Version classiqueVersion mobile

Mobilités, fluidités... Libertés ?

 | 
Bertrand Montulet
, 
Vincent Kaufmann

2e partie. La technique au service de la mobilité ?

Virtualités et logiques spatio-temporelles

Camille Thiry

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 C’est-à-dire potentiels et non réalisés ou réalisés mais dans un espace-temps immatériel (Internet (...)

1Deux évidences s’imposent aux yeux d’un néophyte s’aventurant sur le terrain de la mobilité spatiale et recensant les innombrables études parues à ce sujet ces vingt dernières années. La première est que ce terrain se trouve fortement cloisonné, la plupart des travaux se focalisant sur tel ou tel type de mobilité pris isolément. La seconde est que la compréhension du phénomène de mobilité s’est principalement développée au départ d’analyses de mouvements effectifs dans le temps et l’espace en laissant de côté la question des déplacements virtuels1. Nous constatons donc la nécessité de dépasser les études sectorielles afférentes aux différents types de mobilité pour mieux appréhender ce qui se passe « dans la tête » de l’acteur mobile et les relations qui se tissent entre mobilités réelle et virtuelle. Quelques travaux récents nous paraissent ouvrir la voie dans ces directions, qu’il s’agisse de ceux de B. Montulet (1998), posant les jalons d’une sociologie générale intégrant le temps et l’espace, ou de ceux de V. Kaufmann (2000), proposant le terme de « motilité », permettant de ne plus prendre seulement en compte les déplacements effectifs mais également le potentiel de mobilité propre à chaque acteur.

2Cherchant à envisager et à lier ensemble des mobilités multiples, nous avons donc porté notre attention sur une des dimensions les moins visibles du phénomène : la manière dont les acteurs vivent leur mobilité, qui nous permettra de comprendre comment ils la produisent. Nous avons tenté de définir les différentes composantes de cette mobilité vécue et potentiellement traduisible dans l’espace, que nous avons appelée virtuelle, et de la penser en interaction avec la mobilité effectivement réalisée par l’acteur. Nous désignerons la mobilité actuelle comme celle étant « actée », réalisée ici et maintenant. Les mobilités virtuelles seront, par contre, considérées comme étant réalisées non pas physiquement mais vécues en fantasme, soit dans la manière dont l’individu se représente sa propre mobilité maintenant et à l’avenir (mobilités virtuelles identitaire et projective) et en parle, soit dans la manière dont il évolue dans les espaces-temps alternatifs tels le réseau Internet (mobilité virtuelle informatique).

  • 2 Nous nous sommes basé sur une vingtaine d’entretiens semi-directifs réalisés avec des jeunes de 15 (...)

3Ces questionnements (dépassant largement le cadre de cet article) se sont développés à partir de la recherche que nous avons menée en 2000 sur la manière dont les jeunes ruraux « bougent » et vivent leur mobilité2. Notre objectif était d’analyser de manière compréhensive non seulement les pratiques de mobilité de ces jeunes mais aussi le discours qu’ils portaient sur leur propre mobilité et celle des autres. Nous avons lié la problématique de la mobilité aux problématiques propres à l’adolescence : construction identitaire, besoin de liberté, élaboration du projet de vie, sociabilité. Pourquoi les jeunes ? Parce que l’adolescence constitue une situation intrinsèquement intéressante : cette période de la vie est celle où Ton commence véritablement à s’ouvrir physiquement et mentalement à l’extérieur et à faire ses propres expériences. De plus, nous avons été frappé par le regard porté de l’extérieur sur la mobilité de cette catégorie sociale, à savoir les idées de sens commun selon lesquelles « les jeunes bougent beaucoup », « les voyages forment la jeunesse », « ils utilisent beaucoup Internet »...

  • 3 La manière dont il pense le monde autour de lui et dont il se visualise lui-même dans ce monde et (...)

4Nous nous concentrerons d’abord sur l’espace « Internet » et sur la manière dont les jeunes interviewés l’utilisent, afin de définir différents types de mobilité virtuelle informatique. Nous essaierons ensuite de déterminer si à chacun de ces usages spécifiques correspond un type de mobilité effective et, pour cela, nous nous pencherons davantage sur cette mobilité actuelle. Étoffant les deux morphologies spatio-temporelles forme-limite et forme-organisante empruntées à B. Montulet en les liant chacune à une logique de vie, nous définirons deux idéaux-types qui soulignent l’intégration des comportements de mobilité à l’ensemble de l’être-au-monde3 de l’acteur. Nous verrons qu’à chaque type de mobilité actuelle ne correspond pas nécessairement un type bien défini de mobilité virtuelle informatique. Nous évoquerons enfin la façon dont nous percevons la complexité du phénomène de mobilité et dont nous lions dans un système simple mobilité actuelle et virtuelle.

2. Internet et la mobilité virtuelle informatique4

  • 4 Rappelons que nous considérons la mobilité virtuelle informatique seulement comme l’une des compos (...)

5La nécessité d’articuler l’étude des pratiques de mobilité des individus aux questions d’appréhension de l’espace, de mettre en relation mobilité actuelle et virtuelle nous est apparue avec d’autant plus d’insistance que nos rapports aux lieux connaissent aujourd’hui une véritable mutation. À partir du moment où l’on refuse d’identifier présence corporelle et présence psychique, où l’on dissocie l’unité de lieu et de temps dans la multiplicité des déplacements mentaux, on doit s’interroger sur les mobilités autres que physiques que peut vivre l’acteur. La mobilité virtuelle consiste en voyages imaginaires, projections dans l’avenir, distanciations diverses de la conscience. Nous nous sommes cependant principalement penché sur son aspect « informatique » puisque Internet permet aujourd’hui à tout un chacun d’échapper au déroulement et à l’unicité de la localisation dans l’espace ; ce qui induit des modifications profondes des perceptions spatio-temporelles de l’acteur.

  • 5 Contrairement à une structure centralisée, telle celle du Minitel, la structure d’Internet donne à (...)

6En abandonnant les arborescences hiérarchiques5, en s’appuyant sur la conception d’hypertexte, en dématérialisant la communication, Internet implique un nouveau sens du territoire, introduit l’individu à une étendue diffuse dont émergent seulement quelques détails disséminés au long des circuits. En s’inspirant des travaux de B. Montulet, on peut constater que si le réseau Internet correspond morphologiquement à la forme-limite, de par sa frontière marquée par la connexion ou la non-connexion, son utilisation nous pousse à l’appréhender en tant que forme-organisante, en tant qu’étendue diffuse, en tant qu’interconnexion de points identifiables dans un réseau potentiellement indéfini. Selon F. Vanlaethem, le type de mobilité spatio-temporelle favorisée par Internet est une mobilité kinétique : l’internaute « surfe » véritablement d’une connexion à l’autre, faisant grand usage des liens entre les sites, n’ayant pas de programme prédéfini et restant ouvert aux opportunités. Notons que, bien qu’omnilieu dans son utilisation, Internet reste un médium fixe (nécessitant un ordinateur et une prise téléphonique). Nous utiliserions donc plutôt le terme de « sédentarité kinétique », l’individu étant matériellement ou physiquement sédentaire mais intellectuellement et virtuellement kinétique. Notons cependant que certains utilisateurs se connectent toujours aux mêmes forums, aux mêmes sites, la sédentarité physique se doublant alors d’une sédentarité virtuelle. Le réseau rendrait cependant possible les quatre types de mobilités définies par B. Montulet :

  • Mobilité sédentaire : La pratique d’Internet se résume à une fidélité marquée et prolongée à quelques sites. L’individu ramène l’ensemble d’Internet à sa personne, l’altérité ne l’intéresse pas ou peu.
  • Mobilité incursive : L’individu explore Internet et prend le temps de découvrir à fond certains sites. Sa pratique du Net ressemble à l’usage d’un CD-ROM : il profite de ce médium pour s’immerger dans certains thèmes. Si l’internaute s’intéresse au cerveau humain par exemple, il ira consulter en profondeur certains sites l’introduisant à ce sujet.
  • Mobilité microcosmique : L’individu évolue fréquemment sur Internet, en empruntant souvent le même itinéraire (celui-ci pouvant néanmoins être modifié) et en visitant de manière superficielle ses sites habituels, tout en restant ouvert à l’altérité. Prenons l’exemple de l’adolescent qui, chaque matin ou chaque soir, va consulter son mail, s’informe de la météo du lendemain sur advalvas.be puis consulte les nouveautés cinéma...
  • Mobilité kinétique : L’internaute « surfe » véritablement d’une connexion à l’autre, faisant grand usage des liens entre les sites, n’ayant pas de programme prédéfini et restant ouvert aux opportunités.

7Mais ne nous appesantissons pas sur l’objet Internet en lui-même et sur ses usages. Ce qui nous importe ici est de voir s’il existe une relation entre la mobilité des jeunes sur Internet et leurs pratiques effectives de mobilité. Suivant le type de mobilité virtuelle informatique présentée par l’acteur peuvent en effet être réalisées les combinaisons suivantes...

  • Peu de mobilité actuelle, peu de mobilité virtuelle : Le mouvement se fait de l’extérieur vers l’intérieur : l’individu s’approprie tout ce qu’internet lui permet de télécharger gratuitement et de graver sur disquette ou CD. Dans ce cas, l’espace quotidien, vécu, se disjoint de l’espace fonctionnel des réseaux. L’utilisation d’un terminal fixe à domicile permet l’accès à une information médiatisée et à des services mais renforce l’importance du local. Cette tendance assez extrême est cependant mitigée par le fait que l’individu peut de manière même minimale se projeter vers l’extérieur et mettre son empreinte sur le Net, par exemple en personnalisant son courrier électronique : choisir une langue, filtrer le courrier indésirable, créer des catégories, user d’une signature originale...
  • Peu de mobilité actuelle mais une mobilité virtuelle : Internet ne constitue pas un incitant à la mobilité réelle mais il incite à une mobilité subjective et émotionnelle : découvrir le monde à partir de son fauteuil, dialoguer avec des gens éloignés. Certains jeunes assimilent le fait d’aller sur Internet à une sortie physique. Dans les faits, ils s’enferment chez eux toute la journée mais si vous leur dites qu’ils ne sortent jamais, ils répondront « Si, j’ai été sur Internet ».
  • Mobilité actuelle sans mobilité virtuelle : Les deux tendances précédentes sont l’objet d’un stéréotype tenace, connoté négativement par beaucoup de jeunes interviewés et pouvant être ainsi résumé : celui qui va sur Internet reste devant son écran, est dans son monde à lui si bien que les autres n’existent plus. Les espaces virtuels nous rassemblent virtuellement, ce qui rime avec vainement et faussement. A de nombreuses reprises, les jeunes interviewés ont dépeint cette image de l’individu « autiste », qui reste toute la journée enfermé, prisonnier de l’écran. C’est d’ailleurs en utilisant cette image comme repoussoir que de nombreux jeunes expliquent leur recours à une troisième attitude. Ceux qui se disent « bouger tout le temps, faire plein d’activités » rejettent effectivement en bloc Internet (et autres médias comme la TV) sous des prétextes du type : « Si on commence, on finit par ne plus sortir de chez, soi. »
  • Mobilité actuelle en conjonction avec une mobilité virtuelle : Dans ce dernier cas, les nouvelles technologies se mettent bel et bien au service d’une mobilité actuelle en permettant aux individus d’établir ou de recevoir de l’information, quel que soit le lieu où ils se situent... Se servir d’Internet pour concrétiser un projet une fois qu’on a pris la décision de le réaliser : acheter en ligne un billet d’avion ou un ticket de concert. Internet est bien ici une interface permettant de se projeter « ailleurs ». Pour certains jeunes, Internet incite véritablement à la mobilité physique : la mobilité virtuelle n’est pas considérée ici comme suffisante, comme assez valorisante et permettant à elle seule de goûter à la vie : elle doit s’accompagner d’une mobilité actuelle.

8Suite à ce premier tour d’horizon, nous pouvons déjà constater qu’internet ne pousse pas nécessairement l’individu à adopter une attitude projective ou prospective, que ce soit physiquement et/ou émotionnellement. Pour approfondir l’analyse, nous pourrions tenter de répondre aux questions : Peut-on lier tel type de mobilité virtuelle informatique à tel type de mobilité effective ? Le fait d’appartenir à l’un ou l’autre type de mobilité actuelle entraîne-t-il un usage spécifique d’Internet ou du moins une certaine palette de comportements et de perceptions ? Les jeunes « forme-organisante » sont-ils plus enclins à utiliser Internet au service de leur mobilité tandis que les jeunes forme-limite s’enferment devant leur écran ? Il nous faut pour cela déterminer quels sont ces différents types de mobilité effective...

3. Mobilité actuelle : construction de deux idéaux-types

  • 6 Pourquoi ne pas reprendre pour caractériser la mobilité actuelle des jeunes les quatre termes « ki (...)

9Pour entrer directement dans le vif du sujet, nous avons utilisé dans la première partie la typologie forme-limite vs forme-organisante6 sans avoir vraiment retracé son origine. Ces deux morphologies spatio-temporelles constituent des outils analytiques qui permettent d’exprimer des généralisations quant aux structures et dynamiques des formes sociétales. Nous les avons utilisées pour constituer deux idéaux-types liant une certaine perspective spatio-temporelle à d’autres niveaux (personnalité...) de la vie d’un individu adoptant ladite perspective. Nous pensons en effet que le rapport qu’un individu entretient à l’espace et au temps est en étroite relation avec l’ensemble de son être-au-monde. Nous nous sommes donc intéressé à la façon dont un individu appréhendant l’espace et le temps dans une logique forme-organisante acte et vit sa mobilité, utilise certains moyens de transport et définit son projet de vie d’une manière qui sera différente de celle d’un individu forme-limite. Nous allons ici résumer les résultats de notre recherche en décrivant chacun ces deux types à travers, d’une part, cinq facteurs définissant le caractère mobile d’un acteur : l’amplitude des déplacements, le contact avec l’altérité, le mode de transport utilisé, la période et espace de référence ; et, d’autre part, le caractère, la sociabilité et le projet de vie des individus qui s’y retrouvent.

3.1. Le type forme-limite

10Les individus correspondant au type forme-limite investissent affectivement une seule période et un seul espace de référence : ils ne répartissent pas leurs pratiques dans différents espaces-temps. Ils se définissent à partir du lieu (« Je suis virtonais »), dans une délimitation fixe entre un dedans connoté positivement et un dehors négatif et indéterminé dont ils ne souhaitent pas s’imprégner. Ils occultent cet « ailleurs » de leur perception et champ des possibles. Celui-ci n’est exploré qu’au cours d’excursions exceptionnelles qui ont toujours un but précis, affectif (voir un ami) ou utilitaire (shopping et approvisionnement). Le déplacement vers l’extérieur se fait au sein d’une bulle protectrice et dans la recherche d’éléments familiers (faire toujours le même parcours et manger au même endroit lors d’une journée à Bruxelles). Le contact avec l’altérité, objet de méfiance, n’est donc guère valorisé. La mobilité des individus appartenant à ce type est majoritairement constituée de déplacements de proximité, la plupart du temps sans but, dans l’optique de « se promener ». La fréquence du déplacement prévaut sur son amplitude. « Bouger » signifie être occupé, remplir du temps en se déplaçant fréquemment plutôt qu’aller loin. L’amplitude est caractéristique des déplacements exceptionnels et accompagnés comme les vacances avec les parents. En ce qui concerne le transport, les jeunes forme-limite recourent surtout aux parents ou amis disposant d’une voiture. Être dépendant d’un tiers ne les dérange pas.

  • 7 Le terme « groupe » est utilisé pour caractériser des relations fixes et ancrées dans la durée, ta (...)

11Il semble que leur logique de vie se caractérise par un certain hédonisme. Ces jeunes souhaitent profiter de ce qui se présente sans faire trop d’efforts. Ils sont souvent passifs ou fatalistes. Ils ne vont pas à la rencontre des choses mais protègent leurs acquis, se défient du changement et, peut-être à cause de cela, restreignent leurs ambitions : ils calquent leurs espérances sur les possibilités objectives. Ceci signifie qu’ils ne chercheront pas à se déplacer coûte que coûte mais que si l’offre de moyens de transport en commun, par exemple, s’améliore, ils modifieront peut-être leur comportement. Leur plus grand désir semble être de continuer à vivre à l’endroit où ils ont grandi. Le modèle parental leur paraît à la fois désirable et praticable. Leur projet de vie se caractérise par sa continuité tant au niveau du lieu investi que de la manière d’être. La permanence et la durée sont constitutives de leur vision du monde. Socialement, ces individus recherchent l’homologie et la solidarité. Ils appartiennent à un groupe7 leur offrant protection. Pour eux, la distance constitue un obstacle aux relations puisqu’ils confondent proximité physique et autres formes de proximité (culturelle par exemple).

3.2. Le type forme-organisante

  • 8 Contrairement aux jeunes forme-limite, qui considèrent la ville comme un négatif du village (dans (...)

12Les individus correspondant au type forme-organisante s’investissent dans de multiples espaces-temps, pouvant être cloisonnés les uns par rapport aux autres, et jouent de cette diversité. Leur horizon est élargi : ils ne se focalisent pas sur les frontières mais sur la continuité du territoire appréhendé comme un réseau. Leur rapport au temps est immergé dans une logique d’efficacité : ils valorisent l’instantanéité et la gestion rationnelle des activités, de manière à en faire le plus possible dans un laps de temps réduit. Contrairement aux individus décrits ci-dessus, leur espace de référence n’est pas nécessairement le lieu où ils habitent. Ils reconnaissent des ailleurs distincts et définis auxquels ils appliquent dans leur discours des termes choisis8 et cherchent à découvrir ceux-ci en s’en imprégnant, en laissant pénétrer le « dehors » dans leur espace-temps propre. L’amplitude du déplacement est ici aussi importante que sa fréquence car elle permet de se valoriser au regard des autres. On ne « bouge » pas non plus dans n’importe quel but : pour se différencier et se construire une image positive de soi, il faut être en contact avec l’exotique, se déplacer pour des activités culturelles diversifiées. Les incitants au déplacement sont le dépaysement et la recherche de l’altérité. Ces jeunes valorisent fortement l’autonomie et se déplacent souvent seuls. Ils utilisent davantage les transports en commun.

  • 9 Un des jeunes interrogés manifestait son désir d'habiter en France pour des raisons financières. Q (...)

13Leur logique de vie est celle de l’effort : ils cherchent à agir sur eux-mêmes en vue d’atteindre un soi fantasmé et valorisé. Ces individus sont ambitieux et se battent contre les déterminations objectives pour réaliser leurs espérances. L’ouverture d’esprit mais aussi la curiosité et la saisie des opportunités leur apparaissent comme des traits de caractère indispensables. Dans la réalisation de leurs ambitions, le goût du prestige pèse davantage que l’appât du gain. Ils sont aussi guidés par un besoin de changement. Le modèle parental leur semble à la foi indésirable et impraticable : devenir adultes, affirmer leur autonomie, passent par une rupture, un éloignement par rapport aux parents. Leur projet de vie se caractérise par une continuité au niveau de la manière d’être (ambition, contact avec l’altérité) et par une amplification de leur mobilité actuelle. Socialement, ces individus recherchent l’altérité dans un réseau souple de relations, qu’ils utilisent au gré des opportunités. Ils se caractérisent donc par leur utilitarisme mais aussi par leur individualisme dans le sens où ils ont besoin de sortir du lot. La distance est loin d’être pour eux un obstacle au maintien de relations puisqu’ils ne considèrent pas la proximité culturelle ou sociale comme liée à la proximité physique9.

3.3. Spécificité de cette démarche et interactions entre les types

14Nous insistons donc sur l’inclusion dans ces deux idéaux-types, à côté d’une certaine perception de l’espace et du temps, d’une manière de vivre et de voir le monde qui se traduirait par certains comportements. L’axe du rapport au temps et à l’espace (forme-limite / forme-organisante) est fortement corrélé avec d’autres axes de la vie de l’acteur : celui de la logique d’effort (ascétique-perfectionniste / hédoniste) et du type de sociabilité (groupe / réseau) par exemple. Rendre compte des pratiques de mobilité d’un individu ou d’un groupe nécessiterait de prendre l’ensemble de ces axes en compte, les pratiques et dispositions qu’ils mettent en œuvre au niveau de leur mobilité s’insérant dans un ensemble beaucoup plus vaste de pratiques et dispositions.

15En pratique, aucun individu n’incarne véritablement l’un ou l’autre de ces deux idéaux-types. Un individu peut présenter des caractéristiques de la forme limite dans une sphère d’activité de son existence et des caractéristiques de la forme-organisante dans une autre. L’homogénéité (la même logique gouvernant tous les champs de la vie de l’individu) est possible mais extrêmement rare : souvent, les deux types coexistent, même s’il y a prédominance de l’un sur l’autre. Cette dualité peut se construire dans un rapport de simultanéité effective (je suis forme-limite dans mes rapports amoureux mais forme-organisante pour le travail), fantasmée (je voudrais être forme-organisante alors que je ne le suis pas) ou dans un rapport de succession dans le temps (je suis forme-limite mais je deviens forme-organisante pour certains aspects). Il serait intéressant d’approfondir cette question de la mise en place par un acteur de formes de mobilité similaires / différentes dans ses multiples sphères d’activité et aux différentes étapes de sa vie.

16Il semble également capital de tenter de définir ce qui porte l’acteur à entrer dans l’un ou l’autre de ces types. Nous avons en effet constaté que la perspective spatio-temporelle de l’acteur ne semble pas totalement « socialement déterminée ». Certes, la mobilité effective a un coût monétaire mais nous avons retrouvé plus ou moins la même proportion de jeunes forme-limite ou forme-organisante en milieu ouvrier et agricole que chez les fils de cadres ou professions libérales.

3.4. Peut-on faire correspondre chacun de ces deux types avec une mobilité virtuelle informatique spécifique ?

17Rien de moins sûr... En demandant aux jeunes de donner leur opinion concernant Internet, on s’aperçoit d’emblée de la multiplicité des perceptions autour d’usages finalement peu différents. Pour la majorité des jeunes interviewés, ce médium se résume en effet aux « chats », « mails », « documentation pour l’école ». Mais les perceptions que chacun a de ces mêmes éléments diffèrent fortement et, autour d’eux, se construisent des conceptions d’Internet allant de « la toile d’araignée à laquelle on ne peut échapper » à « Internet, image branchée ». Au sein même du petit noyau d’individus que nous avions identifiés comme entrant dans la logique de forme-limite ou forme-organisante se côtoient des opinions très diverses. Ainsi, certains jeunes forme-organisante mettront en évidence le « tremplin » vers l’extérieur que constitue un usage curieux et actif d’Internet utilisé comme « outil » tandis que d’autres considéreront ce médium comme un « accessoire de mode », un but en soi. Pour beaucoup de jeunes forme-limite, Internet permet de constituer un réseau souple de relations ludiques et de faire pénétrer l’altérité chez eux sous forme sécurisée.

18Pour d’autres, Internet est connoté très négativement comme attachant les individus devant leur ordinateur et portant préjudice aux relations véritables. Nous voudrions donc souligner qu’à un des types de mobilité actuelle ne correspond pas nécessairement un type de mobilité virtuelle informatique : on peut être forme-limite concernant ses pratiques mais forme-organisante sur Internet et vice versa. Les usages et conceptions d’Internet sont donc très différents d’une personne à l’autre. Nous avons mis au jour six grandes oppositions binaires récurrentes dans la manière dont les vingt jeunes interviewés appréhendent ce médium. Le discours de chaque individu peut être considéré comme une composition, un mélange à partir des pôles de ces différents axes (ou du moins d’une partie de ces différents axes). Les compositions obtenues peuvent, bien sûr, parfois revêtir un aspect un peu paradoxal.

19Il apparaît donc que ce médium, porteur de certaines caractéristiques intrinsèques, est totalement réapproprié dans l’optique de l’individu. Suivant son être au monde, ses expériences passées, les jeunes connoteront extrêmement différemment une même caractéristique. La structure en hypertexte d’Internet par exemple, qui permet de rebondir de site en site, peut être connotée très positivement, comme permettant de tomber sur un site plus intéressant, ou très négativement, comme facteur d’insécurité. Internet et la mobilité virtuelle qu’il actualise s’intégrent dans l’ensemble de l’être-au-monde des adolescents. Cependant, on peut parler d’indépendance relative entre mobilité virtuelle informatique et mobilité actuelle dans le sens où appartenir au type forme-limite ou forme-organisante n’induit pas une manière spécifique d’utiliser ce médium.

4. Vers un système global de mobilité

4.1. De la pertinence de construire un système de mobilité

20Après nous être concentré sur le rapport entre la mobilité actuelle des jeunes et leur mobilité sur le Net, nous allons maintenant aborder le problème de manière globale et élargir la définition de la mobilité virtuelle en présentant ses différentes composantes et leurs rapports respectifs avec la mobilité effective de l’individu.

21Il nous a paru tout aussi important de déterminer quelle image les individus ont de leur propre mobilité maintenant et comment ils se l’imaginent à l’avenir que de voir comment ils se déplacent dans les nouveaux espaces-temps créés par diverses évolutions technologiques.

  • 10 Voir par exemple M. Bassand, D. Joye, M. Schuller (1989), J. Lévy (2000), V. Kaufmann (2000).

22Très rares sont les études qui abordent la question des relations (de substitution, d’amplification...) entre les mobilités spatiales et virtuelles10. Le terme de « motilité » utilisé par V. Kaufmann, évoquant la capacité d’une personne ou d’un groupe à être mobile spatialement et virtuellement, nous intéresse donc particulièrement dans la mesure où il permet de ne pas confondre la potentialité de mouvement avec le mouvement lui-même. Au-delà du désir de cerner les logiques selon lesquelles les individus produisent leur mobilité, il faut appréhender à travers leurs discours comment ils la perçoivent et la formulent. Nous considérons la mobilité virtuelle au sens large comme une sorte de mélange entre la potentialité d’un acteur à se déplacer dans le temps et dans l’espace physique, sa capacité à se projeter dans les espaces-temps immatériels et sa manière de considérer ses déplacements ainsi que ceux des autres.

23Notre système se compose donc de mobilités se construisant à différents niveaux (actuel, virtuel identitaire, virtuel projectif, virtuel informatique) et s’articulant les unes aux autres. Nous définissons la mobilité virtuelle identitaire comme la manière dont les individus considèrent leur mobilité actuelle et dont la comparaison entre leur mobilité et celle des autres joue un rôle dans la constitution de leur identité. La mobilité virtuelle projective s’incarne dans la vision qu’ont les jeunes de l’évolution de leur propre mobilité. Elle se traduit par ce qu’ils définissent comme étant leur projet de vie et par ce qu’ils disent du modèle de vie et de mobilité de leurs parents. Enfin, la mobilité virtuelle informatique, étudiée dans la première partie, considérée comme la manière dont les jeunes perçoivent, utilisent et s’approprient Internet, espace-temps spécifique, interconnexion de points identifiables dans un réseau potentiellement indéfini.

24Les relations d’interdépendance entre les différents types de mobilités produisent indéniablement des effets de système. Articuler les mobilités au sein d’un système nous semble d’ailleurs particulièrement intéressant dans le sens où les multiples possibilités de combinaison permettront à toute la complexité du phénomène de s’exprimer. Utiliser un terme aussi lourd de sens, évoquant des principes tels que ceux de rétroaction et de totalité, est cependant fort risqué. Nous ne parlons donc pas ici de système au sens strict mais d’un système humain avec tout ce que cela peut sous-entendre d’imperfection au niveau de la logique systémique.

4.2. Ébauches de relations entre les différents éléments du système

25La correspondance entre mobilité actuelle et mobilités virtuelles constitue une question fondamentale. La plupart des individus interrogés considèrent que « quelqu’un de mobile dans l’espace est mobile dans sa tête ». Nous postulons cependant que le lien entre ces deux choses peut être extrêmement distendu, que les relations entre les différents éléments du système sont complexes et relatives. La mobilité virtuelle au sens large interagit avec la mobilité actuelle des acteurs : elle peut par exemple influencer la mobilité physique en constituant un frein ou une incitation. Pourtant, il ne semble pas y avoir de lien direct et mécanique entre ces deux choses, la relation étant médiatisée par leur système de perception, de représentation et par le projet de chaque individu.

26Dans le portrait que nous avons réalisé des acteurs forme-limite et forme-organisante, nous avons souligné la concordance entre la façon dont les individus se voient bouger et leur mobilité « véritable ». Dans certains cas cependant, il arrive que la contradiction entre la mobilité virtuelle identitaire et la mobilité actuelle soit totale. Dans nos entretiens, nous avons eu le cas d’une jeune fille se considérant comme une véritable aventurière, prônant le non-enracinement, l’autonomie, la saisie des opportunités, la non-planification des déplacements, alors qu’elle sortait relativement peu de chez elle et ne saisissait pas vraiment les opportunités qui se présentaient.

27Nous avons parfois relevé la même tension entre mobilités actuelle et virtuelle identitaire d’un côté et projective de l’autre : certains jeunes forme-limite ressentent la fin de leur scolarité obligatoire comme un moment de rupture, à partir duquel ils seront obligés de correspondre à « ce qu’on attend d’eux ». Ainsi, ils pensent devoir se séparer de leurs parents, se « bouger », s’ouvrir à l’altérité et explorer l’extérieur. Cette tension semble dépendre du degré d’intégration de la norme sociétale valorisant la morphologie forme-organisante. Ces jeunes ont en effet fortement intégré l’injonction (provenant des médias, des pairs, de l’enseignement) « il faut bouger » mais celle-ci porte atteinte à leur nature profonde. Ils se retrouvent déchirés entre le référent dominant et leur mode de vie actuel. Ils sont donc remplis d’appréhension face à leur avenir, celui-ci baignant dans un flou artistique.

28Il existe cependant des jeunes forme-limite qui ne nourrissent ni craintes ni doutes concernant leur avenir. Leur projet de vie est tout tracé et se caractérise par la continuité tant au niveau du lieu de référence que de la manière d’être. La vision qu’ils ont d’eux dans dix ou vingt ans est semblable à l’image qu’ils ont de leurs parents. Devenir adulte n’implique pas une rupture géographique ou normative par rapport à ces derniers. En fait, il semble que même si ces jeunes ont été en contact avec la norme dominante valorisant la mobilité, celle-ci se soit noyée dans d’autres normes prioritaires à leurs yeux (nous y reviendrons plus tard). Soulignons que les individus se comportant de manière forme-organisante n’éprouvent eux non plus aucune crainte concernant leur avenir : ils le considèrent en continuité avec leur manière de bouger et leur construction identitaire actuelle. Leur mobilité future est vue comme une amplification de celle qu’ils ont aujourd’hui. Ils soulignent eux aussi la nécessité de s’envoler loin des parents et de déménager mais ne voient pas cela comme un arrachement, une négation de leur être passé. Il semble donc que les certitudes concernant le projet de vie, la vision du futur dans la continuité et l’homologie entre mobilité projective et pratiques actuelles soient le propre de jeunes guidés par une morphologie spatio-temporelle clairement dominante. Une situation de tiraillement entre deux morphologies sans que l’une domine l’autre entraîne chez l’individu une appréhension et une incertitude de l’avenir.

29Comme nous l’avons déjà souligné, la mobilité virtuelle informatique constitue un élément « à part » du système de mobilité. Qu’un individu soit forme-limite ou forme-organisante au niveau de sa mobilité actuelle n’entraîne pas nécessairement un type d’utilisation spécifique d’Internet. Nous avons observé la relative autonomie de la mobilité actuelle face à l’espace virtuel du Net. De par la multiplicité des caractéristiques dont il est porteur, ce médium est réapproprié dans l’optique de l’individu selon ses expériences passées et le contexte actuel.

30Il serait nécessaire d’affiner l’étude de l’articulation entre les différents éléments du système mais nous pouvons déjà constater que si un type de mobilité actuelle ne correspond pas nécessairement à un type bien défini de mobilité virtuelle informatique, les mobilités virtuelles projectives et identitaires semblent être, elles, très liées aux pratiques actuelles.

5. Conclusion

31L’objet principal de cet article était de mettre en avant une partie importante et souvent négligée du phénomène de mobilité : les mobilités virtuelles de l’acteur ; il était aussi de s’interroger sur l’articulation entre ces mobilités virtuelles, se développant dans la tête de l’individu et/ou dans des espaces-temps alternatifs et sa mobilité effective. Nous avons à maintes reprises remarqué que la manière qu’ont les jeunes de se présenter comme « ouverts et mobiles » primait presque sur leurs déplacements effectifs. Voilà pourquoi il est primordial de ne pas se concentrer uniquement sur la mobilité actuelle des jeunes mais de prospecter leurs mobilités virtuelles. La mobilité comme moyen d’action symbolique permet de se valoriser et de produire du sens, de se faire valoir, d’acquérir une image « branchée » ; et ce à travers le discours développé sur sa propre mobilité et celle des autres.

32Nous avons également voulu souligner l’importance d’intégrer les mobilités d’un acteur (individu ou groupe) à l’ensemble de son être-au-monde, de rattacher la manière dont il appréhende le temps et l’espace et dont il bouge à ses projets et à sa logique de vie. Avant de cerner comment un acteur produit sa mobilité en interaction avec les infrastructures qui lui sont accessibles, nous devons comprendre comment il vit et fantasme sa mobilité, comment il voyage « dans sa tête ». Il nous semble très porteur de tenter de coupler une approche psycho-sociologique des mobilités avec l’analyse des infrastructures qui les sous-tendent et les transformations de l’espace urbain. Ainsi, nous pourrons renforcer l’articulation entre macro-et micro-social, jusqu’à présent quasi absente du champ d’étude de la mobilité.

Bibliographie

6. Bibliographie

BASSAND M., JOYE D., SCHULLER M., « La diversité des mobilités », Espaces et Sociétés, no 54-55, 1989, p. 35-49.

BASSAND M.. KAUFMANN V., JOYE D. (sous la direction de). Enjeux de la sociologie urbaine, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2001.

BRULHARDT M.-C. et BASSAND M., « La mobilité spatiale en tant que système », Revue suisse d’économie politique et de statistiques, 1981, vol. 3, p. 505-519.

COENEN-HUTHER J., « Relations d’amitié, mobilité spatiale et mobilité sociale », Espaces et Sociétés, no 54-55, 1989, p. 51-65.

FISCHER G. N. et MOLLES A., La psychosociologie de l’espace, Paris, PUF (Coll. Que sais-je ?), 1981.

KAUFMANN V. et BASSAND M., « Mobilité quotidienne et pratiques modales : esquisse théorique », Revue suisse de sociologie, 1994, vol. 20, p. 355-370.

KAUFMANN V. et BASSAND M., « Mobilité spatiale et processus de métropolisation », dans BONNET M. et DESJEUX D. (sous la direction de), Les territoires de la mobilité, Paris, PUF. 2000.

LÉVY J.. « Les nouveaux espaces de la mobilité », dans BONNET M. et DESJEUX D. (sous la direction de), Les territoires de la mobilité, Paris, PUF, 2000.

MONTULET B., Les enjeux spatio-temporels du social Mobilités, Paris, L’Harmattan (Coll. Villes et entreprises). 1998.

MONTULET B., « Mobilités, propositions théoriques pour la prise en compte du vécu des comportements dans la décision politique », Recherches sociologiques, no 1, 1999, p. 103-116.

REMY J. et VOYÉ L., La ville, vers une nouvelle définition, Paris, L’Harmattan (Coll. Villes et entreprises), 1992.

THIRY C., Ce que bouger veut dire. Mobilités des jeunes dans le Suc-Luxembourg belge. Mémoire UCL. 2001.

VANLAETHEM F., La pratique d’Internet, le cas particulier des forum de discussion, analyse sociologique d’un fait social émergent. Mémoire UCL, 1996.

WEISSBERG J.-L., Présences à distance, déplacement virtuel et réseaux numériques, Paris, L’Harmattan (Coll. Communication), 1999.

Notes

1 C’est-à-dire potentiels et non réalisés ou réalisés mais dans un espace-temps immatériel (Internet).

2 Nous nous sommes basé sur une vingtaine d’entretiens semi-directifs réalisés avec des jeunes de 15 à 18 ans de milieux sociaux différents mais habitant le même territoire : la commune de Virton dans le Sud-Luxembourg belge. Soulignons qu’il s’agit d’un milieu rural, éloigné du centre de la Belgique mais proche des frontières française et luxembourgeoise. Au moment de l’enquête, la plupart des jeunes disposaient d’un accès Internet à domicile ou chez des proches. Des salles informatiques étaient également mises à leur disposition via la commune et l’école.

3 La manière dont il pense le monde autour de lui et dont il se visualise lui-même dans ce monde et par rapport aux autres, ainsi que les actions et comportements qui en découlent.

4 Rappelons que nous considérons la mobilité virtuelle informatique seulement comme l’une des composantes de la mobilité virtuelle au sens large.

5 Contrairement à une structure centralisée, telle celle du Minitel, la structure d’Internet donne à tout ordinateur branché la possibilité de jouer à la fois le rôle de terminal et de serveur.

6 Pourquoi ne pas reprendre pour caractériser la mobilité actuelle des jeunes les quatre termes « kinétique, sédentaire, microcosmique et incursif » utilisés pour la mobilité virtuelle informatique ? Parce que lorsqu'il s’agit de la mobilité physique des jeunes, nous avons considéré comme impossible d’appliquer telle quelle la typologie de B. Montulet. En effet, un individu mineur, habitant chez ses parents et tenu par l’obligation scolaire, n’aurait pu qu’exceptionnellement se retrouver dans une situation permettant une mobilité kinétique. Cette barrière se lève cependant lorsqu'on se penche sur la mobilité virtuelle

7 Le terme « groupe » est utilisé pour caractériser des relations fixes et ancrées dans la durée, tandis que « réseau » sera employé pour souligner la réticularité et l’éphémérité des relations qui le constituent.

8 Contrairement aux jeunes forme-limite, qui considèrent la ville comme un négatif du village (dans un rapport dialectique mon village /~ mon village), ceux-ci appliquent à chaque « ailleurs » un vocabulaire spécifique (dans un rapport mon village / Bruxelles).

9 Un des jeunes interrogés manifestait son désir d'habiter en France pour des raisons financières. Quand nous lui avons fait remarquer qu’il avait assuré détester la « mentalité » française, il nous rétorqua : « J'ai dit que j’allais habiter là, pas leur parler ! »

10 Voir par exemple M. Bassand, D. Joye, M. Schuller (1989), J. Lévy (2000), V. Kaufmann (2000).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/11229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

Auteur

Licenciée en sociologie (UCL).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search