Version classiqueVersion mobile

Voix et voies musulmanes de Belgique

 | 
Ural Manço

Préface

Albert Martens

Texte intégral

1Voix inédites et actuellement encore guère audibles, voies nouvelles invitant à la découverte et à la rencontre. Mais toute rencontre peut engendrer tant la curiosité que l’angoisse. Quoi qu’il en soit la réceptivité aux voix musulmanes reste très faible et la curiosité pour explorer les voies multiples qui s’offrent à nous, fort peu alerte. Pourquoi ? Nous tenterons ici de l'expliquer brièvement.

2Depuis son origine la Belgique « métropolitaine » s’est barricadée derrière de multiples frontières. Comment peut-on être (naître) ou devenir « Belge » ? La question ne s’est que très rarement posée pour ceux qui, depuis les origines de l’État-Nation, n’étaient pas les « natifs ». Quatre-vingts années de conquête coloniale, par exemple, n’ont même pas effleuré l’évidence de l’appartenance nationale de la colonie. Pourtant la question de l’« autre », de sa culture, de sa civilisation, de ses langues, coutumes et religions était déjà posée au sein de toutes les autres puissances coloniales. Qu’elle soit espagnole, portugaise, française, britannique, hollandaise la métropole coloniale n’échappait pas à la question de savoir qui est l’autre, le « colonisé » ? Quelle place lui accorder ? A-t-il une âme ? Pourtant, les ressortissants de ces lointains pays peuplaient les métropoles et avaient accès, quoique de manière sélective, à certaines institutions nationales : l’école, l’université, l’armée, l’administration, l'église. Quand les métropoles étaient en guerre, les ressortissants des colonies étaient appelés à défendre la « mère-patrie ». Et chaque guerre mondiale engendrait à son tour l’accélération du processus de décolonisation.

3En Belgique, rien de tout cela. Le colonisé ne devait point connaître la mère-patrie, si ce n’est par l’intermédiaire de quelques témoins privilégiés : missionnaires, officiers, agents territoriaux ou cadres des entreprises coloniales. Ces personnes, triées sur le volet, se devaient de donner aux colonisés une image irréprochable de la métropole. Un angélisme politiquement et socialement hypercorrect, une charmante utopie.

4Le résultat de l'« inclusion » de la colonie dans son espace territorial extra-métropolitain, c’était l’absence physique et culturelle de l'« autre » pour les habitants de la métropole. Ce n’est que durant l’exposition universelle de 1958 que les Belges de Belgique ont pu voir et même toucher les Noirs exposés au pavillon de la colonie. Le choc de cette rencontre autant pour les Blancs que les Noirs a déclenché quelques processus irréversibles qui ont précipité l’accès à l’indépendance du Congo belge.

5Si je me permets d’insister sur cette partie de « notre » histoire, c’est pour mieux faire comprendre l’ampleur de l’ignorance quotidienne et « populaire » (ce terme n’est nullement pris ici dans un sens péjoratif) de celui qui n’est pas « natif », « autochtone », « indigène ». Quelqu’un qui surgit chez « nous » et qui parle une autre langue (que les trois reconnues constitutionnellement), confesse une autre religion et entretient d'autres « us et coutumes », suscite pour le moins la curiosité mais aussi la méfiance, la peur, la rivalité...

6Ceci constitue ma première réflexion : l’ignorance tenace et l’occultation continuelle voire obsessionnelle de notre passé colonial nous condamnent irrévocablement à traiter l'« autre » (le non natif, l’allochtone) de manière « coloniale ». Tout comme la guerre de Troie de Giraudoux, la décolonisation des esprits, attitudes et comportements n’a toujours pas eu lieu dans la métropole « Belgique ». Comment entendre alors les voix d’ailleurs si nous nous refusons à écouter celles que nous aurions pu entendre dans la passé ?

7Ma seconde réflexion concerne un développement nouveau et qui dépasse sensiblement le territoire de la Belgique : c’est l'« apparition » (l’épiphanie) de l’islam en Europe du Nord. Lorsque, dans deux siècles, on demandera quel phénomène de civilisation aurait pu caractériser l’époque 1975-2000 en Europe du Nord, je suis personnellement convaincu que l’on dira : « l'installation d’un nombre important de musulmans dans cette région ». Et l’originalité de cette présence, c’est qu’elle n’est pas le fruit de guerres ou de conquêtes militaires, ni d’un prosélytisme missionnaire ou expansionniste, mais la suite « normale » d’une importation de main-d’œuvre taillable et corvéable à merci. Pour reprendre l'expression de Bertolt Brecht, on voulait des bras et on eut des personnes... Ce n’était pas prévu au programme. Et ces personnes venant d’Afrique du Nord, de Turquie ou de l’ancienne Yougoslavie pratiquaient la foi islamique.

8Quelle importance donner à ce fait « historique » ? Personnellement, je voudrais y accorder une importance capitale. Est-on conscient que le cours de l’histoire en Europe du Nord est en train de changer de manière radicale voire irréversible ? Tout comme le cours de l’histoire a changé lorsque au début de notre ère quelques adeptes d’un dénommé Jésus-Christ se sont pacifiquement installés dans l’Empire romain et l’ont progressivement transformé. Surtout lorsque l’empereur Constantin a proclamé « religion d’Empire » cette foi pratiquée jusqu'alors dans les catacombes par quelques obscurs parias, émasculant du même coup le caractère prophétique et contestataire de cette foi. Pourrait-on imaginer qu’un jour dans notre royaume, après un monarque protestant et adepte de la franc-maçonnerie et un autre catholique et charismatique, régnerait un(e) monarque (H/F) adepte d’une autre foi abrahamique ? Actuellement c'est peu probable mais pourtant bien possible.

9Est-on conscient qu’à neuf siècles d’intervalle, il y a plus de musulmans qui côtoient la statue équestre de Godefroid de Bouillon (Roi de Jérusalem en 1099), Place Royale à Bruxelles, qu’il n’y avait de croisés dans l’Empire turc seldjoukide au onzième siècle ? Imaginer cela au onzième siècle aurait relevé de la plus haute fantaisie, voire de l’hérésie.

10Le Nord de l’Europe s’ouvre, qu’il le veuille ou non, à une nouvelle époque où de nouvelles voix et voies se tracent et se font désormais entendre. Ce qui me frappe à la lecture des ces pages, c’est la diversité des formes, des situations, des perspectives et des tonalités de ces voies et voix. Bien sûr que le tragique des situations de méfiance, de dénigrements, de discriminations, d’exploitation et de traitements infamants, transpire tout au long de ces pages. Comment peut-on encore le nier ? Mais un nouveau processus de civilisation est désormais en cours, irréversiblement. Comment va-t-il désormais se structurer et s’institutionnaliser au fil des ans ?

11En Belgique l’ouverture de la société, l’accès au pouvoir et aux biens rares n’ont pu s’opérer qu’au travers de la mobilisation sociale sous forme de piliers et en donnant naissance à de grandes familles (philosophiques, politiques, syndicales, coopératives, scolaires, mutualistes, etc.). Cette mobilisation institutionnelle fut nécessaire pour forcer l’ouverture, l’accès et le partage du pouvoir et des richesses (financières, intellectuelles, sociales). Va-t-on, ici et maintenant, à nouveau, assister à une répétition de l’histoire « belge » ? Est-ce souhaitable ou déplorable ? Les ingrédients sociaux et culturels qui permettent l’émergence d’un tel pilier semblent être là. Cet ouvrage ne prend pas position à ce sujet mais explore plusieurs de ces ingrédients.

12Pour ma part, je ne peux m’empêcher de croire, de rêver et d’espérer que nous ne sommes pas irrémédiablement condamnés à répéter « nos histoires belges ». Mais pour cela il faut d’abord bien les connaître. Puisse le lecteur en être intimement convaincu et méditer le message de ses auteurs.

13Bruxelles, le 29 avril 2000.

Auteur

Katholieke universiteit Leuven

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search