Version classiqueVersion mobile

Traces du mesmérisme dans les littératures européennes du xixe siècle

 | 
Ernst Leonardy
, 
Marie-France Renard
, 
Christian Drösch
, 
et al.

Le marquis de Puységur et le « somnambulisme magnétique »

Roland Mortier

Texte intégral

  • 1 R. DARNTON, La fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution. Paris, Librairie Académique, 1984. (...)
  • 2 F.-A. MESMER, Le magnétisme animal. Œuvres publiées par Robert Amadou. Paris, Payot, 1971, p. 202-2 (...)
  • 3 P.H. REILL and Ellen Judy WILSON, Encyclopedia of the Enlightenment, New York, Facts on File, 1996, (...)

1La vogue extraordinaire du mesmérisme à la fin du XVIIIe siècle est un phénomène culturel de mentalité collective hautement révélateur. Il dépasse même dans son ampleur la personnalité qui lui a donné son nom et il va bien au-delà de ses idées. Franz Anton Mesmer, né en Souabe en 1734, avait fait des études de droit, puis de médecine, à l’Université de Vienne. Il soutint sa thèse de médecine en 1766 dans une Dissertatio physico-medica de planetarum influxu (Dissertation physico-medicale de l’influence des planètes). Il y reprenait à son compte, en la modernisant, la vieille théorie de Van Helmont (1577-1644) sur l'influence des corps célestes sur les corps animés. Elle s’exerçait, selon lui, grâce à un fluide qu’il qualifiait de magnétique (par référence à l’action magnétique de l’aimant, bien connue depuis longtemps) et elle avait les nerfs pour vecteurs. Pour le distinguer du magnétisme physique, il lui donnait le nom de magnétisme animal et il en fit usage dans le cas de maladies encore mystérieuses ou mal interprétées, les névroses. Une de ses cures connut une réussite éclatante en 1774. Aussi le succès de Mesmer fut-il rapide, comme le fut aussi la vigoureuse réaction du corps médical qui s’en tenait aux pratiques traditionnelles. Il convient de souligner d’emblée que Mesmer n’était ni un charlatan, ni un aventurier, et certainement pas un imposteur : il se voulait un praticien d’avant-garde, injustement décrié par des conservateurs attardés. Un riche mariage lui permettait de consacrer ses loisirs à la musique : il fut un des protecteurs du jeune Mozart ; la première de Bastien et Bastienne eut lieu dans son jardin et Mozart lui rendra la politesse dans Cosi fan’ tutte. La vindicte de la médecine officielle finit pourtant par le contraindre à quitter Vienne en 1778 pour aller se fixer à Paris. Il y obtint très vite un succès foudroyant par l’invention des « baquets magnétiques ». Ceux-ci devaient servir à capter et à transférer une partie du magnétisme universellement répandu. A cet effet, il avait conçu des baquets contenant de l’eau dite magnétique, de la limaille de fer et du verre pilé où l’on plongeait des tiges de fer dont l’extrémité recourbée était tenue par des patients formant ainsi une chaîne. Robert Darnton a pu y voir une forme de démocratisation à la veille de la Révolution1. Leur énorme popularité se reflète dans les gravures de l’époque, souvent satiriques. L’animosité du corps médical n’en fut que plus vive. Mesmer tenta de se justifier dans deux mémoires scientifiques de 1779 et 1781. On vit apparaître des pamphlets, des polémiques et des clans. Certains adeptes du maître créèrent une Société de l’Harmonie qui eut bientôt des antennes en province. Le choix du nom est significatif, quand on sait l’importance de ce concept à l’époque romantique. Mesmer admettait2 être à l’origine de ce mouvement mais disait ne pas se reconnaître dans les activités de ses disciples, dont les plus connus s’appelaient Deslon, Bergasse et Puységur. L’agitation fut telle que le gouvernement royal se décida à créer une commission scientifique qui comportait des noms aussi célèbres que Condorcet, Lavoisier, Bailly et Franklin. Ces experts conclurent qu’il n’existait aucune preuve de l’existence du fluide magnétique et que le succès de certaines cures tenait au pouvoir de l’imagination dans l’esprit des patients, généralement du sexe féminin. L’audience de Mesmer s’en trouva diminuée et l’hostilité de la médecine officielle renforcée. De plus, les cures du magnétiseur s’entouraient d’une mise en scène un peu tapageuse qui faisait douter de leur sérieux. La vogue de Mesmer ayant ainsi sérieusement décliné, il décida de quitter Paris pour s’établir en Suisse, où il continua à exercer son art pendant trente ans, avec une brillante clientèle allemande. Il eut comme patients des personnalités aussi éminentes que Hegel, Schleiermacher ou Wilhelm von Humboldt3.

2En France, le départ de Mesmer ne fut pas le signal de la fin du magnétisme animal. Loin de là. L’intérêt suscité par les fameux baquets se détourna vers d’autres orientations. Certains disciples allaient infléchir le propos scientifique du fondateur dans un sens illuministe et irrationnel, avec une prédilection pour le paranormal. D’autres élargissaient la cure par le recours à la parole et postulaient l’action du « sens interne » qui devait débloquer le fluide magnétique entravé par des causes diverses. On voit s’ébaucher ainsi une recherche qui conduira à Charcot, puis à Freud. Il appartiendra à un disciple dissident de Mesmer de faire de l’hypnose le centre de la doctrine et de sa pratique. Il s’appelait Armand-Marie-Jacques de Chastenet, marquis de Puységur. Né à Paris le 1er mars 1751, il ne devait mourir que le 1er août 1825 dans son château de Buzancy, près de Soissons. Rien ne prédisposait cet officier de carrière à devenir l’apôtre de l’hypnose et du somnambulisme magnétique.

3Entré dans l’artillerie à 17 ans, protégé du maréchal de Broglie, il participe en 1782 à la campagne d’Espagne et au siège de Gibraltar avec le grade de colonel. En 1786, il sera promu à la tête du régiment d’artillerie de Strasbourg, ce qui n’est pas sans intérêt pour notre propos. Initialement adepte de la révolution, il quitte le service en 1792 et se retire dans ses terres. Suspecté de correspondre en secret avec ses deux frères émigrés, il est arrêté en 1797 et enfermé à Soissons avec sa femme et ses enfants jusqu’en 1799. Il sera ensuite maire de cette ville (1800-1805) avant de quitter le service public pour se livrer totalement à son activité de magnétiseur et de se consacrer intégralement aux soins gratuits de ses malades dans son château de Buzancy transformé en infirmerie. Il est considéré à cette époque comme le chef incontesté de l’école du magnétisme animal.

4La conversion de Puységur s’était opérée en 1783, lorsqu’à son retour d’Espagne il avait suivi à Paris les leçons de Mesmer. Enthousiasmé par leur nouveauté, il avait aussitôt décidé de les appliquer à Buzancy et il avait opéré de nombreuses guérisons, qui avaient consacré sa réputation. On lui en attribuait 62 en six mois et sa liste d’attente comptait 360 patients quand il fut appelé à rejoindre son régiment d’artillerie à Strasbourg. En dehors de cures qu’on pourrait qualifier de scientifiques, Puységur se livrait – dans le cadre du magnétisme animal – à d’autres recherches, orientées celles-là vers le domaine de l’étrange et du mystère : la communication et la vision à distance, mais aussi la vision du futur par le recours à un médium.

  • 4 Nous le citons d’après l’excellente édition présentée et annotée par Suzanne Burkard, Paris, Mercur (...)

5L’attrait exercé par ces séances très privées et très sélectives était grand. Elles s’entouraient d’un climat de mystère et de transgression qui s’inscrit dans l’atmosphère générale des années 1780 en France. Rares sont les témoignages directs sur ce qui se passait dans ces réunions intimes. Par un heureux hasard, nous avons la bonne fortune d’y pénétrer grâce aux Mémoires de la baronne d’Oberkich. En effet, Henriette d’Oberkirch, issue de la petite noblesse alsacienne, de confession luthérienne, amie d’enfance de la princesse Marie de Wurtemberg qu’elle fréquentait à la cour de Montbéliard, après avoir fait un long séjour à Paris dans sa jeunesse, y était revenue en 1786, à l’occasion du voyage en France de sa très chère amie, devenue dans l’intervalle l’épouse du grand-duc Paul, le fils et l’héritier de Catherine de Russie. On lui doit sur cette rencontre des détails fort intéressants, entre autres sur un bien étrange rêve du tzarévitch. Curieuse de tout, elle notait au jour le jour ses impressions et résumait les conversations attentivement écoutées. Sa vivacité d’esprit et son sens des convenances lui avaient attiré la sympathie de la duchesse de Bourbon, princesse du sang que les malheurs matrimoniaux avaient entraînée vers des curiosités hermétiques ainsi que vers des opinions politiques peu orthodoxes. Cette brillante relation lui permit d’assister, le 1er février 1786, à une séance du plus haut intérêt. Voici ce qu’elle en dit dans ses Mémoires4, terminés de façon significative en 1789, avant son arrestation en 1794, légués à son fils en 1803 et publiés par un de ses descendants. Il s’agit de toute évidence de notes reprises d’un journal intime :

  • 5 ID., p. 533-536.

« 1er février (1786)- A onze heures, il y avait une séance de magnétisme chez madame la duchesse de Bourbon. MM. de Puységur devaient y amener plusieurs somnambules et les endormir. De l’aveu même du docteur Mesmer, le marquis de Puységur est plus habile que lui. Après avoir endormi les malades et les avoir jetés dans un somnambulisme complet, il les fait obéir à sa volonté, à ses gestes et au mouvement de la baguette. M. de Chastenay-Puységur, son frère, qui [...] sert dans la marine, a le même succès, tellement qu’on le regarde comme un personnage surnaturel. Ces messieurs obtiennent, des sujets qu’ils endorment, non seulement la connaissance du présent dans des lieux éloignés, mais encore la prescience de l’avenir. D’autres fois ils mettent, en le magnétisant, un homme en rapport avec une fille en état de somnambulisme. Alors celle-ci exécute ses pensées et le suit partout. Cela ne dure que pendant le sommeil magnétique, et la somnambule ne se souvient de rien. Une fois éveillée, elle reste parfaitement indifférente pour celui avec lequel elle a été mise en rapport.
Ce fut ce qui arriva ce jour-là. M. de Puységur mit en rapport une de ses somnambules avec un jeune secrétaire de l’ambassade d’Espagne ; ils ne s’étaient jamais vus. A peine cette fille, assez laide du reste, lui eut-elle touché la main, qu’elle s’illumina spontanément ; son visage changea du tout au tout et prit une expression véritablement extraordinaire. Elle se leva avec une grâce pleine à la fois de modestie et de passion, et s’approcha du jeune homme auquel elle dit en baissant la tête :
-Je vois votre pensée. Vous avez accepté d’être mis en rapport avec moi pour obéir à Son Altesse, mais vous n’en aviez aucun désir ; vous craigniez que ce contact passager de nos deux âmes ne laissât une trace dans la vôtre ou dans la mienne. Je ne suis point jolie, et c’est désagréable l’amour d’une laide. Soyez tranquille, je ne vous plairai jamais et vous ne me plairez plus à mon réveil.
Le jeune homme rit en nous regardant.
- C’est là ma pensée, dit-il. En souffrez-vous ?
- Oui, en ce moment.
- Et qu’est-ce que je pense encore ?
- Oh ! vous pensez à une femme que je vois bien loin d’ici ; elle est dans une chambre peinte et ornée à jour, elle porte un costume que je n’ai jamais vu à personne. Oui, de larges pantalons, les jambes nues, avec des mules brodées en or, une robe de gaze, un long voile sur un bonnet très haut, en argent découpé, qui fait comme la coiffe des femmes du pays de Caux. Tout cela est bien riche et cette femme est bien belle.
Le secrétaire d’ambassade, un comte d’Aranda, autant que je puis me souvenir, était pâle et tremblant ; il ne trouvait pas une parole.
- Est-ce vrai ? demanda M. de Puységur.
- Oh ! comment peut-elle savoir cela ? murmura-t-il.
- Voulez-vous qu’elle se taise ou qu’elle continue ?
- Qu’elle continue, répliqua-t-il vivement. Pouvez-vous lire dans la pensée de cette femme ?
- Oui.
- Qu’y voyez-vous ? M’aime-t-elle ?
- Non, dit la jeune fille en secouant tristement la tête.
- Elle ne m’aime pas ! En aime-t-elle un autre ? Est-elle seule ?
- Elle est seule, pas depuis longtemps, pas pour longtemps. Ecoutez ce que je vais vous dire, retenez-le et faites-en votre profit, monsieur le comte. Il est fort heureux que vous m’ayez interrogée ; vous étiez perdu sans cela. Vous avez écrit à cette femme.
- Oui.
- La lettre est dans un petit sac brodé qu’elle porte à sa ceinture ; elle l’a reçue ce matin.
- Pouvez-vous la lire ?
- C’est difficile ; cela me fatiguera bien.
- Lisez-la, je le veux, interrompit M. de Puységur en la chargeant de fluide.
- Oh ! que vous me faites mal ! vous me brisez la tête et le cœur.
- Lisez.
- Je vois, je vois. Vous êtes bien fou, monsieur le comte, vous promettez à cette femme d’aller l’épouser, de l’enlever dans six mois, dès que vous aurez atteint vos vingt-cinq ans. Oh ! mon Dieu, oh ! mon Dieu, cette femme est une juive !
Ce mot produisit un effet que je ne puis rendre sur les assistants ; nous étions à peu près une demi-douzaine. Le diplomate devenait de plus en plus pâle et son émotion était visible.
- Monsieur le comte, demanda encore M. de Puységur d’un ton sérieux, doit-elle continuer ?
- Oui, oui, je préfère tout savoir. Si cette femme ne m’aime pas, qui aime-t-elle ?
- Un homme de sa nation, un misérable, un voleur.
La sueur froide nous prit à tous.
- Oui, on compte vous attirer lorsque vous reviendrez, vous faire signer je ne sais quels papiers, pour vous laisser libre, et si vous refusez...prenez garde.
Le son de voix de cette somnambule avait, je vous assure, quelque chose de surnaturel en ce moment ; évidemment elle était inspirée.
- Mais cette femme...cette malheureuse...je l’ai fait instruire, baptiser, elle est chrétienne.
- En cela, comme en tout, elle vous a trompé, monsieur. Pure cérémonie, pour mieux vous abuser ; elle est juive de cœur et de pratique.
- Elle ne m’aime pas ! répétait ce jeune insensé tout bas.
Cette idée seule le frappait. Ni son danger ni les autres trahisons dont on le menaçait n’arrivaient jusqu’à lui. Il ne pensait qu’à son amour ! Pauvre jeune homme ! épouser une juive ! un gentilhomme des vieux Castillans !
Ah ! mon Dieu, madame, me dit-il après très simplement, ma mère en serait morte de chagrin, et vous voyez ! »5.

  • 6 ID., p. 537.

6Suit alors le récit d’une aventure rocambolesque survenue à Ceuta où le jeune homme, sauvé d’une congestion cérébrale dans le quartier juif, a été ensuite ensorcelé par un breuvage étrange. Vérification faite sur place, tout était vrai, assure la narratrice, qui ajoute aussitôt : « Cette histoire me frappa beaucoup, mais elle n’est pas la seule extraordinaire que j’aurai occasion de raconter pendant le cours de magnétisme que nous suivîmes pour ainsi dire, cet hiver-là, avec madame la duchesse de Bourbon »6.

7L’épisode sent l’imposture à plein nez. Il répondait probablement à une demande pressante de la famille du jeune Espagnol. Mais il faudrait dans ce cas considérer Puységur comme un faussaire ou un charlatan, ce qui ne concorde nullement avec ce qu’on sait de lui. Qui a trompé qui dans cette mystérieuse affaire ? Reste que le récit nous fait pénétrer dans les abysses des mentalités de l’époque et en particulier dans celle d’une partie des classes cultivées et dirigeantes.

8La séance de 1786 est pourtant moins étonnante que celle que Puységur organisera à Strasbourg le 18 janvier 1789, quelques mois avant la révolution. Cette fois encore, son récit est vivant et semble coïncider avec l’événement.

  • 7 ID., p. 671-675.

« Je retrouvai avec grand plaisir M. de Puységur à Strasbourg ; nous recommençâmes le magnétisme comme dans les beaux jours de Paris. Il rencontrait, disait-il, des sujets excellents parmi les jeunes filles des montagnes, celles de l’autre côté du Rhin surtout. Nous nous réunissions presque chaque jour pour des séances ; j’y crois fortement et je désire voir cette croyance se propager le plus possible. Je suis convaincue qu’elle rendrait les hommes meilleurs en leur donnant foi dans l’autre vie. Je ne puis donc m’empêcher de raconter encore ce que j’ai vu et entendu au commencement de cette année chez M. de Puységur, dans une séance à laquelle assistaient le maréchal de Stainville, M. d’Oberkirch, mon frère et moi. La baronne de Boccklin nous avait fait faux bond.
La somnambule était une jeune paysanne de la Forêt Noire, assez maladive, assez frêle contre l’usage de ce peuple montagnard. Elle était d’un naturel mélancolique, contemplatif, très propre à la catalepsie, et en effet elle y tombait souvent avec une grande facilité. Elle nous avait montré ce jour-là plusieurs phénomènes très curieux, et on allait la réveiller lorsque le maréchal de Stainville lui demanda s’il ne pourrait pas lui adresser des questions. M. de Puységur lui répondit qu’il en était parfaitement libre, mais après qu’elle se serait reposée un peu, il craignait de l’avoir fatiguée par ses exercices. Elle dormit environ un quart d’heure, puis elle dit d’elle-même qu’elle désirait parler au maréchal.
- Je sais ce qu’il va me demander, et j’ai des choses tristes à lui apprendre.
M. de Stainville la pria de dire tout haut quelle était sa pensée.
- Vous vous préoccupez des affaires du temps, vous voulez savoir quel sera l’avenir de la France et surtout celui de la reine.
- C’est vrai, répondit le maréchal fort étonné.
Il courait alors en France et à l’étranger plusieurs prophéties de différentes personnes. Ces prophéties trouvaient assez de créance : celles de M. Cazotte surtout. Bien des gens les lui avaient entendu prononcer, et il était impossible d’en nier l’existence. Mais elles annonçaient des choses si extraordinaires, on disait alors si impossibles, que la raison devait les repousser dans la classe des rêves et des exagérations. M. de Stainville, comme beaucoup d’autres, désirait un éclaircissement sur cette prophétie. Cette enfant d’outre-Rhin n’en avait certainement jamais entendu parler, il était curieux de savoir si ses paroles se rapporteraient à celles du visionnaire. C’était déjà un fait bien étrange que de voir sa pensée divulguée avant qu’il eût parlé.
En ce moment entra le marquis de Peschery, lieutenant du roi à Strasbourg ; on lui expliqua en peu de mots de quoi il s’agissait, et il prit place. Ce n’était ni un homme convaincu, ni même un homme bienveillant pour le magnétisme. Le maréchal répéta sa question.
- J’ai besoin de penser quelques minutes avant de vous répondre positivement, monsieur ; ce sont des choses si graves et si singulièrement embrouillées encore.
- Dites- moi d’abord si les prédictions dont j’ai connaissance, celles que j’ai entendu faire, sont véritables, s’il faut y ajouter foi.
- En tout point, répondit- elle sans hésiter.
Nous nous regardâmes tous ; quant à moi, je vous assure que le frisson me prit. J’avais justement lu la veille la fameuse prophétie de M. Cazotte, envoyée en Russie par M. de La Harpe, et que la grande-duchesse m’avait fait passer.
- Quoi ! dit le maréchal, tout arrivera ainsi qu’il est dit ?
- Tout et d’autres choses encore.
- Quand cela sera-t-il ?
- D’ici à fort peu d’années.
- Mais encore, ne pouvez-vous préciser le temps ?
Elle réfléchit un instant, puis elle ajouta :
- Cela commencera d’éclater cette année même, et cela durera peut-être au moins un siècle.
- Nous n’en verrons donc pas la fin ?
- Beaucoup d’entre vous n’en verront pas même le début.
Le maréchal continua :
- Que se passe-t-il à Paris en ce moment ?
- On conspire. Celui qui conspire sera victime de sa méchanceté. Il triomphera d’abord, mais après son sort sera horrible ; il sera le même que celui de ses victimes. Oh ! mon Dieu, mon Dieu ! que de sang ! que de sang ! c’est affreux.
Elle cacha ses yeux avec ses mains, comme pour ne pas voir ces objets effroyables.
- Et vous êtes sûre que la destinée promise à de nobles personnages s’accomplira ?
- Oui.
- Quoi ! la mort ? Quoi ! le supplice ?
- Oui, oui, la mort et le supplice.
- Et moi, continua-t-il, dois-je partager ce désastre annoncé à ma famille ?
- Non, monsieur.
- Ah ! je me sauverai de cette débâcle, c’est singulier. Un vieux soldat tel que moi n’a guère cette habitude.
La somnambule garda le silence.
- Quelle sera donc ma fin, alors ?
Elle se tut obstinément.
- Vous craignez de me le dire ? Ah çà ! puisque mes parents seront décapités, et qu’il m’arrivera pis, ce me semble, est-ce donc par hasard que je serai pendu ? Cela est indigne d’un gentilhomme, et je ne m’en consolerais pas. Voyons, parlez ; ne craignez rien. Je n’ai pas peur. La mort et moi nous nous connaissons ; nous nous sommes vus plus d’une fois et de près.
La jeune fille refusa encore de répondre ; elle refusa longtemps. Enfin M. de Puységur, sur les instances du maréchal, l’y contraignit.
- Pauvre monsieur !, dit-elle lentement et les larmes aux yeux, pourquoi me demander ce que vous saurez vous- même d’ici à bien peu de mois ?
- D’ici à peu de mois ! je mourrai d’ici à peu de mois ! je ne verrai donc pas tout cela ? Ah ! tant mieux ! vous me soulagez d’un grand poids ; je n’assisterai pas au déshonneur, à la perte de la France. J’en remercie le ciel. Je mourrai dans mon lit.
- Oui, répliqua-t-elle d’une voix si basse qu’on l’entendit à peine.
- Monsieur le maréchal, dis-je très émue, les paroles des somnambules ne sont pas des articles de foi.
- J’espère bien que si, madame la baronne, car ce qu’elle m’annonce m’est fort précieux. Du reste, nous n’avons pas longtemps à attendre pour savoir à quoi nous en tenir.
Ce sang- froid du guerrier nous frappa tous fortement. M. de Puységur en était contrarié ; il craignait beaucoup qu’on ne l’accusât de mal user du magnétisme qui devrait servir surtout à la médecine et au soulagement de l’humanité.
- Je vous en prie, monsieur le maréchal, laissez-moi la réveiller.
- Pas avant que je lui aie demandé une seule chose, Monsieur, interrompis-je. Qu’arrivera-t-il ? où est ma pensée ?
- Ah ! Madame, j’y vais. Il s’y passe en ce moment de tristes événements. Je vois cet endroit, je le vois, il est en ce moment au milieu de l’eau, oui, elle monte, elle monte. Ah ! c’est effrayant une inondation...oui...une inondation...Il y aura bien des pertes...heureusement personne ne périt. Madame, vous verrez que je ne vous trompe pas, vous le saurez bien, vous le saurez bientôt »7.

9L’inondation se produisit en effet le jour même. Quant aux massacres de la Révolution, la baronne ne pouvait, en l’été de 1789 où elle achevait ses mémoires, en vérifier la prédiction.

10Le lecteur de ces deux récits ne peut éprouver qu’un sentiment de gêne et de perplexité. La précision de la date, la vivacité des propos incitent à croire à la véracité de l’événement. On ne peut suspecter ni la baronne, ni le marquis, d’avoir voulu tromper sciemment le lecteur. La ferveur de leur adhésion au magnétisme peut les avoir égarés dans une volonté de trop prouver. Les miracles du cimetière de Saint-Médard avaient eux aussi eu des témoins dignes de foi en principe.

11La seule conclusion qui s’en dégage est l’irruption de l’irrationnel dans la conscience des élites sociales de la fin du XVIIIe siècle sous le couvert d'un discours qui se veut à la fois scientifique et généreux. Madame d’Oberkirch est d’ailleurs, curieusement, la première à en convenir. A peine a-t-elle fortement insisté sur la vérité des deux visions à distance qu’elle se livre à des considérations désabusées sur la crédulité de ses contemporains :

  • 8 ID., p. 675.

12« La fin de ce siècle si incrédule est marquée de ce caractère incroyable d’amour du merveilleux, je dirais de superstition si je n’en étais moi-même imbue, quoique malgré moi, ce qui dénote, assure-t-on, une société en décadence. Il est certain que jamais les rose-croix, les adeptes, les prophètes et tout ce qui s’y rapporte, ne furent aussi nombreux, aussi écoutés. La conversation roule presque uniquement sur ces matières ; elles frappent toutes les imaginations, même les plus sérieuses, et si ces mémoires en offrent de nombreuses traces, c’est qu'ils sont la représentation fidèle de cette époque. Nos successeurs hésiteront à le croire ; ils ne comprendront pas comment des gens qui doutent de tout, même de Dieu, peuvent ajouter une foi complète à des présages. L’espèce humaine est ainsi faite. Mon cousin M. de Wurmser, auquel je disais cela l’autre jour, me répondit dans l’une de ses boutades :-« Oui, le genre humain est fait ainsi, quand il est fait : mais aujourd’hui il se défait et ne se fait plus d’aucune manière »8.

13En dépit de ces propos désabusés, le mesmérisme se maintint bien au-delà de la Révolution et même du XVIIIème siècle. Puységur en resta une figure de proue et publia plusieurs mémoires scientifiques. L’un d’entre eux, publié en 1812, porte en titre Attaques de vertige, de rage et de frénésie arrêtées et suspendues par l'influence magnétique animale, et dont les retours, ainsi que l’époque de la guérison, sont pressentis et annoncés par le malade lui-même. Il y présentait une sorte de protocole de la cure d’un enfant de 12 ans sujet à des accès de rage et de frénésie, sous la forme d’un journal par questions et réponses exposant avec rigueur l’évolution du mal. La Préface déplore que les Français soient toujours rétifs devant les nouveautés, mais se réjouit de constater que du moins « il n’est plus ridicule à Paris aujourd’hui de croire au magnétisme, et c’est avoir certainement beaucoup gagné ». L’apôtre de l’hypnose et du somnambulisme avait appris sur le tard la prudence en renonçant aux séances de divination. Le magnétisme, ainsi renouvelé, avait encore de beaux jours devant lui.

Notes

1 R. DARNTON, La fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution. Paris, Librairie Académique, 1984. L’édition originale en langue anglaise date de 1968.

2 F.-A. MESMER, Le magnétisme animal. Œuvres publiées par Robert Amadou. Paris, Payot, 1971, p. 202-203 : Mesmer « avait organisé la ‘Société de l’Harmonie’ avec une hiérarchie et un règlement similaires à ceux des ateliers, mais moins stricts. » et p. 224 : « Moi, Antoine Mesmer [...] fondateur et président perpétuel des Sociétés de l’Harmonie » (« Règlement des Sociétés de l’Harmonie Universelle »).

3 P.H. REILL and Ellen Judy WILSON, Encyclopedia of the Enlightenment, New York, Facts on File, 1996, p. 282-283 (article Mesmer).

4 Nous le citons d’après l’excellente édition présentée et annotée par Suzanne Burkard, Paris, Mercure de France, coll. Le Temps retrouvé, 2000.

5 ID., p. 533-536.

6 ID., p. 537.

7 ID., p. 671-675.

8 ID., p. 675.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search