Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Attentes sociales et demandes de justice

 | 
Jacques Marquet
, 
Yves Cartuyvels

Première partie. Les formes de la plainte

Les formes de la plainte sociale : entre émotions et revendications1

Jacques Marquet, Thomas Périlleux et Luc Van Campenhoudt

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été rédigé dans le cadre d'une recherche De la plainte sociale à la demande de justice, (...)

1Comment interpréter les réactions collectives consécutives aux événements de l’été 1996 ? Que porte cette plainte sociale ? Si nous avons choisi de parler de « plainte » c’est d’abord parce que la polysémie de ce terme permet de faire place à l’hypothèse de diversité et de complexité des messages sous-jacents aux manifestations enregistrées : dans un premier sens, la plainte est un gémissement, un cri, une expression de souffrance ; dans un second sens, elle exprime un mécontentement, une revendication ; au sens juridique, la plainte renvoie à une infraction dénoncée en justice. Dans l'optique adoptée, la plainte peut être un cri de rage ou de dépit, une forme de résignation, un mouvement d'humeur, l'expression d'un mécontentement ou d’un grief, la dénonciation d'une injustice, une revendication politique, ou un nœud de tout cela tissé d'affections et d'émotions diverses. Le terme « plainte » est ainsi une première qualification de l’objet que nous cherchons à appréhender, une façon de préciser ce dont on parle sans vouloir lui donner une interprétation univoque a priori. Il ne recouvre pas tout à fait l’objet de recherche et ne se situe pas non plus au niveau de l’analyse ; il est un référent intermédiaire entre les manifestations concrètes observées et l’interprétation. A priori, rien ne nous permet de savoir ce qui des émotions, des protestations ou des dénonciations constitue la trame essentielle des réactions diverses. Sans doute résulte-t-elle d’abord d’une alchimie complexe et évolutive de ces différentes dimensions.

  • 2 J. VOGEL, Les premiers pas d'une longue marche vers la réinvention de la démocratie, dans Y. CARTUY (...)
  • 3 A.-M. ROVIELLO, L'extase du peuple de Belgique, Esprit, 1997, no 235, pp. 172-188.
  • 4 N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles (...)

2Nous faisons l’hypothèse que ce qui s’exprime aujourd’hui à travers un mouvement protéiforme de protestation est complexe. Avec J. Vogel2 et A.-M. Roviello3, nous pensons que l’analyse doit éviter les écueils suivants : ne voir dans le mouvement en cours qu’une suite de réactions émotionnelles, irrationnelles et passagères ; insister sur son caractère irréductible à toute explication ou au contraire négliger de s’interroger sur sa nature spécifique pour le rabattre sur du déjà connu. C'est donc à la fois la singularité de l'événement et sa constitution en affaire commune qu'il s'agit de considérer. Nous sommes ainsi proches des auteurs de La société indicible qui assignent comme tâche à l'analyste de montrer la diversité des situations, des logiques et des motivations en refusant une interprétation « générique ou systématique » qui saisirait « tout en un » dans un concept englobant et un « principe générateur »4. À ce titre, nous donnons aux réactions collectives (pétitions, marches blanches, courriers des lecteurs, discours des acteurs, etc.) le statut de composantes d’une plainte dont il convient d’étudier le sens. Ce travail de décodage est indispensable ; la pertinence de la réponse apportée par les pouvoirs publics aux demandes exprimées dépend(ra) en effet, pour une bonne part, de leur capacité à prendre en compte la diversité et la complexité de cette plainte sociale.

1. Méthode

  • 5 Pour une revue assez large de la littérature sur ce que l’on a appelé les événements blancs, voir n (...)

3L'analyse des mobilisations qui ont eu lieu depuis l’été 1996 se base sur les récits d’un certain nombre de personnes qui y ont participé (membres des comités blancs, marcheurs, etc.). Elle ne porte pas d’abord sur les militants blancs mais bien sur la population qui, à un titre ou un autre, a pris part à une de ces manifestations. En d’autres mots, nous n’avons pas cherché à identifier les intervenants qui, par leur action, ont eu un impact déterminant sur l’orientation des événements. De toute évidence, un tel choix nous aurait amené à accorder une place centrale aux parents des victimes, aux acteurs politiques et aux médias. Le rôle capital de certains « faiseurs d’opinion », de même que l’impact de mécanismes de médiation et des dispositifs médiatiques mis en place sont indiscutables. Ces aspects qui ne peuvent être négligés ont été étudiés par d’autres ailleurs5. Notre option traduit le fait que nous avons d’abord cherché à comprendre comment et pourquoi, à des degrés très divers, la population s’est sentie concernée et s’est investie dans ce qui se passait.

4L’étude de la plainte dans sa diversité et sa complexité requiert une méthode qui laisse place au socialement mouvant, au socialement fugace, une technique qui laisse à la personne interrogée la possibilité de définir et d’évaluer sa réalité. Autrement dit, les chercheurs doivent pouvoir mettre leur propre conception de la réalité entre parenthèses pour se mettre à l’écoute de la plainte sociale telle qu’elle est formulée et ainsi se donner une chance réelle d’accéder aux demandes sous-jacentes. Ceci implique de pouvoir mettre les personnes qui portent la plainte, et en ce sens « savent », en position « haute », de leur accorder un espace de liberté à même d’intégrer leurs détours, hésitations, échappées ou silences, de déplacer le centre de gravité de l’interaction pour qu’elles prennent le contrôle de l’entretien, deviennent auteurs de leurs récits et arrivent à formuler des réponses à des questions qui n’ont pas été soulevées, même si, en définitive, le cadre des récits est toujours défini par la problématique de recherche.

  • 6 D. DESMARAIS et P. GRELL (sous la direction de), Les récits de vie. Théorie, méthode et trajectoire (...)
  • 7 Au terme des analyses, nous ne sommes pas certains que le point de saturation ait été atteint. Cett (...)

5Dans cette optique, vingt-cinq entretiens semi-directifs approfondis d’une durée d’une heure trente en moyenne ont été menés entre mars et septembre 1998. Avec cet échantillon, il ne s’agit évidemment pas de mesurer le poids d’attitudes spécifiques dans l’opinion ou de prétendre à la représentativité de la population belge. Nous avons cependant cherché à diversifier les biographies par une recherche systématique de cas opposés afin de multiplier les points de vue (sentiments, réactions, formes d’expressions, demandes, démarches, etc.) par rapport à la problématique étudiée et tenter d’atteindre le point de saturation, c’est-à-dire la situation où les interviews supplémentaires n’apportent plus d’informations neuves6. Les critères à partir desquels la diversification des cas a été opérée sont les suivants : sexe, âge, statut parental, nationalité, lieu de résidence, occupation socioprofessionnelle, niveau d’instruction, type d’engagement socio-politique, forme de mobilisation dans les « actions blanches »7.

Le schéma actantiel
Pour Greimas, tout discours ou récit s’organise autour d’un enjeu, autour d’une quête. L’analyse de sa structure doit permettre de faire émerger sa signification.
Toujours selon Greimas, les structures possibles sont assez peu nombreuses étant donné que tant les rôles tenus par les ‘personnages’ que les relations qu’ils entretiennent entre eux sont en nombre limité. Les rôles sont au nombre de six. Les ‘personnages’ (êtres humains, objets matériels ou êtres moraux) sont appelés actants afin de souligner qu’ils sont envisagés du point de vue de leurs rôles narratifs, c’est-à-dire de leur(s) fonction(s) ou sphère(s) d’action. Un même ‘personnage’ peut jouer des rôles différents et plusieurs ‘personnages’ peuvent jouer un même rôle (occuper un même statut actantiel). Les relations que les actants peuvent entretenir entre eux sont au nombre de trois ; ces relations mettent les actants en interaction deux à deux.

Le schéma actanciel représenté ci-dessus s’inspire de Everaert-Desmedt (1989).

Exprimé très rapidement, l'actant sujet et l’actant objet sont unis par une relation de désir : le sujet est le ‘personnage’ qui, ressentant un manque, va se mettre en quête de ce qui pourrait le combler, appelé objet de quête. L’actant adjuvant et l’actant opposant se situent sur l’axe du pouvoir : dans sa quête, le sujet peut être aidé par l’adjuvant qui possède des atouts qui lui seraient utiles, mais aussi contrarié par un opposant qui se présente comme un obstacle à la réalisation de son objectif. L’actant destinateur et l’actant destinataire sont unis par une relation de communication : le destinateur est aussi appelé sujet manipulateur dans le sens où il communique (au niveau cognitif) un objet au destinataire de sorte que celui-ci va alors se transformer en sujet se mettant en quête de l’objet (au niveau pragmatique). Ainsi, si les rôles actanciels de destinataire et de sujet sont parfois occupés par des ‘personnages’ distincts, il arrive fréquemment qu’un même ‘personnage’ joue l’un et l’autre rôle.

  • 8 Pour la description du schéma actantiel, voir J.-P. HIERNAUX, L'institution culturelle II, Méthode (...)

6Poser que la plainte sociale est complexe et diversifiée équivaut à faire l’hypothèse que les individus donnent sens à leurs démarches de façons variées, en fonction d’enjeux perçus et définis différemment. Pour saisir ces significations et enjeux différents, nous avons opéré une analyse des interviews à partir du schéma actantiel développé à l’origine par Greimas et aujourd’hui en sociologie par Hiernaux8. Ce schéma nous a permis, dans un premier temps, d’étudier le rôle et la place que chaque personne s’assignait dans son propre discours. Dans un deuxième temps, nous nous sommes intéressés au registre de l’argumentation, ou plus exactement à la définition de l’enjeu.

7L’analyse d’un phénomène social à partir des discours qui sont tenus à son propos par de « simples acteurs » soulève trois réserves importantes. Premièrement, la tension entre les pratiques et le discours (et donc les enjeux identifiés par les acteurs) n’est quasiment pas abordée, si ce n’est à travers les récits. Deuxièmement, chaque récit a été produit à un moment particulier, généralement en décalage, par rapport aux mobilisations ; chaque fois, il était en retard sur l’expérience. On peut faire l’hypothèse que le contexte rapproché des actions ou de production du discours les détermine au moins en partie. Pratiquement, un tel contrôle s’est avéré difficile à effectuer dans le cadre de la méthodologie utilisée. On ne peut cependant ignorer que le discours est toujours la production d’un acteur social et non la relation simple d’un événement passé. Troisièmement, les motivations et demandes individuelles ne nous renseignent pas ipso facto sur les enjeux collectifs ; les acteurs chargés de médiatiser les expressions populaires ont un rôle de transformation, de sélection et de cadrage qui dépasse celui de la simple répétition. Les lignes qui suivent doivent être lues en ayant ces limites à l’esprit.

2. La mosaïque blanche

  • 9 WEBER cité par K. NOSCHIS et D. DE CAPRONA, dans A. SCHÜTZ, Le chercheur et le quotidien, Paris, Mé (...)

8La présentation des résultats de l’analyse des discours est structurée en fonction des schémas actantiels typiques ou idéaltypiques, au sens wéberien du terme. « On obtient un idéaltype en accentuant unilatéralement un ou plusieurs points de vue et en enchaînant une multitude de phénomènes, donnés isolément, diffus et discrets, que l’on trouve tantôt en grand nombre, tantôt en petit nombre et par endroits pas du tout, qu’on ordonne selon le précédent point de vue choisi unilatéralement, pour former un tableau de pensée homogène. On ne trouvera nulle part empiriquement un pareil tableau dans sa pureté conceptuelle : il est une utopie »9. En d’autres mots, les différentes formes de manifestations populaires enregistrées depuis l’été 1996 nous semblent pouvoir être présentées et synthétisées à partir de cinq récits typiques et quelques sous-types. Chaque type est construit à partir de plusieurs entretiens et il est probable qu’aucun d’entre eux ne corresponde tout à fait à un type particulier. En ce sens, aucune personne interviewée ne se reconnaîtra sans doute totalement dans un des types proposés ; de nombreuses personnes se percevront plus certainement comme porteuses de plusieurs types. Certaines relations privilégiées entre rôles, certaines dominantes au niveau des registres d’argumentation existent cependant ; elles font l’intérêt de la présentation qui suit.

9La présentation des différentes formes de mobilisation suit trois axes : 1o/l’horizon de l’action entreprise du point de vue du locuteur ; 2o/le rôle et la place que le locuteur s’assigne dans son propre discours ; 3o/l’enjeu. Le tableau 1 schématise la structure de la typologie proposée. Celle-ci opère d’abord une distinction entre les récits où les locuteurs présentent leur(s) démarche(s) comme constituant une fin en soi (type 1 et 2) et ceux dont les locuteurs envisagent un projet ayant une temporalité plus longue qu'une mobilisation particulière (type 3 à 5). On distingue ensuite le(s) sujet(s) typique(s) des manifestations-actions ou des projets-actions et puis les enjeux.

10Dans les pages qui suivent, afin de ne pas alourdir le texte et plutôt que de présenter une analyse parsemée de trop nombreux extraits d'entretien, nous proposons l’analyse et un ensemble d’extraits significatifs en parallèle, côte à côte. L’analyse qui figure sur les pages impaires peut être lue de façon autonome. Un léger décalage existe parfois entre l’espace consacré à l’analyse et celui consacré à la présentation d’extraits ; les intertitres présents dans les pages de droite et de gauche permettent cependant d’opérer une correspondance entre l’analyse et les extraits.

Tableau 1 : Synthèse de la typologie

Tableau 1 : Synthèse de la typologie

Type 1 : Pour en être, pour voir10

  • 10 Dans cette partie, pour ne pas alourdir le texte de trop nombreux guillemets, les citations tirées (...)

11Dans ce premier type de récit, les actions sont présentées comme autant de manifestations ponctuelles dont, à la limite, la nature importe moins que la possibilité qu’elles offrent de se joindre à la foule. La démarche apparaît centrée sur le locuteur. On distingue principalement deux variantes : pour l’une l’engagement s’articule autour du désir d'en être, de participer au succès de la manifestation, et pour l’autre autour de l’envie d'observer, parfois avec une certaine distance, afin de comprendre l’événement.

12Les éléments qui déclenchent et soutiennent cette démarche sont, en ce qui concerne la première variante, l'affluence, l'envie de bouger, la conscience de participer à un événement historique et, pour la seconde variante, une appartenance politique antérieure qui suscite un intérêt pour l'identité (la diversité) des participants et pour les enjeux qui se recomposeraient autour des mobilisations blanches. Peu de raisons viennent explicitement contrecarrer cette démarche sinon, dans certains cas, une pudeur ou une méfiance à se joindre au mouvement et aussi une crainte de passer pour récupérateur lorsqu'on se place en observateur distancié.

Type 1 : Pour en être, pour voir
« Je crois qu’au fond de moi-même, je l’ai fait pour moi-même. Pas pour avoir bonne conscience mais j’en ressentais vraiment le besoin, l’envie de le faire. J'avais vraiment un sentiment... j'étais comme poussé à y aller » (Annie, 38 ans. employée)
« J’aime bien les choses qui changent. Je n’aime pas les choses statiques. Dans ma vie, je n’aime pas être enfermé dans une habitude. Et je trouve qu’en Belgique, c’est statique. Donc j’aime bien... j’ai envie que ça bouge (...). Donc il y a eu une manifestation, on y a été ». (Henri, 26 ans, entrepreneur)
« J’essaye d’être réceptif à ce qui peut se passer dans la société et de ce fait là je sentais, parce qu’on sentait quand même l’ambiance, on sentait que cette manifestation allait avoir du succès. Donc je me suis dit : "Je suis les autres". Ne les précédant pas, que je participe au moins, quoi (...). Je ne suis pas sûr que le matin, on avait déjà décidé d’y aller (...). Et puis dans le métro, c’était l’ambiance des matchs de foot. Les voitures étaient pleines, un dimanche après-midi ! Et là, j’avais vraiment l’impression de participer à un événement... pas historique mais... sociologiquement historique (...). Ça m’intéressait de voir les gens qui parlaient, qui s’interpellaient dans le métro. Je les écoutais expliquer pourquoi ils y allaient (...) Moi, ça m’amuse et ça me touche d’être dans cette foule qui vibrait pour quelque chose d’important et de beau (...).
[Ce qui m’aurait retenu de participer], ce n’est pas vraiment de la pudeur, non, c’est de la méfiance... Je veux bien participer à quelque chose, mais il faut d’abord que je voie les tenants et les aboutissants et le temps que ça va prendre (...). Si je sens par contre que ça prend dans la population et que ça va avoir du succès, alors j’y retournerais bien ». (Michel, 46 ans, cadre)
« Je dirais qu’il y avait aussi un petit peu d’observation (...). J’étais au milieu du cortège, j’ai remonté un moment à contre-courant la manifestation, je suis reparti. Je voulais voir un peu la diversité des participants (...). Ce n’était pas uniquement une participation, c’était aussi un petit peu de volonté de voir ce qu’il y avait derrière cette mobilisation. La première chose à relever, c’est clair que c’est l’affluence et deuxièmement, la diversité des participants ». (Marc, 35 ans, consultant)
« Au niveau blanc, moi j’ai essayé d’écouter et de participer à un niveau de rencontre du comité qui s’est créé sur O. (...) Alors c’est à la fois pour voir qui y était et pour ressentir une série de choses par rapport à mon engagement vert (...). J’avais envie de comprendre, de sentir, de voir qui y était (...). J’ai été à deux assemblées... mais enfin, j’ai écouté, j’ai regardé, je n’ai pas pris la parole, je... Ça n’a pas été plus loin... Je ne désirais pas mélanger... dès le début, être perçu comme l’écolo qui vient récupérer le mouvement blanc ». (Roland, 40 ans. employé)

  • 11 Sans doute ne doit-on pas en conclure que tout a pu être dit. Par exemple, les thérapeutes reçoiven (...)

13L'intérêt de ce premier type est de montrer que certains motifs d'engagement ont été exprimés dans nos entretiens alors qu'ils paraissaient peu dicibles : la curiosité, la joie d’être si nombreux et si différents dans ces marches, l'amusement de se trouver dans une foule qui vibre, le plaisir esthétique d'une foule blanche...11. Ce qui s’est exprimé indique qu’il ne convient ni de mésestimer, ni de discréditer les émotions au principe de l’engagement dans une mobilisation : le premier gain de l'action collective, c'est l'action elle-même.

Type 2 : Commémorer le deuil

Type 2 : Commémorer le deuil
« On a des enfants, on a ressenti la douleur de ces parents très fort et on a voulu montrer qu’on était là, par solidarité, et qu’il fallait changer quelque chose ». (Jean-Luc, 50 ans, entrepreneur)
« J'envisageais ma participation à la marche blanche comme un soutien aux parents, pour leur montrer que la vie continue... et qu’il ne faut pas s’arrêter là bien que ce soit dramatique, mais... C’était surtout un soutien aux parents en tant que mamans d’enfants, et les papas étaient là aussi. On avait énormément d’émotions, on se sentait démunis parce qu’en fait, rien ne remplacera jamais les enfants, donc c’était un petit geste qu’on voulait leur apporter... À part ça, je dis : "Elles ne reviendront jamais" (...) Je crois que tout le monde a eu le même sentiment d’échec, un sentiment de grande tristesse (...). Les gens, beaucoup se disaient choqués des événements... et honteux d’habiter un pays comme la Belgique... et un peu un sentiment de culpabilité d’avoir encore ses enfants là et de dire : "On est encore avec nos enfants, et eux, ils ne sont plus là avec leurs enfants..." ». (Marion, 43 ans, mère au foyer)
« Pour montrer ma présence, pour montrer mon soutien aux familles. Et en plus, ce que j’aimais bien, c’est que ce n’était pas politique, je trouvais que c’était tout à fait positif parce que je n’avais pas envie d'être sous une pancarte d’un certain parti. Et j’aimais bien cette démarche que c’est vraiment le peuple tout à fait neutre, tout à fait sans étiquette, qui venait. Et tout le monde est venu, que ce soit tous les âges, toutes les races, toutes les religions, tous les pays d’ailleurs, je crois qu’il y a beaucoup d’étrangers qui étaient là aussi (...). Je trouvais que c’était une marche du peuple, une marche belge, où il n’y avait pas de couleur, et que tout le monde pouvait participer (...). Cela touchait des enfants francophones, néerlandophones et puis marocains. Et du coup, toute la Belgique entière se sentait touchée. Je crois que c’est pour ça que tout le monde s’est mobilisé d’ailleurs (...). On nous enlevait nos petits dieux, ça faisait mal, quoi (...). Je crois que les enfants, c’est des innocents. Ils croient que tout le monde est gentil, et puis c’est facile d’attraper un enfant après l’école. Je crois que toucher à notre base, on a tous été enfants, toutes les générations étaient touchées parce que tout le monde a bien un enfant ou a été enfant, donc... tout le monde aurait pu être touché (...).
La marche, moi, je l’ai vue aussi un peu comme ça, faire un geste aussi, prier pour eux et aussi prier pour les enfants. C’est vrai que ça aurait pu aussi être vu comme des funérailles. Se recueillir, je crois que pour les parents ça leur a permis aussi de faire un deuil supplémentaire et se dire que tout le peuple est avec eux... ». (Lisa, 24 ans, kinésithérapeute)
« Ce qui m’a surtout poussée à aller [aux funérailles de Loubna Benaissa], c’est peut-être le rapprochement des cultures et la peur que cet enfant qui était d’une autre nationalité que nous, que ce peuple ne se sente défavorisé.
C'est aussi important pour les parents, pour notre pays quoi, par après, qu’il y ait une union plus grande entre les arabes et nous-mêmes (...).
Et une tristesse, et une joie quelque part, d’être si nombreux et si différents et avec le même regard, la même souffrance partagée... Il y a très peu de manifestations comme ça, au fond, où les gens se rassemblent et se soutiennent, quelque part, dans leur joie, ou leur tristesse (...). J’étais seule et je ne me suis jamais sentie seule... Pourtant, j’étais partie seule, je n’ai jamais eu autant de présence autour de moi ». (Annie, 38 ans, employée)
« Il y avait une émotion collective et cette émotion n’était pas dirigée contre et n’était pas destructive ; elle était extrêmement constructive (...). Je trouve que des moments d’émotion collective ne sont pas à dénoncer. Il faut les reconnaître. Ce qui est important, c’est de savoir quelle traduction politique on peut en donner par après (...). Mais au moment même, moi je n’étais pas gêné par l’espèce de consensualisme qui a eu lieu (...). Toute réaction poujadiste, de haine, de rejet, a été quand même assez faible et ça on peut s’en réjouir... Je préfère un peu trop de consensualisme béat que trop de violence... ». (Marc, 35 ans, consultant)
« D’autres trouvaient ça ridicule, que ce n’était que de l’émotion. Et puis... Pourquoi pas ? Il y avait une part d’émotion, ça c’est certain. Mais ça fait partie de la vie aussi hein (...). Il y a un truc qu’on n’a pas fait, il y avait une dame qui voulait faire signer des pétitions pour la peine de mort, les peines incompressibles, on a dit non. Parce que là, c’est de la récupération. C’est pas pour ça qu’on est venu, et en plus, avec ma formation de criminologie, je me dis que ce n’est pas la bonne solution, l’émotion ne peut pas nous pousser à faire n’importe quoi (...).
On a beaucoup pleuré à cette marche. Les gens commençaient à applaudir devant, et puis cette vague d’applaudissement arrivait et chaque fois, on était pris par l’émotion... et sans qu’il y ait quelqu’un pour orchestrer... On sentait que c’était toute la foule, mais pas manipulée... ». (Pia, 41 ans, employée)
« Et puis alors, vraiment une... une sympathie, donc, souffrir avec ou réagir avec à la fois ces parents et à la fois la population belge qui était touchée. Donc, je ne m’estime pas être fait d’une autre chair que la population belge. Aussi parce que je trouve que c’est important en hommage aux petites victimes. Je trouve que, bon je n’ai pas été à un enterrement, c’était aussi la volonté de poser un geste de... d’hommage, de respect ». (Michel, 46 ans, cadre)
« Quand c’est un Belge ou un Juif ou un Marocain, tous les parents c’est la même chose. Ils ont quand même mal, hein. On a été avec eux, on est avec eux (...). Et cela fait plaisir qu’ils aient été ensemble, et même dans les mosquées, c’est quelque chose d’intéressant ». (Aïssa, 53 ans, femme de ménage)

14Dans ce deuxième type, l’horizon de l’action est également l’action elle-même, dans la mesure où le ressort de la mobilisation est principalement la volonté de commémorer collectivement le deuil des enfants disparus. Il s’agit d’une force de mobilisation partagée par un grand nombre des personnes interrogées, même si les formes varient, allant d’une version religieuse dans laquelle on parle de communion à une version laïque évoquant davantage le thème de la solidarité. Pour d’autres, il s'agit de manifester sa sympathie aux parents des petites victimes, de les soutenir, de partager leur douleur, de souffrir et réagir avec eux, de prendre soin d'eux, de les aider à faire leur deuil, ou de montrer que la vie continue.

15Ici, le locuteur se présente avant tout en tant que parent s’associant à la peine d'autres parents — dont il est souligné qu'ils sont comme nous, vraiment des parents d'enfants — ; il s'assigne comme rôle de poser un geste en témoignage de compassion à leur égard. Dans certains cas, le témoignage d’hommage et de deuil s'associe, de façon ténue, à une forme de demande de pardon collectif. L’enjeu est alors celui d'une responsabilité collectivement assumée pour un drame par rapport auquel nous avons tous été inattentifs.

16Les éléments déclencheurs de la démarche de deuil sont d'abord les événements, relayés par les médias, dans ce qu’ils ont suscité d'horreur, de tristesse, de honte (d’être belge, d’être un homme, etc.), et de culpabilité (d'avoir encore ses enfants, d’appartenir à la société qui a permis cela, etc.) et qui sont à la base du choc ressenti par l'ensemble de la Belgique. L'inquiétude pour ses propres enfants, la faculté d'imaginer ce qu'ont dû endurer les parents, inhérentes à l’identification aux parents, peuvent être associées à ces événements déclencheurs. Il arrive aussi que la peur qu'il y ait moins de monde pour Loubna soit un autre moteur de la démarche.

17Les actions typiques évoquées sont, par excellence, la marche blanche d’octobre 1996 et la cérémonie pour Loubna Benaïssa. Elles sont dissociées de la marche de février 1998 et d’autres actions du mouvement blanc présentant une dimension plus politique, ou perçues comme telles ; il apparaît que ces actions sont choisies à dessein de participer à un moment ponctuel d'hommage et de respect collectivement partagé. Le deuil est d’abord un moment où l’on fait corps et où l’on accepte de mettre les divergences entre parenthèses.

18De nombreux éléments ont stimulé la participation à ces mobilisations blanches. Sont ainsi cités la proximité tant géographique qu’imaginaire de l'événement, et dans certains cas spécifiques, les croyances religieuses et le sentiment d'une communion dans la douleur. Cependant l’élément qui revient de façon récurrente et est décliné sur tous les modes imaginables est sans conteste l'unanimisme : le sentiment exprimé de se retrouver unis dans une émotion partagée, un climat convivial et serein où régnaient le respect et l'entraide, dans la diversité des participants (en termes de sexe, d’âge, de langue parlée, de nationalité, etc.), au-delà des clivages, des conflits, des dogmatismes, etc., donne corps à l’idée que c’est la Belgique toute entière, le peuple belge réuni, qui a pu se reconnaître dans le deuil. L’ampleur du mouvement apparaît comme la preuve que chacun était concerné.

19Peu d'éléments sont explicitement présentés comme des freins à la démarche de deuil. Une place significative doit cependant être attribuée à tout ce qui peut apparaître comme une rupture de l'unanimisme : l’expression de la haine, les violences, les provocations ou dérives poujadistes, voire le poids de tensions racistes, les tentatives de récupération du mouvement, les indices de politisation, les corporatismes, la personnalisation du débat, l'engagement dans une dynamique d'accusation qui viserait à désigner des responsabilités individuelles et à réclamer des sanctions, etc.

20Relativement à la décision de participer aux actions évoquées, deux éléments apparaissent ambivalents : la lucidité d’une part, l'émotion d’autre part. Si la lucidité permet l’introduction d’un principe de réalité dans la lecture des événements — elles ne reviendront pas... — qui contribue à agir en connaissance de cause sous la modalité du « on sait bien... mais quand même... » et qui dans certains cas renforce la démarche d'aide aux parents dans leur travail de deuil, elle semble aussi dans d’autres cas intimement connectée avec une attitude fataliste qui risque de paralyser l'engagement dans la mesure où un « à quoi bon... » bouche alors toute perspective d’action. De même, si l'émotion est très largement présentée comme un ressort puissant de la démarche, d’aucuns ne manquent pas de souligner les possibilités de dérive qui en découlent.

21Ainsi, l’importance de l’émotion comme source légitime d’engagement et de compréhension est également soulignée chez ceux-là même qui anticipent les critiques relatives au « sentimentalisme » des marches blanches en reconnaissant que l’émotion peut être dangereuse et qu’elle a parfois poussé à faire n'importe quoi, comme, pour certains, le fait de signer des pétitions pour des peines incompressibles sans réelle compréhension de la problématique.

  • 12 Cf. L. BOLTANSKI, La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métaili (...)
  • 13 Certains évoquent même une réversibilité possible des positions de Persécuteur et de Victime : bien (...)

22Dans ce récit, la désignation d'un « Persécuteur », dans le sens que L. Boltanski12 donne à ce terme, c’est-à-dire d’un responsable du malheur infligé, est totalement à l'arrière-plan. M. Dutroux est parfois évoqué dans sa monstruosité, ainsi que les réseaux et les protections dont il aurait joui, mais l’attention ne se porte pas sur lui13. La figure centrale de ce récit est l'enfant, qu’il s’agisse de s’identifier aux parents des « victimes » comme on l’a relaté ci-dessus en évoquant la compassion exprimée envers eux ou de s’identifier directement aux « victimes » considérées dans leur innocence et leur pureté.

  • 14 Cf. J. VOGEL, op. cit., A. GARAPON, Les leçons d'un automne belge, Esprit, 1996, no 227, pp. 137-14 (...)

23La place des enfants dans le récit, associée à la compassion témoignée à leurs parents, conforte l'hypothèse formulée d'une identification avec les enfants abusés comme « victimes » dans lesquelles les adultes reconnaissent ou imaginent leur propre enfance brisée14. À ce stade, l'identification est relativement indifférenciée, mais on voit bien comment certaines de ses dimensions pourraient soutenir une démarche plus critique : lorsque les enfants seront considérés non plus dans leur innocence ou leur pureté mais dans leur vulnérabilité, voire leur impuissance, une ouverture vers la dénonciation sera possible, dénonciation de la violence, dénonciation de l’effondrement des fondations morales permettant un vivre-ensemble, dénonciation d'un système aboutissant à une marchandisation généralisée...

24À l'inverse, l'unanimisme dans la mobilisation, qui est ici considéré comme un facteur essentiel de sa réussite, constituera un frein lorsque les critiques et les demandes de justice se feront plus précises, dans une optique de militantisme politique.

25On pose, en cela, l’hypothèse qu’une dynamique critique suppose des émotions – colère, indignation, etc. – et des ressources – analyse des responsabilités, élaboration de griefs, etc. très différentes ; qui se trouvent être exclues de ce type.

Type 3 : Pour dire que l'on n'est pas d'accord

Type 3 : Pour dire que l’on n’est pas d’accord
« On est allé à la marche aussi pour montrer un petit peu aux gens qui sont assis dans les grands fauteuils en haut, pour leur montrer qu’on n’est pas d’accord et que les ménages ça bouge, qu’il y a quelque chose qui s’est passé et qu’ils ne peuvent pas l’oublier ». (Lisa, 24 ans, kinésithérapeute)
« Tout le monde marchait vraiment pour la même chose. Et que ça ne pouvait plus se passer comme cela, et il fallait quand même endiguer ces problèmes, trouver des solutions (...). C’est toute la société, je dirais, qui est en cause (...). Le laisser-aller est partout. La décadence de notre civilisation, je dirais que c’est elle qui est à la base de tout ça (...). Les marches sont un signal du peuple pour dire : "Halte, il y a quelque chose, on demande quelque chose". (...) On a tiré la sonnette, on a dit : "Non. Ça ne va plus, messieurs les politiciens, ceux dont c’est le métier, il faut nous concocter un système pour que ça ne se reproduise pas. N’importe quoi, c’est votre problème, mais il faut faire quelque chose..." (...) Chacun son métier. Nous on a fait jouer la démocratie. Le peuple a donné son avis. Maintenant c’est aux élus du peuple à répondre à la demande. Je crois que beaucoup de Belges se disent ; "On a fait ce qu’il fallait, maintenant c’est aux professionnels à continuer et à élaborer les bonnes solutions, pour que ça ne se produise plus" ». (Jean-Luc, 50 ans, entrepreneur)
« La marche blanche, c’était bien parce que ça réunissait un tas de gens pour... peut-être, pour une histoire qui au départ est pour les enfants mais qui en fait prend une ampleur beaucoup plus large dans le sens où ça vise à révisionner (sic)... les actes du gouvernement en place. Ce qu’il fait n’est pas toujours bon et il y a moyen que la population manifeste son avis ». (Henri, 26 ans, entrepreneur)
3.1. Ras-le-bol
« Je crois que chacun est venu en ayant des ras-le-bol personnels face à la Justice, face à la politique ou les choses comme ça. On était là pour dire : "Y en a marre. Ras-le-bol maintenant. Ouvrez les yeux. Restez pas sur votre petite sphère, vous les magistrats, vous les gouvernants" ». (Bernadette, 36 ans, mère au foyer)
« C’était aussi pour montrer et m’associer au ras-le-bol général de tout ce qui se passe en Belgique. J’estime que malheureusement tout ce qui se passe au gouvernement, bien souvent, c’est quand même plus ou moins tout le monde la même chose et la même soupe, et on arrive toujours au même résultat (...). Ici, c’est aussi revendiquer des Changements au niveau justice, au niveau politique. Que ces gens assument un petit peu, qu’ils écoutent, qu’ils soient un peu plus à l’écoute du peuple et des motivations des gens ». (Marcel, 44 ans, employé)
« Les freins au changement, c’est le système politique, la justice. Tout doit être changé et... tous ces gens doivent prendre conscience que c’est un événement tragique. C’est un drame et ils sont responsables de la lenteur des recherches (...).
Est-ce que ce sont les dossiers qui s’accumulent sur un bureau et auxquels on ne fait plus attention tellement il y en a ? Est-ce qu’il y a une surcharge de travail ? Est-ce que la justice est mal organisée ? On se pose des questions (...). On se réveille dans une Belgique corrompue, un peu pourrie et un système qui ne fonctionne pas... ». (Marion, 43 ans, mère au foyer)
3.2. Les gouvernants et le peuple
« [A un responsable politique], je crois que je lui dirais de revenir un peu sur le terrain, de rencontrer des jeunes (...). Est-ce qu’il débarque parfois dans une école ? Est-ce qu’il débarque parfois dans une entreprise et discute avec le personnel ? Est-ce qu’ils ont les moyens de faire ça ? Une fois tomber comme ça dans la vie réelle, se promener dans un quartier d’habitations sociales, du côté de Charleroi, Liège, Mons, même Bruxelles. Est-ce qu’il a déjà fait un tour dans les Marolles ? Mais un tour pour rencontrer les gens, aller face à ce qu’ils vivent (...). J’ai l’impression qu’ils sont en déphasage avec la réalité de ce que les gens vivent. Comment est-ce qu’ils font pour se rendre compte de ce que les gens vivent ? Il y a 10 millions de Belges, il n’y a pas 10 millions de gens nantis ». (Bernadette, 36 ans, mère au foyer)
« La démocratie, on la veut autrement (...). En Belgique, j’aimerais bien que les choses soient plus claires, surtout dans la politique (...) et que toutes les magouilles s’arrêtent. Que les choses soient simples et honnêtes. Qu’un Ministre se tourne plus vers le peuple... Je ne veux pas des grands décrets et des grandes lois. Je veux que les choses de tous les jours changent. Des petites choses, des trucs simples. Mais que surtout le gouvernement prenne en compte l’avis de la population, ce qui est fini depuis pas mal d’années. Le gouvernement n’en a rien à cirer de l’avis de la population (...). C’est un cercle très fermé, très distant de la population. Il me semble qu’un politicien est carrément déconnecté de la vie de tous les jours d’un citoyen ». (Henri, 26 ans, entrepreneur)
3.3. Une chaîne d’accusations
« Il y a une espèce de désorganisation qui est chronique et presque structurelle dans le chef des différents corps qui sont censés s’occuper de ce genre de dossier, que ce soit au niveau des polices, du judiciaire, ou la gendarmerie, la magistrature.. Il est probable que des priorités d’un autre ordre aient été posées antérieurement (...). Il y avait d’autres volets d’insécurité qui étaient mis en avant : les jeunes délinquants, les jeunes immigrés. On travaillait plutôt avec le proxénétisme, la drogue... Enfin il y a le fonctionnement de l'État... et par rapport à ce déni de responsabilité de l’institution, le régime parlementaire où il y a une inflation du fonctionnement des partis qui fait qu’il y a des morceaux de territoire qui sont systématiquement organisés par des partis dominants (...). J’ai l’impression que la magistrature, par exemple, l’ensemble de cet appareil résulte de l’addition de gens qui ont des cartes de partis et qui sont mis en place dans des négociations, dans les rapports de force ». (Luc, 47 ans, architecte)
« Les services publics ont pour mission de traduire, face à l’efficacité économique, le besoin d’équité, le contrat social sur lequel la société est établie, etc. (...) En même temps, les services publics sont extrêmement mal gérés, sous la coupe des rivalités, de petits décideurs, d’intérêts individuels ou d’intérêts partisans premiers (...). Et alors autour de cette question-là, mes attentes, c’est qu’il y ait une réforme profonde du fonctionnement des services publics. Je crois qu’il y a des problèmes terribles de gestion. Les gestionnaires, directeurs d’administrations, directeurs généraux, etc., ne sont pas placés en fonction de leurs compétences ou de l’intérêt général qu’ils défendent, mais en fonction des services qu’ils rendent au parti ou... aux groupes d’intérêts auxquels ils appartiennent (...). Mes attentes, ça veut dire quand même une profonde modification du fonctionnement politique... ». (Marc, 35 ans, consultant)
« Que la Justice abandonne son esprit de classe, de caste qui est à part. Je reconnais que cela doit être une classe à part quand même, puisqu’ils jugent les gens, ils ne doivent pas être trop partie prenante non plus. Mais justement, comme on leur donne beaucoup démocratiquement, ils doivent être absolument dignes des droits et des privilèges qu’on leur donne et ne pas... en abuser.
Les policiers ne sont responsables de rien du tout, alors qu’il est clair qu’ils ont mal fonctionné ! Qu’ils reconnaissent qu’ils sont responsables et puis alors c’est une autre question de savoir qui il faut sanctionner (...). Non, moi, tout qui est responsable hiérarchique est un manager, donc, qui a plus de temps pour superviser le fonctionnement, est responsable et doit être sanctionné... d’une façon ou d’une autre. Même moralement, même que ce soit un blâme. Les gendarmes qui ont attendu une demi-heure avant de recevoir les Benaïssa, si ça s’avère exact, doivent être sanctionnés. C’est des choses qui ne peuvent pas être répétées. Pour qu’elles ne se répètent pas il faut des sanctions ». (Michel, 46 ans, cadre)

26Dans ce récit et dans ceux qui suivent, l’horizon de l’action déborde l’action elle-même, dans le sens où l’enjeu qui y est présenté comme central ne peut être rencontré directement dans la manifestation.

27Ici, l'enjeu essentiel est celui d'une expression publique d'inquiétude et d’exaspération. Si le récit connaît de légères variantes — la forme, le contenu et le destinataire de cette expression pouvant être quelque peu différents, plus ou moins précis —, dans chaque cas de figure, le locuteur se place, avec l’ensemble du peuple, dans la position de tirer la sonnette d’alarme en espérant que les acteurs institutionnels changent les choses. Bien qu’il qualifie parfois son attitude de citoyenne, il ne s’assigne pas la responsabilité du changement et n’est sujet/acteur que le temps de la marche ; après quoi, il invite les professionnels de la politique ou de la justice à prendre le relais de l’action.

28Dans ce récit type, dont nous distinguerons trois versions, les déclencheurs de la démarche sont au départ les mêmes que pour le récit précédent : ce sont les événements de l’été 1996 et leur charge traumatique. Le regard ne se focalise cependant plus prioritairement sur le dénouement tragique, à l’origine de la démarche de deuil, mais se tourne davantage vers les responsabilités multiples et diverses. En ce sens, d’aucuns insistent sur le fait que la structuration de la mobilisation par le mouvement blanc a permis non seulement que la Marche blanche d'octobre 1996 soit une démonstration de masse mais aussi que l'ampleur d'action [soit] plus large, plus générale que Julie et Mélissa. Le drame des enfants disparus renvoie à la transgression d'interdits anthropologiques fondamentaux parfois elle-même associée à la décadence de la société, mais d’abord et avant tout aux négligences que le drame a révélées, qu'il représente et qui sont à l'origine du désir d'exprimer inquiétude et désaccord. Ces griefs suscitent chez tout le monde un manque de confiance et d'admiration envers les gouvernants et font naître le souhait de leur dire : « Maintenant, ouvrez les yeux, on a été trop loin, on n'est pas d'accord, il faut changer quelque chose, la démocratie, on la veut autrement ».

  • 15 Cf. G. HAARSCHER, De la nouvelle citoyenneté au politiquement correct, dans L'Affaire Dutroux. La B (...)

29Si les parents des enfants disparues sont, ici aussi, moteur de l'engagement, ils le sont cette fois en tant que « victimes » d'un système où on s'est joué d'eux et qui continue à se jouer de nous. Dans certains cas, une identification aux parents se fonde alors sur des expériences personnelles d'insatisfaction voire d’humiliation dans les appareils de l'État15.

30Dans une première version (3.1.), le locuteur exprime un c’est assez par une formule peu déterminée ; la critique est adressée de façon très générale au système politique et judiciaire dans son ensemble. Les attentes pour l'avenir sont alors à la hauteur de l'expression du ras-le-bol, mais avec la même indétermination. Il faut en finir de l'immobilisme, et tout doit changer dans la politique et la justice afin que cela ne se reproduise plus.

31Dans une deuxième version (3.2.), la critique s’articule autour d’un sentiment de déconnexion du monde politique par rapport au peuple et ses préoccupations de tous les jours. La manifestation d’exaspération qui se fonde sur ce sentiment qu'il y a deux mondes, le leur et le nôtre est alors proche d’une accusation d’abandon qui, sauf exception, ne se traduit cependant pas par une disqualification radicale de la fonction politique. Ainsi, pour l’avenir, l'initiative de réduire cette fracture entre les gouvernants et le peuple est laissée aux politiques. Il est attendu des responsables qu'ils se concentrent sur la vie de tous les jours et qu'ils puissent se faire comprendre de tous, en rendant les choses simples et honnêtes, afin qu’en bout de course il y ait plus de concret dans la politique.

32Dans une troisième version (3.3.), des critiques plus spécifiques sont élaborées sur base d’une chaîne d'accusations plus précises à destination des politiciens et magistrats. Certaines d’entre elles s’articulent assez directement à la dénonciation de la fracture entre les dirigeants et le peuple ; c’est notamment le cas lorsqu’il s'agit de pointer les réflexes protectionnistes de la classe dirigeante, les jeux politiciens et rivalités des petits décideurs dans les services publics, la justice à deux vitesses. D’autres critiques relèvent de registres différents, desquels émerge cependant l’inefficacité des institutions : sont alors mis en exergue la politisation des fonctions, l’absence d'autorité et de discipline dans les institutions, la négligence et la mauvaise gestion des services publics, les négligences de la classe dirigeante, le laisser-aller généralisé, l'incompétence politique, la loi du silence, les injustices, la lenteur des recherches et, dans certains cas, des responsabilités individuelles à l'égard de fautes commises accompagnées de demandes de réparation. Dans cette perspective, les revendications principales portent, d’une part, sur l’efficacité et une gestion responsabilisante des institutions publiques et, d’autre part sur la protection des enfants.

33Le monde politique et judiciaire occupe dans ce récit une position très ambivalente. D’une part, il est désigné comme « persécuteur » dans une dénonciation parfois très globale et, d’autre part, il lui est demandé d’être l'artisan d'un changement profond. Cette démarche contient les germes d’une mise en cause de mécanismes institutionnels et politiques défectueux. Mais, à part dans ses dernières variantes, elle risque de se transformer en chronique d'une déception annoncée faute d'une construction précise des griefs, des imputations de responsabilité et des revendications ou attentes de réparation.

Type 4 : Le réveil

Type 4 : Le réveil
« On a compris que c'était très grave (...). On se réveille dans une Belgique corrompue, un peu pourrie et un système qui ne fonctionne pas. (...) On espère que les événements qui se sont passés vont donner un coup de pouce et réveiller les consciences. (...) Il faut espérer que ça change et je crois que tout le monde doit y travailler dur. (...) Il faut mobiliser les gens jusqu'à ce que le système bouge. (...)
Maintenant je crois que les gens commencent à se réveiller et qu’on ne peut plus vivre dans un système où on met des barrières, où il n’y a pas de transparence, où on se joue des citoyens en fait, c’est ça. (...) Mais il faut que les grands maintenant, ceux qui ont le pouvoir, se réveillent et là, bon, il faudrait peut-être trouver un moyen de les réveiller ». (Marion, 43 ans, mère au foyer)
« Quelque part, on [les membres du mouvement blanc] est des empêcheurs de tourner en rond, ça c’est certain. Mais c’est pas en étant des petits moutons de Panurge chez soi que la situation va évoluer. Je crois qu’on a été longtemps endormi et que le réveil s’est fait. Il a sonné le 20 octobre. Il a sonné. Certains se sont réveillés, mais d’autres ont ouvert un œil et se sont rendormis. (...) Il faudra toujours des mouvements citoyens vigilants (...). Les comités blancs ne sont pas politiciens, mais ils font une action politique. (...) Il faut faire de la politique soi-même. (...) L'important, c'est que chacun change sa mentalité et voie autour de lui ce qu’il peut faire pour que les mentalités changent, ça part du tout petit fait qu'on vit d'abord dans son quartier (...) ». (Bernadette, 36 ans, mère au foyer)
« La marche, je trouve que c’était l’occasion de dire aux gens "c’est facile de se plaindre mais on est aussi acteur dans l’histoire" (...) et là c’était l’occasion qu’on dise "mais on est acteur". (...) C'est une responsabilité de citoyen. (...) C’était le fait de pourvoir dire "chaque individu a une responsabilité politique" et ça, c’est le moment de le montrer. (...) On n’est pas que victime, on a voté. (...) Moi je crois que chacun est responsable à son niveau (...). Une responsabilité de dire qu’on ne fait que se taire et on ne fait rien. C’est trop facile quoi. Et je ne voterai plus de la même façon maintenant qu’avant parce que je trouve qu’il faut beaucoup plus réfléchir (...) Et dans le même sens moi je voudrais qu’on instaure des impôts où on met pourquoi on paye des impôts, pour les routes, pour le clergé, etc. Je rêve qu'on installe les référendums ». (Pia, 41 ans, cadre)
« Je crois qu’ils [les parents des enfants disparus] peuvent être les aiguillons de la mémoire. (...) ils peuvent en être le rappel (...) qu'il fallait changer quelque chose ». (Marc, 35 ans, consultant).
4 1. La revivification de la vie démocratique
« On était tous bien endormis. (...) Il y avait une croissance économique, on croyait que le progrès allait tout changer. (...) Je dirais c’est la faute à l’avidité du capital. (...) Il y aura toujours des injustices et des choses comme ça, mais on a trop mis le capital sur un piédestal, et l’humain devient une quantité négligeable. (...) Tout a évolué trop vite en ne voyant que l’a rentabilité. Et maintenant c’est la rentabilité à outrance. (...) Et je crois que nous, et moi je porte ma part de responsabilité, (...) il faut remettre l'humain en priorité et pas le capital comme il l'est, (...) L'humain est important. Il faut reprendre les problèmes, dans le sens où on doit favoriser l'enfant, l'enfant et son devenir d'adulte. (...) 11 faut que l'individu soit respecté dans son intégrité d'individu.
On dit qu’on vit en démocratie, mais je crois que la démocratie n'existe qu'entre quatre murs, là où vous recevez et où vous discutez avec qui vous voulez... et puis c’est fini. Mais si ce n'est que ça, alors qu’on dise clairement qu’on est dans une dictature (...). Maintenant, des gens se réveillent, se regroupent dans des comités blancs ou autres. Des discussions fondamentales ont repris sur la place publique.
Peut-être que de ça va naître une nouvelle force politique ou une nouvelle politique, ou peut-être que les gens en place vont être réellement à l’écoute (...). [Si l'école donnait] une éducation civique (...) il y aurait peut-être plus une conscience citoyenne ». (Bernadette, 36 ans, mère au foyer)
« Que les partis politiques renouvellent leurs manières de constituer leur programme, que ça passe par des groupes locaux de citoyens de tous horizons... très bien. Je crois que c’est peut-être là une source de revivification de la démocratie. (...) Une série de personnes qu’on appelle aujourd’hui citoyens éprouvent le besoin de prendre en charge une réflexion par rapport à leur devenir. (...) À cause, peut-être, de l’individualisation de plus en plus importante, il y a de moins en moins de lieux de délibérations collectifs, il y a besoin de renouveler des lieux de mise en contradiction d’une série de projets, de valeurs, de réflexion, etc. (...) On ne peut que se réjouir de cette réflexion constructive commune. (...) [Et de même pour les] autres sources de revivification de la vie démocratique, que ce soit différentes procédures référendaires, les comités de chômeurs, etc. ». (Marc, 35 ans, consultant)
4.2. Le contrôle des institutions
« En principe, la démocratie c’est élire quelqu’un et il nous représente. Mais à mon avis, tous les gens qui étaient là s’estimaient lésés par la démocratie, ils venaient poser un acte de citoyen démocratique : "la démocratie, on la veut autrement". Principalement la justice, mais je crois que les gens qui étaient là avaient tous un objectif beaucoup plus large que judiciaire, un objectif politique. (...) Mais si on veut se plaindre de quelque chose, c’est à nous de prendre les choses en main. Pas toujours dire c’est aux autres de le faire. Je crois que tout le monde est quelque part responsable et c’est pour ça que j’ai envie que ça bouge parce que je me sens responsable. J’ai envie de manifester pour qu’on légifère sur des actes concrets ». (Henri, 26 ans, entrepreneur)
« Il y a à la fois des responsabilités individuelles et une responsabilité collective d'une société qui n'a peut-être pas mis en avant les bonnes priorités. Chacun est électeur et on est potentiellement homme politique. On peut s'engager ou ne pas s'engager. Ne pas s'engager, c'est peut-être aussi une forme de désinvestissement qui ne nous donne pas le droit après d’aller râler alors que l'on n'a pas participé, d'abord à la gestion de son association, puis de sa commune, puis de sa région, etc. Dans ma vision démocratique, il y a un métier pour chacun. J'ai toutes les libertés d'associations, de mouvements, etc. Je ne l'ai pas fait ou je l'ai fait de manière épisodique. J'assume donc une part de responsabilité dans le mauvais fonctionnement des services publics. (...)
Ce que je cherche à soutenir, c'est le fait qu'on ait une prise en compte efficace de certains intérêts collectifs. Si on veut conserver à l'économie de marché son rôle efficace dans la production des biens et services, on doit contrebalancer ça par une série de garde-fous qui passent par la prise en compte des intérêts collectifs, qui permettent d'assurer le bien social (...). Les services publics ont pour mission de traduire, face à l’efficacité économique, le besoin d'équité, le contrat social sur lequel la société est établie. (...) Et je suis très amer et très en colère contre pas mal de responsables politiques (...) [car] les services publics sont extrêmement mal gérés, sous la coupe des rivalités des petits décideurs, d'intérêts individuels ou partisans. (...) L'intérêt collectif n'est pas défendu. (...) J'attends une réforme profonde du fonctionnement des services publics. (...) La question qui est posée est de savoir comment on peut instaurer une gestion des services qui responsabilise mieux les individus, développe leur volonté de remplir au mieux les missions, et assure un contrôle démocratique. (...) Si les responsables administratifs, politiques, etc. étaient un peu à l'écoute des gens, ça permettrait d'humaniser les institutions ». (Marc, 35 ans, consultant)
4.3. Ordre et sécurité
« C‘est un exemple de l’abandon de toute référence par une société matérialiste. La morale fout le camp, les références foutent le camp. S’il n’y a pas de morale, s’il n’y a pas de référence, c’est un dysfonctionnement, c’est un manque dans une société. Une société a besoin d’avoir des repères. Ici, probablement parce qu’on s’est rendu compte qu'on s’attaquait aux enfants, on a vu qu'on allait au-delà de certaines frontières. (...) J'espère qu'on sanctionnera les responsables de dysfonctionnements et d'estompements des normes ». (Michel, 46 ans, cadre)
« J’ai l’impression que ces événements, dans leur globalité, tournent autour des interdits fondamentaux, d'un certain nombre de dispositifs qui instituent un certain mode de relation sexuelle. Or on parle peu de la sexualité, du côté de l’institution comme du côté des mouvements blancs. (...) Il y a comme une espèce de déni de la réalité de la sexualité et de ce que cela implique comme pulsions ou désirs et de l’ordre que l'on veut mettre ou ne pas mettre. On peut mettre cet aspect en relation avec des tas de choses : la logique de marché, de circulation des biens, et aussi des désirs, l’estompement des normes des institutions, l’érosion de ce qui pouvait résister à la mise en commerce, tout ce qui fait corps social, cette espèce de marchandisation généralisée qui fait qu’à un moment des interdits fondamentaux en viennent à être relativisés. (...) J’ai l’impression qu’il y a un déficit de parole institutionnelle sur cette question alors que ça fait partie des embarras, des problèmes de la vie en société (...). Et maintenant, tout est en train de tranquillement se réarticuler dans un sens qui ne me semble absolument pas correct et qui participe à une espèce de mise en ordre de la société qui, en gros, consiste en un retrait de l’institution, et de l’État, de l’intérêt public, et de la propriété publique (...). Il y a un désinvestissement de l’État mais par contre une rationalisation du secteur répressif.
On ne redit pas la loi, on ne prend pas la peine de redire deux trois choses symboliques qui seraient importantes mais on renforce les dispositifs (...) ». (Luc, 47 ans, architecte)
« Le maître mot c’est le travail, l’argent, le rendement, rentabilité, flexibilité et on n’arrive plus à s’arrêter et dire : "voilà quelles sont les vraies valeurs" ; "Est-ce que j’existe pour moi-même, est-ce que j’existe pour mon mari, mon enfant ? " (...) ». Annie, 38 ans, employée)
« Il est temps que l'on se rende compte qu'on doit rentrer dans un monde qui a beaucoup plus d'éthique et de valeurs, des valeurs morales, humaines, religieuses, des vraies valeurs, un fondement moral. (...) Ce n'est pas parce que l'on va mettre un état policier sur pied que l'on va retrouver des valeurs. (...)
Les enfants sont vulnérables et on doit les protéger. On est dans une société qui doit les protéger ; mais c'est vrai que l'on ne peut pas être partout, on ne peut pas mettre un policier à chaque coin de rue, c'est évident. Donc, on revient toujours à la morale, à l'éthique, à l'éducation. (...) On peut imposer des modèles de références, montrer des modèles de références, mais on ne pourra jamais imposer aux gens d'avoir une morale si on ne l’a pas. Cependant je pense qu'il faut créer des rails, créer des structures qui soient équilibrées et dans lesquelles on peut s'épanouir». (Angèle, 66 ans, institutrice retraitée)
« C’est très difficile de parler de la violence aux enfants sans leur communiquer notre trouille. Alors on a choisi de leur donner un rôle d’acteur, en disant "ça existe des gens comme ça et vous avez un rôle à jouer aussi en disant ‘non’", "vous avez le droit de dire ‘non’" (...) ». (Pia, 41 ans, cadre)
« Il y a eu juste après les événements une psychose générale. Tout le monde se méfiait. Maintenant je crois qu’on est plus vigilant. On prévient aussi plus l’enfant, on dialogue avec eux en disant : "écoutez, si vous partez en vélo, dites où vous allez". On les conscientise un petit peu sans, j’espère, sans les effrayer de trop. (...) Moi, étant déjà un peu méfiante, c’est vrai que je ne crois pas que cela va accentuer ma méfiance, ce sera plus une recherche d’un dialogue en expliquant pour faire en sorte que ce soit eux, les enfants, qui gèrent un peu leur sécurité. (...)
Je crois que la prévention se passe aussi bien chez les enfants que chez les adultes, en ce compris les gens qui seraient susceptibles d’être dangereux pour la société (...). C’est au niveau de la base qu’il faut travailler, tout le monde doit travailler. Aussi bien les parents qui ne font pas tellement attention quand les enfants partent à vélo, qu’ils sachent qu’il faut être vigilant. Que ce soit nous, quand on a un enfant violent, que ce soient les grands-parents qui rencontrent des enfants violents, que ce soient tous les paramédicaux, médecins. Ils ont leur boulot aussi. Je crois qu’il n’y a pas que les gendarmes pour être les petits méchants, il y a tous les autres (...).
Je crois que tout le monde est concerné par ce problème, tout le monde doit faire un effort, travailler sur certaines choses : la sécurité, la prévention... », (Lisa, 24 ans, kinésithérapeute)
« Il y a quelque chose de grave. On libère en Belgique des gens qui sont particulièrement dangereux. Il y a matière à redire au niveau de la justice. Il n’y a pas que les magistrats. Les jugements ne sont pas toujours appropriés. Je suis navré mais Dutroux ou un autre, dans des cas pareils, ce sont des gens qui doivent être mis hors d’état de nuire pour le restant de leur vie. On ne peut plus les laisser sortir. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il faudrait rétablir la peine de mort, mais parfois on se poserait la question. Dans certains cas, moi, je suis contre. Mais quand je vois ça, ça m’effleure. (...). Dans le même esprit, j’ai signé la pétition pour les peines – incompressibles. Je suis aussi pour les traitements médicaux appropriés pour les malades sexuels ». (Marcel, 44 ans, employé)
« Les gens doivent dire ce qu'ils pensent. Ce n'est pas seulement aux politiciens à décider. Moi, j'ai signé une pétition contre la loi Lejeune parce que des gens comme Dutroux ne doivent jamais quitter la prison ». (Jan, 19 ans, étudiant)
« Chacun doit prendre ses responsabilités, moi je prends les miennes. Pour le moment, on a commencé un réseau de crise. Je travaille régulièrement avec la police et la gendarmerie et je dois dire qu'il y a une bonne coopération. Je crois que se serait mieux de les centraliser. (...) Je trouve qu'on devrait abolir la loi Lejeune et introduire la peine capitale ». (Daisy, 50 ans, épicière)

34Pour le locuteur du quatrième récit type, la marche blanche du 20 octobre 1996 sonne comme un réveil pour lui et pour la société toute entière. La spécificité la plus tangible par rapport aux types précédents est l’appréhension de la marche comme une prise de responsabilité politique personnelle qui se traduit ou voudrait se traduire par un engagement pour la suite. C’est donc moins l’enjeu que le rapport à l’enjeu qui change. En d’autres mots, si le locuteur est sujet agissant au moment de la marche, il entend le rester à l’avenir.

35Cette démarche qui se veut plus engagée que celles décrites dans les récits précédents n’en partage pas moins de nombreux points communs avec elles. On retrouve ainsi les mêmes soutiens à leur démarche : les émotions, la manière d’être et les dires des parents, l’unanimisme se dégageant de la manifestation. Des émotions similaires à celles qui motivaient la démarche de deuil (honte, tristesse et peur) sont encore exprimées en mineure ; d'autres émotions, comme la colère et l'indignation face à l'assoupissement de la société, sont aussi mises en avant. Elles témoignent du fait qu’une démarche critique n’est pas antinomique avec le partage d’émotions. La figure des parents des victimes est évoquée dans un rôle cependant différent de celui relevé précédemment. C’est leur rôle de réveil de la société qui cette fois est souligné ; ils sont qualifiés d’aiguillons de la mémoire. Les personnes pour qui l’unanimisme constitue un frein sont ici encore minoritaires. À ces trois éléments, d’aucuns ajoutent le rôle amplificateur des médias.

36C’est comme citoyen que le locuteur se sent ici appelé à agir. La marche et le cadre dans lequel elle s’inscrit sont un moment de prise de conscience, ils sonnent le réveil.

37À plus long terme, le locuteur perçoit son rôle comme une amplification de ce réveil pour qu’il devienne celui des dirigeants politiques, de la magistrature, et in fine celui de tout un peuple. Il souligne vouloir s’engager dans des lieux de réflexions collectives, exercer une vigilance au quotidien, soutenir des pétitions, participer à des comités de citoyens,... Le réveil n’est ici qu'un enjeu intermédiaire. Ce sursaut doit être mis à profit pour introduire des changements substantiels. Bien que nombreux et diversifiés, ces enjeux peuvent être articulés et synthétisés autour de trois versions.

38Dans la version la plus typique de ce quatrième récit (4.1.), l'enjeu prioritaire consiste en une revivification de la vie démocratique. Certes, les locuteurs qui s’inscrivent dans ce récit développent des acceptions parfois sensiblement différentes de la démocratie : société où l’humain primerait sur le capital, système où l’enfant serait une priorité, organisation sociale où les problèmes du peuple seraient pris en compte, société où l’intégrité de chaque individu serait défendue, etc. Il apparaît cependant que la prise en compte du plus faible constitue l’indéniable socle commun de ces perspectives variées. La réalisation de cet enjeu commun dépend de la possibilité de développer une conscience citoyenne, chacun ayant sa contribution à apporter.

39Dans la deuxième version (4.2.), les enjeux sont davantage centrés sur le contrôle des institutions. De nombreux locuteurs insistent sur la nécessité d’un meilleur fonctionnement des institutions (politiques, juridiques, judiciaires) et des services publics en général ; les améliorations à apporter devraient d’abord toucher leur humanisation, leur efficacité, leur capacité à prendre en compte les problèmes des populations qui y ont recours, leur capacité à reconnaître et assumer leurs responsabilités. Par rapport à la troisième version du troisième récit-type, l’innovation réside dans le fait que le locuteur s'assigne un rôle actif dans le contrôle des institutions. Il s’agit de réclamer des changements mais aussi, et peut-être surtout, de les accompagner par un rôle critique permanent dont les formes restent partiellement à inventer.

40Les enjeux au centre de la troisième version (4.3.) sont l’ordre et la sécurité. En ce qui concerne l’ordre, et malgré des variantes, c’est du retour à un certain ordre moral dont il s’agit : rétablissement de repères normatifs, demande d’une parole symbolique et instituante sur les interdits fondamentaux, retour aux vraies valeurs – justice, éducation, famille, etc. Souvent articulé à cet enjeu, on trouve celui de la sécurité sous des formes contrastées pouvant aller d’une position sécuritaire à une position plus ouverte. Qu’il évoque l’ordre moral ou la sécurité, le locuteur considère qu’il a un rôle à remplir : d’aucuns insistent sur un rôle de critique permanente vis-à-vis des institutions concernées alors que d’autres évoquent davantage l'autocritique.

41Si dans tous les cas, ces questions relèvent bien d’une forme de vigilance au quotidien qui s'adresse à tous, l'écart entre les points de vue des uns et des autres est cependant considérable. Cet écart se laisse voir de façon évidente à travers la question des responsabilités.

42Là où les premiers identifient d'abord les auteurs des faits et les institutions défaillantes et tout particulièrement, parmi ceux-ci, les hommes politiques, les personnes qui se placent en position d'autocritique vont, dans les cas les plus extrêmes, aller jusqu'à s'attribuer une responsabilité tant dans les dysfonctionnements institutionnels, normatifs et autres, que dans la production d'individus violents.

43Dans la perspective ici développée, toutes les forces, personnes ou groupes qui poursuivent les mêmes objectifs sont des alliés : parfois ils sont identifiés (les parents des victimes, les comités blancs, la commission parlementaire, le mouvement associatif, les hommes politiques qui visent le bien-être de la population, les forums, les juges qui savent écouter, la presse qui évite l’étouffement des affaires, etc.), souvent ils sont simplement regroupés sous un label tel les réveillés ou ceux qui ont compris.

44Les freins à l’émergence de leurs projets sont nombreux et rejoignent en grande partie les critiques formulées à l’égard du système politique actuel. Un certain nombre de critiques visent tout à la fois le monde politique, la justice, la police et la gendarmerie : l’existence de complicités et/ou de protections entre ces diverses sphères, les fonctionnements de castes, les nominations politiques, les mensonges, contre-informations et négations de la vérité, l'auto-protection des appareils, la corruption, le carriérisme, les rivalités et luttes de pouvoir, le manque d’information, l’absence de transparence et de contrôle démocratique, la poursuite de priorités propres (Maastricht pour les politiques, la poursuite des petits délinquants ou les infractions routières pour la Justice ou les services d’ordre) sans prise en compte des priorités de la population, le déni de responsabilité, le manque de cohérence des institutions. Aux politiques, il est également reproché le clientélisme, la particratie, la langue de bois, le fait de vouloir étouffer les affaires, de vouloir récupérer le mouvement blanc, d’introduire des changements mineurs, de vouloir rester au pouvoir à tout prix ou de refuser d’ouvrir le champ des alternatives, l’absence de projet et de définition des objectifs. La Justice se voit surtout reprocher de rendre une justice de classe et de ne pas toujours appliquer les lois, la police d’être incompétente, raciste, peu sensibilisée aux droits de l’homme et d’avoir infiltré l'État ; d’aucuns concèdent cependant à la première son manque de moyens financiers. Parmi les obstacles, quelques-uns soulignent encore les tentatives de récupération sécuritaire du mouvement, la passivité de la population.

Type 5 : Blanc politique ou de la politisation du mouvement

Type 5 : Blanc politique ou de la politisation du mouvement
« J’ai participé à deux, trois manifestations locales (...), notamment pour ressentir une série de choses par rapport à mon engagement vert. J’avais l’impression qu’il y avait une série de revendications, d’organisations de la société qui étaient dans le programme des verts et qui à travers l’occasion de la mise en question de la justice, les problèmes de Mélissa et de Julie, réapparaissaient pour une série de gens, à la limite mal dites, dites de manière très sentimentale, mais qui touchaient à quelque chose de fort. J’avais envie de comprendre (...). Moi, je crois que ça fait partie de mon engagement, je n’aurais pas pu continuer à travailler à Oxfam sans, à un moment, avoir aussi prise sur ce qui nous touchait ici. (...) C’est un souci... enfin, un besoin, de cohérence. (...)
La manière dont les parents Russo, la maman d'Élisabeth et Nabela ont pu traiter et être dans l’actualité m’a fortement impressionné. Je crois que des gens mis dans des situations d’urgence sont capables d’intelligence, de perception, de compréhension politique, et de stratégie (...) Leur perception des rouages de la société est quand même assez super. (...) Le mouvement blanc peut pousser à créer des réflexions localement (...) ». (Roland, 40 ans, employé)
« J’ai manifesté pour marquer ma solidarité avec les gens qui organisaient ça. (...) Immédiatement après la découverte des cadavres des enfants, il y a eu cette pétition de masse pour les peines incompressibles qui a été lancée par l’association Marc et Corinne et qui était très déplaisante. Je n’ai pas signé çà. Je ne suis pas du tout d’accord avec ce point de vue et avec toutes les idées qui tournent autour. Et il y a eu une période où pour beaucoup ce mouvement avait un caractère poujadiste inquiétant, sécuritaire, apolitique ou antipolitique et ne méritait pas une adhésion des gens de gauche. Je crois qu'il s'agissait là d'une incompréhension de la réalité de cette révolte tout à fait légitime, même si il y avait effectivement des accents déplaisants parce qu’il y a toute sorte de gens qui se mobilisaient. Mais il y a eu rapidement de la part des parents, et principalement des Russo et Lejeune dans un premier temps, une très nette démarcation par rapport à ce côté sécuritaire. Très vite, surtout les parents Russo ont eu une toute autre attitude, pas sécuritaire et en fait assez subversive qui était de dénoncer, de ne pas focaliser l’attention sur les criminels en tant que tel, mais plutôt sur tout le système qui a permis que les enquêtes ne fonctionnent pas, que les réseaux ne soient pas démantelés, que le fonctionnement de la police et de la justice soit très distant et méprisant vis à vis de la population. Tout cet aspect-là qui est juste, il fallait le dénoncer. (...) Les parents ont fait preuve d’une énorme capacité politique qui était même inespérée par rapport à tout ce qu’on pouvait imaginer sur l’aliénation des gens, du fait que personne n’a l’air de se révolter en général. (...)
En manifestant là, je pensais à toutes les victimes de la barbarie en général d’aujourd’hui, d’hier. Et je pense que c’est quand même assez exceptionnel qu’il y ait un mouvement pareil directement contre la barbarie. (...)
Au moment de m’engager de manière active, j’ai constaté qu’il y avait une quasi disparition d’une gauche radicale, anti-impérialiste, prête à vraiment se mobiliser. Et dans le peu qui reste, il est nécessaire d’être actif. Le lien avec le mouvement blanc, enfin ce qu'il y a de commun avec les problèmes que nous rencontrons maintenant, c’est l’énormité d’une contre information officielle, enfin d’un mensonge officiel, et d’une négation de la réalité inhumaine ». (Fred, 29 ans, historien)
« Très vite on sentait un décalage entre les parents et l'association Marc et Corinne. Marc et Corinne, c'étaient plutôt sur la position sécuritaire, la peine de mort, les peines incompressibles et tous ces trucs-là. Alors que les autres parents avaient un discours beaucoup plus démocratique, plus humanitaire et tout ça. Je trouvais qu’il fallait renforcer aussi ce second pôle (...) Le rôle de ces familles, de la famille Russo en particulier mais des autres familles aussi, fut très très important sur l’ensemble du mouvement et sur la conscientisation des gens. (...) 11 y a eu vraiment une conscientisation, une politisation très fortes auprès des gens. (...) Dans les comités blancs, on ne traite pas que des problèmes de justice ou d’enfants ou de police, c’est beaucoup plus large. (...)
On discute de l’Europe, on discute du chômage, on discute de l’article 343 et 324. Ce qui montre aussi la conscientisation, que les gens se rendent compte qu’il y a des liens entre les choses ». (Meidi, 22 ans, sociologue)
5.1.Gauche
« La marche blanche était une manifestation contre la barbarie. (...) Par barbarie, j’entends, à peu près la même chose que ce que Marie-Noël Bouzet exprimait quand elle parlait des barbares civilisés. Ce que j’entends par barbarie, c’est cette combinaison entre une violence sans limite vis-à-vis d’êtres humains sans défense et une rationalité dans l’organisation de cette violence... ce caractère organisé et rationnel qu’on a vu apparaître autour de Dutroux. Donc le fait qu’il y avait tout un système avec des prédateurs, des clients, des liens avec des sociétés écrans, un trafic de voitures, des gens complices du trafic de voitures qui se retrouvent sans peut-être même le savoir en train d’aider matériellement à d’autres choses, des liens internationaux avec un pays à l’Est. Tout un système, avec des bénéfices. Donc des bénéfices qui ne sont pas seulement le sadisme mais qui sont aussi des comptes en banque, des fortunes qui circulent. Donc le lien entre ça et une violence sans limite, c’est ça que j’appelle la barbarie. Et je pense que c’est vraiment une caractéristique de notre siècle. Il y a quelque chose de commun avec la barbarie nazie. (...) Je pense qu'on touche là au cœur de ce que notre système permet, parce que tout ça est parfaitement compatible avec le système capitaliste en général puisque tout est marchandise. On peut marchandiser aussi l’horreur, le plaisir sadique, etc. Cela, ce sont aussi des marchandises et on peut faire des calculs rationnels sur les clients, sur les victimes, sur les policiers, sur les gens qu’on va corrompre, etc. (...)
Je crois que le dessaisissement du juge Connerotte a aussi fortement contribué à donner à cette marche un caractère subversif et différent du côté sécuritaire que certains avaient tenté d’y imprimer. (...) Ce moment était vraiment une révélation très ouverte du caractère de classe de la justice. (...) Il y a une très lourde responsabilité de la justice qui ne fonctionne pas au service de la population. (...) Pour la petite Loubna, on n’a pas nommé un juge d’instruction. Là, je crois qu’il y a vraiment une question de classe qui intervient de manière immédiate. (...) Comparons avec le cas du petit Anthony Declercq qui a été enlevé et dont les ravisseurs ont, heureusement, été trouvés quasi tout de suite ; toutes les polices du Royaume étaient sur l’affaire. (...) Cela montre qu’on aurait pu mettre autant de moyens pour d’autres enfants et qu’on ne l’a pas fait parce que c’étaient des enfants dont les parents n’étaient pas des gens importants. C’était quelque chose de très visible, beaucoup plus immédiat que tout ce qu’ont pu montrer des analyses très fines sur le caractère de classe de la justice qui, là, apparaissait au grand jour. (...) Il y a aussi les priorités que le Gouvernement se choisit et qui étaient clairement ailleurs. En été 96, les priorités de Dehaene, c’était le traité d’Amsterdam, l’Europe et pas du tout les préoccupations de la population et les besoins sociaux. (...) C’est ça en fait le vrai dysfonctionnement, les priorités de la population, on les méprise. (...)
La méfiance envers les institutions est une attitude critique et saine de la part de la population. (...) Le climat critique et subversif, nous pensons qu’il est bon et qu'il faut l'élargir, [qu'il renvoie à] l'aspiration à un contrôle démocratique réel sur les institutions ». (Fred, 29 ans, historien)
5.2.Droite
« Le succès de la mobilisation s'explique par le fait qu'il s'agissait d’enfants assassinés. Le plus sacré est, dans toutes les cultures, l'enfant innocent. Il s'agit d'une loi morale qui existe chez tout le monde. À partir du moment où on touche à ça – à quelqu'un qui ne sait pas encore se défendre, qui est innocent, qui est abusé, tué – c'est une inhibition psychique qui est rompue. Les gens réagissent automatiquement en disant que ceci est intolérable dans notre société. (...) Les responsables sont les partis traditionnels qui n'ont jamais fait du système judiciaire une priorité, qui n'ont jamais fait un réel effort de réforme, alors que c'est quand même, avec la police, un élément central de la société. (...) Je suis membre du Vlaams Blok. Le Vlaams Blok est le seul parti qui, depuis des années, accuse la lascivité et la permissivité des partis traditionnels à l'égard de l'appareil judiciaire. Le système est beaucoup trop permissif. Quand quelqu'un a été puni pour quelque chose, il doit faire sa peine. L'abolition de la. loi Lejeune est un des points importants du programme du Vlaams Blok. (...) La permissivité des magistrats est aussi une des causes principales de la démotivation de la police et de la gendarmerie. (...) Nous sommes pour une force de police unique, mieux formée et plus efficace. (...)
Je suis heureux que beaucoup de gens ont utilisé leur droit démocratique en manifestant, pour montrer leur désaccord avec la politique, mais ce serait mieux si les flamands faisaient comme les comités blancs wallons et ne se mêlaient pas de la politique des partis (allusion au parti de Paul Marchai) ». (Johan, 52 ans, avocat)
5.3. Pour une démocratie associative
« Les gens ont été touchés par un événement dans lequel la société a été inhumaine, n’a rien entendu. (...) Il y avait toujours dans le quartier, dans la famille ou au travail, quelqu’un qui pouvait raconter une histoire où lui aussi s’était retrouvé confronté à un système inhumain qui ne comprenait pas, qui n’entendait pas, qui appliquait des règlements bêtement et il s’était fait éjecter du système. (...)
Efficacité et humanité, ça peut aller ensemble. Il faut sans doute mieux décentraliser. Il y a des modes de fonctionnement qui doivent changer mais qui peuvent être plus efficaces, plus humains. Cela demande un changement de système, pas seulement un changement cosmétique. (...)
C’est ça l’enjeu. On a plutôt un système qui tend à déresponsabiliser un maximum de monde. La responsabilité est maintenue dans les mains de quelques uns. (...) La manière dont les parents ont été capables d'analyse m'a redonné goût à une démocratie participative où des gens mis dans des situations ont des choses à dire. Si on fait le parallèle, les riverains des décharges ce ne sont pas des cons qui ne défendent que leur jardin, ce sont des gens qui ont souvent une réflexion, sont capables de comprendre les enjeux si on les leur explique convenablement. (...)
On pourrait retisser des liens pour que les gens sentent que la justice est l’affaire de tous (...). Les gens continuent à dire des choses, à avoir des revendications et il faut qu’ils puissent en parler quelque part et qu’on les considère comme des adultes qui peuvent donner un avis pertinent ». (Roland, 40 ans, employé)
« J'ai toujours eu une famille assez militante (...). Très vite, j'ai surtout été intéressé par tout ce qui était l'antiracisme et le racisme que les copains vivaient. (...) Dans le mouvement blanc, il y a une conscientisation antiraciste qui est aussi importante ». (Meidi, 22 ans, sociologue)

45Les locuteurs qui formulent le cinquième récit se veulent d’abord acteurs. Ils n’ont participé aux mobilisations blanches que parce qu’ils y ont perçu nombre d’indicateurs témoignant du fait que celles-ci étaient politiquement proches de leurs engagements antérieurs. Pour ceux-là, généralement des militants politiques et associatifs, la marche blanche du 20 octobre 1996 n’est qu’une action politique parmi d’autres. Sans doute garde-t-elle une certaine spécificité qui tient aux événements dramatiques qui sont à son origine, mais la dimension de deuil est ici peu marquée. Si ces personnes soulignent avoir voulu manifester leur solidarité avec les parents des enfants disparus, ce n’est pas d’abord parce qu’ils s’identifient à eux en tant que parents mais parce qu’ils reconnaissent en eux les organisateurs d’une manifestation à caractère politique et qu’ils veulent les encourager dans leurs luttes. De même, les enfants ne sont plus ici que le symbole, particulièrement fort il est vrai, de toutes les victimes de la barbarie d’hier et d’aujourd’hui. À ces enjeux de manifestation de solidarité, ils ajoutent tous des enjeux ayant trait à l’organisation du système politique : revendications pour plus d'égalité, pour plus de démocratie, pour plus de justice, pour une plus grande solidarité entre les divers groupes sociaux ou raciaux, pour la restauration d’un ordre moral, etc.

46Pour ces locuteurs-acteurs, le déclencheur de la participation aux mobilisations blanches apparaît être une coalition entre d’une part, un ancrage institutionnel (groupe militant, parti, association, réseau de solidarité, etc.) et des idées ou valeurs politiques (lutte contre une justice de classe, lutte pour la prise en compte des préoccupations des citoyens, lutte contre la permissivité, etc.) antérieurs et liés à l’engagement militant, et d’autre part, des acteurs nouveaux émergeant à l’occasion d’événements qui mettent en exergue de façon particulière les manques de notre société, en l'occurrence les parents des enfants disparus. Dans ce cadre, ils se sentent appelés à réagir, au même titre que tout citoyen mais de façon plus insistante en tant que militant.

47Pour ces personnes, les indices d’une proximité idéologique entre le mouvement blanc ou les parents et eux stimulent leur participation aux manifestations blanches. La mise en cause du système politique, l’accent mis sur la distance entre le pouvoir et les citoyens, la volonté affichée de faire de la politique à la base, l’expression d’enjeux sociétaux, etc. rencontrés chez les parents ou certains d’entre eux sont autant d’indices de la politisation du mouvement. Les mobilisations blanches, en ce inclus la marche du 20 octobre, sont appréhendées comme des actions politiques, subversives diront certains.

48La multiplicité des accents et des prises de position des parents est sans doute ce qui permet que chacun, de l’extrême-droite à l’extrême-gauche, puisse y trouver son compte, en partie tout au moins. D’autres éléments plus périphériques et que l’on rencontre déjà dans les récits précédents viennent au cas par cas renforcer la détermination des acteurs dans leur participation : des expériences personnelles d’agressions ou de démêlés avec la police, la gendarmerie ou la justice, notamment.

49Les stimulations ont ici aussi été plus fortes que les freins à la participation ; ceux-ci ne furent cependant pas inexistants. Les plus importants résonnent en échos aux soutiens à l’action ; il s’agit des indices de faible politisation ou d’une orientation politique combattue repérés chez certains participants aux mobilisations blanches : l’absence de slogans clairs, le manque de vision politique, les doutes sur l’orientation future du mouvement, l’insistance sur l’émotion collective, les risques de poujadisme, le centrage jugé excessif sur l’enfant et la protection de l’enfant, les tentatives de récupération du mouvement par le Premier Ministre et le gouvernement, etc. D’autres freins plus spécifiques s’ajoutent parfois : la peur de la foule, la couverture événementielle d’une presse soumise à la rentabilité, etc.

50L’au-delà des mobilisations blanches apparaît comme le cadre qui leur donne sens ; au-delà de celles-ci se situent en effet les projets politiques des locuteurs. Ces projets partagent un désir de changement de système qui dépasse la forme de simples changements cosmétiques. Ceux qui s’inscrivent dans ce récit type considèrent aussi qu’ils ont un rôle à jouer dans la poursuite des objectifs qu’ils ont identifiés. Leurs actes politiques ne s’arrêtent pas aux actions blanches ; leur mobilisation est quotidienne. Nous distinguerons trois versions différentes de ce cinquième récit.

51La première version (5.1.), que nous qualifierons « de gauche », situe ses critiques au niveau du système capitaliste où l’économique règne en maître, où tout est marchandise, y compris les êtres humains, où l’aliénation de la population est profonde et les injustices de classes niées. Le locuteur insiste sur la nécessité de réduire les inégalités tant au niveau des situations économiques et sociales qu’en ce qui concerne le fonctionnement de la Justice, et aussi sur l’obligation de lutter contre les violences dont souffrent principalement les plus faibles. Outre les freins à la participation relevés ci-dessus, d’aucuns citent explicitement les accents sécuritaires que certains tentent de mettre en avant et la participation de personnes de droite, voire d’extrême-droite, aux manifestations. Ils se situent donc ainsi en fonction des clivages politiques traditionnels.

52Ceux qui, à l'extrême-gauche, proposent les changements les plus radicaux et en appellent à l’instauration d’un climat critique et subversif par rapport au système considèrent que les militants ont un rôle central à jouer. La logique militante s’oppose partiellement à la logique citoyenne.

53À la version « de gauche » répond une version « de droite » (5.2.). Sa formulation la plus typique vient de militants d’extrême-droite. Le manque d’ordre, décliné sur des modes divers (la permissivité, la non application des peines, la lascivité, etc.), est présenté comme la cause du mal profond de notre société. La justice et la police apparaissent comme les pièces maîtresses de la remise en ordre. La mobilisation blanche est perçue comme susceptible de faire avancer les réformes en ces domaines. Sur le fond, plus le locuteur se situe à l'extrême-droite et plus ses positions comptent d’accents sécuritaires : pour les peines incompressibles, pour un rétablissement de la peine de mort, pour un rôle accru pour la police, etc. Le rôle du militant est aussi présenté comme central.

54Tout en ne les reniant pas et en restant fondamentalement politique quant au fond, la troisième version du récit (5.3.) ne se situe pas d’abord en fonction des clivages politiques traditionnels. Le modèle défendu est davantage celui d'une démocratie associative.

55Dans la majorité des cas, la grille de lecture de la réalité apparaît aussi moins globalisante que celle mise en œuvre dans les deux versions précédentes. Parallèlement, l’entrée en matière est davantage liée aux problèmes empiriques et pragmatiques. Un certain nombre de thèmes généraux (approfondir la démocratie en lui donnant une forme plus participative, rapprocher les dirigeants des citoyens, etc.) et de thèmes plus spécifiques (la lutte contre le racisme ou l’approfondissement d’un climat critique à l’égard des institutions, etc.) sont mis en avant. Ces enjeux rejoignent les objectifs que le locuteur poursuit tantôt dans un comité pour l’égalité des chances, un mouvement de lutte contre le racisme, un comité de quartier ou toute autre organisation du mouvement associatif. Le locuteur accorde une place moins prépondérante au militant dans le sens où, dans l’idéal, chaque citoyen devrait devenir militant, même si d’aucuns reconnaissent et acceptent le rôle spécifique des professionnels de la politique. Le locuteur est un militant-citoyen.

56La méfiance des citoyens à l’égard des institutions, le ras-le-bol exprimé par les citoyens, la dénonciation d’un système inhumain, distant et dédaigneux à l’égard des citoyens, etc. sont autant de slogans sur lesquels le travail de militant peut prendre appui. Les freins à l’émergence des projets des acteurs sont nombreux et rejoignent en grande partie les critiques qu’ils formulent à l’égard du système politique actuel. On retrouve quasi toutes les critiques évoquées pour le type précédent. Nous ne les reprendrons pas ici.

57Parmi les obstacles plus spécifiques à l’émergence d’un projet politique et social plus satisfaisant, d’aucuns soulignent encore le centrage excessif sur la dimension familiale de la démarche, les interventions inadéquates des intellectuels, du mouvement des femmes, des personnes immigrées, ainsi que la mort des idéologies.

58Les projets militants regroupent des perspectives déjà bien structurées tant au niveau du discours que de l’organisation (première et deuxième versions) et d’autres plus nouvelles qui se cherchent tant sur le fond que sur la forme (troisième version). La rhétorique plus construite des premières ne devrait pas nous inciter à croire que l’implication est nécessairement plus profonde chez ceux qui s’en réclament

3. Éléments de transversalité

59Au terme de la présentation de ces différents profils, on peut essayer de comprendre comment la mobilisation blanche a pu se développer, les raisons pour lesquelles les demandes et les critiques sociales, dont on a vu qu’elles étaient nombreuses et diversifiées, se sont coalisées à partir de la question des enfants disparus. Poser cette question équivaut à interroger les dimensions socialement appropriables des événements déclencheurs, la légitimité spécifique du mouvement blanc, ainsi que ses connexions avec des revendications ou exaspérations plus anciennes.

603.1. Politisation. Dans leur première phase, l’essor des mobilisations blanches semble lié à leur faible structuration, au flou de leurs slogans et de leurs revendications. L’absence de mot d’ordre apparaît à l’analyse comme un des éléments essentiels pour expliquer la réussite de la marche du 20 octobre 1996 ; chacun ayant pu remplir ce vide par des raisons personnelles à chaque fois spécifiques. Pour certains, l’absence de slogan témoigne de l’apolitisme de la manifestation, alors que pour d’autres elle n’est que circonstancielle, liée au deuil, et n’interdit pas que la démarche soit profondément politique.

61La diversité, la fugacité voire l'indicibilité des ressorts de mobilisation, ainsi que certains paradoxes de l'engagement sont avérés et confirmés dans notre recherche. On peut cependant se demander si la structuration des plaintes au cours des mois écoulés depuis l'été 1996 ne relève pas d'une dynamique progressive de politisation.

62Si on place les cinq types distingués sur un continuum, on peut considérer que lorsqu'on passe des premiers aux derniers, la nature des émotions mobilisatrices change, les critiques émergent, se consolident et sont plus spécifiques, la chaîne des responsabilités, voire des accusations, s’étend.

63Si on considère les cinq types dans leur émergence au cours du temps, on peut estimer que les premiers, prédominants lors de la marche d'octobre 1996, se sont effacés et que les derniers, déjà présents au début des mobilisations, ont acquis une place déterminante dans les mois qui ont suivi. Nous ferions l'hypothèse d'une politisation des plaintes exprimées et relayées dans le mouvement blanc. Mais cette politisation semble revêtir des modalités particulières : modalités nouvelles et peut-être fragiles d'accès à l'espace public, d’organisation de l'action collective, et surtout d'élaboration des plaintes en prenant appui sur des ressources critiques préétablies.

643.2. Identification aux parents. La figure emblématique des parents est présentée par beaucoup comme une motivation de leur choix. Il apparaît cependant que le nombre de familles concernées a permis une relative dispersion des « identifications » ou une adhésion à des manières d’être et des messages assez contrastés. On a vu que certains s’identifient aux parents dans leur rôle de parent et en tant que parents. D’autres voient d’abord en ceux-ci les organisateurs de mobilisations collectives. Si certains évoquent collectivement « les parents », nombreux sont aussi ceux qui identifient une personnalité particulière (Nabela Benaïssa, Marie-Noèlle Bouzet, Paul Marchai, Carine ou Gino Russo, etc.). Le collectif des parents n’est pas homogène et c’est aussi cela qui a permis que chacun y trouve une figure mobilisatrice, du moins dans un premier temps. Par après, les nuances, voire les dissensions affichées entre les parents ont permis des mobilisations ayant des objectifs plus ciblés mais drainant des publics plus restreints.

653.3. Identification aux enfants. La quasi totalité des personnes interviewées accordent dans leur discours une place privilégiée à la figure de l’enfant. Cette référence largement partagée n’exclut pas les nuances. Ainsi certains s’inquiètent d’une forme de repli qui présenterait la sphère familiale comme le seul espace d’épanouissement possible, l’enfant comme le seul lieu d'investissement valorisé. Cependant, que celui-ci soit présenté comme symbole de la fragilité humaine (naïveté, sans défense, etc.) ou de la fragilité sociale (petit parmi les petits, victime parmi les victimes, etc.), nombreux sont ceux qui considèrent l’agression et le meurtre d’un enfant comme la transgression inacceptable d’une limite anthropologique. En cela la figure symbolique de l’enfant a permis de réaffirmer la nécessité de limites anthropologiques fondatrices d'un vivre-ensemble. La profondeur du doute dans les institutions peut varier, mais ce qui semble commun, c'est l'ancrage du doute dans un socle moral minimum en-dessous duquel il n'est pas possible de faire lien social et dont chacun attend qu'il soit réaffirmé.

66Les événements de l'été 1996 et les mobilisations consécutives posent la question de la nature de ce socle moral, de ses modalités d'élaboration et du type de rapport que chacun peut entretenir avec lui.

673.4. Exaspération. La grande majorité des personnes rencontrées disent également avoir voulu exprimer un ras-le-bol. Les manifestations blanches et principalement la marche d’octobre 1996 sont alors à considérer comme un mode d’expression d’un trop plein. Il s’agit de dire stop. Cependant, on l’a vu, les raisons du ras-le-bol sont extrêmement variées.

4. Éléments contextuels

68Lorsque les personnes interviewées racontent leurs mobilisations, elles parlent à la première personne, et rien ne les oblige à intégrer le contexte dans lequel leurs actions ont pris place à leur réflexion. L'analyse des enjeux, non plus subjectivement vécus mais collectivement élaborés, ne peut quant à elle se faire sans intégrer cette dimension contextuelle. Si l'on veut traiter des enjeux sociaux que posent les événements de l'été 1996 et les mobilisations qu'ils ont suscitées, il nous faut interroger le contexte historique et sociopolitique dans lequel ils se sont inscrits. Une double question s'impose : Pourquoi se sont-ils produits ici et maintenant, à partir du drame d'enfants ? Sont-ils spécifiques à la société belge ?

69À cette question qui n'a pu être étudiée dans le cadre de cette recherche, mais qui ne peut être totalement éludée, nous allons apporter une réponse partielle en nous appropriant les analyses de divers commentateurs de la vie sociale et politique belge. Sans pouvoir en faire un relevé exhaustif, nous allons reprendre quelques pistes d'explications qui éclairent la question du contexte. Les interprétations retenues avancent des hypothèses qui tantôt mettent en avant des traits spécifiques de la société belge, tantôt insistent sur des facteurs qui ne la distinguent en rien des autres nations occidentales.

  • 16 E. BROGNIET et alii, op.cit. dans Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux. La Belgique malade de s (...)
  • 17 J. VOGEL, op. cit., p. 15.
  • 18 Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, op. cit., p. 11.
  • 19 F. DASSETTO, Des événements et des faits qui analysent et bousculent la société, dans N. BURNAY et (...)

70« Affaire emblématique du "malaise belge" », malaise « général et radical »16, l'affaire Dutroux apparaît à la plupart des commentateurs comme une « remise en cause d'aspects essentiels de l'état de choses établi »17 dans une « société en perte de repères institutionnels, mais aussi moraux, philosophiques et sociaux »18. Porteuse d'une charge traumatique sans précédent dans ces cinquante dernières années en Belgique, elle fonctionne comme un « analyseur de la réalité sociale »19.

71On peut distinguer quatre niveaux d'interprétation qui, chacun, replacent les événements dans un contexte particulier.

72a. La pédophilie et la valorisation de l'enfance. En abordant la problématique de la pédophilie et de la maltraitance d'enfants, certains auteurs suggèrent, comme ressort essentiel des mobilisations blanches, une identification avec les enfants abusés. Ils articulent leurs analyses au contexte sociohistorique en s'interrogeant notamment sur l'évolution des représentations de l'enfant et de la sexualité dans les sociétés modernes.

  • 20 N. BURNAY, N'a-t-on pas oublié de dire : de l'amalgame de l'abus sexuel aux discours sur l'enfant, (...)
  • 21 L. KARPIK, L'avancée politique de la justice, dans Le Débat, 1997, no97, p. 103.

73Il leur apparaît que la valorisation de l'enfant en tant que symbole d'innocence cl de pureté, phénomène récent de notre modernité, permet de comprendre la crispation et la focalisation du débat sur les abus envers les enfants20. L'assassinat d'enfants deviendrait « l'extrême de l'horreur » et la « dernière figure du mal absolu dans une société qui doute de ses valeurs ». La crise ouverte par l'affaire traduirait une « inquiétude sur les limites du laisser-faire généralisé (...) et plus généralement sur les conditions d'un ordre qui protège les personnes de l'impuissance, de la barbarie et du chaos »21

  • 22 Ibidem, p. 98, 101.
  • 23 G. HAARSCHER, De la nouvelle citoyenneté au politiquement correct, dans Y. CARTUYVELS et alii, L'Af (...)
  • 24 E. BROGNIET et alii, op. cit., p. 5.

74b. La mise en cause du fonctionnement des services de l'Etat. À ce niveau d’interprétation, l'exigence d'intégrité des corps est associée à celle de l'intégrité des représentants politiques ; la lutte contre la corruption des mœurs et contre la corruption des dirigeants « énoncent les conditions nécessaires du vivre ensemble »22. Et l'ampleur des mobilisations blanches peut être éclairée par le contexte général d'une perte de confiance dans les médiations institutionnelles et politiques, liée à une radicalisation des attentes vis-à-vis de la justice. La crise de 1996 semble avoir agi comme un révélateur d'une insatisfaction sourde quant à l'État, sur fond d'expériences communes de mépris et d'humiliations23. Le « cri de douleur et de protestation des parents » a dès lors acquis une résonance extraordinaire24. En s’y reconnaissant, nombre de participants aux mobilisations ont sans doute cherché à faire entendre leur voix dans la revendication d'une justice plus humaine et plus efficace.

  • 25 L. KARPIK, op. cit., pp. 98-99.

75Dans le contexte d'une demande croissante d'intervention judiciaire, la justice deviendrait un « maillon providentiel » et on constaterait une « juridicisation » de la vie sociale. Dans une logique de victimisation, de nouveaux sujets politiques exigeraient de voir leur dignité respectée. Les prétoires deviendraient des « forums politiques » où la passion égalitaire et la citoyenneté judiciaire s'étendraient de façon décisive25 Bref, le « lieu symbolique de la démocratie » se déplacerait vers la justice.

  • 26 M. MOLITOR, Le rêve d'une société juste, dans N. BURNAY et alii, op. cit., p. 8.

76Cette évolution qui n'est pas propre à la Belgique pourrait expliquer l'ambivalence des attentes vis-à-vis de l'État et de la Justice. Les institutions semblent délégitimées au moment même où on a besoin d'elles26. La population réclamerait à la fois plus de justice et une autre justice, elle attendrait plus de liberté et plus de protection de l'État.

  • 27 E. BROGNIET et alii, op. cit.
  • 28 Ibid.

77Cette analyse amène à s'interroger sur les équilibres entre institutions politiques et judiciaires, mais aussi sur les conditions du débat démocratique. Pour certains commentateurs, la perte de confiance dans les institutions entraîne la « nécessité d'un approfondissement démocratique » et l’exigence d'un « nouveau cadre de citoyenneté »27. Ce qui est en jeu. c'est un « renouveau des liaisons entre le citoyen et la décision politique »28. C'est le droit de faire de la politique, c'est-à-dire le « droit de s'insurger » contre la « déglingue générale » dans les services publics et le droit de poser la question des responsabilités politiques.

  • 29 Cf. p.ex. F. DASSETTO, op. cit.
  • 30 F. DASSETTO, op. cit., pp. 81-98.

78Or, pour certains, il n'existe pas en Belgique de véritable « agora » où se déroulerait le débat public. L'intrication du politique et du religieux, l'absence d'une culture du conflit rendant les arbitrages peu tranchants, la tendance à reconnaître la légitimité de la parole instituée29, toutes ces caractéristiques de la culture politique belge auraient freiné le développement de véritables débats de société. La dissolution de l'État et l'extension de la corruption seraient liés à une crise des instances de médiation et à une « délégitimation de la participation aux niveaux étendus et structurants » du pouvoir. Elles auraient permis une « irresponsabilité proliférante » et transformé la corruption en « trait structurel, systémique de la société où nous vivons »30.

  • 31 Cf. J.-M. CHAUMONT, Les attentes de reconnaissance des victimes, La Revue nouvelle, 1997, no 1, pp. (...)
  • 32 A.-M. ROVIELLO, op. cit., p. 174.

79c. La globalisation économique et la fragmentation sociale. Le phénomène que nous venons d’évoquer serait renforcé par le fait que l'espace politique est de plus en plus structuré par un processus de globalisation entraînant une « désappropriation de la maîtrise du devenir particulier ». Dans cette optique, la critique des dysfonctionnements de l'État peut apparaître comme un sursaut, l'exigence d'un exercice politique de la responsabilité collective, dans le contexte global de la marchandisation et de l'exclusion sociale. La mobilisation blanche ne traduit pas seulement un ensemble d'insatisfactions confuses, mais des demandes de reconnaissance essentielles des citoyens31. Elle est une « révolte quant au fond politique qui relie les victimes de Dutroux et celles de la mondialisation » : elle témoigne du « refus de subir dans la passivité le mépris ». Elle se place « sur fond d'un dysfonctionnement principal » : le « rejet dans la misère matérielle et existentielle » d'un nombre croissant de membres d'une société soumise aux lois de la marchandisation32.

  • 33 P. GILLIS, Justice : dépasser l’émotionnel. Un entretien avec Christian Panier, Cahiers marxistes, (...)
  • 34 F. LAVACHERY, Conjoncture blanche : sous l’émotion, l'émancipation ?, Cahiers marxistes, 1997, no 2 (...)
  • 35 A.-M.. ROVIELLO, op. cit., pp. 176, 187 ; C. BERT, La marche blanche, une démarche éthique, dans N. (...)
  • 36 Cf. F. LAVACHERY, op. cit., p. 13-14.
  • 37 B. RIHOUX et S. WALGRAVE, L’année blanche. Un million de citoyens blancs : Qui sont-ils ? Que veule (...)

80d. La médiation des plaintes. Face à la diversité des demandes, une question cruciale devient celle de leur structuration et de leur accès à l'espace public. Les parents des enfants disparus ont joué un rôle crucial. De nombreux observateurs soulignent que, dans un « contexte émotionnel, voire sacrificiel »33, il y a eu « communion dans la souffrance des parents »34. Mais nombreux sont aussi ceux qui relèvent le rôle capital joué par ces mêmes parents qui, loin de provoquer un « unanimisme larmoyant », sont parvenus à faire des émotions une source d'intelligence dans l'action et un « tremplin vers une résistance commune ». Les parents ont ainsi permis le « retournement de la résignation ressentimentale en authentique engagement pour la politique »35. Ensuite, l’engagement des parents a été relayé par le mouvement blanc, posant la délicate question de son institutionnalisation. La défiance des militants blancs par rapport aux institutions est souvent évoquée ; certains acteurs impliqués dans le mouvement insistent eux-mêmes sur sa dynamique anti-institutionnelle, en voyant dans le mouvement un « réseau de résistance à l'ordre institutionnel » axé sur la vigilance et la solidarité, indépendant d'esprit par rapport à tout « pouvoir institutionnel »36 En ce sens, le mouvement paraît relever de ces nouvelles formes de mobilisation politique fondées sur une solidarité de proximité, dans un contexte de refus de toutes les médiations politiques classiques. Si sa composition hétérogène37 et sa défiance vis-à-vis de l'institutionnel posent la question de sa capacité à durer, on peut aussi faire l'hypothèse qu'elles furent, dans un premier temps, des conditions indispensables à sa réussite.

  • 38 M. MOLITOR, op. cit.

81Enfin, les médias sont directement et fortement intervenus dans la configuration des événements, leur cadrage et leur interprétation. On peut s'interroger sur le caractère public qu'ils ont donné à une souffrance intime et à ses causes, alors que la souffrance « sociale » (chômage, exclusion, inégalités et injustices sociales) semble s'être « banalisée » et qu’on ne lui « impute plus de causes précises38 » Peut-être est-ce parce que chacun peut faire l'expérience de la souffrance dans sa vie privée que les événements de l'été 1996, configurés médiatiquement, ont pu trouver un tel écho public.

  • 39 G. HAARSCHER, op. cit., pp. 43-44 ; A. GARAPON, op. cit.
  • 40 F. DASSETTO, op. cit., pp. 90-91.

82Cependant, par leur tendance à la « politique-spectacle », les médias auraient aussi contribué à la dramatisation de la souffrance en rendant le spectateur impuissant à agir39. Plutôt que de susciter le débat et l'engagement civiques, ils n'auraient pas permis aux médiateurs institutionnels de concevoir leur rôle autrement que comme un rôle de « gestionnaires et traducteurs spécialisés », « fades de convictions ». Les professionnels des médias auraient eu pour principale préoccupation de produire un « consensus communicationnel », pouvant devenir en définitive une « nouvelle forme de routine participative »40.

  • 41 B. GREVISSE, Journalisme dans la tourmente. Quand les pratiques professionnelles affrontent les évé (...)
  • 42 B. GREVISSE, op. cit., p. 131 ; C. MASUY, 1997, p. 25.

83Une autre perspective permet d’observer un « véritable renversement du modèle journalistique belge »41, qui a pu contribuer à modifier la constitution de l’espace public. A l'idéal de mise à distance critique semble succéder une forme d'information plus empathique où la fonction sociale du journaliste consiste à accompagner l'émotion, à se faire le porte-parole des préoccupations du public et à devenir « acteur de l'information dont il est censé rendre compte »42. Cette posture empathique a pu amener les journalistes qui couvraient les événements à amplifier les émotions partagées, mais aussi le thème de la cassure entre les citoyens et les institutions représentatives.

Bibliographie

Bibliographie

BERT C., La marche blanche, une démarche éthique, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 111-122.

BOLTANSKI L., La Souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié, 1993.

BROGNIET E. et alii, La dette démocratique, Cahiers marxistes, 1997, no 206, pp. 5-12.

BURNAY N., N’a-t-on pas oublié de dire : de l’amalgame de l’abus sexuel aux discours sur l’enfant, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 15-24.

BURNAY N. et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997.

CHAUMONT J.-M., Les attentes de reconnaissance des victimes, La Revue nouvelle, 1997, no 1, pp. 70-79.

DASSETTO F., Des événements et des faits qui analysent et bousculent la société, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 81-98.

DESMARAIS D. et GRELL P. (sous la diection de), Les récits de vie. Théorie, méthode et trajectoires types, Montréal, Éditions Saint-Martin, 1986.

EVERAERT-DESMEDT N., Sémiotique du récit, Bruxelles, De Boeck, 1989.

GARAPON A., Les leçons d’un automne belge, Esprit, 1996, no 227, pp. 137-149.

GILLIS P., Justice : dépasser l’émotionnel. Un entretien avec Christian Panier, Cahiers marxistes, 1997, no 206, pp. 17-31.

GREVISSE B., Journalisme dans la tourmente. Quand les pratiques professionnelles affrontent les événements d’une année de troubles, dans P. MARION, L’année des médias 1996, Observatoire du récit médiatique de l’Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, Académia Bruylant, 1996, pp. 127-134.

HAARSCHER G., De la nouvelle citoyenneté au politiquement correct, dans Y. CARTUYVELS et alii, L’Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, Bruxelles, Complexe, 1997, pp. 41-56.

HIERNAUX J.-P., L’institution culturelle II, Méthode de description structurale, Paris, PUF, 1977

KARPIK L., L’avancée politique de la justice, Le Débat, 1997, no 97, pp. 90-107.

LAVACHERY F., Conjoncture blanche : sous l’émotion, l’émancipation ?, Cahiers marxistes, 1997, no 206, pp. 13-16.

MILES Μ. B. and HUBERMAN A. M., Qualitative data analysis : an expanded sourcebook, 2nd ed., Thousand Oaks, Sage, 1994.

MOLITOR M., Le rêve d’une société juste, préface à N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Luc Pire, 1997, pp. 5-8.

PERILLEUX T. et MARQUET J., De la plainte sociale à la demande de justice : hypothèses de lecture, dans J. MARQUET et J. BONMARIAGE (sous la direction de), Le bien de l’enfant. Entre normes relatives et exigence vitale, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 1996, pp. 35-48.

PERILLEUX T., MARQUET J., VAN CAMPENHOUDT L., De la plainte sociale à la demande de justice. Les formes de la plainte, dans B. VAN DONINCK, L. VAN DAELE, A. NAJI (sous la direction de). Le droit sur le droit chemin ?, SSTC, Antwerpen/Louvain-la-Neuve, Maklu/Academia-Bruylant, 1997, pp. 201-223.

RIHOUX B. et WALGRAVE S., L’année blanche. Un million de citoyens blancs : Qui sont-ils ? Que veulent-ils ?, Bruxelles, EVO, Petite bibliothèque de la citoyenneté, 1997.

ROVIELLO A.-M., L’extase du peuple de Belgique, Esprit, 1997, no 235, pp. 172-188.

SCHÜTZ A., Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987.

VOGEL J., Les premiers pas d’une longue marche vers la réinvention de la démocratie, dans Y. CARTUYVELS et alii, L’Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, Bruxelles, Complexe, 1997, pp. 15-40.

Notes

1 Ce texte a été rédigé dans le cadre d'une recherche De la plainte sociale à la demande de justice, réalisée à la demande des Services Fédéraux des affaires scientifiques, techniques et culturelles, pour le « Programme de soutien à la décision judiciaire ». Une première version de ce texte a été publiée dans B. VAN DONINCK, L. VAN DAELE et A. NAJI (sous la direction de), Le droit sur le droit chemin ?, Antwerpen-Apeldoorn, Maklu, Louvain-la-Neuve, Académia-Bruylant, 1999, pp. 201-223.

2 J. VOGEL, Les premiers pas d'une longue marche vers la réinvention de la démocratie, dans Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, Bruxelles, Ed. Complexe, 1997, pp. 15-40.

3 A.-M. ROVIELLO, L'extase du peuple de Belgique, Esprit, 1997, no 235, pp. 172-188.

4 N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Ed. Luc Pire, 1997, p. 11.

5 Pour une revue assez large de la littérature sur ce que l’on a appelé les événements blancs, voir notamment : T. PÉRILLEUX et J. MARQUET, De la plainte sociale à la demande de justice : hypothèses de lecture, dans J. MARQUET et J. BONMARIAGE (sous la direction de), Le bien de l'enfant. Entre normes relatives et exigence vitale, Louvain-la-Neuve, Académia-Bruylant, 1998, pp. 35-48.

6 D. DESMARAIS et P. GRELL (sous la direction de), Les récits de vie. Théorie, méthode et trajectoires types, Montréal, Éditions Saint-Martin, 1986. Μ. B. MILES and A. M. HUBERMAN, Qualitative data Analysis : an expanded Sourcebook, 2nd ed., Thousand Oaks, Sage, 1994.

7 Au terme des analyses, nous ne sommes pas certains que le point de saturation ait été atteint. Cette recherche garde dès lors plus que jamais son caractère exploratoire.

8 Pour la description du schéma actantiel, voir J.-P. HIERNAUX, L'institution culturelle II, Méthode de description structurale, Paris, PUF, 1977 et N. EVERAERT-DESMEDT, Sémiotique du récit, Bruxelles, De Boeck. 1989.

9 WEBER cité par K. NOSCHIS et D. DE CAPRONA, dans A. SCHÜTZ, Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987.

10 Dans cette partie, pour ne pas alourdir le texte de trop nombreux guillemets, les citations tirées des interviews seront indiquées en italiques.

11 Sans doute ne doit-on pas en conclure que tout a pu être dit. Par exemple, les thérapeutes reçoivent dans leurs cabinets des pédophiles qui ont participé à diverses manifestations blanches et dont on peut imaginer que les motivations auraient été difficilement exprimables dans le cadre d’un entretien de recherche.

12 Cf. L. BOLTANSKI, La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié, 1993.

13 Certains évoquent même une réversibilité possible des positions de Persécuteur et de Victime : bien que « mauvais », le Persécuteur peut toujours s'amender s'il est aidé ; tout comme les Victimes potentielles, les enfants en l’occurrence, risquent, si elles ne sont pas guidées par des repères normatifs clairs, de basculer dans la violence.

14 Cf. J. VOGEL, op. cit., A. GARAPON, Les leçons d'un automne belge, Esprit, 1996, no 227, pp. 137-149 ; L. KARPIK, L’avancée politique de la justice. Le Débat, 1997, no 97, pp. 90-107.

15 Cf. G. HAARSCHER, De la nouvelle citoyenneté au politiquement correct, dans L'Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, op. cit., pp 41-56 ; E. BROGNIET et alii, La dette démocratique, Cahiers marxistes, 1997, no 206, pp. 5-12.

16 E. BROGNIET et alii, op.cit. dans Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, op. cit., p. 9.

17 J. VOGEL, op. cit., p. 15.

18 Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, op. cit., p. 11.

19 F. DASSETTO, Des événements et des faits qui analysent et bousculent la société, dans N. BURNAY et alii, La société indicible. La Belgique entre émotions, silences et paroles, Bruxelles, Ed. Luc Pire, 1997, p. 81.

20 N. BURNAY, N'a-t-on pas oublié de dire : de l'amalgame de l'abus sexuel aux discours sur l'enfant, dans N. BURNAY et alii, op. cit., pp. 18, 22.

21 L. KARPIK, L'avancée politique de la justice, dans Le Débat, 1997, no97, p. 103.

22 Ibidem, p. 98, 101.

23 G. HAARSCHER, De la nouvelle citoyenneté au politiquement correct, dans Y. CARTUYVELS et alii, L'Affaire Dutroux. La Belgique malade de son système, op. cit., p. 42.

24 E. BROGNIET et alii, op. cit., p. 5.

25 L. KARPIK, op. cit., pp. 98-99.

26 M. MOLITOR, Le rêve d'une société juste, dans N. BURNAY et alii, op. cit., p. 8.

27 E. BROGNIET et alii, op. cit.

28 Ibid.

29 Cf. p.ex. F. DASSETTO, op. cit.

30 F. DASSETTO, op. cit., pp. 81-98.

31 Cf. J.-M. CHAUMONT, Les attentes de reconnaissance des victimes, La Revue nouvelle, 1997, no 1, pp. 70-79.

32 A.-M. ROVIELLO, op. cit., p. 174.

33 P. GILLIS, Justice : dépasser l’émotionnel. Un entretien avec Christian Panier, Cahiers marxistes, 1997, no206, p. 25.

34 F. LAVACHERY, Conjoncture blanche : sous l’émotion, l'émancipation ?, Cahiers marxistes, 1997, no 206, p. 16.

35 A.-M.. ROVIELLO, op. cit., pp. 176, 187 ; C. BERT, La marche blanche, une démarche éthique, dans N. BURNAY et alii, op. cit., p. 117.

36 Cf. F. LAVACHERY, op. cit., p. 13-14.

37 B. RIHOUX et S. WALGRAVE, L’année blanche. Un million de citoyens blancs : Qui sont-ils ? Que veulent-ils ?, Bruxelles, EVO, 1997.

38 M. MOLITOR, op. cit.

39 G. HAARSCHER, op. cit., pp. 43-44 ; A. GARAPON, op. cit.

40 F. DASSETTO, op. cit., pp. 90-91.

41 B. GREVISSE, Journalisme dans la tourmente. Quand les pratiques professionnelles affrontent les événements d'une année de troubles, dans P. MARION (sous la direction de), L’année des médias 1996, Observatoire du récit médiatique de l'U.C.L., Louvain-la-Neuve, Académia Bruylant, 1996, pp. 127-134.

42 B. GREVISSE, op. cit., p. 131 ; C. MASUY, 1997, p. 25.

Table des illustrations

Légende Le schéma actanciel représenté ci-dessus s’inspire de Everaert-Desmedt (1989).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 1 : Synthèse de la typologie
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11454/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11454/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11454/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11454/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11454/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540