Version classiqueVersion mobile

Traces du mesmérisme dans les littératures européennes du xixe siècle

 | 
Ernst Leonardy
, 
Marie-France Renard
, 
Christian Drösch
, 
et al.

Mesmer : hier et aujourd’hui

Jean Dierkens

Texte intégral

1Mesmer a ouvert une série de portes à l’investigation scientifique et il l’a fait comme il a pu, c’est-à-dire avec les conceptions et techniques du 18e siècle. Il a toujours essayé de rester dans le cadre strict et rigoureux de la science et s’est toujours refusé toute collusion avec des options mystiques ou occultistes. Mais un novateur considéré comme marginal par la société est amené à avancer dans ses recherches dans une atmosphère qui ne laisse pas de place à la sérénité indispensable au travail scientifique. Il est donc inévitable qu’on trouve dans son œuvre une série d’affirmations sujettes à caution. Mon but est de prendre la peine de les vérifier avec les outils actuels, tout en suivant l’évolution des idées depuis deux siècles et en restant ouvert et critique à la fois.

2Pour clarifier le travail, nous classerons les idées de Mesmer en trois champs :

    • 1 De nombreuses notions semblables avaient déjà été exprimées précédemment, entre autres par Maxwell (...)

    le « magnétisme animal » en tant que « fluide universel » correspondant au concept actuel d’« énergie subtile »1,

  • l’hypnose, tant dans ses aspects médicaux que dans l’ouverture qu’elle a créée en face des faits dits paranormaux, c’est-à-dire l’ensemble des « états modifiés de la conscience » ;

  • la correspondance des phénomènes biologiques avec les astres, ou encore l’astrologie vue sous l’angle strictement matérialiste.

  • 2 Notons que la science ne permet pas de « prouver » une hypothèse ; elle permet de montrer qu’elle n (...)

3Nous prendrons les affirmations de Mesmer comme si elles étaient des hypothèses à vérifier et nous verrons, dans la mesure de ce bref article inséré dans des préoccupations plus littéraires que scientifiques, si elles ont été infirmées ou « vérifiées »2.

Magnétisme animal

4Il existe dans le cosmos une énergie subtile qui anime l’homme et les créatures vivantes. Cette énergie peut être transférée volontairement d’une personne à l’autre. Elle peut également être transférée à des objets.

5Le « magnétisme animal » ainsi déterminé par Mesmer est décrit comme un « fluide » qui pénètre toutes choses et qui est lié à l’état de santé des humains.

  • 3 The Odic Force : Letters on Od and Magnetism : Researches on Magnetism, Electricity, Heat, Light, C (...)

6L’objectivation de cette énergie avait été tentée par un chimiste, le baron von Reichenbach (1788-1869) qui avait dénommé cette force l’« OD »3. Il s’appuyait toutefois uniquement sur la notion de magnétisme, alors que Mesmer lui-même faisait une différence très nette entre le magnétisme animal (dont les pôles d’attraction et de répulsion étaient haut et bas) et le magnétisme physique qui avait pour pôles nord et sud). On ne peut toutefois pas nier la valeur et l’importance à l’époque des travaux du savant allemand.

7Peu de temps après, un autre scientifique, Kilner (1847-1920), chercha à objectiver cette énergie qui émanait de l’homme sain et il trouva un système optique qui devait mettre en évidence l’existence de l’aura (The Human aura. 1911), sorte de couronne lumineuse d’énergie subtile qui entoure l’homme. Il semble que ce système qui consistait à superposer deux filtres l’un proche de l’infrarouge et l’autre de l’ultraviolet ne faisait que créer l’illusion d’un double.

  • 4 Même les végétaux suivant qu’ils sont en bonne santé ou altérés, ne serait-ce que d’une manière inv (...)

8Il faudra attendre deux chercheurs soviétiques, le couple Kirlian, pour que dans cette dernière moitié du 20e siècle, l’on parvienne à montrer objectivement une systématisation d’un champ électrique autour des objets (surtout vivants) et de constater sa modification au cours d’états physiologiques et psychologiques différents, entre autres la bonne ou mauvaise « santé »4, et au cours de l’imposition de mains de guérisseurs (diminution progressive de la couronne chez le magnétiseur, augmentation progressive et normalisation chez le patient). Secondairement, cette découverte a été exploitée à des fins médicales pour affiner certains diagnostics.

9Dans le domaine médical, la notion de force subtile est réapparue au cours d’un chemin particulier qui passe par l’hypnose et Freud pour arriver à un de ses disciples, Wilhelm Reich (1897-1957) qui assimile cette énergie à l’énergie libidinale, et ses diverses altérations à des conflits personnels inconscients qui bloquent les muscles correspondant à la signification du conflit et empêchent l’énergie de circuler et d’apporter l’état normal de détente et de santé.

  • 5 Le corps prenait une valeur essentielle dans la résolution des problèmes de l’inconscient et c’est (...)
  • 6 On assiste alors à une détente musculaire totale entraînant une prédominance du système parasympath (...)

10Reich appela celte énergie « orgone » et développa une technique psychanalytique particulière5 afin d’harmoniser cette énergie6 et un centre de recherche visant à objectiver et à quantifier l’énergie en question.

11Reich, comme le fut jadis Mesmer, fut rejeté par les divers groupes médicaux et poursuivi par la Food and Drug Administration jusqu’à l’emprisonnement et la destruction de tous ses ouvrages qui mentionnaient l’orgone. Son centre survécut et un chercheur attaché au laboratoire de biologie de l’Université McGill, le Dr Bernard Grad, par plusieurs travaux qui se sont succédé depuis 1965, put montrer que des plaies artificiellement créées chez des souris guérissaient de manière significative si un guérisseur imposait ses mains sur les blessures. Il a également pu montrer que de l’eau « magnétisée » par un guérisseur accélérait le processus de croissance de levure.

12Nous avons personnellement pu montrer l’importance de ce processus de transfert d’une charge « magnétique » issue d’un guérisseur sur de l’eau dans l’évolution de la croissance de plantes.

13Mesmer utilisait régulièrement de l’eau placée dans des baquets que des baguettes de fer reliaient aux patients situés tout autour, formant souvent eux-mêmes une chaîne par leurs mains ou par une corde. Actuellement, on a tendance à considérer le métal plutôt comme très mauvais vecteur de cette énergie, mais des travaux doivent encore être effectués pour pouvoir donner un avis valable.

14Notons qu’actuellement on classe les guérisseurs en deux groupes : les uns utilisent leur énergie personnelle et « se vident » lors des guérisons, les autres disent qu’ils utilisent l’énergie cosmique en étant simplement des vecteurs. Les guérisseurs de ce dernier groupe ne sentent pas « vidés », même lorsqu’ils sont fatigués par les concentrations mentales successives.

  • 7 Reich avait été très engagé dans l’action politique, d’abord (début des années 1920) dans le parti (...)

15On doit mentionner que Reich a pensé qu’une énergie positive bloquée pouvait devenir dysharmonieuse et donc négative : la « DOR » (Deadly Orgone). Ce blocage amenait l’apparition de pulsions agressives ; d’où le slogan de 1968 : « Faites l’amour, pas la guerre », reprenant ainsi exactement, mais avec une intensité plus grande et une insertion très politique, l’idée de Reich7.

16Un de ses disciples, Lowen, a développé alors la thérapie appelée « bioénergie » qui est très utilisée de nos jours. Elle fait appel à la fois à l’orgone, à la levée des blocages musculaires, à l’analyse très freudienne des contenus inconscients et à certaines techniques de modification de l’état de conscience.

  • 8 Parmi les différentes énergies mentionnées dans la médecine traditionnelle chinoise, le QI (jadis t (...)

17Il faut aussi noter que les acupuncteurs utilisent cette énergie subtile en harmonisant sa circulation, en supprimant les blocages, en l’amplifiant ou la diminuant, en se basant sur les points d’émergence de « méridiens » vecteurs de QI8. Il n’est toutefois pas fait mention ni de Mesmer ni de l’orgone,-ce qui est logique vu l’antériorité des traditions de la médecine chinoise.

18Une nouveauté est le Reiki, technique japonaise qui utilise souvent les mêmes trajets d’imposition de mains que Mesmer. La volonté des maîtres en Reiki de garder leurs trajets manuels et théories dans un secret aussi absolu que possible (et pouvant pourtant être acheté à gros prix au travers de weekends de formation !) est à l’opposé de l’attitude de Mesmer ou de Reich qui essayaient d’amener tout le monde, et surtout les milieux scientifiques, à l’acceptation de l’énergie subtile. Par ailleurs, Mesmer se plaignait dès que l’engouement pour le magnétisme animal entraînait un débordement de manifestations théâtrales.

19Dans d’autres domaines, nous avons pu nous-même constater la modification de matériaux « physiques » (du métal) sous l’influence de la concentration mentale et du transfert d’énergie subtile. De soi-même et brusquement le métal devient malléable sans difficulté ; toutefois, dès que la concentration diminue (après quelques fractions de secondes ou quelques secondes dans certains cas), le métal reprend sa consistance et sa dureté.

20Malgré l’opposition des milieux académiques, la notion d’énergie subtile s’impose de plus en plus et son approche scientifique, liée aux seuls faits observables et mesurables, correspond exactement aux désirs et travaux de Mesmer.

21Les lois qui règlent l’énergie subtile sont différentes des lois qui organisent l’énergie physico-chimique « habituelle ».

22Pour Mesmer, le magnétisme animal est présent dans l’univers tout entier, pénètre toutes choses et ses relations avec l’espace et le temps sont floues.

23Il pense que cette énergie peut être « augmentée et réfléchie par les miroirs comme la lumière » (proposition 15), qu’elle peut être « communiquée, propagée et augmentée par le son » (proposition 16) et qu’elle peut être conservée et condensée dans de l’eau où séjournent également diverses substances chimiques (par exemple du manganèse) et physiques (par exemple du verre pilé).

24C’est par la paume des mains que le magnétiseur transfère l’énergie vers le patient et les lieux de choix de réception sont l’épigastre (ce que nous appellerions « plexus solaire ») et la ligne qui va de ce centre vers le pubis. Le visage et les yeux comme les tempes sont aussi de bons récepteurs. Les gestes peuvent avoir une allure ambiguë et dès le 18e siècle, malgré qu’on ne puisse rien reprocher à Mesmer, on parle de connotations sexuelles et on suppose des atteintes possibles aux bonnes mœurs. En fait, comme les cures se faisaient en groupe, il est difficile d’imaginer des attouchements sexuels.

25A vrai dire, l’énergie déployée associée à l’atmosphère spéciale du salon où l’on soignait les patients, l’attente des sujets, la douce musique qui se faisait entendre, tous ces éléments amenaient certain(e)s patient(e)s à exprimer théâtralement une crise émotionnelle qu’on appellera plus tard « crise hystérique ». D’où la connotation négative des autorités médicales et morales qui voyaient dans ces crises non des décharges thérapeutiques (catharsis émotionnelle, dira-t-on deux siècles plus tard), mais des incitations à la folie ou à la débauche.

26Ce magnétisme animal ne correspond pas simplement à une énergie : il véhiculerait des informations très spécifiques qui dépassent la frontière entre la vie et la mort, qui correspondent à des mécanismes de type extrasensoriel, qui permettent de prévoir l’avenir, voire qui mettent en communication avec des Guides spirituels.

27En fait, cet aspect parapsychologique et spirite n’était pas du goût de Mesmer, trop inséré dans une optique médicale et scientifique. Il apparut pourtant dès 1784 par l’intermédiaire de son disciple le marquis de Puységur lorsque celui-ci, entendant le discours inhabituel d’un valet de ferme, a commencé à étudier le somnambulisme artificiel, car tel était le nom de l’état modifié de la conscience qui 50 ans plus tard sera appelé « hypnose ».

28Tous ces aspects « paranormaux » que tant d’autres chercheurs mettront sur le compte de lois occultes de type mystique seront volontairement négligés par Mesmer sans être toutefois niés : il considérera sans problème que la pénétration universelle du magnétisme animal explique suffisamment ces faits. Il s’agit, nous dit-il, d’un sixième sens créé ou développé par le magnétisme animal.

Hypnose

29Dans diverses maladies, appelées aujourd’hui psychosomatiques, la mise douce en état hypnotique peut amener des améliorations spectaculaires et des guérisons.

30Nous savons aujourd’hui qu’un état hypnotique a le mérite d’amener à la surface du conscient une série d’informations chargées émotionnellement et bloquées dans l’inconscient. Lorsque ces émergences émotionnelles se passent dans un cadre sécurisant et que la technique de mise en état hypnotique a été douce, non autoritaire, associée à une détente corporelle et physiologique, elles deviennent thérapeutiques, alors qu’elles auraient entraîné une amplification des symptômes dans une atmosphère de tension et d’insécurité, ou si le thérapeute avait eu une attitude tellement autoritaire qu’il aurait remplacé un symptôme pathologique par un autre lié à la soumission du patient. Si Freud a rejeté l’hypnose, c’est parce qu’il était un mauvais hypnotiseur !

31Il est évident que de nos jours, en ajoutant l’état de détente hypnotique à une psychothérapie, on accélère le processus de guérison, non seulement de certaines névroses (par exemple, les névroses post-traumatiques), mais aussi des symptômes, voire des maladies où le facteur psychologique (conflits inconscients) joue un rôle important soit dans le déclenchement des symptômes, soit dans leur maintien.

32Il y a tout lieu de croire que Mesmer avait raison quand il signalait tant de guérisons à partir du magnétisme animal : on considère aujourd’hui que deux tiers des patients d’une consultation de médecine générale souffrent de symptômes où le facteur psychologique a une influence prédominante dans l’apparition des symptômes ou dans le processus de guérison.

33La condamnation du magnétisme animal par les autorités médicales a eu pour conséquence l’éclosion d’un grand nombre de guérisseurs et hypnotiseurs « de village » ou de « démonstration ».

34On ne peut ici négliger l’influence de Swedenborg (1688-1772), homme de science suédois renommé et conférencier célèbre dans toute l’Europe, qui a eu en transe des « révélations » sur la vie spirituelle. Il a créé une nouvelle religion chrétienne qui se répandit rapidement et influença des écrivains et chercheurs en spiritualité. L’hypnose proposée par Puységur devenait complémentaire à celle induite par les groupes swedenborgiens et bientôt le procédé entra dans un double champ, spiritualiste et de guérisseurs. Le contexte spiritualiste plaisait beaucoup au milieu du 19e siècle et les guérisseurs eurent un réel succès thérapeutique auprès de gens qui, à partir du « miracle » de leur guérison et des états de conscience « somnambuliques » qui leur révélaient leur mission, créèrent de nouvelles religions : Joseph Smith et l’église mormone, Andrew Jackson Davies, puis d’autres Américains qui lancèrent le mouvement spirite, Mary Baker Eddy qui créa la Science chrétienne, Helena Petrovna Blavatski et la religion théosophique, Steiner, qui après avoir été membre actif de nombreux groupements spiritualistes, se reconnut lui-même comme médium et qui créa l’anthroposophie, le Dr Rivail qui prit le nom d’Allan Kardec après une séance de « tables tournantes » et créa le spiritisme kardéciste, le Père Antoine en Belgique qui fonda l’Antoinisme. Cette multitude de religions fit quelque peu oublier l’importance médicale de l’hypnose, d’autant plus que l’Ordre des Médecins en France venait à nouveau de condamner tout usage de l’hypnose... et que la découverte du chloroforme renvoya aux oubliettes le Dr Braid, créateur de la technique hypnotique dans certaines interventions chirurgicales...

35On devrait oublier le passage malheureux de l’hypnose entre les mains de Charcot, Bernheim et Freud, car leurs techniques autoritaires ne leur permettaient pas de l’utiliser à bon escient thérapeutique. C’est depuis d’une part les Anglo-Saxons avec leurs techniques dites « maternelles » et douces et d’autre part la sophrologie dans les pays latins que fut à juste titre réhabilitée l’hypnose thérapeutique actuellement utilisée médicalement et en psychologie clinique, non dans son aspect de transe profonde, mais de détente suffisante pour que l’état de conscience ainsi modifié permette la résolution des conflits par simple écoute acceptante du patient (approche phénoménologique) sans longue intervention psychologique.

36Dans ces traitement par hypnose, on ne parle plus de « fluide » ni d’énergie subtile : on envisage simplement la détente profonde et la modification de l’état de conscience avec ouverture directe sur les mécanismes corporels et sur les conflits situés dans l’inconscient.

37Les états de conscience modifiée permettent l’accès à des possibilités « parapsychologiques » amplifiées et efficientes.

38Dans les recherches scientifiques experimentales en parapsychologie ou d’observation lors de l’émergence des faits spirites, on considère que deux états sont favorables à la production de tels phénomènes : l’un est l’état de tension extrême, brusque, inattendue (perception extrasensorielle de crise), l’autre est celui de la détente et du calme émotionnel et mental.

39On ne peut toutefois pas mettre de côté les travaux qui ont été réalisés en mettant un sujet en état de transe profonde : simplement, dans l’état actuel des notions spirites, on a tendance à déprécier cet état théâtral, voire dramatique, par rapport à un état de calme. On valorise la mancie et la transe extatique apollinienne plutôt que la transe dionysiaque également extatique mais souvent « frénétique ». Il n’est pas impossible, vu ce qui se dit de ces toute dernières années dans les milieux concernés, que la transe profonde ne sera pas à nouveau recherchée, les domaines accessibles à la détente simple ayant été déjà progressivement explorés.

  • 9 Le terme est du Prix Nobel de physique David Bohm.

40L’état actuel de la description des lois « physiques » qui régissent ces phénomènes ne se révèle pas beaucoup plus avancé que du temps de Mesmer... On semble de plus en plus s’orienter vers un état « subtil » de la matière plutôt que vers une spiritualité qui serait sans support matériel de quelque nature que ce soit. Ce support est tour à tour défini comme ondulatoire, fluidique, ou simplement « subtil ». Ou encore, de nos jours, on parle facilement de synchronicité entre deux événements plutôt que d’un transfert énergétique, faisant appel à une autre conception de l’espace ou du temps, restant dans un « implicate order »9 qui peut se « déployer ». On trouve que peu d’écrans parviennent à entraver les phénomènes, car l’importance du facteur psychologique (savoir ou croire savoir, qu’il y a un écran et que cet écran est susceptible d’arrêter le transfert d’informations) est l’élément essentiel. On parle toutefois de verre comme écran partiel. La Cage de Faraday ne sert pas à grand chose, ce qui exclurait l’hypothèse d’ondes de type électromagnétique.

41D’une manière générale, pour obtenir une action « psi », on insiste sur l’importance de la coexistence entre désir et volonté, un seul de ces facteurs ne suffisant pas. Or, dans un état hypnotique, cette amplification de l’un par l’autre est évidente.

42Il est intéressant de constater que les chercheurs de ce domaine vaste et de frontières floues se divisent en deux groupes : l’un est désireux à tout prix de trouver une explication proche des sciences « dures » (un peu comme Mesmer aurait aimé), l’autre acceptant l’existence de lois toute différentes et non seulement liant les corps subtils et grossiers, mais aussi visant à intégrer les contacts spirites (survivance d’une âme, ou d’une conscience liée à un support subtil, le cerveau n’étant qu’un « terminal intelligent » entre ce support subtil et la matière, le transfert se faisant plus par une forme de télépathie interne qu’à partir de processus physico-chimiques).

  • 10 Toujours dans ce même but de se démarquer des tendances occultes et mystiques qui foisonnaient à l’ (...)

43Les chercheurs de ce dernier groupe font le pont entre les lois créatrices de la nature (proches des Idées platoniciennes, ou du dynamisme des archétypes essentiels jungiens) et celles de la pensée et du corps humains. Les lois cosmiques deviennent les lois de l’individu et on rejoint alors un aspect de la pensée de Mesmer quand il voit l’univers comme un Tout dans une optique fort hermétiste, même s’il ne veut pas le reconnaître ouvertement10. C’est dans cette même perspective non explicite chez Mesmer qu’il faut comprendre la recherche des « signes » dans la Nature, comme le voulaient les anciens hermétistes, afin découvrir les remèdes adéquats.

Astrologie

44Pour Mesmer, la correspondance entre les phénomènes biologiques et les phénomènes cycliques constatés dans les mouvements des astres était évidente. Voyant l’influence de la lune et du soleil dans le rythme des marées, il trouvait naturel qu’un phénomène semblable existe concernant le corps humain et ses « humeurs ».

45Il n’a toutefois jamais accepté l’utilisation occultiste de l’astrologie.

46En milieu aqueux instable (colloïdal), la vitesse de précipitation de sels « métalliques » dépend de la situation de certains astres.

47Une telle hypothèse a été vérifiée dans la précipitation de sels de calcaire en relation avec les taches solaires ou encore de sels de métaux « lourds ».

48De nos jours toutefois, cet aspect « matérialiste » est peu sujet à expérimentation, car c’est l’aspect symbolique et/ou psychologique qui intéresse les astrologues.

49Dans ce domaine-ci, on peut penser que Mesmer aurait été déçu, mais l’étude fine des rythmes biologiques est de plus en plus étudiée et utilisée en médecine. Or c’est le concept de cycles qui le préoccupait et qu’il a associé à celui de la correspondance astrale. Mesmer se retrouverait donc dans le domaine médical des cycles biologiques « internes » (la Chronobiologie), mais non dans leurs relations « externes » avec les astres.

Conclusion

50Les théories et applications médicales qu’a proposées Mesmer restent d’actualité, si l’on veut bien retirer l’emballage 18e siècle et intégrer les actuelles thérapeutiques non-académiques : bioénergie, acupuncture, homéopathie, détente psychosensorielle par hypnose simple, catharsis émotionnelle.

51Les découvertes de son disciple Puységur ont amené la maîtrise des états hypnotiques et ensuite la découverte des états modifiés de la conscience tant dans les psychothérapies et que dans le domaine des recherches parapsychologiques. Frederik Van Eeden, qui fut un successeur lointain de Mesmer,-ou plutôt de Puységur,-a introduit la notion même de psychothérapie, avant toute découverte freudienne, et a insisté sur l’importance des rêves dans la compréhension de l’inconscient (c’est le terme de Van Eeden, utilisé bien avant Freud).

52On se doit donc de rendre à Mesmer toute sa valeur de savant innovateur de concepts et de techniques, même s’il n’a pas pu lui-même en développer tous les aspects et toutes les conséquences ni en contrôler les dérapages quelque peu intempestifs...

Notes

1 De nombreuses notions semblables avaient déjà été exprimées précédemment, entre autres par Maxwell en 1679 De la médecine magnétique. Mesmer se trouve dans la mouvance de la tradition néo-platonicienne et hermétiste, mais la manière dont il a abordé les faits se distingue des philosophes et chercheurs précédents.

2 Notons que la science ne permet pas de « prouver » une hypothèse ; elle permet de montrer qu’elle n’est pas infirmée et, éventuellement, si cette vérification se fait en plusieurs circonstances, qu’il y a une certaine probabilité pour qu’elle corresponde à la réalité.

3 The Odic Force : Letters on Od and Magnetism : Researches on Magnetism, Electricity, Heat, Light, Crystallization and Chemical Attraction in their relation to the Vital Force, 1850. Première édition allemande en 1845.

4 Même les végétaux suivant qu’ils sont en bonne santé ou altérés, ne serait-ce que d’une manière invisible à l’œil nu et non mesurable avec d’autres appareils physiques, témoignent de ces modifications de leur « aura ».

5 Le corps prenait une valeur essentielle dans la résolution des problèmes de l’inconscient et c’est la circulation libre de l’orgone (liée à la capacité d’orgasme sexuel complet) visible par la détente musculaire totale qui signait la guérison du patient.

6 On assiste alors à une détente musculaire totale entraînant une prédominance du système parasympathique qui amène une détente des viscères et du système cardiovasculaire et à un calme affectif et mental.

7 Reich avait été très engagé dans l’action politique, d’abord (début des années 1920) dans le parti communiste qui limitait toute activité sexuelle libre, puis dans une lutte antinazie, puis dans une action que nous appellerions aujourd’hui « écologique » ce qui lui avait valu l’hostilité des Américains qui ne comprenaient pas ce médecin : tour à tour austro-hongrois, puis polonais puis, après 1935, autrichien communiste, puis exclu du parti communiste, antinazi mais de nationalité liée à un gouvernement devenu nazi, rejeté hors de la Suède à cause de ses travaux expérimentaux sur l’activité sexuelle et l’orgasme, psychanalyste enseignant nommé par Freud, puis exclu de la communauté psychanalytique... Tout cela était trop enchevêtré ! et la nouveauté des condensateurs d’orgone (boîtes sensées renfermer l’énergie cosmique positive récoltée dans des lieux purs et chargés tels que le bord de la mer ou la forêt) fit déborder le vase.

8 Parmi les différentes énergies mentionnées dans la médecine traditionnelle chinoise, le QI (jadis transcrit « Tchi ») est l’énergie fondamentale.

9 Le terme est du Prix Nobel de physique David Bohm.

10 Toujours dans ce même but de se démarquer des tendances occultes et mystiques qui foisonnaient à l’époque.

Auteur

Psychanalyste. Université du Mons et Université libre de Bruxelles – Quaregnon

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search