Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Castoriadis et les Grecs

 | 
Philippe Caumières
, 
Sophie Klimis
, 
Laurent Van Eynde

Réécrire Castoriadis ? Notes sur La Création humaine et la mise en forme des séminaires

Myrto Gondicas

Texte intégral

  • 1 Castoriadis (C.), « La pensée vivante au travail », dans Sur Le Politique de Platon, Paris, Seuil, (...)
  • 2 Castoriadis (C.), « Avertissement », dans Sujet et Vérité dans le monde social-historique. Séminai (...)

1Sur le travail de transcription (ce mot nous conviendra pour le moment) des séminaires de Castoriadis, l’essentiel, sans doute, a été dit par Pascal Vernay dans sa présentation du commentaire sur le Politique de Platon1 ; puis, conjointement, par lui et Enrique Escobar dans l’Avertissement du volume intitulé Sujet et vérité2, le premier à livrer une année entière de séminaires. Je voudrais ici donner le point de vue d’un témoin qui a rejoint leur travail en cours de route et le partage depuis, en essayant de préciser, jusque dans la matérialité des procédures concernées, le but, les moyens et la nature de cette tâche : « éditer Castoriadis ».

  • 3 Voir SV, p. 10-11. Il convient de saluer ici le rôle de Jean-Claude Guillebaud, directeur de la co (...)
  • 4 Il va de soi, ici comme ailleurs, que toute décision de publier est soumise à l’accord des ayants (...)

2A sa mort, Castoriadis laissait une table des matières provisoire pour un ouvrage intitulé La Création humaine, dont le principe avait été retenu par les éditions du Seuil3 et dont la matière devait être largement puisée dans son enseignement à l’EHESS, qui a duré de 1980 à 1995. L’essentiel de ces séminaires a été conservé sous forme d’enregistrements et (ou) de transcriptions dactylographiées. Il y avait là, largement, matière à plus d’une dizaine de volumes. Qu’allait-on en faire4 ?

I. Pourquoi publier ?

3Il convient d’abord d’écarter une objection a priori : puisque nous ne disposions pas au départ de textes sinon rédigés du moins révisés par Castoriadis, livrer une version des enregistrements ou des transcriptions au public constituerait une infidélité, voire un abus. A ce propos, je citerai de nouveau les éditeurs de Sujet et vérité :

  • 5 SV, p. 11-12.

Il y a [...] une question de principe [...], qu’Eric Weil sut formuler naguère avec une parfaite clarté : « Seul peut faire autorité un texte que l’auteur a fixé lui-même, après mûre réflexion et après avoir pesé ses termes tout autrement que ne le fera le meilleur orateur s’il parle librement. » (Hegel et l’État, Paris, Vrin, 1950, p. 8, n. 1). Cette phrase, Castoriadis n’aurait certainement pas hésité à la signer, et ceux qui l’ont connu se souviennent de l’avoir entendu en prononcer maintes fois de semblables. Fallait-il en tirer des conséquences trop rigoureuses et s’abstenir de publier toute transcription, tout manuscrit ? Nous croyons que le lecteur, une fois parvenu à la fin de l’ouvrage, conviendra que si nous avions renoncé par excès de scrupule à cette publication la perte eût été considérable : présentation synthétique et suivie de thèmes que l’on ne trouvera que sous forme de fragments dans d’autres publications, effort pédagogique constant, développements indéniablement nouveaux [...] et qui sont sans doute du bon, voire du très bon Castoriadis. Qu’il suffise de rappeler une fois pour toutes dans ce premier volume que, malgré les soins apportés à l’édition, ces textes auxquels l’auteur n’a pas pu donner une forme achevée ont un statut particulier et que, s’il y a désaccord sur tel ou tel point par rapport à des textes publiés du vivant de l’auteur, ce sont bien entendu ceux-ci qui font autorité5.

4Concrètement, on est frappé, dès qu’on en a pris sommairement connaissance, par l’intérêt manifeste d’un corpus où se trouvent notamment traités des thèmes qui ne l’avaient été que de façon ponctuelle dans les « Carrefours » et dans le reste de l’œuvre publiée : ainsi, les quatre premières années des séminaires explorent, sous plusieurs angles spécifiques des intérêts de Castoriadis, le domaine de la Grèce ancienne, certes déjà abordé de longue date, mais jamais aussi systématiquement ; les trois dernières années sont consacrées à une analyse de la psyché, alors que l’apport de Castoriadis à la psychanalyse reste très largement à découvrir ; la moitié d’une année travaille le thème du chaos, y compris en mathématiques... Plus généralement, on y trouve une foule d’aperçus et de développements nouveaux, en philosophie, épistémologie, etc.

  • 6 Sont parus à ce jour trois volumes (2006, 2007 et 2008) chez Verlag Edition AV (Lich/Hessen), sous (...)

5Et de fait, la réception des premières publications témoigne de l’intérêt suscité. Deux indices en sont donnés par les chiffres de vente, comparables à ce jour à ceux des volumes des « Carrefours », et par les nombreuses initiatives de traduction, y compris dans des pays, comme l’Allemagne, où la réception de Castoriadis était restée assez lacunaire, et où s’est mis en place un projet de publication suivie de son œuvre6. L’accueil en Grèce du premier tome de Ce qui fait la Grèce (plus de 10 000 exemplaires vendus en quelques mois) témoigne sans doute d’un questionnement identitaire très présent dans ce pays mais aussi, plus sérieusement, d’une vraie curiosité à l’égard de ce philosophe français d’origine grecque, dont l’œuvre a tardé à être largement connue et reconnue dans sa première patrie. Les fréquentes citations des volumes posthumes dans les travaux sur Castoriadis, en France et à l’étranger, donnent également un écho de leur impact.

II. Traces

6On l’a vu, le corpus est considérable. Cette quinzaine d’années d’enseignement a donné lieu, durant son déroulement même, à des transcriptions dactylographiées par la femme de l’auteur, Zoé Castoriadis, puis par ses étudiants ; elles sont parfois doublées par des enregistrements, mais pour ces derniers des années entières manquent (une fois le « tapuscrit » achevé, les cassettes étaient souvent réutilisées pour les séances suivantes). Sont donc disponibles :

  • 150 cassettes environ, actuellement numérisées par l’Association Castoriadis pour en assurer la conservation et en faciliter l’usage ;
  • 211 dactylogrammes représentant chacun une séance de séminaire, d’un volume moyen de 25 pages format A4, soit un total d’un peu plus de 5 000 pages.

7Ces deux séries ne se recouvrent que partiellement : outre le cas enregistrement perdu/dactylogramme conservé, certaines séances sont archivées uniquement sous forme enregistrée ; l’estimation ci-dessus peut donc être revue à la hausse.

8Les transcriptions dactylographiées ont souvent été relues par Castoriadis, mais de façon cursive : rectifications ponctuelles de l’orthographe ou de lapsus de la transcription ; quelques ajouts marginaux ou interlinéaires (références bibliographiques, annonces de développements à venir) ; parfois, un simple point d’interrogation en marge d’un passage ; mais subsistent des obscurités, des contradictions évidentes, des répétitions, des manques. Une seule année a fait l’objet d’une véritable révision par l’auteur : 1986-1987, ce qui (avec l’intérêt philosophique du contenu) a motivé son édition en priorité. On possède dans ce cas un texte dactylographié par Castoriadis, qui a visiblement retravaillé sa version orale à l’écoute de l’enregistrement, sans pour autant – et de très loin – que le texte soit aussi abouti que ceux qu’il livrait à la publication.

9Quant aux enregistrements, ils sont pour la plupart de qualité satisfaisante à bonne, avec toutefois une exception pour les parties consacrées aux discussions ou interventions du public, où les questions des auditeurs, très éloignés parfois du magnétophone, sont souvent à la limite de l’audible.

III. Problèmes et procédures

10Le triangle auteur-texte-public se présente ici d’une façon particulière. D’abord, bien entendu, parce qu’il s’agit de « textes » posthumes. Mais aussi parce que ce sont, dans leur intention, des interventions orales, certes pour la plupart longuement préparées – les notes conservées en témoignent – mais dont le but est, au moins dans un premier temps, d’être dites devant un public relativement restreint (quelques dizaines d’auditeurs le plus souvent) : se pose alors la question du style de cette diction, qui permet les emportements, les exagérations, les raccourcis, mais aussi les reprises et répétitions, le tout porté par une visée pédagogique. Les « éditeurs » interviennent alors comme une quatrième instance chargée de deux visées apparemment contraires : restituer le ton original, qui est aussi le style d’une pensée ; rendre ces exposés accessibles à un public par principe inconnu et virtuellement illimité.

IV. L’étoffe de la voix

11Ce sur quoi se base notre travail, directement ou indirectement, ce sont les cours tels qu’ils ont été proférés : cela même qui peut faire que dans un premier temps les transcriptions mot pour mot peuvent sembler « mal écrites » ; mais justement, l’oral a ses lois et surtout sa syntaxe : anacoluthes, anticipations, reprises qui semblent obscurcir un texte écrit prennent tout leur sens à l’écoute, lorsque cette écoute est possible. Parfois, comme on l’a vu, elle ne l’est plus. Or il se trouve que nous avons tous les trois une familiarité avec la parole et la diction de Castoriadis, ce qui aide bien souvent à évaluer un accent, une nuance d’ironie, un agencement de mots à première vue paradoxal et à leur donner sens. La tâche ne fait alors que commencer : il s’agit de trouver une langue écrite à travers laquelle on puisse entendre vibrer quelque chose de la voix d’origine, que j’appellerais volontiers son étoffe. Jusqu’à quel degré doit-on en pousser le caractère « écrit » ? Question insoluble en principe, question de tact et qui requiert – on verra plus bas comment – la collaboration critique de tous les membres de notre petit groupe. Je me souviens avoir trouvé, lorsque je le rejoignis, qu’on allait peut-être trop loin dans le sens du « léché » ; j’ai changé d’avis sur ce point, notamment (mais pas seulement) au vu du bénéfice pour la clarté de l’exposé d’idées le plus souvent denses et complexes (chaque fois que nos interventions sont particulièrement poussées ou nous semblent encore proches de la conjecture, nous les signalons par des crochets brisés : < >). Il y a là en définitive une fidélité dans l’écart, qui n’est pas sans rappeler la visée, les affres et les scrupules du traducteur.

12La partie dévolue à la discussion nous posait surtout le problème d’organiser une matière parfois chaotique tout en équilibrant questions et réponses (certaines questions foisonnantes s’étendent sur plusieurs pages...). Nous n’avons pas hésité à abréger ce qui était diffus et à intervenir sur l’ordre des sujets abordés, voire à reformuler une question obscure en fonction de la réponse qui lui était donnée. Au pis, le lecteur se trouve face à la formule : <Question inaudible>.

13Le problème était différent, mais non pas plus facile, lorsque Enrique Escobar et Pascal Vernay ont eu à travailler sur les dactylogrammes tirés par Castoriadis de l’année 1986-1987, qui ont donné Sujet et vérité : ces notes prises pour lui-même en vue d’un livre futur encore lointain, un premier état donc, offraient parfois à la compréhension des pièges redoutables dans leur concision même ; le travail, dans ce cas, a duré deux ans.

V. Pluralité des transcripteurs et relectures

14Tenant compte de tous ces éléments, une méthode s’est élaborée au fil des séances. Pour rendre justice à l’oralité du texte d’origine, il nous a semblé naturel et nécessaire de passer par une lecture à voix haute : l’un des participants, tour à tour, prépare une version d’un séminaire et la donne à entendre au groupe, qui réagit en proposant ses modifications ; les accords se trouvent au fur et à mesure ; assez souvent quelques repentirs ou perfectionnements sont adoptés lors de la relecture de l’ensemble. Ce contrôle mutuel librement accepté est sans prix à nos yeux. Il faut dire ici un mot de nos relecteurs, qui nous ont permis d’éviter des erreurs de fond ou d’apporter des précisions indispensables, qu’il s’agisse (la liste n’est pas limitative) d’anciens étudiants de Castoriadis comme Olivier Fressard ou Alice Pechriggl, d’un collègue et ami proche comme Pierre Vidal-Naquet, dont nous n’avons pas fini de regretter l’absence, ou d’un autre helléniste, Michel Casevitz. On doit également signaler que l’ancêtre de ces travaux est la transcription des séminaires de 1986 sur le Politique de Platon, que Castoriadis a relue et autour de laquelle s’est formée l’équipe actuelle des éditeurs.

15Ces séminaires sur le Politique présentaient une structure très serrée ; cela n’est pas le cas de tous, et d’autre part certains séminaires ou parties de séminaires se répètent (ce qui est une banalité pédagogique) : nous n’avons pas cherché à être exhaustifs, mais plutôt à constituer des ensembles thématiquement cohérents, quittes à mettre de côté certaines séances qui, résumées au besoin, devraient se retrouver avec profit sur le site de l’Association Castoriadis.

VI. L’état des questions

16Au fur et à mesure de l’établissement du texte, des rapprochements évidents apparaissaient par moments avec tel ou tel écrit ou passage publié du vivant de l’auteur. Nous avons très naturellement cru devoir en faire profiter les lecteurs, en les signalant par des notes. Mais nous ne voulions pas nous limiter à ces renvois, sous peine d’adopter une perspective édifiante ou hagiographique totalement étrangère au caractère de Castoriadis. Une vingtaine d’années ayant passé, les fronts, sur certaines discussions, s’étaient déplacés ; la position de Castoriadis ne pouvait que gagner, nous semblait-il, à être mise en perspective avec celles des chercheurs ayant traité le même sujet, depuis sa mort mais aussi de son temps et avant lui (nous complétions ainsi des références qu’il avait ébauchées sur les transcriptions). Ces notes étant par nature moins indispensables à la lecture immédiate et plus longues que les simples renvois aux auteurs cités, nous avons relégué celles-ci en fin de volume, gardant ceux-là en bas de page. Bien entendu, sur la plupart des sujets importants, les débats sont virtuellement infinis et notre subjectivité a inévitablement joué ici ou là dans le choix des sources citées, même si nous nous sommes efforcés de respecter un équilibre dans la diversité des opinions. Nous avons en tout cas observé comme règle de ne citer que des sources auxquelles nous avions eu un accès direct. Ainsi ces « notes complémentaires », si nous avons su en les rédigeant atteindre notre but, loin de constituer un ornement stérile ou un pur étalage d’érudition, prolongent à leur manière la discussion née de la rencontre pédagogique des séminaires : ce n’est pas la moindre des satisfactions que nous devons à ce travail.

17Au final, le lecteur tient entre ses mains un objet au statut mixte : ni compte rendu littéral des séminaires, ni écrit de la main de Castoriadis ; mais (telle est du moins notre conviction) il peut y retrouver, passé au filtre de l’écriture, l’essentiel – et parfois jusqu’aux nuances – de ce que Castoriadis, année après année, a enseigné.

Bibliographie

Bibliographie

1. Séminaires

Castoriadis (C.), Sur Le Politique de Platon, Paris, Seuil, 1999, texte établi par P. Vernay.

Castoriadis (C.), Sujet et vérité dans le monde social-historique. Séminaires 1986-1987 (La Création humaine, I), texte établi, présenté et annoté par E. Escobar et P. Vernay, Paris, Seuil, 2002.

Castoriadis (C.), Ce qui fait la Grèce, 1, D’Homère à Héraclite. Séminaires 1982-1983 (La Création humaine, II), texte établi, présenté et annoté par E. Escobar, M. Gondicas et P. Vernay, Paris, Seuil, 2004.

Castoriadis (C.), Ce qui fait la Grèce, 2, La Cité et les lois. Séminaires 1983-1984 (La Création humaine, III), texte établi, présenté et annoté par E. Escobar, M. Gondicas et P. Vernay, Paris, Seuil, 2008.

2. Autres ouvrages posthumes

Castoriadis (C.), Figures du pensable (Les Carrefours du labyrinthe, 6), Paris, Seuil, 1999, édition préparée par Cybèle, Sparta et Zoé Castoriadis, E. Escobar, Olivier Fressard, M. Gondicas, P. Vernay et Dominique Walter.

Castoriadis (C.), Une Société à la dérive. Entretiens et débats, 1974-1997, édition préparée par E. Escobar, M. Gondicas et P. Vernay, Paris, Seuil, 2005 [contient plusieurs inédits, dont une réponse à une intervention de Richard Rorty au Collège international de philosophie et une conférence sur les guerres en Europe].

Castoriadis (C.), Fenêtre sur le chaos, édition préparée par E. Escobar, M. Gondicas et P. Vernay, Paris, Seuil, 2007 [contient notamment des extraits de deux séminaires de 1992].

3. Site de l’Association Castoriadis

http://www.castoriadis.org

Notes

1 Castoriadis (C.), « La pensée vivante au travail », dans Sur Le Politique de Platon, Paris, Seuil, 1999, en part. p. 15-17.

2 Castoriadis (C.), « Avertissement », dans Sujet et Vérité dans le monde social-historique. Séminaires 1986-1987, Paris, Seuil, 2002 (dorénavant : SV), en part. p. 10-12.

3 Voir SV, p. 10-11. Il convient de saluer ici le rôle de Jean-Claude Guillebaud, directeur de la collection du Seuil où paraissaient, du vivant de Castoriadis, les volumes des « Carrefours du labyrinthe », et qui a su assurer la continuité de la publication de ses œuvres après sa mort.

4 Il va de soi, ici comme ailleurs, que toute décision de publier est soumise à l’accord des ayants droit de Castoriadis.

5 SV, p. 11-12.

6 Sont parus à ce jour trois volumes (2006, 2007 et 2008) chez Verlag Edition AV (Lich/Hessen), sous la direction de Michael Halfbrodt et Harald Wolf.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540