Version classiqueVersion mobile

Mobilités, fluidités... Libertés ?

 | 
Bertrand Montulet
, 
Vincent Kaufmann

1re partie. Les formes d'intériorisation de la mobilité

Nouvelles mobilités et réseaux sociaux locaux en milieu rural

Serge Schmitz

Texte intégral

1. Introduction

1La deuxième moitié du XXe siècle s’est accompagnée d’une augmentation générale de la mobilité quotidienne. Le relâchement des contraintes de mobilité, grâce aux nouvelles technologies mais aussi grâce à la réduction du temps de travail, a permis la disjonction des lieux de résidence, de travail et l’apparition de nouveaux lieux pour l’éducation, les loisirs, les achats (Schmitz, Halleux, 2002) qui ont en retour diversifié, étendu les espaces de vie des individus (Schmitz, 2002). Les modifications de l’accessibilité recomposent les unités de voisinage. Elles transforment les relations spatiales entre le semis de peuplement et la répartition des équipements de proximité (Wiel, 1999) mais également permettent de nouvelles structures de réseaux sociaux. La proximité devient de plus en plus relative car la rugosité d’un même espace, qu’elle se traduise par une distance-temps, distance-coût, distance-fatigue, distance perçue, variera d’une personne à l’autre. L’offre d’équipements ou même d’interaction sociale ne sera dès lors pas la même selon les capitaux des habitants.

2. Réseaux sociaux locaux et milieu rural

2Du point de vue des relations sociales, l’expansion des espaces de vie s’accompagne de nouvelles possibilités de tisser des liens sociaux, notamment avec des personnes que l’on n’aurait pas eu l’occasion de rencontrer. Cependant, le temps est inextensible et il est impossible d’augmenter indéfiniment le nombre de personnes avec qui l’on entretient des liens sociaux réguliers, que ce soit dans des structures formelles (groupements ayant une personnalité juridique) ou informelles. Dès lors, les personnes peuvent, doivent choisir les personnes avec qui elles vont entretenir des relations. Les nouvelles mobilités vont permettre à certains habitants d’échapper aux structures villageoises qui jadis étaient souvent le seul choix pour qui voulait entretenir des contacts sociaux. En théorie, les individus peuvent conserver un réseau de relations locales, remplacer ce réseau local par un nouveau réseau de relations plus régionales ou encore essayer de combiner les deux. Pour une partie de la population, la proximité géographique n’est plus le corollaire de la proximité sociale (Piolle, 1991). Les pairs se substituent, pour certains habitants, aux plus proches voisins. On a ainsi une juxtaposition de sociétés enracinées et de sociétés de réseaux qui vont entretenir des relations différentes avec l’environnement matériel et social (Schmitz, 2000a).

3Certains expliquent, par l’expansion des cadres spatiaux de références, la disparition de structures formelles comme le club de football, les cercles de village, ou le fait que l’interconnaissance qui était la règle dans beaucoup de villages n’est plus le savoir que de quelques habitants (Mormont, 1977 ; Barel, 1986). Après la division du travail, nous sommes arrivés aux temps de la division des loisirs. Enfants et adultes d’un même village se dispersent, de la pratique des loisirs ancestraux vers des loisirs nouveaux ou exotiques. L’église (au milieu du village) ou le club de football ne constituent plus les lieux-moments (Delaleu et al., 1983) au cours desquels le groupe se rencontre et renforce son identité. Cependant, si certaines structures disparaissent, il faut néanmoins constater la multiplication des maisons de village, les créations de groupes de défense du patrimoine local ou la réapparition, voire l’invention d’un folklore local comme les grands feux ou les fêtes au village (Di Méo, 2001). Les réseaux sociaux locaux existent même s’ils ne sont plus tout à fait les mêmes que jadis. Le groupe semble rechercher de nouveaux lieux-moments pour continuer à être. Quel est le rôle de l’augmentation de la mobilité quotidienne sur les structures sociales formelles et informelles locales ? Observe-t-on une différenciation de la participation aux réseaux sociaux locaux selon l’échelle des espaces de vie des habitants ? Par l’étude des pratiques spatiales et sociales d’une centaine d’habitants des campagnes wallonnes, on tâchera de répondre à ces questions.

4Parallèlement à cette hausse de la mobilité quotidienne, les villages de Wallonie ont connu dans les dernières décennies une reprise démographique liée à des soldes migratoires positifs (Thomsin, 2000). Au-delà de la mobilité quotidienne, il est intéressant de s’interroger sur les effets de la mobilité résidentielle sur la participation aux réseaux sociaux locaux. Toutefois, on constatera rapidement que ces deux aspects de la mobilité s’influencent mutuellement, ce qui rend l’analyse distincte de ces deux facteurs complexe.

5Ces reprises démographiques des campagnes doivent être distinguées selon leurs liens avec la ville. Quand les villages sont proches des villes, le solde migratoire positif s’explique par l’arrivée d’habitants originaires des villes ou des campagnes plus lointaines. Quand les villages sont plus éloignés, ce récent renversement démographique s’explique d’abord par le retour de personnes originaires de la région qui, aujourd’hui, peuvent y trouver un emploi ou peuvent, grâce aux nouvelles mobilités, migrer quotidiennement vers leur lieu de travail (Schmitz, 2001a). Souvent, elles ont de la famille dans le village et ont hérité ou obtenu sans grand frais un immeuble ou un morceau de terrain. Si elles sont reconnues comme les enfants du pays, leur séjour ailleurs leur a forgé une nouvelle culture qui peut occasionner quelques frictions avec les ruraux de toujours. Entre néo-ruraux, ruraux de toujours et ruraux marqué par l’urbanité, les significations et les valeurs qu’ils attribuent aux choses diffèrent.

6Toutefois, ce renversement de l’exode rural devrait permettre un renouveau des villages y compris au niveau des réseaux sociaux formels et informels. Cependant, en certains lieux, le nombre de personnes entrantes est si grand que la communauté locale éprouve des difficultés à intégrer les nouveaux arrivés. On assiste alors à un repli sur soi qui n’est pas toujours suppléé par la création de structures de la part des nouveaux habitants. Tout semble dépendre de l’accessibilité des personnes immigrées à leurs anciens réseaux sociaux. Souvent ceux-ci prévalent sur la création ou l’intégration dans des réseaux sociaux locaux. On doit alors distinguer :

  • les banlieues vertes a priori anonymes qui se forment dans les espaces périurbains mais où, après une ou deux décennies, surtout par l’entremise des enfants, une communauté émerge avec ses propres réseaux ;

  • les villages-communautés plus éloignés où les nouveaux et anciens habitants doivent faire face aux difficultés inhérentes à la vie à la campagne, comme l’éloignement des biens et des services et la faiblesse des réseaux de transport en commun.

7Curieusement, l’amélioration de la mobilité permet des choix résidentiels où l’on se retrouve prisonnier de cette mobilité. Des stratégies doivent alors être mises en place dont plusieurs consistent en la formation de réseaux sociaux locaux qui intègrent ou non nouveaux et anciens habitants. La migration d’urbains à la campagne, au-delà des espaces périurbains, ou le retour de personnes originaires de celle-ci sont, d’ailleurs, souvent motivés par la recherche d’une convivialité villageoise (Schmitz, 2001a). Cependant, d’une personne à l’autre, les besoins et les envies de tisser un réseau social peuvent varier de façon importante. Comment la mobilité résidentielle compose-t-elle avec les réseaux sociaux locaux ? La mobilité résidentielle est-elle un handicap à l’intégration dans les réseaux sociaux formels et informels ?

8Pour répondre à ces deux questions, nous avons choisi d’utiliser plusieurs banques d’informations :

    • 1 Située en Ardenne, à 65 kilomètres au sud-est de Liège, la commune fusionnée de Vielsalm est/était (...)

    un corpus de soixante-cinq récits de vie d’habitants de la commune de Vielsalm1 dont nous avons particulièrement analysé les informations concernant la mobilité résidentielle, la mobilité quotidienne et la participation à la vie locale (Schmitz, 1999) ;

  • un corpus de dix enquêtes auprès d’agents du carnaval de Malmédy et les résultats d’une enquête fermée (n : 114) sur la mobilité résidentielle, la symbolique du carnaval, la participation au carnaval et le sentiment identitaire (Schmitz, Di Giovani, 2001) ;

  • un corpus de quinze récits de vie d’habitants de la commune d’Attert que nous avons recueillis en 1997 ;

  • notre étude sur la cohabitation entre anciens et nouveaux habitants dans la commune d’Olne ;

  • les nombreux mémoires de licence sur le choix résidentiel réalisés à l’Institut de géographie de l’Université de Liège ;

  • notre expérience de 1995 à 1999 en tant qu’habitant de la commune de Comblain-au-Pont ;

  • notre expérience issue des collaborations avec l’asbl « Qualité Villages Wallonie » et avec la « Fondation rurale de Wallonie » ;

  • nos multiples rencontres avec des ruraux de toutes les régions de Belgique.

9Afin de comparer les mobilités et l’intégration aux réseaux sociaux des divers habitants, nous avons construit une typologie de la participation et utilisé des indicateurs simples des mobilités résidentielle et quotidienne.

10En ce qui concerne la typologie de participation aux réseaux locaux formels, nous avons distingué :

  • Les agents, personnes qui sont les initiatrices et les moteurs de réseaux sociaux formels ou informels ;

  • Les actifs, personnes qui œuvrent effectivement à la réalisation d’activités en y investissant une part importante de leur temps. Ce sont les chevilles ouvrières du tissu associatif ;

  • Les participants, personnes qui participent aux activités locales mais sans y investir une part importante de leur temps ;

  • Les passifs, personnes qui participent occasionnellement aux activités locales mais pour qui elles ne constituent nullement une priorité ;

  • Les exclus, personnes qui pour diverses raisons ne participent pas aux activités locales.

11Nous avons également estimé l’échelle de l’espace de vie sociale des habitants (internationale, nationale, régionale, sous-régionale, communale, sous-communale, villageoise, de voisinage). Cet indicateur inclut, en plus des relations formelles, les relations informelles comme les rencontres entre parents ou amis. Lors de l’analyse, des regroupements ont dû être réalisés.

12Les indicateurs de mobilité sont le nombre de résidences successives, le nombre cumulé de kilomètres parcourus lors des déménagements, le nombre de kilomètres parcourus par semaine.

3. Espace de vie sociale et participation aux réseaux locaux formels

13Lorsque l’on compare le niveau spatial de vie sociale et la participation dans des réseaux sociaux formels, on constate que les personnes qui vivent à des niveaux spatiaux élevés, internationaux ou nationaux, se retrouvent le plus souvent dans la peau de participantes. Malgré le peu de temps qu’elles passent chez elles, elles semblent rechercher des attaches. Cependant, elles ont rarement assez de temps pour exercer une fonction d’agent. Cette observation rejoint les résultats d’une enquête à propos du sentiment identitaire dans l’Entre-Deux-Mers où les cadres qui vivent à une échelle beaucoup plus vaste que la région présentent un sentiment territorial important (Di Méo, Hinnewinkel, 1999). Par contre, on ne retrouverait pas le prototype du « businessman » (Montulet, 1998) qui évolue dans l’étendue entretenant des relations éphémères avec les lieux. Pourquoi perdrait-il du temps à investir dans son lieu de résidence quant les occasions qui s’offrent à lui au niveau de son vaste espace de vie sont multiples ? Ce relatif investissement dans le local ressemblerait dès lors plus au prototype du « voyageur » qui, parcourant l’étendue, découvre la particularité des lieux (Montulet, 1998). Ce serait néanmoins oublier que nombre de ces habitants des campagnes qui vivent à des niveaux spatiaux nationaux ou internationaux se comportent en « businessmen » en dehors de chez eux. C’est comme s’ils entretenaient des relations différentes avec le temps et l’espace selon qu’il est en scène et en coulisses (Goffman, 1973). Les motivations de ce changement d’attitude peuvent être cherchées dans la conscience d’une certaine responsabilité pour la région mais également par la recherche d’une reconnaissance locale. Il n’est pas tout d’être reconnu par ses pairs, il est également appréciable d’être prophète dans son pays. Ce souci est d’autant plus marqué que l’on n’est pas en ville ou en zones périurbaines mais dans une communauté plus réduite et en des lieux à l’écart des nœuds des réseaux internationaux. Le choix de résider à la campagne ne traduit-il pas déjà un souci de s’éloigner de ce réseau de l’éphémère, de retrouver même chez ces « businessmen » un coin de monde où se lover ? (Dardel, 1952)

14Lorsqu’on descend au niveau des personnes qui vivent plus à l’échelle de la région (le sud-est de la Belgique dans le cas de Vielsalm) ou de la sous-région (l’Ardenne du Nord-Est), ces habitants se partagent majoritairement entre les actifs ou les passifs et il n’y a que peu de participants. Il semble exister, à cette échelle, une possibilité de choix entre investir dans les réseaux locaux ou investir ailleurs et particulièrement où on vivait ou où vivent les enfants. On retrouve dans cette catégorie nombre de personnes immigrées qui continuent à garder des liens avec les anciens réseaux. Remarquons qu’au-delà de pures relations interpersonnelles, certains équipements centralisés ou activités spécialisées peuvent contribuer à maintenir des relations soutenues entre ces habitants et leur ancien lieu de résidence. Le milieu rural ne peut offrir toutes les activités que l’on retrouve dans des régions plus densément peuplées. S’il est, par exemple, possible de suivre un cours de danses de salon ou de danses latino-américaines au bourg, il deviendra plus problématique de trouver un vrai cours de tango argentin. D’autre part, l’augmentation de la mobilité quotidienne qui multiplie les occasions de créer des attaches sociales ou spatiales lointaines et la spécialisation professionnelle qui restreint le nombre de lieux potentiels de travail engendrent aussi un écartèlement des réseaux sociaux. Le temps investi dans ces déplacements vers des membres de la famille, des amis ou encore des lieux qui leur sont chers est perdu pour l’entretien de réseaux sociaux locaux.

15Les gens qui vivent à l’échelle de la commune (fusionnée), d’une partie de la commune ou du village sont les plus actifs dans les réseaux sociaux locaux. Ils sont pour la plupart natifs de la sous-région. On retrouve ici le prototype du « provincial » décrit par Montulet (1998) qui investit dans le lieu et la durée. On peut parler d’une allégeance (Shamaï, 1991) à la région. Ces personnes s’identifient à la région et y entretiennent leurs principaux réseaux sociaux.

16Par contre, les personnes qui évoluent à l’échelle inférieure d’espace de vie sociale, celle du voisinage, ne participent guère aux réseaux sociaux locaux formels. Certaines d’entre elles ne possèdent qu’un très faible réseau social informel. On peut cependant se poser la question : ces personnes ont-elles des besoins moindres en contacts sociaux ou souffrent-elles d’une carence en capitaux, financiers, culturels, relationnels ou même de mobilité, qui ne leur permettrait pas d’entrer en relation avec les autres habitants ?

17Si la mobilité quotidienne a une influence sur la participation aux réseaux sociaux formels, avec comme règle générale : « Plus l’espace de vie sociale est vaste, plus il y a une évasion du capital de relations au détriment du local », l’analyse

  • rappelle que l’intégration dans des réseaux sociaux formels nécessite une certaine mobilité. Sans mobilité, pas de réseaux sociaux formels ;

  • confirme que, quand ils ont décidé de vivre dans des campagnes au-delà des espaces périurbains, la majorité des habitants qui évoluent à des espaces de vie nationaux ou internationaux investissent une partie de leur capital de relations dans le local.

18La recherche soulève aussi la question de l’échelle à partir de laquelle les réseaux formels semblent nécessaires à la vie communautaire. Il semble que le village soit déjà trop vaste pour pouvoir se passer de ses réseaux sociaux formels. Dans les faits, il faut nuancer l’analyse en intégrant la taille du noyau d’habitat. Selon nos observations en Ardenne du Nord-Est, lorsque le noyau d’habitat est réduit à un écart de moins de quatre ménages, il y a presque une obligation de s’entendre avec les voisins, surtout si les conditions de vie ne sont pas faciles. On retrouve ici la notion ancestrale des régions d’habitat dispersée du « plus proche voisin » : qu’on le veuille ou non, on était, en tant que plus proche voisin, responsable de son prochain. Lorsque le noyau d’habitat s’approche des quarante ménages, le sentiment communautaire survit et l’interconnaissance est encore largement la règle. Par contre, au-delà d’une quarantaine de ménages, il semble possible de vivre sans se soucier de son voisin, soit que la société locale offre la possibilité de retrouver des semblables, soit que l’effet de nombre permette de ne pas se sentir solidaire de son voisin et de la communauté.

4. Mobilité résidentielle et participation aux réseaux sociaux formels

19Après analyse, il semble que la mobilité résidentielle n’influence guère la participation aux réseaux sociaux locaux. Ceci confirme les observations de Di Méo et Hinnewinkel (1999) : « Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, l’absence de mobilité résidentielle est loin d’être décisive quant à une adhésion plus unanime et plus massive au sentiment micro-régional. » Ainsi, si les personnes qui ont toujours vécu dans la même maison ne participent pas ou faiblement aux réseaux sociaux formels, on n’observe plus de tendance à la participation dès que les gens ont déménagé même en restant dans le même noyau d’habitat. Quand on arrive à un nombre de déménagement supérieur à cinq, on constate néanmoins que les habitants ne deviennent jamais des agents. De même, la variation de la distance parcourue au cours des déménagements n’in duit pas un certain type de participation. Par contre, il y a une influence certaine de l’histoire résidentielle sur l’échelle de l’espace de vie sociale. Plus on a déménagé, plus l’espace de vie sociale est vaste puisque certains liens avec les anciens lieux de domicile demeurent.

20Quant aux changements de lieux de travail, ils n’interviennent guère. Remarquons toutefois que les habitants-agents travaillent toujours dans la commune (fusionnée) et que les personnes qui ne participent pas aux réseaux sociaux locaux souffrent souvent d’une situation professionnelle précaire.

21La mobilité résidentielle et le changement de lieux de travail ne constituent pas directement un handicap pour intégrer les réseaux sociaux locaux sauf lorsqu’ils traduisent une précarité qui ne permet pas à la personne de s’intégrer relativement longtemps dans les réseaux sociaux locaux. Néanmoins, l’influence de la mobilité résidentielle se marque via ses effets sur la mobilité quotidienne. Des choix entre les réseaux sociaux locaux des anciens lieux de résidence et du nouveau lieu de résidence sont réalisés selon les stratégies et aspirations des habitants.

5. Caractérisation des habitants et participation aux réseaux sociaux locaux

22Sur la base de nos analyses, nous sommes en mesure de caractériser les différents types d’habitants selon leur participation aux réseaux locaux formels.

23Les agents sont les plus caractéristiques. Ils sont mariés, ont des enfants, et surtout sont originaires de la contrée, l’Ardenne du Nord-Est dans les cas de Vielsalm et de Malmédy. Ils sont également propriétaires et travaillent dans la commune. Si l’on s’intéresse aux personnes qui déclarent vouloir initier quelque chose mais qui n’ont, dans les faits, que peu de succès, elles pèchent par une ou plusieurs des caractéristiques. Il semble avantageux, pour être agent d’un réseau social local, de posséder un réseau de relations locales qui est d’autant plus dopé que l’on est connu et reconnu dans la contrée. (On est le fils de quelqu’un.) Le fait d’avoir femme et enfants permet de multiplier les possibilités de reconnaissance.

24Contrairement à une hypothèse souvent entendue (Mougenot, 1980), la situation de la maison par rapport au village et le type de maison ne semblent pas des caractéristiques clés. L’agent peut habiter à l’intérieur du village ou légèrement à l’écart, il peut habiter une maison neuve ou ancienne.

25À l’autre extrême, les personnes qui ne participent pas aux réseaux sociaux formels ne participent guère plus aux réseaux sociaux informels. Ils sont souvent locataires, ont un très faible niveau culturel, un emploi précaire (ils ont d’ailleurs changé plusieurs fois de travail), et les raisons de leur choix résidentiel sont négatives (fin de bail, fin d’emploi). Ce sont notamment les personnes qui habitent les cités sociales.

26Il est plus difficile, à partir des données que nous utilisons, de discriminer les personnes actives, participantes ou passives dans les réseaux sociaux locaux formels. Tout juste constate-t-on de nettes variations en matière de motivations de choix résidentiels. Les motivations sont plus personnelles chez les personnes qui sont actives ou participantes dans les réseaux sociaux locaux formels. En participant aux réseaux sociaux locaux, elles assument quelque part leur choix raisonné de résidence. Par contre, les personnes qui sont passives se sont installées à l’adresse actuelle pour des raisons d’ordre professionnel, d’ordre familial (mariage) ou matériel (héritage, choix des parents).

27Comme lors de nos essais de réaliser une typologie des habitants selon leur manière d’appréhender l’environnement matériel (Schmitz, 2000a, 2001b), il semble particulièrement difficile de caractériser les habitants selon leur degré de participation dans les réseaux sociaux locaux. Catégories sociales traditionnelles, niveau spatial de vie sociale et participation dans des réseaux sociaux locaux s’influencent certes mais pas de façon linéaire. De plus, les classements des habitants selon leur mode d’habiter la campagne du point de vue de l’environnement matériel et du point de vue des relations sociales n’aboutissent pas à des résultats similaires. Il n’y a pas de liens directs entre l’environnement pertinent des habitants et leur environnement social.

6. Conclusion

28Les résultats obtenus nous confortent dans la nécessité de poursuivre des études sur les relations entre les habitants et l’environnement matériel et social mais également dans la nécessité de mettre en garde décideurs et aménageurs. Il n’y a pas aujourd’hui une façon majoritaire de vivre à la campagne en Belgique mais une juxtaposition de modes d’habiter celle-ci. Les implications politiques, notamment dans les domaines de l’aménagement du territoire et de la participation du citoyen à la vie publique, ne sont pas négligeables. Ainsi devrait-on trouver une alternative à la constitution de commissions consultatives qui ne reprennent que des personnes, notamment des agents, qui sont intégrées dans les réseaux sociaux locaux formels car on ne fait alors que doubler les assemblées issues des élections locales (Schmitz, 1998). De même, la localisation des équipements publics devrait intégrer la diversité d’appréhension de la proximité. Si type de mobilité et participation aux réseaux sociaux se rejoignent, c’est au niveau des moins mobiles qui sont également en situations les plus précaires face au logement ou à l’emploi, car ils ne peuvent justement pas changer d’échelles et augmenter leur offre de biens et de services, en ce comprises les possibilités d’adhérer à des réseaux sociaux locaux.

29Les nouvelles mobilités ont foncièrement modifié les sociétés qui vivent dans les espaces ruraux. Les modes d’habiter se sont diversifiés, les réseaux sociaux également. Il reste à évaluer la pertinence des structures associatives anciennes et émergentes et à mieux comprendre ces entrelacs territoriaux (Schmitz, 2000b).

Bibliographie

7. Bibliographie

BARELY.. « Le social et ses territoires », dans AURIAC F. et BRUNET R., Espace, jeux et enjeux, Paris, Fayard, 1986, p. 131-139.

BONNEMAISON J. et CAMBREZY L., « Le lien territorial », Géographie et cultures, 1996, 20, 7-18.

DARDELE., L’homme et la terre, Paris, PUF, 1952.

DELALEU D., JACOB J.-P, SABELLI F., Élément d’enquête anthropologique : l’enquête sondage en milieu rural, Neuchatel, Ed. de l’Institut d’ethnologie, 1983.

DI MÉO G., La géographie en fêtes, Gap, Ophrys, 2001.

DI MÉO G. et HINNEWINCKEL J. C., « Représentations patrimoniales et recomposi tions territoriales vécues dans l’Entre-Deux-Mers girondin », Géographie et cultures, 1999, 30, 71-94.

GOFFMAN E., La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

MOUGENOT C., Espace résidentiel, morphologie sociale et stratégie des groupes en milieu rural. Dissertation doctorale, Arlon, Fondation universitaire Luxembourgeoise, 1980.

MONTULET B., Les enjeux spatio-temporels du social, Paris, L’Harmattan, 1998.

MORMONT M., L’espace rural comme enjeu social, Thèse de doctorat, Arlon, Fondation universitaire Luxembourgeoise, 4 vol., 1977.

PIOLLE X., « Proximité géographique et lien social, de nouvelles formes de territorialité ? », L’Espace géographique. 1991, 20/4, 349-358.

SCHMITZ S., « Participation et aménagement empathique. Réflexions à partir du cas wallon », Bulletin de la Société géographique de Liège, 1998, Liège, 34, 77-84.

SCHMITZ S., Les sensibilités territoriales. Contribution à l’étude des relations homme-environnement, Thèse de doctorat, Liège, Université de Liège, Faculté des sciences, 1999.

SCHMITZ S„ « Modes d’habiter et sensibilités territoriales dans les campagnes belges », dans CROIX N., Des campagnes vivantes : un modèle pour l’Europe, Rennes, Presses universitaires de Rennes. 2000, 627-632.

SCHMITZ S., « Portée heuristique des analyses de la territorialité et méthodes de mise en évidence des territoires », Bulletin de la Société géographique de Liège, Liège, 2000, vol. 39, p. 31-39.

SCHMITZ S., « Micro-analyse des mécanismes de la reprise démographique des villages de l’Ardenne du Nord-Est : le cas de Burtonville », Espace, Populations, Sociétés, 2001, 1-2, p. 171-179.

SCHMITZ S., « La recherche de l’environnement pertinent, contribution à une géographie du sensible », L’Espace géographique, Paris, 2001, 30/4, p. 321-332.

SCHMITZ S., « De nouveaux entrelacs territoriaux. Globalisation et diversification des modes d’habiter », dans LASK T., Les constructions sociales de l’espace, Liège, Editions de l’Université de Liège (sous presse), 2002.

SCHMITZ S. et DI GIOVANI A., « Le carnaval de Malmédy (Belgique), ou la mise en scène symbolique d’une identité locale », dans DI MÉO G., La géographie en fêtes, Gap, Ophrys, 2001, p. 67-79.

SCHMITZ S. et HALLEUX J.-M., « Éclatement des mobilités d’achats et recompositions des territoires : le cas de l’Ardenne du Nord-Est », Mosella, Metz, 2002, p. 26/3-4 (sous presse).

SHAMAI S., « Sence of Place : an empirical measurement », Geoforum, 1991, vol. 22, p. 347-358.

THOMSIN L., « Le point sur l’exode rural en Wallonie de 1947 à 1997 », Bulletin de la société géographique de Liège, 2000, 39 : 53-64.

WIEL A., « Mobilité, système d’interactions sociales et dynamiques territoriales », Espace, Populations, Sociétés, 1999, 1999-2 : 187-194.

Notes

1 Située en Ardenne, à 65 kilomètres au sud-est de Liège, la commune fusionnée de Vielsalm est/était un bastion de la ruralité en Belgique. La construction de deux autoroutes, le développement d’un tourisme de masse et l’installation de grandes industries de traitement du bois ont bouleversé, au cours des vingt dernières années, la région. Pourtant, seule une partie de la population et de la structure territoriale est atteinte par ces changements. À côté de pratiques et de sensibilités territoriales directement héritées de l’âge agricole, de nouveaux registres de pratiques territoriales mais aussi une nouvelle distribution de ceux-ci dans la population sont observés (Schmitz, 2000a).

Auteur

Docteur en géographie et professeur à l’Université de Liège.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search