musulmanes.

41La population immigrée originaire de Turquie vient d'un pays qui présente, malgré ses nombreuses et importantes minorités ethniques ou religieuses, une certaine homogénéité linguistique. Les Marocains de Belgique se répartissent, quant à eux, en un ensemble de dialectes régionaux berbères ou arabes. En outre, un certain passé colonial rapproche les Maghrébins de l'Europe francophone, alors que les Turcs n'ont jamais connu de domination étrangère. Le rapport des jeunes turcs et marocains à leur langue d'origine est très différent : les Turcs de la seconde génération éprouvent peu de difficultés à comprendre la presse (écrite et audiovisuelle) de leur pays d'origine : le turc s'écrit avec l'alphabet latin et ne connaît pas de dichotomie entre un parler populaire et la langue savante, qui oppose les dialectes arabes à l'arabe classique.

42Il existe également une différence sensible dans les projets d'intégration auxquels les deux groupes se réfèrent. Quelles que soient les politiques d'immigration en vigueur et la philosophie dominante de l'intégration, dans tous les pays européens où ils se sont établis, les Turcs semblent développer une logique communautaire qui ressemble par certains de ses aspects au modèle d'intégration anglo-saxon des minorités. Les Turcs d'Europe tissent une identité diasporique transfrontalière. Il s'agit de développer des liens à l'aide de fédérations associatives et d'échanges nourris avec le pays d’origine. Dans le même temps, les ressortissants turcs sont encouragés, par un encadrement diplomatique, confessionnel et médiatique omniprésent, à la constitution d'un pouvoir économique turc en Europe (lancement de commerces, diplômes d'études supérieures, création de chambres de commerce ou d'associations d'entrepreneurs, etc.). A terme, l'objectif est le développement d'une élite économique capable de jouer un rôle de lobby dans les relations entre la Turquie et l'Union européenne.

  • 21 L'émigration maghrébine est installée en Europe francophone pour les sept-dixièmes de ses effectif (...)

43En revanche, la plupart des ressortissants marocains (ou des Maghrébins) vivant en Europe semblent s'adapter au modèle français ou jacobin d'assimilation individuelle. Quel que soit le pays où ils résident21, il existe une intensité particulière dans les relations entre le groupe marocain et la société d’accueil. Même s'il est souvent laborieux et douloureux, le processus d'intégration des familles marocaines est plus rapide que celui des familles turques dans un certain nombre de domaines : la réussite scolaire, l'accès aux métiers qualifiés, les mariages dits mixtes, la participation à la vie culturelle, associative et politique du pays d'immigration.

  • 22 Au sujet des familles immigrées musulmanes : N. BEN SALAH, 1994 et 1996 : 183-193 ; E. LODEWIJCKX, (...)

44Composition des ménages22 turcs et marocains. Les pratiques matrimoniales et la composition des ménages sont également des faits structurels qui différencient les deux principaux groupes nationaux de la population musulmane de Belgique.

45Le mariage est une règle intangible chez les Turcs et il est précoce pour les deux sexes : sur les 42.800 personnes de nationalité turque âgées de dix-huit ans et plus, 87,4 % sont mariées, contre 73,4 % des Marocains de la même catégorie d'âge, et 60,3 % des Belges (INS, 1998). La majorité des mariages turcs se conclut dans le pays d'origine et souvent avec un membre de la famille élargie. Par ce biais, l'immigration turque perpétue plus que toute autre l'arrivée de nouveaux migrants. Il arrive régulièrement que les parents, les fils et les belles-filles, et les petits-enfants cohabitent dans le même immeuble. Le modèle traditionnel patrilocal est encore bien ancré dans les pratiques des Turcs même s'il lui arrive de donner des signes d'essoufflement : les mariages arrangés (ce qui ne veut pas dire nécessairement « forcés ») avec des collatéraux arrivant du village d'origine des parents conduisent parfois rapidement à un divorce.

46Si le mariage est également la norme dans le cas marocain, son âge est plus élevé que chez les Turcs. Des hommes et des femmes de vingt à trente ans encore célibataires ne sont pas rares. Par rapport aux Turcs, il semble que le choix du (de la) partenaire s'effectue moins souvent dans le pays d'origine. De même que la cohabitation entre trois générations est sensiblement moins fréquente que chez les Turcs. Contrairement aux Turcs, il est possible de trouver des Marocains isolés à tout âge : selon les données de l’INS, en 1998, il y avait 88 femmes (de dix-huit ans et plus) pour 100 hommes de nationalité marocaine. La même année, ce ratio était de 99 femmes pour 100 hommes chez les Turcs.

  • 23 Nombre de ménages selon la nationalité de la personne de référence dans le recensement de 1991 : b (...)

47Le graphique 4, qui se base sur les résultats du recensement de 1991, met en évidence le caractère bi-modal des ménages marocains. Les ménages dont la personne de référence est de nationalité marocaine ou turque comprennent en moyenne quatre membres. C'est une grande différence par rapport à la taille moyenne des ménages ayant une personne de référence de nationalité belge, qui est de 2,523. Mais la majeure partie des ménages turcs sont de grande taille, alors que chez les Marocains il y a pratiquement autant de petits ménages que de grands. Plus du quart (27 %) des ménages marocains sont en fait composés par des personnes isolées (étudiants, célibataires, divorcés, veufs, migrants n'ayant jamais fait venir leur famille), c'est-à-dire presque autant que les ménages d'isolés belges (28 %), contre 15 % de ménages turcs dans ce même cas.

GRAPHIQUE 4 : Répartition des ménages en % selon la taille et la nationalité de la personne de référence (source : recensement, 1991).

GRAPHIQUE 4 : Répartition des ménages en % selon la taille et la nationalité de la personne de référence (source : recensement, 1991).

La place de la population musulmane sur le marché du travail

48A partir de 1973, la Belgique fut entraînée dans une crise économique et budgétaire durable, couplée à une transformation profonde des technologies qui ont révolutionné les procédés de production industrielle et le travail de bureau. Durant les dernières décennies, la conjugaison de la crise économique et de l'évolution technologique ont donné lieu au développement d'un chômage structurel de masse : le nombre de demandeurs d'emploi (indemnisés ou non) est passé de 141.300 personnes, en 1970 à 1.013.700 en 1990 ; en 1998, il y avait 994.000 demandeurs d'emploi.

49Nous assistons, en Belgique comme partout en Europe, à l'effritement et au fractionnement du marché de l'emploi. Ce phénomène affecte les capacités de socialisation et d'insertion des catégories d'individus les plus fragiles en les éloignant du monde du travail. Dans un système où le revenu professionnel et la protection sociale sont étroitement liés au contrat d'emploi, le rapport au travail constitue la clé majeure de l'intégration ou de l'exclusion sociale. D'une manière générale, les inégalités sociales se creusent à nouveau dans les pays de l’Europe occidentale depuis un quart de siècle, après avoir connu une érosion durant les trois décennies de croissance qui s'étaient succédées dans l'après-guerre.

50Depuis les années 80, on a pu observer en Europe occidentale un durcissement des conditions d'accès au travail et la prolifération de formes atypiques d'emploi qui, pour les couches les plus précarisées, ont aujourd'hui achevé de détrôner la norme de la société salariale que fut le contrat d'emploi à temps plein et à durée indéterminée. Actuellement, les contrats à durée déterminée, les emplois à temps partiel, les postes intérimaires, le travail non déclaré (et donc sans protection sociale), les salaires payés à la pièce, les emplois subventionnés par les pouvoirs publics, les stages d'insertion pour jeunes, les pauses-carrières avec embauche temporaire compensatoire ou le travail indépendant de sous-traitance (travail salarié caché) sont devenus des formes de travail ou des statuts d'embauche courants.

51La distribution de ces emplois de substitution est loin d'être égale selon les sexes, les niveaux de diplôme et l'appartenance nationale ou ethnique. Par ailleurs, les travailleurs d'aujourd'hui doivent bénéficier de plus de qualification et d'adaptabilité au changement pour pouvoir être « employables » dans la « nouvelle économie ». Le reflux irréversible de l'emploi industriel peu qualifié est largement consommé. Parallèlement à ce mouvement, le nombre d'emplois offerts dans les services croît en permanence. D'une manière générale, l'offre de travail peu qualifié tend à disparaître des marchés officiels d’emploi, sauf si les pouvoirs publics subventionnent de telles offres. Quand des postes de basse qualification arrivent encore à être créés, c'est surtout sous la forme d'emplois à statut atypique.

  • 24 Signalons certains travaux réalisés dans les années 90 sur les travailleurs d'origine étrangère : (...)
  • 25 D'après le recensement de 1991, le taux d'activité des femmes de nationalité belge (de 15 à 59 ans (...)

52Une situation désavantageuse et précaire. Alors que dans les années 70 elle était presque totalement composée d'hommes non qualifiés travaillant dans l'industrie lourde ou l'extraction minière, aujourd'hui la population active issue de l'immigration musulmane s'est sectoriellement diversifiée, même si les musulmans continuent à occuper majoritairement des postes d'exécution subalternes24. Contrairement à la grande majorité de leurs mères, beaucoup de jeunes femmes issues de l'immigration musulmane cherchent aujourd'hui à travailler. Le taux d'activité féminin semble augmenter lentement d'année en année au sein de la population musulmane25.

53Le tableau 1 présente la répartition des actifs occupés, par sexe et par nationalité, dans les quatre principaux secteurs d'activité économique. La répartition des hommes par secteurs indique une nette disparité entre les travailleurs de nationalité belge et les travailleurs turcs. La majorité des Belges (60 %) sont employés dans les services marchands et non marchands. A l'inverse, la majorité des Turcs (68,2 %) travaillent dans l'industrie et dans la construction. Les travailleurs marocains présentent une configuration intermédiaire.

TABLEAU 1 : Actifs occupés par secteurs d'activités par nationalité, en % du total (source : recensement, 1991).

HOMMES

Belges

Marocains

Turcs

Branches d'activité économique

en % du total

en % du total

en % du total

Services non marchands

27,3

7,6

6,3

Services marchands

32,8

38,1

25,5

Industrie

26,5

38,4

44,5

Construct° (+ agricult. et extract°)

13,4

15,9

23,7

Total en nombre absolu

1.801.682

12.380

8.259

FEMMES

Belges

Marocaines

Turques

Branches d'activité économique

en % du total

en % du total

en % du total

Services non marchands

46,8

33,3

16,6

Services marchands

36,2

49,8

56,2

Industrie

13,8

15,0

24,4

Construct° (+ agricult. et extract°)

3,2

1,9

2,8

Total en nombre absolu

1.215.242

3.316

2.171

54Notons qu'avec 38,1 %, la part d'actifs marocains employés dans le services marchands est plus élevée que celle des Belges. Cette situation est probablement due à la concentration marocaine dans les principaux bastions du secteur tertiaire : Bruxelles et Anvers. Près de la moitié des femmes belges travaillent dans les services non marchands (notamment dans l'administration publique). Par contre, les travailleuses musulmanes sont surtout présentes dans les services marchands : 56,2 % pour les Turques et 49,8 % pour les Marocaines.

55Quel que soit le sexe, il est possible d’observer des différences parmi les travailleurs musulmans. Les Turcs sont plus présents dans l'industrie et la construction. En revanche, la part des Marocains embauchés dans les deux secteurs de services est, au total, plus grande que celle des Turcs. Mais ces données ne concernent qu’une répartition purement quantitative des travailleurs. Au-delà de telles différences et dans tous les secteurs d'activités, les Turcs et les Marocains occupent le plus souvent le statut d'ouvrier, même dans les deux secteurs de services. En effet, selon les données du recensement de 1991, parmi les actifs occupés de nationalité marocaine et turque, les ouvriers sont ostensiblement majoritaires tant chez les hommes que chez les femmes (graphique 5).

  • 26 Hommes : Belges (2.020.383) ; Marocains (17.093) ; Turcs (10.467). Femmes : Belges (1.383.868) ; M (...)

GRAPHIQUE 5 : Répartition des statuts professionnels en % de la population active occupée par nationalité26 (source : recensement, 1991).

GRAPHIQUE 5 : Répartition des statuts professionnels en % de la population active occupée par nationalité26 (source : recensement, 1991).

56La précarité de la population active issue de l'immigration musulmane est liée à la prépondérance en son sein de la catégorie des travailleurs manuels. Selon les données du recensement de 1991, le taux de chômage était de 7,6 % dans la population en âge de travailler de nationalité belge (total des hommes de 15 à 64 ans et des femmes de 15 à 59). Il montait respectivement à 20,2 % et à 22,7 % dans la population en âge de travailler des nationalités marocaine et turque. Depuis le dernier recensement, la réalité décrite par ces chiffres ne semble pas avoir connu de profondes modifications. Au contraire, nous constatons que les chances d'accéder à un emploi ne se sont pas améliorées pour le groupe social étudié.

  • 27 Des publications attestent l'existence d'une discrimination à l'embauche : M. NYS et M.-N. BEAUCHE (...)

57Un certain nombre de facteurs expliquent le chômage massif que l'on observe dans la population active étrangère, surtout de nationalité marocaine et turque : (1) le déclin des secteurs anciens et lourds de l'industrie qui offraient, jusqu'aux débuts des années 80, énormément d'emplois non qualifiés ; (2) le manque de formation scolaire et de qualification professionnelle de ces travailleurs ; (3) la faiblesse des capacités linguistiques, dans un pays où le bilinguisme français-néerlandais est souvent exigé ; (4) la pauvreté du capital social des familles immigrées, qui ne disposent pas toujours de réseaux de connaissances ou d'amis « bien placés » et « bien informés », pouvant faciliter l'accès à un emploi ; (5) la discrimination à l’embauche27, pratiquée par un nombre malheureusement trop grand d'employeurs, qui défavorise nettement les travailleurs d'origine étrangère, même diplômés et naturalisés belges.

58Le graphique 6 compare les taux de chômage suivant le niveau de diplôme des demandeurs d'emploi et selon leur nationalité. Quel est le niveau du chômage observé selon le niveau de scolarité dans les groupes nationaux étudiés ? S'il n'existait pas de potentiel de discrimination à l'embauche, les taux pour un même niveau d'études seraient comparables quelle que soit la nationalité considérée. Or, indépendamment du niveau de scolarité, le taux de chômage des ressortissants marocains et turcs des deux sexes est de loin plus important que ceux des travailleurs belges. L'écart entre les taux de chômage des travailleurs marocains et turcs, et ceux des travailleurs autochtones ne se réduit pas même si le niveau de diplôme augmente. Cet écart est encore plus grand chez les femmes, surtout dans le cas des travailleuses de nationalité turque.

59Déjà déstabilisés par le chômage ou l'incapacité physique des pères (travailleurs de la première génération) consécutive aux accidents de travail ou aux conditions de labeur qu'ils ont connues dans les mines ou l'industrie lourde, les jeunes des familles musulmanes, mêmes diplômés et naturalisés, paient actuellement un lourd tribut à l'exclusion sociale. En plus de leur origine étrangère, la majorité des travailleurs musulmans accumulent certaines caractéristiques « stigmatisantes » sur le marché du travail. Ils peuvent être à la fois jeunes, peu diplômés, chômeurs de longue durée, résidants de quartiers populaires et non bénéficiaires d'allocations de chômage.

  • 28 Niveaux de diplôme : SD : sans diplôme ; P : études primaires ; SI : ét. secondaires inférieures g (...)

GRAPHIQUE 6 : Demandeurs d'emploi masculins et féminins (en %) selon le niveau de diplôme28 et par nationalité (recensement, 1991).

GRAPHIQUE 6 : Demandeurs d'emploi masculins et féminins (en %) selon le niveau de diplôme28 et par nationalité (recensement, 1991).

Conclusion : l'intégration, c'est d'abord un emploi

60Quelles que soient les différences socioculturelles et démographiques de ses composantes ethno-nationales, la population musulmane est une catégorie sociale particulièrement vulnérable à l'exclusion sociale et économique. La population immigrée dans son ensemble, mais plus spécifiquement sa fraction musulmane, a perdu depuis la fin des années 70 sa légitimité historique. Venus, dès les années 60, de milliers de kilomètres pour contribuer au redressement et à la croissance des pays européens, les immigrés musulmans sont aujourd'hui mal aimés et stigmatisés. L'image de travailleur docile, courageux et honnête que véhiculait le travailleur maghrébin ou turc s'est complètement évanouie. Les musulmans sont aujourd'hui considérés par une partie de l'opinion publique belge et européenne comme une catégorie sociale génératrice de problèmes : l'évocation de la population musulmane renvoie plutôt à celle d'une jeunesse marginale et délinquante.

61Le passage des golden sixties aux années de crise économique coïncide, en Belgique, avec l'arrivée de la dernière vague d'immigration massive de travailleurs et de leurs familles, celle qui provient des pays musulmans. Ces travailleurs appartiennent encore essentiellement aux catégories professionnelles peu qualifiées. Aujourd'hui, ils sont souvent employés dans de mauvaises conditions de travail et de salaire, dans les secteurs les plus sensibles à la récession économique, aux variations conjoncturelles et saisonnières. Ces travailleurs sont également sujets à une nette discrimination à l’embauche par rapport aux nationaux ou aux européens de qualification comparable. En conséquence, le taux de chômage observé chez les travailleurs musulmans est aujourd'hui largement supérieur à la moyenne nationale.

62L'effet combiné de la discrimination ethnique et de la flexibilité accrue du marché du travail approfondit la marginalité de la population musulmane. L'état d'exclusion semble encourager à son tour le développement d'activités économiques informelles. N'ayant plus les moyens de s'insérer dans la vie de la société « d'accueil » par les voies légales ou ordinaires, certains privilégient des voies informelles ou marginales afin de s'assurer un avenir et des revenus. S’il est possible de citer les aspects humains positifs du développement des solidarités communautaires parmi les musulmans de Belgique faisant face à une crise de l'emploi, il est absolument nécessaire de souligner les risques d'aggravation que cela comporte en ce qui concerne la normalisation de la marginalité et la ségrégation ethnique.

63Or l'insertion professionnelle des musulmans des deux sexes semble avoir un poids considérable dans la construction de leurs rapports à la société d'accueil. La possession d'un emploi stable et valorisant assume une fonction irremplaçable dans l'acquisition d'une conscience de soi positive. Par le statut social qu'il instaure, l'expérience de vie qu'il génère, les contacts et les rencontres qu'il permet, et les revenus qu'il procure, l'emploi demeure encore un mode de socialisation ou un lien social primordial dans notre société.

  • 29 Une enquête française démontre que les préjugés négatifs et les comportements racistes envers les (...)

64Dans le cas des travailleurs d'origine musulmane, l'emploi donne les moyens de décoder efficacement la réalité de la société d'immigration. Il permet d'opérationnaliser avantageusement une double appartenance culturelle. Il rend possible, enfin, une prise de distance à l'égard de l'altérité négative qui leur est assignée par le monde du travail29 et, plus généralement, par la société d'accueil. Sans travail, les travailleurs musulmans n'auront pas les moyens d'établir des contacts fructueux avec la société environnante ni de combattre les préjugés et les peurs irrationnelles dont ils sont l'objet. Pourtant, la dégradation continue des structures du marché de l'emploi affaiblit les cadres traditionnels de la socialisation par le travail. La crise de l'emploi suscite ainsi de nouvelles inégalités bien plus profondes qu’une seule différence de richesse matérielle entre ceux qui ont un travail stable et ceux qui ne peuvent en bénéficier.

Notes

1 Pour l'estimation de 1990 voir : F. DASSETTO, 1997 : 18. Une forte concentration est à souligner en Région bruxelloise où il est possible d'estimer le nombre de musulmans en 1998 à environ 17 % de la population régionale, soit environ 162.000 personnes.

2 Sur l’histoire de l'immigration : A. MARTENS, 1976 ; F. DASSETTO, 1990a : 1139 ; - A. MORELLI, 1992a ; R. LEWIN, 1997 : 14-24 ; F. DASSETTO, 1997 : 17-34.

3 R. LEWIN, 1997 : 17.

4 R. LEWIN, 1997 : 19.

5 A. MORELLI, 1992b : 202.

6 A. MARTENS, 1976 : 130 ; R. LEWIN, 1997 : 23.

7 A. MANÇO et U. MANÇO, 1990 : 21-24.

8 La signature du traité de Maastricht en 1992 approfondit la citoyenneté européenne des ressortissants des pays de l'Union, ce qui accroît l'inégalité de statut entre les communautaires et les non communautaires.

9 A. MANÇO et U. MANÇO, 1993 : 197-201.

10 A. MORELLI, 1992c : 19-25.

11 Les données présentées dans cet article concernent des personnes de nationalité étrangère. Mais près de 114.000 ressortissants marocains, turcs, algériens et tunisiens ont obtenu la nationalité belge entre 1985 et 1997 : 56 % des Tunisiens de Belgique ont la nationalité belge, c'est le cas de 43 % des Algériens, 32 % des Marocains et 28 % des Turcs (voir tableau 3 dans l'article de P.-Y. LAMBERT dans ce volume).

12 Sur la perception de l'islam immigré par la société belge : F. DASSETTO, 1990b : 179-208 ; S. ALLIEVI, A. BASTENIER, A. BATTEGAY, A. BOUBEKER, 1993 ; M. VANDEMEULEBROECKE, 1997 ; 205-220.

13 Sur la désintégration du monde rural et la pression démographique en tant que causes de l'émigration turque : A. MANÇO et U. MANÇO, 1992a : 9-26.

14 U. MANÇO, 1995 : 115-125.

15 Au sujet des associations voir : K. PAUWELS et L. DECHAMPS, 1993 ; U. MANÇO, 1997 : 143-158 ; A. SI M'HAMMED, 1998 : 26-27.

16 Sur l'entreprise ethnique : I. VANHOREN et S. BRAKE, 1992 ; A. MANÇO, 1994a : 24-33 ; A. MANÇO et O. AKHAN, 1994 : 149-161.

17 Par ordre décroissant : Anvers, Bruxelles-ville, Molenbeek, Schaerbeek, Anderlecht, Saint-Gilles, Liège, Forest, Malines, Saint-Josse.

18 Par ordre décroissant : Schaerbeek, Gand, Anvers, Charleroi, Genk, Saint-Josse, Beringen, Heusden-Zolder, Bruxelles-ville, Liège.

19 La plus ancienne immigration musulmane en Belgique est celle qui provient d'Algérie (sa présence remonte aux années 30) : 60 % des 8.900 Algériens de Belgique vivent en Wallonie (Charleroi, Mons).

20 Sur la concentration et les quartiers immigrés : C. KESTELOOT, 1990 : 158-158-178 ; J.-P. GRIMMEAU, 1992 : 105-118 ; C. KESTELOOT, K. PELEMAN, T. ROESEMS, 1997 : 25-34.

21 L'émigration maghrébine est installée en Europe francophone pour les sept-dixièmes de ses effectifs, alors que les trois-quarts des immigrés turcs vivent dans un pays de culture germanique.

22 Au sujet des familles immigrées musulmanes : N. BEN SALAH, 1994 et 1996 : 183-193 ; E. LODEWIJCKX, H. PAGE, R. SCHOENMAECKERS, 1997 : 105-137 ; G. RENIERS, 1998 ; T. CALLAERTS, 1999 : 22-28.

23 Nombre de ménages selon la nationalité de la personne de référence dans le recensement de 1991 : belge (3.442.988 ménages) ; marocaine (30.407) ; turque (18.785).

24 Signalons certains travaux réalisés dans les années 90 sur les travailleurs d'origine étrangère : A. MARTENS, 1990 : 123-156 ; A. MARTENS et L. DENOLF, 1993 : 39-56 ; S. FELD et P. BIREN, 1994 ; A. REA et N. OUALI, 1995 ; R. STOOP et B. BOOMS, 1997 : 201-239.

25 D'après le recensement de 1991, le taux d'activité des femmes de nationalité belge (de 15 à 59 ans) était de 60,5 %. Mais il tombait à 37,3 % pour les Turques et à 31,7 % pour les Marocaines.

26 Hommes : Belges (2.020.383) ; Marocains (17.093) ; Turcs (10.467). Femmes : Belges (1.383.868) ; Marocaines (4.927) ; Turques (3.191). Les taux d’informations manquantes (statut inconnu) sont sensiblement plus élevés dans le cas des travailleurs marocains et turcs. Cette catégorie contient probablement une grande proportion d'ouvriers.

27 Des publications attestent l'existence d'une discrimination à l'embauche : M. NYS et M.-N. BEAUCHESNE, 1992 ; M.-N. BEAUCHESNE, 1994 : 57-93 ; S. FELD, A. NAYER, P. ARRIJN, 1997.

28 Niveaux de diplôme : SD : sans diplôme ; P : études primaires ; SI : ét. secondaires inférieures générales, techniques ou professionnelles ; SST&P : ét. secondaires supérieures techn. ou profes. ; SSG : ét. secon. sup. gén. ; SC : ét. sup. de type court ; U : ét. sup. de type long et études universitaires.

29 Une enquête française démontre que les préjugés négatifs et les comportements racistes envers les travailleurs d'origine musulmane sont très fréquents sur les lieux de travail. Ils concernent également les actes posés par les collègues nationaux de souche et ne se limitent pas seulement à la discrimination à l'embauche opérée par les employeurs (P. BATAILLE, 1997).

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 1 : Population de nationalité étrangère en chiffres absolus répartie selon l'origine (source : INS).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre GRAPHIQUE 2 : Répartition régionale de la population de nationalité turque, de nationalités maghrébines et d'autres nationalités étrangères (source : INS, 1998).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre GRAPHIQUE 3 : Répartition en classes d'âge de la population de nationalité belge et de nationalité marocaine, turque, algérienne et tunisienne (source : INS, 1998).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11546/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre GRAPHIQUE 4 : Répartition des ménages en % selon la taille et la nationalité de la personne de référence (source : recensement, 1991).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11546/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre GRAPHIQUE 5 : Répartition des statuts professionnels en % de la population active occupée par nationalité26 (source : recensement, 1991).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11546/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre GRAPHIQUE 6 : Demandeurs d'emploi masculins et féminins (en %) selon le niveau de diplôme28 et par nationalité (recensement, 1991).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11546/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search