Version classiqueVersion mobile

Attentes sociales et demandes de justice

 | 
Jacques Marquet
, 
Yves Cartuyvels

Photo sépia

Abraham Franssen

Texte intégral

1. Le phénomène blanc : un phénomène social total

1Parmi l’album blanc, la photo des parents d’enfants disparus, le jour de la cérémonie funéraire de Loubna. Ils sont tous là, le regard droit, triste et résolu. L’instituteur flamand, la bourgeoise namuroise, l’ouvrier liégeois, l’immigré marocain de Bruxelles... un panel représentatif tiré au sort tragique. Ils se tiennent la main, occupent la largeur de la rue. Plus que la photo de l’étudiant chinois arrêtant une colonne de chars près de la place Tien-an-Men, devenue icône de la résistance de l’individu face à un système totalitaire, cet instantané d’éternité nous touche, parle à chacun, laisse sans voix. Il témoigne de la force morale des gens ordinaires, de la protestation des citoyens face à la dépossession quotidienne d’une démocratie molle, faisandée, lardée de sourdes violences symboliques et de petits dénis, tachées d’« affaires » non élucidées.

  • 1 L. VOYE, Belges, heureux et satisfaits, Les valeurs des belges, Bruxelles, De Boeck, 1992.

2Loin de la solidarité à distance avec un idéal abstrait, la diversité et l’unité des parents des victimes a permis une identification de proximité, à partir d’enjeux expérimentés par chacun, dans une société replète, que d’aucuns ont pu diagnostiquer quelques années plus tôt comme peuplée de « belges, heureux et satisfaits »1 Tout d’un coup, et alors que les sociologues se languissaient de voir apparaître les « nouveaux mouvements sociaux » prophétisés de longue date, c’est de manière totalement inédite que la société belge s’est retrouvée sens dessus-dessous, dans tous ses états. On ne reviendra pas ici sur les événements qui ont marqué cette irruption, tant ils sont encore présents, de manières diverses, à l’esprit de chacun : le drame de la disparition puis de la découverte des enfants disparus, action des parents, couverture médiatique, mobilisations prenant pour cibles les palais de justice, commissions d’enquête parlementaire, projets de réforme de l’institution judiciaire, réactions des acteurs du monde judiciaire et policier, prise de paroles des intellectuels, émergence de nouveaux acteurs sociaux et de personnages publics. De manière concentrée, prenant la forme d’un grand récit dramatique aux rebondissements multiples, c’est apparemment toute une société qui s’est manifestée et interrogée à propos des conditions de son vivre-ensemble.

  • 2 B. RIHOUX et S. WALGRAVE, L’année blanche. Enquête auprès des comités blancs, Bruxelles, EVO, 1997

3Mais au-delà de cette émergence sociologique, transversale aux cloisonnements et systèmes d’appartenance de la Belgique féodale et industrielle, – et dont témoigne également la mixité sociale atypique des « comités blancs2 »-, la photo des parents représente aussi le moment d’unité maximale du mouvement, celui où les différentes significations et logiques d’action du « mouvement blanc » se trouvent encore nouées : protestation morale et engagement social, éthique de conviction et éthique de responsabilité, appel à une restauration de l’Etat de droit et souffle insurrectionnel, groupe de pression et mouvement social... Les catégories de la sociologie actionnaliste distinguant les différentes logiques d’action apparaissent même pauvres dans leurs dichotomies : conduites défensives ou offensives, de restauration ou de révolution, de crise organisationnelle ou de pression institutionnelle, de mouvement social – qui suppose la définition d’une conflictualité – ou d’anti-mouvement social – qui implique la négation de l’altérité au profit de la restauration d’une communauté nostalgique ?

4Les registres mêmes de l’action – d’aucuns diraient ses grammaires – se superposent et se fondent. On peut ainsi évoquer, sans les épuiser, les multiples registres mobilisés pour rendre compte de la séquence des événements : policier (enquêtes, PV, indices, suspects...), juridique (arrêt, désaisissement, cour de cassation...), sociologique (mobilisation, actions collectives...), politique (crise de régime, légitimité des institutions...), religieux (quête, rédemption, pardon...), psychanalytique (refoulé, catharsis, hystérie...), kafkaïens (dysfonctionnement, estompement de la norme, mécanismes protectionnels...), anthropologique (interdit fondamental, bouc émissaire...). Autant de strates de discours qui superposées constituent le Grand Récit Médiatique. Sans pour autant éponger l’indicible : ce trop plein – trop vide – d’émotion et d’historicité.

5De fait, la caractéristique première de l’espace des discours qui ont accompagné et constitué l’« affaire » est sans doute sa polysémie. L’« affaire Dutroux » elle-même, tout comme les réactions sociales, juridiques, politiques, médiatiques qu’elle a suscitées, a été chargée de significations multiples, de toutes celles que les observateurs qui se sont sentis parties prenantes – et chaque téléspectateur en était un – ont projeté sur elle. L’analyse de Thomas Périlleux montre bien la polyphonie des lectures et interprétations qui se sont projetées sur la page blanche : émergence de la question de l’enfance et des abus sexuels, mise en cause du fonctionnement des institutions policières et judiciaires, crise de régime... Du particulier au plus général, les diverses qualifications des événements ont débouché sur la constitution progressive d’un espace public, où chacun prétendant dire la vérité révélait surtout sa vérité propre.

6Diversité et unité sociologique, intrication des logiques d’action, superposition des registres, pluralité des récits interprétatifs..., l’« affaire Dutroux » – en y incluant les réactions qui l’ont constitué – apparaît bien comme un « phénomène social total », engageant en même temps les expériences intimes des citoyens et les conditions du vivre ensemble. Avec la photo des parents unis, on en a pris un moment fort. D’autres arrêts sur image pourraient être effectués et il faudrait sans doute pour être plus précis distinguer les phases de la séquence des événements. Rétrospectivement, on insistera surtout – comme pour tout mythe fondateur – sur l’unité et l’unicité de ce qui a été vécu au cours de ces années qui ébranlèrent notre monde vécu et notre système. Moment séminal donc, et abyssal, réactivant l’idée de société, au sens d’une communauté historique définie par l’occupation d’un territoire et l’emprise d’un Etat. Si le point de départ événementiel peut en être assez précisément situé avec la découverte des corps des petites victimes, son point d’aboutissement reste indéfini, s’étirant dans l’attente – et la crainte – d’une impossible conclusion judiciaire, politique, émotionnelle.

7Et pourtant, s’il ne saurait encore être question d’un point final – à la fois improbable et impossible-, nous disposons déjà du recul suffisant pour nous interroger sur les causes profondes et les effets durables de ce big-bang sociétal. La commémoration des 5 ans de l’enlèvement de Julie et Mélissa, malgré les questions en suspens, faisait déjà office d’évocation historique, et dans l’album blanc, les instantanés revêtent les teintes sépias des anciennes photographies.

2. Le phénomène blanc : au point de convergence des mutations de la société belge

8Parfois perçu comme moment d’exception, presque méta-social, mettant entre parenthèse le fonctionnement ordinaire de la vie sociale, ses intérêts et ses rapports de force, la dynamique blanche – au-delà du mouvement blanc stricto sensu – apparaît surtout au point de confluences de lignes de tensions et d’évolutions qui travaillent en profondeur la société belge depuis de nombreuses années.

9Loin d’être une manifestation sui generis, le phénomène blanc n’a pu se faire jour que sur fond des recompositions du lien social dans la société contemporaine, en considérant à la fois les mutations des rapports entre individus et des individus aux institutions. Un certain nombre d’évolutions structurelles et culturelles ont ainsi de longue date contribué à la transformation des conditions de l’expérience contemporaine. Ce sont là les constats et analyses déjà classiques sur l’individualisme contemporain, la division du sujet et la césure entre monde vécu et système, l’affaiblissement d’un certain nombre de régulateurs sociaux (communautaires, idéologiques...) et l’émergence de nouveaux dispositifs de stabilisation de l’expérience (techniques, médiatiques, thérapeutiques...).

  • 3 K. DESCHOUWER, Recht en Politiek : een dubbele en dubbelzinnige relatie, Bruxelles, Fondation Roi (...)

10De manière plus contextualisée et spécifique à l’« État-nation » belge, la crise de légitimité des institutions a ainsi pu être analysée comme la manifestation (1) d’une crise plus profonde de la communauté politique (dans le contexte d’un État-nation travaillé par des mouvements complémentaires d’autonomisation régionale et de supra-nationalisation européenne), (2) d’une crise de régime (par la remise en cause des modes de décision politique « à la belge »), (3) d’une critique de l’autorité du personnel politique3.

  • 4 A. FRANSSEN, J.-L. GENARD, La justice en questions. Concept d’enquête sur les attentes des citoyen (...)

11De même, la cristallisation particulière des mobilisations et discours sur les enjeux de justice ne peut être comprise qu’au regard d’évolutions et de transformations plus durables qui ont trait à la place du droit et de l’institution judiciaire dans la société : extension de la culture juridique à d’autres champs sociaux, redéfinition de l’équilibre – non sans tensions – entre les pouvoirs exécutif, législatif, judiciaire, notamment en fonction de l’importance prise par l’espace médiatique, judiciarisation et juridictionalisation croissantes des conflits entre individus et organisations, mise en œuvre de nouveaux dispositifs judiciaires et para-judiciaires de régulation des conflits, montée des revendications des victimes4...

3. Le phénomène blanc : au point d’inflexion des recompositions de la société belge

12Quatre ans après la marche blanche, en quoi la société belge a-t-elle été transformée ? Comment a-t-elle été irriguée des énergies sociales libérées par la manifestation de l’impensé, de l’indicible, de l’inaudible ? Révélateur de logiques sociales sous-jacentes, le phénomène blanc intervient également comme ré-ordonnateur du jeu social.

13L’hypothèse qui sera déroulée ici, en poursuivant la métaphore du « bigbang », est celle du détachement et de l’autonomisation des significations et des logiques d’action entremêlées lors de la marche blanche. Ce qui était noué s’est délié ; ce qui était confondu s’est autonomisé ; ce qui était superposé s’est détaché.

14On le voit à la trajectoire des parents : co-optés par l’espace politique, mais échouant à se constituer en force politique autonome, s’intégrant dans la réponse organisationnelle immédiate mise en place par le pouvoir politique – le centre de recherche pour enfants disparus – ou retrouvant l’anonymat de la condition de travailleur immigré. Seuls sans doute, les parents Russo ont-ils préservé la légitimité construite par leur combat en évitant, malgré les tentations multiples, toute reconversion hâtive de leur capital symbolique. Dans leur hétérogénéité, ces trajectoires incarnent chacune les différentes issues du mouvement blanc. Au-delà des trajectoires individuelles, il s’agit bien de logiques et de niveaux d’action qui témoignent de l’espace des tensions dans lequel s’est constitué le mouvement blanc : entre focalisation sur la protection de l’enfance et mise en cause du fonctionnement des institutions, entre anti-politisme et récupérations partisanes.

15A contrario, ces trajectoires contrastées témoignent du degré d’ouverture et de fermeture du système des partis et des institutions étatiques, permettant une prise en compte thématique et organisationnelle, mais, reléguant une nouvelle fois la prise en compte politique des communautés immigrées, toujours sans droit de vote, malgré les promesses faites au soir de la cérémonie funéraire de Loubna Benaïssa.

  • 5 Ph. MARY, Le cas Verwilghen, Politique, 2000, no14, pp. 3-5.

16On constate également cette dispersion des logiques d’action aux positionnements des acteurs du champ politique. Ainsi la convergence des deux figures saillantes de la commission d’enquête parlementaire, Vincent Decroly et Marc Verwilghen dans la mise en cause du fonctionnement des institutions policières et judiciaires, n’a pas résisté à la divergence des réponses politiques à y apporter : le premier, Vincent Decroly, devenu parlementaire de la majorité, incarne la radicalité critique, résolument du côté des victimes sociales et institutionnelles (mineurs réfugiés black-boulés, étrangers frappés d’une double peine d’emprisonnement et de bannissement, prisonniers aux conditions de détention avilissantes...) ; l’autre, Marc Verwilghen, devenu Ministre de la Justice, incarne la réponse pénale et répressive à l’encontre des classes dangereuses (snelrecht, plan de sécurité, tolérance zéro appliqué à certains quartiers...)5.

17De manière plus générale, la lumière blanche, par le prisme des urnes électorales, s’est-elle faite arc-en-ciel ? On pourrait le croire, par la grâce des disputes politiciennes promues au rang de débat démocratique, des jeux d’appareils drapés de nouvelle culture politique, par la polysémie du vocable de « changement » s’appliquant aussi bien au fond qu’à la forme, à l’alternance qu’à l’alternative politique.

  • 6 B. DAYEZ, A quoi sert la justice pénale ?, Bruxelles, De Boeck & Larder, 1999 ; F. RINGELHEIM, Amo (...)

18Les nouvelles références symboliques mobilisées (citoyenneté, responsabilité, réforme...) servent ainsi de ressources argumentatives à des options et des stratégies divergentes. On le voit en particulier en matière de justice puisque les évidences consensuelles du « décalage entre l’institution de la justice et les citoyens », recouvrent des interprétations différentes sur la nature du décalage et les manières d’y répondre. A la diversité des interprétations et des représentations des « attentes des citoyens » correspond une diversité des réponses suggérées pour les rencontrer : de la nécessité d’une pénalisation accrue permettant de garantir ou de rétablir des normes substantielles aux propositions, plus procédurales, visant au développement des modes extra-judiciaires de régulation des conflits, de la priorité à accorder aux préjudices mineurs les plus fréquents à la primauté à octroyer à la lutte contre la grande criminalité, du maintien d’une nécessaire ritualisation du processus judiciaire aux plaidoyers en faveur de sa déformalisation, de la place à accorder aux victimes à l’insistance sur l’indépendance du juge, des diagnostics focalisés sur les dimensions organisationnelles et logistiques de la crise de l’institution judiciaire aux analyses faisant la part belle aux processus de désymbolisation et de désinstitutionnalisation de la norme dans la société contemporaine6.

19Les références récurrentes aux « attentes des citoyens à l’égard de la justice » apparaissent ainsi, à l’intérieur du champ politique comme du champ judiciaire, comme des constructions discursives ou idéologiques, mais non moins opérantes, mobilisées par les différents acteurs dans des visées de légitimation ou de dénonciation. La pluralité de ces interprétations, de ces rapports à la justice, constitue un véritable espace des points de vue qui doit être mis en relation avec l’espace des positions de ceux qui les énoncent : au sein ou à l’extérieur de l’institution judiciaire, au sein ou à l’extérieur du système rationnel-légal, en fonction des expériences particulières des uns et des autres.

  • 7 D. KIDD-HEWITT, R. OSBORNE, Crime and the media. The post-modem spectacle, London, Pluto Presse, 1 (...)
  • 8 D. VORHOOF, De relatie tussen Medias en Justicie, Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 1998

20On voit aussi cette recomposition sociale à l’œuvre dans le champ médiatique : le traitement par les médias de l’affaire Dutroux, a fortement contribué à accélérer les transformations d’un paysage médiatique belge francophone jusque-là relativement épargné par des tendances à l’œuvre à l’étranger7 : de nouvelles formes de traitement médiatique ont ainsi émergé : un journalisme d'investigation (dont l'intérêt se déplace vers les étapes les plus précoces de la procédure), un « journalisme civique » ou de dénonciation qui s'implique directement dans le débat au nom de la défense des « gens » contre les institutions, des émissions para-judiciaires en vue d'assister la justice dans la recherche de témoins, voire de suspects. A travers ces formes nouvelles d’intervention, les médias ne se posent plus comme observateurs et analystes distants du système judiciaire mais bien comme des acteurs de première ligne du débat public, en particulier en matière de justice8. Derrière les thèses particulières défendues par les différents acteurs de la sphère médiatique (« réseaux ou pas réseaux », « protections »...), on retrouve des positionnements différents en terme de public sociologique, de rationalité discursive, voire une tension entre « monde vécu » et « système », la grande presse étant davantage attachée à la sphère rationnelle légale, tandis qu’une nouvelle presse populaire invente de nouvelles formes de « radicalisme populiste ».

  • 9 E. BELIN, L. VAN CAMPENHOUDT L., Radio-télévision, espace public et vie quotidienne, dans H. DUMON (...)

21Le succès d’audience du « Journal du Mardi », revendiquant l’héritage citoyen de la Marche Blanche en est une bonne illustration. Celui-ci ne peut d’ailleurs seulement être envisagé comme dérive « populiste » ou « sensationnaliste », mais se fonde également sur la prise en charge ainsi opérée d’enjeux du monde vécu insuffisamment pris en compte par les formes instituées d’expression et de traitement des demandes sociales9.

22Le champ académique et de la recherche, à la temporalité plus lente, n’a pas échappé aux tensions et recompositions consécutives au phénomène blanc. Au-delà de l’exposition médiatique d’intellectuels du droit, de l’enfance, des mouvements sociaux, – toujours considérée avec suspicion par leurs pairs (surtout lorsqu’elles se traduisaient par une mise en cause de la rationalité cartésienne et de la rupture épistémologique au fondement du discours scientifique)-, de manière plus institutionnelle, la mise à l’agenda de nouvelles préoccupations sociétales alimente les programmes et budgets de recherche consacrés aux « attentes des citoyens à l’égard de la justice » ou à la « protection juridique des citoyens ». Au risque, si l’on n’y prend garde, de participer de manière circulaire à la construction et à la consécration des problèmes sociaux.

23En définitive, ces appropriations diverses, spécifiques à chaque champ, des ressources de légitimation construites au travers de la dynamique blanche, témoignent d’un processus de reconfiguration sociale. Le « phénomène blanc » n’a certainement pas transformé la société, mais bien la manière dont celle-ci se représente. Ni normalisation, ni subversion, mais reconfiguration sociale. Qu’il s’agisse des parents, des politiques, des médiatiques, des académiques..., des carrières professionnelles, des intérêts organisationnels, des légitimités institutionnelles ont été modifiés. L’« or blanc » intervient ainsi comme capital symbolique ordonnateur de nouvelles configurations, accélérant les processus de crise et de mutation de la société belge.

24S’il est abusif de parler en terme, d’archéo- et de néo-structure sociale, d’anciens ou de nouveaux mouvements sociaux, de renouvellement des élites de la nation – les acteurs dominants et institués s’entourant de suffisamment de médiations pour absorber l’onde de choc-, on peut à tout le moins relever l’accélération du processus de crise de la légitimité de la notabilité institutionnelle au profit de figures individuelles : l’Église est une relique, Ringlet monte en puissance ; le parti socialiste est une scorie, ses dirigeants Elio di Rupo et Laurette Onkelinx sont au firmament. Les partis politiques s’affaiblissent, tandis que la personnalisation des identifications se trouve renforcée. On peut bien entendu critiquer cette starification, n’y voir qu’un tour de passe-passe – la famille royale est sans doute celle qui a le mieux opéré cette reconversion de la notabilité institutionnelle en sympathie personnelle-, mais il ne faudrait pas perdre de vue qu’elle traduit aussi une exigence accrue de lisibilité du jeu social et politique à l’heure où les organisations intermédiaires remplissent moins une fonction de médiation.

25Si les énergies libérées ont connu divers processus de dispersion, de récupération, d’instrumentalisation, de réduction sur des catégories habituelles de la pratique des acteurs, il reste un reste : un résidu non négociable, toujours soumis au risque d’être « évacué » et disqualifié, mais toujours effectif dans son pouvoir de fixation de la hiérarchie des enjeux et des acteurs.

26Le moment de grâce – l’illusion consensuelle de la communauté retrouvée-a cédé la place à la réalité des rapports de force et des intérêts divergents. Certains peuvent le déplorer. On y verra plutôt la condition démocratique même, qui suppose, selon la définition qu’en propose Ricœur, qu’une société se reconnaisse comme divisée et se donne comme finalité l’arbitrage de ses différences.

Bibliographie

Bibliographie

BELIN E., VAN CAMPENHOUDT L., Radio-télévision, espace public et vie quotidienne, dans H. DUMONT, A. STROWEL (dir.), Politique culturelle et droit de la radio-télévision, Bruxelles, F.U.S.L, 1998, pp.49-73.

DAYEZ B., A quoi sert la justice pénale ?, Bruxelles, De Boeck et Larcier, 1999.

DESCHOUWER K., Recht en Politiek : een dubbele en dubbelzinnige relatie, Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 1998.

FRANSSEN A., GENARD J-L., La justice en questions. Concept d’enquête sur les attentes des citoyens à l’égard de la justice, SSTC, Bruxelles, 2000.

KIDD-HEWITT D., OSBORNE R., Crime and the media. The post-modem spectacle, London, Pluto Presse, 1995.

MARY Ph., Le cas Verwilghen, Politique, 2000, no14, pp 3-5.

PERILLEUX T., MARQUET J., VAN CAMPENHOUDT L., CARTUYVELS Y., OST F., MINCKE C., De la plainte sociale à la demande de justice, dans B. VAN DONINCK, L. VAN DAELE, A. NAJI (dir.), Le droit sur le droit chemin ? Bruxelles, Antwerpen-Appeldoorn, Louvain-la-Neuve, SSTC, Maklu, Bruylant, 1999.

RIHOUX B., WALGRAVE S., L’année blanche. Enquête auprès des comités blancs, Bruxelles, EVO, 1997.

RINGELHEIM F., Amour sacré de la justice..., Bruxelles, Labor, 1998.

VORHOOF D., De relatie tussen Medias en Justicie, Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 1998.

VOYE L. (dir), Belges, heureux et satisfaits, Les valeurs des belges dans les années 90, Bruxelles, De Boeck, 1992.

Notes

1 L. VOYE, Belges, heureux et satisfaits, Les valeurs des belges, Bruxelles, De Boeck, 1992.

2 B. RIHOUX et S. WALGRAVE, L’année blanche. Enquête auprès des comités blancs, Bruxelles, EVO, 1997.

3 K. DESCHOUWER, Recht en Politiek : een dubbele en dubbelzinnige relatie, Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 1998.

4 A. FRANSSEN, J.-L. GENARD, La justice en questions. Concept d’enquête sur les attentes des citoyens à l’égard de la justice, SSTC, Bruxelles, 2000.

5 Ph. MARY, Le cas Verwilghen, Politique, 2000, no14, pp. 3-5.

6 B. DAYEZ, A quoi sert la justice pénale ?, Bruxelles, De Boeck & Larder, 1999 ; F. RINGELHEIM, Amour sacré de la justice..., Bruxelles, Labor, 1998 ; A. FRANSSEN, J.-L. GENARD, La justice en questions. Concept d’enquête sur les attentes des citoyens à l’égard de la justice, Bruxelles, SSTC, 2000.

7 D. KIDD-HEWITT, R. OSBORNE, Crime and the media. The post-modem spectacle, London, Pluto Presse, 1995.

8 D. VORHOOF, De relatie tussen Medias en Justicie, Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 1998

9 E. BELIN, L. VAN CAMPENHOUDT L., Radio-télévision, espace public et vie quotidienne, dans H. DUMONT, A. STROWEL (dir.), Politique culturelle et droit de la radio-télévision, Bruxelles, F.U.S.L, 1998, pp. 49-73.

Auteur

Sociologue, chercheur à la Faculté Ouverte de Politique Économique et Sociale (FOPES) de l'Université catholique de Louvain et chercheur associé au Centre d’Études Sociologiques des Facultés universitaires Saint Louis.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search