Version classiqueVersion mobile

Attentes sociales et demandes de justice

 | 
Jacques Marquet
, 
Yves Cartuyvels

Deuxième partie. La crise : éléments contextuels et hypothèses de lecture

Entre le fait divers et la crise de société : horizons d’interprétation des mobilisations blanches

Thomas Périlleux

Texte intégral

1Les événements dramatiques de l’année 1996 et les mobilisations consécutives ont suscité un nombre considérable de commentaires. Rares sont les travaux de synthèse, cependant, qui permettent de placer les commentaires en perspective. La prolifération des analyses, qui a d’ailleurs souvent pris la forme d’essais polémiques, risque ainsi de laisser le lecteur perplexe et désorienté. Faute d’un tableau d’ensemble, il est difficile d’opérer un retour réflexif sur la manière dont s’est engagée la polémique. L’intention de ce texte est de remédier à cette situation en reconstruisant « l’espace des débats » autour de ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Dutroux. Avec le recul que le temps permet, nous montrerons l’ampleur des conflits d’interprétation que les disparitions d’enfants et les mobilisations blanches ont entraînés, particulièrement dans les mois qui ont suivi l’été 96.

2Dans la première section, nous nous interrogerons sur les qualifications très contrastées des événements. Nous verrons qu’entre le « fait divers » et le « malaise de civilisation », il était possible d’apprécier très différemment la portée politique des mobilisations blanches parce que des présupposés radicalement différents étaient engagés dans les analyses. Nous évoquerons également la controverse portant sur la place des émotions dans l’action collective.

3La deuxième section, qui forme le cœur du texte, concerne l’interprétation des raisons des mobilisations. Nous distinguerons trois registres principaux d’explication en pointant à chaque fois les « mécanismes » qui se sont trouvés, selon les analystes, au principe des actions collectives. Le premier registre se rapporte à la question de la pédophilie, où l’identification aux enfants victimes traduit une inquiétude sur les conditions du vivre ensemble et sur les bornes de la commune humanité. Le deuxième registre concerne les défaillances institutionnelles, les mises en cause des appareils judiciaires et policiers, et, plus largement, la « juridicisation » de la vie sociale. Le troisième registre porte sur la crise du politique ; il fait de l’affaire Dutroux le symptôme d’une société minée par une marchandisation généralisée, où s’affaiblissent les régulations politiques de l’économie. En passant en revue ces différents registres, on verra que les critiques développées dans les commentaires ont pris une forme de plus en plus systémique en s’étendant progressivement à des mécanismes institutionnels ou sociaux globaux.

4Enfin, la troisième et dernière section porte sur les modalités des mobilisations. Nous reviendrons sur ce qui a été écrit de la structuration du mouvement blanc, ses relais, son institutionnalisation, sa composition sociale et ses modes d’organisation. Nous évoquerons les interprétations de son impact politique, en rapport aux critiques qu’il a contribué à porter dans l’espace public. Nous placerons ces questions en perspective avec celle de la médiatisation des plaintes et ce que les commentateurs ont pu dire du rôle des médias dans cette affaire.

  • 1 Comme, par exemple, la controverse sur les témoignages des témoins X recueillis à Neufchâteau.

5Soulignons que le texte ne vise pas à l’exhaustivité : il ne prétend pas constituer un compte-rendu complet des analyses du mouvement blanc. Nos choix indiquent les limites de notre tour d’horizon. Sans négliger certains ouvrages récents, nous avons privilégié les commentaires produits « à chaud » dans les mois qui ont suivi l’été 1996, renvoyant le lecteur à d’autres articles de l’ouvrage pour prolonger les débats. D’autre part, nous nous sommes centrés sur les analyses des mobilisations blanches (marches, adhésion à un comité, etc.). Nous ne faisons écho que très incidemment à certains aspects spécifiques des dossiers apparus dans la constellation de l’affaire Dutroux1. De même, les aspects institutionnels et systémiques comme le fonctionnement des appareils d’État ou les réactions des corps constitués sont abordés dans la mesure où ils font eux-mêmes l’objet de controverses dans l’interprétation des mobilisations.

1. Qualifications

6Avec le recul des années, il est frappant de constater à quel point les premières mobilisations de la « vague blanche » ont fait l’objet de qualifications et d’appréciations opposées. Il peut être intéressant de les lire en se remettant dans le contexte de l’époque. Ces qualifications sont loin d’être anodines : en globalisant des événements singuliers pour leur donner une portée générale, elles se placent sur des arrière-fonds théoriques et moraux qu’il est important de comprendre.

  • 2 A. GARAPON, Les leçons d’un automne belge, Esprit, 1996, no 227, p. 144.

7A un extrême, certains commentateurs ont vu dans l’affaire Dutroux un simple « fait divers » et dans les actions menées un trouble « consensus pour un sursaut moral » accompagné de « relents populistes dans la défiance généralisée par rapport aux institutions »2.

  • 3 Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, Bruxelles, Complexe, (...)

8A l’autre extrême, l’affaire, considérée comme emblématique d’un « malaise général et radical »3, est devenue un symptôme de la crise d’une société frappée par la dérégulation économique et la fragmentation sociale.

  • 4 B. RIHOUX, Mobilisations de parents de victimes, marche blanche et comités blancs. A la recherche (...)
  • 5 F. BELLOUR, L’avocat du diable, dans N. BURNAY et alii, La société indicible..., op. cit., p. 55.
  • 6 L. KARPIK, L’avancée politique de la justice, Le Débat, 1997, p. 100.
  • 7 J. MOINS, Enquête sur l’enquête : poursuivre la quête de justice, Cahiers marxistes, 1997, no 206, (...)
  • 8 L. KARPIK, L’avancée politique..., op. cit. ; J. VOGEL, Les premiers pas d’une longue marche vers (...)
  • 9 Y. CARTUYVELS et alii, L’Affaire Dutroux..., op. cit., p. 11.
  • 10 Y. CARTUYVELS et P. MARY, Crise de la Justice : et au-delà ?, dans Y. CARTUYVELS et alii, L’Affair (...)
  • 11 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit.
  • 12 M. MOLITOR, Le rêve d’une société juste, dans N. BURNAY et alii, op. cit., p. 5.

9Entre ces positions opposées, la plupart des commentaires des premiers mois ont fait de la Marche blanche et du mouvement naissant l’expression d’un nouveau mouvement socialde4, soulèvements de masse5, voire même d’une véritable révolte populaire6. A travers ces événements et les réactions qu’ils ont suscitées, c’est un peuple blessé qui s’est reconnu et mobilisé7, et le terme de crise revint fréquemment. Crise politique majeure8, crise de confiance envers les élites politiques9, crise d’une société individualiste10, crise sacrificielle11, crise morale majeure12... En faisant de l'affaire et de ses conséquences un moment d’ébranlement radical, les auteurs lui conféraient une ampleur qui dépassait largement l’émotion suscitée par un fait divers.

1.1. Drame privé, oubli des petits ou indicible effervescence ?

  • 13 A.M. ROVIELLO, Il faut raison garder ! Désolation de l’espace public belge, Gerpinnes, Quorum, 199 (...)

10Pour préciser les divergences d’appréciations, il n’est pas inutile de repartir de la controverse qui a opposé A. Garapon à A.M. Roviello dans les colonnes d'Esprit, et sur laquelle la philosophe de l’Université libre de Bruxelles est revenue dans un livre récent13. Elle est illustrative des conflits d’interprétation qui ont organisé – et continuent pour une part d’informer – les analyses de ces manifestations inédites.

  • 14 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit., p. 137.

11Pour A. Garapon, il s’agissait avant tout de comprendre « quelles raisons peuvent pousser un peuple à réagir aussi vivement à un fait divers ? Comment expliquer que l’opinion publique se mobilise autour d’un drame privé ? ». A ses yeux, la transformation du fait divers en affaire publique témoignait d’une « invasion du politique par des motivations privées » typique d’une « démocratie d’opinion plus sensible au visible qu’aux concepts »14.

12Opposée à cette manière d’envisager les mobilisations, A.M. Roviello estimait qu’au-delà des motivations « privées », l’affaire Dutroux était devenue « emblématique de l’"oubli" des petits ».

  • 15 A.M. ROVIELLO, L’extase du peuple de Belgique, Esprit, 1997, no 235, p. 174.

« Elle a mis à nu de la manière la plus brutale l’impuissance de l’Etat à garantir ce qui est pourtant son principe fondateur : la considération égale pour la dignité de chacun, et d’abord du plus vulnérable (...). (Elle) ne représentait pas l’invasion du politique par des motivations privées. Au contraire, en touchant chacun dans sa sensibilité la plus intime, elle a permis à celle-ci de se faire pour chacun révélatrice privilégiée d’un sens qui transcendait la seule dimension privée et émotionnelle de l’affaire »15.

  • 16 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit., p. 144.
  • 17 A.M. ROVIELLO, L’extase..., op. cit., p. 179.

13A. Garapon considérait que les personnes mobilisées se « bornaient à dénoncer » sur fond de victimisation apolitique16. Il insistait sur le consensualisme, l’unanimisme, le populisme toujours en puissance, sinon manifeste selon lui dans les marches blanches. A.M. Roviello répondait que l'unanimité était la condition pour retrouver le « fonds prépolitique de tout projet politique démocratique » et comme l’expression du « plaisir de faire société ensemble ». Il ne s’agissait pas de versatilité populaire, ni d’attente de sollicitude ou d’unanimisme larmoyant, mais de dénonciation de la banalité du mal et d’exigence de justice : « les parents ont su retourner la résignation, la passivité sentimentale en volonté de coresponsabilité ; ils ne réclamaient pas vengeance mais justice »17.

  • 18 Ibid. Je souligne.

14Bref, A. Garapon qualifiait les mouvements en cours de « crise sacrificielle » dans laquelle « l’importance donnée aux faits divers endort l’analyse politique », alors qu’A.M. Roviello y voyait le « réveil d’une société » animée d’un « esprit de résistance et d’initiatives civiques »18.

  • 19 F. RINGELHEIM, Feux sur la Justice, dans Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux..., op. cit.
  • 20 C. PANIER et V. PAULUS, Les dysfonctionnements de la justice pénale, dans Y. CARTUYVELS et alii, L (...)
  • 21 N. SCHIFFINO, La démocratie chahutée : entre crise de confiance et exercice de la citoyenneté, dan (...)
  • 22 G. Haarscher, par exemple, considérait dans ses premiers commentaires que les parents des petites (...)

15A l’époque, de nombreux auteurs ont rejoint la philosophe de Bruxelles pour voir dans les événements tragiques de l’été les « détonateurs d’une révolte populaire qui grondait »19, et dans les vastes mobilisations qu’ils ont déclenchées le signe d’une « révolution douce »20 ou d’une « incandescence » sociale21... Ils ont estimé que les parents de Julie et Mélissa, loin de se constituer en acteurs d’un drame privé, ont au contraire résisté à la réduction de ce qui leur était arrivé à un simple « fait divers »22.

  • 23 J. VOGEL, Les premiers pas..., op. cit., p. 15.
  • 24 Y. CARTUYVELS et P. MARY, Crise de la Justice..., op. cit., p. 97.

16« Affaire emblématique du ‘malaise belge’ », l’affaire Dutroux devenait une « remise en cause d’aspects essentiels de l’état de choses établi ». Dans une « société en perte de repères institutionnels, mais aussi moraux, philosophiques et sociaux », elle a rendu inacceptable et intolérable « l'injustice de la Justice »23. Au-delà des « dysfonctionnements judiciaires », elle a traduit un « profond sentiment d’insécurité » et marqué le « retour en force de l’opinion publique dans le contrôle des pouvoirs »24.

  • 25 Ibid., p. 98.

« Si la justice est aujourd’hui en ligne de mire, elle est bien le réceptacle d’un malaise de civilisation qui la dépasse et qui interroge l’ensemble des acteurs qui constituent une société »25.

  • 26 Un « événement-référence, origine potentielle d’un avenir autre », événement « qui ne parvient pas (...)

17L’intensité des réactions a pour finir amené certains observateurs à s’interroger sur leur propre façon de qualifier ce qui se déroulait sous leurs yeux. Si l’affaire constituait un événement au sens le plus fort du terme26, elle obligeait à scruter sa nature spécifique, ce qu’elle signifiait de « réellement nouveau ». Et cela mettait en question ce qu’un observateur pouvait dire de cette tragédie, eût-il été doté des meilleures compétences scientifiques, ainsi que la distance à laquelle il se plaçait pour le dire.

18Les auteurs de La société indicible, par exemple, s’inquiétèrent de la tendance à rabattre trop rapidement l’événement et la multiplicité de ses significations sur un motif sous-jacent ou sur un sens unitaire. Ils associèrent la singularité des marches blanches à la disparité et même à l’indicibilité des motivations des marcheurs.

  • 27 N. BURNAY et alii, La société indicible..., op. cit., p. 10.

« Si les personnes mobilisées (au sens propre du terme : mises en mouvement) par les développements de l’affaire Dutroux ont choisi le silence et la couleur blanche comme symboles de leur action, trouvant ainsi un moyen d’exprimer des motivations sans doute diverses, inexprimables, voire confuses, il n’y a aucune raison que l’analyste (qu’il soit sociologue, politologue, spécialiste des médias ou philosophe) ampute une telle effervescence de sa disparité et de son indicibilité constitutives (...). La tâche des sciences sociales consiste alors sans doute à montrer cette diversité des logiques, des actes, des situations, des motivations, bien plus qu’à diagnostiquer ce que serait la société belge aujourd’hui »27.

19Rendus à ce point des débats, trois remarques peuvent être faites. On constate d’abord une multiplication de commentaires dans les premiers mois qui ont suivi l’été tragique. Avant le retournement médiatique dont nous ferons état dans la dernière section, le silence a souvent été dénoncé. De nombreux intellectuels ont réagi dans leurs essais à ce qu’ils considéraient comme une mise en cause de leur absence de parole publique – même s’ils le faisaient sans analyse empiriquement fondée.

20On peut ensuite observer un éclatement et une forte polarisation des commentaires. La première position, incarnée par A. Garapon, bien que minoritaire, n’a pas disparu de l’horizon des interprétations ; de nombreux mois plus tard, des commentaires reprenaient le diagnostic d’apolitisme de la mouvance blanche. De l’autre côté, s’il y a eu accord pour conférer aux événements la portée d’une crise, ni la nature de cette crise ni ses effets à long terme n’ont fait consensus.

  • 28 J. DESSART et alii, Proposition pour une analyse des comités blancs par quelques-uns de leurs acte (...)

21Enfin, on peut souligner la présence d’appels à une certaine prudence interprétative devant la singularité des événements et face à l'hétérogénéité des engagements blancs. Notons que ces appels se situaient eux-mêmes dans l’espace polémique des débats. Ils visaient les commentaires qui avaient réduit la diversité des situations, des logiques et des motivations à un seul principe explicatif ; mais ils n’échappaient pas aux critiques de certains militants blancs qui dénonçaient le fait de « rester au balcon », en monopolisant la fonction d’analyse critique, sans « aller au charbon » pour « lutter pied à pied contre la perversité des institutions »28.

1.2. Consensus émotionnel ou appel aux valeurs...

22Au cœur des controverses (passées et actuelles), figure une appréhension profondément différente des émotions dans l’action politique. On peut s’y attarder quelques instants parce qu’elle paraît cruciale dans la qualification des mobilisations blanches.

  • 29 N. BURNAY et alii, La société indicible..., op. cit., p. 9.
  • 30 A. GEERAERTS, Echos d’une équipe SOS Enfants-Famille, dans N. BURNAY et alii, La société indicible (...)
  • 31 F. LAVACHERY, Conjoncture blanche : sous l’émotion, l’émancipation ?, Cahiers marxistes, 1997, no  (...)
  • 32 C. Panier cité dans P. GILLIS, Justice : dépasser l’émotionnel. Un entretien avec Christian Panier (...)

23« L’horreur, la consternation, l’émotion, l’interrogation ont provoqué diverses réactions au sein de la population belge »29. A. Geeraerts évoqua une société « dépassée par ses émotions »30, F. Lavachery une « communion dans la souffrance des parents »31, C. Panier une « forte personnalisation des débats » dans un « contexte émotionnel, voire sacrificiel »32.

  • 33 J. VOGEL, Les premiers pas..., op. cit., p. 16.

« La commotion sociale provoquée par l’horrible découverte du 17 août se propage en ondes de choc qui fissurent et désagrègent la surface de duplicité instituée enveloppant ordinairement nombre de discours et de pratiques sociales (...). L’extraordinaire faculté des sociétés modernes à absorber et à métaboliser tous les « accidents » qui leur adviennent – cet équivalent dans l’ordre social du système immunitaire du vivant – est paralysée et mise en échec. (...) il se produit une réaction en chaîne qui électrise tout le tissu social, (...) personne qui ne soit affecté, personne qui ne prenne passionnément parti, personne qui puisse rester indifférent »33.

  • 34 L. ENGEL et A. GARAPON, La montée en puissance de la justice, disqualification ou requalification (...)

24Dès le départ, les émotions manifestées dans l’opinion publique ont retenu l’attention, mais également divisé les observateurs. Pour certains, les « débordements émotionnels » partagés autour de l’affaire indiquaient l’absence d’un débat démocratique raisonné au profit d’un « consensus émotionnel » passager, irrationnel et porteur de « dérives poujadistes ». L’importance accordée aux faits divers et l'invasion des « émotions primaires » sur la scène publique ne pouvaient conduire qu’à la production d’un « discours politique appauvri »34.

  • 35 A.M. ROVIELLO, L’extase..., op. cit., p. 187.
  • 36 C. BERT, La marche blanche, une démarche éthique, dans N. BURNAY et alii, op. cit., p. 117.
  • 37 F. DASSETTO, Des événements et des faits qui analysent et bousculent la société, dans N. BURNAY et (...)

25Pour d’autres au contraire (auxquels nous nous associons), il fallait éviter de réduire les grandes manifestations populaires à de simples sursauts d’émotivité passagère. « L’identification de l’émotionnel et du populaire témoigne d’un double mépris – et d’une double méprise : pour le peuple, capable seulement d’‘émotions’, et pour ces émotions identifiées à l’irrationnel »35. Les émotions ne pouvaient être épuisées par une rationalité politique ou un débat juridique magiquement vidés de toute dramatisation. Elles alimentent les jugements moraux pour former des communautés de sensibilités et soutenir le débat public. Elles sont le support d’un « appel aux valeurs » et une « source d’intelligence dans la pensée et dans l’action »36, auxquels les intellectuels auraient dû être sensibles en se défaisant de leur excessive méfiance, voire de leur mépris face aux « phénomènes de sociabilité collective »37.

  • 38 Voir à ce propos l’épilogue, signé par dix membres de comités blancs, au livre B. RIHOUX et S. WAL (...)

26C’est aussi ce qu’ont soutenu les membres de comités blancs. A la « rationalité désincarnée de penseurs froids » qui s’inquiètent d’une « dérive apolitique dangereuse pour la démocratie », écrivaient ces militants, « l’émotion et la solidarité active opposent la rationalité féconde d’une véritable démocratie : une démocratie qui trouve sa source dans le droit à la vie et non dans le droit sur la vie »38.

  • 39 D. CARDON et J.P. HEURTIN, La critique en régime d’impuissance. Une lecture des indignations pour (...)

27La question des engagements émotionnels fut et demeure donc l’une des plus controversées. Si on leur accorde de l’importance, sans doute est-ce au pluriel qu’il faudrait appréhender les émotions éprouvées par la population pour en faire une analyse fine : colère, tristesse, dégoût, horreur, honte, etc., autant d’émotions qui se sont manifestées et qui ont suscité des engagements collectifs différents, voire opposés, comme le sont le deuil collectif et la protestation critique. Par exemple, comme D. Cardon et J.P. Heurtin en font l’hypothèse dans un autre contexte, la honte et le dégoût pourraient apparaître comme les symptômes d’une « critique en régime d’impuissance », c’est-à-dire du retournement de l’indignation contre soi-même qui se manifeste lorsque les ressorts de l’incrimination s’épuisent et que la colère ou la révolte ne trouvent plus d’accès à la parole publique39.

28Le renversement de la honte en indignation, comme le passage de la tristesse à la critique sociale, pourtant essentiels dans la dynamique des actions collectives, forment des questions peu explorées dans le détail. Assurément un chantier demeure ouvert là aux investigations qui étudieraient la sensibilisation émotionnelle comme une précondition de l’engagement politique.

2. Raisons des mobilisations

29A posteriori, il apparaît que les interprétations construites par les divers commentateurs du mouvement se sont articulées autour de trois grandes thématiques : la question pédophile, parfois liée à celle du statut de l’enfant dans la société ; l’appareil judiciaire, le déplacement de la démocratie sur la Justice, et, plus largement, le fonctionnement des institutions publiques ; enfin les dérives sociétales globales, la dénonciation de nouvelles formes d’inégalités sociales et la revendication d’une plus grande « justice sociale ».

  • 40 L. BOLTANSKI, La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié, (...)

30Nous allons détailler chaque thématique. Mais leur passage en revue et la seule juxtaposition de leurs conclusions n’auraient qu’un intérêt limité. Il nous faut problématiser notre lecture autour de la question des ressorts des mobilisations collectives. Les travaux de L. Boltanski peuvent nous y aider. Dans son analyse de la médiatisation de la souffrance, il a montré que pour provoquer une mobilisation autour d’une affaire ou d’une cause commune, une souffrance particulière doit être « configurée » dans un récit. Pour Boltanski, les formes que peut prendre ce récit, et la nature des réactions collectives qu’il suscitera, ne sont pas en nombre illimité : elles mettent en jeu un même schéma actanciel40.

31En d’autres termes, les mobilisations collectives ne peuvent s’opérer en l’absence d’une faculté d’imagination et d’une coordination des imaginations entre différents témoins d’une même souffrance, voire d’une identification forte avec les protagonistes du drame. La mobilisation prendra un sens très différent selon que l’imagination est orientée vers l’un ou l’autre actant représenté dans le récit. Par exemple, une identification à la victime contre son persécuteur (opposant) entraînera l’indignation et la dénonciation critique alors qu’une identification à ceux qui la soutiennent (bienfaiteurs) orientera davantage vers la pitié.

32Inspirée de ce développement, l’hypothèse générale qui va orienter notre revue de littérature est la suivante. La diversité des motifs de mobilisation s’est trouvée liée à la multiplicité des identifications aux actants du drame. Selon que l’identification s’est effectuée avec les enfants comme victimes, avec leurs parents comme victimes ou comme acteurs critiques, avec les responsables politiques et judiciaires comme adjuvants ou comme opposants d’une quête..., les mobilisations se sont orientées dans des directions différentes, sinon opposées ; les quêtes personnelles et collectives (quête de reconnaissance, de justice, de réforme, de dénonciation critique...) ont revêtu des natures, elles aussi, contrastées. Notre objectif est de montrer comment a été décrite la pluralité des identifications ainsi que les dynamiques collectives qu'elles soutenaient.

2.1. Interprétations centrées sur la question pédophile

  • 41 J. VOGEL, Les premiers pas..., op. cit., p. 19.

33En se focalisant sur la problématique de la pédophilie et de la maltraitance d’enfants, nombre d’auteurs ont suggéré une identification possible avec les enfants abusés, comme victimes dans lesquelles les adultes ont reconnu (ou imaginé) leur propre enfance brisée. J. Vogel, notamment, a décrit le ressort de l’identification en insistant sur la « part d’enfant que chaque adulte conserve en lui » et donc la « possibilité qu’il a de s’éprouver imaginairement victime de la même horreur »41.

34L’enfance est souvent apparue comme un « symbole d’innocence et de pureté », de « simplicité naturelle et de spontanéité » et les atteintes à ce symbole auraient produit un sentiment intolérable d’insécurité. Renvoyés à notre propre enfance, nous pouvions nous sentir touchés individuellement – l’enfance apparaissant comme un lot commun permettant le rassemblement – en même temps que nous étions confrontés à notre culpabilité dans notre fonction de protection des enfants.

  • 42 A. GEERAERTS, Echos..., op. cit., p. 45.

« Une défaillance ou un défaut de prévoyance demeurent effectivement toujours possibles. L’Enfant-Roi est devenu l’enfant abusé, qui dénonce notre faiblesse face au mythe du ‘bon parent’ »42.

  • 43 Ibid.

35Constatant l’identification fréquente aux enfants-victimes, les professionnels de l’enfance maltraitée ont pu attester une « montée de l’angoisse » dans la population, un « stress post-traumatique » et un « travail de deuil » à effectuer suite aux horribles découvertes d’août 96, ainsi qu’une multiplication des plaintes et signalements relatifs aux maltraitances d’enfants43.

  • 44 N. BURNAY, N’a-t-on pas oublié de dire : de l’amalgame de l’abus sexuel aux discours sur l’enfant, (...)

36Tentant de replacer la problématique de la pédophilie dans son contexte sociohistorique, certaines analyses ont ensuite fait valoir « l’évolution des représentations de l’enfant et de la sexualité » dans les sociétés modernes. La valorisation de l’enfant, sa sublimation par l’image voire sa « sacralisation » seraient des « phénomènes très récents dans la longue histoire de l’humanité et de ses modes de sensibilité ». L’évolution des représentations de la sexualité aurait d’autre part libéré l’accès à la parole et « l’expression de souffrances cachées et enfouies, non seulement dans une profonde détresse individuelle, mais également dans un sacré tabou social ». Au terme de cette double évolution relative à l’enfance et à la sexualité, on comprend que l’abus sexuel commis sur l’enfant aurait crispé l’attention et focaliserait le débat44.

  • 45 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit., p. 141. Pour l’auteur, la crise ouverte par l’affaire Dutroux (...)
  • 46 J. Marquet a insisté sur la nécessité pour la vie en commun d’un « socle moral minimum », dont l’e (...)

37C’est pourquoi l’assassinat d’enfants a parfois été considéré comme la « dernière figure du mal absolu dans une société qui doute de ses valeurs »45, et la dénonciation de la pédophilie (associée à celles de l’inceste et de la maltraitance) comme le dernier lieu d’accord moral de la société, le « socle moral minimum » en-dessous duquel il n’est pas possible de faire lien social46.

  • 47 L. KARPIK, L’avancée politique de la justice, Le Débat, 1997, pp. 96, 101.

38La protection des corps et la défense de l’innocence enfantine ont été « converties en absolus » dans un monde dominé par la crise et l’insécurité. « Elles fondent la ligne de démarcation entre l’humanité et l’inhumanité », écrivit L. Karpik. La dénonciation des violences faites aux corps, meurtres sexuels, viols, inceste, pédophilie, s’inscrit dans les « forces de mobilisation qui ont voulu rompre avec la passivité de la puissance publique face à une violence traditionnelle » jusqu’alors livrée à la « complicité silencieuse »47.

  • 48 L. KARPIK, ibid. Dans une perspective plus critique (voire cynique), A. Garapon et L. Engel estime (...)

39Selon cette interprétation, la lutte contre la corruption des mœurs (ordre familial) et contre la corruption des dirigeants (ordre politique), qui se développent ensemble, « énoncent les conditions nécessaires du vivre ensemble ». C’est pourquoi l’identification aux enfants-victimes traduirait une « inquiétude sur les limites du laisser-faire généralisé (...) et plus généralement sur les conditions d’un ordre qui protège les personnes de l’impuissance, de la barbarie et du chaos ». Elle porterait l’exigence d’une « instauration des bornes fixes, (d’une) détermination des frontières intangibles qui délimitent une commune humanité »48.

  • 49 J. VOGEL, Les premiers pas..., op. cit., pp. 19-20.

40A contrario, la désignation de Dutroux comme « monstre » aurait manifesté une négociation sur les frontières de l’humanité. J. Vogel y a vu un rapport à la « mise en acte organisée de phantasmes de meurtre, de torture, de viol et d’inceste dans un cadre d’impunité offert par des garants de la loi. Des phantasmes dont chaque être humain est possédé, le plus souvent sans en avoir conscience ». Ce qui était en cause, c’est le « refoulement des pulsions immédiates comme noyau primordial élémentaire du lien social » ; l’affaire Dutroux et la révélation de l’impunité dont il a pu jouir ont fait « vaciller ce socle élémentaire de toute vie sociale » pour chaque sujet appartenant à la collectivité. L’ampleur des émotions ressenties aurait témoigné d’une « réaction élémentaire de légitime défense du corps social devant ce qui menace de le détruire »49.

41Enfin, différents auteurs ont associé l’identification aux enfants à une position spécifique par rapport au temps. Certains ont estimé que la défense de la place et des droits de l’enfant était articulée à une « volonté d’emprise sur l’histoire immédiate ». Dans des sociétés où les repères de mémoire et de projets sont en dissolution, il y aurait surprojection sur les enfants comme dernier refuge pour l’avenir.

  • 50 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit., p. 141.

« Ces événements offrent une illustration supplémentaire de l’investissement dans l’enfant de toutes les sociétés contemporaines. Lorsque l’avenir devient à ce point incertain, on projette tous ses espoirs vers l’enfant »50.

  • 51 F. LAVACHERY, Conjoncture blanche..., op. cit., p. 15.

« L’intérêt, en quelque sorte méthodologique, d’une action fondée dans le respect de l’enfant, est de pouvoir juger de toute attitude à l’aune de cet objectif qui condense l’avenir dans l’immédiat »51.

  • 52 F. OST, Julie et Mélissa : la mémoire et après ?, Juger, 1998. no 14-15, p. 12.

42L’analyse de F. Ost a permis d’aborder cette question de manière plus complexe et approfondie. Élargissant le problème de la temporalité au-delà d’une focalisation sur le présent des enfants, il a estimé que l’affaire Dutroux a traduit un « fantastique retour du temps de la mémoire », qui a permis de « lier le passé » dans une société marquée par un « rythme effréné » de changements. Elle a provoqué un travail de deuil et de sursaut vis-à-vis de crimes abominables. Mais, poursuivait-il, « une vie sociale équilibrée » ne peut reposer sur la seule mémoire. Il lui faut à la fois lier le passé (dans la mémoire) et le délier (dans le pardon), comme il lui faut lier l’avenir (dans la promesse) et dans une certaine mesure aussi le délier (dans la remise en cause)52. Ces différents « temps » engagent, comme nous allons le voir, des conceptions différentes de la responsabilité dont il convient de construire les justes articulations.

2.2. Interprétations centrées sur les institutions et la question de la juridicisation

43Avec les interpellations adressées aux institutions publiques déjà évoquées, apparaît un second mécanisme d’identification, orienté essentiellement vers les parents des petites filles disparues et vers les acteurs institutionnels qu’ils ont dénoncés.

  • 53 G. HAARSCHER, De la nouvelle citoyenneté..., op. cit., p. 42.

44Même si des défaillances spécifiques ont été soulignées pour les institutions judiciaire et policière, celles-ci ne furent pas toujours distinguées dans les analyses, nombre de critiques valant pour ces deux institutions. Dans ses premiers commentaires, G. Haarscher par exemple estimait que la crise de 1996 fut un révélateur d’une insatisfaction sourde quant à l’État, une « cristallisation » d’expériences éparses, la « prise de conscience d’un défaut de citoyenneté difficilement ‘localisable’ »53.

  • 54 Ibid.

« De nombreux participants à la Marche blanche avaient sans doute en tête le souvenir de petites humiliations accumulées : (...) quand Nabila Benaïssa raconta comment on l’avait traitée, elle et sa famille, dans la situation d’angoisse intense que l’on imagine après la disparition de Loubna (on les avait fait attendre comme s’ils avaient perdu un portefeuille), de nombreux citoyens ordinaires ont dû se reconnaître dans ces propos, y projeter l’obscur sentiment de contradiction, qu’ils avaient jusque là ressassé sans bien l’expliciter, entre ce qu’on leur avait appris de la dignité du citoyen et la réalité de l’État, ce ‘monstre froid’ »54.

  • 55 E. BROGNIET et alii, La dette démocratique, op. cit., p. 5.

45Le « cri de douleur et de protestation des parents » a dès lors acquis une résonance extraordinaire55. En s’y reconnaissant, nombre de participants aux mobilisations ont sans doute cherché à faire entendre leur voix dans la revendication d’une justice « plus humaine et plus efficace ».

46Celle-ci peut être associée au « déplacement du lieu symbolique de la démocratie vers la justice » qu’ont souligné de nombreux sociologues et criminologues. Selon Y. Cartuyvels et P. Mary, l’accroissement important de la « demande d’intervention judiciaire » a fait de la Justice un « maillon providentiel ». Constatant une « juridicisation » de la vie sociale, ils se sont interrogés sur les mutations des manières de rendre le droit et sur les liens qu’elles entretiennent avec la vie démocratique.

  • 56 Y. CARTUYVELS et P. MARY, Crise de la Justice..., op. cit., pp. 100-105.

47L’avènement de l’Etat social avait correspondu, selon leur analyse, à une « justice protectrice, en quête du juste social ». Le juge s’y appuyait autant sur le savoir scientifique, « vecteur privilégié de l’efficacité recherchée par l’Etat social », que sur le respect de la forme juridique. Mais cette justice objectivait les individus dans des catégories fournies par les experts, sans faire « droit à la vérité vécue par le justiciable », « sans prendre la peine d’écouter le sujet ». Elle demeurait « autoritaire, verticale et imposée », prêtant le flanc à la double critique de la bureaucratisation et de l’inhumanité. Ce modèle cèderait progressivement le pas à d’autres manières de rendre le droit. Le modèle émergent serait celui d’une norme négociée, inventée dans le mouvement de sa mise en œuvre et « dont le contenu est en principe discuté avec ses destinataires afin de mieux assurer son respect »56.

48Cette mise en question accompagnerait une « requalification de la politique » qu’A. Garapon et L. Engel ont voulu analyser à travers quatre processus : le « rééquilibrage d’un Etat souverain par un Etat justiciable » ; le « passage d’un modèle administrateur à un modèle arbitral » ; « l’émergence d’un Etat protecteur à côté d’un Etat redistributeur » ; et enfin la « pondération d’un Etat centralisé par un Etat procéduralisé ». Ces processus, interdépendants, sont convergents et ambivalents. Reposant sur l’abandon d’une représentation pyramidale de la démocratie, ils indiqueraient la recherche de nouvelles règles, fondées sur la clarté, le réalisme, le respect scrupuleux des principes.

  • 57 L. ENGEL et A. GARAPON, La montée en puissance de la justice..., op. cit.
  • 58 L. KARPIK, L’avancée politique..., op. cit., pp. 98-99.

49Ainsi la Justice deviendrait le lieu de la démocratie. Il s’agirait d’une démocratie où « le prétoire est utilisé par tous, à commencer par le politique, comme un nouveau forum politique » ; où le traitement des conflits interpersonnels « rapprochés » permet la recherche de nouvelles règles ; où la « victimisation » est liée à l’entrée en scène publique de « nouveaux sujets politiques » qui exigent de voir leur dignité respectée57 ; où la « passion égalitaire» et la « citoyenneté judiciaire » s’étendent de façon décisive, aucun privilège ne résistant au principe de l’égalité devant la loi, la justice et les juges étant « reconnus comme les instances d’expression et de réalisation privilégiées du bien commun »58.

  • 59 L. ENGEL et A. GARAPON, ibid. ; L. KARPIK, ibid.

50Mais il s’agirait aussi d’une démocratie où la pénalisation, qui réduit les problèmes à des questions de personnes et de fautes individuelles, empêche que l’on « aborde les questions collectives dans leur dimension politique » ; où le législatif régresse sur le vital, le politique sur la prévention des risques ; où la délation devient une « nouvelle forme de contrôle social » ; où la déliaison se fait brutale entre la société civile et les élites appartenant à « l’appareil étatico-judiciaire »59.

51Par conséquent, ainsi que le notent plusieurs analystes, l’ambivalence de la demande d’intervention judiciaire se traduit dans des attentes contradictoires au sein de la population, dans le double sens d’une liberté accrue et d’une protection supplémentaire de l’État. Jamais la Justice n’a été autant sollicitée, alors même qu’elle est radicalement mise en cause. En d’autres termes, les gens identifieraient les acteurs de l’institution judiciaire à la fois comme de possibles adjuvants et de possibles opposants à leur quête de réformes.

  • 60 F. Ringelheim, cité par J. MOINS, Enquête sur l’enquête..., op. cit., p. 38.
  • 61 Ibid. ; C. PANIER et V. PAULUS, Les dysfonctionnements..., op. cit.

52Face à ces ambivalences, les membres du corps judiciaire qui se sont exprimés dans la tourmente de l’année 1996 ont abouti à des conclusions convergentes. Les interpellations adressées à une Justice qui est une « cléricature d’un autre temps » doivent être entendues, ont-ils dit en substance. « La démocratie a besoin de justice comme la justice a besoin de démocratie »60. L’imagerie judiciaire qui « reliait l’exercice de la fonction de juger à un magistère divin » continue de marquer les pratiques actuelles : elle doit être mise en question. La sclérose de la magistrature, « corps immobile depuis plus d’un siècle », est devenue intolérable ; il s’agit de cultiver une dynamique ouverte à la critique interne comme externe. Avec les réformes engagées, il faut s’interroger sur la crise de confiance de la part du public, mais aussi sur la crise de légitimité et d’identité du point de vue des juges61.

  • 62 C. Panier cité dans P. GILLIS, op. cit., p. 19.

53Mais il faut également s’interroger sur les demandes d’une justice de proximité et « craindre le glissement de proximité à promiscuité ». La fonction de juger nécessite l’introduction d’un tiers dans le conflit. Elle « est autant, si pas davantage, symbolique qu’immédiatement sociale : il s’agit de réinstituer le social à travers la médiation de la loi, là où il y a eu un conflit ou une rupture du lien. La Justice est destinée à recréer du lien social ; reste à savoir sur quel mode elle doit le faire »62. Cette préoccupation, dont on peut se demander si elle fut rencontrée par les réformes récentes de la Justice, demeure assurément d’actualité, comme en témoignent d’autres articles de cet ouvrage.

2.3. Interprétations centrées sur la citoyenneté, les attentes de reconnaissance et la question du politique

  • 63 E. BROGNIET et alii, La dette démocratique, op. cit.

54En se reconnaissant dans le « cri de douleur et de protestation des parents », les manifestants blancs ont sans doute réclamé une justice qui porte davantage attention aux victimes. Nombreux sont cependant les observateurs pour lesquels la demande d’intervention judiciaire contenait plus qu’une demande de réforme des appareils. Certes la « perte de confiance » de la population dans les institutions démocratiques était liée à « l’indispensable rétablissement d’une puissance publique fiable, compétente, respectueuse et juste » ; mais elle portait en elle la « nécessité d’un approfondissement démocratique » et l’exigence d’un « nouveau cadre de citoyenneté »63.

  • 64 Ibid.

55Selon ces auteurs, « l’effervescence populaire » n’était pas une menace pour la démocratie mais au contraire la « condition de sa vitalité ». Le droit de faire de la politique, c’est le « droit de s’insurger » contre la « déglingue générale » dans les services publics, écrivaient-ils, et c’est le droit de poser la question des responsabilités politiques contre la résignation, contre l’opposition schématique entre performance et solidarité qui permet aux responsables de se réfugier derrière le « réalisme technocratique », contre la dépolitisation de l’économie. Était en jeu, selon eux, un « renouveau des liaisons entre le citoyen et la décision politique »64.

  • 65 F. DASSETTO, Des événements..., op. cit.
  • 66 J. VOGEL, Les premiers pas..., op. cit., p. 21.

56Ce renouveau paraissait d’autant plus urgent que l’espace politique se trouve profondément transformé. F. Dassetto a souligné qu’il n’existe plus en Belgique d’« agora où se déroulerait le débat public » : l’espace politique est de plus en plus structuré par le processus de globalisation, qui produit une « division nouvelle du travail politique ». La dissolution de l’État, l’extension des doutes relatifs à la bureaucratisation et la corruption en l’absence de contrôle des institutions, sont liés à une crise des instances de médiation, à une « désappropriation de la maîtrise du devenir particulier » et à une « délégitimation de la participation aux niveaux étendus et structurants » du pouvoir65. Elles ont permis une « irresponsabilité proliférante » et transformé la corruption en « trait structurel, systémique de la société où nous vivons »66.

  • 67 A.M. ROVIELLO, L’extase..., op. cit., p. 174. Dès lors, le lien entre la corruption politique et l (...)

57Ainsi la révolte contre « l’impuissance de l’Etat à garantir une considération égale pour la dignité de chacun » pouvait-elle être considérée comme une « révolte quant au fond politique qui relie les victimes de Dutroux et celles de la mondialisation ». Elle aurait témoigné du « refus de subir dans la passivité le mépris ». Elle se serait placée « sur fond d’un dysfonctionnement principal » : le « rejet dans la misère matérielle et existentielle » d’un nombre croissant de membres d’une société soumise aux lois de la marchandisation67.

  • 68 Y. CARTUYVELS et P. MARY, Crise de la Justice..., op. cit.

58Selon ces commentateurs, un profond sentiment d’insécurité est apparu dans les marches blanches, suscité par la « logique économiciste du "tout est marchandise" ». L’insécurité de plus en plus largement partagée est typique d’une « société individualiste marquée par la dérégulation et la fragmentation sociale qui se cherche de nouveaux repères normatifs et de nouveaux modes de socialisation »68.

  • 69 Ibid. : p. 98.

« ... si elles se focalisent sur la justice, les plaintes et les critiques ne peuvent nous faire oublier que le malaise est plus général. En filigrane, derrière les difficultés de la justice émerge la question du politique (...). Derrière les cris qui dénoncent l’impuissance d’une justice déshumanisante se déchiffre le profond sentiment d’insécurité que suscite le repli de l’éthique et du politique sur la seule logique économiste du "tout est marchandise". Si la justice est aujourd’hui en ligne de mire, elle est bien le réceptacle d’un malaise de civilisation qui la dépasse et qui interroge l’ensemble des acteurs qui constituent une société »69 ·

  • 70 L. KARPIK, L’avancée politique..., op. cit., p. 103.
  • 71 Ibid., p. 106.
  • 72 Sur ce point, la plupart des magistrats qui ont commenté les mobilisations blanches et leurs effet (...)

59Dans la même perspective, les institutions qui « permettaient aux personnes de nouer le lien entre elles, de penser leurs rapports au passé et de concevoir leurs singularités professionnelles, sociales et nationales » se sont affaiblies et leur affaiblissement a été en partie provoqué par la dérégulation du marché et le jeu de marchés financiers globalisés. La « désaffiliation » est devenue une expérience largement partagée70. Or « plus une société s’organise autour du marché et plus elle donne (et doit donner) de l’importance au droit et à la justice pour maintenir la règle du jeu démocratique »71. Ce paradoxe, qui pose le problème des équilibres entre institutions politiques et judiciaires72, montre la difficulté de retrouver prise par le débat démocratique sur des évolutions économiques globales qui semblent échapper aux régulations « citoyennes ».

  • 73 Sur ces différentes formes de responsabilité, cf. C. Panier dans P. GILLIS, op. cit., p. 30.

60Face aux menaces du laisser-faire, concluent les auteurs, le mouvement populaire a été un mouvement proprement politique où s’est revendiqué un exercice collectif de la responsabilité – responsabilité pénale et disciplinaire, mais aussi politique et morale73 – même s’il a sans doute éprouvé de grandes difficultés à articuler ces formes de responsabilité.

  • 74 A.M. ROVIELLO, L’extase..., op. cit., p. 179.

Dès le début, les parents « interpellaient les responsables, les prenaient pour interlocuteurs de leur critique, et demandaient à ce qu’on les considère également comme des interlocuteurs coresponsables (...). La révélation des enquêtes est que des catastrophes ont été engendrées par l’irresponsabilité des responsables institutionnels. Peut-on encore parler dans ce cas de simples dysfonctionnements ? C’est la question légitime et inquiétante que posent les parents »74.

61De ce point de vue, l’exercice de la citoyenneté a été associé à l’exigence d’une gestion responsable de l’ensemble des institutions publiques. Selon d’aucuns, cette préoccupation gestionnaire a donné lieu à une reconstruction de la critique sociale qui pose notamment la question de la sortie des modèles bureaucratiques et celle de l’évaluation de l’efficience des services publics.

  • 75 O. KUTY et alii, Les comités blancs, un défi citoyen ?, Ottignies, Quorum, 1998, pp. 75-88. Sur la (...)

62Les critiques qui portaient sur les défaillances institutionnelles, largement relayées par les analystes avant que les controverses sur les manipulations d’informations n’occupent le débat public, attestent ainsi la mutation des sensibilités en matière de responsabilité. Selon certains sociologues, loin de la recherche de boucs émissaires, la « quête d’une nouvelle responsabilité » a été de plus en plus associée à l’évaluation des pratiques professionnelles et liée de manière indissoluble à la citoyenneté75.

  • 76 C. BERT, La marche blanche..., op. cit.

63Enfin, différentes analyses ont indiqué que dans leur exigence de coresponsabilité, les manifestations n’ont pas seulement traduit une quête de sens confuse, mais plus radicalement la prise en charge de la subjectivité des citoyens, contre une conception de la politique ou de la citoyenneté qui reposait sur « l’oubli de soi »76. En ce sens, les mobilisations blanches ont pu apparaître porteuses de demandes de reconnaissance particulièrement fortes, que les parents des petites victimes ont publiquement formulées et relayées, mais dans lesquelles semblaient se retrouver de nombreux marcheurs.

  • 77 J.M. CHAUMONT, Les attentes de reconnaissance des victimes, La Revue nouvelle, 1997, no 1, pp. 70, (...)
  • 78 J.M. CHAUMONT, La concurrence des victimes : génocide, identité, reconnaissance, Paris, La Découve (...)

64Si l’identification aux parents des petites filles a pu être aussi forte, écrivait J.M. Chaumont, « c’est que leur exigence d’être reconnus victimes rencontre un sentiment diffus : tout le monde, d’une certaine manière, se sent victime » et chacun a pu trouver dans les appels des parents un écho de sa propre expérience d’insécurisation, d’infantilisation par les institutions et de stigmatisation par la société77. Assurément « porteuse de dérives spécifiques », la revendication d’un statut de victime exprime cependant une attente profondément politique de reconnaissance d’une égale dignité entre les personnes78.

  • 79 L’auteur s’appuie ici sur la « grammaire » des formes de reconnaissance développée par le philosop (...)

65L’attente de reconnaissance est elle-même pluridimensionnelle, ce qui explique, a posteriori, l’ampleur des manifestations et la puissance politique qui les animaient. En effet, les formes de reconnaissance peuvent se situer à trois paliers différents, selon qu’elles relèvent de la confiance en soi, du respect de soi ou de l’estime de soi79. Le premier palier est le plus fondamental : lors de violations graves de l’intégrité physique ou morale, la perte de la confiance de base en soi et dans le monde provoque « l’effondrement des certitudes tacites fondamentales » qui rendaient la vie possible. Les dommages au respect de soi se produisent quand on a le sentiment de n’être pas traité « comme on serait en droit de l’être ». Enfin, les attentes qui portent sur l’estime de soi sont liées à la considération sociale obtenue pour ses accomplissements.

66Or on peut estimer avec J.M. Chaumont que les parents des enfants disparus ont enduré des dénis de reconnaissance dans les trois dimensions, ce qui pourrait expliquer les diverses possibilités d’identification qu’ils offraient et l’exceptionnel écho qu’ils ont rencontré dans l’opinion publique au début de leur action collective. En conséquence, les attentes et revendications exprimées dans les manifestations ne peuvent être réduites à une seule dimension ; dépassant le seul cadre des réformes judiciaires, elles devraient, aujourd’hui encore, être appréhendées dans toute leur épaisseur existentielle et politique.

3. Modalités des mobilisations

67Le problème de la configuration d’attentes de reconnaissance et de justice en critiques sociales ou en revendications spécifiques pose la question des supports de médiatisation qui ont permis, dans une mesure qui reste à déterminer, le passage de « cris de douleur et de révolte » à des protestations proprement politiques, grâce à l’imputation de responsabilités précises dans les défaillances institutionnelles et dans la souffrance sociale actuelle. Ce problème pose aussi celui de l’institutionnalisation du mouvement qui s’est voulu porteur de ces plaintes.

68Dans cette dernière section, nous allons nous intéresser aux analyses qui ont porté sur les modalités d’action du mouvement blanc, sa composition, son organisation et sa signification relativement à de nouvelles formes de militantisme politique. Conscients que cette interrogation demeure ouverte, nous évoquerons les controverses sur son impact politique. Nous lierons enfin cet ensemble d’analyses à celles qui se sont centrées sur la médiatisation des plaintes et les mécanismes de représentation démocratique dans des espaces publics en recomposition.

3.1. Analyses de la composition du mouvement

69Mobilisation « spontanée » ou « ritualisée », la marche blanche d’octobre 96 a-t-elle donné naissance à un nouveau mouvement social ? Quelle était la composition de ce mouvement ? Comment s’est-il structuré ? Quelle fut sa capacité de relayer des attentes particulièrement hétérogènes dans l’espace public ? Quel impact a-t-il eu sur le système politique ?

  • 80 A. JAMART, La Belgique entre scandales et démocratie, Esprit, 1996, no 227, pp. 164-170.

70Les commentateurs ont souvent insisté, dans leur appréciation du mouvement blanc, sur son consensualisme, son unanimisme ou son populisme. Sa structuration se serait opérée en surmontant un large ensemble de clivages sociaux et moraux. Selon plusieurs observateurs, l’identification de tous à l’enfant aurait accentué l’unanimisme. Les marcheurs auraient participé d’un « même élan populaire pour une cause commune, toutes classes et appartenances confondues, sur fond de mécontentement social »80.

  • 81 F. LAVACHERY, Conjoncture blanche..., op. cit., pp. 13-14.

71Certains militants du mouvement ont d’ailleurs repris cette perception à leur compte, dans les premiers temps de leur engagement. Ils ont estimé que le mouvement blanc était un mouvement « où ne domine aucune catégorie sociale » pour réunir « toutes les idéologies de l’échiquier politique à l’exception de l'extrême-droite », sur fond d’une « culture populaire » rétive à tout « verrouillage idéologique »81.

  • 82 J. DESSART et alii, Proposition..., op. cit., p. 150.

« Un mélange inédit de personnes de toutes conditions, de tous âges et de toutes convictions travaillent ensemble en dehors de toutes les structures, schémas et traditions des organisations politiques, sociales et culturelles de notre société », écrivirent différents membres de comités blancs. « Les comités blancs ont simplement décidé de veiller à leurs voisins. Ils s’y tiennent avec opiniâtreté, adoptant une double attitude : le soutien direct aux victimes et le contrôle vis-à-vis des institutions. Us organisent une solidarité chaleureuse et c’est pourquoi ils existent d’abord localement (...). Les comités blancs sont l’actualité d’une démocratie directe d’initiative populaire, dont les modes d’articulation à la démocratie instituée par l’Etat de droit sont à inventer »82.

  • 83 F. DASSETTO, Des événements..., op. cit.

72Pourtant, certains sociologues ont également insisté sur l’existence de « clivages de classes » présents dès la naissance du mouvement. Marqué par « l’absence de l’élite dirigeante, financière, managériale, technoscientifique » en ses rangs83, son unanimisme supposé recouvrait en fait des distinctions de conditions et d’opinions essentielles, qu’il convenait d’éclaircir.

73L’analyse de B. Rihoux et S. Walgrave, fondée sur une enquête de terrain systématique, a permis de dresser un « portrait des citoyens blancs » plus précis. Distinguant différents degrés d’implication dans le mouvement (entre les « marcheurs », les « militants » et les « responsables blancs »), les auteurs ont abouti à un ensemble de conclusions remettant en question la nature populaire ou unanimiste des mobilisations.

  • 84 Près de deux tiers des personnes mobilisées dans les marches blanches, ainsi que dans les comités (...)
  • 85 Ainsi, plus de quatre marcheurs blancs sur cinq ont au moins un enfant (pour 65 % dans l'ensemble (...)

74Ils ont montré que les femmes étaient sur-représentées par rapport aux hommes dans les différents niveaux du mouvement84, ce qui s’expliquerait par une identification plus nette des femmes avec les petites victimes et leurs mères, largement présentes dans les médias. De même, les parents – en particulier ceux de familles nombreuses – étaient sur-représentés par rapport aux adultes sans enfants85.

75Ensuite, si toutes les catégories d’âge étaient représentées dans les marches et les comités blancs, qui ont de ce fait constitué des mobilisations « transgénérationnelles », elles ne l’étaient pas dans les mêmes proportions : les moins de 29 ans et les plus de 70 ans étaient moins présents. Les auteurs l’expliquent par le fait que les personnes les plus mobilisées, âgées de 30 à 55 ans environ, étaient celles qui sont les mieux insérées socio-professionnellement, les plus actives dans l’associatif et le politique, et aussi les plus susceptibles de s’interroger sur la sexualité et la protection de leurs enfants, dont on peut penser qu’ils avaient à peu près l’âge des enfants disparus.

  • 86 Les personnes sans diplôme ou diplômées de l’enseignement primaire sont 9 % parmi les marcheurs bl (...)

76Enfin, les membres des « couches intermédiaires et intermédiaires supérieures de la société, c’est-à-dire une certaine "classe moyenne" », ont été plus largement présents dans le mouvement que les autres. Ainsi, les personnes sans diplôme ou ayant un diplôme du primaire étaient fortement sous-représentées, à l’inverse des diplômés de l’enseignement supérieur86. Parmi les marcheurs blancs, il y avait plus de personnes actives que dans l’ensemble de la population, et parmi celles-ci, plus d’employés que de membres de toute autre catégorie socioprofessionnelle.

  • 87 Ibid., p. 68.
  • 88 O. KUTY et alii, Les comités blancs..., op. cit., p. 40.

77En définitive, si « aucune catégorie importante de personnes n’est absente des mobilisations blanches »87, l’enquête n’a pas vérifié la nature « populaire » des mobilisations. Les actions collectives n’ont pas été le fait des classes « socialement et culturellement défavorisées dans la société belge ». Le public mobilisé aurait été plus proche de celui des nouveaux mouvements sociaux, composés en large partie de membres des classes moyennes, que du mouvement ouvrier ; des « gens issus dans leur grande majorité des petites classes moyennes et de milieux modestes, des gens qui ne s’étaient jamais impliqués dans des actions syndicales ou d’autres mouvements »88. Le mouvement n’était donc pas non plus populaire au sens où il aurait représenté un exact miroir de toutes les catégories socioprofessionnelles du peuple belge, dans une sorte « d’union sacrée ».

78Ces observations permettent de prendre la mesure des différences de catégories dans la composition d’un mouvement qui se donnait délibérément des contours flous. Elles pourraient cependant être prolongées par une interrogation sur la construction des catégories « objectives » retenues dans l’analyse et par un questionnement sur la nature des appartenances collectives dans lesquelles les personnes, militantes ou non, se sont reconnues en participant aux actions blanches.

79Les auteurs ont utilisé des variables surtout liées à la classification socioprofessionnelle. La consolidation de cette classification, à laquelle sociologues et politologues ont largement contribué depuis l’après-guerre, avait permis de partager une représentation de la société composée de couches ou classes sociales ; elle avait aussi soutenu le développement de la critique sociale, qui pouvait imputer l’existence d’injustices à des rapports de domination entre classes. Nous pouvons nous demander si une telle représentation demeure pertinente aujourd’hui. Les variables d’identification sociale classiques, comme les caractéristiques démographiques ou socioprofessionnelles, sont-elles encore celles qui fondent les appartenances collectives et les engagements militants ?

3.2. Analyses de la structuration du mouvement

80Cette interrogation, que nous ne pouvons trancher dans le cadre de ce texte, pose également le problème de la nature des conflits sociaux qui fondent les nouveaux types de mobilisations collectives. Si on s’accorde à ne pas les interpréter dans les termes d’un traditionnel « conflit de classes », il convient de se demander comment décoder leurs enjeux et leurs formes organisationnelles. A ce propos, différentes analyses convergent pour souligner la spécificité des modes d’organisation et de mobilisation des comités blancs : organisation par coordination souple et réseaux, solidarités de proximité, militantisme ponctuel et méfiant des médiations hiérarchisées.

  • 89 Ibid., pp. 9, 11.
  • 90 Ibid.

81Pour O. Kuty, D. Vrancken et A. Faniel, ces nouvelles façons d’agir, « interpellantes à plus d’un titre », doivent être situées « dans le cadre de la crise du modèle classique de la participation sociale »89. Les questionnements et les pratiques des militants blancs, qui « en appellent aux notions de communauté et de responsabilité », ont illustré « combien la société belge est en pleine mutation »90.

  • 91 Ibid., pp. 41-42.

82Trois traits majeurs méritent d’être soulignés. Dans le contexte d’une « démocratie post-représentative », où « les mandats confiés aux représentants sont renégociés en permanence », la légitimité au sein de la militance blanche a reposé d’abord et avant tout sur l’instance locale – le comité en lui-même plutôt que les niveaux étendus de coordination – et sur l’implication directe et forte de ses membres dans les actions menées91.

  • 92 B. RIHOUX et S. WALGRAVE, L'année blanche..., op. cit., p. 140.

83Ensuite, l’hétérogénéité des revendications a sans aucun doute rendu délicate l’institutionnalisation du mouvement. Les enquêtes ont montré que les militants étaient partagés sur les objectifs placés en première priorité dans leur action. La volonté de donner un « signal politique », voire d’élever une protestation en bonne et due forme, était généralement acquise. Mais durant les premiers mois, les enjeux centraux n’étaient pas clairement précisés, les priorités se distribuant entre la « lutte contre la pédophilie », la « solidarité envers les parents » et des objectifs plus directement politiques comme le changement du système politique, la réforme de la justice ou l’émancipation du citoyen face aux institutions92.

  • 93 O. KUTY et alii, Les comités blancs..., op. cit., pp. 50-51.

84Enfin, les axes d’intervention qui se sont progressivement dégagés autour de la solidarité de quartier et du contrôle des déviants se sont appuyés sur la recherche de « sociabilités locales de proximité » ; dans leur quête d’un « milieu consensuel où l’unité prévaudrait sur les divisions », les comités blancs semblent avoir été « à la recherche d’une solution "communautaire" »93.

  • 94 Ibid., p. 61.
  • 95 Ibid., p. 74.
  • 96 Cf. A.M. ROVIELLO, Il faut raison garder !..., op. cit.

85L’importance des appartenances locales, la valorisation des relations primaires (face-à-face) et la difficulté d’une structuration nationale ont eu un poids considérable dans le développement puis le recul du mouvement, qui n’aurait pas échappé aux risques d’un « repli communautaire » tissé de « contrôle social et d’intolérance »94. Méfiants à l’égard de la classe politique, dénonçant la pratique des compromis appréhendés comme des trahisons, porteurs d’une exigence forte de responsabilité institutionnelle, les comités blancs ont été caractérisés par une « forme de mobilisation très labile », appuyée sur une logique de réseau local. Selon cette analyse, ils seraient demeurés au seuil de l’espace public95, alors que d’autres estiment qu’ils ont contribué à modifier les règles du débat public96.

  • 97 Cf. F. LAVACHERY, Conjoncture blanche..., op. cit., pp. 13-14.

86Certains acteurs concernés avaient d’ailleurs eux-mêmes manifesté un refus de toutes les médiations politiques classiques. Ils insistaient sur la dynamique anti-institutionnelle de leur action, voyant dans le mouvement blanc un « réseau de résistance à l'ordre institutionnel » axé sur la vigilance et la solidarité, indépendant d'esprit par rapport à tout « pouvoir institutionnel »97.

87C’est pourquoi les comités blancs se sont rapidement trouvés confrontés à une série de dilemmes cruciaux, à travers lesquels se posait le problème transversal de leur institutionnalisation. Selon B. Rihoux et S. Walgrave, le premier dilemme était celui de la spontanéité des mobilisations ou de l’organisation formalisée d’un mouvement plus durable ; le deuxième, celui de la collaboration avec les pouvoirs ou de la distance critique ; le dernier, celui de la poursuite d’objectifs limités, comme la lutte contre la pédophilie, ou élargis comme la réforme de la justice ou le changement du système politique.

88Ces dilemmes montrent à quel point la portée politique du mouvement pouvait être discutée. En l’absence d’enquêtes récentes, on ne se prononcera pas ici sur les effets réels du réseau blanc sur les pouvoirs institués. On retiendra cependant que sa composition hétérogène et sa défiance vis-à-vis de l'institutionnel ont dès le départ posé la question de sa capacité à durer, même si elles furent dans un premier temps – avant le retournement de l’opinion publique et médiatique – des conditions indispensables à sa réussite.

3.3. Analyses de la médiatisation des mobilisations

89La structuration du mouvement, puis son recul, furent inséparables de sa médiatisation. L’affaire Dutroux et le type d’engagement développé par les marcheurs et les comités blancs ont d’emblée posé la question du « rôle des médias » dans le relais des émotions et dans l’émergence de plaintes originales au sein de l’espace public.

  • 98 Cf. p. ex. F. DASSETTO, Des événements..., op. cit.
  • 99 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit.
  • 100 G. HAARSCHER, De la nouvelle citoyenneté... op. cit., pp. 43-44.

90Un regard rétrospectif montre une certaine polarisation des analyses à ce propos. Durant les premiers temps des mobilisations, fut réitérée une critique désormais classique du spectacle médiatique. Selon plusieurs analystes, les médias mettent le (télé)spectateur à distance de la réalité98 ; ils « affaiblissent les mots et poussent à l’effet d’annonce » ; ils participent à la « dramatisation de la souffrance », sans en permettre une correcte compréhension99. Ils parviennent à « faire jouer la capacité d’imagination du public » et à « susciter l’indignation » vis-à-vis de certaines misères du monde, mais ils provoquent en même temps « l’impuissance du spectateur solitaire »100.

  • 101 M. LITS, Le rôle des médias dans les « affaires », Réseaux. Revue interdisciplinaire de philosophi (...)

91Dans le cas présent, le succès médiatique de l’affaire aurait reposé sur les formes narratives qu’elle permettait. La logique narrative de l’information se serait trouvée particulièrement « en phase avec des sujets d’ordre judiciaire et criminel, puisque tout récit repose sur une rupture d’équilibre et fonctionne dans une tension dramatique, tant dans ses modes de production que de consommation (...) Il y a là une réelle fusion entre la forme narrative et le contenu criminel, qui assurera aussi le succès des faits divers ou des grands procès d’assises » – succès renforcé, en l’espèce, par le poids de l’image et la « médiatisation iconique des parents »101. M. Lits a analysé l’investissement du spectateur dans les figures archétypales des récits de l’affaire construites sur le schéma du récit policier classique. Il a montré l’importance des « fascinations croisées qui se sont développées entre les médiateurs et les parents, d’une part ; entre le public et les parents, d’autre part ». Sa conclusion rejoint celles de nombreux autres commentateurs : le travail journalistique aurait davantage été fondé sur la « spectacularisation de l’émotion » que sur une investigation analytique réelle.

  • 102 F. DASSETTO, Des événements..., op. cit., pp. 90-91.

92Au lieu de susciter le débat et l’engagement civiques, les médias n’auraient pas permis aux « médiateurs institutionnels » de concevoir leur rôle autrement que comme un rôle de « gestionnaires et traducteurs spécialisés ». Pour certains, c’est l’ensemble des médiations qui posent problème dans un espace politique en reconfiguration : la classe politique se serait montrée « fade de convictions » ; les intellectuels, « démunis en raison de leur intégration aux piliers » ; les acteurs des médias, seulement préoccupés de produire un « consensus communicationnel » risquant de devenir une « nouvelle forme de routine participative »102.

93Si le cadrage médiatique des plaintes a incontestablement influencé l’extension de mobilisations, les modalités d’accès à l’espace public doivent être décrites de façon plus précise. A ce propos, les analystes ont pu faire état d’un double renversement.

  • 103 B. GREVISSE, Journalisme dans la tourmente. Quand les pratiques professionnelles affrontent les év (...)
  • 104 B. GREVISSE, Journalisme dans la tourmente..., op. cit., p. 131.

94Dans un premier temps, les événements de l’été 1996 ont bouleversé les conditions du débat public et entraîné le « journalisme dans la tourmente ». Deux « modèles journalistiques » sont entrés en concurrence103. A l’idéal de mise à distance critique, dans lequel le journaliste est amené à « confronter les points de vue, les recouper et tendre à une objectivité dont on sait que l’honnêteté constitue la pierre de touche », semble avoir succédé une forme d’information plus compassionnelle et empathique, où la fonction du journaliste consistait à « devenir acteur de l’information dont il est censé rendre compte »104.

  • 105 F. Antoine et L. Mundschau donnent de nombreux autres exemples de cette posture journalistique à l (...)
  • 106 C. MASUY, Une émotion populaire médiatisée. Laboratoire pour un autre journalisme, dans N. BURNAY (...)
  • 107 B. GREVISSE, Journalisme dans la tourmente..., op. cit.
  • 108 Ibid.

95A titre d’exemple, la journaliste de RTL-TVi qui affirmait, en commentant la retransmission des funérailles de Julie et Mélissa, que son « rôle n’est pas de rendre compte, mais de faire partager une émotion », s’inscrivait bien dans le second modèle105. Pour les journalistes qui ont adopté cette posture, il s’agissait de se transformer en « accompagnateurs médiatiques d’un mouvement social » dans une volonté « d’adhésion compassionnelle »106, « comme si, dépassant la traditionnelle discussion sur la frontière entre les faits et leurs commentaires devenue soudain désuète, ils se positionnaient ailleurs, en une phase peut-être ultérieure, celle de leur participation à l’événement »107. Agissant comme par délégation du public, pour le représenter en se faisant le porte-parole de ses préoccupations, les journalistes ont alors repris à leur compte le thème de la cassure entre les citoyens et les institutions représentatives108.

  • 109 Né du constat d’une désaffection du citoyen pour la chose publique, le « civic journalism » a pour (...)
  • 110 Par exemple, B. Grévisse a rapporté la violente polémique qui a opposé Le Soir aux journaux La Meu (...)
  • 111 Cf. à ce propos la controverse sur les « processus de désinformation » dans l’hypothèse des protec (...)

96Ce premier renversement vers ce qu’il est convenu d’appeler aux États-Unis le « public journalism » ou « civic journalism »109, a produit un second mouvement, en sens contraire. Rapidement, des voix se sont élevées parmi les journalistes pour craindre les « effets d’auto-intoxication », les « dangers d’une information spectacle qui envahit l’intimité des victimes » et les risques de « représentations exclusives du réel, loin du caractère contradictoire de la critique journalistique »110. Le débat sur la construction de l’information et ses manipulations a alors pris une place centrale111

97Certains observateurs estiment que ce second renversement, devenu « virage à 180 degrés », a finalement imposé un silence médiatique de plomb sur le mouvement blanc et porté un discrédit systématique à l’encontre de ses actions. Selon A.M. Roviello, à « l’engouement » d’ailleurs « parfois excessif » des médias pour les parents et leur mobilisation, s’est substitué, dès septembre 97, « tout d’abord un retrait critique, puis un retrait hypercritique ».

  • 112 A.M. ROVIELLO, Il faut raison garder !..., op. cit., p. 62.

« jusqu’au jour où la plupart des journaux belges semblent avoir décider de se taire tous en chœur sur une affaire qui semblait, l’espace d’une nuit, avoir perdu toute importance, alors que les questions essentielles demeuraient en suspens et, avec elles, toutes les inquiétudes qui avaient motivé le mouvement populaire »112.

  • 113 Ibid., p. 63 et s.
  • 114 Ibid., p. 66 et s., 73 et s.

98Pour la philosophe, le silence n’a plus été interrompu que par des dénonciations de plus en plus systématiques « décrédibilisant, désormais, ceux-là même [parents, enquêteurs, parlementaires actifs, journalistes d’investigation] qui avaient incarné le retour de l’éthique dans l’espace public »113. Bien plus, les intentions éthiques du mouvement populaire furent gravement déformées, les médias renvoyant à la population une interprétation de sa révolte réduite à de simples « désirs pervers » de vengeance. Pour finir, la « désolidarisation brutale des discours médiatiques majoritaires vis-à-vis du mouvement de vigilance citoyenne » aboutit selon l’auteur à une « guerre des médias » déstabilisant une opinion publique « qui, dès lors, sembla se résoudre à se détourner, cette fois encore, d’une chose publique devenue si peu lisible »114. A.M. Roviello en conclut à une « désolation de l’espace public belge ».

Conclusions

99Notre texte a cherché à reconstruire quelques conflits d’interprétations relatifs aux mobilisations blanches. Nous avons montré que les qualifications des événements étaient très diverses et leurs interprétations très éclatées. Trois registres d’analyse, portant respectivement sur la question de la pédophilie, les défaillances institutionnelles et la question du politique, ont été distingués. A chaque fois, nous avons observé des mécanismes différents d’identification, qui permettraient de comprendre les ressorts des engagements militants ainsi que la diffraction des plaintes. Nous avons également fait écho aux analyses de la structuration du mouvement blanc et aux controverses relatives à sa médiatisation.

100Dès l’été 1996 est apparue une divergence d’appréciation capitale, transversale à tous les commentaires passés en revue, qui concerne la portée politique des mobilisations blanches. Sans forcer exagérément les termes des oppositions, on peut structurer l’espace des débats autour de deux positions extrêmes. Pour l’une, les mobilisations avaient un caractère foncièrement apolitique, voire antipolitique. Suscitées par un « fait divers » lui-même médiatiquement dramatisé, elles ont au mieux manifesté un sursaut moral dans une exigence de reconnaissance des victimes ; au pire, un populisme consensuel et communautaire, tissé de contrôle social et d’intolérance, se défiant de toutes les médiations institutionnelles nécessaires au fonctionnement démocratique. Pour l’autre position, les mobilisations ont constitué de part en part un mouvement politique où s’est revendiqué un exercice collectif de la responsabilité. Fondées dans une salutaire indignation et dans une légitime inquiétude sur les limites du laisser-faire, donnant naissance à des formes originales de vigilance citoyenne, elles ont incarné un esprit de résistance civique et une volonté de contrôle démocratique des pouvoirs au cœur d’une société livrée aux dérégulations marchandes.

101L’opposition a bien entendu évolué avec le temps et certains auteurs ont à bon droit modifié leur appréciation au fil du déploiement des actions. Nombreux sont également les observateurs qui ont insisté sur les tensions constitutives des mobilisations, troublant l’opposition trop schématiquement rappelée ici. Tension initiale entre le souhait de commémorer collectivement le deuil des enfants disparus et la volonté de dénoncer des défaillances institutionnelles dans une critique sociale de large portée ; tensions sur les priorités ensuite affectées aux actions menées et sur l’institutionnalisation du mouvement ; tensions sur la médiatisation des plaintes et la manipulation des informations... L’ensemble de ces tensions interdit de tirer un bilan simple de l’expérience des comités blancs.

102Nous avons commencé ce texte en évoquant les interprétations de « l’effervescence populaire » et des « nouveaux mouvements sociaux » issus des marches de 1996. Nous terminions la dernière section sur le diagnostic d’une « désolation de l’espace public belge ». Entre ces interprétations, nous ne pourrons trancher. Durant les mois qui les séparent, le paysage sociopolitique belge s’est profondément transformé. La portée de la vigilance citoyenne et son impact effectif sur le système politique institué resteront des questions ouvertes de notre revue de littérature.

Bibliographie

Bibliographie

ANTOINE F. et MUNDSCHAU L., D'un journalisme de la distance à un journalisme d’adhésion ? « Révolution blanche » et transformations du modèle journalistique, dans GREVISSE B. (ed.), L’affaire Dutroux et les médias. Une « révolution blanche » des journalistes ?, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 1999, pp. 15-52.

BELLOUR F., L’avocat du diable, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 55-64.

BERT C., La marche blanche, une démarche éthique, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 111-122.

BOLTANSKI L., La dénonciation, Actes de la Recherche en Sciences sociales, 1984, no 51, pp. 3-40.

BOLTANSKI L., La Souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié, 1993.

BONMARIAGE J., Questionner les évidences, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 143-152.

BROGNIET E. et alii, La dette démocratique, 1997, Cahiers marxistes, no 206, pp. 5-12.

BURNAY N., N’a-t-on pas oublié de dire : de l’amalgame de l’abus sexuel aux discours sur l’enfant, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 15-24.

CARDON D. et HEURTIN J.P., La critique en régime d’impuissance. Une lecture des indignations pour l’abbé Pierre (France Inter), Communication au Congrès de l’AFSP, Aix-en-Provence, 1996.

CARTUYVELS Y. et alii, L’Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, Bruxelles, Complexe, 1997.

CARTUYVELS Y. et MARY P., Crise de la Justice : et au-delà ?, dans Y. CARTUYVELS et alii, L’Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, Bruxelles, Complexe, 1997, pp. 97-126.

CHAUMONT J.M., Les attentes de reconnaissance des victimes, La Revue nouvelle, 1997, no 1 : pp. 70-79.

CHAUMONT J.M., La concurrence des victimes : génocide, identité, reconnaissance, Paris, La Découverte, 1997.

DASSETTO F., Des événements et des faits qui analysent et bousculent la société, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 81-98.

DAWANT R.P., Marc Dutroux : le dossier, Les Dossiers d’Au nom de la loi, Bruxelles, Luc Pire, 1997.

DE MUNCK J. et DE SCHUTTER O., Le siège de la justice, La Revue nouvelle, 1997, no 1, pp. 58-69.

DESSART J. et alii, Proposition pour une analyse des comités blancs par quelques-uns de leurs acteurs, dans B. RIHOUX et S. WALGRAVE, L’année blanche. Un million de citoyens blancs : Qui sont-ils ? Que veulent-ils ?, Bruxelles, EVO, 1997, pp. 149-153.

DEVREUX J., La justice après l’affaire Dutroux : utopie ou réalité, La Revue nouvelle, 1997, no 7-8, pp. 54-56.

ENGEL L. et GARAPON A., La montée en puissance de la justice, disqualification ou requalification du politique ?, Esprit, 1997, no 235, pp. 152-171.

FERENCZI T. (ed.), De quoi sommes-nous responsables ?, Paris, Le Monde, 1997.

FRANSSEN A., Qui sont les protecteurs ?, Politique, 1998, no 4.

GARAPON A., Les leçons d’un automne belge, Esprit, 1996, no 227, pp. 137-149.

GEERAERTS A., Echos d’une équipe SOS Enfants-Famille, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 41-54.

GILLIS P., Justice : dépasser l’émotionnel. Un entretien avec Christian Panier, Cahiers marxistes, 1997, no 206, pp. 17-31.

GREVISSE B., Journalisme dans la tourmente. Quand les pratiques professionnelles affrontent les événements d’une année de troubles, dans P MARION, L’année des médias 1996, Observatoire du récit médiatique de l’Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, Académia Bruylant, 1996, pp. 127-134.

GREVISSE B. (ed.), L’affaire Dutroux et les médias. Une « révolution blanche » des journalistes ?, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 1999.

HAARSCHER G., De la nouvelle citoyenneté au politiquement correct, dans Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, Bruxelles, Complexe, 1997, pp. 41-56.

HACHEZ T., Le palais des glaces, La Revue nouvelle, 1997, no 1, pp. 29-37.

HEINICH N., Sortir du silence : justice ou pardon ?, Le Débat, 1996, no 89, pp. 191-207.

JAMART A., La Belgique entre scandales et démocratie, Esprit, 1996, no 227, pp. 164-170.

KARPIK L., L’avancée politique de la justice, Le Débat, 1997, no 97, pp. 90-107.

KUTY O., VRANCKEN D., FANIEL A., Les comités blancs, un défi citoyen ?, Ottignies, Quorum, 1998.

KWASCHIN J., Citoyenneté : le pari, La Revue nouvelle, 1996, no 7-8, pp. 60-64.

KWASCHIN J., Comprendre, La Revue nouvelle, 1996, no 3, pp.4-7.

LAE J.F., L’instance de la plainte : une histoire politique et juridique de la souffrance, Paris, Descartes & Cie, 1996.

LAVACHERY F., Conjoncture blanche : sous l’émotion, l’émancipation ?, Cahiers marxistes, 1997, no 206, pp. 13-16.

LENTZEN E. et PANIER C., La justice dans la tourmente. Des pouvoirs et des faits, Courrier hebdomadaire du CRISP, 1996, no 1533.

Le PAIGE H., Comment « ne pas laisser passer », Politique, 1996, no 4, p. 65.

LITS M., Le rôle des médias dans les « affaires », Réseaux. Revue interdisciplinaire de philosophie morale et politique, 1997, no 79-81.

MASUY C., Une émotion populaire médiatisée. Laboratoire pour un autre journalisme, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 25-40.

MOINS J., Enquête sur l’enquête : poursuivre la quête de justice, Cahiers marxistes, 1997, no 206, pp. 33-40.

MOLITOR M., Le rêve d’une société juste, préface à N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 5-8.

MUNDSCHAU L., Réseau Dutroux : réseau de récits, dans P. MARION, L’année des médias 1996, Observatoire du récit médiatique de l’Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, Académia Bruylant, 1996, pp. 145-155.

OST F., Julie et Mélissa : la mémoire et après ?, Juger, 1998, no 14-15, pp. 12-19.

PANAFIT L., Production de sens et socialisation de l'événement, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 153-172.

PANIER C. et PAULUS de CHATELET V., Les dysfonctionnements de la justice pénale, dans Y. CARTUYVELS et alii, L’Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, Bruxelles, Complexe, 1997, pp. 81-96.

PERILLEUX T. et MARQUET J., De la plainte sociale à la demande de justice : hypothèses de lecture, dans J. MARQUET et J. BONMARIAGE (sous la direction de), Le bien de l’enfant. Entre normes relatives et exigence vitale, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 1996, pp. 35-48.

PERILLEUX T., MARQUET J., VAN CAMPENHOUDT L., CARTUYVELS Y., OST F., MINCKE C., De la plainte sociale à la demande de justice, dans B. VAN DONINCK, L. VAN DAELE, A. NAJI (dir.), Le droit sur le droit chemin ?, SSTC, Antwerpen/Louvain-la-Neuve, Maklu/Academia-Bruylant, 1997, pp. 201-235.

PERILLEUX T., Les marcheurs blancs entre deuil, fatalisme et critique sociale. Une recherche de terrain, Réseaux. Revue interdisciplinaire de philosophie politique et morale, 1999, no 85-87, pp. 73-93.

RICOEUR P., Le juste, Paris, Esprit, 1995.

RIHOUX B., Mobilisations de parents de victimes, marche blanche et comités blancs. A la recherche d'un « nouveau mouvement social », dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 65-80.

RIHOUX B. et WALGRAVE S., L’année blanche. Un million de citoyens blancs : Qui sont-ils ? Que veulent-ils ?, Bruxelles, EVO, Petite bibliothèque de la citoyenneté, 1997.

RINGELHEIM F., Feux sur la Justice, dans Y. CARTUYVELS et alii, L’Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, Bruxelles, Complexe, 1997, pp. 57-80.

ROVIELLO A.M., L’extase du peuple de Belgique, Esprit, 1997, no 235, pp. 172-188.

ROVIELLO A.M., Il faut raison garder ! Désolation de l’espace public belge, Gerpinnes, Quorum, 1999.

SCHIFFINO N., La démocratie chahutée : entre crise de confiance et exercice de la citoyenneté, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 99-110.

SCHOONBROODT J., Mieux comprendre, La Revue nouvelle, 1996, no 12, pp. 10-13.

SCHOONBROODT J., Le blanc dans toutes ses couleurs, La Revue nouvelle, 1997, no 7-8, pp. 57-59.

TONDEUR A., La crise blanche, Bruxelles, Luc Pire, 1997.

VOGEL J., Les premiers pas d’une longue marche vers la réinvention de la démocratie, dans Y. CARTUYVELS et alii, L’Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, Bruxelles, Complexe, 1997, pp. 15-40.

WYNANTS P., Un événement sans précédent, une mobilisation sans lendemain ?, La Revue nouvelle, 1997, no 1, pp. 38-43.

Notes

1 Comme, par exemple, la controverse sur les témoignages des témoins X recueillis à Neufchâteau.

2 A. GARAPON, Les leçons d’un automne belge, Esprit, 1996, no 227, p. 144.

3 Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, Bruxelles, Complexe, 1997, p. 9.

4 B. RIHOUX, Mobilisations de parents de victimes, marche blanche et comités blancs. A la recherche d’un « nouveau mouvement social », dans N. BURNAY et alii (sous la direction de), La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 65-80 ; B. RIHOUX et S. WALGRAVE. L'année blanche. Un million de citoyens blancs, Bruxelles, EVO, 1997 ; E. BROGNIET et alii, La dette démocratique. Cahiers marxistes, 1997, no 206. pp. 5-12.

5 F. BELLOUR, L’avocat du diable, dans N. BURNAY et alii, La société indicible..., op. cit., p. 55.

6 L. KARPIK, L’avancée politique de la justice, Le Débat, 1997, p. 100.

7 J. MOINS, Enquête sur l’enquête : poursuivre la quête de justice, Cahiers marxistes, 1997, no 206, p. 34.

8 L. KARPIK, L’avancée politique..., op. cit. ; J. VOGEL, Les premiers pas d’une longue marche vers la réinvention de la démocratie, dans Y. CARTUYVELS et alii, L’Affaire Dutroux..., op. cit., p. 15.

9 Y. CARTUYVELS et alii, L’Affaire Dutroux..., op. cit., p. 11.

10 Y. CARTUYVELS et P. MARY, Crise de la Justice : et au-delà ?, dans Y. CARTUYVELS et alii, L’Affaire Dutroux..., op. cit., p. 98.

11 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit.

12 M. MOLITOR, Le rêve d’une société juste, dans N. BURNAY et alii, op. cit., p. 5.

13 A.M. ROVIELLO, Il faut raison garder ! Désolation de l’espace public belge, Gerpinnes, Quorum, 1999.

14 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit., p. 137.

15 A.M. ROVIELLO, L’extase du peuple de Belgique, Esprit, 1997, no 235, p. 174.

16 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit., p. 144.

17 A.M. ROVIELLO, L’extase..., op. cit., p. 179.

18 Ibid. Je souligne.

19 F. RINGELHEIM, Feux sur la Justice, dans Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux..., op. cit.

20 C. PANIER et V. PAULUS, Les dysfonctionnements de la justice pénale, dans Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux..., op. cit.

21 N. SCHIFFINO, La démocratie chahutée : entre crise de confiance et exercice de la citoyenneté, dans N. BURNAY et alii, La société indicible..., op. cit.

22 G. Haarscher, par exemple, considérait dans ses premiers commentaires que les parents des petites victimes étaient parvenus à résister au spectacle médiatique pour « capter l’attention jusqu’à pénétrer la sphère de la conscience et du jugement critique », en singularisant leur histoire puis en la transformant en « symbole de l’inacceptable ». G. HAARSCHER, De la nouvelle citoyenneté au politiquement correct, dans Y. CARTUYVELS et alii, L’Affaire Dutroux..., op. cit.. p. 44.

23 J. VOGEL, Les premiers pas..., op. cit., p. 15.

24 Y. CARTUYVELS et P. MARY, Crise de la Justice..., op. cit., p. 97.

25 Ibid., p. 98.

26 Un « événement-référence, origine potentielle d’un avenir autre », événement « qui ne parvient pas à ‘passer’ ». Cf. J. BONMARIAGE, Questionner les évidences, dans N. BURNAY et alii, La société indicible..., op. cit., p. 143 ; J. VOGEL, Les premiers pas..., op. cit., p. 16.

27 N. BURNAY et alii, La société indicible..., op. cit., p. 10.

28 J. DESSART et alii, Proposition pour une analyse des comités blancs par quelques-uns de leurs acteurs, dans B. RIHOUX et S. WALGRAVE, L'année blanche..., op. cit., pp. 149-153.

29 N. BURNAY et alii, La société indicible..., op. cit., p. 9.

30 A. GEERAERTS, Echos d’une équipe SOS Enfants-Famille, dans N. BURNAY et alii, La société indicible..., op. cit., p. 43.

31 F. LAVACHERY, Conjoncture blanche : sous l’émotion, l’émancipation ?, Cahiers marxistes, 1997, no 206, p. 16.

32 C. Panier cité dans P. GILLIS, Justice : dépasser l’émotionnel. Un entretien avec Christian Panier, Cahiers marxistes, 1997, no 206, p. 25.

33 J. VOGEL, Les premiers pas..., op. cit., p. 16.

34 L. ENGEL et A. GARAPON, La montée en puissance de la justice, disqualification ou requalification du politique ?, Esprit, 1997, no 235, p. 166.

35 A.M. ROVIELLO, L’extase..., op. cit., p. 187.

36 C. BERT, La marche blanche, une démarche éthique, dans N. BURNAY et alii, op. cit., p. 117.

37 F. DASSETTO, Des événements et des faits qui analysent et bousculent la société, dans N. BURNAY et alii, op. cit., p. 82.

38 Voir à ce propos l’épilogue, signé par dix membres de comités blancs, au livre B. RIHOUX et S. WALGRAVE, L’année blanche..., op. cit.

39 D. CARDON et J.P. HEURTIN, La critique en régime d’impuissance. Une lecture des indignations pour l’abbé Pierre (France Inter), Communication au Congrès de l’AFSP, Aix-en-Provence, 1996. J’ai discuté cette hypothèse dans T. PERILLEUX, Les marcheurs blancs entre deuil, fatalisme et critique sociale. Une recherche de terrain, Réseaux. Revue interdisciplinaire de philosophie politique et morale, 1999, no 85-87, pp. 73-93.

40 L. BOLTANSKI, La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié, 1993. Le schéma que propose Boltanski comporte quatre actants : au Malheureux et au Spectateur qui l’observe, il adjoint d’une part un Spectateur Idéal et intériorisé qui dédouble le spectateur et lui donne la capacité de se considérer comme témoin de la souffrance d’autrui ; et d’autre part un Agent, Persécuteur ou Bienfaiteur, qui a une action directe, malfaisante ou bienfaisante, sur le Malheureux.

41 J. VOGEL, Les premiers pas..., op. cit., p. 19.

42 A. GEERAERTS, Echos..., op. cit., p. 45.

43 Ibid.

44 N. BURNAY, N’a-t-on pas oublié de dire : de l’amalgame de l’abus sexuel aux discours sur l’enfant, dans N. BURNAY et alii, La société indicible..., op. cit., p. 22.

45 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit., p. 141. Pour l’auteur, la crise ouverte par l’affaire Dutroux aurait été une réaction de crainte diffuse d’une indifférenciation des générations, la peur d’un « effritement de la césure générationnelle » dont témoignerait également la « surrépression de l’inceste ».

46 J. Marquet a insisté sur la nécessité pour la vie en commun d’un « socle moral minimum », dont l’existence est selon lui un invariant culturel même si ses formes, contenus, modalités sont historiquement et culturellement variables. Cf. T. PERILLEUX et J. MARQUET, De la plaine sociale à la demande de justice : hypothèses de lecture, dans J. MARQUET et J. BONMARIAGE (sous la direction de), Le bien de l’enfant. Entre normes relatives et exigence vitale, Louvain-la-Neuve, Académia-Bruylant, 1998, p. 41.

47 L. KARPIK, L’avancée politique de la justice, Le Débat, 1997, pp. 96, 101.

48 L. KARPIK, ibid. Dans une perspective plus critique (voire cynique), A. Garapon et L. Engel estiment que pédophilie et corruption sont « deux infractions sélectionnées par les médias pour ressouder moralement et émotionnellement une communauté politique inquiète de ses fondements » (op. cit., p. 166).

49 J. VOGEL, Les premiers pas..., op. cit., pp. 19-20.

50 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit., p. 141.

51 F. LAVACHERY, Conjoncture blanche..., op. cit., p. 15.

52 F. OST, Julie et Mélissa : la mémoire et après ?, Juger, 1998. no 14-15, p. 12.

53 G. HAARSCHER, De la nouvelle citoyenneté..., op. cit., p. 42.

54 Ibid.

55 E. BROGNIET et alii, La dette démocratique, op. cit., p. 5.

56 Y. CARTUYVELS et P. MARY, Crise de la Justice..., op. cit., pp. 100-105.

57 L. ENGEL et A. GARAPON, La montée en puissance de la justice..., op. cit.

58 L. KARPIK, L’avancée politique..., op. cit., pp. 98-99.

59 L. ENGEL et A. GARAPON, ibid. ; L. KARPIK, ibid.

60 F. Ringelheim, cité par J. MOINS, Enquête sur l’enquête..., op. cit., p. 38.

61 Ibid. ; C. PANIER et V. PAULUS, Les dysfonctionnements..., op. cit.

62 C. Panier cité dans P. GILLIS, op. cit., p. 19.

63 E. BROGNIET et alii, La dette démocratique, op. cit.

64 Ibid.

65 F. DASSETTO, Des événements..., op. cit.

66 J. VOGEL, Les premiers pas..., op. cit., p. 21.

67 A.M. ROVIELLO, L’extase..., op. cit., p. 174. Dès lors, le lien entre la corruption politique et la corruption des mœurs ne relève pas du populisme, mais de la « dénonciation d'un détournement de la responsabilité politique ».

68 Y. CARTUYVELS et P. MARY, Crise de la Justice..., op. cit.

69 Ibid. : p. 98.

70 L. KARPIK, L’avancée politique..., op. cit., p. 103.

71 Ibid., p. 106.

72 Sur ce point, la plupart des magistrats qui ont commenté les mobilisations blanches et leurs effets se sont interrogés, sinon inquiétés, sur le rôle de la commission d'enquête parlementaire dont ils soulignaient l'importance mais aussi les dérives vers le judiciaire (cf. p.ex. C. Panier dans P. G1LL1S, op. cit. ; F. RINGELHEIM, Feux sur la Justice, op. cit.).

73 Sur ces différentes formes de responsabilité, cf. C. Panier dans P. GILLIS, op. cit., p. 30.

74 A.M. ROVIELLO, L’extase..., op. cit., p. 179.

75 O. KUTY et alii, Les comités blancs, un défi citoyen ?, Ottignies, Quorum, 1998, pp. 75-88. Sur la mutation des sensibilités et des modèles en matière de responsabilité, associée à la fois à la « juridicisation » de la vie sociale et à l’émergence de démarches de pardon public, voir également T. FERENCZI (sous la direction de), De quoi sommes-nous responsables ?, Paris, Le Monde, 1997 ; P. RICOEUR, Le juste, Paris, Esprit, 1995 ; J.F. LAE, L'instance de la plainte, Paris, Descartes & Cie, 1996 ; N. HEINICH, Sortir du silence : justice ou pardon ?, Le Débat, 1996, no 89, pp. 191-297.

76 C. BERT, La marche blanche..., op. cit.

77 J.M. CHAUMONT, Les attentes de reconnaissance des victimes, La Revue nouvelle, 1997, no 1, pp. 70, 78.

78 J.M. CHAUMONT, La concurrence des victimes : génocide, identité, reconnaissance, Paris, La Découverte, 1997, p. 326.

79 L’auteur s’appuie ici sur la « grammaire » des formes de reconnaissance développée par le philosophe A. Honneth. Cf. à ce propos le numéro spécial de Recherches sociologiques, « Souffrance sociale et attentes de reconnaissance. Autour du travail d’Axel Honneth », 1999, Vol. XXX, no 2.

80 A. JAMART, La Belgique entre scandales et démocratie, Esprit, 1996, no 227, pp. 164-170.

81 F. LAVACHERY, Conjoncture blanche..., op. cit., pp. 13-14.

82 J. DESSART et alii, Proposition..., op. cit., p. 150.

83 F. DASSETTO, Des événements..., op. cit.

84 Près de deux tiers des personnes mobilisées dans les marches blanches, ainsi que dans les comités blancs, sont des femmes ; seuls les échelons des coordinateurs régionaux et des responsables nationaux comptent plus d’hommes que de femmes (B. RIHOUX et S. WALGRAVE, L’année blanche..., op. cit.. pp. 56-57).

85 Ainsi, plus de quatre marcheurs blancs sur cinq ont au moins un enfant (pour 65 % dans l'ensemble de la population de plus de 15 ans) (Ibid., p. 61).

86 Les personnes sans diplôme ou diplômées de l’enseignement primaire sont 9 % parmi les marcheurs blancs, contre 20 % dans la population (Ibid., p. 62).

87 Ibid., p. 68.

88 O. KUTY et alii, Les comités blancs..., op. cit., p. 40.

89 Ibid., pp. 9, 11.

90 Ibid.

91 Ibid., pp. 41-42.

92 B. RIHOUX et S. WALGRAVE, L'année blanche..., op. cit., p. 140.

93 O. KUTY et alii, Les comités blancs..., op. cit., pp. 50-51.

94 Ibid., p. 61.

95 Ibid., p. 74.

96 Cf. A.M. ROVIELLO, Il faut raison garder !..., op. cit.

97 Cf. F. LAVACHERY, Conjoncture blanche..., op. cit., pp. 13-14.

98 Cf. p. ex. F. DASSETTO, Des événements..., op. cit.

99 A. GARAPON, Les leçons..., op. cit.

100 G. HAARSCHER, De la nouvelle citoyenneté... op. cit., pp. 43-44.

101 M. LITS, Le rôle des médias dans les « affaires », Réseaux. Revue interdisciplinaire de philosophie morale et politique, 1997, no 79-81.

102 F. DASSETTO, Des événements..., op. cit., pp. 90-91.

103 B. GREVISSE, Journalisme dans la tourmente. Quand les pratiques professionnelles affrontent les événements d’une année de troubles, dans P. MARION (sous la direction de), L’année des médias 1996, Louvain-la-Neuve, AcademiaBruylant, 1996, pp. 127-134 ; B. GREVISSE (sous la direction de), L'affaire Dutroux et les médias. Une « révolution blanche » des journalistes ?, Louvain-la Neuve, Academia-Bruylant, 1999.

104 B. GREVISSE, Journalisme dans la tourmente..., op. cit., p. 131.

105 F. Antoine et L. Mundschau donnent de nombreux autres exemples de cette posture journalistique à la recherche de « proximité » par rapport aux acteurs de l’événement et à l’opinion publique, voire même de « fusion » par « effacement journalistique ». F. ANTOINE et L. MUNDSCHAU, D’un journalisme de la distance à un journalisme d'adhésion ? « Révolution blanche » et transformations du modèle journalistique, dans B. GREVISSE (sous la direction de), L’affaire Dutroux et les médias..., op. cit., pp. 15-52.

106 C. MASUY, Une émotion populaire médiatisée. Laboratoire pour un autre journalisme, dans N. BURNAY et alii, La société indicible..., op. cit., p. 25 ; F. ANTOINE et L. MUNDSCHAU, D’un journalisme de distance..., op. cit.

107 B. GREVISSE, Journalisme dans la tourmente..., op. cit.

108 Ibid.

109 Né du constat d’une désaffection du citoyen pour la chose publique, le « civic journalism » a pour mission de conduire les communautés à construire un consensus sur leur propre avenir. Il cherche à créer un espace d’élaboration et d’expression des préoccupations du citoyen ordinaire – plutôt que de celles des représentants politiques et institutionnels. Il entend donner une « utilité sociale » au journaliste en l’invitant à « aider les citoyens dans leur vie quotidienne ». Cf. F. ANTOINE et L. MUNDSCHAU, D’un journalisme de distance..., op. cit., pp. 48-49 ; B. GREVISSE, Journalisme dans la tourmente..., op. cit., p. 131 ; C. MASUY, Une émotion populaire médiatisée..., op. cit., pp. 29 et s.

110 Par exemple, B. Grévisse a rapporté la violente polémique qui a opposé Le Soir aux journaux La Meuse-La Lanterne et La Nouvelle Gazette, à propos des déclarations de Marc Dutroux et de la découverte des corps d'An et Eefje (B. GREVISSE, Journalisme dans la tourmente..., op. cit., p. 132).

111 Cf. à ce propos la controverse sur les « processus de désinformation » dans l’hypothèse des protections (e. p. dans les dossiers des témoins X de Neufchâteau) qui a opposé des membres de l’association Pour la Vérité à différents intellectuels (J. KWASCHIN, Comprendre, La Revue nouvelle, 1998, no 3, pp. 4-7 ; H. Le PAIGE, Comment « ne pas laisser passer », Politique, 1998, no 4, p. 65 ; A. FRANSSEN, Qui sont les protecteurs ?, Politique, 1998, no 4).

112 A.M. ROVIELLO, Il faut raison garder !..., op. cit., p. 62.

113 Ibid., p. 63 et s.

114 Ibid., p. 66 et s., 73 et s.

Auteur

Sociologue, chargé de cours au département d’administration et de gestion de l’Université catholique de Louvain

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search