Version classiqueVersion mobile

Voix et voies musulmanes de Belgique

 | 
Ural Manço

Introduction

Ural Manço

Texte intégral

1De qui est-il question dans cet ouvrage ? Cette précision s’impose d'emblée. En Europe occidentale, sont définies le plus souvent comme « musulmanes » deux catégories de personnes : (1) celles qui, sans distinction d'origine nationale ou ethnique, font profession de foi islamique, y compris celles qui ne pratiquent le culte qu'occasionnellement ; (2) celles qui sont directement ou par ascendance originaires d'un pays du monde musulman, quelles que soient leur nationalité effective et la teneur de leur rapport personnel à la foi islamique. Signalons qu'il faut soustraire de cette deuxième catégorie un nombre limité de personnes venant de ces mêmes pays mais qui affirment une adhésion religieuse chrétienne ou juive.

2La première des deux catégories recouvre une définition proprement religieuse, tandis que la deuxième fait plutôt référence à une appartenance culturelle ou civilisationnelle. En fait, dans la grande majorité des cas, les mêmes personnes se retrouvent à la fois dans l’une et l'autre de ces deux définitions. Elles sont musulmanes parce qu'elles croient à la religion islamique et la pratiquent à divers degrés, et parce qu'elles sont aussi, au moins indirectement, originaires d'un pays musulman. Mais ce n'est pas le cas de tous. Par exemple, les personnes d'origine européenne converties à l'islam n'appartiennent qu'à la première catégorie.

3En Belgique, la population musulmane telle que définie par ces deux catégories est constituée dans plus de neuf cas sur dix par des personnes issues de l'immigration originaire des pays musulmans, et plus particulièrement l'immigration ouvrière maghrébine et turque. Le propos du livre concerne donc ceux-là : les musulmans de Belgique, leur histoire, leurs problèmes, leurs identités et pratiques sociales en tant que personnes d'origine étrangère.

4Cette immigration a posé sa pièce multicolore dans la mosaïque sociale belge depuis plusieurs décennies déjà. Mais la population musulmane de Belgique forme une minorité dont une grande partie des membres connaît aujourd’hui l'exclusion sociale, l'échec scolaire et la discrimination sur le marché du travail.

5Qu'ils soient pratiquants ou pas, croyants ou non-croyants, les musulmans de Belgique essuient encore trop souvent l'incompréhension et la stigmatisation, pour ne pas dire la crainte et le mépris. Leurs modes de vie font souvent l'objet d'a priori. En tant que confession et cultures (au pluriel), l'islam reste pour le moins méconnu en Belgique et plus généralement en Europe. Les musulmans demandent aujourd'hui que leur dignité soit respectée, que leurs identités soient pleinement connues et reconnues, dans tous les sens que ces termes peuvent prendre.

6Notre projet de publication prend son origine dans la recherche comparative européenne intitulée Muslim Voices in the European Union. Community, Identity and Employment. Elle fut menée dans sept pays de l'Union européenne et en Suisse de février 1997 à janvier 1999, sous la coordination internationale du Professeur Pandeli Glavanis, directeur du Centre for the study of Globalization, Eurocentrism and Marginality (CGEM) de l'Université de Manchester. La coordination belge du projet était assurée par les Professeurs Luc Van Campenhoudt et Yves Cartuyvels (Centre d'études sociologiques et Séminaire interdisciplinaire d'études juridiques, FUSL). La recherche a été financée par la Commission européenne dans le cadre du programme Targeted Social and Economic Research (TSER).

7Le présent volume est principalement constitué de la version française condensée des différentes parties de cette recherche. Mais il contient également des contributions inédites, rédigées spécifiquement pour l'occasion. Nous avons en effet souhaité inclure des textes de discussion à la fin de chacune des trois parties du livre. Les discutants, que nous remercions d'avoir bien voulu se prêter au jeu, critiquent les articles, les nuancent ou les commentent selon leur propre sensibilité.

8Ce travail poursuit deux objectifs principaux. Il s'agit d'abord d'établir un état des lieux de l'immigration musulmane afin d'identifier les déterminants sociologiques, économiques, politiques et culturels qui contribuent à sa minoration et à sa marginalisation. Il faut ensuite chercher à mettre au point une photographie de la structuration identitaire et de la mise en œuvre de pratiques sociales par différents groupes de musulmans de Belgique.

9Les déterminants de la situation sociale des musulmans. Depuis trois décennies, au sein des sociétés européennes en rapide évolution, se développent des processus complexes et transnationaux, dont la flexibilisation et la dérégulation du marché du travail ne sont pas les moins importants. Ils tendent à précariser, voire à exclure aux plans social et économique une part croissante de leurs membres, parmi lesquels se trouvent la majorité de la population d'origine immigrée et de cultures musulmanes établie en Europe. L'effet combiné de ces changements sociétaux et de la discrimination ethnique, dont la population musulmane est une des principales victimes, approfondit la marginalité de celle-ci.

10L'objectif premier de la publication est de proposer une synthèse des différentes dimensions de l'exclusion sociale de la population musulmane de Belgique. Deux des trois parties du livre y sont consacrées.

  • 1 Les données présentées dans la première partie du livre se basent essentiellement sur les résultat (...)

11L'esquisse d'un portrait historique, sociologique et démographique de la population musulmane, et le tableau général de sa situation scolaire constituent la première partie1. La partie suivante présente un panorama des évolutions récentes de la participation politique et de la présence médiatique des musulmans, ainsi qu'une analyse historique de la reconnaissance officielle du culte islamique en Belgique.

12Une approche des identités et des pratiques sociales musulmanes. Le deuxième objectif du livre est d'étudier, dans sa troisième et dernière partie, les constructions identitaires et les stratégies d'insertion sociale des musulmans de Belgique, qui émergent en réponse à la situation d'exclusion. Notre approche est compréhensive. Nous la voulons novatrice. Il s'agit de rendre compte de trois recherches empiriques inédites, répondant à une méthodologie qualitative pour la première, et quantitative pour les deux suivantes.

13L'enquête qualitative se base sur des récits de vie de jeunes femmes d'origine marocaine. Elle cherche à décrire les manières dont elles tentent de s'arranger de la position dominée qui leur est assignée par la structure sociale tout en interrogeant les rapports complexes entre personnalité, féminité, marginalité et islamité.

14La première des deux études quantitatives se penche sur la structuration identitaire des jeunes hommes turcs grâce à une analyse statistique qui permet de construire une typologie des conduites identitaires propre à ce groupe. L'étude vise à évaluer le potentiel d'intégration sociale des différentes conduites.

15Enfin, l'objet de la dernière étude est de mettre en évidence d'éventuels déterminants socio-économiques ou valoriels de la religiosité islamique parmi les hommes de nationalité turque et de nationalité marocaine. Le tableau brossé grâce au traitement statistique permet de montrer, dans certaines limites, la faiblesse des liens de causalité entre l'islamité d'une part, et l'insertion ou l'exclusion socio-économiques d’autre part.

16Les travaux qui composent la présente publication consistent avant tout et essentiellement en une tentative de contextualisation et d'objectivation scientifiques de l'histoire, de la situation actuelle, des identités et des pratiques sociales des musulmans de Belgique. Mais les chercheurs qui contribuent à l'ouvrage sont en même temps des citoyens désireux de proposer au débat public leurs réflexions personnelles sur la question étudiée. C'est pourquoi, la majeure partie des textes du volume a la préoccupation constante de mieux cerner les enjeux politiques et, plus largement, normatifs liés à la situation de la population musulmane et à ses efforts pour se faire une place dans notre pays.

Notes

1 Les données présentées dans la première partie du livre se basent essentiellement sur les résultats du dernier recensement (1991). Elles ont l'avantage d'être exhaustives, mais en dix ans la situation peut évoluer tant en matière démographique qu'en matière d'emploi ou de scolarité. Dans le recensement, les naturalisés belges originaires des pays musulmans n’apparaissent plus comme tels. Or leur nombre est loin d’être négligeable. Cependant, les données du recensement permettent la comparaison des nationalités musulmanes avec la population autochtone, et la comparaison entre les principales composantes de cette population, les Marocains et les Turcs.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search